Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Marcillé-Raoul

Dossier IA35049724 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Selon l'historien Léon Maupillé, Marcillé Raoul forma dès 1204 une terre séparée sous la baronnie de Fougères. Marcillé Raoul devrait son surnom à Raoul III, seigneur de Fougères qui fortifia cette localité qu'il semblait affectionner tout particulièrement. Il y possédait aux environs de 1240 un château qui se trouvait probablement à l'emplacement du village du Châtel. Les deux mottes, anciens vestiges de châteaux féodaux, sont connues dans le pays sous l'appellation de buttes du Châtel. Sur l'une d'elles existe un chêne de la Liberté planté en 1848, tandis que sur l'autre se trouve une grotte qui renferme la statue de Notre-Dame de Lourdes.

La paroisse devait exister dès 1208, date à laquelle l'église fut donnée à Geoffroy Moisel, abbé de Saint-Mélaine. Par suite de cette donation, l'abbaye en perceva les dîmes jusqu'à la Révolution de 1789. La nouvelle église placée sous le vocable de saint Pierre a été rebâtie en 1867, à 250 mètres environ de l'ancienne.

Marcillé-Raoul semble avoir été un point militaire d'une certaine importance au Moyen Âge. Outre sa motte féodale, des vestiges d'anciennes fortifications, visibles sur les confins des communes de Feins et Saint-Rémy-du-Plain, confirment cette lointaine importance militaire. En 1136, Conan le Gros, duc de Bretagne, livre bataille, sans succès, près de Marcillé, à Olivier de Pontchâteau et à d'autres seigneurs. En 1240, Raoul III, baron de Fougères (1212-1256), obtient du duc Jean Ier l'autorisation de fortifier Marcillé. Les seigneurs de Fougères fondèrent une maladrerie au village de ce nom, à la sortie du bourg.

Au cours de la période révolutionnaire, le curé constitutionnel Legendre défraie la chronique de cette époque pour ce qui se rapporte aux événements de la commune, qu'il gère avec une particulière incompétence. Jusqu'en 1950, Marcillé-Raoul a essentiellement une vocation agricole. C'est à cette époque que la société laitière, créée par les frères Clanchin vingt ans auparavant, prend son plein essor et détermine l'avenir industriel de la commune.

Cette commune d'une superficie de 2182 hectares comptait 1452 hectares de terres labourables, 285 hectares de prairies et de 241 hectares de bois.

Dans le bourg, le petit commerce s'articulait autour de ses nombreux débitants. L'artisanat était diversifié avec un bourrelier, des charpentiers, des charrons, des couvreurs, des cordonniers, des maréchaux, des couturières ou un tailleur d'habits et quelques autres encore.

Aires d'études Pays de Fougères
Adresse Commune : Marcillé-Raoul

Annexes

  • Cadastre, 1823

    20083505005NUC : Cadastre, 1823 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20083505016NUC : Cadastre, 1823 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20083505017NUC : Cadastre, 1823 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20083505018NUC : Cadastre, 1823 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de MARCILLE RAOUL, Canton d'Antrain, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 15 Juillet 1823, sous l'administration de Monr le Comte de la Villegontier, Préfet, Mr K Poisson, Maire. Sous la direction de Mr Levaillant, directeur des contributions, Mr Naylies, Géomètre en chef. Mr Audran, géomètre. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Marcillé Raoul. Section A du Bourg, 1ère feuille, par Audran, géomètre. Papier, encre, aquarelle, [1823], échelle 1 : 2500 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Marcillé Raoul. Section B du Bourg, 2ème feuille, par Audran, géomètre. Papier, encre, aquarelle, [1823], échelle 1 : 2500 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

    t. 2, p. 333-335
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 2, p. 333-335
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.

    t. 5, p. 131-135
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 60-66