Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Parigné

Dossier IA35130980 réalisé en 2013

Fiche

La paroisse de Parigné est mentionnée pour la première fois en 1213. Elle est limitée à l'est par la rivière du Nançon. Son nom semble avoir une origine romaine : le suffixe "gné" viendrait du nom d'homme "Parinius". Au 10ème siècle, un village nommé "parochia de Parigneio" (paroisse de Parigné) est créé non loin du village de Passillé. L'église primitive était située, dit-on, sur l'emplacement de l'Etang de Passillé ou de Lande Marel. La Villa Passillé est donnée à l'Abbaye du Mont-Saint-Michel en 990. Au commencement du 13ème siècle, il est fait mention de la paroisse de Parigné, « parrochia de Parrigneio », dans laquelle se trouvaient des terres appelées le Champ et le Pré du Renard, « Campus et Pratum Renardi ». Ces terres appartenaient à un chevalier nommé Guy de Bazouge, qui les avait reçues d'Etienne de Parigné et qui les tenait alors en fief de son fils, Roger de Parigné. En 1213, Guy de Bazouge donna pour le salut de son âme toutes ces terres aux religieux de l'abbaye de Savigné, et Roger de Parigné s'empressa d'approuver cette donation, renonçant même à tous ses droits sur les terres en question en faveur de Savigné.

L'enquête d'inventaire du patrimoine sur la commune de Parigné concerne 291 éléments recensés, la majorité de ce recensement est composé de fermes et de maisons, on trouve également les bâtiments publics et religieux telles que les croix de chemin, et 24 dossiers d'études.

Le patrimoine bâti de la commune se distingue par son église actuelle refaite au 19e siècle. Il ne reste de l'ancienne église que les fenêtres de la nef (14e – 15e siècles) et une petite porte flamboyante aux armes des seigneurs de Parigné replacée dans le chœur. La commune est aussi marquée par la Chouannerie, ainsi la chapelle Saint Roch, construite en 1625 par les paroissiens à l'occasion d'une épidémie de peste, détruite et reconstruite en 1774, fut un haut lieu de pèlerinage, pendant la Révolution. Trois châteaux sont présents sur le territoire de la commune : le château du Bois Guy est un édifice remarquable dont il reste un corps de bâtiment du 17ème siècle accolé à une construction renaissance en partie démolie. Il fut la demeure d'Aimé du Bois Guy qui devint à 17 ans, le chef des chouans de Fougères. Le château de la Villegontier, où se trouvait autrefois l'ancien manoir cité en 1248, il possédait au 17ème siècle une tour carrée, une tourelle, une chapelle et un colombier. Et enfin, le château des Acres.

Le patrimoine de la commune est constitué également d'un bel ensemble de maisons datant des 16e et 17e siècles : ainsi à Dohin, La Lande Marais, la Boulais et des fermes de la même époque à la Rouxelais, Seye et la Cornulais. La majorité des constructions anciennes remontent cependant au 19e siècle, grande époque de reconstruction des fermes et d'aménagement des bourgs.

Aires d'études Pays de Fougères, Fougères nord
Adresse Commune : Parigné

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de Parigné, Canton de Fougères, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le Novembre 1811, sous l'administration de Mr Bonnaire, Préfet, Mr Froget, Maire. Sous la direction de Mr Pontallié, directeur des contributions, Mr Lefèvre, Ingénieur vérificateur. Par Mr Geslin, géomètre du cadastre. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • Le département d’Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments, Paris, Librairie Guénégaud S.A., 1973, 3ème édition.

  • GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

  • PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.