Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Plélan-le-Grand

Dossier IA35019636 réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

Située à l'extrémité ouest du département d'Ille-et-Vilaine, à la limite du Morbihan, Plélan-le-Grand est le chef-lieu d'un canton composé de huit communes.

Son territoire communal (4700 hectares) est cerné à l'est par la commune de Treffendel, au nord par la vallée du Serein (limite de la commune de Saint-Péran), au sud-est par les Bois de Maxent et de la Chèze (commune de Maxent), au sud-ouest par la rivière de l'Aff (département du Morbihan), à l'ouest par la Forêt de Paimpont. La voie expresse Rennes - Lorient traverse la commune de l'est au sud.

Au recensement de 1999, elle comptait 2940 habitants.

Le sous-sol est composé presque exclusivement de grès armoricain. Des filons de schistes et poudingues pourprés de Montfort traversent la commune au nord (Trécouët), à l'est (l'Enlevrier, la Lande du Val) et au sud (Perquis, le Thélin, l'Éclardais).

La commune de Plélan est mentionnée dès le 9e siècle sous le nom de Plebs Lan (Paroisse du Monastère). Elle prit le nom de Plélan-le-Grand pour la différencier de Plélan-le-Petit (Côtes-d'Armor). La paroisse naquit en 843. Elle comprenait les paroisses de Plélan, Maxent, Treffendel et Le Thélin. Maxent fut vraisemblablement retirée de la paroisse de Plélan dès le 9e siècle. Treffendel fut érigé en trève en 1574. Le Thélin (érigé en "République" jusqu'au milieu du 19e siècle) devint paroisse en 1849.

La paroisse de Plélan appartint très tôt aux Bénédictins de Saint-Melaine qui y fondèrent un prieuré. Il fut aliéné et ses possessions du Bourg furent vendues à Jean d'Erbrée, seigneur de la Chèze, en 1590. Il ne reste plus de trace aujourd'hui de ce prieuré.

Plélan est une ancienne châtellenie née du démembrement du domaine royal du Poutrecouet. Elle devint une partie de la baronnie de Lohéac au 11e siècle. Suite à la division de celle-ci, elle devint une seigneurie particulière au 15e siècle. On y exerçait un droit de haute justice au village du Gué.

Le roi Salomon de Bretagne (règne de 857 à 874) y aurait possédé deux châteaux dont celui de Brécilien. Celui-ci fut longtemps confondu avec la motte féodale du village du Gué, ancien Bourg de Plélan. Des fouilles archéologiques démontrèrent que l'édicule fut édifié au milieu du Moyen-Âge (13e - 14e siècle), plus de 400 ans après la mort de Salomon.

Le Pays de Brocéliande est une terre de légende. Celle-ci veut que Lancelot aima la reine Guenièvre au Pont de Secret à l'ouest de la commune, au sud des Forges.

Quartier général en 1794 du comte de la Puisaye (premier chef de l'insurrection royaliste en Bretagne), la commune doit son essor économique de la 2e moitié du 19e siècle à la route Vannes - Rennes. Celle-ci parcourait la commune d'est en ouest. Le Bourg est organisé autour de cet axe délaissé depuis la construction de la voie expresse à la fin du 20e siècle.

La voie ferrée d'intérêt secondaire Rennes - Plélan-le-Grand fut l'une des premières du département (1898). Le réseau ferroviaire communal fut complété en 1913 par l'édification de la ligne Plélan-le-Grand - Guer. Le Bourg fut alors relié au site des Forges. L'usine métallurgique avait alors fermé ses portes depuis longtemps. Le site, à cheval sur les communes de Paimpont et de Plélan, attirait beaucoup de touristes.

Le patrimoine architectural de Plélan-le-Grand est riche des schistes et grès de son sous-sol. Les deux pierres sont mêlées dans les murs des maisons et des fermes donnant toute sa couleur à l'architecture de la commune. L'habileté des maçons a souvent donné de beaux appareillages à assises alternées de moellons de schiste pourpre et de grès rose, jaune ou gris. De nombreux lavoirs et fontaines ont trouvé leurs "mécènes". Le présent recensement en a dénombré onze en état.

Le patrimoine plélanais compte également l'une des 280 mottes féodales recensées dans le département ainsi que les vestiges de l'ancienne usine métallurgique des Forges. Si la plupart des bâtiments du site industriel (maisons d'ouvrier, maison du maître de forges, chapelle, etc.) sont situés sur la commune de Paimpont, les moyens de production (hauts fourneaux, fonderie) sont implantés sur la commune de Plélan-le-Grand.

L'inventaire préliminaire à l'étude du patrimoine de la commune de Plélan-le-Grand a été réalisé durant le printemps 2002. Le recensement architectural a porté sur l'ensemble des ouvrages construits avant le milieu du 20e siècle. Les constructions de la période contemporaine ne sont pas prises en compte. 521 édicules, édifices ou ensembles bâtis, ont fait l'objet d'une notice individuelle, parmi lesquels on peut distinguer 80 oeuvres exemplaires signalées par la mention « étude souhaitable » dans les observations. D'autre part, 633 maisons ou fermes, trop profondément remaniées pour être analysées suivant les problématiques de l'Inventaire général, ont été traitées d'un simple point de vue cartographique dans un dossier thématique, "les maisons et les fermes non documentées".

Les notices sont classées dans un ordre allant du général au particulier : le collectif ou thématique, les ensembles, par exemple un alignement de logis ou un écart réunissant des fermes, puis les édifices et les édicules isolés. Noter que les éléments constituants d'un édifice, un four, une grange... ne sont pas traités à part mais seulement au sein de leur unité foncière, la ferme par exemple.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Plélan-le-Grand

Annexes

  • 20023513452NUC : - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Ille-et-Vilaine. Commune de Plélan-le-Grand. Plan cadastral dit "napoléonien". Tableau d'assemblage, plan cadastral, 1823, échelle : 1/10 000ème (A.D. Ille-et-Vilaine : 3 P 5449).

  • Ille-et-Vilaine. Commune de Plélan-le-Grand. Plan cadastral. Tableau d'assemblage, feuille 1, plan cadastral, 1995, échelle : 1/10 000ème.

  • Ille-et-Vilaine. Commune de Plélan-le-Grand. Plan cadastral. Tableau d'assemblage, feuille 2, plan cadastral, 1995, échelle : 1/10 000ème.

  • Carte de la France, feuille 129, Rennes, plan, par César-François Cassini de Thury, levée vers 1783, échelle : 1/86 400.

Bibliographie
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 vol. (Le patrimoine des communes de France).

    t. 2, p. 1110-1112
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    t. 2, p. 283-284
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1928.

    t. 3, p. 107-113
  • GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886, 6 vol.

    t. 5, p. 471-477
  • CREST DE VILLENEUVE, Emile-René du. Département de l'Ille-et-Vilaine. Dictionnaire des communes. Reprise de l'édition restaurée de 1847. Paris : Res Universis, 1992.

    p. 143-145
  • EALET, Jacky, GOUNEAU, Lucien, GRUEL, Sylvie, LARCHER, Guy. Le pays de Brocéliande. Rennes : A. Sutton, 1994, 128 p. (Mémoire en images).

Périodiques
  • Etrennes bretonnes, géographiques, historiques, ecclésiastiques, civiles, etc... Rennes : Vatar imprimeur, 1771.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. [s.l.] : Institut Culturel de Bretagne - Skol-Uhel Ar Vro, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990, 98 p. (Patrimoine archéologique de Bretagne).

    p. 15, 80, 81