Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Pleugriffet

Dossier IA56132154 réalisé en 2018

Fiche

Contexte de l'enquête:

L'enquête d'inventaire participative du patrimoine bâti de la commune de Pleugriffet s'inscrit dans la convention de partenariat signée en 2014 entre le service de l'Inventaire du patrimoine culturel de la Région Bretagne et le service patrimoine de l'Office de Tourisme de Pontivy Communauté. En cohérence avec le projet Pays d'Art et d'Histoire, l'Office de Tourisme de Pontivy Communauté est lauréat de l'appel à projet régional "Participer à l'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne". En accord avec le service de l'inventaire, Pontivy Communauté a décidé de mettre en place une méthodologie participative pour réaliser l'inventaire de son territoire.

L’inventaire est actuellement en cours sur les 25 communes du territoire de Pontivy Communauté. Il est réalisé aussi bien dans le bourg que dans les lieux-dits. Il couvre l’ensemble du patrimoine bâti de Pleugriffet : cela comprend entre autres les monuments, les habitations, les fermes, les manoirs, les puits et les croix. Les bénévoles de l'inventaire participatif ont réalisé 46 fiches de recensement. Les bâtiments postérieurs à la fin des années 1950 n’ont pas été recensés.

Contexte géographie et paysager:

Pleugriffet est limitée à l’est par l’Oust canalisé qui forme une section du canal de Nantes à Brest dont les travaux ont débuté en 1807 et se sont achevés en 1842. La commune s’est développée dans le sous-bassin du Lié, l’affluent principal de l’Oust. Le territoire possède donc un réseau hydrographique dense. Cela a un impact sur le relief de la commune qui est par conséquent légèrement vallonné. Le sol de la commune est favorable aux cultures céréalières et légumières. Initiée dans les années 1950-1960, l’agriculture intensive a fortement touché l’est du territoire de Pontivy Communauté. Les paysages actuels de Pleugriffet sont par conséquent très ouverts, peu boisés et toujours dominés par l’activité agricole.

Aires d'études Pontivy Communauté

Pleugriffet tire son nom à la fois du vocable « Pleouc » ou « Pleouec » qui signifie le peuple, la paroisse et de la seigneurie de Griffet, toponyme situé au nord de la commune qui existe toujours. La seigneurie de Griffet possédait sur ce territoire le droit de haute, moyenne et basse justice et percevait la dîme. D’abord utilisé seul, le terme « Pleouc » (prononcé « Pieu » localement) est complété par « Griffet » en 1453 donnant ainsi « Pleugriffet ».

Pleugriffet est une commune du Morbihan située dans le canton de Grand-Champ dans l’arrondissement de Pontivy. Elle est une ancienne paroisse primitive qui ne semble pas avoir été démembrée lors de la création des communes après la Révolution Française.

Évolution de la commune:

Une présence ancienne datant de l’âge du Bronze et du Fer est attestée par des vestiges d’enclos, d’une exploitation agricole et d’un dépôt sur le territoire de la commune. Lors de fouilles, il a également été trouvé un camp retranché au lieu-dit les Grands Fossés datant de l’Antiquité romaine. L’existence de ce camp peut s’expliquer par la présence de la voie romaine reliant Vannes à Corseul. Celle-ci se situe à l’est, en bordure de l’actuelle frontière entre la commune de Pleugriffet, de Lanouée et de Guégon.

Depuis l’arrivée des Bretons au VIe siècle, la commune est restée majoritairement rurale, principalement dédiée à la culture céréalière. Ce qui induit une forte présence de fermes sur le territoire. Pleugriffet reflète l’habitat dispersé typique de la Bretagne avec un bourg à faible concentration d’habitants, regroupés autour de l’église, et un territoire composé d’un habitat à la fois dispersé et regroupé sous forme de hameaux.

Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que le bourg se développe avec trois faubourgs construits en front de rue. Ils se situent le long des trois axes principaux traversant le bourg. La véritable extension du bourg n’intervient qu’à la fin des années 1970 avec la construction de lotissements qui s’étalent depuis le bourg vers le sud. Avec les années 1980 et 1990, le mode de vie évolue. Désormais, l’exode s’inverse, et les campagnes à proximité des moyennes et grandes villes se repeuplent.

Voies de communication:

Le bourg de Pleugriffet s’est développé à proximité de deux voies de communications. Ces axes ne desservent qu’une partie du territoire de la commune. Le premier axe se situe au sud du bourg, il s’agit de la route Royale reliant Brest à Angers construite au XVIIIe siècle. Cette voie permet notamment de relier Pontivy à Josselin. Le second axe se situe lui aussi au sud du bourg et relie la route Royale à la ville de La Chezé.

A partir de 1842, Pleugriffet a pu également bénéficier d’une autre voie de communication. Etant bordé à l’est par le canal de Nantes à Brest, le transport fluvial a été mis en place pour exporter les marchandises agricoles produites sur son territoire, en particulier les céréales.

Dès 1902 et jusqu’en 1939, la commune bénéficie cette fois-ci de l’arrivée du train. Pleugriffet se voit reliée à Plouay et Ploërmel, par une voie de chemin de fer métrique passant par Locminé, Réguiny, Radenac et Josselin. La gare de Radenac-Pleugriffet se situe sur la commune de Radenac au lieu-dit la mare aux canes (47°58′17″N 2°41′53″W). La gare est toujours visible.

Patrimoine:

Lieu de pouvoir :

Certains vestiges présents sur le territoire permettent de retracer l’histoire de la commune de Pleugriffet. C’est notamment le cas de la motte castrale située au lieu-dit de la Haie ainsi que du château de Griffet rasé dès le XVIe, ne laissant que quelques vestiges de la chapelle encore visibles.

La vie religieuse :

Pleugriffet témoigne également de la dévotion religieuse bretonne. Outre l’église Saint-Pierre consacrée en 1956, la commune possède également deux chapelles du XVIIIe siècle: la chapelle Sainte-Marguerite et la chapelle Saint-Vincent Ferrier. Le territoire compte également deux calvaires réalisés au XIXe siècle dont le calvaire de Lairdomas inscrit au Monument historique, et deux fontaines de dévotions plus anciennes.

L’habitat :

Pleugriffet dispose d’un patrimoine rural riche qui reflètent l’organisation en habitat dispersé. L’habitat majoritaire de la commune est composé de fermes regroupées sous forme de hameaux. Elles sont construites en moellons et pierres de taille de schiste et couvertes d’ardoises. L’organisation sous forme de hameaux, montre qu’une majeur partie des hameaux et des plus importantes fermes possédaient parmi ces dépendances un four à pain. Aujourd’hui la commune possède encore sur son territoire vingt fours à pain avec une typologie similaire : une maçonnerie de moellons de schiste et une couverture en terre.

Le territoire de la commune compte plusieurs belles maisons de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces maisons sont majoritairement concentrées dans le bourg de Pleugriffet. Cet habitat de bourg se caractérise par l’influence des modèles urbains. Les façades évoluent, les ouvertures en façade se multiplient et s’organisent. Certaines maisons du bourg ou proche de celui-ci s’ornent également de briques autour d’un même modèle de frise à dents d’engrenages.

Références documentaires

Bibliographie
  • Architecture rurale en Bretagne. 50 ans d'inventaire du patrimoine. Inventaire du patrimoine, Bretagne. Editions Lieux-dits. 2014

  • Le canal de Nantes à Brest. Kader Benferrat, Sandra Aubert et Richard Nourry. Editions Ouest-France, 2007.

    Archives départementales du Finistère
  • BARDEL Philippe, "Les modèles de l'architecture rurale du pays de Rennes", in : La maison rurale en pays d'habitat dispersé, ANTOINE Annie, COCAUD Martine, PICHOT Daniel (dir.), Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2005

(c) Pontivy Communauté - Bourgault Marine