Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Rosnoën

Dossier IA29000091 réalisé en 1995

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique
Adresse Commune : Rosnoën

L'enquête

L´inventaire topographique du patrimoine architectural et mobilier et de la commune de Rosnoën, soutenu par le Conseil général du Finistère, a été réalisé entre 1995 et 1996. Il a été accompagné de plusieurs produits de valorisation :

ITINERAIRES PEDAGOGIQUES. « Architecture et mobilier religieux. Église paroissiale Saint-Audoën, Rosnoën ». Dossier et CD ROM. Ministère de la culture et de la communication et Centre Départemental de Documentation Pédagogique, Brest, 1997.

IMAGES DU PATRIMOINE. « Entre mer et fleuve. Le Faou et son canton ». Ministère de la Culture et de la Communication, Rennes, 1998.

EXPOSITION ITINERANTE retraçant les caractéristiques patrimoniales du territoire cantonal, 1998.

La reprise d'antériorité

Dans le cadre du recensement du patrimoine architectural du P.N.R.A. (Parc Naurel Régional d´Armorique), structure à laquelle adhère la commune de Rosnoën, la mise à jour des dossiers - traitement des données, numérisation des images - et la présentation des données sous forme électronique, ont été réalisées en 2005.

Certains dossiers intègrent (sous forme de fiches pdf), des éléments issus de la documentation papier (dossiers verts) réalisés entre 1995 et 1996. Contenant notamment des indications bibliographiques, des annexes, des plans, des croquis ou encore des documents anciens, ils sont accessibles par simple clic : Annexes /INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES).

Méthode et résultats

L´inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1920. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou du thématique (dossiers collectifs), au particulier.

Parmi les 469 immeubles recensés par l'INSEE en 1999, 113 ont été bâtis avant 1915. Dans ce dossier, 14 sont documentés individuellement, et environ 115 collectivement, c´est-à-dire mentionnés et illustrés dans un dossier collectif.

Parmi les 62 objets mobiliers recensés, conservés dans les édifices religieux et appartenant à la commune, 33 ont fait l´objet d´un dossier individuel. Ces données, non restituées dans le cadre de cette opération, sont consultables dans la base PALISSY (objets mobiliers) du ministère de la Culture.

Les oeuvres uniques ou au contraire représentatives, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traitées dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond une notice. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (les maisons par exemple), il a été procédé à une sélection raisonnée d'unités à étudier, les caractères communs à chaque famille étant restitués dans un dossier collectif.

A l´échelle nationale, l´accès aux données est possible via les bases de données MERIMEE (architecture) et PALISSY (objets mobiliers) du Ministère de la Culture.

Note de synthèse

Le territoire communal de 3400 hectares forme une péninsule dominée par une arête centrale d'une hauteur de 169 m ; il est bordé d'une vingtaine de kilomètres de côtes et de paysages aux points de vue remarquables.

Cette paroisse-mère de Saint-Sauveur du Faou est déjà mentionnée dans le cartulaire de Landévennec compilé au 11e siècle ; le toponyme perdure jusqu'au début du 15e siècle pour apparaître au 18e siècle sous la forme de Rosnohan. À l'époque médiévale, la seigneurie du Parc, avec droit de haute justice, exerce son pouvoir sur une grande partie du territoire. D'autres manoirs s'installent à proximité des rivières, sur des terres fertiles. L'église paroissiale témoigne, malgré un certain isolement géographique, de la connaissance et de l´adaptation de modèles issus des grands courants de l´architecture régionale voir nationale. Le 18e siècle est caractérisé par un ralentissement des activités. La transformation du bourg et la reconstruction de quelques demeures de notables dans des sites privilégiés marquent la seconde moitié du 19e et le début du 20e siècles. L'achèvement du pont suspendu de Térénez en 1925 facilite l'accès à la presqu'île de Crozon et la nouvelle station balnéaire de Morgat. Malgré un remembrement intensif effectué dans les années 1960, certains sites ont conservé leur caractère à la fois maritime et rural, offrant de larges panoramas allant de la rade de Brest à Rumengol.

Sites de proctection site inscrit, parc naturel régional