Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Guinoux

Dossier IA35045660 réalisé en 2006

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Canton de Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine

Arrondissement de Saint-Malo

Superficie : 650 ha

Population 1999 : 733 hab.

Cours d'eau : Rivière du Meleuc, Biez du Meleuc, Biez Jean

Les conditions de l'enquête

L'enquête préliminaire, à l'étude du patrimoine architectural et mobilier, de la commune de Saint-Guinoux a été réalisé concernant l'architecture au mois de décembre 2006. Cet état des lieux exhaustif jusqu'en 1940 exclu cependant le domaine des fouilles archéologiques. La rapidité de l´opération et sa nature même, qui consiste à donner une évaluation du potentiel patrimonial à partir de l'observation in situ rendent nécessaires des compléments d'études mais aussi des recherches documentaires qu'elles soient archivistiques ou iconographiques.

Trois niveaux d'évaluation du potentiel patrimonial sont ici présentés.

Les oeuvres recensées et non documentées.

Parmi les oeuvres recensées, 20 ne sont pas documentées mais font l´objet néanmoins d´une cartographie précise. Il s´agit d´oeuvres remaniées ou rénovées dont l´analyse est devenue difficile, même si leur ancienneté est parfois indéniable.

Les oeuvres repérées et documentées : 132

Il s'agit de la majorité du corpus. Chaque fiche documentaire correspond pour le domaine de l'architecture à un bâtiment ou à un groupe de bâtiments affectés à une même destination construits sur un fonds d'un seul tenant. Il n'y a pas de dossier sur des parties constituantes d'un édifice.

Les oeuvres repérées avec mention spéciale, étude souhaitable : 16

Les oeuvres qui méritent d'être signalées portent la mention «étude souhaitable», il peut s'agir d'oeuvres remarquables comme d'oeuvres sérielles représentatives d'une famille d'édifices.

L'origine

L'origine du nom de la commune reste encore controversé. Pour certains, ce nom christianisé proviendrait de Guèthenoc, fils de Fracan, roi breton débarqué sur la côte armoricaine, au début des grandes migrations que l'on fixe au 5e siècle. Pour d'autres Saint-Guinoux, descendrait de saint Gueznou. Ce religieux, fils d'un prince breton, originaire de Grande Bretagne passa la mer et fixa son ermitage aux environs de Brest. Pour d'autres auteurs encore le nom ancien du vicus, serait Winiau, petit port connu bien avant l'occupation romaine. Au 6e siècle, c'est là qu'aurait accosté Saint-Samson, le fondateur de l'église de Dol. Le Guyoul qui coulait alors a depuis déplacé son lit et porté ses eaux douces au Vivier. La mer endiguée ne remonte plus sous châteauneuf. A sa place s'étend une vaste plaine humide, coupée de biez d'écoulement et plantée de peupliers et de roseaux qui donnent une ambiance particulière à cet endroit, qualifié de marais noir au sud-ouest et de marais blanc au nord-est.

Le contexte géographique

Saint-Guinoux, ancienne paroisse de l'évêché de Dol est située aujourd'hui au nord-est du canton de Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine. Son territoire est peu étendu, l'habitat est regroupé sur le coteau, la zone orientale inondable est traversée par la rivière du Meleuc et les canaux des Biez Jean et du Meleuc. La ligne de crête culmine à la Plisonnière à quarante cinq mètres d'altitude. Dans cette zone proche du village deTrélat se situait un moulin à vent dont la masse circulaire est encore visible sur les plans des anciens cadastres. Des carrières y sont encore exploitées, d'autres abandonnées et des puits d'extraction sont aujourd'hui en eau au village de la Garde. Le réseau limité est conditionné par cette topographie spécifique. Les différents hameaux se greffent perpendiculairement autour de l'axe principal nord-sud et forment des rangées continues de bâtiments dont l'orientation sud permet un ensoleillement appréciable.

Le patrimoine de la commune

Hormis le manoir de Maupertuis qui se détachent de l'ensemble du corpus, le patrimoine de la commune, comme nous le décrit Théodore Chalmel en 1933 est relativement modeste (voir annexe et dossier collectif communal sur les maisons et les fermes). La population était composée de petits exploitants agricoles, d'artisans tels les filassiers, les filandières et tisserands très nombreux avant la Révolution et également d'un bon nombre de marins au long cours et à la pêche à Terre-Neuve. Les logis les plus imposants semblent avoir été à l'origine des fermes, celle de Trélat datée de 1698 constitue un exemple notable comme celle de la Plisonnière du même type mais construite plus tard au début du 19e siècle. Les habitudes de construction perdurent ainsi que les modules types de l'architecture vernaculaire. La ferme des Landes Pont présente quant à elle une formule à part héritée des logis de retenue ou une partie du logis et des terres, ici vraisemblablement une partie du jardin, étaient réservés aux maîtres des lieux lors de ses passages.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Saint-Guinoux

Annexes

  • Liste des chronogrammes

    1602, Bignon, maison

    1657, ferme Trélat

    1698, ferme Trélat

    1753, église paroissiale

    1863, ferme, la Basse Garde

    1875, ferme, le Clos Neuf

    1887, maison, les Fontaines

    1929, croix de mission, la Toisse.

  • 20063515240NUCA : - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine