Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Suliac

Dossier IA35045978 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Canton de Chateauneuf d'Ille-et-Vilaine

Arrondissement de Saint-Malo

Superficie : 507 ha

Population 1999 : 875 hab

Cours d'eau : La Rance, ruisseau de Belle Ile, ruisseau de la Goutte.

Nombre d'oeuvres non documentées : 30

Nombre d'oeuvres ou ensembles repérés : 247

Nombre d'oeuvres ou ensembles repérés avec mention spéciale étude souhaitable : 52

Les conditions de l´enquête

L'enquête préliminaire, à l'étude du patrimoine architectural et mobilier, de la commune de Saint-Suliac a été réalisé concernant l'architecture d'octobre à novembre 2006. Cet état des lieux exhaustif jusqu'en 1940 exclu cependant le domaine des fouilles archéologiques, seulement quelques éléments hors sol comme les mégalithes ont été documentés. La rapidité de l´opération et sa nature même, qui consiste à donner une évaluation du potentiel patrimonial à partir de l'observation in situ rendent nécessaires des compléments d'études mais aussi des recherches documentaires qu'elles soient archivistiques ou iconographiques.

Trois niveaux d'évaluation du potentiel patrimonial sont ici présentés.

Les oeuvres recensées et non documentées.

Parmi les oeuvres recensées, 30 ne sont pas documentées mais font l´objet néanmoins d´une cartographie précise. Il s´agit d´oeuvres remaniées ou rénovées dont l´analyse est devenue difficile, même si leur ancienneté est parfois indéniable.

Les oeuvres repérées et documentées .

Il s'agit de la majorité du corpus. Chaque fiche documentaire correspond pour le domaine de l'architecture à un bâtiment ou à un groupe de bâtiments affectés à une même destination construits sur un fonds d'un seul tenant. Il n'y a pas de dossier sur des parties constituantes d'un édifice.

Les oeuvres repérées avec mention spéciale, étude souhaitable.

Les oeuvres qui méritent d'être signalées portent la mention «étude souhaitable», il peut s'agir d'oeuvres remarquables comme d'oeuvres sérielles représentatives d'une famille d'édifices.

Présentation géographique et historique

La commune de Saint-Suliac est située sur la rive droite de la Rance. Elle formait anciennement une presqu'île ceinturée par un bras de Rance appelé également le Bras de Châteauneuf. Son territoire peu étendu, 507 hectares englobait avant 1850 celui de la Ville-es-Nonais qui devient à cette période une commune indépendante. Le village situé au fond d'une anse se présente en amphithéâtre. Il est encadré au nord par la pointe de Grinfolet et au sud par la pointe du Mont Gareau éperon rocheux naturel d'où l'on embrasse à perte de vue la Rance, ses villages et ses paysages maritimes. C'est également du haut de ce promontoire que se découvre à marée basse, dans l'Anse du Vigneaux, un camp fortifié Viking occupé entre 900 et 950 de notre ère. L'origine de cette découverte proviendrait notamment d'une nouvelle lecture de la chanson d'Aquin, écrite au 12e siècle par un personnage de l'entourage de l'évêque de Dol. Ce retranchement constitue une découverte importante identifiable par certains auteurs comme étant la petite cité de Gardaine.

Des peuplements plus anciens sont par ailleurs attestés sur le territoire communal. Des fouilles entreprises par Pierre-Roland Giot ont mis à jour un site préhistorique à Grinfolet. De la période du néolithique subsiste le Menhir de Chablé ou dent de Gargantua. De nombreuses légendes, liées à ces mégalithes survivent toujours, ravivées par la réedition de l'ouvrage d'Elvire de Cerny, Saint-Suliac et ses traditions, Contes et légendes d'Ille-et-Vilaine. Parmi ces récits légendaires s'y trouve également conté un épisode de la vie de Saint-Suliac dans l'histoire de la Guivre ou du serpent. Ce moine gallois a vécu au 6e siècle dans le village qui porte aujourd'hui son nom. Il y meurt en l'an 606 à l'âge de soixante seize ans. La tradition veut que celui-ci repose toujours au bas de la nef de l'église. On lui doit la fondation d'un monastère qui est à l'origine du bourg actuel.

L'église, le village et ses ruelles

Il ne reste plus de vestiges aujourd'hui du monastère fondé par Saint-Suliac. L'église rebâtie au 12 e siècle est donnée à l'abbaye bénédictine de Saint-Florent de Saumur qui y installe un prieuré. Cette église sinistrée au cours des conflits normando-bretons est en grande partie reconstruite à la fin du 13e siècle et au début du 14e siècle. Elle sera de nouveau assiégée pendant les guerres de la Ligue. Les registres paroissiaux relatent une expédition punitive en 1597 par les troupes d'Henri IV composée de huit cents hommes armés et deux navires de guerre pour bombarder l'église où 250 partisans du duc de Mercoeur s'y étaient rassemblés. Une partie du clocher dont la flèche et la tourelle d'escalier furent détruites, le bourg assailli. Les logis regroupés autour de l'église sont construits postérieurement à ce conflit. La majeure partie des habitations repértoriées sont du 17e siècle. Le bourg a peu évolué depuis le premier cadastre de 1809, l'ensemble de son réseau a été maintenu. Une artère centrale abrupte descend au port, s'y grèffent de nombreuses voies perpendiculaires et secondaires. Ces rues très étroites dont certaines sont appelées ruettes font le charme de ce village de Rance avec ses hauts murs maçonnés qui protègent des jardins privatifs.

Saint-Suliac est membre de l'association des " plus beaux villages de France ".

Une économie mixte

Le recensement de la population en 1851 fait apparaître à cette date une majorité de marins dont une partie embarque pour la haute mer. Quelques paludiers y sont également recensés ainsi que quelques tisserands. Prospères au 17e siècle, les activités liées au tissage du lin et du chanvre et à la vente de produits finis, tels que les bans de toile destinés à la marine à voile, sont devenus au 19e siècle des activités secondaires de subsistances. Quant aux salines de Saint-Suliac, leurs revenus importants au 18e siècle sont déjà en forte baisse, la production de sel est néanmoins attestée jusqu'en 1880. Les terres nous dit Elvire de Cerny en 1861 sont généralement cultivées par les femmes et presque tous les ménages sont propriétaires d'une maison, d'un jardin et de trois à quatre journaux de terre. Cette économie mixte perdurera jusqu'au milieu du 20e siècle. Contrairement à d'autres villages qui se sont developpés avec l'arrivée des estivants, Saint-Suliac restera un village de marins et de pêcheurs. Des régates y sont toutefois programmées pour une riche clientèle, comme celle organisée les 3 et 4 août 1900 par le marquis d'Audiffret Pasquier en villégiature à Dinard. Aujourd'hui les bords de Rance sont devenus des lieux de plaisance, et les distractions tranquilles de la navigation à voile, de la pêche à pied, de la promenade et de la découverte ornithologique ont supplantées toutes les activités économiques d'antan.

L'estuaire de la Rance, fait partie des sites classés du département depuis le 06/ 05/ 1995.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Saint-Suliac

Annexes

  • A.D. Ille-et-Vilaine : 6M 607

    1851 , recensement de la population.

    Agriculture

    Propriétaires cultivateurs : 50

    Fermiers : 4

    Journaliers : 37

    Journaliers faisant en même temps un autre état : 9

    Grande industrie ou manufacture

    Fabrication des tissus de coton, de soie, de laine, de lin, chanvre, poils et crins : 8

    Manufactures diverses : 7

    Petite industrie ou marchands

    Industrie du bâtiment : 16

    Industrie de l'alimentation : 10

    Industrie des transports : 1

    Professions libérales

    Pensionnés de l'Etat, des communes : 13

    Employés des communes : 16

    Militaires et marins : 148

    Ecclésiastiques : 2

    1896

    239 maisons

    239 ménages

    881 habitants.

  • Liste des chronogrammes

    1598, rue de la Grande Cohue

    1601, 1653, la Grande Ruchée

    1608, la Domalin

    1610, le Clos de Brond

    1628, la Porte Barrée

    1639, 15 rue de la Grande Rue

    1655, 04 quai des Lançonniers

    1657, la Domalin

    1669, rue de la Grande Cohue

    1693, les Rouessis

    1702, 08 ruette du Petit Puits

    1706, 10 rue Fourche

    1711, la Chabossière

    1748, Clos de Brond

    1759, 03 place du Carrouge

    1826, rue du Bourg Neuf

    1854,1874, le port

    1858, 1913, croix du Mont Garreau

    1861, mairie-école des garçons

    1875, croix de cimetière

    1896, rue du Jerzual.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D.Ille-et-Vilaine : 6 M 607 (Recensement de la population).

  • PETRY Julien. Quelques actes concernant Saint-Suliac avant 1789. Les grandes familles de Saint-Suliac avant la Révolution. (A.C. Saint-Suliac : notes dactylographiées, 1999).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments . Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 141-149
  • GAUTIER Jean, REVERT Jean-François. La Rance maritime . Rennes : Ed. Apogée, 1994.

  • GIOT Pierre-Roland, BORDES François. L'abri sous-roche paléolithique de Grainfollet à Saint-Suliac (Ille-et-Vilaine). Anthropologie, 1955, n°59.

    p. 205-234
  • GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes . Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

  • DE CERNY, Elvire. Saint-Suliac et ses traditions. Contes et légendes d'Ille-et-Vilaine. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1987. (Rééd. Association, Rue des Scribes).

  • LEFEUVRE Aimé, PETRY Julien. En Haute Bretagne au bord de la Rance. Généalogie de cent familles suliaçaises. Le vocabulaire de Saint-Suliac . Dinard : Editions Danclau, 1990.

  • LANGOUËT Loïc. Un retranchement normand " insulaire " : Gardaine à Saint-Suliac (Ille-et-Vilaine). Bulletin d'information de l'AMARAI , 1991, n°4.

    p. 55-63
  • LEFEUVRE Aimé, PETRY Julien. En Haute-Bretagne au bord de la Rance. La vie à Saint-Suliac avant 1914 . Dinard : Editions Danclau, 1989.

  • PERRIN Yves, PERRIN François-Xavier. Saint-Suliac à travers son église. Etude historique et archéologique. Rennes : imprimerie le Vallon, 1993. (Association, Patrimoine Saint-Suliac).

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine . Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).