Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Sérent

Dossier IA56006511 réalisé en 1986

Fiche

Œuvres contenues

Une enquête d’inventaire

Le territoire

L'approche topographique, en considérant avant tout l'œuvre dans son territoire, fait de l'Inventaire un interlocuteur privilégié des organismes et des responsables locaux chargés de la gestion du patrimoine et de l'aménagement de ce territoire. Partout, la richesse et les particularismes du patrimoine constituent des leviers de développement. Les travaux de l'Inventaire permettent d'accompagner une démarche de reconnaissance culturelle tant dans des secteurs ruraux qu'urbains, et aussi de fournir un outil d'aide à la décision en livrant des arguments essentiels à la compréhension historique et esthétique du territoire.

La restitution des données

La restitution des données découle de la méthode d'analyse. À chaque élément étudié correspond une notice. Chacun de ces éléments fait généralement partie, sur un territoire donné, d'une famille d'édifices (maisons et fermes, manoirs et châteaux, églises et chapelles...) ou d'édicules (croix, fontaines et lavoirs, ponts…) ; leurs paramètres descriptifs sont rassemblés dans un dossier collectif, au niveau communal. Au niveau cantonal, un second dossier cantonal restitue les caractères communs de la famille sous forme d’observations générales.

Certains de ces éléments particulièrement bien conservés, représentatifs d'une famille ou au contraire uniques, sont sélectionnés et font l'objet d'une notice plus approfondie.

Les dossiers sont classés du général ou du collectif au particulier, par lieu-dit ; les objets mobiliers sont reliés à leur édifice contenant par une notice intermédiaire intitulée « Le patrimoine mobilier de l'église... » ou « Le patrimoine mobilier de la chapelle... ».

L'enquête sur le patrimoine de la commune de Sérent

Elle s’est déroulée en deux campagnes distinctes :

1) La première enquête s’est échelonnée sur le terrain entre 1983 et 1984 dans un cadre d’études d’inventaire topographique.

Elle a porté sur l'ensemble des éléments bâtis jusqu'en 1950 et sur les objets contenus dans l’église. Elle a abouti, en 1986, à des dossiers « papier ». Les œuvres remarquables ou représentatives du patrimoine, localisées aussi précisément que possible, ont fait alors l’objet d’une notice documentée, accompagnée de photographies et éventuellement de relevés architecturaux.

2) La seconde enquête s’est déroulée en 2010 dans le cadre d’études des communes riveraines du canal de Nantes à Brest.

Après avoir inventorié le réseau du canal (écluses, sites d’écluses, ponts…), il a été décidé d’élargir le champ d’investigation sur une bande de 5 km de largeur totale, de chaque côté du canal, pour mettre en valeur le patrimoine culturel en Bretagne intérieure. Tous les dossiers concernant les communes riveraines ont alors été rassemblés : import des notices électroniques, géoréférencement des œuvres, intégration des illustrations, des notes de lecture et de terrain, mise aux normes d’une bibliographie courante, création des liens entre les notices. Une sélection des œuvres intéressantes du point de vue touristique a été réalisée ainsi que des retours sur le terrain, ne concernant que ces œuvres.

La publication des dossiers permet donc de rassembler des enquêtes issues de cadres d’études différents. Elle est aussi l’occasion de les enrichir : des photographies prises en 1969, et numérisées, en ont rejoint d’autres, prises entre 2010 et 2015, ainsi que quelques œuvres qui n’avaient pas été retenues.

Présentation de la commune de Sérent

Plusieurs cours d´eau servent de frontières entre Sérent et ses voisines limitrophes : le ruisseau de Tromeur, au nord, avec Lizio et Le Roc Saint-André ; l´Oust, à l´est avec La Chapelle-Caro ; puis viennent Saint-Marcel et Bohal ; la Claie prend le relais au niveau de Saint-Guyomard et Trédion ; enfin, à l´ouest, le ruisseau de Callac sépare Sérent de Plumélec.

Il ne subsiste aucun moulin à vent : celui de Bréhelin est signalé en ruine, celui de la Bourdonnaye est rappelé, sur la carte IGN, par la mention le Moulin de la Bourdonnaie et ceux des Coëts, de Brambily et de Pinieux ont disparu.

Plusieurs moulins à eau étaient signalés autrefois : Brévent [Brévan], la Ville-Baud, la Vallée, le Rhun, sur le ruisseau de Callac ; Tromeur et Marzac sur le ruisseau de Tromeur ; leur nom est encore sur la carte IGN.

Le relief de la commune est surtout vallonné au sud ; au-dessus de la vallée de la Claie s´étendent les landes de Pinieux et celles de Rohan, séparées par le ruisseau de Sérentin ; ces landes, peu construites, séparent le bourg des écarts. Le sous-sol est essentiellement constitué de schiste, talqueux dans l´ouest nord-ouest et argileux ailleurs, qui a été exploité comme ardoise sur plusieurs points. Au milieu du 19e siècle, Marteville rapporte qu´« on a jadis exploité en Sérent beaucoup de minerais de fer, à l´aide de petites forges à bras ; on voit les traces d´usines de ce genre entre les deux moulins à vent de Pinieux. Ce minerai est aujourd'hui dirigé sur les forges de Trédion. »

Les mégalithes, tombelles, sépultures circulaires et chambres souterraines trouvées en grand nombre sur le territoire de la commune, sont le signe d'une présence humaine très ancienne. Cayot-Délandre, en 1847, signalait, près du manoir de la Rivière, un cromlech « bien conservé, mais de petite dimension. Ce monument a 2 mètres 70 de diamètre ; les sept pierres qui le composent ont à peine 72 centimètres de hauteur ». Il a complètement disparu.

L'occupation romaine est attestée : près du village de Trégaro, l´abbé Marot, cité par Cayot-Délandre, a trouvé, entre 1835 et 1844, « une grande quantité de tuiles à rebord, des vases funéraires, [...] des fragments de verre antique de diverses couleurs », de la poterie fine et rouge ornée de dessins en relief ; des fondations de murailles antiques y sont en grand nombre : près du Croizo, près de la Ville au Rouge, près du manoir de Bohurel, près de la Vieille Ville..

Le Cartulaire de Redon mentionne Sérent à de très nombreuses reprises. En 857, en leur château ou cour de Sérent, Bily et son épouse Morliwet signent l´acte de donation de biens à l'abbaye Saint-Sauveur ; leurs successeurs, Riwelen, Wihenon, Artur, Alfred... paraissent au fil des années soit comme donateurs, soit comme témoins dans des actes dans lesquels Sérent est qualifiée de plebs - c´est-à-dire une agglomération d´écarts ou de villages -. Sa superficie d´alors - 11 134 hectares - en fait, nous dit Le grand dictionnaire historique (rédigé par l´abbé Moréri, édition de 1759), l'une des plus vastes paroisses du royaume. La maison de Sérent, « l´une des plus anciennes de cette province » semble avoir « tiré son nom de cette terre sur la fin du Xe siècle ».

En 1318 la seigneurie est érigée en baronnie par le duc Jean III.

Sous l´ancien Régime, Sérent relève de la sénéchaussée de Ploërmel. De nombreuses familles et leurs biens apparaissent dans les réformations de la noblesse. L´hébergement et manoir de Bohurel à Guillaume Le Voyer avec une métairie où demeure Johannet Heraud, en 1427 ; à Antoine Juzel en 1513 et 1536. L´hébergement et manoir de Bovrel à Morice de Comenan en 1427 ; à Jehan de Comenan en 1513 ; au sieur de Quistinic en 1536. L´hébergement de Rescouart [Ruscouart] à Guillaume de Serant avec une métairie où demeure Perrot du Tay et Guillaume et Jean ses enfants, en 1427 ; à Loys du Val et Marie de Sérent en 1513 ; au sieur de la Villereix en 1536. Le manoir et hébergement de la Salle à Renaud de la Salle avec une métairie où demeure Michel Tatard, en 1427. L´hébergement de la Vieille Cour de Trebret [Tréviet] au sieur de Tromeur et sa femme à cause d´elle avec une métairie où demeure Ollivier Calo, en 1427. L´ « herbregement » de la Villequello [La Ville Quélo] à Guillaume de Lanvaux avec une métairie où demeure Hervé Vaillant, en 1427 ; le manoir, maison et métairie de la Villequello à Jehan de Couedro en 1513 ; au sieur de Brignac en 1536.

Les réformations de 1513 et 1536 mentionnent également le manoir, maison et métairie de la Ripviere à la famille de Sérent, le manoir et hébergement de Tromeur, avec ses métairies et la maison noble de la Villegraou [La Ville Gros]. Ces trois manoirs sont encore visibles aujourd'hui.

En 1790, Sérent est érigé en commune, devient chef-lieu du canton qui porte son nom entre 1793 et 1801, puis passe dans celui de Malestroit.

La paroisse de Sérent relevait du doyenné de Porhoët. En dehors de l´église, il ne subsiste pas moins de six chapelles publiques réparties en couronne sur tout le territoire, permettant ainsi, autrefois, aux habitants des écarts éloignés du bourg de suivre les offices ; ce sont les chapelles Sainte-Suzanne à Tréviet au nord ; Saint-Symphorien à Coësboux, à l'ouest ; Saint-Jacques, près de Launay-Grincho au sud-ouest ; Notre-Dame des Broussettes à Bréhelan, vers le sud ; Saint-Barnabé, aux Trégouets et Saint-Sébastien, aux Haies, toutes deux vers l´est. La chapelle Saint-Michel, place du Martray au bourg, a été démolie en 1810 ; celle de Saint-François, au village de Tréalet, a été détruite vers 1750 et celle de Sainte-Madeleine, à la Corderie, a également disparu.

Malgré la prédominance du schiste dans le sous-sol, c´est le granite qui est mis en œuvre dans les constructions anciennes, soit employé seul, soit associé avec le schiste ; les croix monumentales sont toutes en granite ; cependant on trouve encore des palis, ces dalles de schiste dressées qui pouvaient servir de clôture entre les champs, ou de cloison dans les maisons modestes.

(M. -D. Menant)

Aires d'études Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
Adresse Commune : Sérent

Références documentaires

Documents figurés
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section A de la Saint-Jacques. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/2
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section F de Couësboux. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/10
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section G de la Ville-Baud. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/11
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section I1 de la Ville-Fichet. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/14
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section K2 de Tréviet. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/17
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section V1 de Pinieux. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/31
  • Sérent. Cadastre napoléonien, section V3 de Pinieux. Levée par M. Monoury, géomètre du cadastre, 1829, échelle : 1/2500e.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 286/33
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère édition 1778-1780. Nouvelle édition, revue et augmentée par MM. A. Marteville, et P. Varin, avec la collaboration principale de MM. de Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou. Rennes : Molliex, libraire-éditeur, 1843-1853.

    t. 2, p. 892-895 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CAYOT-DELANDRE, François-Marie. Le Morbihan, son Histoire & ses Monuments. Vannes : A. Caudéran, édit. 1847, réimp. Auray : éd. du Bastion, 1990.

    p. 298-300 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 144-146 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Dictionnaire topographique du Département du Morbihan comprenant les noms de lieu anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1870.

    p. XII, XXVI, 259 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LE MENÉ, Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, 1891-1894. Reéd. Coop Breizh, 1994.

    t. 2, p. 483-488 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • DENOUAL, Henri. SERENT dans l'Histoire. [s. l. ; s. n. ; n. d.].

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 29-32, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • FLOQUET, Charles. Dictionnaire des châteaux et manoirs du Morbihan. Mayenne : Yves Floch, éd., 1991.

    p. 246-249, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LAIGUE, René, comte de. La noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles. Réformations et montres. Evêché de Vannes. Vannes, 1902, rééd. Versailles : Mémoires & Documents, 2001.

    t. 2, p. 775-787 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web