Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation du canton de Quimperlé

Dossier IA29000640 réalisé en 2004

Couvrant la partie méridionale de l´arrondissement de Quimper, le canton de Quimperlé s´ouvre sur l´océan Atlantique par un littoral échancré à falaises de schistes cristallins entaillées dans un bas plateau couvert de pins maritimes et de landes. Les rivières de l´Ellé et de l´Isole, avec leurs vallées encaissées et boisées au sous-sol granitique, marquent les limites avec les cantons d´Arzano à l´est et Scaër au nord. Plus modeste, le Belon se confond, au nord-ouest, avec la frontière du canton de Bannalec. Dans la partie méridionale, le territoire est limité, à l´ouest, par la courte ria de Doëlan et le territoire du canton de Pont-Aven, à l´est par l´estuaire de la Laïta, frontière naturelle entre le Finistère et le Morbihan. La Laïta, née de la confluence de l´Isole et de l´Ellé, emprunte de longs méandres sinueux et traverse un vaste plateau bordé de coteaux par endroits hauts et abrupts avec de nombreux affleurements rocheux. La forêt domaniale de type océanique de Carnoët, (chênes, châtaigniers, hêtres) compte de nombreuses petites zones humides et tourbeuses ; elle est, avec ses 756 hectares, après celle du Huelgoat, le plus grand massif forestier du département et représente un fort intérêt écologique et faunistique. L´estuaire de la Laïta et la forêt de Carnoët sont répertoriés comme «milieu naturel sensible et paysage emblématique».

Sur le plateau, bien abrité des vents marins dominants par des haies, se découvre un paysage de bocage toutefois profondément remanié, dès les années 1965, dans le cadre de travaux connexes au remembrement. L´agriculture (polyculture, élevage) qui se concentre sur des secteurs moins pentus, est aujourd´hui en recul. L´urbanisation est forte autour de Quimperlé et très dense sur le littoral.

Bien que Quimperlé représente administrativement la zone la plus méridionale du «pays de Cornouaille» créé en 2001, elle est largement orientée vers le bassin d´emploi de Lorient, tout en développant ses propres secteurs d´activités tels que industrie agro-alimentaire, papeteries, tourisme urbain et balnéaire. Avec ses cinq communes (Baye, Clohars-Carnoët, Mellac, Quimperlé, Tréméven), le canton couvre aujourd´hui une surface de 11 584 hectares et compte 20 183 habitants.

Aires d'études Quimperlé

Situé dans l´extrême sud du département du Finistère, le pays de Quimperlé conserve un patrimoine très diversifié représentant toutes les périodes et quasiment toutes les catégories d´oeuvres : mégalithes et manoirs, bâtiments industriels et conventuels, villas balnéaires et ponts, maisons rurales et phares, statues et peintures, écoles et chapelles, monuments aux morts et pièces d´orfèvrerie. Il s´agit d´un secteur placé historiquement à cheval entre deux évêchés, Cornouaille et Vannes, entre deux orbites urbaines, Quimper et Lorient, réalités qui ont durablement façonné le patrimoine. Les parentés ont été observées entre Quimperlé et des territoires limitrophes déjà étudiés par l´Inventaire, tels les cantons de Pont-Scorff, Arzano ou Le Faouët. La ville de Quimperlé porte l´empreinte d´une cité devenue, aux cours des siècles, un centre spirituel et économique qui fait naître des témoins majeurs de l´architecture civile et religieuse. Quimperlé, véritable conservatoire de la demeure urbaine, possède aussi l´unique hôpital de type médiéval de Bretagne. L´importation d´oeuvres de qualité et l´appel à des artisans, artistes et architectes extérieurs, notamment de Lorient dont le rayonnement est sensible depuis le XVIIe siècle, montrent l´importance des contacts et des échanges. La qualité des paysages urbains, ruraux, forestiers et côtiers n´a cessé d´inspirer artistes et peintres de renom. Le Pouldu, avec ses villas et ses hôtels de voyageurs, est une des premières stations de villégiature établies dans le Finistère. La position charnière de ce bassin patrimonial bigarré et pluriel, à la fois cornouaillais et vannetais, français et breton, se traduit-t-elle par l´ouverture aux influences multiples dont le patrimoine, le plus illustre comme le plus modeste, porte les traces.