Logo ={0} - Retour à l'accueil

Réfectoire et infirmerie du lycée Bréquigny, 7 avenue Georges Graff (Rennes)

Dossier IA35132703 inclus dans Lycée Bréquigny, 7 allée de Bréquigny (Rennes) réalisé en 2018

Fiche

Le réfectoire du lycée Bréquigny a été conçu par Louis Arretche comme un "événement architectural (avec ses pilotis et son brise-soleil puissant)", selon l'expression de Jean-Yves Andrieux (Dictionnaire des lycées publics de Bretagne, article "Arretche"). Les pilotis sont encore bien visibles. Le brise-soleil en béton, aux allures monumentales, a quant à lui disparu. De rares photographies anciennes et les plans d'origine nous en transmettent le témoignage.

Il est aisé de rejoindre l'appréciation de l'historien de l'architecture. Le réfectoire "fait événement" : il se distingue, dans un programme extrêmement normé, au milieu des barres structurées par la trame de 1,75 m qu'impose le ministère de l’Éducation nationale.

Tout en respectant ces normes, l'architecte conserve des marges de manœuvres. Il soigne par exemple l'écriture des façades des internats et externats (encorbellements, gargouilles, alternances de baies verticales et horizontales), des entrées, des escaliers hors-œuvre, des galeries de circulations, des garages à vélos... Mais c'est incontestablement à travers le plan masse et l'architecture de bâtiments tels que le restaurant scolaire qu'il donne toute la mesure de son art.

Dans le cadre d'un ambitieux programme d'amélioration de l'établissement (isolation thermique, nouveau service de restauration...), le réfectoire "historique" va changer de fonction et être fortement restructuré.

Dénominationslycée
Aire d'étude et cantonBretagne
AdresseCommune : Rennes
Lieu-dit : Bréquigny
Adresse : 7 avenue Georges Graff

Le bâtiment R, élément important du programme de Louis Arretche, accueille depuis l'ouverture du lycée le réfectoire et les cuisines. Il a déjà été restructuré pour installer des lignes de self. Ses brises-soleil ont été démolis. Mais il a conservé sa vocation première et ses dispositions d'ensemble.

La programme de restructuration en cours, dont achèvement est prévu d'ici mai 2020, a été confié au groupe Legendre et à l'agence Anthracite 2.0. Il prévoit la construction d'un nouveau bâtiment pour héberger le service de restauration et une profonde transformation du réfectoire actuel.

Période(s)Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates1960, daté par source
2018, daté par source
Auteur(s)Auteur : Arretche Louis
Louis Arretche (1905 - 1991

Architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Anthracite 2.0

Le parti initial de Louis Arretche.

Si l'ensemble réfectoire-cuisines-infirmerie fait "événement" c'est grâce à la singularité de ses formes et de ses proportions, dans un paysage de longues barres - l'une d'entre elles mesure 200 m - construites dans un grand parc boisé.

L'infirmerie, une barre parmi les autres (de 105 m X 13 m environ), se signale par sa faible élévation. Comme le réfectoire, l'architecte Louis Arretche l'a dotée de deux niveaux seulement, quand les externats en ont 3, les internats 4. Une galerie de circulation, placée du côté sud du rez-de-chaussée, dessert des ateliers réservés aux personnels. Elle est dans-œuvre.

Elle fait donc figure d'exception dans l'établissement, où Louis Arretche a privilégié les galeries de circulation hors-œuvre. Elle s'inscrit ainsi dans la continuité du préau du réfectoire et des cuisines.

De l'extérieur, ce dernier semble être un long bandeau vitré, à l'origine surmonté d'un brise-soleil élancé, en béton, tout en légèreté, posé sur pilotis.

Le rez-de-chaussée bas de ce bâtiment est composé d'un vaste préau ouvert sur chacun des trois côtés ouest, sud et est. Il se déploie entre les poteaux de la structure, la sous-face des escaliers et les baies vitrées des couloirs qui, à l'origine, donnent d'accès aux espaces réservés aux WC, aux vestiaires, aux locaux techniques, à la coopérative des élèves. Un paysage d'une grande sobriété dominé par le béton et le verre, mais auquel le bois des huisseries apporte un peu de chaleur.

Le rez-de-chaussée haut regroupe l'ensemble des services de restauration. Il est de plan rectangulaire, d'environ 64 m X 49 m (côtés sud et nord). Au centre, dans un second rectangle plus petit (ca 18,5 m X 22 m), sont implantées les cuisines, éclairées par un grand lanternon. Un couloir réservé à la circulation des agents - et aujourd'hui aux "lignes" de self-service - les sépare des réfectoires, entièrement vitrés sur les trois côtés ouest, sud et est.

Le projet de transformation d'Anthracite 2.0

Ce bâtiment, déjà restructuré (création des lignes de self-service, suppression du brise-soleil), va être transformé en espace multifonctions : centre de documentation et d'information, foyers d'élèves, espace des professeurs, espace polyvalent. Dans ce projet, le lanternon disparaît et fait place à un atrium qui éclaire un patio.

Cette restructuration, confiée par la Région au groupe Legendre, a pour architecte l'agence Anthracite 2.0. Son site internet décrit ainsi le parti retenu lors du concours (2018) :

" Afin d’accueillir ces espaces et de les éclairer naturellement, un patio est créé en son centre à l’emplacement même de l’ancienne cuisine. Ce percement sur deux niveaux implique la démolition de la toiture haute et de la dalle.

L’état initial du bâtiment est déjà le fruit d’une évolution architecturale. A l’origine, le projet présentait des auvents en béton sur toute sa périphérie. Cela participait à l’élancement des proportions. Les lignes et la légèreté qui se dégagent de ce projet ont été pour nous la principale source d’inspiration de notre proposition globale. Ce bâtiment est le représentant d’une époque dans laquelle la structure magnifiait l’architecture. Deux horizontales enserrent un large bandeau vitré entièrement ouvert sur le paysage du parc. Notre intervention a pour seule ambition de mettre en valeur ce qui est. Nous avons proportionné les lignes horizontales en les affinant pour accentuer l’élancement. Nous avons recréé les débords de toiture qui existaient grâce à des consoles métalliques portant des caissons isolés en bois afin d’assurer les protections solaires des larges murs rideaux calepinés sur la structure. Le dessin vertical des modénatures qui interrompt les horizontales n’est que le prolongement des structures existantes. L’ensemble est recouvert de zinc noir. Afin de rendre plus accueillant le préau en continuité du foyer, nous avons mis en place une sous face bois sous les isolants rapportés."

Mursbéton
Toitbéton en couverture

Annexes

  • Plan de masse 2018
  • Plan général Réfectoire-Cuisine-infirmerie_L.Arretche architecte30.11.1961AD35-152W162 :
  • Partie Sud - RDC Haut - Réfectoire-Cuisine-infirmerie_L.Arretche architecte - 09.02.1962_AD35-152W162 :
  • Partie Sud - RDC bas - Réfectoire-Cuisine-infirmerie_L.Arretche architecte - 09.02.1962_AD35-152W162 :
  • Partie centrale - RDC Haut - Réfectoire-Cuisine-infirmerie_L.Arretche architecte - 09.02.1962_AD35-152W162 :
  • Partie centrale - RDC bas - Réfectoire-Cuisine-infirmerie_L.Arretche architecte - 09.02.1962_AD35-152W162 :
  • Restructuration du réfectoire _ Groupe Legendre et agence Anthracite 2.0 _ Extrait Carnet R _ 2018-11-21 _ 1 :