Logo ={0} - Retour à l'accueil

Réservoirs : pêcheries sur la commune de Lézardrieux

Dossier IA22014313 réalisé en 2009

Fiche

Aires d'étudesCommunes littorales des Côtes-d'Armor
Dénominationsréservoir
AdresseCommune : Lézardrieux
Lieu-dit : (près de) Kermenguy
Cadastre : Domaine Public Maritime

Plusieurs sites de pêcherie en pierre ont été repérés mais non étudiées sur le Trieux entre L'île à Bois et l'anse du Lédano. La parcelle n° 613, appelée communément 'Bois de Kermarquer', qui se nomme en réalité 'Lannec ar Gorrec', signifie 'a 'Lande de la pêcherie'. A cet endroit fut trouvé par Jean-Marie Le Quellec, un peson de filet en schiste. Ces pesons à trou servaient de lest. Ces pesons ont été trouvés sur seulement quatre autres lieux en Bretagne : la Rance, l'Odet, la Vilaine et le Trieux. Deux autres pesons ont été trouvés à Bodic et cinq autres au Lédano (par Jacques Dervilly). Leur utilisation va de l'époque gallo-romaine au Haut Moyen-Age. Cette pêcherie devait être située en limite des basses eaux, sur le site actuel utilisé par des parcs à huîtres, mais il n'en reste aujourd'hui aucune trace. La 2ème pêcherie repérée est celle située entre l'Île à Bois, côté Sud-Ouest et l'îlot de Roc'h Arhant. Sa datation n'a pu être établie.

Période(s)Principale : Gallo-romain
Principale : Haut Moyen Age

La pêcherie de 'Lannec ar Gorrec' n'a pas pu être décrite, en raison de l'aménagement du site en parc à huîtres. La pêcherie de l'Île à Bois a la forme approximative d'un rectangle, dont les extrémités des deux côtés s'appuieraient sur un îlot rocheux au Nord de l'Île Roc'h Arhant. Le côté Est s'appuie sur les enrochements situés à l'extrémité de la jetée de l'île à Bois. Chaque bras mesure environ 40 mètres de côté. Les bras de la pêcherie sont constitués d'une juxtaposition de pierres extraites de la grève, non maçonnées. Elles ont certainement perdu de leur hauteur et de leur effet de masse. Le pertuis de cette ancienne pêcherie a dû s'envaser et n'a pu être distingué.

La pêcherie située sous le bourg, près de la pointe de l'Armor est un parc en pierres.

L'inspecteur de la Marine, F. Le Masson du Parc, précise dans un pv daté de 1732, "rive de l'ouest, directement sous le bourg, près le passage ; nous trouvâmes une écluse de pierres qui y a été rétablie sur d'anciennes ruines, appartenant au comte de Langle qui l'avait relever depuis peu et que le Sr Morand, recevur de cette terre, louait ou faisait valoir par des pêcheurs du lieu".

Par un acte de de 1783, le Comte Fleuriot d'Angle loue à Louis Le Coeffer : "dissorte de goret, faisant parties des estalles dépendantes de ma terre de Kermarquer, située au dessous de les terres angoret, près et plus bas que mon passage de Lézardrieux". La cadastre napoléonien permet de localiser les parcelles "an goret" au sud de la pointe de l'Armor. la révolution mit fin à cette location. AD 22 E2118. Communication de J. M. Le Quellec. Sous Kermarquer, la pêcherie en pierres mesure 126 mètres. Et en 1732 Le Masson du Parc en parlait en ces termes :

"Nous étant encore transportés sous le manoir de Kermarquer, suivant l'avis que des gens de confia,ce nous en avaient donné, nous y vîmes une seconde pêcherie de pierres ou écluse relevée depuis peu, comme la précédente (bourg), laquelle est contigue et placée au dessus de la première tirant vers le territoire de Pleudaniel". Le propriétaire était le Sr Comte de Langle.

Décompte des œuvres repérées 2
étudiée 0

Références documentaires

Bibliographie
  • PRIGENT, Guy. Histoire et ethnologie des pêcheries entre Trieux et Arguenon, In pêcheries de Bretagne, archéologie et histoire des pêcheries d'estran, sous la direction de Marie-Yvane Daire et de Loic Langouët, Saint-Malo : Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 2008.