Logo ={0} - Retour à l'accueil

Teillage, Moulin Neuf (Le Vieux-Marché)

Dossier IA22133087 réalisé en 2016

Fiche

Dans la 1ère moitié du 20e siècle, plusieurs dizaines de teillages établis le long du Léguer, du Jaudy et du Trieux témoignaient de l'intense activité linière du Trégor. Si la plupart étaient de simples hangars, celui de Moulin Neuf est l'un des rares construits en dur, et pour cette raison, un des seuls encore en place. La conservation d'une partie de ses machines, la transmission orale de son histoire et de son fonctionnement ajoute à l'intérêt patrimonial et ethnographique de ce teillage.

Parties constituantes non étudiéesmoulin à farine, digue, bief de dérivation, pont, maison, hangar agricole
Dénominationsusine
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor
AdresseCommune : Vieux-Marché (Le)
Lieu-dit : Moulin Neuf

Un site de moulin reconverti en teillage

Aujourd'hui disparu, l'ancien moulin à farine de Moulin Neuf dépendait de la seigneurie du Vieux Marché. Il est figuré avec ses deux roues sur le cadastre napoléonien de 1835, alimenté par le ruisseau de Saint-Ethurien, affluent du léguer.

En 1919, une petite usine électrique à turbine hydraulique est implantée sur le site pour alimenter le bourg en électricité.

En 1941, une troisième vie débute pour Moulin Neuf, centrée sur l'activité linière : Francis Fagnou, patron teilleur, et son frère Lucien achètent l'édifice pour y transférer le teillage à lin de Kergoz. Aujourd'hui, le moulin Neuf est à l'abandon et les habitations construites en alignement ruinées. En revanche, la nouvelle maison du patron teilleur édifiée en 1947, à proximité immédiate, est toujours en place, avec son escalier extérieur.

En 1946 un second teillage, plus moderne, est créé par Lucien Fagnou à quelques mètres en amont, derrière la digue de l'étang. La turbine, alimentée par la retenue d'eau de l'ancien moulin, entraînait toutes les machines de l'atelier.

Eugénie Fagnou revendait les toiles tissées dans le Nord (avec le lin du Trégor) dans l'ancienne maison avant de transférer ce commerce dans le nouveau logis qu'elle et Lucien font construire en 1953, à quelques mètres au sud-est. Les teillages de Moulin Neuf cessèrent définitivement leur activité en 1956.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1946, daté par tradition orale
1947, daté par tradition orale
1953, porte la date

Le teillage est construit en moellon de granite, il présente un plan divisé en trois parties : le local de la turbine ; l'espace de travail avec le teillage proprement dit ; le magasin. Il a en outre conservé une partie de ses machines. Ces équipements témoignent de l'organisation et du fonctionnement de l'atelier.

Après arrachage et rouissage, le lin est teillé pour obtenir la fibre qui sera filée, puis tissée. En battant les tiges au cours de l'opération du teillage, on casse la partie ligneuse (chènevotte) qui se détache des longues fibres qui l'entourent. La filasse ainsi obtenue est ensuite peignée et mise en poignées, puis en ballots qui sont vendues au filateur.

Un atelier de teillage est équipé d'un broyeur, d'un peigne, de spatules, d'une "secoueuse" d'étoupe... Du broyeur ne subsistent ici que les rouleaux de fonte rainurés qui brisent les tiges de lin au tout début du processus. Les poignées de tiges ainsi assouplies sont ensuite présentées aux spatules en buis de la teilleuse (toujours en place) qui les battent à raison d'environ 300 coups par minutes pour les débarrasser des résidus de lignine (chènevotte) et les assouplir. Des coffrages de bois autour des spatules et de leur axe de rotation, limitent la dispersion des petits déchets. Preuve de la modernité de l'atelier, un système d'aspiration des poussières est également couplé à ces coffrages.

Mursgranite moellon
Toitardoise
Étagesen rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Énergiesénergie hydraulique turbine hydraulique
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3 P 387
Bibliographie
  • Association "ARSSAT Lannion". Le Vieux Marché/Ar C'houerc'had, ses noms de lieux et leur territoire. Editions An Alarc'h, 2011, 132 p.