Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de construction navale, puis usine liée au travail du bois (fabrique de cageots) Norman

Dossier IA22001349 réalisé en 2002

Fiche

Précision dénomination fabrique de cageots
Appellations Usine de construction navale, puis usine liée au travail du bois (fabrique de cageots) Norman
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, logement patronal, bureau, aire des matières premières, aire des produits manufacturés
Dénominations usine de construction navale, usine liée au travail du bois
Aire d'étude et canton Arrondissement de Dinan - Dinan Ouest
Adresse Commune : Taden
Lieu-dit : la Courbure
Cadastre : 1998 D7 782, 2007, 2008

Plusieurs usines de construction navale occupent, tout au long du 19e siècle, le site de la Courbure situé le long du canal d'Ille-et-Rance. En 1908, A.-J. Norman achète le site, plante des peupliers et, après un voyage d'étude aux Etats-Unis et en Russie, débute, sous un hangar, une activité de bois déroulé exporté à Jersey. En 1915, son fils, G.-C. Norman, prend la direction de l'affaire enregistrée sous le nom de The Veneer Basket Cie. Un an plus tard, deux bâtiments en dur sont édifiés. En 1919, l'usine liée au travail du bois change de nom et s'inscrit dorénavant sous la raison sociale Norman limited. L'entreprise s'accroît et se lance dans la fabrication des emballages légers en bois déroulé servant au transport des fruits et légumes ; elle est alors la seule entreprise de ce genre en Bretagne. Les ouvriers de l'usine débitent en plaques très minces le bois vert qui est ensuite mis à sécher à l'air libre sous des hangars limités par des grillages. En mai 1922, G.-C. Norman fait construire, sur la rive gauche du canal, un appontement sur pilotis mesurant 6, 50 m de longueur sur 3, 50 m de largeur. Cet ouvrage est destiné à permettre l'embarquement des produits de l'usine à destination de Jersey à bord de leur sloop mixte " Ino ", à voile et à moteur. L'appontement se caractérise par la présence d'un pieux oblique dont le rôle est à la fois d'entretoiser les palées et de résister aux poussées que peut provoquer le bateau au moment de son amarrage. En 1936, G.-C. Norman propose aux ostréiculteurs bretons des côtes de l'Atlantique et de la Manche la fabrication d'un emballage léger en bois déroulé de forme ronde, que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de bourriche, destiné au stockage et au commerce des huîtres. Face à l'engouement des ostréiculteurs, le directeur met au point une série de machines spéciales pour la fabrication en série de cet emballage qui connaît un grand essor et a largement favorisé la vente d'huîtres. Durant la Seconde Guerre mondiale, G.-C. Norman, de nationalité britannique, est interné au Camp de Saint-Denis par les autorités allemandes ; madame Norman prend alors la direction de l'établissement. De 1945 à 1963, l'usine connaît plusieurs campagnes de construction ; les machines sont modernisées. Les paniers fabriqués sont utilisés par tous les exploitants en fruits, primeurs et huîtres de la Bretagne, les paniers de fraises formant le plus gros débouché. Même si le premier objectif en installant l'usine le long du canal était d'utiliser cette voie d'eau pour l'exportation de la production vers une maison réceptrice située à Jersey, en 1947, les expéditions se font par wagons complets à la gare de Dinan. Le 1er janvier 1963, Robert Troy prend la direction de l'entreprise qui est toujours en activité et propriété du groupe Norman. Dans les années 1940, mention d'un gazogène à bois destiné à alimenter deux moteurs de 50 ch. Après la Seconde Guerre mondiale, ils sont remplacés par un raccordement au secteur électrique. Durant la Première Guerre mondiale, l'usine Norman emploie une cinquantaine de salariés provenant des environs, mais aussi du nord de la France et de Belgique.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1908, daté par source, daté par travaux historiques
1916, daté par travaux historiques
1922, daté par travaux historiques

L'usine Norman est située au bord du chemin de halage qui longe le canal d'Ille-et-Rance. L'ancien logement patronal, actuels bureaux, est édifié en moellons de schiste et de granite ; il compte un étage carré couvert d'un toit à croupes en ardoises. Ses baies, à arcs surbaissés, sont encadrées de briques. Autour de ce logement, s'organisent les différents ateliers construits en parpaings de béton et en essentage de tôle ; ils se répartissent sur l'ensemble du site au coeur même des aires de stockage des matières premières et des produits manufacturés.

Murs granite
schiste
béton
essentage de tôle
moellon
béton armé
parpaing de béton
Toit ardoise, métal en couverture, tôle ondulée
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
croupe
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20022216606NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (15) V.

    20022216607NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (15) V.

    20022216608NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (15) V.

    20022216609NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 10 S 5 (15) V.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 10 S 5 (15) V. Service des ponts et chaussées : voies navigables, intérieures et maritimes. Canal d'Ille-et-Rance et Rance maritime. Taden, baux, concessions temporaires, 1902-1927.

Bibliographie
  • STEPHANT, J. Etude de géographie urbaine de Dinan. Mémoire de DES, 1947. 189 p.

  • NORMAN, A.-M. Mon usine sous l'occupation allemande 1940-1944. La Chèze : éditions Danhouët, 1999. 149 p.