Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Village (Taden)

Dossier IA22133250 réalisé en 2017

A 5 kms de la cité historique de Dinan, le village de Taden est doté d’un patrimoine exceptionnel. Les fouilles archéologiques ont révélé sur la Rance un vicus portuaire dont l’occupation se situe entre la fin du 1er siècle ap. J.C. à la fin du 4eme siècle ap. J.C. Sur les hauteurs, le village médiéval s’est implanté autour d’une église dédiée à saint Pierre et du manoir de la Grand’Cour construit, vers 1380, à la même époque que le donjon de Dinan pour la famille de Quédillac. Le nom de Geoffroy de Quédillac figure sur le testament de Bertrand Duguesclin grâce à ses loyaux services rendus lors des campagnes militaires du connétable. Ce grand logis seigneurial émerge du bâti alentour par sa haute tour d’escalier latérale surmontée d’une plateforme de guêt qui permettait de surveiller les mouvements sur la Rance.

l’église paroissiale, en grande partie du 14e siècle, a été récemment restaurée. Cette rénovation d’ensemble a permis d’heureuses découvertes comme les peintures murales du chœur datées du 14e siècle au 19e siècle.

Dénominations village
Aire d'étude et canton Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Taden
Lieu-dit :

Taden, gué et vicus romain

L’étymologie de Taden proviendrait du vieux breton tad, signifiant ancien ou ancêtre, et de hent, chemin. Cet ancien chemin serait la voie gallo romaine de Corseul à Alet. Plusieurs sites antiques révélés lors de prospections aériennes par Loic Langouët ont été fouillés puis étudiés. La voie romaine entre Corseul et Avranches comportait un gué sur la Rance. A cet emplacement une première agglomération s’est développée face à l’éperon du Châtellier à la Vicomté-sur-Rance. Le vicus de Taden servait de port fluvial au chef-lieu de la cité des Coriosolites, Fanum Martis, aujourd’hui Corseul. Deux temples et de nombreuses structures gallo-romaines y ont été découverts cernant une occupation entre la fin du 1er siècle après. J.C. à la fin du 4eme siècle après. J.C. La présence d’une église au lieu-dit les Boissières sur la Rance indique que le passage du gué a perduré au Moyen-Age et qu’il était assuré vraisemblablement par des moines comme pour les autres gués proches de Léhon, Lanvallay…

La création de la paroisse

La paroisse serait un démembrement de celle de Plouër. Elle apparaît pour la première fois dans une charte de 1121 du prieuré de Saint-Malo de Dinan où il est dit que l’église Sancti Petri de Tadduen est restituée par un clerc, qui la détient de ses ancêtres, à l'évêque de Saint-Malo qui la donne à l'abbaye de Marmoutier. Ce texte ne précise pas l’emplacement de la première église ; s’agit -il de celle située en bordure de Rance ou de celle du bourg qui aurait été reconstruite par la suite ?

Le bourg médiéval et ses extensions

Plus en retrait de la Rance, le bourg médiéval de Taden s’est implanté sur une hauteur. Les cadastres anciens de 1809 et de 1843 rendent compte de son organisation autour de l’église paroissiale (notice IA22132831 ). En 1843, sont mentionnées différentes appellations, à l’ouest : La Grande Cour, au sud : Le couvent, Bon Espoir, Sur les Grèves, à l’est : La Prière, la Rue Harel, la Rue Souquet, puis vers le nord : Perroguin, Le Presbytère et enfin vers le nord-ouest, la Maison Ste Anne.

Face à l’entrée actuelle du manoir de la Grand Cour (notice IA22132832 ), le couvent des sœurs du Saint Esprit se signale par son grand portail avec porte charretière et piétonnière de la période gothique (notice IA22133298).

L’ancien presbytère (notice IA22133248) s’est implanté tardivement au nord de l’église paroissiale comme en rendent comptent ses parties les plus anciennes du milieu du 17e siècle. Il a été plusieurs fois repris mais détient toujours une grande parcelle close arborée.

Parmi les autres anciennes maisons du bourg, celle du 16e siècle d’un notable Rue Souquet, dont le patronyme existe encore dans la commune, se distingue par sa tour d’escalier arrière surmontée d’un pigeonnier. La plupart des autres logis ont été transformés au 18e siècle comme Sur les Grèves, la Prière, La Rue Harel ou encore au 19e siècle comme la rue Sainte Anne. D’autres ont été construits au 19e siècle comme la maison de Pierre Corseul en 1818 ou celles de Perroguin en 1821 et 1871.

Les aménagements depuis la fin du 19e siècle

Il n’y a pas eu de transformations majeures à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Le bourg s’est principalement développé en périphérie formant un anneau concentrique d’habitat résidentiel encerclant progressivement le bourg. La mairie a été réalisée en 1987 par la société COBI Engineering Réalisations.

Période(s) Principale : Gallo-romain, Moyen Age, Temps modernes, Epoque contemporaine
Murs granulite moellon
granite pierre de taille
Toit ardoise

Annexes

  • Donation en 1121 de l'église de Taden à l'abbaye de Marmoutier

    http://www.infobretagne.com/taden.htm

    A la demande d'un laïque, Guinguenoc fils d'Odon, qui prétendait la posséder par héritage de ses ancêtres, Donoald, évêque d'Aleth, donna l'église de Taden à Marmoutiers en 1121 ainsi que l'église de Trélat sa trêve " ) : " Ego Donoaldus, Dei gracia Aletensis dictus episcopus, notum esse volo omnibus christiane religionis cultoribus quum quidam vir clericus, nomine Guinguenedus, filius Odonis, cum amicis et fratribus nostris monachis Majoris Monasterii presentiam nostram adiit, precibusque multis nos implorans ut ecclesiam Sancti Petri de Tadduem quam a progenitoribus suis quasi jure hereditario cum oblationibus et cum illis omnibus que de fraternitatibus vel de oracionibus seu quibuslibet aliis redditibus eidem ecclesie pertinentibus possidebat, Deo et Beato Martino Majoris Monasterii donaremus diligenter exoravit. Nos vero ob reverentiam et religionem Majoris Monasterii eorum precibus assentientes in elemosinam perpetuo possidendam predicti Sancti Monachis hujus ecclesie donum benigne concessimus ; et ut omnia que vol ipse Guinguenedus vel antecessores ejus in jam Sancti Petri de Tadduen ecclesia et omnibus ad eam pertinentibus habuerant jure perpetuo possiderent. Inde vero Petrum Hingandum, priorem Sancti Maclovii Dinannensis, hoc dono investivimus, et cartulam inde factam ad hujus rei testimonium muniri fecimus. Hujus rei testes sunt ego et Gradalonus capellanus, et Ricardus et Gaufredus Ledet, Robertus de Pluer, Herbertus filius, ..., Ricardus de Tadduen, Hugo de Corsolt , David de Miniac, Bigot filius ejus, Evanus vicecomes, Petrus prior, Juhellus monacus et alii plures ".

  • 1792, vente de biens nationaux, Taden, soeurs du Saint-Esprit

    A. D. des côtes d’Armor : 1Q 123, vente des sœurs de Taden dite du Saint- Esprit

    1792, estimation de Christophe Jan Restif,notaire à Dinan

    Dépendances de la maison des sœurs de la Charité et files du St Esprit, établies au bourg de Taden. les maisons, grange, étables et autres bâtiments, chapelle, cour et jardin, deux vergers, le tout s’entretenant, situé à peu d distance de la rivière de Rance et contenant ensemble environ un jour et demi, joignant vers occident le chemin du dit bourg de Taden, vers Orient terre de la métairie de (Mirette) appartenant au citoyen des Nétumières, vers nord masures et terres de la veuve la haye, de gilles houille, prêtre et et de jeanne rouault, et vers midi le chemin conduisant dudit lieu à la rivière de Rance, estimé valloir, e capital la somme de de deux milles livres.

    1793, biens mobiliers des émigrés et autres qui doivent être vendus au profit de la nation. Vente des sœurs de Taden dite du Saint- Esprit

    Vente des ustensiles par pièce

    - cuisine,

    - dans un petit cabinet près la cuisine,

    - dans la salle,

    - dans la grange,

    - dans le cellier,

    - dans le premier réfectoire,

    - la classe,

    - dans la chambre au premier étage,

    - chambre sur le réfectoire,

    - dans un autre appartement joignant cette dernière.

    - Chambre auprès.

    - dans le grenier sur la salle

    - greniers de dessus les réfectoires

    - autre greniers

    - chambres au-dessus de la chapelle (7) (

    - dans la chapelle et tribunes ( six vieux confessionnaux, une chaire a prêcher garnie de vieille indienne et son marche pied, une table d’autel, des gradins, un petit retable, un (ciel) au-dessus en papier, deux rideaux d’indienne et leur gaule en fer, six chandeliers d’autel en bois, deux petits tableaux en papier, une vieille niche en soie, taffetas, rose, un petit tabernacle, et le marche pied du dit autel.

    - dans la sacristie

    - chambre sur la sacristie

    - dans un petit cabinet auprès

    - dans le jardin ( cinq ruches à miel)

    ...

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. des Côtes d'Armor, cadastres anciens de 1809 et 1843, série 3 P 339.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : série 3 P 339.
  • A. D. des côtes d’Armor : 1Q 123, vente des sœurs de Taden dite du Saint- Esprit

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1Q 123
Bibliographie
  • THOREUX Evelyne. L'Eglise Saint-Pierre de Taden. Taden Culture et Patrimoine, 2012.

  • Gwyn Meirion-Jones et Michael Jones. Le manoir de la Grand’Cour en Taden. Le Pays de Dinan, 1991, p.61-76.

  • DECENNEUX Marc. Manoirs gothiques bretons de 1364 à 1420. Essai sur quelques structures particulières d'habitat. Thèse imprimée de doctorat de 3e cycle, 1982.

Liens web