Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
  • Eglise paroissiale Notre-Dame-de-la-Purification (L'Hermitage)
    Eglise paroissiale Notre-Dame-de-la-Purification (L'Hermitage) Hermitage (L') - en village - Cadastre : 1988 AB 275
    description :
    vers l'ouest. Elle est composée selon trois styles architecturaux : le roman, le néo-classique et le (actuellement transformée en sacristie) grâce à la fenêtre qui reprend la forme d'une meurtrière. Le second, le néo-classique, se retrouve essentiellement au niveau du retable, dans le choeur, dans lequel on fronton triangulaire. Le tout est baigné dans la couleur or. Enfin, le troisième style dit néogothique se poudingue. Entre le chœur et le clocher-porche une nef possédant une voûte lambrissée en chêne en plein ). Certaines de ces peintures sont datées du XVIe siècle tandis que d'autres, réalisées sur le même badigeon , datent du XVIIe siècle. Le décor XVIe représente un groupe de huit saints au nord de la niche peinte en rouge. Seul le nom de Saint-Armel est encore visible dans un cartouche placé au-dessus de sa tête. On le reconnaît également par la présence d'un dragon à ses pieds. Le décor XVIIe comprend deux médaillons portés par des anges dans lesquels on peut voir le portrait d'un homme et celui d'une femme. Un décors de
    annexe :
    dans le mur septentrional de Moigné, et celle qui existe encore dans le mur nord à l'Hermitage […]. La Les seigneurs de L'Hermitage. Extrait des archives départementales 35, 4 J 131. « Le seigneur du ; en 1678 il y avait son enfeu dans le chanceau, son banc et ses armoiries. Il lui appartenait aussi à la Purification, jour d'assemblée très fréquentée alors, de jeter la soule que lui devait le dernier marié de l'année précédente (Archives Nationales, P. 1714). Le seigneur de Méjusseaume, au Rheu, ne nous semble pas, — quoi qu'en ait écrit M. l'abbé Oresve (Dictionnaire de Bretagne, I, 508), — avoir été le seigneur de l'église de L'Hermitage. Au moment même, en effet, où le seigneur du Boberil déclarait y avoir prohibitif » (Archives Nationales, P. 1710). Mais à cause de ses fiefs nombreux et importants, le seigneur de Méjusseaume avait plusieurs droits féodaux qu'il exerçait dans cette même église ; ainsi, à Noël, le gants blancs entre la messe de minuit et celle de l'aurore ; enfin, le tenancier du clos de la Perrière
    illustration :
    Vitrail présent dans la chapelle Sud et représentant le Christ sur la croix IVR53_20173500125NUCA Vitrail présent dans la nef côté Nord et représentant le péché et le salut IVR53_20173500126NUCA
    precisionsProtection :
    Calvaire inscrit Monument Historique, le 27 février 1946. Cloche classée Monument Historique, le 25
    contenu :
    religieuse depuis l'époque romane jusqu'au néo-classicisme en passant par le néo-gothique. Elle est le témoin de ces passages qui se sont opérés entre chaque époque mais également le témoin de l'histoire de la Boberil, du Margat et les de Méjusseaume dont l'influence marque, encore de nos jours, le patrimoine de
    historique :
    ). Selon le pouillé historique de Rennes une première église est édifiée à la fin du XIe siècle dont les seuls témoins qui nous restent sont le chœur et l'abside devenue sacristie. Cependant, ces derniers ont temps après, aux XVIIe et XVIIIe siècle, l'église subit quelques travaux dont certains sont menés par le deux siècles il ne reste de visible que la porte d'entrée présente sur le mur sud (on retrouve la date 1777 et est classée au titre des Monuments Historiques depuis 1919). En 1827 le chœur et la nef de la même période sur l'église Sainte-Croix de Vitré et l'église Saint-Pierre de Vezin le Coquet. Ce dernier détruit l'arc triomphal qui séparait le chœur de la nef. Il modifie également le plan de l'église afin d'obtenir une croix latine. En effet, il agrandi ce qui n’était qu’un petit renfoncement dans le sud afin de former le transept de l'église. En 1865 sont réalisés le prolongement de la nef côté plans de l'architecte Charles Langlois. Le cimetière, qui entourait l'église, est transféré en 1926
    referenceDocumentaire :
    pp. 35-40 Le canton de Mordelles en cartes postales et photos anciennes RENOULT, Michel. Le canton pp. 13-16 L'Hermitage, histoire et petite histoire d'une commune VALLEE-LE PEVEDIC Annick Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le département Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris  : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France). Dossier contenant des documents sur le choix de mise en place d'un orgue à tuyaux dans l'église
1