Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 1 177 - triés par pertinence
  • Le manoir de La Salle (Lanmérin)
    Le manoir de La Salle (Lanmérin) Lanmérin - Salle (la)
    titreCourant :
    Le manoir de La Salle (Lanmérin)
    description :
    encadrements de baies en granite pour le logis et/ou en schiste bleu-vert pour la grange et l'étable. Le logis blason muet. Le puits guérite de type trégorrois, au milieu de la cour du manoir possède une ouverture en Le manoir, orienté Sud-Est, présente un plan en L composé : du logis et de deux dépendances qui du manoir de plan rectangulaire comprend un rez-de-chaussée surùmonté d'un étage carré. La façade cavet, qui se retrouvent également sur le pignon est La tour d'escalier demi-hors-œuvre encore présente troisième a été ajoutée au même moment au-dessus de la porte d'entrée à arc plein cintre surmontée d'un forment un alignement d'une quarantaine de mètres ainsi que d'une courte aile avant composée d'un garage moderne en parpaing. L'ensemble est disposé autour d'une cour et est construit en moellon de schiste avec sur le mur Sud du logis en 1834 à été remplacée par deux baies à linteau et/ou appuis en ciment. Une avec ses deux reposoirs à seaux ainsi que la goulotte qui servait à verser l'eau dans l'auge, encore en
    annexe :
    , propriétaire du manoir de La Salle et de la métairie noble de Kertanguy alors exploitée par le métayer Thomas Salle passe entre les mains de Pierre Le Lagadec et de son épouse Jeanne La Marant. En 1649 elle départementales (G266), la seigneurie de La Salle comprend le manoir de la Salle avec four , un petit oratoire dans le grand jardin, la métairie noble de Kertanguy avec un fournil , la chapelle de La Salle et la dudit lieu de La Salle qui était autrefois nommé le moulin de Guinam, Convenant Kerambellec, etc. Selon Kervilliou, évêque et comte de Tréguier, à cause de son fief des Régaires ». Pendant la Révolution, le lieu dite « lior Julah » (parcelle 489) et le pré de la Salle (parcelle 483) qui longent la route principale 1950, le bocage était encore partiellement présent mais de nos jours, la vue au travers ces parcelles , depuis le manoir, à la route principale qui relie la commune de Rospez au bourg de Lanmérin. Sur cette également en jouir. En 1834, elle est la propriété de la commune de Lanmérin. - Le jardin du manoir qui se
    illustration :
    Détail du cadastre napoléonien de 1834, section B feuille unique. Le manoir de La Salle, sa Le manoir de La Salle, façades Sud-Est du logis et des dépendances IVR53_20172207124NUCA Le manoir de La Salle, façade Sud-Est du logis du manoir construit entre le 15e et le 16e siècle Le manoir de La Salle, détail de la porte d'entrée du logis, fin du 15e début du 16e siècle Le manoir de La Salle, croisée du logis surmontée de deux accolades IVR53_20172207128NUCA Le manoir de La Salle, pignon Est du logis, deux baies murées IVR53_20172207120NUCA Le manoir de La Salle, vue d'ensemble de la façade Nord-Ouest du logis et des dépendances Le manoir de La Salle, façade Nord-Ouest du logis, croisées avec appui saillant, surmontées Le manoir de La Salle, façades des dépendances, porte du 15e siècle surhaussée Le manoir de La Salle, puits guérite, daté 1807, accompagné de son auge IVR53_20172207095NUCA
    contenu :
    importance est encore visible de nos jours au travers de vestiges conséquents tels que le manoir de La Salle La seigneurie de La Salle était la plus importante et la plus ancienne de Lanmérin. Cette , la métairie noble de Kertanguy, la chapelle Saint-Jérôme de La Salle et un moulin à eau.
    historique :
    Le manoir de La Salle et la métairie de Kertanguy ont probablement été construits par Huon de La Lagadec qui est certainement le commanditaire de la chapelle de La Salle réalisée en 1536. Ce seigneur côté, d'une demi quintefeuille accompagnée d'hermines (armes de la famille Le Lagadec) et de l'autre Le Lagadec et Marguerite de Boiséon vers 1520. Pendant la Révolution, le lieu noble de Kertanguy est métairie noble construite entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe a été déplacée de son Salle durant le premier quart du XVe siècle. En 1535, ils passent tous deux entre les mains de Robert Le , d'un plain au chef endenché (armes de la famille de Boiséon). Ce blason atteste du mariage entre Robert Pierre Roux le 8 avril 1799. Quelques décennies après à ce changement de mains (après 1834), l'ancienne lesquelles des arcs plein cintre moulurés en quart de rond ont parfois été taillés. Le manoir est vendu durant la Révolution à de riches cultivateurs, Marc Lourec et de Jacquette Talouarn, dont du puits à
    localisation :
    Lanmérin - Salle (la)
    referenceDocumentaire :
    Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Lanmérin , 1834. Série 3 P. Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Histoire de Lanmérin MARJOU Jean-Yves., Histoire de Lanmérin., in Association pour la Recherche et États de section de la commune de Lanmérin, 1834 Série 3P 115/2. États de section de la commune de Nobiliaire et armorial de Bretagne. POL POTIER DE COURCY. Nobiliaire et armorial de Bretagne la Sauvegarde des Sites Archéologiques du Trégor - ARSSAT. Lannion, Impressions Lannion, 2015, pp
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Le Temple de Lannouée, le Haut Lannouée (Yvignac-la-Tour)
    Le Temple de Lannouée, le Haut Lannouée (Yvignac-la-Tour) Yvignac - Haut Lannouée (le) - en village
    titreCourant :
    Le Temple de Lannouée, le Haut Lannouée (Yvignac-la-Tour)
    description :
    Le Temple de Lannouée est situé au lieu-dit du Haut-Lannouée à 4 kilomètres au nord-est du bourg manoir dit des Salles et la chapelle. Si le manoir présente une architecture datant principalement du -circulaire. De la nef, seules les fondations et substructures sont aujourd’hui visibles, mise en valeur grâce aux sondages archéologiques de 1981. La façade nord est composée d’un portail en arc brisé simplement clôture du cimetière, mise au jour lors de fouilles de 1981, est partiellement visible au sud de la nef et d’Yvignac et à 2 kilomètres au sud de Trébedan. De l’ancien domaine hospitalier, il reste une partie du XVIIe siècle, la chapelle qui fait face, a conservé des élévations romanes. C’est un édifice à nef chanfreiné à archivolte à retour et surplombée d’une ouverture quadrangulaire comblée. La façade sud n’est percée que d’une porte en plein-cintre aux claveaux serrés encadrée de quatre boulins. L’abside est éclairée par trois fenêtres, la baie axiale est romane, étroite et à linteau monolithe en berceau, la baie
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Chapelle Saint-Jean-Baptiste, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211963NUCA Façade sud, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211964NUCA Baie sud, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211966NUCA Mur de séparation entre la nef et le choeur, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour Façade nord, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211968NUCA Portail de la façade nord, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211970NUCA Baie sud (meurtrière), Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211971NUCA Baie axiale romane, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211972NUCA Clôture du cimetière (?), Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211973NUCA Base de contrefort, abside, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211974NUCA
    historique :
    Hospitalier de La Feuillée est mis en possession de la domus de Lannoys. Dans le courant du XIVe siècle, le début du XVIIe siècle, le manoir de la Guerche étant en partie détruit, le commandeur François de domaines de Bretagne de 1681, il est précisé que le manoir principal est sittué en la paroisse de Ivignac visite de La nouée en 1747, les frères sont accueillis par Olivier Botrel, métayer du lieu. Le procès , Jan Branchu, est chargé de dire la messe les dimanches et lors de fêtes annuelles et que le membre de Lannouée possède une basse et moyenne justice qui s’exerce en la ville de Dinan. Le domaine de Lannouée est En 1182, les Templiers se voient confirmer une aumône à Lanhoe par la charte confirmative de Conan . En 1313, lors de la dévolution des biens templiers aux Hospitaliers, Jean de Châlons, commandeur Temple de Lannouée est rattaché à la commanderie de La Guerche, car en 1395, frère Nicolas Seguin reçoit plusieurs aveux en tant que commandeur de l'Hospital du Temple de la Guerche et de la Noueix. En 1578, une
    localisation :
    Yvignac - Haut Lannouée (le) - en village
    referenceDocumentaire :
    Le Temple et la chapelle de La Nouée en Yvignac (XIIe-XVIIIe), la question des inhumations au XVIIe siècle PLESSIX, Th. « Le Temple et la chapelle de La Nouée en Yvignac (XIIe-XVIIIe), la question des Réformation des domaines de Bretagne, commanderie de La Guerche, 1681. Améliorations de la commanderie de La Guerche, 1747 inhumations au XVIIe siècle », dans Bulletin de la Société d’Émulation des Côtes du Nord, 1935, T.67, p.229 Le Temple de Lannouée en Yvignac (Côtes-du-Nord) Geneviève LE LOUARN-PLESSIX, René PLESSIX, « Le Temple de Lannouée en Yvignac (Côtes-du-Nord) », plaquette éditée par l’association Les amis de la Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.
  • La croix et le calvaire de la commune de Bolazec
    La croix et le calvaire de la commune de Bolazec Bolazec
    titreCourant :
    La croix et le calvaire de la commune de Bolazec
    illustration :
    Croix monumentale, 16e siècle remaniée en 1893. Détail de la face ouest IVR53_20072900033NUCA Croix de cimetière, 15e siècle. Vue générale est IVR53_20092900173NUCA
    historique :
    de la commune et la pauvreté de ses ressources. Ces deux croix sont érigées entre le 15e et le 16e La commune ne compte aujourd'hui qu'une croix et un calvaire situés au bourg de Bolazec dont un dans l'enclos du cimetière de l'église. Ce nombre restreint est en rapport avec la superficie réduite siècles, à l'époque semble-t'il où la présence aristocratique est la plus forte sur Bolazec. Le calvaire du cimetière du 15e siècle est peut-être contemporain du premier édifice religieux de la commune.
  • Croix de chemin, rue de la Croix Bienvenue, les Rompais (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin, rue de la Croix Bienvenue, les Rompais (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - les Rompais - rue de la Croix Bienvenue - en village - Cadastre : 2001 282 AB 343
    titreCourant :
    Croix de chemin, rue de la Croix Bienvenue, les Rompais (Saint-Cast-le-Guildo)
    description :
    Croix tableau à bâtière sur socle en granite. Fût écoté de section carrée. Groupe de la crucifixion (Christ, Vierge et saint Jean) sculpté sur la face ouest.
    typologies :
    croix tableau à bâtière. Exemple unique sur la commune (unicum local)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Vestiges d'une ancienne croix de chemin datant du 15e siècle, réutilisée comme croix tombale. Fût postérieur. Oeuvre déplacée, de provenance inconnue.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - les Rompais - rue de la Croix Bienvenue - en village - Cadastre : 2001 282
  • Manoir, la Hunaudais (Le Châtellier)
    Manoir, la Hunaudais (Le Châtellier) Châtellier (Le) - la Hunaudais - isolé - Cadastre : 1833 C2
    titreCourant :
    Manoir, la Hunaudais (Le Châtellier)
    description :
    Les différents bâtiments qui composent ce lieu sont construits en moellon de granite et couverts de toits à longs pans en ardoise. Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite . La partie nord du bâtiment conserve une charpente possédant un poinçon sculpté. L'accès à l'ancien logis se fait par une porte en plein cintre au-dessus de laquelle se trouve un écu lisse.
    annexe :
    20103510707NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103503873Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande30. 20103503881Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande32. 20103503882Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande32. 20103503883Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande32. 20103503884Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 071_35_75_bande33. 20103503885Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande33 . 20103503876Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande31. 20103503877Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande31. 20103503886Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande33. 20103503888Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande35. 20103503887Z : Service de l'Inventaire du patrimoine
    illustration :
    La Hunaudais sur le cadastre de 1833 IVR53_20103510707NUCA Relevé de la façade antérieure IVR53_20113500007A4 Relevé de la façade postérieure IVR53_20113500005A4 Porte en plein cintre de la façade IVR53_20103503881Z Détail de la façade postérieure IVR53_20103503884Z Détail de la façade postérieure IVR53_20103503885Z Autre bâtiment de la Hunaudais IVR53_20103503888Z Autre bâtiment de la Hunaudais IVR53_20103503887Z Poinçon de la charpente IVR53_20103503879Z Détail de la façade IVR53_20103510699NUCA
    historique :
    La Hunaudais fait partie des anciens manoirs qui se trouvaient sur le territoire de la commune du 1548, le manoir appartenait aux Courtois, seigneurs de Saint-Germain. A la fin du 16e siècle, la , François de Romilley, écuyer, sieur de la Hunaudais rendit foi et hommage à son suzerain, le baron de construction de la fin du 16e ou du début du 17e siècle. Pourtant, dans le bâtiment, il subsiste des éléments plus anciens comme par exemple une ferme de charpente. La forme et le décor de cette ferme de charpente semblent plutôt la faire remonter au 15e siècle. De plus, le fait que cette charpente soit décorée (poinçon qu'une seconde sur le mur de refend central donnant dans la pièce nord de l'étage. Au nord, un autre Châtellier, de nombreuses familles en ont été propriétaires au fil des siècles. Ce manoir existe depuis le début du 15e siècle, il appartenait en effet en 1430 à Jeanne Labbé, veuve de Colin le Bateur, seigneur du Haut-Châtellier. En 1520, La Hunaudais passe par alliance aux Tuffin, seigneurs de la Rouërie ; en
    localisation :
    Châtellier (Le) - la Hunaudais - isolé - Cadastre : 1833 C2
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire . GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Croix de chemin, Kergouillard (Le Quillio)
    Croix de chemin, Kergouillard (Le Quillio) Quillio (Le) - Kergouillard - en écart - Cadastre : 1987 ZL 29
    titreCourant :
    Croix de chemin, Kergouillard (Le Quillio)
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Croix de chemin, vue prise en 1969 IVR53_19692205179Z Croix de chemin, vue prise en 1969 IVR53_19692205162Z Vue générale de face IVR53_19962200413X
    denominations :
    croix de chemin
    representations :
    Calvaire, support : face ; Vierge à l'Enfant, support : revers ; le Christ a un pagne à longs pans et les pieds l'un sur l'autre. Godron, support : sur le noeud couronnant le fût.
    historique :
    Croix de chemin élevée au 15e siècle. Christ dans la tradition du 14e siècle.
    localisation :
    Quillio (Le) - Kergouillard - en écart - Cadastre : 1987 ZL 29
  • Charpente du manoir de La Hunaudais (Le Châtellier)
    Charpente du manoir de La Hunaudais (Le Châtellier) Châtellier (Le) - 1 km du bourg - - en écart
    titreCourant :
    Charpente du manoir de La Hunaudais (Le Châtellier)
    description :
    s’assemblent au même niveau sur le poinçon qui est plus épais à cet endroit. Une seule bague renflée équipe la Au moins deux fermes de type armoricain sont encore visibles. Elles comportent un poinçon long décoré d’une double bague renflée carrée. Les très longues contrefiches de faitage et les aisseliers partie basse du poinçon. Les aisseliers sont issus de bois tors, ils s’assemblent aux arbalétriers par systèmes de tenon-mortaise et sont chevillés en trois endroits. Les jambes de force forment avec les aisseliers et les arbalétriers un arc de cercle sans interruption.Les arbalétriers supportent deux paires de
    etatsConservation :
    altération biologique de la matière D'un point de vu général, la charpente du manoir de La Hunaudais est en bon état.
    illustration :
    Vue partielle de la charpente IVR53_20103503880Z Vue partielle de la partie basse des fermes IVR53_20103503874Z
    historique :
    La première mention du manoir date de 1430, il appartient alors à Jeanne Labbé, veuve de Colin le que le manoir actuel est construit à la fin du XVIe siècle alors qu’il appartient à famille de Bateur, seigneur du Haut-Châtellier. Le service général de l’inventaire du patrimoine culturel explique Romilley. Au regard de la charpente d’origine restante il semblerait qu’elle soit mise en œuvre dans la charpente.La charpente de la partie nord est la seule qui soit encore conservée, elle n’est cependant plus première moitié du XVe siècle. Une analyse dendrochronologique pourrait le démontrer. Le manoir actuel comporte de profonds remaniements, mais il devait s’agir très probablement d’un logis à salle basse sous
    localisation :
    Châtellier (Le) - 1 km du bourg - - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le manoir en Bretagne. 1380-1600. CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le département
  • Le village et la ville sur la commune de Dol-de-Bretagne
    Le village et la ville sur la commune de Dol-de-Bretagne Dol-de-Bretagne
    titreCourant :
    Le village et la ville sur la commune de Dol-de-Bretagne
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    localisation :
    Dol-de-Bretagne
  • Château, le Bertry (La Bouëxière)
    Château, le Bertry (La Bouëxière) Bouëxière (La) - le Bertry - en écart - Cadastre : 1826 D2 377,378, 379, 380, 381, 382, 383 1979 AA
    titreCourant :
    Château, le Bertry (La Bouëxière)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Bouëxière
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Rez-de-chaussée, porte bouchée entre le cellier et la tour : vue générale IVR53_20013509880NUCA Le château et ses dépendances sur le cadastre de 1826 IVR53_20013509186NUC Le château : vue de situation sud-est (carte postale, début 20e siècle) IVR53_20013524015X Intérieur, rez-de-chaussée, cheminée de la cuisine IVR53_20013509877NUCA Intérieur, 1er étage, plafond de la salle du 15e siècle IVR53_20013509886NUCA Elévation sur cour : vue de situation sud-est IVR53_20013502555XA Vue de situation nord IVR53_20013501005XA Intérieur, porte du 17e donnant sur le cellier IVR53_20013509878NUCA Intérieur, rez-de-chaussée, jour du cellier IVR53_20013509879NUCA Intérieur, 1er étage, latrines avec son siège de bois IVR53_20013509885NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    grès ; granite ; moellon ; pierre de taille
    localisation :
    Bouëxière (La) - le Bertry - en écart - Cadastre : 1826 D2 377,378, 379, 380, 381, 382, 383 1979 AA
    referenceDocumentaire :
    t. 1, p. 174-175 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments
  • Le membre de Pont-Melvez, la Commanderie (Pont-Melvez)
    Le membre de Pont-Melvez, la Commanderie (Pont-Melvez) Pont-Melvez - Commanderie (la) - en village
    titreCourant :
    Le membre de Pont-Melvez, la Commanderie (Pont-Melvez)
    description :
    première se lit sur le parement extérieur du premier pavillon au nord et la seconde, sur le linteau de la peu de vestiges de la période hospitalière. Sur le pignon occidental, le portail date du XVIe siècle de Saint-Jean-Baptiste du XIVe ou XVe siècle et rappelant le vocable de la paroissiale, repose sur un quelques fragments de mobilier viennent rappeler le passé hospitalier du site. L’entrée monumentale arasé. Dans la remise, au sud des vestiges du logis, un bénitier tardimédiéval est incrusté dans le dans la chapelle du Christ à 500m au nord du manoir. Enfin, deux armoiries ornent encore le manoir, la cheminée de la salle basse du second pavillon. C’est un écu de tournoi (carré) à trois quintefeuilles archivolte en accolade ornée de crochets et sommée d’un fleuron. Au sud, la façade a été entièrement remaniée personnage en pied. Les assises entourant le portail méridional démontrent un réemploi de ce dernier, à piédestal devant le pignon occidental de l’église.
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Plaque incrustée sur le parement de la sacristie, église paroissiale, Le membre de Pont-Melvez Plaque de la sacristie avec inscription de 1675, église paroissiale, Le membre de Pont-Melvez (Pont Vue intérieure de la nef, église paroissiale, Le membre de Pont-Melvez (Pont-Melvez Croquis du manoir commandal de Pont-Melvez, Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705 (A. D . de La Vienne, 3H1 444 IVR53_20152211895NUCA Croquis de l'église paroissiale de Pont-Melvez, Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705 (A . D. de La Vienne, 3H1 444) IVR53_20152211897NUCA Manoir commandal de Pont-Melvez, Dessin à la plume aquarellé, 1731 (A. D. de La Vienne, 3H1 446 Eglise paroissiale de Pont-Melvez, Dessin à la plume aquarellé, 1731 (A. D. de La Vienne, 3H1 446 Entrée principale du manoir commandal, Le membre de Pont-Melvez (Pont-Melvez) IVR53_20152211877NUCA
    historique :
    de 1417 précise que frère Yves Fournier fait construire le manoir commandal et restaure la chapelle principau membres de la comanderie de la Feilée, il est composé d’un logis propre à loger le comandeur avec proche du manoir servant de pasturage a tous les bestiaux de la paroisse, ainsi que le moulin du Redou et son jardin. Dans la déclaration de 1697, il est stipulé que le commandeur est seul seigneur spirituel 1655. Dans le mémoire de la commanderie de La Feuillée de 1702, il est précisé que le clocher de dénomination de penmaelvas. Vers 1360, suite à la dévolution des biens templiers aux Hospitaliers, la paroisse sauvegarde de la part du duc Jean V, précisant que sa protection doit être étendue à ses chapelains, clers et est commandeur de la commanderie de Pontmelve, et de ses membres, appartenances, dépendances. Il tient en fief la paroisse entière de Pont-Melvez ainsi que des biens dans les paroisses de Ploumilliau , Coatréven, Plouisy et Squiffiec. Ainsi, pendant plus de deux siècles, de nombreux frères se succèdent à la
    localisation :
    Pont-Melvez - Commanderie (la) - en village
    referenceDocumentaire :
    Déclaration et dénombrement de La Feuillée, 20 Septembre 1697. Mémoires de la commanderie de La Feuillée, 1655 et 1702 Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705, reliure en veau, Tome 1. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1731, reliure en veau, Tome 2. Aveu pour les commanderies de Pontmelvé et du Temple en Pleloch, Jacques Aymer, 1532 Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902. Lettres et mandements de Jean V duc de Bretagne (1402-1442) BLANCHARD, René. Lettres et mandements de Jean V duc de Bretagne (1402-1442) . 5 vol., Nantes, 1889-1895.
  • Manoir, la Ville Jégu (Le Cambout)
    Manoir, la Ville Jégu (Le Cambout) Cambout (Le) - la Ville Jégu - en écart - Cadastre : 1987 ZR 29
    titreCourant :
    Manoir, la Ville Jégu (Le Cambout)
    hydrographie :
    Le Lié
    typologies :
    manoir de plan allongé, tour d'escalier antérieure, coursière en encorbellement
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Chèze
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    La ville Jégu IVR53_19952200125X Statuette de saint Emérentienne IVR53_19952200265X
    canton :
    Chèze (La)
    historique :
    visibles sur le cadastre de 1829. Le manoir est dénaturé.
    localisation :
    Cambout (Le) - la Ville Jégu - en écart - Cadastre : 1987 ZR 29
    airesEtudes :
    Chèze (La)
  • Manoir, la Foultière (Montreuil-le-Gast)
    Manoir, la Foultière (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - la Foultière - isolé
    titreCourant :
    Manoir, la Foultière (Montreuil-le-Gast)
    description :
    Les différentes bâtiments de ce manoir sont organisés autour d'une cour centrale. La façade principale de l'espace d'habitation s'élève au sud.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    La Foultière sur le cadastre de 1843 IVR53_20053516223NUC Vue générale de la cheminée IVR53_20053502284NUCA Vue de la pièce à feu à l'étage IVR53_20053523538NUCA Détail du décor du linteau de la cheminée : écusson en pointe posé sur un quadrilobe Cheminée au rez-de-chaussée IVR53_20053502283NUCA
    historique :
    quelques dépendances ont été construites durant la seconde moitié du 19e siècle. Le manoir conserve de . Cette cheminée de salle date de 1520. Le manoir de La Foultière est également très ancien. En effet pouvons dater le manoir de la Foultière du 15e siècle. L'organisation du lieu a peu changé depuis la réalisation du cadastre de 1843. Une remise et manoir de Ploeneour-Lanvern à Trélivit dans le Finistère. Il s'agissait des armoiries du propriétaire , l'écrivain décrivait le manoir ainsi : Le linteau de l'une de ses fenêtres forme une petite accolade. On voit à l'intérieur deux fenêtres à bancs et une cheminée à colonnettes octogonales dont le linteau de , Paul Banéat signale qu'il était aux le Chanoine en 1427 et 1522, aux Levesque en 1554, puis aux seigneurs de Launay-du-Han qui l'unirent en 1655 à cette seigneurie. Par ailleurs, au début du 20e siècle pierre est sculpté d'un écusson. Malgré de nombreux remaniements aux 17e, 19e et 20e siècles, nous
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - la Foultière - isolé
    referenceDocumentaire :
    Commune de Montreuil-le-Gast. Section B dite de Launay du Han, en cinq feuilles, première. Du n°1
  • Les mottes sur la commune de Plélan-le-Grand
    Les mottes sur la commune de Plélan-le-Grand Plélan-le-Grand
    titreCourant :
    Les mottes sur la commune de Plélan-le-Grand
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Plélan-le-Grand
    illustration :
    Village du Gué : profil de la Motte Salomon IVR53_20023514198NUCA
    contenu :
    La Motte Salomon est l'unique représentant de l'architecture militaire sur la commune de Plélan-le -Grand. Elle fait partie d'un ensemble de 280 mottes féodales recensées par Michel Brand'Honneur sur le édifié vers la fin du 13e siècle ou au début du 14e siècle, soit plus de 400 ans près la mort du roi entre la Protohistoire et le Moyen-Âge. Salomon de Bretagne (règne de 857 à 874) qui lui prête encore aujourd'hui son nom. Michel Brand'Honneur a également recensé deux enceintes à Bernoë et au Bois de Maxent. L'enceinte de Bernoë est l'un des cinq enceintes d'au moins 100 mètres de diamètre d'Ille-et-Vilaine avec celles du Châtelier, du Bois-Jean en Comblessac, de Barenton en Paimpont, du Clos Bouzard en Retiers. Ces vestiges sont difficilement datables
    localisation :
    Plélan-le-Grand
    referenceDocumentaire :
    Culturel de Bretagne - Skol-Uhel Ar Vro, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990, 98 p. (Patrimoine archéologique de Bretagne).
  • Le bourg de Plougrescant
    Le bourg de Plougrescant Plougrescant - le Bourg - en village - Cadastre : 1834 B2 2004 AB
    titreCourant :
    Le bourg de Plougrescant
    dates :
    1595 porte la date daté par source daté par travaux historiques
    description :
    Établi sur le trajet reliant Plouguiel et la pointe du Château, le bourg de Plougrescant présente une physionomie originale. Il est en effet structuré autour de deux pôles, l'un, le plus ancien , autour de la chapelle Saint-Gonéry, l'autre, résultant d'une phase de renouvellement architectural , autour de l'église paroissiale Saint-Pierre. L'habitat, peu dense, localisé essentiellement le long de l'axe principal (rue Saint-Gonery), est construit en moellons de granite et schiste laissés apparents . Au sein de ce paysage, l'église paroissiale est d'autant plus visible qu'elle présente une volumétrie importante, ainsi qu'une tour-porche coiffée d'une flèche en maçonnerie. Quant à la chapelle Saint-Gonnery , repérable d'emblée par sa flèche en plomb inclinée, elle offre le témoignage d'un édifice à forte valeur
    illustration :
    L'entrée du bourg, début 20ème siècle, avec la forge : le puits et la fontaine n'existent plus Le monument commémoratif de l'enseigne de vaisseau Henry IVR53_20082209137NUCA Extrait du cadastre de 1834 (AD 22) IVR53_20082209140NUCA La rue Saint-Gonéry, 1ère moitié du 20ème siècle (AD 22) IVR53_20082209496NUCB La chapelle Saint-Gonéry (12ème, 15ème et 17ème siècles) IVR53_20082209461NUCA Le groupe scolaire communal (1904) IVR53_20082209195NUCA Le monument aux morts (1922) IVR53_20082209146NUCA
    profession :
    [architecte] Le Noan [architecte] Le Corre Jean [commanditaire] Roquefeuille Marguerite-Marie de
    historique :
    Le bourg de Plougrescant doit son origine à la chapelle Saint-Gonery dont les parties les plus anciennes semblent remonter au 12ème siècle. Si l'ancienneté de ce bourg est avérée, le bâti qui le renouvellement de l'architecture. La datation des 74 oeuvres repérées au bourg de Plougrescant est de la sorte comprise entre le 12ème siècle et le 20ème siècle. Les dates de construction relevées sur le terrain constitue ne remonte guère dans sa grande majorité avant le 19ème siècle, période correspondant à un d'auteur, de donateur ou de commanditaire attribués par source, par signature ou par travaux historiques ), Pierre Léon (sculpteur), Le Noan (architecte), Jean-Marie Toupin (entrepreneur), Jean Le Corre (architecte), Marguerite-Marie de Roquefeuille (commanditaire).
    localisation :
    Plougrescant - le Bourg - en village - Cadastre : 1834 B2 2004 AB
    referenceDocumentaire :
    Numplan 7, section B, 2ème feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/42, plans cadastraux parcellaires de
  • La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h (Peumerit-Quintin)
    La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h (Peumerit-Quintin) Peumerit-Quintin - Loc'h (le) - en village
    titreCourant :
    La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h (Peumerit-Quintin)
    genresDestinataire :
    d'hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem
    description :
    -Pestivien, on retrouve à l’est, le moulin de la commanderie totalement reconstruit, mais dont les anciens XIIIe siècle qui éclaire timidement l’entrée de la nef, puis le porche, remonté il y a quelques gouttereau de la façade sud. Le bras de transept a été aussi entièrement reconstruit, mais sur ses rampants gothique, et contre le maitre-autel, un tronçon de colonne octogonale. L’entrée de la chapelle sud, formant Le village du Loc’h est situé à 3km à l’ouest du Bourg de Peumerit-Quintin au milieu d’une large disparu tout comme le manoir emmotté déjà ruiné au début du XVIIe siècle. Sur la route qui mène à Maël saillant. La façade occidentale est percée d’un portail en plein-cintre mouluré d’un mince tore et le mur pignon est coiffé d’un clocheton à une seule chambre de cloche. La façade septentrionale est totalement aveugle, le mur pignon du bras de transept nord étant en saillie sur un terrain à fort pendage, il est double ressaut en larmier. Seule, une baie rectangulaire simplement chanfreinée éclaire le bras de
    annexe :
    - la Flagellation, la Corde au cou, le Portement de croix, la Crucifixion, la Descente de croix, la Antépendium de la chapelle Saint-Jean-du-Loc'h Déplacé en 1961 de la chapelle Saint-Jean-du-Loc'h à l'église paroissiale de Peumerit-Quintin, l'autel en pierre qui prenait place dans le chœur de l'ancienne horizontalement par des pinacles fleuronnés. On peut nettement rapprocher la mise en œuvre de cet antependium à la charnière des XVes et XVIes siècles, coïncidant avec les travaux de Guillaume Taret dont la vitre du chapelle hospitalière est une œuvre remarquable. Son antependium sculpté représente - de gauche à droite Résurrection et la Descente aux limbes. Hormis la Crucifixion, toutes les scènes sont surmontées d'une frise d'arcs trilobés, coiffés chacun d'un gable en accolade orné de crochets et fleurons, et rythmés transept nord en avait conservé la date, soit 1496. Informations complémentaires : dossier d'archivage de 1967 : Lien PDF
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Portail occidental, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Façade nord angle nord-ouest, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Baie rectangulaire, transept nord, , La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Façade orientale, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin IVR53_20152211801NUCA Façade méridionale, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Fenêtre en façade méridionale, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Détail de la fenêtre en façade méridionale, , La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit Porche méridional, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Portail méridional, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Calvaire, , La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin IVR53_20152211807NUCA
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    fontaine de dévotion
    historique :
    Le loch est mentionné pour la première fois en 1160 dans la charte confirmative de Conan IV dépend de la commanderie de La Feuillée , car le commandeur Pierre de Keramborgne, revendique la commanderie du Louc’h et de Mael. Sur la vitre du collatéral sud figurait nencore au milieu du XIXe siècle l'endroit de Guille Taret, feu Guille Taret est mis ». Les membres de la famille Taret semblent être des donateurs ponctuels du Loc’h, car on pouvait encore lire sur un des piliers de la porte du cimetière avoir esté anciennement un chasteau. En 1697, en la paroisse de mael Cy devant la treve du louch dont Seigneurs ny ayant droit, Lad. Treve et son Cimetiere Embornée de Touttes parts des Terres de la Commanderie , Contenant en fond vingt Cordes, et douze pieds. La Chapelle St. Thomas en lad paroisse de Maël proche ladite XIXe siècle, lors de sa visite au bourg du Loc’h, Sigismond Ropartz remarqua dans la maîtresse-vitre - aujourd’hui disparue - un écusson fascé d'hermines et de gueules indiquant le lignage des Rostrenen, et un
    localisation :
    Peumerit-Quintin - Loc'h (le) - en village
    referenceDocumentaire :
    Déclaration et dénombrement de La Feuillée, 20 Septembre 1697. Procès-verbal de visite de la commanderie de La Feuillée, commandeur René de Saint-Offange, 1617 Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705, reliure en veau, Tome 1, sans pagination. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1731, reliure en veau, Tome 2. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.
  • Croix de chemin, Cardequin ;  rue de Dol (Le Vivier-sur-Mer)
    Croix de chemin, Cardequin ; rue de Dol (Le Vivier-sur-Mer) Vivier-sur-Mer (Le) - Cardequin rue de Dol - en village - Cadastre : 1982 C non cadastré
    titreCourant :
    Croix de chemin, Cardequin ; rue de Dol (Le Vivier-sur-Mer)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Vivier-sur-Mer
    illustration :
    Détail d'une tête à la base du socle IVR53_19973502925NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    historique :
    celui qui se trouve au chevet de l'église.
    localisation :
    Vivier-sur-Mer (Le) - Cardequin rue de Dol - en village - Cadastre : 1982 C non cadastré
  • Le village de Caro
    Le village de Caro Caro - en village
    titreCourant :
    Le village de Caro
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux
    illustration :
    Le bourg de Caro sur le cadastre de 1829 (A. D. du Morbihan, 3 P 75/11). à l'ouest, sous le presbytère tout en longueur, est dessinée la chapelle Saint-Nicolas IVR53_20135619698NUCA Village, manoir 4 : la porte du logis (état en 1969) IVR53_19895600040Z Village, manoir 4 : la tour d'escalier (état en 2011) IVR53_20115602238NUCA Village, ferme : la porte (état en 1969) IVR53_19895600041Z
    historique :
    siècle, remaniée. (J. P. Ducouret) La chapelle Saint-Nicolas, encore visible sur le cadastre de 1829 Église paroissiale Saint-Hervé 15e, 16e, 18e et 19e siècles ; auditoire de Justice de la seigneurie de Bodel (F3 421) 16e et 17e siècles, ancienne maison du procureur, dite la cour (F3 385) 16e siècle cimetière, bénite en 1655 par le recteur de Caro, elle est aujourd'hui désaffectée. (M. - D. Menant)  ; maison (F3 445 et 442) 17e et 18e siècles ; ancienne maison noble de Saint-Denis (F3 797, 798, 811) 17e
    airesEtudes :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
  • Le bourg de Romagné
    Le bourg de Romagné Romagné - en village
    titreCourant :
    Le bourg de Romagné
    illustration :
    Rue de la Bascule : maisons IVR53_20143500341NUCA Entrée du bourg par la rue de Saint-Germain IVR53_20143500360NUCA Rue de la Riboisière IVR53_20143500366NUCA Rue de la Riboisière : maison IVR53_20143500367NUCA Maisons constuites au Nord-Est de la mairie IVR53_20143500331NUCA Rue de l'Eglise IVR53_20143500348NUCA Rue de l'Eglise : maison IVR53_20143500347NUCA Rue de l'Eglise : ancien atelier de menuisier IVR53_20143500362NUCA Rue de l'Eglise : ancien atelier de menuisier, détail IVR53_20143500363NUCA Rue de Saint-Germain : maisons IVR53_20143500349NUCA
    contenu :
    filles (1828), qu'occupe aujourd'hui la mairie, apparaît comme l'édifice le plus intéressant de la Situé à l'ouest du territoire communal, à hauteur du bourg voisin de Saint-Sauveur-des-Landes, le bourg de Romagné était déjà relativement développé lorsque fut établi le premier cadastre en 1821. Plus inscrites dans un triangle formé par les actuelles rue Nationale, rue de l'Eglise et rue de la Bascule. Les traces du Moyen Age qui aient été conservées dans le bourg. Les constructions de l'époque moderne y sont lourdes modifications aux 19e et 20e siècles, à l'image de la maison située rue Nationale dont la niche à statue porte l'inscription « FAIT.PAR.PIERRE.BEGASSE.ET.ANNE.VAUCOIS.1779 ». La première école de première moitié du 19e siècle. Comme le montrent beaucoup de dates portées, le bourg s'est particulièrement étoffé entre la seconde moitié du 19e siècle et le premier quart du 20e siècle à travers la construction de maisons et de commerces principalement aménagés le long de l'axe reliant Rennes et Fougères
    referenceDocumentaire :
    Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927. d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Collection Le Patrimoine des communes de France). Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, Le patrimoine des communes
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le bourg de Plouzélambre
    Le bourg de Plouzélambre Plouzélambre - - - en village - Cadastre :
    titreCourant :
    Le bourg de Plouzélambre
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plouzélambre, 1814 : le bourg IVR53_20152206563NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Plouzélambre, 1848 : le bourg IVR53_20152206572NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Plouzélambre, 1848 : le bourg IVR53_20152206573NUCA Extrait du tableau d'assemblage du cadastre ancien de la commune de Plouzélambre, 1848 Plouzélambre : le bourg (source : site Internet, "Bretagne, de 1950 à nos jours Plouzélambre : vue de situation du bourg depuis la chapelle de Saint-Mélar IVR53_20152206638NUCA Plouzélambre : le bourg depuis le clocher de l'église paroissiale, vue panoramique Plouzélambre : le bourg depuis le clocher de l'église paroissiale IVR53_20152206635NUCA Plouzélambre : le bourg depuis le clocher de l'église paroissiale, vue de situation du manoir de Plouzélambre, le bourg : manoir, élévation antérieure orientée vers le sud, photographie de 1974
    contenu :
    de Coquil (avec sa tour d’escalier flanquant la façade postérieure orientée vers le nord) et deux maisons. A la croisée de plusieurs chemins dont un ancien "chemin de grande communication", le bourg de commémore le souvenir des morts de la Première guerre mondiale. Depuis le milieu des années 1990, la commune . Le clocher de l'église paroissiale offre une vue panoramique sur la campagne environnante. L'enclos Le bourg de Plouzélambre Établi sur une hauteur, le bourg de Plouzélambre réutilise nationale). Jusqu'en 1848 au moins, le bourg de Plouzélambre n'est qu'une minuscule agglomération qui ne Plouzélambre est de morphologie en étoile. Une foire y était organisée chaque année le 1er lundi d'août. Il faut attendre la seconde moitié du 19e siècle et surtout le 20e siècle pour voir se développer un 28 élèves en 1862. L'espace de l'enclos est marqué par la présence du monument aux morts (1921) qui a été urbanisée par la création de deux petites zones pavillonnaires située à l'est et au sud du
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir, rue Alain de Coislin (Le Cambout)
    Manoir, rue Alain de Coislin (Le Cambout) Cambout (Le) - en village - Cadastre : 1987 ZE 64
    titreCourant :
    Manoir, rue Alain de Coislin (Le Cambout)
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Chèze
    illustration :
    Vue générale du logis et de la galerie (dessin de Frotier de la Messelière, 1931 Arcade de la galerie et fenêtre : détail (dessin de Frotier de la Messelière, 1931 Logis et galerie, façades postérieures (dessin de Frotier de la Messelière, 1931 Blason du Cambout (dessin de Frotier de la Messelière, 1931) IVR53_19802203769ZMI Cheminée de l'étage, pièce nord IVR53_19952200470X Plafond de l'étage IVR53_19952200469X
    canton :
    Chèze (La)
    historique :
    du logis, une cheminée au rez-de-chaussée, deux cheminées à l'étage, des plafonds et le départ de la Manoir du 15e siècle ; reconstruit au 18e siècle ; du 15e siècle, sont conservés le volume général
    localisation :
    Cambout (Le) - en village - Cadastre : 1987 ZE 64
    airesEtudes :
    Chèze (La)
1 2 3 4 59 Suivant