Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 16 sur 16 - triés par pertinence
  • Verrière de la baie 2 (verrière à personnages) : Mgr Revol, Mgr Thoreau, Mgr de Hercé
    Verrière de la baie 2 (verrière à personnages) : Mgr Revol, Mgr Thoreau, Mgr de Hercé Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
    titreCourant :
    Verrière de la baie 2 (verrière à personnages) : Mgr Revol, Mgr Thoreau, Mgr de Hercé
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_80 :
    typicum au niveau de l'aire d'étude ou du diocèse
    lieuExecution :
    lieu d'exécution Pays de la Loire, 44, Nantes
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    profession :
    [peintre-verrier] Echappé René
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    contenu :
    chaque côté d'une conduite d'eau. sous Mgr de Hercé : l'évêque est fusillé à Vannes avec M. de Sombreuil - Baies 0, 1, 2, 3 : René Échappé, Nantes, 1859. Saints évêques de Dol dans les baies 1, 0 et 2 saint Budoc, 3e évêque de Dol : Mgr Brossais-Saint-Marc est présenté par saint Melaine, 1er évêque de de son futur monastère. sous saint Génevé : armoiries et devise de Mgr Brossais-Saint-Marc. Baie 1 chaque évêque : sous Mgr Revol : un évêque bénit la mer. sous Mgr Thoreau : un évêque et un homme de - respectivement 3, 4 et 3 lancettes ; vitrerie décorative en baie 3. Emplacement de vitraux du XVe siècle perdus lors de la mise en place de ce nouveau programme (cf. Brune). Baie 0 : Scène sous chaque évêque : sous Rennes à st Samson et lui offre une verrière. sous saint Magloire, 2e évêque de Dol : le comte de Jersey lui donne une partie de son territoire. sous saint Samson, 1er évêque de Dol : Samson regarde le plan  : Scène sous chaque évêque : sous saint Even, 20e évêque de Dol : le diacre Gilduin refuse l'épiscopat et
    historique :
    Cette verrière réalisée en 1859 par le maître verrier nantais René Echappé remplace une verrière du 15e siècle, perdue lors de la mise en place du nouveau programme.
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
  • Verrière de la de la baie 0 (verrière à personnages) : saint Budoc, saint Magloire, saint Samson, saint Génevé
    Verrière de la de la baie 0 (verrière à personnages) : saint Budoc, saint Magloire, saint Samson, saint Génevé Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
    titreCourant :
    Verrière de la de la baie 0 (verrière à personnages) : saint Budoc, saint Magloire, saint Samson
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_80 :
    typicum au niveau de l'aire d'étude ou du diocèse
    lieuExecution :
    lieu d'exécution Pays de la Loire, 44, Nantes
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    profession :
    [peintre-verrier] Echappé René
    inscriptions :
    Armoiries de Mgr Brossay Saint-Marc (1d).
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    contenu :
    chaque côté d'une conduite d'eau. sous Mgr de Hercé : l'évêque est fusillé à Vannes avec M. de Sombreuil - Baies 0, 1, 2, 3 : René Échappé, Nantes, 1859. Saints évêques de Dol dans les baies 1, 0 et 2 saint Budoc, 3e évêque de Dol : Mgr Brossais-Saint-Marc est présenté par saint Melaine, 1er évêque de de son futur monastère. sous saint Génevé : armoiries et devise de Mgr Brossais-Saint-Marc. Baie 1 chaque évêque : sous Mgr Revol : un évêque bénit la mer. sous Mgr Thoreau : un évêque et un homme de - respectivement 3, 4 et 3 lancettes ; vitrerie décorative en baie 3. Emplacement de vitraux du XVe siècle perdus lors de la mise en place de ce nouveau programme (cf. Brune). Baie 0 : Scène sous chaque évêque : sous Rennes à st Samson et lui offre une verrière. sous saint Magloire, 2e évêque de Dol : le comte de Jersey lui donne une partie de son territoire. sous saint Samson, 1er évêque de Dol : Samson regarde le plan  : Scène sous chaque évêque : sous saint Even, 20e évêque de Dol : le diacre Gilduin refuse l'épiscopat et
    historique :
    Cette verrière réalisée en 1859 par le maître verrier nantais René Echappé remplace une verrière du 15e siècle, perdue lors de la mise en place du nouveau programme.
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
  • Verrière de la baie 1 (verrière à personnages) : saint Even, saint Leucher, saint Thuriau de Dol
    Verrière de la baie 1 (verrière à personnages) : saint Even, saint Leucher, saint Thuriau de Dol Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
    titreCourant :
    Verrière de la baie 1 (verrière à personnages) : saint Even, saint Leucher, saint Thuriau de Dol
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_80 :
    typicum au niveau de l'aire d'étude ou du diocèse
    lieuExecution :
    lieu d'exécution Pays de la Loire, 44, Nantes
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    profession :
    [peintre-verrier] Echappé René
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    contenu :
    chaque côté d'une conduite d'eau. sous Mgr de Hercé : l'évêque est fusillé à Vannes avec M. de Sombreuil - Baies 0, 1, 2, 3 : René Échappé, Nantes, 1859. Saints évêques de Dol dans les baies 1, 0 et 2 saint Budoc, 3e évêque de Dol : Mgr Brossais-Saint-Marc est présenté par saint Melaine, 1er évêque de de son futur monastère. sous saint Génevé : armoiries et devise de Mgr Brossais-Saint-Marc. Baie 1 chaque évêque : sous Mgr Revol : un évêque bénit la mer. sous Mgr Thoreau : un évêque et un homme de - respectivement 3, 4 et 3 lancettes ; vitrerie décorative en baie 3. Emplacement de vitraux du XVe siècle perdus lors de la mise en place de ce nouveau programme (cf. Brune). Baie 0 : Scène sous chaque évêque : sous Rennes à st Samson et lui offre une verrière. sous saint Magloire, 2e évêque de Dol : le comte de Jersey lui donne une partie de son territoire. sous saint Samson, 1er évêque de Dol : Samson regarde le plan  : Scène sous chaque évêque : sous saint Even, 20e évêque de Dol : le diacre Gilduin refuse l'épiscopat et
    historique :
    Cette verrière réalisée en 1859 par le maître verrier nantais René Echappé remplace une verrière du 15e siècle, perdue lors de la mise en place du nouveau programme.
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
  • Verrière de la baie 3 (verrière décorative)
    Verrière de la baie 3 (verrière décorative) Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
    titreCourant :
    Verrière de la baie 3 (verrière décorative)
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_80 :
    typicum au niveau de l'aire d'étude ou du diocèse
    lieuExecution :
    lieu d'exécution Pays de la Loire, 44, Nantes
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    profession :
    [peintre-verrier] Echappé René [donateur] La Haute-Dibois de
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    contenu :
    chaque côté d'une conduite d'eau. sous Mgr de Hercé : l'évêque est fusillé à Vannes avec M. de Sombreuil - Baies 0, 1, 2, 3 : René Échappé, Nantes, 1859. Saints évêques de Dol dans les baies 1, 0 et 2 saint Budoc, 3e évêque de Dol : Mgr Brossais-Saint-Marc est présenté par saint Melaine, 1er évêque de de son futur monastère. sous saint Génevé : armoiries et devise de Mgr Brossais-Saint-Marc. Baie 1 chaque évêque : sous Mgr Revol : un évêque bénit la mer. sous Mgr Thoreau : un évêque et un homme de - respectivement 3, 4 et 3 lancettes ; vitrerie décorative en baie 3. Emplacement de vitraux du XVe siècle perdus lors de la mise en place de ce nouveau programme (cf. Brune). Baie 0 : Scène sous chaque évêque : sous Rennes à st Samson et lui offre une verrière. sous saint Magloire, 2e évêque de Dol : le comte de Jersey lui donne une partie de son territoire. sous saint Samson, 1er évêque de Dol : Samson regarde le plan  : Scène sous chaque évêque : sous saint Even, 20e évêque de Dol : le diacre Gilduin refuse l'épiscopat et
    historique :
    Cette verrière réalisée en 1859 par le maître verrier nantais René Echappé remplace une verrière du 15e siècle, perdue lors de la mise en place du nouveau programme.
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - place de la Cathédrale
  • Église paroissiale Saint Martin, place de l'Eglise (Le Pertre)
    Église paroissiale Saint Martin, place de l'Eglise (Le Pertre) Pertre (Le) - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1986 AC 23
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint Martin, place de l'Eglise (Le Pertre)
    annexe :
    éleva une tour. L'église agrandie de la sorte, fut solennellement bénite, le 24 mai 1835, par Mgr de Lesquen, en présence de Mgrs Bouvier, évêque du Mans, et de Hercé, évêque élu de Nantes. Plusieurs Extrait de l'abbé Guillotin-de-Corson. Pouillé historique de Rennes, p 428-429 Saint-Martin, abbé de Vertou a été de tout temps le patron du Pertre. L'ancienne église se composait jadis d'une nef des Moines, et prohibitive vraisemblablement au prieuré du Pertre ; on y voyait de grosses colonnes historiées et l'on disait qu'elle datait du 10e siècle. Toute cette antique portion de l'édifice fut détruite fondations existaient en cette église, notamment celles de Saint-Michel, -de la Fouscherie, fondée en 1484 par James Jousselin et valant 100 liv. de renté en 1790, - et celle de la confrérie du Rosaire, dont les messes furent fondées en 1664. Cette église vient elle-même de disparaître.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    L'église au début du siècle, carte postale de E. Mary Rousselière IVR53_20023517545NUC L' église prise depuis la base de loisirs IVR53_20023517447NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; calcaire ; pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_34 :
    Oeuvre étudiée lors de l'enquête thématique préliminaire effectuée en 1994, sur les églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine. Une mise à jour des données a été effectuée, en 2002, lors de l'enquête
    historique :
    L'ancienne église priorale dépendant de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes a été reconstruite après les destructions anglaises de 1442. Elle était composée d'une nef avec un collatéral au sud et d'une du 10e siècle a été démolie en 1829. L'église actuelle est élevée en 1863 sur les plans de
    localisation :
    Pertre (Le) - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1986 AC 23
    referenceDocumentaire :
    GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire -éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886, 6 vol, T.V, p 428-431. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne de DUFIEF-MOIREZ Denise, RIOULT Jean-Jacques. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996 3438. Le Pertre (I.-et-V.) - Intérieur de l'Eglise, carte postale, E. Mary-Rousselière, édit
  • Maison, 94 rue Saint-Hélier (Rennes)
    Maison, 94 rue Saint-Hélier (Rennes) Rennes - 94 rue Saint-Hélier - en ville - Cadastre : 1842 C 904 à 910 1980 BR 479, 520
    etages :
    étage de comble
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1842 IVR53_20023515800NUCA Vue de situation, depuis le nord-est IVR53_20023515791NUCA
    historique :
    Le projet de traité avec le propriétaire de la maison, Célestin Michelot, en 1866, indique les bâtiments frappés d'alignement : l'orangerie, de 6 m sur 4 m (C 904) est alors utilisée comme atelier, les écuries (C 905) de 25 m sur 5 m, enfin un bâtiment, construit sur la parcelle C 909, utilisée comme serre chaude, de 8 m sur 5 m.
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 197. Voirie urbaine. Canton sud-est. Boulevard René-Laënnec (1859-1947) . [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section C, dite du Colombier, 6e
  • Ancien chemin du Gué-de-Baud, puis chemin vicinal n°18, actuellement rue de Châteaudun (Rennes)
    Ancien chemin du Gué-de-Baud, puis chemin vicinal n°18, actuellement rue de Châteaudun (Rennes) Rennes - rue de Châteaudun - en ville
    titreCourant :
    Ancien chemin du Gué-de-Baud, puis chemin vicinal n°18, actuellement rue de Châteaudun (Rennes)
    illustration :
    Plan de la ville de Rennes et de ses faubourgs pour servir à l'instruction du classement du chemin projeté entre le faubourg de Paris et le faubourg Saint-Hélier, [1859] (A. C. Rennes Plan de la ville de Rennes, avec indication des travaux exécutés depuis 1855, Oberthür éditeur (A
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de périphérie
    profession :
    [commanditaire] Ville de Rennes
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_1 :
    réseau de contournement
    historique :
    entre le faubourg de Paris et le canal, dit du Gué-de-Baud, figure sur le plan d'aménagement urbain du Portion du boulevard de l´Est, reliant le faubourg d´Antrain aux faubourgs de Fougères, de Paris maire Ange de Léon publié en 1861, comme projet voté. Son tracé reprend partiellement celui du chemin du Gué-de-Baud, dit aussi chemin de la Baignade, visible sur le cadastre de 1844, qui reliait l'ancien , suivi d'un nouveau plan d'alignement dessiné par l'agent voyer Fouré, en 1882. La voie prend le nom de boulevard de la Duchesse-Anne prolongée entre 1863 et 1877, date à laquelle elle prend son nom actuel.
    localisation :
    Rennes - rue de Châteaudun - en ville
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 113. Voirie urbaine. Canton nord-est. Rue de Châteaudun (1864-1901) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 124. Voirie urbaine. Canton nord-est. Boulevard de la Duchesse-Anne A. C. Rennes. Série O ; 1 O 197. Voirie urbaine. Canton sud-est. Boulevard René-Laënnec (1859-1947) . [1860]. Projet de tracé de boulevard entre la rue de Paris et le faubourg Saint-Hélier, dessin [1859]. Plan de la ville de Rennes et de ses faubourgs pour servir à l'instruction du classement du chemin projeté entre le faubourg de Paris et le faubourg Saint-Hélier, édité par Oberthür en 1854 et [1882]. Plan d'alignement de la traverse de Rennes, dessin, par Fouré, agent voyer, 20 octobre 1882 [1861]. Plan de la ville de Rennes, avec indication des travaux exécutés depuis 1855, sous l'administration de M. A. de Léon, en voie d'exécution au 1er mai 1861 ou votés par le conseil municipal
  • Lotissement Vaudois-Amiot, rue de Villeneuve ; rue Marcelin-Berthelot ; rue Auguste-Comte ; rue Alain-Bouchard ; rue Lobineau ; boulevard Jacques-Cartier (Rennes)
    Lotissement Vaudois-Amiot, rue de Villeneuve ; rue Marcelin-Berthelot ; rue Auguste-Comte ; rue Alain-Bouchard ; rue Lobineau ; boulevard Jacques-Cartier (Rennes) Rennes - rue de Villeneuve rue Marcelin-Berthelot rue Auguste-Comte rue Alain-Bouchard rue Lobineau boulevard Jacques-Cartier - en ville
    titreCourant :
    Lotissement Vaudois-Amiot, rue de Villeneuve ; rue Marcelin-Berthelot ; rue Auguste-Comte ; rue
    description :
    Le lotissement est actuellement formé de près de 400 lots, dont 29, isolés, à l'extrémité de la rue par 7 voies de desserte interne. L'implantation du bâti, en rangée discontinue, est faite à l'aplomb de la voie, puis en retrait d'une cour plantée, à partir de 1930. Les maisons disposent de jardins en fond de parcelle. La typologie du bâti se caractérise par des maisons à Bon Marché, maisons immeubles , maisons élémentaires, maisons de type ternaire et maisons d'étage, à partir des années trente. Quelques immeubles, en rupture de gabarit, ont été construits après la guerre. Les traitements d'angle sont inégaux . Des angles droits subsistent à l'intersection de la rue Ange-Blaise et de la rue Etienne-Dolet, à l'intersection de la rue Ange-Blaise et de la rue Alain-Bouchard, enfin rue Lobineau. Le traitement d'angle est intégré à la composition du bâti, quand il est postérieur à la création de la voie (angle rue Paul-Féval et rue Etienne-Dolet) mais souvent ignoré, sauf dans le cas de maison ou d'immeuble avec commerce au
    annexe :
    Extrait de la lettre adressée au maire de Rennes par René Amiot, 17 août 1885, A. C. Rennes 1 0 321 Extrait de la lettre adressée à l'entrepreneur M. Vaudois, 26 mai 1875, A. C. Rennes 1 0 "Il m'a défavorable qu'avantageux pour la spéculation [...], il absorbera une grande superficie de terrain mais il accroîtra singulièrement les dépenses d'entretien qui auront à se répartir dans un très grand nombre de voies. Enfin, j'ai constaté que l'intersection de presque tous les alignements s'opère à angle aigu mon désir, de prendre aucun engagement au nom de la ville, relativement à la confection pas plus qu'à , ce caractère ne sera jamais reconnu à des voies qui auront moins de 12 mètres de largeur et qui heureusement choisi, car il faudrait ouvrir aux frais de la ville, la rue destinée à en dégager la façade, rue lettre Z, dans le côté occidental aspecté et bordé par la route de Nantes. Vous apprécierez, Monsieur , dans quelle mesure vous devez, au point de vue de vos intérêts particuliers, avoir égard aux
    illustration :
    Projet de lotissement Vaudois IVR53_20003518599NUCA Vue de la rue Ange-Blaise IVR53_20003518493NUCA Rue Bernard-Palissy, vue des maisons de la rive ouest depuis la rue Auguste-Comte Rue Bernard-Palissy, maisons de la rive est IVR53_20003518597NUCA Rue Auguste-Comte, maisons de la rive sud IVR53_20003518602NUCA Maisons, 6 à 12 rue de Villeneuve IVR53_20003518383NUCA Maisons, 9 à 3 rue de Villeneuve IVR53_20003518598NUCA
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de périphérie
    profession :
    [entrepreneur, auteur commanditaire] Amiot René
    contenu :
    de la nouvelle maison centrale (rue Ange-Blaise). Le projet de René Amiot prolonge celui de J des domaines agricoles, au sud de la voie ferrée, contemporain des opérations lancées par Dubosq et Charles Jaillard, au nord-est de la ville. Le projet est ici remarquable dans la mesure ou il intègre la construction d´une église, c´est-à-dire qu´il se propose comme un nouveau quartier de la ville. L´emplacement proposé est critiqué par l´ingénieur de la ville. La qualité de la trame viaire est le résultat d´un cédées en échange de leur entretien. Il ne subsiste qu´une partie des tracés projetés par J. Vaudois, en l´ancien faubourg de la Madeleine, à l´ouest (boulevard Jacques-Cartier, rue Lobineau) et aux abords . Vaudois (rue Lobineau, rue Louis-Tiercelin) mais inaugure une utilisation plus rationnelle de l´espace André-Désilles), le projet sera modifié par le projet de construction d´une église, dont l´îlot détermine le tracé des voies, et par l´ouverture de la rue Général-Margueritte, qui doit offrir un accès
    historique :
    parcelles de la rive ouest déjà bâties. En 1885, l'entrepreneur brestois René Amiot, neveu de J. Vaudois tracé, différent du projet de René Amiot, est déterminé par la construction d´une nouvelle église classée dans la voirie urbaine en 1908. Au sud-ouest de l´ancien manoir, des terrains sont acquis par la . Vaudois soumet un projet de lotissement du domaine de Villeneuve, dont il est propriétaire (annexe 1). Le plan figure un réseau de voies (tracées à l´encre) ouvertes depuis des chemins existants (rue de Puits -Jacob et route de Nantes, à l´ouest, rue de l´Alma, à l´est) correspondant aux actuelles rues Lobineau et Louis-Tiercelin, et à l´extrémité est de la rue Ange-Blaise, ainsi qu´à l´extrémité ouest du boulevard Jacques-Cartier, dont le prolongement jusqu´à l´ancien chemin de la Boulais (actuelle rue Rabelais ) apparaît en pointillé. D´autres tracés en pointillé indiquent un projet de place, où une église pourrait être construite, à proximité de l´ancien manoir, d´un carrefour à voies rayonnantes, auquel aboutit l
    localisation :
    Rennes - rue de Villeneuve rue Marcelin-Berthelot rue Auguste-Comte rue Alain-Bouchard rue
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 321. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue de Villeneuve (1886-1938) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 295. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue Paul-Féval (1887-1925) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 202. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue Alain-Bouchard (1901-1928) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 210. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue Ange-Blaise (1887-1935) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 208. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue André-Désilles (1909-1914) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 663. Voirie privée. Lotissements de terrains. Canton sud-est [A à Mé]. A. C. Rennes. Urbanisme : 717 W 6. Demande d'autorisation de lotissement.
  • Église paroissiale Saint-Brandan (Brendan)
    Église paroissiale Saint-Brandan (Brendan) Lanvellec - le Bourg - en village
    annexe :
    L'église Saint-Brandan par René Couffon (Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint nouveau réédifiée à la fin du 16e siècle et consacrée en 1607 par Mgr Antoine de Revol, édifice qui L'orgue de Robert Dallam "L´orgue de Lanvellec a été construit en 1653 par Robert Dallam pour l ´église de Plestin-les-Grèves. Il aurait été construit en deux étapes : des jeux semblent avoir été ajouté dans l´église de Plestin, et transféré à Lanvellec en 1864. Il est alors restauré par Pierre Huet de Lannion, et c´est probablement à cette occasion que l´alimentation est refaite et une basse de trompette de 8 pieds ajoutée. Aucune autre modification ne fut apportée jusqu´à sa restauration par la maison Formentelli, de Vérone, en 1986. L´orgue avait alors conservé d´origine son buffet, son sommier, la majeure partie de ses éléments mécaniques et de ses tuyaux. Le seul parti de restauration possible était donc un orgue de 4 pieds en montre, avec un seul clavier de 48 touches (ut 1 à ut 5 sans premier ut dièse) et 14
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Lanvellec, 1813 : le bourg IVR53_20112206079NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Lanvellec, 1813 : le bourg IVR53_20112206080NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Lanvellec, 1848 : le bourg IVR53_20112206115NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Lanvellec, 1848 : le bourg IVR53_20112206116NUCA Lanvellec, le bourg : église paroissiale Saint-Brandan, le clocher, photographie de 1974 Lanvellec, le bourg : église paroissiale Saint-Brandan, vue intérieure, photographie de 1974 Lanvellec, le bourg : église paroissiale Saint-Brandan, vue intérieure, photographie de 1974 Lanvellec, le bourg : église paroissiale Saint-Brandan, vue intérieure, photographie de 1974 Lanvellec, le bourg : église paroissiale Saint-Brandan, vue intérieure, statue, photographie de Lanvellec, le bourg : église paroissiale Saint-Brandan, vue intérieure, statue, photographie de
    referenceDocumentaire :
    , René. Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc, Les p. 218-219 Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. COUFFON LE LOUARN, Geneviève. Article "Lanvellec. Eglise Saint-Brendan", p. 311, in Ministère de la Culture et de la communication, Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, Service de l ´Inventaire général, Collectif (sous la dir. de Jean-Marie Pérouse de Montclos), Dictionnaire. Guide du
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Corps de garde crénelé n° 2, année "1854" puis cénotaphe de la pointe Saint-Mathieu (Plougonvelin)
    Corps de garde crénelé n° 2, année "1854" puis cénotaphe de la pointe Saint-Mathieu (Plougonvelin) Plougonvelin - Pointe Saint-Mathieu - isolé
    titreCourant :
    Corps de garde crénelé n° 2, année "1854" puis cénotaphe de la pointe Saint-Mathieu (Plougonvelin)
    etages :
    rez-de-chaussée
    annexe :
    Commuté Urbaine de Brest, la Communauté de Communes du Pays d´Iroise, les communes du Conquet et de L´histoire du Mémorial : de la stèle au cénotaphe par Louis Caradec. Voir le site internet : Aux morts pour la France, inauguré le 08 mai 2005 sous la présidence de Monsieur François GOULARD , secrétaire d´Etat aux transports et à la mer et de monsieur Louis CARADEC, maire de Plougonvelin, s´est accompli en trois temps : La première étape ; la stèle est un voeu de Georges LEYGUES, Ministre de la Marine et de l´Amiral GUEPRATTE, député du Finistère, au lendemain de la guerre 14/18. A l´instar des pour linceul que les flots de l´océan, ceux-là méritent aussi que leur obscur sacrifice soit honoré à LEYGUES pensait autrement et déclarait : "Tous les points du littoral français, paraissent dignes de l ´honneur de glorifier les marins disparus, mais il en est un, qui se désigne par lui-même, par sa situation des mers". Le projet retenu sera celui d´un sculpteur finistérien René QUILLIVIC : Une stèle
    statut :
    propriété de l'Etat
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    observation :
    Un cénotaphe est un monument élevé à la mémoire d'une personne ou d'un groupe de personnes et dont la forme rappelle celle d'un tombeau, bien qu'il ne contienne pas de corps. Voir le site internet
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plougonvelin, 1841, Archives Départementales du Vue générale de la pointe Saint-Mathieu IVR53_20062905100NUCA Vue des environs de la pointe Saint-Mathieu IVR53_20062905101NUCA Vue des environs de la pointe Saint-Mathieu : la pointe de Penzer IVR53_20062905102NUCA Vue des environs de la pointe Saint-Mathieu : la pointe de Penzer IVR53_20062905103NUCA Vue des environs de la pointe Saint-Mathieu. Les falaises ont été aménagées très tôt par la construction de muret de pierres sèches afin de faciliter la récolte du goémon et des œufs Vue des environs de la pointe Saint-Mathieu : la pointe de Penzer IVR53_20062905105NUCA Vue de la pointe Saint-Mathieu IVR53_20062905106NUCA Vue de la pointe Saint-Mathieu. Les falaises ont été aménagées très tôt par la construction de
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
    historique :
    Le corps de garde crénelé de la pointe Saint-Mathieu a été construit en 1854. Il s'agit d'un modèle modèles de Saint-Marzin et de Créac’h Meur (Plougonvelin) qui pâtissent de leur mauvais emplacement en falaise faisant doublon avec des ouvrages modernes : à l’ouest le réduit de la pointe Saint-Mathieu et à l’est les batteries du fort de Bertheaume. La batterie de Saint-Mathieu a été déclassée en 1876. Les deux canons de 95 mm constituaient, en 1939, l'armement de la batterie de semonce de Saint-Mathieu . Depuis 1927, un pilier monumental sculpté dû à René Quillivic commémore le souvenir des marins morts pour la France. Le corps de garde de la pointe Saint-Mathieu a été restauré et réaménagé en 2005 en cénotaphe. Fonction originelle : défense de la pointe Saint-Mathieu.
  • Ancien boulevard de l'Est, actuellement boulevard René-Laënnec, rue de Châteaudun et boulevard de la Duchesse-Anne (Rennes)
    Ancien boulevard de l'Est, actuellement boulevard René-Laënnec, rue de Châteaudun et boulevard de la Duchesse-Anne (Rennes) Rennes
    titreCourant :
    Ancien boulevard de l'Est, actuellement boulevard René-Laënnec, rue de Châteaudun et boulevard de
    typologies :
    réseau de contournement
    illustration :
    Plan de la ville de Rennes et de ses faubourgs pour servir à l'instruction du classement du chemin projeté entre le faubourg de Paris et le faubourg Saint-Hélier, [1859] (AC Rennes) IVR53_20013523418NUCA Plan de la ville de Rennes, avec indication des travaux exécutés depuis 1855, sous l'administration de M. A. de Léon, en voie d'exécution au 1er mai 1861 ou votés par le conseil municipal, Oberthür
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de périphérie
    profession :
    [commanditaire] Ville de Rennes
    historique :
    -Hélier (rue de Châteaudun et boulevard René-Laënnec) et figure sur le plan d'aménagement urbain du maire Premier boulevard de contournement, reliant les faubourgs d´Antrain, de Fougères, de Paris et de de Beuvre, au nord, entre la rue de Fougères et la rue d´Antrain, et le chemin de la Croix-Rouge, au sud, entre la rue de Paris et la rue de la Palestine. La largeur de cette nouvelle voie, dans la partie comprise entre la rue de Fougères et la rue de la Palestine, est d´abord prévue à 8 m, dimension , dessiné par l'architecte voyer Valentin Danays, est voté en 1850 (boulevard de la Duchesse-Anne). En 1871 , un traité est signé avec M. Jailliard qui envisage de lotir les terrains traversés par cette nouvelle voie, pour l´élargissement à 10 m. En 1859, le tracé est défini entre la rue de Paris et la rue Saint Ange de Léon publié en 1861, comme projet voté. Au nord du canal du Gué-de-Baud, il reprend partiellement le tracé du chemin du même nom, dit aussi chemin de la Baignade, visible sur le cadastre de 1844
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 113. Voirie urbaine. Canton nord-est. Rue de Châteaudun (1864-1901) . A. C. Rennes. Série O ; 1 O 124. Voirie urbaine. Canton nord-est. Boulevard de la Duchesse-Anne A. C. Rennes. Série O ; 1 O 197. Voirie urbaine. Canton sud-est. Boulevard René-Laënnec (1859-1947) . [1860]. Projet de tracé de boulevard entre la rue de Paris et le faubourg Saint-Hélier, dessin A. C. Rennes. Série C ; C 2 - 7. Exposé des principaux actes de l'administration de M. Martin , maire de Rennes, à partir de l'année 1871. Rennes : Alphonse Leroy fils imprimeur, 1877. [1846]. Chemin n°13, plan et procès verbal de tracé, dessin, par l´agent-voyer, 18 septembre 1846 [1871]. Plan d´alignement de la traverse du boulevard de la Duchesse-Anne [depuis la rue de Fougères jusqu´à la rue de la Palestine], dessin, par Valentin Danays architecte voyer, 4 août 1871 (A. C [1883]. Plan d´alignement de la traverse du boulevard de la Duchesse-Anne [depuis la rue de
  • Boulevard René-Laënnec, boulevard René-Laënnec (Rennes)
    Boulevard René-Laënnec, boulevard René-Laënnec (Rennes) Rennes - boulevard René-Laënnec - en ville
    titreCourant :
    Boulevard René-Laënnec, boulevard René-Laënnec (Rennes)
    typologies :
    réseau de contournement
    illustration :
    Plan de la ville de Rennes et de ses faubourgs pour servir à l'instruction du classement du chemin projeté entre le faubourg de Paris et le faubourg Saint-Hélier, [1859] (AC Rennes) IVR53_20013523418NUCA Plan de la ville de Rennes, avec indication des travaux exécutés depuis 1855, sous l'administration de M. A. de Léon, en voie d'exécution au 1er mai 1861 ou votés par le conseil municipal, Oberthür
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de périphérie rurale
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_1 :
    réseau de contournement
    historique :
    Portion sud du boulevard de l´Est, reliant le faubourg d´Antrain aux faubourgs de Fougères, de faubourg de Paris et la rue Saint-Hélier, prend le nom de boulevard de la Duchesse-Anne prolongée entre voie, l´un enjambant le canal, dit du Gué-de-Baud, dont les travaux sont mis en adjudication en 1860 , les deux autres permettant de traverser les deux bras de la Vilaine, le pont sud, dit pont Saint permettre de réaliser le tronçon situé au sud de la rue Saint-Hélier et la jonction avec le boulevard Solférino ; les trottoirs y seront achevés en 1877. Un plan de redressement est voté en 1876 et des 1889. Les égouts sont construits en 1906 par l'entreprise Perdriel et Guérin. Le plan d'extension de 1928 prévoit l'élargissement de la voie à 16 m, projet maintenu dans le plan d'urbanisme de 1946.
    localisation :
    Rennes - boulevard René-Laënnec - en ville
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 197. Voirie urbaine. Canton sud-est. Boulevard René-Laënnec (1859-1947) . [1860]. Projet de tracé de boulevard entre la rue de Paris et le faubourg Saint-Hélier, dessin [1859]. Plan de la ville de Rennes et de ses faubourgs pour servir à l'instruction du classement du chemin projeté entre le faubourg de Paris et le faubourg Saint-Hélier, édité par Oberthür en 1854 et [1861]. Plan de la ville de Rennes, avec indication des travaux exécutés depuis 1855, sous l'administration de M. A. de Léon, en voie d'exécution au 1er mai 1861 ou votés par le conseil municipal . Mary-Rousselière éditeur, 1er quart 20e siècle, in Rennes et pays de Rennes en 1900, Cesson : Jean-Luc et Jean-Marie Boure éditeurs, Mémoire photographique de notre siècle, 1992. p. 10 A. C. Rennes. Série C ; C 2 - 7. Exposé des principaux actes de l'administration de M. Martin , maire de Rennes, à partir de l'année 1871. Rennes : Alphonse Leroy fils imprimeur, 1877.
  • Ensemble de 6 verrières géométriques figurées du choeur et du transept : Litanies de la Vierge et Symboles de l'Eglise, et des verrières à personnages de la nef : Saint Pierre, Saint Joseph et l'Enfant, Notre-Dame de Lourdes et de Pontmain, Sacré Cœur
    Ensemble de 6 verrières géométriques figurées du choeur et du transept : Litanies de la Vierge et Symboles de l'Eglise, et des verrières à personnages de la nef : Saint Pierre, Saint Joseph et l'Enfant, Notre-Dame de Lourdes et de Pontmain, Sacré Cœur Availles-sur-Seiche - le Bourg
    titreCourant :
    Ensemble de 6 verrières géométriques figurées du choeur et du transept : Litanies de la Vierge et Symboles de l'Eglise, et des verrières à personnages de la nef : Saint Pierre, Saint Joseph et l'Enfant , Notre-Dame de Lourdes et de Pontmain, Sacré Cœur
    lieuExecution :
    lieu d'exécution Pays de la Loire, 72, Le Mans
    statut :
    propriété de la commune
    etatsConservation :
    La verrière de la baie 15 a été remplacée par du verre transparent.
    illustration :
    Verrière de la baie 5 : Sacré Coeur de Marie IVR53_20043512086NUCA Verrière de la baie 6 : Sacré Coeur de Jésus IVR53_20043512087NUCA Verrière de la baie 7 : Litanies de la Vierge IVR53_20043512088NUCA Verrière de la baie 8 : Symboles de l'Eglise IVR53_20043512089NUCA Verrière de la baie 8 : Armoiries de la famille Courtil IVR53_20043512244NUCA Verrière de la baie 9 : Litanies de la Vierge IVR53_20043512090NUCA Verrière de la baie 10 : Symboles de l'Eglise IVR53_20043512091NUCA Verrière de la baie 11 : Saint Pierre IVR53_20043512092NUCA Verrière de la baie 12 : Saint Joseph et l'Enfant IVR53_20043512093NUCA Verrière de la baie 13 : Notre-Dame de Pontmain IVR53_20043512094NUCA
    profession :
    [donateur] Courtil de Fournaux [donateur] Malhene René
    inscriptions :
    // 1874. Baie 6 : CARMEL // M. / V. MICHEL / MALHERRE // LE / MANS. Baie 7 : armoiries de Mgr Brossay Les armoiries du cardinal et du pape sont situées dans la partie supérieure de la verrière ; les Saint-Marc // E. / RATHOUIS // Mr et Me / PROSPER VIVIEN // armoiries : de gueules à la barre d´or / lettres RM et FB // 1874. Baie 8 : armoiries de Pie IX // Mr et Me / H. R. du COURTIL DE FOURNAUX / armoiries de la famille Courtil : d´azur au chevron d´or accompagné de deux étoiles et un grelot d´argent . Baie 10 : E. / RATHOUIS // P. A. // M. et M. RENE MALHERRE // Restauration / 1989 / RAULT. Baie 13 de Bretagne // F.L.
    canton :
    Guerche-de-Bretagne (La)
  • Maison, 27 place des Lices ; rue Bienheureux Pierre René Rogue (Vannes)
    Maison, 27 place des Lices ; rue Bienheureux Pierre René Rogue (Vannes) Vannes - 27 place des Lices rue du Bienheureux Pierre René Rogue - en ville - Cadastre : 1807 I3 988 1844 K8 2016, 2017 1980 BR 123
    titreCourant :
    Maison, 27 place des Lices ; rue Bienheureux Pierre René Rogue (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Maison de plan massé double en profondeur construite sur une parcelle d'angle. Elle montre 3 étages carrés surmontés d'un étage de comble.
    annexe :
    dénombrement de Guy Le Sage marchand demeurant au haut des Lisses d´une maison couverte d´ardoises ouvrant par le devant et midy sur les Lisses et vers le soleil couchant sur la rue de la Laiterie, vers soleil levant joignant le logis de la fille mineure de feu Me Jacques Rio et femme et vers le septentrion à un logis cy-devant aux mineurs de feu Me Jean Le Guienay et à présent de la succession du feu Sr de Chesnay Cormier lieutenant de Vannes au devant duquel logis il y a une petite cour close ouvrant sur les dites Lisses, le dit logis contenant de profondeur par le dedans d´un bout à l´autre, 27,5 pieds et la dite cour contenant de long sur le pavé 28 pieds, et la cour du dit logis et la ditte cour vers la dite rue de la Laiterie 28,5 pieds, le tout échu par acquêt qu´il en a fait de messire Pierre François Le . 20105606557NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22. 19975601199XB : Archives municipales de Vannes 20105606558NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/53. 20105607137NUCB : Musée des Beaux-Arts, Vannes
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Rue du Bienheureux Pierre René Rogues, dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle. Musée des Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B. AM Vannes. IVR53_19975601199XB Plan cadastral de 1844 : section K8, place des Lices. AD Morbihan 3P 297/53. IVR53_20105606558NUCA Rectification du plan d'alignement de la ville. Projet de modification : rue du rempart, place de Vue de situation IVR53_20105600861NUCA Façade ouest, rez-de-chaussée IVR53_20105606631NUCA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Maison reconstruite sur un ensemble de deux parcelles dont il existe une déclaration établie en 1677 pour Guy Le Sage, marchand. En 1684, ce dernier fait établir un procès-verbal dans le cadre de la construction d'une autre maison mitoyenne à la sienne vers l'est sur l'emplacement de la cour close située au d'après un rapport d'expert et d'autres archives signalées fort anciennes, construites en pan de bois sur un soubassement de moellons et presque en ruine. Elles nécessitent des travaux importants de sera probablement vendu à cette occasion pour l'édification de la bâtisse actuelle en 1861
    localisation :
    Vannes - 27 place des Lices rue du Bienheureux Pierre René Rogue - en ville - Cadastre : 1807 I3
    referenceDocumentaire :
    Bail, 1675 A. D. Morbihan 6E 861 : 18 décembre 1675 : Bail de 7 ans passé entre Me Yves Cormier rue de la Letterie appartenant autrefois aux mineurs de Gugerais pour 66 £/an. dénombrement de Guy Le Sage marchand demeurant au haut des Lisses d´une maison couverte d´ardoises ouvrant par le devant et midy sur les Lisses et vers le soleil couchant sur la rue de la Laiterie, vers soleil levant joignant le logis de la fille mineure de feu Me Jacques Rio et femme et vers le septentrion à un logis cy-devant aux mineurs de feu Me Jean Le Guienay et à présent de la succession du feu Sr de Chesnay Cormier lieutenant de Vannes au devant duquel logis il y a une petite cour close ouvrant sur les dites Lisses, le dit logis contenant de profondeur par le dedans d´un bout à l´autre, 27,5 pieds et la dite cour contenant de long sur le pavé 28 pieds, et la cour du dit logis et la ditte cour vers la dite rue de la Laiterie 28,5 pieds, le tout échu par acquêt qu´il en a fait de messire Pierre François Le
  • Ancienne imprimerie Oberthür, 76 à 80 rue de Paris (Rennes)
    Ancienne imprimerie Oberthür, 76 à 80 rue de Paris (Rennes) Rennes - 76 à 80 rue de Paris - en ville - Cadastre : 1980 BN 768, 769, 773
    titreCourant :
    Ancienne imprimerie Oberthür, 76 à 80 rue de Paris (Rennes)
    destinations :
    immeuble de bureaux
    illustration :
    Représentation de l'imprimerie vers 1893 (A. D. Ille-et-Vilaine) IVR53_20013521488NUCA Sortie des ouvriers de l'imprimerie Oberthür, au début du siècle (A. D. Ille-et-Vilaine Plan de l'imprimerie en 1950 (A. C. Rennes) IVR53_20013521490NUCA Vue de la halle est IVR53_20013521203NUCA Vue de la halle ouest IVR53_20013521204NUCA
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de faubourg
    profession :
    [entrepreneur] Huchet Urbain
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    (modification du rez-de-chaussée et surélévation d´un étage) est réalisée en 1927 par l´entrepreneur Urbain Selon F. Loyer, le fondateur de l´entreprise est François-Charles Oberthür (1818-1893), originaire de Strasbourg, qui obtient son brevet de lithographe en 1842. Il est d´abord associé à Landais, dans propriétaire en 1852, date à partir de laquelle l'imprimerie porte son nom. Selon le dossier établi par M 1857. Il adjoint alors à son usine une imprimerie typographique et devient l'imprimeur des Chemins de fer de l'Ouest et des Contributions directes. Entre 1866 et 1871, F.-C.Oberthür associe ses fils Charles et René à l'entreprise dont la nouvelle raison sociale devient Oberthür et fils, puis, en 1909, la société anonyme Imprimeries Oberthür. En 1889, acquisition de la première linotype. En 1929, adoption du système offset. Jusque dans les années 1950, l'imprimerie reste la propriété de la famille Oberthür qui , face au développement de la concurrence, fini par s'associer avec d'autres sociétés afin de conserver
    localisation :
    Rennes - 76 à 80 rue de Paris - en ville - Cadastre : 1980 BN 768, 769, 773
    referenceDocumentaire :
    résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné , étude réalisée avec le concours du ministère de la Culture et la Ville de Rennes. Paris : L'Art en province, 1987. A. C. Rennes. Permis de construire ; 777 W 75. Rue de Paris (1913-1928) . A. C. Rennes. Permis de construire ; 777 W 76. Rue de Paris (1933-1953) . (référence de la notice biographique : 00562) Archives privées de la Société des architectes Sortie des ouvriers de l'imprimerie Oberthür, carte postale publicitaire, 1er quart XXe siècle (A , supplément au numéro de juin 1901.
  • Imprimerie Oberthur, 78 rue de Paris (Rennes)
    Imprimerie Oberthur, 78 rue de Paris (Rennes) Rennes - 78 rue de Paris - en ville - Cadastre : 1980 BN 768, 769, 773, 774, 812 à 814
    titreCourant :
    Imprimerie Oberthur, 78 rue de Paris (Rennes)
    description :
    L'imprimerie, partiellement détruite, est bâtie en schiste et en briques, matériaux jouant de la polychromie : le résultat est d'une grande qualité architecturale. Il subsiste les deux grands ateliers de de la halle est, atelier de typographie, alterne assises de briques et de calcaire. Elle est flanquée d'un petit corps de bâtiment (les bureaux) couvert d'un toit en terrasse et rythmé par un léger avant -corps central, en calcaire, surmonté d'un fronton triangulaire. La halle ouest, atelier de reliure , vernissage, pliage et magasin de la composition, construite en schiste et en briques, reprend globalement la sont éclairées par de larges baies, rectangulaires au rez-de-chaussée, et à arcs surbaissés au premier des matériaux : jambes harpées en schiste sur fond de briques, mais aussi par les diverses compositions de baies : triplet de fenêtres en plein cintre au deuxième niveau, ou encore triplet de baies
    annexe :
    20013523830NUCB : Archives municipales de Rennes, 1079W 5. 20013523893NUCB : Archives municipales de Rennes, 991W 5. 20013523894NUCB : Archives municipales de Rennes, 1079W 6. 20013523896NUCB  : Archives municipales de Rennes, 4Z 1413. 20013523892NUCB : Archives municipales de Rennes, 4Z 1413 . 20013523891NUCB : Archives municipales de Rennes, 4Z 1413. 20013523897NUCB : Archives municipales de Rennes, 4Z 1413. 20013523895NUCB : Archives municipales de Rennes, 4Z 1413.
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Plan du rez-de-chaussée de l'imprimerie (3 juillet 1953). IVR53_20013523830NUCB Vue aérienne de l'imprimerie et du logement patronal (sd). IVR53_20013523894NUCB Vue générale de la halle Jobbé-Duval construite en 1883, abritant les ateliers de reliure, de vernissage, de pliage et le magasin de composition. IVR53_20003520186XA
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    imprimerie typographique et devient l'imprimeur des Chemins de fer de l'Ouest et des Contributions directes . Entre 1866 et 1871, F.-C. Oberthür associe ses fils Charles et René à l'entreprise dont la nouvelle raison sociale devient Oberthür et fils. En 1870, les modestes ateliers sont détruits afin de laisser premier. L'espace entre les deux bâtiments voit l'édification des ateliers de pliage, de reliure et l'extension de la typographie. En 1900, construction, par Couasnon, de l'atelier sud entièrement en béton armé . En 1909, constitution de la société anonyme Imprimeries Oberthür. Parallèlement aux progrès industriels, de nouveaux ateliers sont édifiés et, en 1929, adoption du système offset. Jusque dans les années 1950, l'imprimerie reste entre les mains de la famille Oberthür qui, face au développement de la fiduciaire avec la construction d'un atelier à Chantepie, dans la banlieue sud de Rennes. En 1981 , l'entreprise dépose son bilan. De 1983 à 1988, liquidation judiciaire des biens de la société. Les locaux et
    localisation :
    Rennes - 78 rue de Paris - en ville - Cadastre : 1980 BN 768, 769, 773, 774, 812 à 814
    referenceDocumentaire :
    Logement patronal René Oberthür, élévation antérieure, AM Rennes 777 W 75. Autorisations de Logement patronal René Oberthür, plan des caves et fondations, AM Rennes 777 W 75. Autorisations de Logement patronal René Oberthür, plan du rez-de-chaussée, AM Rennes 777W 75. Autorisations de Logement patronal René Oberthür, plan du premier étage, AM Rennes 777W 75. Autorisations de Logement patronal René Oberthür, plan du second étage, AM Rennes 777W 75. Autorisations de Logement patronal René Oberthür, coupe longitudinale, AM Rennes 777W 75. Autorisations de de bois de 3e classe, Rennes (1925-1927). AD Ille-et-Vilaine 8S 62. Fonds préfecture, déclarations de machines à vapeur, Rennes (1859-1862). AD Ille-et-Vilaine 8S 63. Fonds préfecture, déclarations de machines à vapeur, Rennes (1864). AD Ille-et-Vilaine 8S 66. Fonds préfecture. Déclaration de machines à vapeur (1901-1907).
1