Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 479 - triés par pertinence
  • Croix de chemin, rue de la Balissonnaie, la Touche (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin, rue de la Balissonnaie, la Touche (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - la Touche - rue de la Balissonnaie - en écart - Cadastre : 2001 282 B1 non cadastré domaine public
    titreCourant :
    Croix de chemin, rue de la Balissonnaie, la Touche (Saint-Cast-le-Guildo)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin datant du moyen âge.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - la Touche - rue de la Balissonnaie - en écart - Cadastre : 2001 282 B1 non
    precisionsDenomination :
    croix de mission
  • Croix de chemin, 13 rue de la Bassière, la Noë (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin, 13 rue de la Bassière, la Noë (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - la Noë - 13 rue de la Bassière - en écart - Cadastre : 2001 282 AN 163
    titreCourant :
    Croix de chemin, 13 rue de la Bassière, la Noë (Saint-Cast-le-Guildo)
    remploi :
    provenant de Bretagne,22,Maroué
    typologies :
    croix à branches courtes sans base. Exemple unique sur la commune (unicum local)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin datant du moyen âge, provenant de la commune de Maroué (canton de Lamballe ), actuellement située dans la cour de la Villa Saint Pierre.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - la Noë - 13 rue de la Bassière - en écart - Cadastre : 2001 282 AN 163
  • Le patrimoine archéologique de la commune
    Le patrimoine archéologique de la commune Sizun
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune
    illustration :
    Labou, coffre de sépulture. Etat en 1989 (photo Michel Le Goffic) IVR53_20062906260NUCA L'enceinte de Castel Don. Extrait du cadastre de 1812, section J 1 (A.D. Finistère, 3 P 279
    contenu :
    concernent avec certitude que le souterrain découvert lors de l´exploitation d´une carrière entre La Motte et toute trace de retranchement. Plusieurs sites gallo-romains sont attestés sur le territoire de la proximité de la voie antique Carhaix-Landerneau, à Kerlodézan, Gorré-Quistinit et Kerhamon (Le Pennec, 1995 . Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. II, p.142. LE PENNEC S., 1995 - Voies et habitats . LE ROUX C.-T., LECERF Y., 1973 - Le souterrain de l´âge du fer de la Motte en Sizun (Finistère préhistoire de cette commune ! Par contre la protohistoire est mieux connue et fort bien représentée , notamment dans la partie la plus élevée de la commune, dans les Monts d´Arrée. Les schistes se prêtent bien au débitage et à la confection de dalles pour coffres. A l´âge du bronze ce matériau a été largement le Spernit et qui révèle à cet endroit la présence d´une ferme indigène (Le Roux et Lecerf, 1973 aurait été trouvé un fragment de « tegula » (Le Menn, 1874-1875), ce qui laisse penser au moins à une
    historique :
    Un ensemble de 15 sites archéologiques allant de la préhistoire jusqu'à l'époque gallo-romaine a
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Croix de chemin, rue de la Fosserole, Lesrot (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin, rue de la Fosserole, Lesrot (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - Lesrot - rue de la Fosserole - en village - Cadastre : 2001 282 AE non cadastré, domaine public
    titreCourant :
    Croix de chemin, rue de la Fosserole, Lesrot (Saint-Cast-le-Guildo)
    description :
    Croix palis dressée dans le sol.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin datant du moyen âge, probablement déplacée, de provenance inconnue.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - Lesrot - rue de la Fosserole - en village - Cadastre : 2001 282 AE non
  • Croix de chemin dite Croix Bienvenue, rue de la Croix Bienvenue, la Corvais (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin dite Croix Bienvenue, rue de la Croix Bienvenue, la Corvais (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - la Corvais - rue de la Croix Bienvenue - en écart - Cadastre : 2001 282 A1 non cadastré domaine public
    titreCourant :
    Croix de chemin dite Croix Bienvenue, rue de la Croix Bienvenue, la Corvais (Saint-Cast-le-Guildo)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin datant du moyen âge.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - la Corvais - rue de la Croix Bienvenue - en écart - Cadastre : 2001 282 A1
    referenceDocumentaire :
    p. 264 AMIOT, Pierre. Histoire de Saint-Cast-le-Guildo des origines à nos jours. Bannalec
  • Croix de chemin, 27 rue de l'Hilda, la Bassière (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin, 27 rue de l'Hilda, la Bassière (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - la Bassière - 27 rue de l' Hilda - en écart - Cadastre : 2001 282 AN 197
    titreCourant :
    Croix de chemin, 27 rue de l'Hilda, la Bassière (Saint-Cast-le-Guildo)
    description :
    mur de clôture.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin datant du moyen âge, déplacée, de provenance inconnue.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - la Bassière - 27 rue de l' Hilda - en écart - Cadastre : 2001 282 AN 197
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Brennilis
    Le patrimoine archéologique de la commune de Brennilis Brennilis - en écart
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Brennilis
    illustration :
    Le dolmen de Ty Ar Boudiget IVR53_20082905314NUCA Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20082905470NUCB
    contenu :
    . Gouletquer que le site de la Presqu´île, en bordure du lac de Brennilis, a été découvert et prospecté est sans conteste la sépulture de Ti ar Boudiged. Fouillée par son ancien propriétaire, le vicomte de départemental d´archéologie (Le Goffic, 1994). Selon la classification de J. L´Helgouac´h, il s´agit d´une gallo-romain n´ait été répertorié sur le territoire de la commune. Lors des fouilles de Karaes Vihan, à programmées durant huit années sous la conduite de M. Batt (Le Roux, 1990). Ce village comprend dix bâtiments - Le dolmen de Ti ar Boudiged en Brennilis. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, CXXIII C´est à l´occasion d´un stage d´archéologie consacré au Mésolithique sous la direction de P grande variété de roches utilisées pour la confection de l´industrie : silex, ultramylonite, quartzite plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde, ce qui n´a rien d'étonnant pour ces groupes de nomades Kerret, elle a été l´objet d´une campagne de fouille de restauration et de mise en valeur par le service
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan
    Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan Trégarvan
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan
    illustration :
    Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20102905041NUC
    historique :
    Sur le plan archéologique, la commune de Trégarvan apparaît bien pauvre actuellement. Heureusement milieu du 19e siècle. Un menhir isolé est cité et dessiné par le baron de la Pylaie en 1850. Il se ). D´après le baron de la Pylaie, il mesurait 3 pieds et demi (1,15 mètres), mais selon une autre malfaisantes (Flagelle, 1877 ; Guénin, 1936). Le toponyme Kerbeuz est révélateur de la présence d´un ). Pierres à légendes de la Bretagne. Ed. Nourry, Paris, 264 p. LE MEN R.F. (1874-1875). Statistique . VOURC´H A. (1941). La préhistoire sur le Ménez-Hom. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t établissement gallo-romain et, lors de la construction du centre de vacances, un tertre a été arasé qui aurait éléments de dallage en calcaire. Non loin de , des tuiles romaines ont été découvertes près de l´Aulne , au nord de Keryé (Le Men, 1874-18745, Abgrall, 1918) Le docteur Vourch (1941) signale des enceintes à spacieuse (60 mètres sur 50 mètres) ; quant à la troisième, elle est moins visible. Entre et près de ces
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Scrignac
    Le patrimoine archéologique de la commune de Scrignac Scrignac
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Scrignac
    illustration :
    Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20082907202NUC
    historique :
    Dès le réchauffement climatique qui suit la dernière glaciation, le territoire de la commune est une épaisseur 0,90 m dans la parcelle « Parc-ar-Peulven » (le champ du pieu de pierre), 500 m à l´est -romaine (monnaies et Vénus en or). Dans le sud-est de la commune, dans le bois de Guernaon, en bordure de côté de la Croix Rouge. Cette information est due à une prospection au sol récente, mais c´est à Paul du Chatellier que l´on doit les premières informations archéologiques sur le territoire de Scrignac de la Croix-Rouge. Il fouilla, en 1900, la sépulture à entrée latérale de Creac´h-Niver, longue de menhir existait certainement à Scrignac comme nous le révèle la microtoponymie, dans Goarem-ar-Men-Son -Braz (la garenne de la grande pierre debout). C´est dans cette même parcelle, près de Keransaux que diamètre et 2 m de hauteur à Kermarguon, près de la Croix des Deux Chemins, dans Parc-an-Dossen. Il y connaisse le lieu de découverte, un dépôt monétaire de statères osismiens tardifs a été étudié par P. L
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Croix de chemin, 28 rue des Bignons, la Fresnaye (Saint-Cast-le-Guildo)
    Croix de chemin, 28 rue des Bignons, la Fresnaye (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - la Fresnaye - 28 rue des Bignons - en écart - Cadastre : 2001 282 A1 797
    titreCourant :
    Croix de chemin, 28 rue des Bignons, la Fresnaye (Saint-Cast-le-Guildo)
    description :
    Croix palis à branches courtes sur socle moderne en granite, scellée dans un mur de clôture.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    l'adjoint au maire Rousseau. Le cadastre napoléonien indique la présence d'une croix en 1826 à l'angle de la rue des Bignons et de la rue de Bourges. L'actuelle croix proviendrait probablement de cet emplacement.
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - la Fresnaye - 28 rue des Bignons - en écart - Cadastre : 2001 282 A1 797
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Pleyben
    Le patrimoine archéologique de la commune de Pleyben Pleyben
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Pleyben
    illustration :
    Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20092910410NUC
    contenu :
    le territoire de la commune dès le Mésolithique grâce à la découverte de quelques pièces lithiques . Bizien du Lézard, sur le sommet du coteau dominant l´Aulne, à la Boissière, un dépôt de bronzes , libraire, 212 p., p. 132-133. DU CHATELLIER P., 1899 - Le bronze dans le Finistère. Bulletin de la Société Pleyben (Finistère). Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. III, p. 129-133. LE MEN R.F conservés. Des prospections systématiques dans des parcelles cultivées ont révélé la présence de l´homme sur commune de Pleyben bien qu´il ait été fait mention d´un dolmen près du hameau de Kerasquer (Le Men, 1876 -1877). La chambre mesurait 2 m de longueur pour 1 m de largeur comportant une dalle de couverture , mais il fut détruit dès le 19e siècle. Il s´agit en réalité d´un caveau de l´âge du bronze protégé par un cairn le surmontant de 0,50 m, lui-même recouvert d´un tumulus. Il y fut découvert un vase à une anse. Il n´en reste plus rien aujourd´hui. R.-F. le Men nous rapporte, en 1875, la fouille d´un tumulus
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Murs de clôture, le Yaudet (Ploulec'h)
    Murs de clôture, le Yaudet (Ploulec'h) Ploulec'h - le Yaudet - en écart - Cadastre : 1996 A1
    titreCourant :
    Murs de clôture, le Yaudet (Ploulec'h)
    description :
    Murets et murs talus de pierre de granite.
    illustration :
    Murets de pierres sèches d'origine gallo-romaine ou du Moyen-Age sur le site de Beaumanoir Murets de pierre sèche construit selon le relief du terrain IVR53_20042203481NUCA Murets de talus avec borne de champ intégrée au mur IVR53_20042203482NUCA La borne marque l'angle du mur IVR53_20042203483NUCA Murets de talus pour clôre un champ et délimiter un chemin IVR53_20042203480NUCA
    denominations :
    mur de clôture
    historique :
    pêcheurs se développe sur le sommet du promontoire, avant de se reconcentrer, à la fin du 15ème siècle, à pourraient dater de l'époque gallo-romaine. Au 6ème et 7ème siècles selon l'archéologue Patrick Galliou, le Yaudet est occupé par une communauté d'agriculteurs. Des parcelles sont consacrées à la culture de proximité de la chapelle, elle aussi rebâtie. Selon la tradition orale, les cailloux des talus permettent aux arbres de mieux pousser et d'éviter la lande et la fougère. L'hiver les paysans allaient refaire verticales des murets servaient de coupe-feu et raidissaient le murLa pluie collait tout, les talus devaient Ces murs talus constitués de pierre et de terre sèche, assemblés à sec servaient à délimiter des espaces cultivés, un chemin ou une entrée de champ. Certains murets longent l'ancienne voie romaine et céréales qu'on sèche dans des fours en pierre. Du 11ème au 14ème siècle, un village d'agriculteurs et de les talus avec des briques de terre, entrecroisées avec l'herbe tournée vers l'extérieur. Les pierres
    localisation :
    Ploulec'h - le Yaudet - en écart - Cadastre : 1996 A1
  • Croix de chemin, le Croizo (Sérent)
    Croix de chemin, le Croizo (Sérent) Sérent - le Croizo - en écart
    titreCourant :
    Croix de chemin, le Croizo (Sérent)
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux
    illustration :
    Croix de chemin : face ouest (état en 2010) IVR53_20105601405NUCA Croix de chemin : face est (état en 2010) IVR53_20105606312NUCA Croix de chemin vue de profil (état en 1984) IVR53_19845600337X Croix de chemin vue de 3/4 (état en 1969) IVR53_20115601233Z
    denominations :
    croix de chemin
    dimensions :
    la 106.0 cm
    localisation :
    Sérent - le Croizo - en écart
    airesEtudes :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
  • Croix de chemin, le Clos Cochet (Saint-Coulomb)
    Croix de chemin, le Clos Cochet (Saint-Coulomb) Saint-Coulomb - le Clos Cochet - isolé - Cadastre : 1982 L
    titreCourant :
    Croix de chemin, le Clos Cochet (Saint-Coulomb)
    illustration :
    Détail : la tranche de la croix IVR53_19993506900NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    qui la compose la rapproche des croix en schiste dites croix 'palis' que l'on rencontrent dans le Remarquable croix monolithe datant probablement du moyen age ; la structure 'feuilletée' du granite canton de Maure de Bretagne
    localisation :
    Saint-Coulomb - le Clos Cochet - isolé - Cadastre : 1982 L
  • Croix de Chemin, le Ruellou (Saint-Nicolas-du-Pélem)
    Croix de Chemin, le Ruellou (Saint-Nicolas-du-Pélem) Saint-Nicolas-du-Pélem - le Ruellou - en écart - Cadastre : ?
    titreCourant :
    Croix de Chemin, le Ruellou (Saint-Nicolas-du-Pélem)
    annexe :
    Informations complémentaires : dossier d'archivage de 1967 : Lien PDF
    statut :
    propriété de la commune
    denominations :
    croix de chemin
    dimensions :
    la 85.0
    contribution :
    Redacteur Service régional de l'inventaire Bretagne
    localisation :
    Saint-Nicolas-du-Pélem - le Ruellou - en écart - Cadastre : ?
  • Croix de chemin n°1, le Pont d'Arz (Pluherlin)
    Croix de chemin n°1, le Pont d'Arz (Pluherlin) Pluherlin - Pont d'Arz (Le) - en écart - Cadastre : ?
    titreCourant :
    Croix de chemin n°1, le Pont d'Arz (Pluherlin)
    dates :
    1772 porte la date
    description :
    chanfreiné dans lequel est implantée la croix et d'une croix monolithe en granite à gros grain.
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Vue de profil IVR53_20135615049NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    Cette croix est la plus ancienne de la commune de Pluherlin.
    historique :
    Croix du Moyen âge remontée sur une base plus récente : le socle porte la date 1772.
    localisation :
    Pluherlin - Pont d'Arz (Le) - en écart - Cadastre : ?
  • Village de Vezin-le-Coquet
    Village de Vezin-le-Coquet Vezin-le-Coquet - Cadastre : 1812 A1 1812 A2 1812 B1
    titreCourant :
    Village de Vezin-le-Coquet
    annexe :
    témoigne de l'implantation des bâtiments sur le pourtour de l'Eglise et au sud de la route de Montfort. Au Un plan cadastral dressé en 1934 à l'occasion du projet de construction d'un groupe scolaire nord-ouest, se trouvaient la mairie et l'ancienne école primaire, ensemble construit en 1840 par l'architecte rennais Langlois. L'angle nord-est était occupé par un ensemble de bâtiments anciens aujourd'hui détruits (11,13 rue de Montfort).
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    illustration :
    La partie nord-ouest du village sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505605NUCA Le centre du village sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505606NUCA L'entrée est du village sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505607NUCA Plan cadastral du centre du village, pour acquisitions de terrain en vue de la construction d'un La rue de Montfort depuis l'ouest IVR53_20063505608NUCA Vue aérienne vers le nord en 1984 IVR53_19843500598V groupe scolaire (dressé par Pierre Laloy, le 26 juillet 1934) IVR53_20063517721NUCA Plan du terrain et du bâtiment à désaffecter au nord de l'église, 17 avril 1939 Vue d'ensemble depuis le nord en 1973 IVR53_19733500740X Vue d'ensemble depuis le sud en 1973 IVR53_19733500741X
    historique :
    la croix de l'ancien cimetière, datent des 16e et 17e siècles. Implantées le long de l'axe principal est-ouest, la rue de Montfort, et autour de l'église paroissiale, plusieurs d'entre elles ont été détruites à l'époque contemporaine. Le cadastre de 1812 présente un noyau ancien peu développé et de nombreuses implantations satellites isolées (la Rozais, la Cochardière, le Bas-Vezin). La densification du bâti s'est effectuée à partir de la 2e moitié du 19e siècle, mais la véritable mutation du village a eu lieu après la Seconde Guerre mondiale avec l'implantation d'un premier lotissement au sud-est dès les années1950-1960, puis d'un second à l'ouest au début des années 1970. Depuis lors, le village, marqué par sa proximité de Rennes, ne cesse de croître par l'adjonction de lotissements successifs.
    localisation :
    Vezin-le-Coquet - Cadastre : 1812 A1 1812 A2 1812 B1
    referenceDocumentaire :
    Commune de Vezin. Section A de la Rozais (en deux feuilles) Première feuille, dessin, échelle 1 Commune de Vezin. Section A de la Rozais (en deux feuilles) Deuxième feuille, dessin, échelle 1 Commune de Vezin. Section B, de Montigné (en trois feuilles) Première feuille, dessin, échelle 1 A.D. Ille-et-Vilaine. Série O ; 2 O 356/22 : Ecole : projet de mairie et maison d'école. Travaux de A.D. Ille-et-Vilaine. Série O ; 2 O 356/23 : Ecole mixte, foyer communal : dossier de construction
  • Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance)
    Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance) Vicomté-sur-Rance (La) - le Châtelier - en écart
    titreCourant :
    Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance)
    annexe :
    Recensement de la population en 1881 Recensement de la population en 1881, chefs de famille (A.D , pensionnaire retraitée [3] Hebbert Jean, maçon Pissaire Louis, tailleur de pierres Roulin Jean Marie Union Malouine et Dinanaise, 17 avril 1859 "Aujourd'hui samedi (17 avril 1859), vers midi, le feu s'est manifesté dans une maison inhabitée et couverte de chaume, appartenant au sieur Jacques Lemeée de Pleudihen (...). Seize maisons sont en cendres ! Ainsi que la plus grande partie des mobiliers qu'elles
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Dinan
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1817, le Chatellier IVR53_20162206829NUCA Extrait du cadastre de 1844, le Châtelier IVR53_20162206831NUCA Rue des Freshes, alignement de trois logis, en 1817 le premier logis appartenait à Joseph Soucquet Rue du Mont Joly, alignement de logis mentionnés sur le cadastre de 1811, certaines ouvertures ont Extrait du cadastre de 1817, pointe du Châtellier IVR53_20162206830NUCA Dessin, le Châtellier, par Yvonne Jean-Haffen entre 1937 et 1944 IVR53_20162206832NUCA Vue prise du Châtelier vers le port du Lyvet IVR53_20152200176NUCA Vue prise du Chatelier vers le port du Lyvet IVR53_20152200177NUCA Impasse du Val, alignement de maisons, 17e siècle IVR53_20152200170NUCA Impasse du Val, alignement de maisons, 17e siècle et 19e siècle IVR53_20152200171NUCA
    contenu :
    Coriosolites, avant la conquête de la Gaule par les Romains. Un gué le reliait à Taden ainsi qu'une voie gallo -romaine. Le service d'un bac Légèrement à l'écart du village, plus proche des rives de la Rance, se situe carrelet construites vers les années 1970. Le hameau Regroupé à l'est de la pointe du Châtelier, le hameau Un site d’éperon barré Le Châtelier vient du latin "castellum" indiquant une fortification de promontoire de près de 6 hectares qui domine une courbe de la Rance par des falaises abruptes actuellement en contrebas la maison du passeur, Guillaume Nivet en 1817 (registre des matrices du cadastre). Le plan de 1844 mentionne à cet emplacement deux bateaux, simples barques sans mât qui permettaient le transit entre les rives de la Rance. Un quai d'embarquement a été construit dans la deuxième moitié du 19e sud-est. Chaque logis possède un jardin, le plus souvent disposé à l'arrière et clos de murs. Le plupart des anciens logis sont modifiés au 19e siècle mais conservent des traces de leur ancienneté. Le
    localisation :
    Vicomté-sur-Rance (La) - le Châtelier - en écart
    referenceDocumentaire :
    Annales Société d'histoire et d'archéologie Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 2004. Cadastres anciens Cadastres et états de sections.
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Le bourg de Huelgoat
    Le bourg de Huelgoat Huelgoat - Bourg - en village
    titreCourant :
    Le bourg de Huelgoat
    illustration :
    Le bourg avant 1865. Lithographie de Sabatier, d´après un dessin de Félix Benoist (dans : La En bas de la venelle de Carn Ar Guillou : le site du canal supérieur IVR53_20092905243NUCA Vue depuis le clocher de la chapelle Notre-Dame-des-Cieux, vers le nord IVR53_20092900151NUCA Vue depuis le clocher de la chapelle Notre-Dame-des-Cieux, vers le nord : rue des Cieux Le quartier de Kermaria et la chapelle Notre-Dame-des-Cieux IVR53_20092900169NUCA Vue aérienne de la place Aristide Briand. Carte postale, années 1970 IVR53_20092905061NUCB Partie ouest de la place Aristide Briand et rue de Berrien IVR53_20092900154NUCA Rue du Général De Gaulle : vue vers le lac IVR53_20092900171NUCA Rue de la Roche Tremblante : ancien annexe de l'Hôtel de France IVR53_20092905242NUCA Le bourg en 1836. Section C 1 (A.D. Finistère, 3 P 84) IVR53_20092905057NUCB
    historique :
    de l´ancienne fortification (enceinte, château), le noyau ancien garde la mémoire d´une configuration partir de 1850, d´abord le long de la route départementale 14 au sud, entre Kermaria et la Montagne, puis , ponctuellement, à l´est de la chapelle Notre-Dame des Cieux (maison et parc de la Retraite), le long du lac (rue édifices, la maison de retraite de Mont Le Roux, rue des Cieux, et l´ancien sanatorium construit dans l esquisses de faubourgs au nord et au sud du centre. La création, au 18e siècle, du lac artificiel avec pont -barrage par la compagnie des mines de basse Bretagne est en lien direct avec l´importance des ouvrages situés sur le territoire de Huelgoat (canal supérieur). L´emplacement stratégique du lieu, l une évolution démographique favorable faisant de Huelgoat un lieu de foires et de marchés réputés. Le cadastre de 1836 reflète bien cette réalité, avec, au sud, l´ancien faubourg dominée par la chapelle Notre -Dame des Cieux située à l´extrémité de l´actuelle rue des Cieux, qui, avec la rue des Cendres au nord
    referenceDocumentaire :
    LA BRETAGNE CONTEMPORAINE. Nantes, 1865 (lithographie de Sabatier, d´après un dessin de Félix A.D. Finistère, 3 P 84. Cadastre de 1836. A.D. Finistère, 2 O 597-599 (mairie, halles, maison de police, écoles, cimetière, lavoirs, abattoir
  • Le bourg de Rospez
    Le bourg de Rospez Rospez - en village
    titreCourant :
    Le bourg de Rospez
    illustration :
    Rospez, le bourg : la route de Lanmérin IVR53_20152200614NUCA Rospez, le bourg : la route de Buhulien dans le bourg et l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint Rospez, le bourg : détail de la section B2 du cadastre de 1826 IVR53_20152211046NUCA Rospez, le bourg : monument aux morts situé au pied de l'église IVR53_20152200633NUCA Rospez : vue du bourg depuis le clocher de l'église paroissiale IVR53_20152201349NUCA Rospez, le bourg, 2 route de Saint Marc : logis IVR53_20162205251NUCA Rospez, le bourg, 3 route de Saint Marc : logis IVR53_20162205252NUCA Rospez, le bourg : relais de poste IVR53_20162205253NUCA Rospez, le bourg : mur de clôture du presbytère, détail des matériaux IVR53_20162205256NUCA Rospez, le bourg : le presbytère IVR53_20152201348NUCA
    contenu :
    est par exemple achevé en 1886. Le premier quart du 20e siècle marque la construction de nouvelles maisons à l'entrée du bourg. Le cimetière a été déplacé en périphérie du bourg en 1979 : la Croix de Le bourg de Rospez : morphologie en étoile et évolution historique Au début du 19e siècle (selon le cadastre de 1826), le bourg de Rospez ne compte qu'une vingtaine de bâtiments établis de manière très lâche autour de l’église et de son cimetière. L'habitat s'est développé autour des carrefours et le long des voies principales de communication. L'habitat groupé est peu développé en raison de la prépondérance des activités agricoles dans l’économie traditionnelle. Le bourg ne s'est réellement développé qu'à partir de la 2e moitié du 19e siècle avec l'installation d'activités commerciales et artisanales. Le presbytère jouent sur les oppositions chromatiques des matériaux (notamment le granite gris ou roux) afin de faire nombreux bâtiments de la 2e moitié du 19e siècle et du 20e siècle étaient enduits à la chaux. Dans les
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
1 2 3 4 24 Suivant