Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Sanitat Saint-James, puis collège, école primaire de garçons, dit pensionnat Saint-Samson, actuellement institution Notre-Dame, 8 à 12 rue Pierre Flaux (Dol-de-Bretagne)
    Sanitat Saint-James, puis collège, école primaire de garçons, dit pensionnat Saint-Samson, actuellement institution Notre-Dame, 8 à 12 rue Pierre Flaux (Dol-de-Bretagne) Dol-de-Bretagne - 8 à 12 rue Pierre Flaux - en ville - Cadastre : 1982 AK 86, 87, 634, 635
    Historique :
    Ancien collège de Dol, fondé par Mgr Jean Louis du Bouchet de Sourches, évêque et comte de Dol, sur lettre patente de 1727, (projet de fondation inabouti 1592) et placé sous la direction des Eudistes qui les plans de l'architecte Delatour, à l'emplacement de l'ancien sanitat Saint-James ; il sera inauguré l'installation d'une école religieuse fondée en 1855 et installée en 1866 dans les bâtiments de l'ancien collège par les Frères de l'Instruction chrétienne. Repris après 1903 par les Soeurs de Créhen, (derniers
    Cadre de l'étude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    Référence documentaire :
    t. 3, p. 272-274, 406-410, 622 GUILLOTIN DE CORSON, Abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886. Le collège de Dol. D'après le plan dressé en 1769 par J. Piou, ingénieur des Ponts et Chaussées. In  : LEBONNIEC, Yves. Le collège de Dol au 18e siècle. Mém. maîtrise : Hist. : Rennes 2, Université de Haute p. I-II ; 4-5 LEBONNIEC, Yves. Le collège de Dol au 18e siècle. Mém. maîtrise : Hist. : Rennes 2 , Université de Haute-Bretagne : 1965. PELE, Michel. Le collège de Dol au 18e siècle. Le Rouget de Dol, 1981, n° 36.
    Canton :
    Dol-de-Bretagne
    Description :
    Bâtiment construit en 1728 de plan en L. Construction de salles de classes au nord : petit immeuble
    Localisation :
    Dol-de-Bretagne - 8 à 12 rue Pierre Flaux - en ville - Cadastre : 1982 AK 86, 87, 634, 635
    Titre courant :
    Sanitat Saint-James, puis collège, école primaire de garçons, dit pensionnat Saint-Samson , actuellement institution Notre-Dame, 8 à 12 rue Pierre Flaux (Dol-de-Bretagne)
    Annexe :
    GUILLOTIN DE CORSON mentionne les possessions du collège de Dol : Possessions : Métairies de Petite -Grandville, de La Grétardière, LeTertre, Vienne, Villes-es-Chiens en Mont-Dol, Launay-Bourdais en Carfantain , maisons de la Buterie et de la Brèch-Artur sur les douves de la ville. proximité de la léproserie de Saint-Lazare, attesté dès 1137 et fondée par les évêques de Dol. La disparition de la lèpre au 14e siècle entraîna la désaffectation de l'édifice, dont ill ne subsistait que la chapelle dédiée à Saint-Jacques, reconstruite au 17e siècle. Détruit et remplacé par le collège de Dol.
    Texte libre :
    Dans le contexte breton, le collège de Dol, fondé en 1727 par Mgr Jean-Louis du Bouschet de ville, après le séminaire, fondé en 1698 par Mgr Chamillart, auquel il est associé, destiné à servir de Sourches, évêque et comte de Dol, ne figure pas parmi les établissements importants comme ceux de nantes , de rennes, de Vannes ou de Quimper. Il se rattache à un second groupe qui accueille entre 100 et 300 élèves et qui regroupe les collèges de Dinan, de Fougères, de Morlaix, de Saint-Pol de Léon, de Tréguier ou de Vitré, dans un contexte épiscopal comparable à celui de Tréguier ou de Saint-Pol-de-Léon, qui aura des conséquences après la Révolution. L'établissement ne survivra pas à la disparition de son seul soutien, celui de l'évêque de Dol. Il accueille cependant moins d'une centaine d'élèves, en raison de la proximité du collège de Dinan, son recrutement restant purement local : Dol, Baguer-Morvan, Baguer-Pican , Pleudihen, Saint-Pierre de Plesguen et Lanhélin principalement. L'établissement aura pour élève Toullier et
    Illustration :
    Vue de la façade sud IVR53_19983502146NUCA Vue partielle sud de l'actuel cinéma IVR53_19983502147NUCA
  • Pension Brecha, dite pensionnat de la Barre-Saint-Just, collège Saint-Vincent-de-Paul, école primaire supérieure et professionnelle de jeunes filles, actuellement lycée Jean Macé, 12 rue Jean-Macé (Rennes)
    Pension Brecha, dite pensionnat de la Barre-Saint-Just, collège Saint-Vincent-de-Paul, école primaire supérieure et professionnelle de jeunes filles, actuellement lycée Jean Macé, 12 rue Jean-Macé (Rennes) Rennes - 12 rue Jean-Macé - en ville - Cadastre : 1980 BD 786
    Historique :
    Pensionnat construit entre 1842 et 1846, à l'initiative de Mgr Brossais-Saint-Marc, sur les plans de l'architecte diocésain Charles Langlois. Celui-ci est également l'auteur des extensions réalisées collège est transformé (suppression de la chapelle) et agrandi sur les plans de l'architecte de la Ville , Emmanuel Le Ray, pour en faire une école supérieure de jeunes filles. Les travaux sont conduits par d'Emmanuel Le Ray, entre 1957 et 1961, sous la direction des architectes de la Ville Lemoine et Lemercier . L'établissement prend alors le nom de lycée Jean Macé.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Cet édifice de l'enseignement, qui est à l'origine une oeuvre originale dans la carrière de situation, tout d'abord, il va en effet stimuler le développement des quartiers nord-est de la ville, en particulier la création du boulevard de Sévigné et la rénovation du faubourg de Fougères où se construisent d'imposants hôtels particuliers. Par l'importance de son domaine foncier, près de 4 hectares qui seront à l'origine de l'aménagement de nouveaux axes de distribution du secteur (la rue Jean Macé et la rue du Doyen R. Houin). Par sa fonction, il est le symbole de la reconquête du droit à l'enseignement catholique obtenu en 1849 et de sa ré appropriation par une municipalité anticléricale pour en faire un des fleurons de l'architecture de l'enseignement supérieur désormais ouvert aux filles. Enfin, il s'inscrit dans un domaine de l'architecture à vocation publique particulièrement remarquable à Rennes , l'architecture de l'enseignement.
    Référence documentaire :
    p. 136 POCQUET DU HAUT-JUSSE B.-A., Origines et débuts de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul , in Bulletin de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, tome LXXVII, 1972. JENOUVRIER, Léon. Un Collège français et chrétien. Saint-Vincent-de-Paul de Rennes, Rennes A.C. Rennes, Série M ; M 202-208. Ecole supérieure de jeunes filles. Acquisition et aménagement de [1912]. Ecole supérieure de jeunes filles, rue Jean Macé. Projet d´une école supérieure, plan 2e [1936]. Ecole supérieure de jeunes filles, rue Jean-Macé. Agrandissements, plan du rez-de-chaussée [1913]. Ecole supérieure de jeunes filles, rue Jean Macé . Construction d´une salle de manipulation plan et vue de la façade, par Le Ray, 1913 (A.C. Rennes ; 2 Fi 2846). [1913]. Ecole supérieure de jeunes filles, rue Jean Macé. Aménagements et constructions neuves [1919]. Mobilier de l'école primaire supérieure de jeunes filles. Plan et coupe de l'armoire à
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    hors contexte urbain
    Titre courant :
    Pension Brecha, dite pensionnat de la Barre-Saint-Just, collège Saint-Vincent-de-Paul, école primaire supérieure et professionnelle de jeunes filles, actuellement lycée Jean Macé, 12 rue Jean-Macé
    Texte libre :
    de l´enseignement. Fondée à l´initiative de Mgr Brossays Saint-Marc, elle est tenue par Prosper élèves catholiques qui suivent les cours au lycée public de la ville, l´Etat détenant alors le monopole -Mathurin Brécha (1814-1863), prêtre appartenant à la congrégation des missionnaires de l´Immaculée rue de Fougères. Très vite, des locaux plus grands deviennent nécessaires : l'évêque choisit d'établir la pension à l´emplacement d´une propriété rurale située au nord de la ville, au lieu-dit «la Barre Saint-Just ». Un premier bâtiment de dimension réduite, destiné à loger les élèves et à assurer leur éducation spirituelle, est construit sur les plans de Charles Langlois entre 1842 et 1846. Il se compose d'un corps central, accosté de deux pavillons. En 1849, l´évêque de Rennes obtient du ministre de l ponctuées par des pavillons viennent prolonger le bâtiment d'origine, elles abritent des salles de classe, à l'ouest, une chapelle et une salle de spectacle, à l'ouest. L'ensemble est bordé au sud par trois cours de
    Illustration :
    Pension Brécha, plan du rez-de-chaussée, Ch. Langlois (A. C. Rennes) IVR53_20023500298XA Pension Brécha, extension. Plan du rez-de-chaussée, Ch. Langlois (A. C. Rennes) IVR53_20023500241XA Pension Brécha, extension. Plan de l'étage, Ch. Langlois (A. C. Rennes) IVR53_20023500242XA Pension Brécha, Projet de couronnement de la façade nord, Ch. Langlois (A. C. Rennes Plan de l'institution Saint-Vincent de Paul et de ses abords, 1878 (A. P. Saint-Vincent Plan de l'institution Saint-Vincent de Paul de Rennes et de ses abords, dessin, par Leray, 1912 (A Ville de Rennes. Ancien collège Saint-Vincent. Projet d'école supérieure de jeunes filles, dessin Projet d'école supérieure de jeunes filles, coupe sur le bâtiment central et façade ouest de la salle de réunions, dessin, par Leray, 1913 (A. C. Rennes). IVR53_20023500100XA Projet d'école supérieure de jeunes filles, coupe sur le bâtiment central et façade ouest de la
1