Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
  • Maison, 94 rue Saint-Hélier (Rennes)
    Maison, 94 rue Saint-Hélier (Rennes) Rennes - 94 rue Saint-Hélier - en ville - Cadastre : 1842 C 904 à 910 1980 BR 479, 520
    etages :
    étage de comble
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1842 IVR53_20023515800NUCA Vue de situation, depuis le nord-est IVR53_20023515791NUCA
    historique :
    Le projet de traité avec le propriétaire de la maison, Célestin Michelot, en 1866, indique les bâtiments frappés d'alignement : l'orangerie, de 6 m sur 4 m (C 904) est alors utilisée comme atelier, les écuries (C 905) de 25 m sur 5 m, enfin un bâtiment, construit sur la parcelle C 909, utilisée comme serre chaude, de 8 m sur 5 m.
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 197. Voirie urbaine. Canton sud-est. Boulevard René-Laënnec (1859-1947) . [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section C, dite du Colombier, 6e
  • Les châteaux, maisons de maître et maisons d'architecte à Quimper
    Les châteaux, maisons de maître et maisons d'architecte à Quimper Quimper
    titreCourant :
    Les châteaux, maisons de maître et maisons d'architecte à Quimper
    description :
    Les besoins de la direction du développement urbain à Quimper : 
L'étude thématique sur les Ponant Stratégies Urbaines afin d'évaluer la pertinence de la ZPPAUP et les évolutions souhaitées. Parmi urbaine pour être au cœur des mondanités de leur classe, et dans laquelle une partie peut être réservée à . Certains propriétaires issus de la haute bourgeoisie urbaine possèdent également des résidences en ville demeures de maître, châteaux et maisons d’architecte a été demandée par la Ville de Quimper dans le cadre de la transformation de la ZPPAUP en AVAP. Un diagnostic patrimonial a été effectué par le cabinet ces évolutions souhaitées, l'opportunité de compléter les données par l’Inventaire des manoirs ruraux réalisé en 2014 ainsi qu’un second Inventaire sur les demeures de maître, châteaux et maisons d’architecte . Si le centre urbain est bien connu, les périphéries rurales le sont en effet beaucoup moins . Définition des typologies : La demeure de maître En termes de définition, le Thésaurus de l’architecture
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des châteaux - maisons de maître et maisons d'architecte de Quimper
    illustration :
    Villa Liorzic, 15 rue de Salonique IVR53_20152911039NUCA
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
  • Maison, 13 rue Saint-Salomon (Vannes)
    Maison, 13 rue Saint-Salomon (Vannes) Vannes - 13 rue Saint-Salomon - en ville - Cadastre : 1807 I3 1172 1844 K8 1962, 1961 1980 BS 29
    etages :
    étage de comble
    description :
    Logis en pan de bois construit en encorbellement et en alignement de rue avec courette postérieure et petit jardin. A pignon sur rue, la maison montre 2 étages carrés et un étage de comble sous une toiture à longs pans. Le soubassement est sur poteaux avec consoles. La charpente de façade est constituée de longs poteaux disposés en décharge. L'encorbellement est constitué d'entretoises avec mouluration
    annexe :
    Bail, 1679 A. D. Morbihan 6E 865 : 21 juin 1679 : Bail de 2 ans passé entre messire François René Bail, 1670 A. D. Morbihan 6E 856 : 26 novembre 1670 : Bail de 5 ans passé entre François de Trevegat seigneur de Limoges à Julien Lechet Sr de St Ducat de la maison du Sr de Trevegat rue St Salomon consistant en deux chambres hautes du bâtiment neuf et joignant la muraille de la ville, une chambre au borgne que tient ap[rese]nt p[er]re le gault Et doit de Rante p[ar]an ausd[its] t[er]mes XIII s[ous]. Bail, 1671 A. D. Morbihan 6E 857 : 21 mai 1671 : Bail de 5 ans passé entre Messire François de Trevegat seigneur de Limoges propriétaire et écuyer Philippe Guydo Seigneur de Bourgerel lequel demeure rue de la Poissonnerie, d´un département d´une maison rue St Salomon paroisse de Ste Croix, cave, deux chambres au premier, l´une au devant et l´autre au derrière du vieux bâtiment où demeurait M. de Kerberuet Bail, 1677 A. D. Morbihan 6E 863 : 29 janvier 1677 : Bail de 3 ans an passé entre Messire François
    typologies :
    en alignement de rue
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pan de bois pierre de taille
    illustration :
    Description historique... du président de Robien : plan de Vannes, faubourg Saint-Patern, milieu du 18e siècle. Bibliothèque de Rennes-Métropole. IVR53_20075605799NUCA Plan cadastral 1807. Section I3 : ville close, rue de l'Ouest. AD Morbihan 3 P 297/22 Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B. AM Vannes. IVR53_19975601199XB Plan cadastral de 1844 : section K8, détail, rue Saint-Salomon, parcelle 1954. AD Morbihan 3P 297 Rez-de-chaussée, pilier, console sculptée IVR53_20135601581NUCA Rez-de-chaussée, pilier, console sculptée IVR53_20135601590NUCA Rez-de-chaussée, pilier, console sculptée IVR53_20135601584NUCA Rez-de-chaussée, pilier, console sculptée IVR53_20135601585NUCA
    profession :
    [propriétaire] Trevegat de François
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    Mouluration de la sablière basse de l'étage et de l'entretoise est constituée par une alternance de boudins et de nervures avec congé en beau feuillage sculpté. Les consoles des poteaux représentent des
    historique :
    Maison vraisemblablement construite, en raison de ses caractéristiques architecturales, dans la première moitié du 16e siècle, pour la famille de Trevegat, qui en reste propriétaire jusqu’au 17e siècle . Lors de la réformation, en 1677, la maison appartient à François de Trevegat, conseiller du roi demeurant au château de Limoges. La déclaration mentionne aussi la maison voisine, le n°15, que François de à la même époque est construite sur l’emplacement de la cour postérieure du n°15 une cage d’escalier qu'un corps perpendiculaire flanqué contre la façade ouest du corps principal sur rue. La déclaration de , un puits et des latrines situés du côté de l’enceinte et du jardin des cordeliers. En 1677, les appartements de ces deux maisons font l’objet de nombreux contrats de location aux gens du parlement de
    referenceDocumentaire :
    Bail, 1679 A. D. Morbihan 6E 865 : 21 juin 1679 : Bail de 2 ans passé entre messire François René Mauvais. Ce travail de transcription a fait l'objet de son master 1 sous la direction de Marie Casset (Lorient : Université de Bretagne sud. 2012). Dans un travail complémentaire en master 2 "La topographie de Vannes au 15e siècle, à partir des données du livre rentier de 1455-1458" Marion Mauvais a appliqué les données du rentier aux surfaces cadastrales de la ville émanant du premier cadastre de 1807-1809. Elle Bail, 1670 A. D. Morbihan 6E 856 : 26 novembre 1670 : Bail de 5 ans passé entre François de Trevegat seigneur de Limoges à Julien Lechet Sr de St Ducat de la maison du Sr de Trevegat rue St Salomon. Bail, 1671 A. D. Morbihan 6E 857 : 21 mai 1671 : Bail de 5 ans passé entre Messire François de Trevegat seigneur de Limoges propriétaire et écuyer Philippe Guydo Seigneur de Bourgerel. Bail, 1676 A. D. Morbihan 6E 862 : 23 juillet 1676 : Bail d´un an passé entre messire François de
  • Maison, 15 rue Saint-Salomon (Vannes)
    Maison, 15 rue Saint-Salomon (Vannes) Vannes - 15 rue Saint-Salomon - en ville - Cadastre : 1807 I3 1173 1844 K8 1954 1980 BS 28
    etages :
    étage de comble
    description :
    Petit logis construit en alignement de rue. Il montre 2 étages carrés sous une toiture à longs pans
    annexe :
    Bail, 1679 A. D. Morbihan 6E 865 : 21 juin 1679 : Bail de 2 ans passé entre messire François René Bail, 1754 A. D. Morbihan 11 novembre 1754 : Bail de 9 ans passé entre le Sr Jean Brunet marchand et marchand demeurant en cette dite ville de Vannes rue de la Poterne même paroisse de Saint Pierre acceptant tout l’embas d’une maison appartenant au dit Sr Brunet joignant la porte de Saint Salomon preneur aura la liberté de puiser de l’eau dans le puits du bailleur mais qu’il ne pourra sans l’exprès consentement de ce dernier élever des pourceaux dans l’appartement sus affermé et qu’il ne pourra rien mettre Bail, 1670 A. D. Morbihan 6E 856 : 26 novembre 1670 : Bail de 5 ans passé entre François de Trevegat seigneur de Limoges à Julien Lechet Sr de St Ducat de la maison du Sr de Trevegat rue St Salomon consistant en deux chambres hautes du bâtiment neuf et joignant la muraille de la ville, une chambre au Bail, 1671 A. D. Morbihan 6E 857 : 21 mai 1671 : Bail de 5 ans passé entre Messire François de
    typologies :
    en alignement de rue
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pan de bois faux pan de bois granite pierre de taille
    illustration :
    Description historique... du président de Robien : plan de Vannes, faubourg Saint-Patern, milieu du 18e siècle. Bibliothèque de Rennes-Métropole. IVR53_20075605799NUCA Plan cadastral 1807. Section I3 : ville close, rue de l'Ouest. AD Morbihan 3 P 297/22 Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B. AM Vannes. IVR53_19975601199XB Plan cadastral de 1844 : section K8, détail, rue Saint-Salomon, parcelle 1954. AD Morbihan 3P 297 Ouverture bouchée rez-de-chaussée, mur sud IVR53_20105606509NUCA Cage d'escalier, pan de bois, mur nord, 2ème niveau IVR53_20105606505NUCA
    profession :
    [propriétaire] Trevegat de François
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Maison bâtie dans le 3e quart 17e siècle, d´après les archives, pour François de Trevegat, seigneur de Limoges à qui appartient aussi la maison voisine, le n°13. Cette maison correspond en effet au « bâtiment neuf joignant la muraille de la ville » dans un contrat de location datant de 1670. La maison en 1677 lors de la réformation avec mention de parties communicantes ; ce qui permet de comprendre le simple mur séparatif en bois et torchis du rez-de-chaussée dressé entre les deux corps. Au 18e siècle donne sur la porte Saint-Salomon. Les piliers de granite couronnés de chapiteaux sculptés de la porte fermée rappelle cet ancien passage et serait, selon certains, un vestige de l'accès piétonnier du couvent latrines situés du côté de l´enceinte et du jardin des cordeliers. En 1677, les appartements de ces deux maisons font l´objet de nombreux contrats de location aux gens du parlement de Bretagne installé depuis peu à Vannes. Le mur sud de la maison comprend les vestiges d'une ouverture bouchée qui évoque sans
    referenceDocumentaire :
    Bail, 1679 A. D. Morbihan 6E 865 : 21 juin 1679 : Bail de 2 ans passé entre messire François René Bail, 1670 A. D. Morbihan 6E 856 : 26 novembre 1670 : Bail de 5 ans passé entre François de Trevegat seigneur de Limoges à Julien Lechet Sr de St Ducat de la maison du Sr de Trevegat rue St Salomon. Bail, 1671 A. D. Morbihan 6E 857 : 21 mai 1671 : Bail de 5 ans passé entre Messire François de Trevegat seigneur de Limoges propriétaire et écuyer Philippe Guydo Seigneur de Bourgerel. Bail, 1676 A. D. Morbihan 6E 862 : 23 juillet 1676 : Bail d´un an passé entre messire François de Trevegat Sr de Lomaria conseiller au parlement demeurant en sa maison de Limoges à Me Julien Vallié Sr du Dezert procureur au parlement, Me Jean Denareil procureur au parlement et pour Me Guy Berniet Sr de Bail, 1677 A. D. Morbihan 6E 863 : 29 janvier 1677 : Bail de 3 ans an passé entre Messire François de Trevegat chevalier seigneur de Lomaria conseiller du roi au parlement demeurant en sa maison de
  • Maison, 27 place des Lices ; rue Bienheureux Pierre René Rogue (Vannes)
    Maison, 27 place des Lices ; rue Bienheureux Pierre René Rogue (Vannes) Vannes - 27 place des Lices rue du Bienheureux Pierre René Rogue - en ville - Cadastre : 1807 I3 988 1844 K8 2016, 2017 1980 BR 123
    titreCourant :
    Maison, 27 place des Lices ; rue Bienheureux Pierre René Rogue (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Maison de plan massé double en profondeur construite sur une parcelle d'angle. Elle montre 3 étages carrés surmontés d'un étage de comble.
    annexe :
    dénombrement de Guy Le Sage marchand demeurant au haut des Lisses d´une maison couverte d´ardoises ouvrant par le devant et midy sur les Lisses et vers le soleil couchant sur la rue de la Laiterie, vers soleil levant joignant le logis de la fille mineure de feu Me Jacques Rio et femme et vers le septentrion à un logis cy-devant aux mineurs de feu Me Jean Le Guienay et à présent de la succession du feu Sr de Chesnay Cormier lieutenant de Vannes au devant duquel logis il y a une petite cour close ouvrant sur les dites Lisses, le dit logis contenant de profondeur par le dedans d´un bout à l´autre, 27,5 pieds et la dite cour contenant de long sur le pavé 28 pieds, et la cour du dit logis et la ditte cour vers la dite rue de la Laiterie 28,5 pieds, le tout échu par acquêt qu´il en a fait de messire Pierre François Le . 20105606557NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22. 19975601199XB : Archives municipales de Vannes 20105606558NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/53. 20105607137NUCB : Musée des Beaux-Arts, Vannes
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Rue du Bienheureux Pierre René Rogues, dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle. Musée des Plan d'alignement et de voirie, 1840, section B. AM Vannes. IVR53_19975601199XB Plan cadastral de 1844 : section K8, place des Lices. AD Morbihan 3P 297/53. IVR53_20105606558NUCA Rectification du plan d'alignement de la ville. Projet de modification : rue du rempart, place de Vue de situation IVR53_20105600861NUCA Façade ouest, rez-de-chaussée IVR53_20105606631NUCA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Maison reconstruite sur un ensemble de deux parcelles dont il existe une déclaration établie en 1677 pour Guy Le Sage, marchand. En 1684, ce dernier fait établir un procès-verbal dans le cadre de la construction d'une autre maison mitoyenne à la sienne vers l'est sur l'emplacement de la cour close située au d'après un rapport d'expert et d'autres archives signalées fort anciennes, construites en pan de bois sur un soubassement de moellons et presque en ruine. Elles nécessitent des travaux importants de sera probablement vendu à cette occasion pour l'édification de la bâtisse actuelle en 1861
    localisation :
    Vannes - 27 place des Lices rue du Bienheureux Pierre René Rogue - en ville - Cadastre : 1807 I3
    referenceDocumentaire :
    Bail, 1675 A. D. Morbihan 6E 861 : 18 décembre 1675 : Bail de 7 ans passé entre Me Yves Cormier rue de la Letterie appartenant autrefois aux mineurs de Gugerais pour 66 £/an. dénombrement de Guy Le Sage marchand demeurant au haut des Lisses d´une maison couverte d´ardoises ouvrant par le devant et midy sur les Lisses et vers le soleil couchant sur la rue de la Laiterie, vers soleil levant joignant le logis de la fille mineure de feu Me Jacques Rio et femme et vers le septentrion à un logis cy-devant aux mineurs de feu Me Jean Le Guienay et à présent de la succession du feu Sr de Chesnay Cormier lieutenant de Vannes au devant duquel logis il y a une petite cour close ouvrant sur les dites Lisses, le dit logis contenant de profondeur par le dedans d´un bout à l´autre, 27,5 pieds et la dite cour contenant de long sur le pavé 28 pieds, et la cour du dit logis et la ditte cour vers la dite rue de la Laiterie 28,5 pieds, le tout échu par acquêt qu´il en a fait de messire Pierre François Le
  • Les maisons et fermes de la commune d'Antrain (fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    Les maisons et fermes de la commune d'Antrain (fusionnée en Val-Couesnon en 2019) Antrain
    titreCourant :
    Les maisons et fermes de la commune d'Antrain (fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Antrain
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Rue de l'Eglise : élévation nord IVR53_19773500303X Rue de l'Aumaillerie : élévation antérieure, vue générale (maison au 2e plan) IVR53_19783500123X 9, rue de l'Aumaillerie : vue générale IVR53_19773500299X Maison située rue de l'Aumaillerie IVR53_20113503189NUCA
    historique :
    des maisons rurales, alors que ce n'était pas le cas précédemment. Dans la partie urbaine de la de la rue René Le Hérissé...). Typologie : Le type de maison le plus rencontré sur le territoire de 1650. Plusieurs constructions situées dans les rues René Le Hérissé, de l'Aumaillerie ou encore Saint début du 20e siècle. Ces maisons ont été édifiées à l'époque du développement de la ville (rues René Le Le territoire de la commune d'Antrain est assez peu étendu ; sa partie centrale est occupée par la ville qui elle est assez développée. Par conséquent, la majeure partie des bâtiments de la commune plus souvent à un bâtiment composé d'un rez-de-chaussée, surmonté d'un simple grenier. Les pignons et ouverte. Un appentis se trouve fréquemment au nord de la construction ; il permet ainsi d'agrandir le partir du milieu du 19e siècle, l'architecture des maisons de bourg commence à se différencier de celle commune d'Antrain, il existait de nombreux commerces ainsi qu'en témoignent les devantures de boutiques
    referenceDocumentaire :
    canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985.  : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Les maisons à Rennes
    Les maisons à Rennes Rennes
    annexe :
    Définitions relatives à la distribution des demeures, extraites du Dictionnaire de l'Académie Française, [première édition], publié à Paris chez la Veuve de JEAN BAPTISTE COIGNARD, Imprimeur ordinaire du Roy, & de l'Académie Françoise, 1694, [cinquième édition], PARIS : J. J. Smits et Ce., Imp.-Lib ., rue de Tournon, 1798 et [sixième édition], PARIS : IMPRIMERIE ET LIBRAIRIE DE FIRMIN DIDOT FRÈRES , Imprimeurs de l'Institut de France, 1835. Antichambre : L´antichambre est la « pièce d'un appartement qui d'un appartement complet, & qui est ordinairement plus grande que les autres. Salle, se dit aussi, de certaines pièces qui n'ont point d'accompagnement & qui sont ordinairement au rez-de-chaussée & souvent à principalement de celle où l'on couche » (1798 et 1835). Cabinet : Le cabinet est un « lieu de retraite pour , selon la profession ou l'humeur de la personne qui y habite » (1694). A cette définition s´ajoutent les destinées à différents usages. Cabinet de toilette. Cabinet de garde-robe. Cabinet de bains. Cabinet noir
    illustration :
    Vue générale, maisons en pans de bois du côté ouest de la rue Saint Michel IVR53_20163500294NUCA 4 rue de la Psalette, détail de la façade en pan de bois avec ses marques d'assemblage 5 rue du chapitre, vue générale de la façade en pan de bois polychrome IVR53_20163500301NUCA
    contenu :
    ´observer la typologie liée aux premières extensions urbaines. Ce mode de recensement explique la -Malhon, 1951, 83 rue de Dinan, L. Pommereuil arch., 1952, 22 rue Isaac-René-Guy-Le Chapelier, Brunerie l'objet d'un dossier, dont 2278 à titre individuel. Les critères de recensement diffèrent selon des zones individuelles s´inscrivent dans un tissu de lotissement dont elles constituent des composants caractéristiques . Seules les maisons à boutique, qui permettent de mesurer le degré d´autonomie des secteurs périphériques , ou les maisons à plusieurs unités d´habitation, qui illustrent la problématique de l´habitation siècle : 876 -2e quart 20e siècle : 521 -3e quart 20e siècle : 127 Les édifices datés, au nombre de 769 édifices attribués, au nombre de 675 (soit près de 30%), le sont encore principalement par source (576) et recensement s´étend jusqu´au milieu des années soixante, date au-delà de laquelle les plans et la morphologie moment de l´enquête), s´ajoute le dépouillement des permis de construire, dont les plus anciens datent de
    referenceDocumentaire :
    p. 65-78 PAPE, Pascale. Rennes au 17e siècle : les maisons de bois. In Arts de l'Ouest, études et ELEB-VIDAL, Monique, DEBARRE-BLANCHARD, Anne. Architectures de la vie privée, XVIIe-XIXe siècles ELEB-VIDAL, Monique, DEBARRE-BLANCHARD, Anne. L'invention de l'habitation moderne. Paris 1880-1914 Maison provisoire à ossature métallique pour M. Billaud, 9 rue Le-Dantec, tirage de plan, 1964 (A A. C. Rennes. Permis de construire ; 748 W 33. Rue de Dinan (1908-1938) .
  • Les maisons rurales, fermes et hameaux de la commune de Crozon
    Les maisons rurales, fermes et hameaux de la commune de Crozon Crozon
    titreCourant :
    Les maisons rurales, fermes et hameaux de la commune de Crozon
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    illustration :
    Hameau de Crozon, vers 1905 (collection particulière Cécile Dein) IVR53_20102911404NUCB Hameau de Crozon, vers 1905 (collection particulière Cécile Dein) IVR53_20102911407NUCB Hameau de Crozon, vers 1905 (collection particulière Cécile Dein) IVR53_20102911408NUCB Hameau de Crozon, vers 1905 (collection particulière Cécile Dein) IVR53_20102911409NUCB Cap de la chèvre. Vestiges de clôture de champs en pierre sèche IVR53_20122905000NUCA Cap de la Chèvre. Sentier et muret de pierre sèche dans la lande IVR53_20102911476NUCA Cap de la chèvre. Bregoulou. Sentier délimité par d'anciennes clôtures en pierre sèche Kerdroën. Alignement de logis IVR53_20102910657NUCA Montourgard. Puits devant un ancien logis de ferme IVR53_20102911372NUCA Lesquiffinec. Ancien logis de ferme avec soue en appentis rajoutée contre la façade
    contenu :
    CO : KANDRIN (Porte provenant de Kerandrin remployée à Morgat) ; RENE HERIAN 1626 (Le Bouis) ; F : M CONDITIONS DE L'ENQUÊTE Ce dossier collectif vise deux objectifs : appréhender une "famille pas ou peu dénaturés, ont été traités en dossiers individuels. Sur un total de 1817 immeubles antérieurs à 1946 (chiffres INSEE), environ 1020 édifices, soit 56%, ont été recensés. Au sein de ce corpus , 47 édifices individuels ou hameaux entiers ont fait l'objet d'un dossier. Au sein de certains d'édifices ont pu être retenus. Les maisons situées au chef-lieu de commune n'ont pas été traitées ici : les observations les concernant ont été intégrées dans les dossiers "bourg" et "maisons urbaines". La synthèse qui fermes situées en écart ainsi que des hameaux entiers. CONTEXTE HISTORIQUE ET ECONOMIQUE Peu de documents permettent de connaître l'espace rural avant la seconde moitié du 18e siècle. La topographie apparaît partiellement sur la carte de Cassini de Thury (vers 1770) et surtout sur les premiers relevés
    referenceDocumentaire :
    BACHELOT DE LA PYLAYE, Jean-Marie. Etudes archéologiques et géographiques mêlées d'observations et de notices diverses.Bruxelles, 1850. Réédition : Société Archéologique du Finistère, Quimper, 1970. de Crozon à la veille de la Révolution. Saint-Thonan, 1995. CHAURIS, Louis, KERDREUX, Jean-Jacques. La dolérite, une pierre de construction singulière en presqu´île de Crozon.Dans : Avel Gornog, N° 8, juin 2000, pp. 18-23. Etude de protection des villages du cap de la Chèvre, commune de Crozon Finistère. Rapport de synthèse par Xavier Henry, sur la base d´une enquête de François Jagot. Délégation Régionale de l ´Architecture et de l´Environnement, Service Départemental d´Architecture/Direction Départementale de l FÉREC, Solen. Rostudel. Aspects d´un mode de subsistance traditionnel. Dans : Avel Gornog, N° 6 OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. 1ère
  • Les maisons, logis, fermes et dépendances sur la commune de Plufur
    Les maisons, logis, fermes et dépendances sur la commune de Plufur Plufur
    titreCourant :
    Les maisons, logis, fermes et dépendances sur la commune de Plufur
    annexe :
    Liste des millésimes et inscriptions de l'habitat de la commune de Plufur 17e siècle Run ar Manac'h (?) : 1783, pierre de champ : 1768) Lestéo (dépendance arrière : 1790) Castel Bihan (Kastell Bihan) (logis : 1818, grange/remploi : 181...) Moulin de Saint-Nicolas (logis : "F : ETABLIR PAR LOVIS LE / JONCOUR : 1870) 8 rue Jules Ferry (logis : 1871) Guibel (logis : "F:F:P: François LE JEAN époux de Marie Louise Mesurage, arpentage et prisage de la totalité des droits convenanciers et superficiels du Convenant Olivier Le Gall à Kerviniou, 1756 "Mesurage, arpentage et prisage de la totalité des droits convenanciers et superficiels du Convenant Olivier Le Gall, Kerviniou, domaine de messire Alain Louis Le Gualès , situé en la frairie de Keranroux, paroisse de Plufur, fait à la requête du dit seigneur Le Gualès autorisé de monsieur de Rumedon, son curateur [Alain Louis Le Gualès est âgé de 23 ans], demandeur en juridictions, expert nommé par les défendeurs et Yves Le Dantec, sieur de Kernescop, tiers donné de justice, en
    illustration :
    est daté par millésime de 1870. En arrière-plan à droite : le château de Rosanbo IVR53_20152206384NUCA Plufur, Ar Run : ferme, vue générale. Le logis est daté par millésime de 1870 IVR53_20152206385NUCA Plufur, Crec'h Oter : logis de ferme déclassé en dépendance, photographie de 1969 Plufur, Fifac'h : alignement de deux logis de ferme. L'un - datable du 18e siècle - est déclassé en dépendance ; le second est datable de la première moitié du 19e siècle IVR53_20152206459NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Plufur, 1848 : Goasven IVR53_20152206455NUCA Plufur, Goasven : ancien logis de ferme déclassé en remise IVR53_20152206457NUCA Plufur, Guerneven : dépendance, détail du millésime 1888 sur la poutre au-dessus de la porte Plufur, Guerneven : puits intégré dans la façade. Il est daté par millésime de 1858 Plufur, Guerneven : grange, élévation antérieure, détail du vantail de la porte
    contenu :
    urbaines, sont élevés de grands logis de ferme à élévation ordonnancée de type ternaire. Ils peuvent La dispersion de l'habitat Une centaine de lieux-dits L'habitat est très dispersé à Plufur avec plus de 100 toponymes (lieux-dits et fermes isolées uniquement). Un hameau se compose le plus souvent d'une à trois exploitations agricoles disposant chacune de dépendances et donnant sur des espaces ouverts ou des voies de passage : chemins ou routes. Pour Georges Minois, "la dispersion de l'habitat dispersion se présente sous forme de hameaux d'une dizaine de maisons éloignés de 400 à 500 mètres les uns règle importante : "plus on s'éloigne de la côte, plus la population est dispersée : les gros hameaux de 10 à 20 familles du bord de la mer font peu à peu place à des petits groupements de 7 à 8 ménages pour aboutir dans l'intérieur du pays à une moyenne de 3 ou 4". En 1445, 48 maisons sont vides à Plufur (c'est 41 de plus qu'en 1427 !), le duché traverse alors une grave crise démographique liée à de
    referenceDocumentaire :
    mars 1981, communication aux Journées préhistoriques et protohistoriques de Bretagne, Université de maison. 1 : Le Léon. Douarnenez : Editions de l'Estran, 1982. COUEDIC, Daniel. TROCHET, Jean-René. SIMON, Jean-François. L'architecture rurale française, corpus des "Les maisons à avancée en Bretagne entre 1600 et 1900 : essai de chronologie pour un type emblématique" DOUARD, Christel. "Les maisons à avancée en Bretagne entre 1600 et 1900 : essai de chronologie pour un type emblématique". Éditeur : Ministère de la culture et de la communication, direction "Puits de Basse-Bretagne : considérations techniques et représentations mentales" SIMON, Jean -François. "Puits de Basse-Bretagne : considérations techniques et représentations mentales". In Fontaines , puits, lavoirs en Bretagne. Brest : Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1998, p. 75-87.
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Maisons, fermes et hameaux sur la commune de Commana
    Maisons, fermes et hameaux sur la commune de Commana Commana
    titreCourant :
    Maisons, fermes et hameaux sur la commune de Commana
    annexe :
    1988 d´un classement en zone de protection du patrimoine architectural et urbain (ZPPAU). MILIEU SITES ET IMPLANTATIONS DU BÂTI . La commune de Commana doit la qualité de ces paysages à un milieu PHYSIQUE . Situé à la limite nord du massif des Monts d´Arrée, le territoire communal de Commana s´étend sur 4000 ha de plateau bocager borné au sud-est par « la montagne », les premières crêtes de l´Arrée . Cette zone de contact implique une diversité de sous-sols, de sols, de reliefs, d´activités, d ´occupation des sols et de paysages associés. Relief . Le relief actuel est le résultat de la longue érosion d´une ancienne chaîne de montagne très élevée durant de l´Ere Primaire, le Massif Armoricain. Il n ´en reste aujourd´hui qu´une vaste zone de plateau, aux vallées plus ou moins encaissées, de faible schisteuses (300 m et plus). Géologie . Le sous-sol de la commune de Commana est d´origine primaire. Il se décompose principalement en trois parties. 1. Dans la partie sud et sud-est on retrouve une alternance de
    typologies :
    maison à avancée. Maison de type ternaire
    illustration :
    Carte des unités paysagères de Commana IVR53_20062906801NUCA Bloc diagramme illustrant la trame bocagère avant 1948 et en 1978 dans le secteur de Kermabil Bloc diagramme illustrant la trame bocagère en 1992 dans le secteur de Kermabil, Kernaman et Vue aérienne du bourg et de la trame bocagère vers le nord-est. Carte postale, vers 1960 Fond de vallée humide, ruisseau du Mougau IVR53_20062906805NUCA Fond de vallée humide, rivière de la Penzé, au niveau du pont, à proximité du Moulin du Bois de la Fond de vallée boisé, ruisseau du Mougau, au niveau de Moulin Vieux IVR53_20062906807NUCA Bocage fermé, depuis le Bois de la Roche, vers Kerestan IVR53_20062906810NUCA Boisement de conifères sur les flancs des Monts d'Arrée IVR53_20062906813NUCA Champ cultivé et landes des Monts d'Arrée au second plan, à proximité de Roscoat
    contenu :
    représentatifs révèlent, parfois, quelques noms de bâtisseurs : Cam à Runtan, Yves René Fagot à Kerouat, Prouf et reconstruction de nouveaux logis d´allure urbaine n´éclipsent pourtant pas entièrement le bâti ancien de qualité CONDITIONS DE L´ENQUETE . Ce dossier collectif vise deux objectifs : appréhender une « famille total de 417 immeubles (chiffres INSEE 1999), soit environ 36% du bâti, ont été repérés. Parmi ceux-ci illustré, soit dans un dossier individuel, soit dans le dossier collectif. Au sein de certains hameaux (entre 2 et 13), ont pu être retenus. Les maisons situées au chef-lieu de commune, en raison de leur en écart ainsi que des hameaux entiers lorsque aucun élément ne méritait, en raison de remaniements successifs, un traitement spécifique. CONTEXTE HISTORIQUE . Peu de documents permettent de connaître l carte de Cassini (vers 1770) et surtout sur les premiers plans cadastraux de 1812 qui reflètent encore largement le parcellaire et le bâti antérieur à la Révolution. Le réseau des voies de communication et les
    referenceDocumentaire :
    Commune de Commana. ZPPAU (zone de protection du patrimoine architectural et urbain). Présentation MORVAN, Claire. Les buanderies des paroisses de Plounéour-Ménez, Commana et Sizun au 18e siècle . Mémoire de maîtrise d´histoire. Université de Bretagne occidentale. Centre de recherche bretonne et OLIER, Ernest et Yvonne. La maison de tisserand à porche extérieur surélevé dans le Haut-Léon au XVIIe siècle. Dans : Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. CIX, 1981, p. 289-309. Ouvrage collectif. Le bocage des Monts d'Arrée. Paysage de bocage. Gestion des espaces naturels / Ministère de l'agriculture et de la pêche, Paris, 2000.
1