Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 999 - triés par pertinence
  • Croix (chapelle Saint-Jeune)
    Croix (chapelle Saint-Jeune) Plounévez-Moëdec - - chapelle Saint-Jeune - isolé
    titreCourant :
    Croix (chapelle Saint-Jeune)
    description :
    Croix située dans l´enclos de la chapelle Sainte-Jeune, qui servait de cimetière trévial . Soubassement circulaire à emmarchement à trois degrés, portant un socle mouluré de section carrée. Hampe longue de section octogonale à base carrée, chapiteau octogonal, croix portant un Christ sur l´avers et une
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plounévez-Moëdec, 1834 : chapelle Saint-Jeune Plounévez-Moëdec, chapelle Sainte-Jeune : détail de la croix IVR53_20112205862NUCA Plounévez-Moëdec, chapelle Sainte-Jeune : croix IVR53_20112205863NUCA Plounévez-Moëdec, chapelle Sainte-Jeune : croix IVR53_20112205861NUCA
    representations :
    Vierge de pitié
    historique :
    Croix datant probablement de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle remontée pendant la seconde moitié du 20e siècle. Elle est associée à la chapelle.
    localisation :
    Plounévez-Moëdec - - chapelle Saint-Jeune - isolé
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Fontaine de dévotion (chapelle Saint-Jeune)
    Fontaine de dévotion (chapelle Saint-Jeune) Plounévez-Moëdec - - chapelle Saint-Jeune - isolé
    titreCourant :
    Fontaine de dévotion (chapelle Saint-Jeune)
    statut :
    propriété de la commune (?)
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plounévez-Moëdec, 1834 : chapelle Saint-Jeune Plounévez-Moëdec, chapelle Sainte-Jeune : fontaine de dévotion IVR53_20112205864NUCA Plounévez-Moëdec, chapelle Sainte-Jeune : fontaine de dévotion IVR53_20112205866NUCA Plounévez-Moëdec, chapelle Sainte-Jeune : fontaine de dévotion IVR53_20112205865NUCA
    localisation :
    Plounévez-Moëdec - - chapelle Saint-Jeune - isolé
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Croix de chemin, la Blenluère (Le Pertre)
    Croix de chemin, la Blenluère (Le Pertre) Pertre (Le) - la Blenluère - en écart - Cadastre : 1986 AV
    titreCourant :
    Croix de chemin, la Blenluère (Le Pertre)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Pertre
    murs :
    pierre de taille
    denominations :
    croix de chemin
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; pierre de taille
    historique :
    Cette croix élevée dans la 2e moitié du 20e siècle a remplacée une ancienne croix de bois érigée par Jean Marie Baslé. Ce dernier avait fait le voeu d'élever une croix près de son village s'il sortait indemne de la Grande Guerre.
    localisation :
    Pertre (Le) - la Blenluère - en écart - Cadastre : 1986 AV
  • Croix de chemin, la Foucherie (Le Pertre)
    Croix de chemin, la Foucherie (Le Pertre) Pertre (Le) - la Foucherie - en écart - Cadastre : 1986 AD
    titreCourant :
    Croix de chemin, la Foucherie (Le Pertre)
    dates :
    1955 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Pertre
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin de 1955, située sur la route des Martyrs érigée par M. Thébert. Croix à double branche dite de Pontmain.
    localisation :
    Pertre (Le) - la Foucherie - en écart - Cadastre : 1986 AD
  • Croix de chemin, le Pré (La Chapelle-de-Brain)
    Croix de chemin, le Pré (La Chapelle-de-Brain) Chapelle-de-Brain (La) - le Pré - en écart - Cadastre : 1984 YK
    titreCourant :
    Croix de chemin, le Pré (La Chapelle-de-Brain)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Chapelle-de-Brain
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Ouvrage sans qualité formelle remplaçant une croix figurée sur le cadastre de 1847.
    localisation :
    Chapelle-de-Brain (La) - le Pré - en écart - Cadastre : 1984 YK
  • Bateau de pêche "Le Hardy"
    Bateau de pêche "Le Hardy" Pléneuf-Val-André - Dahouët - en ville
    titreCourant :
    Bateau de pêche "Le Hardy"
    description :
    Canot creux de 5, 47 mètres de longueur, 2, 27 mètres au maître bau et 1 mètre de tirant d'eau. La jauge brute est de 2, 31 tonneaux. La construction à franc bord est réalisée en membrures franches d'un banc au milieu. Le gouvernail est extérieur. Le mode de propulsion associait à l'origine voiles et moteur, avec une misaine et un moteur Bolinder diésel de 7/9 chevaux. Actuellement, le bateau est équipé , couplées en alternance avec une membrure ployée. La structure est raidie par une seule serre. La rablure est ronde. Un petit tollen (pont) est aménagé à l'avant et à l'arrière (à tableau). Le bateau est muni d'un moteur Volvo Penta, et ne dispose pas de gréement.
    annexe :
    seulement la présence de quelques bateaux de pêche professionnelle dans ce port, qui pratiquaient le chalut quelques sabliers et caboteurs armés par le Péchon ; alors que trois familles vivaient exclusivement de la petit moteur Bernard à essence de 6 chevaux. La drague devait "se visser dans le sol", la fune amarrée Evolution de la pêche côtière à Dahouët et Erquy : témoignage oral de Raymond Pays (Erquy) Ancien marin-pêcheur de Erquy, Raymond Pays lorsqu'il évoque la pêche à Dahouët dans les années 1930, cite retraités de la marine Marchande. Les métiers de la pêche avaient mauvaise réputation : Ils crevaient la faim ; il n'y avait pas de glace, que de la fougère pour mettre sous les maquereaux ; les bateaux commencé à utiliser la drague aux praires en pêchant les oursins dans les cailloux, puis dans le sable. Les au mât. On ne tirait pas. On disposait de simples rouleaux sur le côté. On ne pouvait pas aller en construits à la Richardais (chantier Mallard) ou à Carantec pour Erquy. Le seul bateau à faire les praires à
    observation :
    Bateau de pêche à signaler, en bon état, comme dernier témoin des petits canots creux de petite pêche, polyvalent du port de Dahouët.
    appellations :
    bateau de pêche "Le Hardi"
    illustration :
    Le bateau de pêche Hardy à côté des chalutiers modernes IVR53_20032205682NUCA Vue générale du bateau de pêche Hardy IVR53_20032205670NUCA Vue de face du bateau de pêche Hardy IVR53_20032205671NUCA Les formes du bateau de pêche Hardy à l'échouage IVR53_20032205681NUCA Vue de côté : tonture du bateau de pêche Hardy IVR53_20032205672NUCA Aménagements intérieurs du bateau de pêche Hardy IVR53_20032205673NUCA
    profession :
    [charpentier de marine] Huon
    denominations :
    bateau de pêche
    dimensions :
    l = 547 ; la = 227 ; h = 100
    historique :
    Ce canot creux de pêche est l'unique et dernier représentant de la flottille de pêche traditionnelle du port de Dahouët, armé aux lignes, au filet et à la drague aux praires et aux oursins, dans les années 1950-60. Il a été construit au chantier Huon de Paimpol en 1953, pour le compte de Michel Jégou . Bien entretenu jusqu'à présent, il est toujours armé en pêche pour le compte de Michel Jégou. Il a eu deux sisters-schips : le "Pirate" à Jean Clément et "l'Etoile", armés en plaisance.
  • Manoir, la Hunaudais (Le Châtellier)
    Manoir, la Hunaudais (Le Châtellier) Châtellier (Le) - la Hunaudais - isolé - Cadastre : 1833 C2
    titreCourant :
    Manoir, la Hunaudais (Le Châtellier)
    description :
    Les différents bâtiments qui composent ce lieu sont construits en moellon de granite et couverts de toits à longs pans en ardoise. Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite . La partie nord du bâtiment conserve une charpente possédant un poinçon sculpté. L'accès à l'ancien logis se fait par une porte en plein cintre au-dessus de laquelle se trouve un écu lisse.
    annexe :
    20103510707NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103503873Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande30. 20103503881Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande32. 20103503882Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande32. 20103503883Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande32. 20103503884Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 071_35_75_bande33. 20103503885Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande33 . 20103503876Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande31. 20103503877Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande31. 20103503886Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande33. 20103503888Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande35. 20103503887Z : Service de l'Inventaire du patrimoine
    illustration :
    La Hunaudais sur le cadastre de 1833 IVR53_20103510707NUCA Relevé de la façade antérieure IVR53_20113500007A4 Relevé de la façade postérieure IVR53_20113500005A4 Porte en plein cintre de la façade IVR53_20103503881Z Détail de la façade postérieure IVR53_20103503884Z Détail de la façade postérieure IVR53_20103503885Z Autre bâtiment de la Hunaudais IVR53_20103503888Z Autre bâtiment de la Hunaudais IVR53_20103503887Z Poinçon de la charpente IVR53_20103503879Z Détail de la façade IVR53_20103510699NUCA
    historique :
    La Hunaudais fait partie des anciens manoirs qui se trouvaient sur le territoire de la commune du 1548, le manoir appartenait aux Courtois, seigneurs de Saint-Germain. A la fin du 16e siècle, la , François de Romilley, écuyer, sieur de la Hunaudais rendit foi et hommage à son suzerain, le baron de construction de la fin du 16e ou du début du 17e siècle. Pourtant, dans le bâtiment, il subsiste des éléments plus anciens comme par exemple une ferme de charpente. La forme et le décor de cette ferme de charpente semblent plutôt la faire remonter au 15e siècle. De plus, le fait que cette charpente soit décorée (poinçon qu'une seconde sur le mur de refend central donnant dans la pièce nord de l'étage. Au nord, un autre Châtellier, de nombreuses familles en ont été propriétaires au fil des siècles. Ce manoir existe depuis le début du 15e siècle, il appartenait en effet en 1430 à Jeanne Labbé, veuve de Colin le Bateur, seigneur du Haut-Châtellier. En 1520, La Hunaudais passe par alliance aux Tuffin, seigneurs de la Rouërie ; en
    localisation :
    Châtellier (Le) - la Hunaudais - isolé - Cadastre : 1833 C2
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire . GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Ferme, le Haut de la Voie (Domalain)
    Ferme, le Haut de la Voie (Domalain) Domalain - le Haut de la Voie - en écart - Cadastre : 1810 K3 965-967 1971 AH
    titreCourant :
    Ferme, le Haut de la Voie (Domalain)
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Le logis : vue générale sud IVR53_20033509027NUCA La remise et l'écurie : vue générale sud-est IVR53_20033509028NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    enduit ; grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    localisation :
    Domalain - le Haut de la Voie - en écart - Cadastre : 1810 K3 965-967 1971 AH
  • Ferme, le Creux de l'Ecuelle (La Bouëxière)
    Ferme, le Creux de l'Ecuelle (La Bouëxière) Bouëxière (La) - le Creux de l'Ecuelle - isolé - Cadastre : 1979 G1 862-867
    titreCourant :
    Ferme, le Creux de l'Ecuelle (La Bouëxière)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Bouëxière
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    localisation :
    Bouëxière (La) - le Creux de l'Ecuelle - isolé - Cadastre : 1979 G1 862-867
  • Maison, le Haut de la Voie (Domalain)
    Maison, le Haut de la Voie (Domalain) Domalain - le Haut de la Voie - en écart - Cadastre : 1810 K3 64 1971 AH
    titreCourant :
    Maison, le Haut de la Voie (Domalain)
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation sud-est IVR53_20033509023NUCA Mur de croupe est, enduit avec faux appareillage : détail IVR53_20033509025NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    enduit ; grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    localisation :
    Domalain - le Haut de la Voie - en écart - Cadastre : 1810 K3 64 1971 AH
  • Alignement de maisons, le Clos de la Pihargnais (Pipriac)
    Alignement de maisons, le Clos de la Pihargnais (Pipriac) Pipriac - le Clos de la Pihargnais - en écart - Cadastre : 1983 YA
    titreCourant :
    Alignement de maisons, le Clos de la Pihargnais (Pipriac)
    localisation :
    Pipriac - le Clos de la Pihargnais - en écart - Cadastre : 1983 YA
  • Château, le Carrefour (La Bouëxière)
    Château, le Carrefour (La Bouëxière) Bouëxière (La) - le Carrefour - en écart - Cadastre : 1826 F1 280, 281, 289, 290, 291, 292, 294, 295 1979 F1 218, 219, 224, 225, 226
    titreCourant :
    Château, le Carrefour (La Bouëxière)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Bouëxière
    illustration :
    Le château et ses dépendances sur le cadastre de 1826 IVR53_20013509188NUC Le château : vue de situation ouest (carte postale, début 20e siècle) IVR53_19883500056X Le château : vue de situation ouest (carte postale, début 20e siècle) IVR53_19883500055X Le château : vue de situation ouest (carte postale, début 20e siècle) IVR53_19883500057X Le château : vue de situation sud-ouest (carte postale, début 20e siècle) IVR53_19883500058X Elévation sur la cour : vue de situation sud IVR53_20013501013XA Le château : vue générale nord-ouest (carte postale, début 20e siècle) IVR53_19883500054X
    localisation :
    Bouëxière (La) - le Carrefour - en écart - Cadastre : 1826 F1 280, 281, 289, 290, 291, 292, 294
    referenceDocumentaire :
    t. 1, p. 181 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments Rennes
  • Maquette de bateau de transport : "le coucou" et "la gabarre"
    Maquette de bateau de transport : "le coucou" et "la gabarre" Pleumeur-Bodou
    titreCourant :
    Maquette de bateau de transport : "le coucou" et "la gabarre"
    description :
    marée basse arrimée avec une chaîne. La chaîne est accrochée au treuil et l'on hisse le bloc de pierre La maquette du "coucou" en bois, construit dans la masse, mesure 35 cm de longueur, 15 cm de largeur et 10 cm de hauteur. Le "coucou" est un canot creux qui comprend une sorte de puits avec un treuil en son milieu : il se positionne à marée haute au-dessus de la pierre que l'on a préalablement à jusqu'à le coller contre le fond, la coque du bateau. Le "coucou" peut ainsi parcourir une certaine distance, manoeuvré aux avirons, pour amener son chargement à la cale, où il pourra être gruté sur un plus gros bateau (gabarre avec son mât de charge) pour de pus longs voyages. Des blocs de plusieurs tonnes pouvaient ainsi être déplacés depuis les grèves qui ne permettaient pas à un bateau plus important de svenir
    annexe :
    portail occidental de la chapelle de l'île Callot. En 1853-54, le sloop "Célina" chargeait des pierres à par des bateaux plus grands, de deux ou trois cents tonneaux. encore le chargement se faisait à la Le transport par mer (synthèse d'après les recherches de l'UTL de Lannion) Il ne suffit pas de 1672, trois gabarres chargées de pierres de l'Île-Grande arrivaient à Carantec pour construire le l'Île-Grande et à Bringuiller. En 1891, la cale de Port Gélin était construite. Au 19ème siècle, l'Ile Grande occupait une situation privilégiée si on la compare à celle des sites granitiers de l´intérieur " central situé dans le "coucou" on faisait passer la chaîne. A la marée montante, grâce à un treuil à main , on amarrait solidement le bloc sous la barque, on l´amenait ainsi jusqu´à l´endroit voulu et toujours Trébeurden et à la cale Saint-Sauveur sur la côte ouest de l´Ile Grande. Les gabares furent alors remplacées les pavés dans la cale. On y plaçait préalablement de vieux pneus (des "martyrs") pour mieux protéger
    observation :
    Cette maquette de coucou mérite d'être étudiée comme témoignage d'un type de canot spécifique des
    illustration :
    Dessin de Louis-Marie Faudacq (1840-1916) : le transport et la taille des pierres dans la grève Dessin de L. M. Faudacq : chargement de blocs de pierres taillées sur la grève, fin 19ème siècle Dessin de Louis-Marie Faudacq (1840-1916) : le transport des pierres taillées à bord d'une gabarre avec le mât de charge (collection particulière) IVR53_20062203908NUCB Dessin de L. M. Faudacq : chargement de blocs de pierres taillées, à l´aide d´un treuil métallique et du pic de charge, fin 19ème siècle (collection particulière). IVR53_20062203943NUCB Dessin de L. Chauris : dessin d'un coucou (UTL Lannion, collection particulière Dessin de L.M. Faudacq : gabarre de transport, fin 19ème siècle (collection particulière Maquette de coucou réalisée par Roger Belloir (collection particulière) IVR53_20062203946NUCB
    dimensions :
    l = 35 ; la = 15 ; h = 10
    historique :
    Alexandre Le Gac et était mouillé au pont de l'Île-Grande, jusqu'en 1937, où il finit ses jours dans la vase revenait le "coucou" pour le transport des blocs de pierres et des pavés qui s'amoncelaient sur la grève . Le chenal séparant l'île de la côte était au début du 20ème siècle beaucoup plus large qu'aujourd'hui Le "Coucou" fut introduit au cours du 19ème siècle par les premiers carriers immigrés de Chausey régulièrement les îlots entre l'Île Fougère et Toeno. Le dernier "coucou" de l'ïle-Grande appartenait à . Ses formes de l'avant étaient très pincées, avec un maître bau important. Il était manoeuvré à la godille et gréé d'un mât de misaine. chaque carrier était le propriétaire de son "coucou" (témoignage d'Eugène Belloir). En 1938, la 1ère plage de Pleumeur-Bodou était la plage de Penvern, d'où partait et , la digue ayant depuis créé une poldérisation de chaque côté, qui limitait la manoeuvre des "coucous tonnes de pavés à l'heure. Le transport par route était plus onéreux. Le granite était aussi recherché
  • Croix de chemin, le Bourgneuf (Pordic)
    Croix de chemin, le Bourgneuf (Pordic) Pordic - le Bourgneuf - en écart - Cadastre : 2004 YH non cadastré domaine public
    titreCourant :
    Croix de chemin, le Bourgneuf (Pordic)
    description :
    Croix en bois dressée sur un soubassement appareillé en moellons de granite et schiste.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Croix de chemin de la 2ème moitié du 20ème siècle dressée sur un soubassement probablement plus
    localisation :
    Pordic - le Bourgneuf - en écart - Cadastre : 2004 YH non cadastré domaine public
  • Croix de chemin, le Cadran (Epiniac)
    Croix de chemin, le Cadran (Epiniac) Epiniac - Cadran - en écart
    titreCourant :
    Croix de chemin, le Cadran (Epiniac)
    denominations :
    croix de chemin
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    historique :
    Croix en bois de la dernière période sans qualité esthétique.
  • Alignement de deux maisons, le Bouessay (La Bouëxière)
    Alignement de deux maisons, le Bouessay (La Bouëxière) Bouëxière (La) - le Bouessay - en écart - Cadastre : 1826 E2 598, 599, 600 1979 E2 289, 1136, 1137
    titreCourant :
    Alignement de deux maisons, le Bouessay (La Bouëxière)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Bouëxière
    illustration :
    Vue de situation sud-est IVR53_20013509676NUCA
    localisation :
    Bouëxière (La) - le Bouessay - en écart - Cadastre : 1826 E2 598, 599, 600 1979 E2 289, 1136, 1137
  • Maison 1, le Clos de la Pihargnais (Pipriac)
    Maison 1, le Clos de la Pihargnais (Pipriac) Pipriac - le Clos de la Pihargnais - en écart - Cadastre : 1983 YA
    titreCourant :
    Maison 1, le Clos de la Pihargnais (Pipriac)
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    poudingue ; schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    localisation :
    Pipriac - le Clos de la Pihargnais - en écart - Cadastre : 1983 YA
  • Maison, le Village de la Magnanne (Andouillé-Neuville)
    Maison, le Village de la Magnanne (Andouillé-Neuville) Andouillé-Neuville - le Village de la Magnanne - en écart - Cadastre : 1827 A1 1982 ZA
    titreCourant :
    Maison, le Village de la Magnanne (Andouillé-Neuville)
    historique :
    siècle ?). L'absence de souche de cheminée d'origine ne permet pas d'affirmer qu'il s'agissait d'un petit
    localisation :
    Andouillé-Neuville - le Village de la Magnanne - en écart - Cadastre : 1827 A1 1982 ZA
  • Corps de garde de Bellangenêt, le Pouldu (Clohars-Carnoët)
    Corps de garde de Bellangenêt, le Pouldu (Clohars-Carnoët) Clohars-Carnoët - le Pouldu - en écart - Cadastre : AN 195
    titreCourant :
    Corps de garde de Bellangenêt, le Pouldu (Clohars-Carnoët)
    description :
    couverture en pierre, que l´on retrouve dans d´autres endroits, comme à proximité du port de Merrien (sur le territoire de la commune voisine de Moëlan-sur-Mer). De plan rectangulaire (5 m par 3 m), il est construit en ´encadrement en pierres sculptées (sans doute des pierres de récupération). La toiture à redents est constituée petit appentis aveugle reprend les mêmes caractéristiques de construction, bien que la couverture soit Bien que transformé en habitation, ce corps de garde est conforme au modèle-type à pièce unique et beaux moellons soigneusement assemblés et maçonnés. Le pignon sud présente une large fenêtre surmontée d ´une cheminée surdimensionnée, la façade est, une fenêtre plus étroite et une porte en bois à l de blocs de pierres taillées et soigneusement assemblées en escalier. Accolé au pignon nord, un exécutée dans un style plus simple, par un assemblage de dalles en pierres maçonnées.
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt de mémoire
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Le corps de garde de Bellangenêt est un témoin de l´effort de fortification entamé sur le littoral
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    relation avec le système de défense de la rade de Lorient. Ils sont significatifs des différentes périodes de défense militaire depuis le 17e siècle (1666 : implantation de la Compagnie des Indes à Lorient légère par le biais d´un circuit de découverte pédestre axé sur la défense du territoire, en rappelant entres les différents héritages (corps de garde et fort jusqu´à la fin du 19e siècle). Le corps de garde retrouve pour d´autres corps de garde, comme celui de Merrien. Apposé discrètement sur la clôture, le long susceptible de subir d´autres transformations (ajouts sur la façade notamment). Les héritages militaires, d ´importance relativement secondaires, dispersés le long du littoral de Clohars-Carnoët, sont à mettre en de Bellangenêt a été construit selon le modèle-type de 1846. Sa toiture à redents en pierre se de ce bâtiment et expliquer que ce type de corps de garde peut se retrouver sur le littoral (sur le Situé dans aucun périmètre de protection des Monuments Historiques, cet ancien corps de garde est
    illustration :
    Corps de garde de Bellangenêt surplombant la falaise IVR53_20082908639NUCA Vue générale du corps de garde de Bellangenêt IVR53_20082908640NUCA Pignon sud et façade est du corps de garde de Bellangenêt IVR53_20082908641NUCA Pignon sud et façade ouest du corps de garde de Bellangenêt IVR53_20082908642NUCA Porte du corps de garde de Bellangenêt, en façade est IVR53_20072909037NUCA
    denominations :
    corps de garde
    historique :
    garde dénommé « corps de garde d´Enesbonal », du nom de la pointe sur laquelle il se situe. Depuis le France. Le duc d´Aiguillon (gouverneur de Bretagne en 1737 puis commandant en chef de la province de 1753 , au moment où la France est en guerre avec l´Angleterre. Sous le règne de Louis-Philippe (1830-1848 La carte de Cassini (réalisée en 1783) mentionne, au-dessus de la plage de Bellangenêt, un corps de 17e siècle, la Bretagne et ses arsenaux se trouvent au coeur des enjeux stratégiques du royaume de à 1768) décide de fortifier la zone littorale pour protéger les ports et les places fortes. La arsenal. En octobre 1746, 5 000 Anglais ont ainsi débarqué dans l´anse du Pouldu afin de faire le siège de Lorient (levé sept jours après leur débarquement). Le corps de garde de Bellangenêt se trouve au coeur d ), un regain de tension avec l´Angleterre entraîne la création en 1841 d´une commission mixte de défense 1859 de la nouvelle artillerie rayée embarquée (plus grande portée que les précédentes pièces d
    localisation :
    Clohars-Carnoët - le Pouldu - en écart - Cadastre : AN 195
    referenceDocumentaire :
    Archives départementales du Finistère. 3 P 34/2 à /8. Matrices cadastrales de Clohars-Carnoët (1823 Archives départementales du Finistère. 222 W 45 à 53. Matrices cadastrales de Clohars-Carnoët , Alain. Les fortifications du littoral. La Bretagne Sud. Editions Patrimoines et Médias, 1998.
  • Ferme, la Rouairie (Le Pertre)
    Ferme, la Rouairie (Le Pertre) Pertre (Le) - la Rouairie - en écart - Cadastre : 1986 AX
    titreCourant :
    Ferme, la Rouairie (Le Pertre)
    description :
    encadrement en briques et linteaux droits en granite ou bois. Le pignon de la remise est en bardeaux. Gros oeuvre en moellons de granite. Modification des baies dans la 2e moitié 20e siècle avec
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Pertre
    historique :
    Ferme modeste, située à la limite communale du Pertre et d'Argentré-du-Plessis, composée de quatre corps de bâtiments : le logis avec cellier à l'arrière, les étables qui sont accolées d'une remise et caractéristique des petites fermes de cette partie de la commune : plan allongé, parti bas, absence d'ouvertures une porcherie isolée. Cet ensemble du 19e siècle, bien que remanié au 20e siècle pour le logis demeure
    localisation :
    Pertre (Le) - la Rouairie - en écart - Cadastre : 1986 AX
1 2 3 4 50 Suivant