Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 633 - triés par pertinence
  • Corps de garde, le Champ de la Rive (Saint-Pol-de-Léon)
    Corps de garde, le Champ de la Rive (Saint-Pol-de-Léon) Saint-Pol-de-Léon - le Champ de la Rive - bâti lâche
    titreCourant :
    Corps de garde, le Champ de la Rive (Saint-Pol-de-Léon)
    annexe :
    de la baie et croiser le feu avec l'île Callot. Cheval affirme qu'au milieu du XVIème siècle l'îlot début du XVIIIème siècle, de poudrière. Le corps de garde est à un quart de lieue de la batterie sur une hauteur à l'Est de Saint-Pol-de-Léon appelé le Champ de la Rive. Après la fin de la guerre de la YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "Sur l'îlot Saint-Anne des ouvrages vont être aménagés dès le Moyen-Age pour défendre le port de Pempoul. Avec l'envasement progressif de ce havre et le batterie et un corps de garde vont être disposés à la fin du XVIIème siècle pour défendre la partie Ouest E 613/3, Fonds Prigent de la Portenoire, major de la capitainerie garde-côtes de Saint-Pol-de-Léon reconstruites, un nouveau corps de garde voûté est élevé au Champ de la Rive (de 21 pieds de long sur 19 de reçoit trois canons en casemates (CHEVAL, Paul. "Les baies de Morlaix et leur défense". Baie de Morlaix
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Vue générale de l'îlôt Sainte-Anne depuis le Champ de la Rive IVR53_20022901926NUCA Vue de la baie de Morlaix depuis le Champ de la Rive, en arrière plan le château du Taureau Plan de situation du corps de garde du champ de la Rive devenu vigie de la douane au cours du 19e siècle, extrait du tableau d'assemblage de la commune de Saint-Pol-de-Léon, 1848, Archives Plan de situation du corps de garde du champ de la Rive devenu vigie de la douane au cours du 19e
    denominations :
    corps de garde
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    signaux. Système défensif de la baie de Morlaix. Vers 1742-1744, le site de l'îlôt Sainte-Anne est Fonction : observer et protéger le havre de Saint-Pol-de-Léon et Pempoul. Poste de relais des de garde voûté est élevé au Champ de la Rive.Il mesurait 21 pieds de long sur 19 de large.
    localisation :
    Saint-Pol-de-Léon - le Champ de la Rive - bâti lâche
  • Château de la Freslonnière (Le Rheu)
    Château de la Freslonnière (Le Rheu) Rheu (Le) - la Freslonnière - en écart - Cadastre : ?
    titreCourant :
    Château de la Freslonnière (Le Rheu)
    etages :
    étage de comble
    description :
    L'environnement du site Le site se trouve à 2km à l'est du bourg et à 1200m au nord de la route , sur une légère pente descendant vers le cours de la Flume. Les bâtiments sont implantés selon une transformation, la façade postérieure est marquée par le décrochement saillant de ce pavillon tandis que le . Le couloir principal destiné aux maitres s’oppose au couloir de service des domestiques. La partie précèdent le château et encadrent la cour d’honneur confèrent un réel apparat à la composition inspirée de toiture révèle davantage le prestige de la famille de Freslon : elle est percée d’une lucarne en calcaire , accostée d’ailerons et couronnée d’un fronton triangulaire portant les armes de la famille. Le pavillon sud . Le chevet à pans coupés est aveugle. La porte principale est une porte en plein-cintre encadrée de reconstruction de la chapelle en 1725. Celle-ci est surmontée d’un oculus vitré encadré de pierre de taille. Le du 18e siècle. Le retable est orné d’un tableau figurant la Vierge de l’Immaculée Conception. La
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Rheu
    illustration :
    Fonds Lagrée - Carte postale ancienne : 609 - Le Rheu (I.-et-V.) - Château de La Freslonnière Château de la Freslonnière - Allée d'arbres partant du corps nord vers le nord IVR53_19753506005Z Bois de la Freslonnière - Chemin en bordure du bois (Est), vue vers le sud IVR53_19753505990Z Bois de la Freslonnière - Chemin en bordure du bois (Est), vue vers le nord IVR53_19753505991Z Château de la Freslonnière - Vue générale antérieure (est) IVR53_19753506008Z Château de la Freslonnière - Corps de garde sud; vue prise de l'ouest IVR53_19753505994Z Château de la Freslonnière - corps de garde et chêne, pris du sud ouest IVR53_19753506003Z Château de la Freslonnière - Corps de garde nord; vue prise du sud IVR53_19753505997Z Château de la Freslonnière - Vue postérieure IVR53_19753505999Z Château de la Freslonnière - Corps de logis sud; façade sud IVR53_19753506002Z
    contenu :
    Le château de la Freslonnière est un élément patrimonial remarquable du territoire rheusois par architecture peut-être rapprochée du château de la Sillandais à Chavagne, bien que le château de la l'ancienneté de son implantation, l'impact historique de la seigneurie et l'architecture du bâtiment. Son
    historique :
    la famille de Freslon depuis son origine jusqu’à nos jours. Aux 16e et 17e siècles, le domaine possédait six métairies sur le territoire du Rheu ainsi que le moulin de l'Olivet, sur le bord de la Flume régional de l'Inventaire de Bretagne, 1986) Son implantation est signalée dès le 12e siècle (1163 ). L’actuel château a été reconstruit au 17e siècle et remanié à la fin du 18e siècle. Le domaine appartient à . La présence de la chapelle Saint-Laurent est attestée dès 1478. Elle fut reconstruite en 1725 par Château reconstruit pour les Freslon dans la 2e moitié du 17e siècle ; chapelle reconstruite en 1725, datée par travaux historiques ; aile sud du logis ajoutée à la fin du 18e siècle. (Service
    localisation :
    Rheu (Le) - la Freslonnière - en écart - Cadastre : ?
    referenceDocumentaire :
    Le Rheu, chronique d'une commune du pays de Rennes RENOULT, Michel. Le Rheu, chronique d'une Le Rheu au pays de Rennes en Bretagne RENOULT, Michel. Le Rheu au pays de Rennes en Bretagne. 1998. Dossier de pré-inventaire 1975 Dossier de pré-inventaire, Service de l'inventaire du Patrimoine de commune du pays de Rennes. 1977.
  • Écart, la Porte (Le Ferré)
    Écart, la Porte (Le Ferré) Ferré (Le) - la Porte
    titreCourant :
    Écart, la Porte (Le Ferré)
    dates :
    1691 porte la date 1692 porte la date 1747 porte la date 1786 porte la date 1792 porte la date 1797 porte la date 1837 porte la date
    description :
    porte secondaire, la date sur le linteau de la porte d'entrée et un double décor pyramidal associé à la , mais en reprennant les pierres de taille initiales. Le linteau de la fenêtre du logis porte Le hameau n'est pas doté d'une réelle organisation, mais on peut toutefois faire la part des choses par peu d'ouvertures en façade. La plus remarquable est la ferme de 1692, dotée de différents éléments de décor sur les linteaux. On trouve notamment un arc en accolade sculpté ainsi qu'une fleur sur la même fleur stylisée. Le second ensemble est composé de quatre fermes formant le même alignement. Les fermes datent de 1747, 1786 et 1797, la dernière remontant au 19e siècle. La ferme de 1747 a une élévation en pierre de taille sur toute la façade principale. La partie occidentale a toutefois été remaniée l'inscription F F P I TRANCHANT 1747. La dernière ferme, isolée, date de 1792. Il s'agit d'une longère qui 1692, sont orientées est-ouest pour la première et nord-sud pour la seconde, mais les deux ouvrent sur
    annexe :
    20093505608NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103502165Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande24. 20103502166Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande24. 20103502167Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande24. 20103502168Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande24. 20103502169Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 111_35_70_bande24. 20103502170Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande25 . 20103502248Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande40. 20103502171Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande25.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Le hameau de la Porte sur le cadastre de 1834. IVR53_20093505608NUCA Façade principale, ferme de 1692, depuis le sud-ouest. IVR53_20103502248Z Corbeau et piédroit droit de la cheminée. IVR53_20103504401NUCA Maison datée 1691, détail de la date. IVR53_20103504398NUCA Maison datée 1692, vue de la cheminée. IVR53_20103504399NUCA Maison datée 1691, détail de la chaîne d'angle. IVR53_20103504428NUCA Façade principale, ferme de 1747. IVR53_20103502165Z Façade principale, ferme de 1747. IVR53_20103502166Z Façade principale, ferme de 1747. IVR53_20103502167Z Vue d'ensemble, fermes de 1786 et 1797. IVR53_20103502168Z
    historique :
    Situé au nord-ouest de la commune, le hameau de Porte est remarquable par la diversité typologique la date de 1591. Une croix datée de 1645, initialement située à l'entrée du hameau est aujourd'hui et chronologique des constructions. On retrouve aujourd'hui huit anciennes fermes dont les dates de construction, toutes indiquées sur les bâtiments, varient de 1691 à 1837. Une jardinière en granite porte même installée au Haut Bois, sur la commune du Ferré.
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Ferré (Le) - la Porte
    referenceDocumentaire :
    p. Le Ferré. Section A dite de la Porte, en deux feuilles, 1e feuille, du n°1 au n°765, par E
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Croix de chemin, le Chêne David (Ruffiac)
    Croix de chemin, le Chêne David (Ruffiac) Ruffiac - le Chêne David - isolé
    titreCourant :
    Croix de chemin, le Chêne David (Ruffiac)
    dates :
    1726 porte la date
    description :
    Croix palis, monolithe, pattée, grecque sur socle ; la croix, de tracé régulier, est chanfreinée sur la face antérieure ; le fût, chanfreiné sur les deux faces, est pourvu d'un empattement en forme de volute dont l'une des volutes est cassée. La face postérieure est plus grossière et sans décor
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de Communes du Val d'Oust et de Lanvaux
    illustration :
    Croix de chemin : schéma réalisé par J. P. Ducouret en 1983 IVR53_20135619513NUCB Croix de chemin : vue générale prise de l'est (état en 1983) IVR53_19835600937X Croix de chemin : vue générale prise de l'est (état en 2010) IVR53_20105606222NUCA Croix de chemin : vue générale prise de l'est (état en 2010) IVR53_20105606214NUCA Croix de chemin : vue générale prise du sud-ouest (état en 1983) IVR53_19835600938X
    denominations :
    croix de chemin
    dimensions :
    la 50.0 cm
    localisation :
    Ruffiac - le Chêne David - isolé
    airesEtudes :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
  • Maison de retenue, la Ménardière (Vezin-le-Coquet)
    Maison de retenue, la Ménardière (Vezin-le-Coquet) Vezin-le-Coquet - la Ménardière - en écart - Cadastre : 1812 A2
    titreCourant :
    Maison de retenue, la Ménardière (Vezin-le-Coquet)
    description :
    au nord surmontés d'un niveau de grenier dans le comble à surcroît ; grange et pressoir dans l'aile sud surmonté d'un grenier dans le comble. Maçonnerie en terre enduite au-dessus d'un solin de schiste Ensemble comprenant un corps de logis principal de plan en U orienté à l'ouest ; écurie au nord -ouest et étable au sud-ouest. Corps de logis de plan rectangulaire élevé d'un étage carré sur rez-de vert. Cadres en bois mouluré cloués sur les carrées de bois des ouvertures. Toitures à croupe couvertes d'ardoise. Ecurie en terre abritant une cheminée augmentée d'une sellerie en brique. Etable en moellon de schiste de Pont-Réan.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Corps de bâtiment sud : porte nord de la grange IVR53_20063505722NUCA Vue de situation nord IVR53_20063505720NUCA Elévation est du corps de logis IVR53_20063500271NUCA Vue générale depuis le sud IVR53_20063500269NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; terre
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_7 :
    schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_20 :
    étage de comble
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_5 :
    croupe ; épi de faîtage
    historique :
    Cet ensemble remarquable, tant par son homogénéïté que par la qualité de son architecture peut être transformée. L'étable au sud-ouest est une construction plus moderne, de la fin du 19e ou du début du 20e daté du 2e quart du 18e siècle ; il s'agissait très probablement d'une maison de retenue appartenant à un riche rennais et dont les fonctions agricoles étaient essentiellement consacrées à la fabrication de cidre. L'édifice, avec une élévation faussement symétrique, fait une large place aux parties utilitaires, des celliers au nord, une grange et un pressoir au sud, lesquelles encadrent la maison
    localisation :
    Vezin-le-Coquet - la Ménardière - en écart - Cadastre : 1812 A2
  • Ferme de la Rue Yves Le Cudennec (Ploubezre)
    Ferme de la Rue Yves Le Cudennec (Ploubezre) Ploubezre - - Rue Yves Le Cudennec - en ville - Cadastre :
    titreCourant :
    Ferme de la Rue Yves Le Cudennec (Ploubezre)
    dates :
    1744 porte la date
    illustration :
    Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation antérieure orientée vers le sud Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation antérieure orientée vers le sud Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation antérieure orientée vers le sud, détail du millésime "1744" situé au-dessus de la porte IVR53_20142205602NUCA Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation antérieure orientée vers le sud, détail de l'appareillage de la façade en moellon équarri de grès schisteux et pierre de taille de granite en Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation antérieure orientée vers le sud, détail Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation antérieure orientée vers le sud, détail de l'une des fenêtres de l'étage à linteau droit et de la corniche en granite IVR53_20142205605NUCA Ploubezre, rue Yves Le Cudennec : logis de ferme, élévation postérieure orientée vers le nord
    localisation :
    Ploubezre - - Rue Yves Le Cudennec - en ville - Cadastre :
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Demeure, la Basse Cour (Le Ferré)
    Demeure, la Basse Cour (Le Ferré) Ferré (Le) - la Basse Cour - isolé
    titreCourant :
    Demeure, la Basse Cour (Le Ferré)
    dates :
    1728 porte la date
    description :
    manoir, notamment par le soin apporté au traitement de la façade. Son implantation en fond de cour est L´élément majeur est le logis, qui sert aujourd´hui de maison, il est implanté au fond d´une cour . Il s´élève sur deux niveaux et est percé de trois travées de fenêtres. La toiture à deux pans est couverte de tuiles mécaniques. Il apparaît comme un élément transitoire entre le logis de ferme et le également un attribut du manoir. Un escalier en granite dessert les chambres de l´étage.
    annexe :
    20103502265Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande43 . 20103502266Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande43. 20103502267Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande44.
    illustration :
    Façade principale et la cour depuis le sud-ouest. IVR53_20103502265Z Vue de la grange nord. IVR53_20103506278NUCA Gerbière de la grange méridionale. IVR53_20103506284NUCA Façade principale de la grange orientale. IVR53_20103506285NUCA Façade principale depuis le sud-ouest. IVR53_20103502266Z Vue du logis depuis le sud-ouest. IVR53_20103506276NUCA Porte du rez-de-chaussée. IVR53_20103506280NUCA Attaches prises dans le mur. IVR53_20103506282NUCA Vue d'ensemble depuis le sud. IVR53_20103506286NUCA Vue d'ensemble depuis le sud. IVR53_20103506287NUCA
    historique :
    ´habitation. On trouve ainsi autour de la cour des bâtiments agricoles du 19e siècle et du début du 20e siècle de logis isolé à trois travées de fenêtres observé sur le territoire. Cette demeure, datée de 1728, fut transformée en ferme avant de retrouver son usage unique d . Comme à la Haie Bourrel construite presque cinquante ans plus tard, on retrouve un logis type du 18e siècle, avec trois travées de fenêtres sur deux niveaux. Cette demeure nous donne un des premiers exemple
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Ferré (Le) - la Basse Cour - isolé
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Maison, le Plessis (La Baussaine)
    Maison, le Plessis (La Baussaine) Baussaine (La) - le Plessis - en écart
    titreCourant :
    Maison, le Plessis (La Baussaine)
    dates :
    1734 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Baussaine
    illustration :
    Le linteau IVR53_20063508654NUCA
    historique :
    indiquée sur le linteau de la porte, on y trouve également une inscription : IEFVL EVERLEP REMIEIVILL ET / 1734 F : P : M : OL : DE : G : MO : .
    localisation :
    Baussaine (La) - le Plessis - en écart
  • Alignement de deux fermes, la Chapronnière (Montreuil-le-Gast)
    Alignement de deux fermes, la Chapronnière (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - la Chapronnière - en écart
    titreCourant :
    Alignement de deux fermes, la Chapronnière (Montreuil-le-Gast)
    dates :
    1727 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    L'alignement de La Chapronnière sur le cadastre de 1843 IVR53_20053515932NUC Vue générale de l'alignement IVR53_20053515935NUCA Chemin creux du Lieu des Champs vers La Chapronnière IVR53_20053515951NUCA
    historique :
    L'alignement mentionné sur le cadastre de 1843 correspond à la ferme que nous voyons aujourd'hui . Cette construction a été édifiée au 17e siècle et remaniée au 18e siècle. D'après la tradition orale , durant la Révolution, des moines vécurent à cet endroit.
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - la Chapronnière - en écart
    referenceDocumentaire :
    Commune de Montreuil-le-Gast. Section A dite du bourg, en trois feuilles, troisième. Du n°767 au n
  • Maison de notable, le Cosquer (Le Quillio)
    Maison de notable, le Cosquer (Le Quillio) Quillio (Le) - le Cosquer - en écart - Cadastre : 1987 ZC 12a
    titreCourant :
    Maison de notable, le Cosquer (Le Quillio)
    genresDestinataire :
    de maître
    dates :
    1738 porte la date
    typologies :
    maison de type ternaire, à balcon. Ancienne cour fermée
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Plan au rez-de-chaussée IVR53_19972200159X
    historique :
    Maison construite en 1738 (porte la date) pour Olivier Ducouedic du Cosquer (inscription) .
    localisation :
    Quillio (Le) - le Cosquer - en écart - Cadastre : 1987 ZC 12a
  • Maison de capitaine dite le Clos Saint-Antoine, 11 rue de la Gandrais (Le Minihic-sur-Rance)
    Maison de capitaine dite le Clos Saint-Antoine, 11 rue de la Gandrais (Le Minihic-sur-Rance) Minihic-sur-Rance (Le) - la Gandrais - 11 rue de la Gandrais - en écart - Cadastre : 1982 A 28, 29
    titreCourant :
    Maison de capitaine dite le Clos Saint-Antoine, 11 rue de la Gandrais (Le Minihic-sur-Rance)
    dates :
    1722 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Minihic-sur-Rance
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation sur le cadastre de 1982 IVR53_20003514494NUC Le logis ancien daté 1722 IVR53_20003514493NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_1 :
    maison de type ternaire
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granulite ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    historique :
    Ce logis qui domine le village de la Gandrais présente les caractéristiques de l'habitat de logis à fonctions combinées (Hommes et animaux sous le même toit) daté 1722 (linteau de la porte ouest). capitaine rencontré sur la commune (volume important, élévation ternaire, toit à croupe). Il remploi un
    localisation :
    Minihic-sur-Rance (Le) - la Gandrais - 11 rue de la Gandrais - en écart - Cadastre : 1982 A 28, 29
  • Maison, la Hors Voie (Le Tronchet)
    Maison, la Hors Voie (Le Tronchet) Tronchet (Le) - la Hors Voie - isolé - Cadastre : 1982 G1
    titreCourant :
    Maison, la Hors Voie (Le Tronchet)
    dates :
    1728 porte la date
    description :
    Cette maison en moellon de granite est couverte d'un toit de chaume. Le linteau de l'une des baies
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    historique :
    Bien qu'il existe une date portée (1728) sur le linteau de la baie du pignon sud, la construction de cette maison est plus récente. Elle a en effet été très remaniée, toutefois, elle reste relativement représentative des maisons qui possèdent un toit couvert en chaume. Ce type de couvertures était du 20e siècle pour être remplacées par de l'ardoise. Les bâtiments qui possédaient à l'origine des toits de chaume sont aisément identifiables car ils possèdent des pentes de toit très fortes. En effet , ces toits très pentus permettaient un ruissellement rapide des eaux de pluie sur ce type de toitures
    localisation :
    Tronchet (Le) - la Hors Voie - isolé - Cadastre : 1982 G1
  • Corps de garde de la Guette (Pléneuf-Val-André)
    Corps de garde de la Guette (Pléneuf-Val-André) Pléneuf-Val-André - la Guette - en écart - Cadastre : 1846 E1 2003 H 1
    titreCourant :
    Corps de garde de la Guette (Pléneuf-Val-André)
    description :
    Le corps de garde de la pointe des Guettes (ou de la Guette), selon les plans projetés en 1744 par porte en oblique. L'édifice de gauche est le magasin attenant, construit en 1795, destiné à abriter M° Dubreuil Dumarchais (AD 35, C 1146), comprenait deux parties : une salle de casernement pour 20 armes, munitions, vivres et matériels divers (qui ne semble pas avoir été couvert). L'emplacement de tir des deux canons de 12 se voit encore en contrebas des bâtiments sur une petite plate-forme protégée par un modeste rempart de terre.
    annexe :
    Chappé) fut implanté sur le belvédère de la Guette. Il pouvait communiquer, d'une part, avec le . Le 5 janvier 1857, le ministre de la guerre décide d'abandonner les anciennes batteries et la guette de la Ville Pichard devenues inutiles pour le service militaire et les remet aux Domaines. Le service Les corps de garde de Pléneuf-Val-André La Guette du Cap Tanguy comprenait deux canons de six une plate-forme, encore visible, en contrebas du fortin, juste au bord de la falaise. Elle pouvait battre la grève Saint-Symphorien ou l'avant-port de Dahouët. Canons et affûts du fort étaient logés , avant d'être rétablis, dans la chapelle de Saint-Symphorien (disparue aujourd'hui). La batterie est de 1ère classe. (AD 22 1 L 727). En 1756, la goélette française "la Cigogne", chargée de matériaux de guerre pour le port de Brest, fut prise en chasse par un navire de guerre anglais. Elle trouva refuge au port de Dahouët, invisible du large. La frégate anglaise abandonna la poursuite après les coups de
    statut :
    propriété de la commune
    observation :
    Le corps de garde des Guettes, restauré au début des années 1990, mériterait d'être protégé.
    appellations :
    Corps de garde de la Guette
    illustration :
    Le corps de garde de la pointe de la Guette en ruines au début du 20e siècle (collection Grimaud Plan de situation du corps de garde de la Guette, 1811 (AD 22) IVR53_20032205062NUCB Vue générale du corps de garde de la Guette aujourd'hui IVR53_20032205049NUCA Ouverture principale vers le large à l'intèrieur du bâtiment annexe du corps de garde vers l'est Emplacement de la batterie du corps de garde de la Guette IVR53_20032205055NUCA Aperçu de la situation géographique et stratégique du corps de garde de la Guette : vue de l'est Vue du corps de garde de la Guette, façade côté mer IVR53_20032205050NUCA Plan des ouvrages de défense de la côte du Penthièvre (AD 22) IVR53_20032205057NUCB Le corps de garde à l'état de ruines en 1980 (collection Grimaud) IVR53_20032205817NUCB Cabane des douanes et batterie de la Guette, 4e quart 19e siècle (AD 22) IVR53_20032205210NUCB
    denominations :
    corps de garde
    historique :
    A la pointe des Guettes (ou de la Guette), le dernier des trois corps de garde que comptait la de garde sur le littoral de la baie de Saint-Brieuc, au Cap d'Erquy, au Château Tanguy, à Dahouët, à commune (il y en avait deux autres à la Pointe des Eaux et au Cap Tanguy) a été réhabilité au cours de l'année 1990, grâce au concours de la municipalité de Pléneuf-Val-André, de l'association des amis du la Cotentin, à Hillion, à la Pointe du Roselier, fut ordonnée par le roi Louis XV pour dissuader le débarquement des vaisseaux de guerre anglais, qui approchaient souvent des côtes. La guette de Dahouët fut corps de garde et d'une subvention du Conseil général. L'implantation des "guettes", batteries et corps
    localisation :
    Pléneuf-Val-André - la Guette - en écart - Cadastre : 1846 E1 2003 H 1
    referenceDocumentaire :
    GRIMAUD Michel, Le GAL LA SALLE, Jean-Pierre. La Glaneuse. Pléneuf-Val-André : Association La p. 135-139 SALLIER DUPIN, Guy. La mer et la révolution dans les Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc : Les
  • Pierre tombale de Louise Le Garec
    Pierre tombale de Louise Le Garec Lanvaudan - Lomelec - en écart
    titreCourant :
    Pierre tombale de Louise Le Garec
    description :
    est placée devant les marches de la porte de la façade ouest de l'édifice.
    statut :
    propriété de la commune
    inscriptions :
    Inscription gravée dans la partie inférieure de la pierre : ICY GIPS LE CORPS DE LOUISSE LE GAREC L'AN 1733. Une inscription gravée de part et d'autre de la croix n'a pas été identifiée.
    dimensions :
    l = 192 ; la = 67
    representations :
    La croix est gravée dans la partie supérieure de la pierre tombale, au-dessus de l'inscription.
    materiaux :
    granite gravé à la pointe
    categories :
    taille de pierre
    emplacements :
    chapelle de Lomelec
  • Maison, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    Maison, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert) Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    titreCourant :
    Maison, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    dates :
    1746 porte la date
    description :
    . Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite ; le linteau de la porte du rez dessert la pièce du premier étage. Le linteau de cette porte témoigne de l'inscription suivante : SACHER -de-chaussée témoigne de la date de 1746. D'autre part, il existe une porte au pignon ouest, qui . A l'intérieur, le rez-de-chaussée est composé d'une pièce à feu unique, équipée d'une cheminée associé à une queue de poisson. Cette pièce du rez-de-chaussée possède deux fenêtres en façade sud, la Cette maison est construite en moellon de granite et possède un toit à longs pans couvert d'ardoise monumentale en granite dont le linteau est décoré en partie centrale d'un écu lisse. Cet écu lisse est soutenu plus à l'ouest, la plus petite, semble avoir été équipée d'un chauffe plats ou potager. Ainsi, dans équipements se trouvent souvent sous une fenêtre et sont composés de plusieurs orifices percés dans une dalle de pierre sur lesquels les plats étaient posés. Sous cette dalle de pierre, se trouve une niche dans
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Linteau de la porte du pignon ouest portant le nom "SACHER" IVR53_20093506202NUCA Détail de la façade IVR53_20103504362NUCA Détail de la fenêtre Est du rez-de-chaussée IVR53_20093506284NUCA Détail de la fenêtre Ouest du rez-de-chaussée IVR53_20093506274NUCA Linteau de la porte daté 1741 IVR53_20093506280NUCA La cheminée de la salle IVR53_20093506273NUCA Détail de la cheminée IVR53_20093506155NUCA Détail du linteau de la cheminée IVR53_20093506275NUCA Intérieur de la fenêtre du rez-de-chaussée IVR53_20093506230NUCA Détail de l'évier situé sous la fenêtre IVR53_20093506061NUCA
    historique :
    Le nom de "Sacher" inscrit sur le linteau de la porte du pignon ouest correspond vraisemblablement bâtiment. Ainsi, elle donne un accès direct et indépendant à la pièce à feu de l'étage, comme si à une époque donnée, le rez-de-chaussée et l'étage avaient constitués deux logements distincts. En effet, le nom de "Sacher" est également présent sur une pierre de la fontaine qui se trouve au sud du bâtiment  ; il est associé à la date de 1869. On peut donc aisément imaginer que les transformations de la maison , en particulier la création de cette porte donnant accès à l'étage, aient été réalisées dans les à celui du propriétaire. Toutefois, il semble que cette porte ait été créée après la construction du
    localisation :
    Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des Le Petit Maine, Terre de privilèges. POIRIER. Le Petit Maine, Terre de privilèges. Société  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Écart, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    Écart, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert) Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    titreCourant :
    Écart, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    dates :
    1741 porte la date 1758 porte la date 1774 porte la date
    description :
    deux demeures sont construites sur le même modèle et datent toutes deux de la seconde moitié du 18e ainsi que la date de 1869. Un pont en granite se trouve également à l'est de l'écart, il enjambe la rivière de la Futaie qui marque la limite des communes de la Bazouge-du-Désert et de Landivy et des départements de l'Ille-et-Vailine et de la Mayenne. Cet écart est composé, à l'ouest, de deux demeures importantes, l'une au nord, l'autre au sud. Ces siècle. A côté de ces deux bâtiments importants, se trouvent encore aujourd'hui à l'est, un ensemble de de l'écart, se trouve une fontaine surmontée d'une pierre portant l'inscription suivante : SACHER
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    L'écart sur le cadastre de 1834 IVR53_20093505527NUCA Pont enjambant la rivière de la Futaie à l'est de l'écart IVR53_20093506132NUCA Bâtiment en ruines situé au sud-est de l'écart IVR53_20103504364NUCA Partie est de l'écart IVR53_20103504368NUCA Bâtiments situés à l'est de l'écart IVR53_20103504365NUCA
    historique :
    particulière car, en 1793, après la débâcle du Mans, le Prince de Talmond tenta de s'exiler en Angleterre, le d'arriver chez son maître. Le capitaine Caillère de la garde nationale se rendit à Malagra afin nationale à Fougères où le prince de Talmond fut reconnu par la fille d'un hôtelier chez qui il avait également organisé, à l'image de Paris, une Fête de la Liberté le 14 juillet 1791. Les demeures du Pont Dom En 1834, lors de la réalisation du premier cadastre communal, cet écart était très développé. Il 30 décembre, sur son chemin, il rencontra une femme qui lui indiqua le chemin de Malagra : à cette époque, la maison de Malagra appartenait à Foubert, propriétaire des moulins à papier. Sa servante reçu du Pont Dom Guérin. Chez le commerçant où la servante se rendit, se trouvaient des gardes nationaux séjourné deux mois auparavant. De Fougères, le prince de Talmond et ses compagnons furent conduits à Rennes  ; il est intéressant de constater que les bâtiments datent peu ou prou de la même époque de
    localisation :
    Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, BARRIE, Roger, RIOULT ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des Le Petit Maine, Terre de privilèges. POIRIER. Le Petit Maine, Terre de privilèges. Société  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Fontaine de Dévotion (Fontaine Miraculeuse), Querrien (La Prénessaye)
    Fontaine de Dévotion (Fontaine Miraculeuse), Querrien (La Prénessaye) Prénessaye (La) - Querrien - isolé - Cadastre : 1988 A2 850
    titreCourant :
    Fontaine de Dévotion (Fontaine Miraculeuse), Querrien (La Prénessaye)
    dates :
    1725 porte la date
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Chèze
    illustration :
    Fontaine. Carte postale ancienne (coll. Le Mouël) IVR53_19952200217XB
    denominations :
    fontaine de dévotion
    canton :
    Chèze (La)
    historique :
    Fontaine de dévotion construite au 17e siècle, remaniée en 1725 ; restaurée au 20e siècle.
    localisation :
    Prénessaye (La) - Querrien - isolé - Cadastre : 1988 A2 850
    airesEtudes :
    Chèze (La)
  • Ancien manoir puis demeure, la Longrais (Vezin-le-Coquet)
    Ancien manoir puis demeure, la Longrais (Vezin-le-Coquet) Vezin-le-Coquet - la Longrais - en village - Cadastre : 1812 B2
    titreCourant :
    Ancien manoir puis demeure, la Longrais (Vezin-le-Coquet)
    dates :
    1607 porte la date
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_15 :
    jardin en fond de parcelle
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    murs :
    pan de bois (?)
    illustration :
    La Longrais sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505665NUCA Corps de logis ouest, détail de la façade est (état en 1973) IVR53_19733500706Z Corps de logis est, élévation nord : détail de la date portée (état en 1973) IVR53_19733500708X Corps de logis est, élévation nord : détail de la date portée IVR53_20063505668NUCA Corps de logis est, élévation sud : détail de la mise en oeuvre de la bauge IVR53_20063500283NUCA Corps de logis ouest : charpente (état en 1973) IVR53_19733500700Z Corps de logis ouest : charpente (état en 1973) IVR53_19733500701Z Corps de logis ouest : charpente (état en 1973) IVR53_19733500703Z Corps de logis ouest : charpente (état en 1973) IVR53_19733500704Z Vue de situation nord-ouest IVR53_20063505666NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    pan de bois (?) ; terre ; enduit
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_20 :
    étage de comble
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    historique :
    , Lucas et de Frelon ; Paul Banéat la mentionne comme ayant été un manoir. Le corps de bâtiment est, daté 1607, est probablement partiellement construit en pan de bois comme le suggère le renfoncement de l'élévation nord. Il a été agrandi vers 1730-1740 par la construction d'un corps de bâtiment en retour d'équerre à l'ouest, un escalier à balustres typique de cette période permettant la communication entre les niveaux des deux bâtiments. Ce nouveau corps de logis conserve une grande cheminée et des boiseries ; il a été remanié au cours du 2e quart du 19e siècle (portes-fenêtres et encadrements de baies) tandis que
    localisation :
    Vezin-le-Coquet - la Longrais - en village - Cadastre : 1812 B2
    referenceDocumentaire :
    Commune de Vezin. Section B, de Montigné (en trois feuilles) Deuxième feuille, dessin, échelle 1 t. 4, p. 304 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le
  • 2ème ferme, puis étable, la Chapronnière (Montreuil-le-Gast)
    2ème ferme, puis étable, la Chapronnière (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - la Chapronnière - en écart
    titreCourant :
    2ème ferme, puis étable, la Chapronnière (Montreuil-le-Gast)
    dates :
    1727 porte la date
    description :
    Le logis de cette ancienne ferme est de type élémentaire à une pièce et la façade est percée d'une porte et d'une fenêtre. Il est construit en terre sur un soubassement en pierre. Le linteau de la
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    La Chapronnière sur le cadastre de 1843 : parcelle 61 IVR53_20053515932NUC Façade principale de la ferme IVR53_20053515931NUCA
    historique :
    En 1843, des dépendances s'élevaient à l'est de cette ferme. La date portée sur le linteau de fenêtre du logis ne correspond pas à la date de construction. En effet, le décor sur les poutres (en pointe de diamant) nous permet de dater cette ferme du premier quart du 17e siècle. Cette ferme fut
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - la Chapronnière - en écart
    referenceDocumentaire :
    Commune de Montreuil-le-Gast. Section A dite du bourg, en trois feuilles, troisième. Du n°767 au n
  • Ferme puis alignement de deux fermes, le Chemin Herbu (Montreuil-le-Gast)
    Ferme puis alignement de deux fermes, le Chemin Herbu (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - le Chemin Herbu - en écart
    titreCourant :
    Ferme puis alignement de deux fermes, le Chemin Herbu (Montreuil-le-Gast)
    dates :
    1750 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    L'alignement sur le cadastre de 1843 IVR53_20053516116NUC Vue de la façade postérieure IVR53_20053516115NUCA Façade principale de l'alignement IVR53_20053502033NUCA
    historique :
    Le cadastre de 1843 mentionne un alignement de deux fermes à cet endroit. La construction de plan ouvertures de la façade principale rend compte de l'organisation d'origine du bâtiment. Il s'agissait d'une ferme à fonctions combinées, c'est-à-dire que le logis et la dépendance s'élevaient sous le même toit rectangulaire abritait deux logis de type élémentaire à une pièce. Les dépendances s'élevaient au sud. Les . La partie ouest est percée d'une porte et d'une fenêtre, tandis que l'accès à la dépendance se
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - le Chemin Herbu - en écart
    referenceDocumentaire :
    Commune de Montreuil-le-Gast. Section B dite de Launay du Han, en cinq feuilles, deuxième. Du n°311
1 2 3 4 32 Suivant