Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 826 - triés par pertinence
  • Architecture commerciale sur la commune de Montreuil-le-Gast
    Architecture commerciale sur la commune de Montreuil-le-Gast Montreuil-le-Gast
    titreCourant :
    Architecture commerciale sur la commune de Montreuil-le-Gast
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    Maison à boutique : 2 rue de la Mézière IVR53_20053516292NUCA Ancien commerce de vélo, puis atelier de forgeron IVR53_20053516294NUCA
    denominations :
    magasin de commerce hôtel de voyageurs
    contenu :
    les rues Centrale, de la mairie et de la Mézière. Ces rues traversent le bourg d'ouest en est. Bien Les maisons à boutique de Montreuil-le-Gast sont majoritairement situées au nord de l'église, dans majorité des constructions ayant abrité des commerces date de la fin du 19e ou du début du 20e siècle. que la plupart des commerces a disparu, l'emplacement des boutiques est encore bien visible. La
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast
  • Le bourg de la commune de Pleyben
    Le bourg de la commune de Pleyben Pleyben
    titreCourant :
    Le bourg de la commune de Pleyben
    illustration :
    Partie nord-est de la place Charles de Gaulle et rue du cimetière, vue depuis le haut de la tour Rue du cimetière et rue Edouard Rolland à l'ouest, vue depuis le haut de la tour-porche de l'église Rue de Carhaix à l'est, vue depuis le haut de la tour-porche de l'église IVR53_20092900595NUCA Partie nord du bourg et rue de la Gare, vue depuis le haut de la tour-porche de l'église Nouvelle salle de spectacle (ARVEST) dans l'enclos de l'ancien presbytère, vue depuis le haut de la Plan du cimetière avec l'emplacement de la croix de mission, 1875 (A. D. Finistère, 2 O 1122 Vue générale du bourg et de la gare au premier plan, vue depuis la colline du C'hrann au nord-est Nouvelle salle de spectacle (ARVEST), dans le jardin de l'ancien presbytère IVR53_20092910301NUCA Localisation des éléments sélectionnés et repérés sur le cadastre actuel (assemblage des sections A Extrait du cadastre de 1813, assemblage des sections C 1, E 1, G 1, H 1, J 2, O 2 (A. D. Finistère
    historique :
    . Le noyau ancien du bourg semble se situer autour et au nord de l'enclos paroissial. La situation de la seconde moitié du 19e siècle et tout au long du 20e siècle que le bourg se développe de manière ´accroissement de la population ; ils forment des ensembles architecturaux cohérents, comme la rue des Ecoles. Le chemin de fer (ligne Châteaulin - Carhaix) atteint Pleyben en 1904 créant le quartier de la Gare au nord ´à atteindre la gare au nord, le village de Kervern au sud. Dans la seconde moitié du 20e siècle Le bourg actuel de Pleyben existe depuis l'époque médiévale. Implanté sur une hauteur dominant le vallon du Vernic (affluent de l´Aulne) au nord et à l'ouest et la vallée de l´Aulne à trois kilomètres au sud, le bourg profite d´une situation de carrefour au croisement des axes est-ouest (Carhaix - Châteaulin) et nord-sud (Morlaix - Quimper). La prospérité de cette riche paroisse agricole s'affiche dans l nombreuses foires dont témoigne encore la configuration de la vaste place Charles de Gaulle. Ainsi en 1813, l
    referenceDocumentaire :
    Site de la commune de Pleyben : http://www.mairiepleyben.fr.
  • Le patrimoine militaire de la commune de Crozon
    Le patrimoine militaire de la commune de Crozon Crozon
    titreCourant :
    Le patrimoine militaire de la commune de Crozon
    annexe :
    D'autres dossiers, complémentaires de celui-ci, ont été rédigés dans le cadre d´une étude Trez-Rouz, De la pointe Sainte-Barbe aux lignes de Quélern, Retranchements et batteries, champs de thématique régionale sur les fortifications littorales de Bretagne-nord. Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2002 - Guillaume Lecuillier : Bretagne, Finistère, Crozon, Ile de l ´Aber, Corps de garde crénelé n°2 modifié, année "1862" : . Voir aussi enquête thématique régionale , Finistère, Crozon, Postofort, Postolonnec, Corps de garde crénelé n°2 modifié, année "1860" : . Voir aussi , Finistère, Crozon, Morgat, Rulianec, Corps de garde crénelé n°3, année "1861" : . Voir aussi enquête , Pointe de Morgat, Beg ar Gador ou pointe du Kador, Corps de garde crénelé n°2 modifié, année "1861  : Bretagne, Finistère, Crozon, Pointe de Lostmarc´h, Eperon barré : . Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2002 - Guillaume Lecuillier : Bretagne, Finistère, Crozon, Plage de
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    illustration :
    Vue de l'emplacement de la motte féodale de Rozan transformée en four à chaux au 19e siècle Vue générale de la plage de Lostmarc'h située au nord de Sainte-Anne-la Palue : obstacles de plages Vue du corps de garde de la pointe du Kador IVR53_20072906141NUCA Vue de la plate-forme à quatre positions de pièces de la batterie basse du Kador Vue de l'éperon barré de Lostmarc'h IVR53_20062904388NUCA Vue des vestiges du corps de garde de Lostmarc'h IVR53_20062904400NUCA Vue des poudrières de l'Ile des Morts IVR53_20072906877NUCA Vue du corps de garde de Rulianec, actuellement complexe résidentiel de tourisme Vue du corps de garde de Postolonnec, actuellement centre de vacances IVR53_20022902977NUCA Vue de l'une des quatre casemates de type 669 de Landaoudec IVR53_20042904360NUCA
    contenu :
    des fortifications littorales a été piloté par le service régional de l'Inventaire de Bretagne sous la du patrimoine » et édité aux Presses universitaires de Rennes. Le cadre géographique correspond à la d'Ouessant et la côte nord Finistère. Cette publication englobe donc à la fois le pays de Brest, la partie occidentale du Parc naturel régional d'Armorique et le parc marin d'Iroise. Le patrimoine militaire de la alors d´étagement des fortifications. C´est le cas par exemple des ouvrages de la pointe de Cornouaille Bretagne (70%), le département du Finistère (20%) et la Direction régionale des Affaires Culturelles (10  : « Les Fortifications de la rade de Brest : défense d´une ville-arsenal » En 2010, un ouvrage a été consacré aux Fortifications de la rade de Brest et à la ville-arsenal de Brest dans la collection « Cahier défense de Brest en tant que « ville-arsenal », il inclut par conséquent les communes littorales de la rade de Brest : du goulet de Brest à l'Aulne maritime en passant par la Presqu'île de Crozon, l'île
    historique :
    Le patrimoine militaire a fait l'objet d'une étude exhaustive sur une période allant du 17e siècle
    referenceDocumentaire :
    CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE. GLAD : Le portail des patrimoines de Bretagne. Fortifications littorales de Bretagne-nord (http://patrimoine.region-bretagne.fr).
  • Le colombier de Lillemer sur la commune de Lillemer
    Le colombier de Lillemer sur la commune de Lillemer Lillemer
    titreCourant :
    Le colombier de Lillemer sur la commune de Lillemer
    illustration :
    Colombier seigneurial, bourg de Lillemer IVR53_20073500544NUCA
  • Le patrimoine militaire de la commune de Camaret-sur-Mer
    Le patrimoine militaire de la commune de Camaret-sur-Mer Camaret-sur-Mer - toute la commune - isolé
    titreCourant :
    Le patrimoine militaire de la commune de Camaret-sur-Mer
    annexe :
    des fortifications littorales a été piloté par le service régional de l'Inventaire de Bretagne sous la du patrimoine » et édité aux Presses universitaires de Rennes. Le cadre géographique correspond à la d'Ouessant et la côte nord Finistère. Cette publication englobe donc à la fois le pays de Brest, la partie occidentale du Parc naturel régional d'Armorique et le parc marin d'Iroise. Le patrimoine militaire de la alors d´étagement des fortifications. C´est le cas par exemple des ouvrages de la pointe de Cornouaille régionale (recensement du patrimoine maritime). Galifo Agnès. Ouvrages fortifiés de la pointe du Toulinguet Bretagne (70%), le département du Finistère (20%) et la Direction régionale des Affaires Culturelles (10  : « Les Fortifications de la rade de Brest : défense d´une ville-arsenal ». En 2010, un ouvrage a été consacré aux Fortifications de la rade de Brest et à la ville-arsenal de Brest dans la collection « Cahier défense de Brest en tant que « ville-arsenal », il inclut par conséquent les communes littorales de la
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    illustration :
    Corps de garde de la Tour Vauban IVR53_20102900171NUCA Four à boulets de la Tour Vauban IVR53_20102900172NUCA Tour de défense de la pointe du Toulinguet IVR53_20112905872NUCA Vue du corps de garde défensif du petit Gouin et des anciennes batteries IVR53_20122900767NUCA Corps de garde défensif du petit Gouin (1859) IVR53_20112905812NUCA Porte menant à la pointe du Toulinguet IVR53_20112905862NUCA Batteries de Kerbonn, dominant l'anse de Pen-Hat IVR53_20122900458NUCA Batterie de Kerbonn, actuellement musée IVR53_20122900450NUCA Batterie de Kerbonn, actuellement musée IVR53_20122900448NUCA Batteries de Kerbonn IVR53_20122900452NUCA
    historique :
    Le patrimoine militaire a fait l'objet d'une étude exhaustive sur une période allant du 17e siècle
    contribution :
    Le Lu Stéphanie
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - toute la commune - isolé
    referenceDocumentaire :
    DION, Michel. Batteries, réduits, tours, forts, casemates. De Camaret et Roscanvel . Imprimerie de
  • Le cimetière et le monument aux morts sur la commune de Lillemer
    Le cimetière et le monument aux morts sur la commune de Lillemer Lillemer
    titreCourant :
    Le cimetière et le monument aux morts sur la commune de Lillemer
    illustration :
    Le cimetière IVR53_20073505116NUCA
  • Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Vezin-le-Coquet
    Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Vezin-le-Coquet Vezin-le-Coquet
    titreCourant :
    Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Vezin-le-Coquet
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    illustration :
    Le monument aux morts de la guerre de 1914-1918 IVR53_20063505590NUCA Cimetière : vue de situation depuis le sud-ouest IVR53_20063505611NUCA Ancienne croix de cimetière, place de l'église IVR53_20063500205NUCA Croix de mission, rue de Rennes IVR53_20063505597NUCA
    denominations :
    croix de chemin croix de cimetière
    contenu :
    Le patrimoine religieux de la commune est représenté par l'église paroissiale et son mobilier, par siècle. Le monument aux morts de la guerre de 1914-1918 a été implanté sur la bordure nord de l'ancien après la guerre, et présente une architecture typique de cette période. Les croix érigées sur le placître. Le cimetière a été transféré à l'entrée est du village à la fin des années 1930 ou peut-être territoire communal datent principalement de la 2e moitié du 19e siècle ; parmi elles, il faut remarquer la croix de mission (1874) située au sud de la route de Rennes et la croix du Tertre (1876) à la croisée de l'ancienne route nationale et du chemin de la Tramabonnière. Parmi les chapelles mentionnées par l'historien manoir du Groeselier et de la Retardais, abandonnées à la fin du 19e siècle, ont disparu. plusieurs croix, ainsi que par le monument aux morts et le cimetière. Attestée dès le Moyen Age comme étant une chapelle, l'église fut reconstruite au 15e siècle puis reprise de manière importante entre 1820 et
    localisation :
    Vezin-le-Coquet
    referenceDocumentaire :
    OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd p. 1309-1311 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de France. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes. t. 4, p.299-308 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul . Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929. t. 3, p. 362, 574, t. 6, p. 447-456 Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.
  • Alignement de trois logis, le Bréviel (La Selle-Guerchaise)
    Alignement de trois logis, le Bréviel (La Selle-Guerchaise) Selle-Guerchaise (La) - le Bréviel - isolé
    titreCourant :
    Alignement de trois logis, le Bréviel (La Selle-Guerchaise)
    description :
    Cet alignement de trois logis est construit en moellon de grès enduit et est couvert d'ardoise.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Selle-Guerchaise
    illustration :
    Alignement sur le cadastre de 1827 IVR53_20043514418NUCA Dépendance à l'est de l'alignement IVR53_20043514417NUCA
    canton :
    Guerche-de-Bretagne (La)
    historique :
    s'agir de celui que l'on voit aujourd'hui, cependant la construction a subi de nombreuses modifications , notamment au niveau des ouvertures. Au début du 19e siècle, le Village de Bréviel était composé de cinq Un alignement est mentionné à cet endroit sur le cadastre napoléonien achevé en 1827. Il pourrait
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Selle-Guerchaise (La) - le Bréviel - isolé
    referenceDocumentaire :
    Commune de La Selle-Guerchaise. Section Unique, en une feuille. Levée par Mr Chalette, géomètre de
  • Le lotissement de la mine, la route de Nantes, et les écarts de la commune de Pont-Péan
    Le lotissement de la mine, la route de Nantes, et les écarts de la commune de Pont-Péan Pont-Péan
    titreCourant :
    Le lotissement de la mine, la route de Nantes, et les écarts de la commune de Pont-Péan
    illustration :
    La route de Nantes IVR53_20083507129NUCA Le lotissement, route de Nantes IVR53_20083500346NUCA Ecart de la croix IVR53_20083507132NUCA La ferme de Tellé IVR53_20083500353NUCA Le lotissement ouvrier, rue du Midi, dans les années 1930. (Coll. Part., Charles Seigneur, Pont
    contenu :
    ville et les écarts : Lors de la réalisation des premiers cadastres communaux de 1812 et 1843, le et aux abords de la route de Nantes. L´écart le plus grand était la Galasière qui se situe à l´ouest des Landes, à Gaubert, à la Galasière et au Pavillon. La route de Nantes : Le bourg s'est développé de la commune. Les écarts les plus anciens se trouvant également dans cette partie ouest, à la Croix aux abords de la route de Nantes, et s´identifie à un vaste village rue. Cette ancienne route royale . Celle ci a été édifiée pour faciliter le déplacement des troupes françaises pour faire face à la menace greffer aux abords de cette grande artère, du milieu du 18e siècle à nos jours. Le lotissement ouvrier partie des 500 ouvriers qui devaient être employés lors de la réouverture de la mine. Les maisons toutefois un intérêt patrimonial lié à l'histoire de la mine et des premières implantations de lotissements Sous cette appellation sont regroupés tous les dossiers d'ensemble ouverts sur la commune. La
    referenceDocumentaire :
    1430.PONT-PEAN (I.-et -V.), Cité Ouvrière de la Mine - Rue du Midi., Reproduction de carte postale
  • Ecart, la Potinière (Montreuil-le-Gast)
    Ecart, la Potinière (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - la Potinière - en écart
    titreCourant :
    Ecart, la Potinière (Montreuil-le-Gast)
    description :
    L'écart de La Potinière se situe au nord de la commune de Montreuil-le-Gast. Il se compose de constructions anciennes implantées majoritairement au nord de la route. Ce hameau a été peu modifié par des
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    L'écart de La Potinière sur le cadastre de 1843 IVR53_20053516055NUC Vue générale de l'écart IVR53_20053516068NUC
    historique :
    L'écart de la Potinière est composé de maisons et de fermes construites entre le 16e siècle et la
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - la Potinière - en écart
    referenceDocumentaire :
    Commune de Montreuil-le-Gast. Section A dite du bourg, en trois feuilles, première. Du n°1 au n°484
  • Le village et les écarts de la commune de Feins
    Le village et les écarts de la commune de Feins Feins
    titreCourant :
    Le village et les écarts de la commune de Feins
    illustration :
    La Rue : village rue IVR53_20053509539NUC Le Breil : hameau-paquets IVR53_20053509119NUC Le bourg et les villages alentours IVR53_20053509172NUC Le Boulet Prioul : hameau-rangé IVR53_20053509142NUCA La Chevrolais : village éclaté IVR53_20053509480NUCA
    contenu :
    qualifiés de village-rue (le plus représentatif étant celui nommé la Rue, les Cours Boulet, la Croix Rompue Guillot et le Breil) et trois ont des fermes sans aucune organisation et semblent éclaté (la Chevrelais , les Cours Roussel et la Bigotais). Le bourg est un village ecclésial dont la structure est encore lisible. Les cinq principaux axes convergent vers la place de l'église. Les maisons les plus anciennes Cours Roussel ont gardé leur structure et ne sont pas totalement englobés dans le bourg. Quatre sont et les Coudreaux), deux de hameau-rangé (Poscé et Boulet Prioul), deux de hameau-paquets (les Cours , datées du 17e siècle, sont autour de l'église. Tandis que les maisons et commerces de l'époque contemporaine se construisent sur l'axe principal Montreuil-sur-Ille / Sens de Bretagne.
    referenceDocumentaire :
    Commune de Feins, section A2 du bourg, en 3 feuilles, 2ème feuille. Levée par Beuscher, géomètre du Commune de Feins, section A1 du bourg, en 3 feuilles, 1ère feuille. Levée par Beuscher, géomètre du Commune de Feins, section C1 de Champbellé, en 3 feuilles, 1ère feuille. Levée par Beuscher Commune de Feins, section A3 du bourg, en 3 feuilles, 3ème feuille. Levée par Beuscher, géomètre du
  • Ferme, la Picotière (Montreuil-le-Gast)
    Ferme, la Picotière (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - la Picotière - en écart
    titreCourant :
    Ferme, la Picotière (Montreuil-le-Gast)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    La Picotière sur le cadastre de 1843 IVR53_20053515987NUC Vue aérienne de la ferme de la Picotière IVR53_20053515986NUCA Vue de l'espace d'habitation IVR53_20053515988NUCA
    historique :
    Les bâtiments de cette ferme sont ceux représentés sur le cadastre de 1843. Les corbelets de nous permettent pas de dater la ferme avec plus de précision.
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - la Picotière - en écart
    referenceDocumentaire :
    Commune de Montreuil-le-Gast. Section A dite du bourg, en trois feuilles, troisième. Du n°767 au n
  • Manoir, la Jandière (Montreuil-le-Gast)
    Manoir, la Jandière (Montreuil-le-Gast) Montreuil-le-Gast - la Jandière - en écart
    titreCourant :
    Manoir, la Jandière (Montreuil-le-Gast)
    description :
    Le manoir se compose de bâtiments présentant un plan en S. L'espace d'habitation possède sa façade principale au sud. La construction en retour d'équerre abrite l'étable et l'écurie. Celle en façade
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    Le manoir de La Jandière sur le cadastre de 1843 IVR53_20053516093NUC Vue est de la remise IVR53_20053516099NUCA Vue de la corniche sculptée IVR53_20053516106NUCA Vue générale de la façade postérieure IVR53_20053516108NUCA La Jandière sur une photo ancienne IVR53_20053516095NUCA Porte de l'écurie IVR53_20053516097NUCA Vue sud-est de l'écurie IVR53_20053516098NUCA Corbelets de l'espace d'habitation IVR53_20053516105NUCA
    historique :
    Jusqu'au milieu du 20e siècle, le manoir de La Jandière et ses dépendances étaient organisés selon ancien moulin à eau. Deux anciennes chaussées permettaient de rejoindre le bois de Cranne et la maison un plan en U. La dépendance à l'ouest, qui abritait un fournil, le pressoir et le cellier a disparu . Le cadastre de 1843 mentionne également au nord des anciennes douves (?). Au nord-est, se trouvait un que les propriétaires du manoir avaient fait construire au début du 19e siècle sur la commune de Saint  ; ils forment la moitié d'un quadrilatère de 40 à 50 mètres de côté et semblent marquer l'emplacement de l'ancien jardin du manoir. La Jandière appartenait aux Le Chanoine en 1427 et 1553, aux du Han en 1650 et fut alors unie à la seigneurie de Launay. Les de Pontual seigneurs de Launay la vendirent en 1734 aux anciennes ouvertures de la façade sud. , une cheminée à colonnes polygonales et une avenue à l'est. Il précise qu'au nord de cette avenue, et à
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast - la Jandière - en écart
  • Les églises, les croix de chemin et le cimetière de la commune de Feins
    Les églises, les croix de chemin et le cimetière de la commune de Feins Feins
    titreCourant :
    Les églises, les croix de chemin et le cimetière de la commune de Feins
    illustration :
    Le monument aux morts de 1921 IVR53_20053509084NUC Croix en bois de la deuxième moitié du 19e siècle (Croix Notelle) IVR53_20053509036NUCA Carte postale ancienne de l'église IVR53_19943500549X Christ en croix à la Bigotais (16e / 17e siècles) IVR53_20053509057NUCA La Croix Rompue (20e siècle) IVR53_20053509078NUCA Grotte de Notre Dame de Lourdes IVR53_20053509073NUCA Croix de cimetière IVR53_20053509065NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    fût carré (à la Croix Rompue). Une se distingue des autres, celle de la Croix Rompue. Le nom du lieu siècle. Les plus anciennes se remarquent par leur fût chanfreiné. Celles de la deuxième moitié du 19e -dit tire son nom de cette croix dont le socle est formé des morceaux d'une croix du 18e siècle. Une grotte de Lourdes a été aménagée non loin de l'étang du Boulet. Sur le cadastre napoléonien de 1828 La croix de cimetière a été érigée en 1882, lors de la translation des corps de l'ancien au nouveau Eglise et monument aux morts L'église du 16e siècle a été remaniée au 18e siècle et 20e siècle. Le monument aux morts était composé d'une statue de Poilu, aujourd'hui disparue. Il a été érigé en 1921 . Croix, calvaires et Grotte de Lourdes Il existe quatre croix de chemin et quatre calvaires. Les plus anciens remontent aux 16e / 17e siècles (par exemple à la Bigotais) et les plus récentes sont du 20e siècle sont généralement en bois (à la Croix Notelle) et celle du 20e siècle est en granite et avec un
    referenceDocumentaire :
    ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour Feins. L'église et la place. Carte postale, [Rennes] : E. Mary-Rousselière, [s. d]. (A. D. Ille-et Feins. Le monument aux morts. Carte postale, [s. l.] : H. Morel, édit., 1930.
  • Le village de la Fontenelle (La Fontenelle fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    Le village de la Fontenelle (La Fontenelle fusionnée en Val-Couesnon en 2019) Val-Couesnon - Fontenelle (la) - en village
    titreCourant :
    Le village de la Fontenelle (La Fontenelle fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Antrain
    illustration :
    Le village sur le cadastre de 1823 IVR53_20083505015NUC La mairie de la Fontenelle IVR53_20133500277NUCA Bâtiments situés au nord de l'église IVR53_20123501594NUCA Bâtiments situés au nord de l'église IVR53_20123501597NUCA Maisons situées à l'ouest de l'église IVR53_20123501603NUCA Commerce situé dans le village IVR53_20123501604NUCA Maison au nord de l'église, vue générale IVR53_20133500354NUCA Le presbytère IVR53_20133500356NUCA
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de La Fontenelle
    historique :
    Le village de la Fontenelle est situé sur une hauteur, cette commune correspond en effet au point culminant du canton d’Antrain. En 1823, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune, le ». L’urbanisme du village a très peu évolué depuis le début du 19e siècle : la grande place située à l’ouest de sont venues depuis cette époque augmenter le village ; il s’agit entre autres de la mairie-école et de …) évoque le début du 16e siècle. Le presbytère de la Fontenelle était situé à quelque distance au nord du 1823, le cimetière était encore autour de l’église, il a été transféré au sud-est du village à la fin siècle au nord-ouest du village. Quelques constructions de la fin du 19e siècle ou du début du 20e siècle la maison à boutique qui se trouve au sud de la place qui abrite toujours actuellement un commerce . De nombreux autres commerces existaient selon toute vraisemblance dans le village : café, épicerie est-il de l’une des maisons situées au nord de l’église dont le décor des baies (accolades, fleurons
    localisation :
    Val-Couesnon - Fontenelle (la) - en village
    referenceDocumentaire :
    : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Patrimoine écrit d'Ille-et-Vilaine. Les Fastes de la République. Monographie de la commune de Rimou . Patrimoine écrit d'Ille-et-Vilaine : Les Fastes de la République. Monographie de la commune de Rimou ou Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884. ou admirable conduite de Marie Colin, de Gilles Trébourg, de l'abbé Macé en 1795 et 1796 admirable conduite de Marie Colin, de Gilles Trébourg, de l'abbé Macé en 1795 et 1796. Par Victor
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance)
    Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance) Vicomté-sur-Rance (La) - le Châtelier - en écart
    titreCourant :
    Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance)
    annexe :
    Recensement de la population en 1881 Recensement de la population en 1881, chefs de famille (A.D , pensionnaire retraitée [3] Hebbert Jean, maçon Pissaire Louis, tailleur de pierres Roulin Jean Marie Union Malouine et Dinanaise, 17 avril 1859 "Aujourd'hui samedi (17 avril 1859), vers midi, le feu s'est manifesté dans une maison inhabitée et couverte de chaume, appartenant au sieur Jacques Lemeée de Pleudihen (...). Seize maisons sont en cendres ! Ainsi que la plus grande partie des mobiliers qu'elles
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Dinan
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1817, le Chatellier IVR53_20162206829NUCA Extrait du cadastre de 1844, le Châtelier IVR53_20162206831NUCA Rue des Freshes, alignement de trois logis, en 1817 le premier logis appartenait à Joseph Soucquet Rue du Mont Joly, alignement de logis mentionnés sur le cadastre de 1811, certaines ouvertures ont Extrait du cadastre de 1817, pointe du Châtellier IVR53_20162206830NUCA Dessin, le Châtellier, par Yvonne Jean-Haffen entre 1937 et 1944 IVR53_20162206832NUCA Vue prise du Châtelier vers le port du Lyvet IVR53_20152200176NUCA Vue prise du Chatelier vers le port du Lyvet IVR53_20152200177NUCA Impasse du Val, alignement de maisons, 17e siècle IVR53_20152200170NUCA Impasse du Val, alignement de maisons, 17e siècle et 19e siècle IVR53_20152200171NUCA
    contenu :
    Coriosolites, avant la conquête de la Gaule par les Romains. Un gué le reliait à Taden ainsi qu'une voie gallo -romaine. Le service d'un bac Légèrement à l'écart du village, plus proche des rives de la Rance, se situe carrelet construites vers les années 1970. Le hameau Regroupé à l'est de la pointe du Châtelier, le hameau Un site d’éperon barré Le Châtelier vient du latin "castellum" indiquant une fortification de promontoire de près de 6 hectares qui domine une courbe de la Rance par des falaises abruptes actuellement en contrebas la maison du passeur, Guillaume Nivet en 1817 (registre des matrices du cadastre). Le plan de 1844 mentionne à cet emplacement deux bateaux, simples barques sans mât qui permettaient le transit entre les rives de la Rance. Un quai d'embarquement a été construit dans la deuxième moitié du 19e sud-est. Chaque logis possède un jardin, le plus souvent disposé à l'arrière et clos de murs. Le plupart des anciens logis sont modifiés au 19e siècle mais conservent des traces de leur ancienneté. Le
    localisation :
    Vicomté-sur-Rance (La) - le Châtelier - en écart
    referenceDocumentaire :
    Annales Société d'histoire et d'archéologie Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 2004. Cadastres anciens Cadastres et états de sections.
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Le village de Javené
    Le village de Javené Javené - en village
    titreCourant :
    Le village de Javené
    illustration :
    Le bourg sur le cadastre napoléonien de 1820 IVR53_20143507242NUCA Détail de la croix IVR53_20143501524NUCA Bâtiment situé rue de la Grande Marche IVR53_20143501495NUCA Détail de la façade IVR53_20143501496NUCA Ecole de la rue du Couesnon IVR53_20143501650NUCA Vue nord de l'église IVR53_20143501604NUCA Vue nord-est de l'église IVR53_20143501621NUCA Vue nord-est de l'église IVR53_20143501614NUCA La mairie et la médiathèque IVR53_20143501648NUCA Le lavoir IVR53_20143510014NUCA
    historique :
    Lors de la réalisation du premier cadastre communal en 1820, le village de Javené était très peu développé et se limitait alors à une dizaine de constructions implantées autour de l'église. Le presbytère était un peu excentré au nord-est. A la charnière des 19e et 20e siècles, la construction de nouveaux , il a aujourd'hui disparu. Aujourd'hui, le village de Javené s'est considérablement développé du fait de la création de plusieurs lotissements, particulièrement au nord et à l'ouest du village ancien. bâtiments avait permis le développement du village. Ainsi, une école communale avait été fondée en 1874 , elle était gérée par un frère. Un lavoir en granite et en bois avait également été installé au sud de l'église en 1904. A l'origine, un abreuvoir pour les animaux des agriculteurs du bourg jouxtait le lavoir
    referenceDocumentaire :
    d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Collection Le Patrimoine des communes de France). Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le département Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, Le patrimoine des communes
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Montreuil-le-Gast
    Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Montreuil-le-Gast Montreuil-le-Gast
    titreCourant :
    Architecture religieuse, funéraire ou commémorative sur la commune de Montreuil-le-Gast
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Montreuil-le-Gast
    illustration :
    L'église de Montreuil-le-Gast IVR53_19943500884X Le cimetière IVR53_20053516337NUCA Croix en bois à la Potinière IVR53_20053515885NUCA La croix Fourfan IVR53_20053515884NUCA La croix Thomas IVR53_20053515888NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    château. En 1705, le seigneur de la Motte, Jean Picquet, fit construire une nouvelle chapelle près de son et sur le portail, nous pouvons lire l'inscription : L'an 1845 les fidèles de Montreuil-le-Gast ont éléments ont été conservés. La chapelle de Launay-du-Han : En 1678, il existait une chapelle près du "manoir du Han". La terre de Launay-du-Han fut ensuite vendue aux Carmes-Déchaussés de Rennes, qui de la Potinière et de la Picotière. La croix monumentale au centre du cimetière date du 16e siècle. L'église : Dédiée à Saint Sulpice, évêque de Bourges, l'église de Montreuil présente un plan simple laissèrent la chapelle tomber en ruine. Il n'en reste aucune trace. Les croix : On compte aujourd'hui dix croix et calvaire sur le territoire communal. Elles sont élevées en granite, sauf deux en bois, celles
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Montreuil-le-Gast
    referenceDocumentaire :
    A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration générale de la commune. Édifices publics. Monuments et établissements publics. Cimetière, mur de clôture ; reconstruction : rapport, correspondance
  • Le bourg de Huelgoat
    Le bourg de Huelgoat Huelgoat - Bourg - en village
    titreCourant :
    Le bourg de Huelgoat
    illustration :
    Le bourg avant 1865. Lithographie de Sabatier, d´après un dessin de Félix Benoist (dans : La En bas de la venelle de Carn Ar Guillou : le site du canal supérieur IVR53_20092905243NUCA Vue depuis le clocher de la chapelle Notre-Dame-des-Cieux, vers le nord IVR53_20092900151NUCA Vue depuis le clocher de la chapelle Notre-Dame-des-Cieux, vers le nord : rue des Cieux Le quartier de Kermaria et la chapelle Notre-Dame-des-Cieux IVR53_20092900169NUCA Vue aérienne de la place Aristide Briand. Carte postale, années 1970 IVR53_20092905061NUCB Partie ouest de la place Aristide Briand et rue de Berrien IVR53_20092900154NUCA Rue du Général De Gaulle : vue vers le lac IVR53_20092900171NUCA Rue de la Roche Tremblante : ancien annexe de l'Hôtel de France IVR53_20092905242NUCA Le bourg en 1836. Section C 1 (A.D. Finistère, 3 P 84) IVR53_20092905057NUCB
    historique :
    de l´ancienne fortification (enceinte, château), le noyau ancien garde la mémoire d´une configuration partir de 1850, d´abord le long de la route départementale 14 au sud, entre Kermaria et la Montagne, puis , ponctuellement, à l´est de la chapelle Notre-Dame des Cieux (maison et parc de la Retraite), le long du lac (rue édifices, la maison de retraite de Mont Le Roux, rue des Cieux, et l´ancien sanatorium construit dans l esquisses de faubourgs au nord et au sud du centre. La création, au 18e siècle, du lac artificiel avec pont -barrage par la compagnie des mines de basse Bretagne est en lien direct avec l´importance des ouvrages situés sur le territoire de Huelgoat (canal supérieur). L´emplacement stratégique du lieu, l une évolution démographique favorable faisant de Huelgoat un lieu de foires et de marchés réputés. Le cadastre de 1836 reflète bien cette réalité, avec, au sud, l´ancien faubourg dominée par la chapelle Notre -Dame des Cieux située à l´extrémité de l´actuelle rue des Cieux, qui, avec la rue des Cendres au nord
    referenceDocumentaire :
    LA BRETAGNE CONTEMPORAINE. Nantes, 1865 (lithographie de Sabatier, d´après un dessin de Félix A.D. Finistère, 3 P 84. Cadastre de 1836. A.D. Finistère, 2 O 597-599 (mairie, halles, maison de police, écoles, cimetière, lavoirs, abattoir
  • Village de Vezin-le-Coquet
    Village de Vezin-le-Coquet Vezin-le-Coquet - Cadastre : 1812 A1 1812 A2 1812 B1
    titreCourant :
    Village de Vezin-le-Coquet
    annexe :
    témoigne de l'implantation des bâtiments sur le pourtour de l'Eglise et au sud de la route de Montfort. Au Un plan cadastral dressé en 1934 à l'occasion du projet de construction d'un groupe scolaire nord-ouest, se trouvaient la mairie et l'ancienne école primaire, ensemble construit en 1840 par l'architecte rennais Langlois. L'angle nord-est était occupé par un ensemble de bâtiments anciens aujourd'hui détruits (11,13 rue de Montfort).
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    illustration :
    La partie nord-ouest du village sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505605NUCA Le centre du village sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505606NUCA L'entrée est du village sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505607NUCA Plan cadastral du centre du village, pour acquisitions de terrain en vue de la construction d'un La rue de Montfort depuis l'ouest IVR53_20063505608NUCA Vue aérienne vers le nord en 1984 IVR53_19843500598V groupe scolaire (dressé par Pierre Laloy, le 26 juillet 1934) IVR53_20063517721NUCA Plan du terrain et du bâtiment à désaffecter au nord de l'église, 17 avril 1939 Vue d'ensemble depuis le nord en 1973 IVR53_19733500740X Vue d'ensemble depuis le sud en 1973 IVR53_19733500741X
    historique :
    la croix de l'ancien cimetière, datent des 16e et 17e siècles. Implantées le long de l'axe principal est-ouest, la rue de Montfort, et autour de l'église paroissiale, plusieurs d'entre elles ont été détruites à l'époque contemporaine. Le cadastre de 1812 présente un noyau ancien peu développé et de nombreuses implantations satellites isolées (la Rozais, la Cochardière, le Bas-Vezin). La densification du bâti s'est effectuée à partir de la 2e moitié du 19e siècle, mais la véritable mutation du village a eu lieu après la Seconde Guerre mondiale avec l'implantation d'un premier lotissement au sud-est dès les années1950-1960, puis d'un second à l'ouest au début des années 1970. Depuis lors, le village, marqué par sa proximité de Rennes, ne cesse de croître par l'adjonction de lotissements successifs.
    localisation :
    Vezin-le-Coquet - Cadastre : 1812 A1 1812 A2 1812 B1
    referenceDocumentaire :
    Commune de Vezin. Section A de la Rozais (en deux feuilles) Première feuille, dessin, échelle 1 Commune de Vezin. Section A de la Rozais (en deux feuilles) Deuxième feuille, dessin, échelle 1 Commune de Vezin. Section B, de Montigné (en trois feuilles) Première feuille, dessin, échelle 1 A.D. Ille-et-Vilaine. Série O ; 2 O 356/22 : Ecole : projet de mairie et maison d'école. Travaux de A.D. Ille-et-Vilaine. Série O ; 2 O 356/23 : Ecole mixte, foyer communal : dossier de construction
1 2 3 4 42 Suivant