Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 41 - triés par pertinence
  • Gendarmerie, 2 avenue de la Libération (Plélan-le-Grand)
    Gendarmerie, 2 avenue de la Libération (Plélan-le-Grand) Plélan-le-Grand - 2 avenue de la Libération - en village - Cadastre : 1980 AD 583
    titreCourant :
    Gendarmerie, 2 avenue de la Libération (Plélan-le-Grand)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Plélan-le-Grand
    canton :
    Plélan-le-Grand
    historique :
    . Ce modèle de départ est celui de la gendarmerie de Plélan-le-Grand qu'il construit en 1898. Le En tant qu'architecte départemental, Jean-Marie Laloy avait la charge de l'entretien et de la construction des casernes de gendarmeries. Au début du 20e siècle, la plupart des casernes étaient en piteux la réparation. Jean-Marie Laloy a créé un plan type qu'il utilisa sur la quasi-totalité de ses bâtiment à cinq travées et deux niveaux s'organise de la manière suivante : au rez-de-chaussée, une cuisine pour le brigadier à l'ouest ; au premier étage, trois appartements de gendarme comprenant chacun une premier. Seuls les décors de la façade diffèrent. état. L'architecte rennais préconisa presque à chaque fois la reconstruction, jugée moins onéreuse que chantiers (vingt fois sur vingt-cinq chantiers) entre 1880 et 1925. Son fils, Pierre Laloy, le conservera et trois chambres pour le brigadier à l'est, une cuisine, deux chambres pour un gendarme et un bureau
    localisation :
    Plélan-le-Grand - 2 avenue de la Libération - en village - Cadastre : 1980 AD 583
    referenceDocumentaire :
    t. 1, p. 72-80 BLANCHON, Marie-Laure. Catalogue de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy : 1851 -1927. Mém. maîtrise : Hist. : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1979, 2 vol.
  • Magasin de commerce, 6 rue Nationale (Plélan-le-Grand)
    Magasin de commerce, 6 rue Nationale (Plélan-le-Grand) Plélan-le-Grand - 6 rue Nationale - en village - Cadastre : 1980 AD 280, 281
    titreCourant :
    Magasin de commerce, 6 rue Nationale (Plélan-le-Grand)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Plélan-le-Grand
    murs :
    pierre de taille
    denominations :
    magasin de commerce
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; pierre de taille
    canton :
    Plélan-le-Grand
    historique :
    cadastre de 1823, semble même avoir été remployée en partie. Elle occupe aujourd'hui le numéro 4 de la Rue Laloy qui bâtit également dans la commune de Plélan la gendarmerie (1898) et l'école publique (1880). La Nationale (cf. dossier). Belle construction de schiste pourpre dans le centre-bourg. construction se fit apparemment sur les fondations d'une habitation plus ancienne. Celle-ci, visible sur le
    localisation :
    Plélan-le-Grand - 6 rue Nationale - en village - Cadastre : 1980 AD 280, 281
    referenceDocumentaire :
    t. 1, p. 127 BLANCHON, Marie-Laure. Catalogue de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy : 1851-1927 . Mém. maîtrise : Hist. : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1979, 2 vol.
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_13 :
    cour en coeur de parcelle
  • École publique, 18 avenue de la Libération (Plélan-le-Grand)
    École publique, 18 avenue de la Libération (Plélan-le-Grand) Plélan-le-Grand - 18 avenue de la Libération - en village - Cadastre : 1980 AD 588
    titreCourant :
    École publique, 18 avenue de la Libération (Plélan-le-Grand)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Plélan-le-Grand
    canton :
    Plélan-le-Grand
    historique :
    cinquante ans plus tard. Belle architecture classique de la fin du 19e siècle. Les archives municipales mentionnent la construction d'une école publique par l'architecte rennais Jean-Marie Laloy entre 1878 et 1880. Cette nouvelle construction devait remplacer l'ancienne école de garçons construite vers 1837 par l'architecte Lehagre, que des vices de construction ont amené à détruire
    localisation :
    Plélan-le-Grand - 18 avenue de la Libération - en village - Cadastre : 1980 AD 588
    referenceDocumentaire :
    p. 90 EALET, Jacky, GOUNEAU, Lucien, GRUEL, Sylvie, LARCHER, Guy. Le pays de Brocéliande. Rennes
  • Ancien hôtel Le Chartier, puis maison des Filles de la Charité, actuellement édifice de l'enseignement, 29 rue de la Palestine (Rennes)
    Ancien hôtel Le Chartier, puis maison des Filles de la Charité, actuellement édifice de l'enseignement, 29 rue de la Palestine (Rennes) Rennes - 29 rue de la Palestine - en ville - Cadastre : 1980 BH 50
    titreCourant :
    Ancien hôtel Le Chartier, puis maison des Filles de la Charité, actuellement édifice de l'enseignement, 29 rue de la Palestine (Rennes)
    etages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Hôtel maison à accès cocher, situé en parcelle d'angle. Edifice en rez-de-chaussée surélevé sur étage de soubassement, à 1 étage carré et étage de comble, construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, et en moellons de schiste enduits.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    profession :
    [commanditaire] Le Chartier
    historique :
    Hôtel construit en 1879 pour M. Le Chartier, sur des plans de l'architecte Jean-Marie Laloy . Extensions réalisées pour les Filles de la Charité : construction d'une chapelle, d'une buanderie et transformation de l'immeuble, au nord de l'hôtel, en 1957, d'une salle de réunion et d'un dortoir, en 1958, puis d'une extension réalisée en 1961, sur les plans de l'architecte Louis Pommereuil.
    localisation :
    Rennes - 29 rue de la Palestine - en ville - Cadastre : 1980 BH 50
    referenceDocumentaire :
    résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné, étude réalisée avec le concours du ministère de la Culture et la Ville de Rennes. Paris : L'Art en province, 1987. A. C. Rennes, Permis de construire ; 777 W 71. Rue de la Palestine (1934-1961) . p. 137, 138, 145 LOYER, François (dir.). Rennes, embellir la ville. La mise en valeur d'un quartier tome 1, p. 250 BLANCHON. Catalogue de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy : 1851-1927. Mémoire de
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    est perçu depuis le bas du boulevard de la Duchesse-Anne. Édifice contribuant à la définition d'un espace urbain par des qualités architecturales et urbanistiques, pour lequel Laloy a choisi le style Renaissance. L'impact du pavillon formant traitement d'angle
  • Ancien hôtel Le Chapelier, 16 rue de Viarmes (Rennes)
    Ancien hôtel Le Chapelier, 16 rue de Viarmes (Rennes) Rennes - 16 rue de Viarmes - en ville - Cadastre : 1980 BP 49
    titreCourant :
    Ancien hôtel Le Chapelier, 16 rue de Viarmes (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    dates :
    1898 porte la date
    illustration :
    Plan du rez-de-chaussée, dessin, par Laloy, 1897 (A. C. Rennes) IVR53_19983507970XA Plan du rez-de-chaussée, dessin, par Laloy, 1897 (A. C. Rennes) IVR53_19993501357X
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    jardins de l'hôpital général
    profession :
    [commanditaire] Le Chapelier
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    localisation :
    Rennes - 16 rue de Viarmes - en ville - Cadastre : 1980 BP 49
    referenceDocumentaire :
    résidentiel à la limite du centre ancien : Sévigné, étude réalisée avec le concours du ministère de la Culture et la Ville de Rennes. Paris : L'Art en province, 1987. février 1897 Alignements : autorisations de construire. A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 2 . Alignements : autorisations de construire. p. 146 LOYER, François (dir.). Rennes, embellir la ville. La mise en valeur d'un quartier Plan du rez-de-chaussée, dessin, par Laloy, 1897 (A. C. Rennes). Plan de l'étage, dessin d'exécution, par Laloy, 1897 (A. C. Rennes). tome 1, p. 251 BLANCHON. Catalogue de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy : 1851-1927. Mémoire de
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    construit rue Hoche par le même architecte. La variété des volumes en plan et en élévation, l'importance Édifice constituant un exemple exceptionnel à Rennes, du type hôtel maison, à rapprocher de l'hôtel accordée à la forme et à l'ornementation des toitures, associées à un décor sculpté d'une réelle qualité , le jeu des deux ailes basses calant le logis dans sa parcelle et isolant le jardin, celle du nord en retrait en pan de bois à toit et lucarnes aiguës, celle du sud alignée sur rue et percée d'un triplet de baie à croisée, couverte en terrasse, l'ensemble fait de cet édifice une des oeuvres majeures de Jean
  • Hôpital, l'Abbaye (Le Tronchet)
    Hôpital, l'Abbaye (Le Tronchet) Tronchet (Le) - l' Abbaye - en village - Cadastre : 1982 B
    titreCourant :
    Hôpital, l'Abbaye (Le Tronchet)
    description :
    des toitures à croupes couvertes d'ardoise. Les encadrements de baies sont en brique. La travée Les différents bâtiments qui composent l'hôpital sont construits en moellon de granite et possèdent centrale du corps de bâtiment principal est surmontée d'une inscription : "Hôpital Marie Louise".
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    illustration :
    Epi de faîtage de l'un des bâtiments de l'hôpital IVR53_20073500554NUCA
    historique :
    Cet hôpital a été fondé grâce à la donation de 80 000 francs faite par Alexis Bagot, un riche habitant de la commune du Tronchet, à sa mort au début du 20e siècle. En effet, outre l'abbatiale dont il construit pour les habitants de la commune et qu'il soit tenu par les soeurs de la Charité de Saint-Vincent , fut inauguré le monument commémoratif dédié à B. Robidou dans le village de Plerguer. Le nom donné à cet hôpital résulte du souhait de Alexis Bigot de lui voir attribuer le même nom qu'à sa fille Marie -Louise, décédée prématurément de la tuberculose. était propriétaire à cette époque, il légua, en 1903, cette somme à la condition qu'un hospice soit de Paul. Les plans du bâtiment résultent du travail de l'architecte départemental Laloy ; les travaux ont été réalisés par l'entrepreneur Peigné. L'hôpital a été inauguré le 11 octobre 1908 ; ce même jour
    localisation :
    Tronchet (Le) - l' Abbaye - en village - Cadastre : 1982 B
  • Lotissement balnéaire de la pointe du Hock, rue Robert Surcouf ; rue de la Marine ; rue du Hock (Cancale)
    Lotissement balnéaire de la pointe du Hock, rue Robert Surcouf ; rue de la Marine ; rue du Hock (Cancale) Cancale - rue Robert Surcouf rue de la Marine rue du Hock - en ville - Cadastre : 1982 H
    titreCourant :
    Lotissement balnéaire de la pointe du Hock, rue Robert Surcouf ; rue de la Marine ; rue du Hock
    illustration :
    Vue de la partie sud du quartier et de la pointe du Hock depuis le nord-est IVR53_19993505928NUCA La piscine extérieure de l'anse du Hock, en contrebas du lotissement IVR53_19993505919NUCA La pointe du Hock en 1828 IVR53_20003505818NUC Le lotissement depuis l'Abri des Flots au nord-est (carte postale ancienne) IVR53_19993506210NUC La villa dite 'Chant d'oiseau' ou 'Cancaven' attribuée à Jean-Marie Laloy (carte postale ancienne Le lotissement depuis l'Abri des flots au nord-est IVR53_20003501162ZA 20 rue R. Surcouf : villa 'la Cancalaise' construite par Jean-Marie Laloy, 1899 IVR53_20003500423XA 15 rue R. Surcouf : villa 'le Clos' construite par Pierre Laloy, 1927 IVR53_20003500866XA 17 rue R. Surcouf : villa 'le Brèche' construite par Pierre Laloy, 1929 IVR53_20003500830XA
    contenu :
    Le lotissement de la pointe du Hock s'est élevé sur une partie du domaine maritime. Un fort et une le pourtour de la pointe puisque la falaise appartient encore au domaine privé jusqu'aux plus hautes site dominant la baie du Mont-Saint-Michel. A partir du 4e quart du 19e siècle, quelques maisons de permet de situer le fort et de mieux comprendre l'implantation de ces demeures. Le parcellaire ne semble "lotissement" en deux parties distinctes. Les villas du côté impair de la rue se sont donc implantées sur un du 20e siècle, elles sont assez représentatives des villas balnéaires de la côte d'Emeraude. Ces dernières se définissent généralement par leur retrait de la rue, leur rez-de-chaussée surélevé et la 12 et 20 rue Robert Surcouf, et la villa Cancaven de la même rue). Les villas construites par les anglo-normande et régionaliste. Notons plus particulièrement les villas Le Clos (1927) et La Brèche guérite encore en place - elle passe pour être une poudrière - témoignent de l'intérêt stratégique de ce
    historique :
    Lotissement balnéaire de qualité dû à la présence d'une famille d'architectes de renom (les Laloy ) qui construisent à Cancale leurs résidences d'été et qui font de ce lieu un quartier chic de
    localisation :
    Cancale - rue Robert Surcouf rue de la Marine rue du Hock - en ville - Cadastre : 1982 H
    referenceDocumentaire :
    Ille-et-Vilaine. Commune de Cancale. Section B1 dite de la Houlle (sic).... Plan cadastral, par le Côte d'Emeraude. Le Rocher de Cancale. Carte postale, Saint-Malo : G. F., coll. T. Guérin, [s.d Cancale. Vue sur la Ville depuis des Falaises du Hock. Carte postale, Rennes : A. Lamiré, édit
  • Ecole primaire publique et ancienne mairie, 1 rue de la Flume (La Mézière)
    Ecole primaire publique et ancienne mairie, 1 rue de la Flume (La Mézière) Mézière (La) - 1 rue de la Flume - en village
    titreCourant :
    Ecole primaire publique et ancienne mairie, 1 rue de la Flume (La Mézière)
    description :
    La maçonnerie est en terre et pan de bois ; les façades sont enduites au ciment. Les couvertures
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Mézière
    murs :
    pan de bois
    illustration :
    Projet de 1861 : élévation de la façade principale IVR53_20053521256NUCA Projet de 1860 : plan masse IVR53_20053521253NUCA Projet de 1860 : plan du rez-de-chaussée IVR53_20053521252NUCA Projet de 1860 : plan du 1er étage IVR53_20053521254NUCA Projet de 1860 : coupes IVR53_20053521255NUCA Projet de 1861 : élévation IVR53_20053521257NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    terre ; pan de bois ; ciment ; enduit
    contenu :
    augmentation de prix. Compte tenu des faibles ressources de la commune et des traditions constructives locales , la maçonnerie est réalisée en bauge et pans de bois. Les travaux, réalisés par Julien Ruaux, sont notamment l'ajout d'une classe, la construction d'un préau couvert et de cabinets, l'aménagement d'un logement au 1er étage et la restauration de la classe existante. Les travaux sont réalisés par Un premier projet de construction a été donné par M. Hindré, agent-voyer d'arrondissement, en 1860
    historique :
    La maison d'école et mairie a été construite entre 1863 et 1867, puis agrandie à partir de 1899 . Dans la seconde moitié du 20e siècle, le bâtiment a été lourdement modifié.
    localisation :
    Mézière (La) - 1 rue de la Flume - en village
    referenceDocumentaire :
    . Département d'Ille-et-Vilaine - Arrondissement de Rennes - Commune de la Mézière - Maison d'école et Mairie . Plan parcellaire du bourg de la Mézière, dessin, encre, lavis, A. Hindré, architecte, 12 mai 1860 à Hédé. Département d'Ille-et-Vilaine - Arrondissement de Rennes - Commune de la Mézière - Maison d'école à Hédé. Département d'Ille-et-Vilaine - Arrondissement de Rennes - Commune de la Mézière - Maison . Département d'Ille-et-Vilaine - Arrondissement de Rennes - Commune de la Mézière - Maison d'école et Mairie Hédé. Département d'Ille-et-Vilaine - Arrondissement de Rennes - Commune de la Mézière - Maison d'école - Arrondissement de Rennes - Commune de la Mézière - Maison d'école et Mairie. Elévation, dessin, encre, lavis, A passage souterrain, communiquant, de la route, avec les caves de la maison commune, (échelle 0.04 p.m A.D. Ille-et-Vilaine. Série O ; 2 O 178/14 : Mairie : dossier de construction 1863-1878.  : dossier de travaux 1854-1901.
  • Maison de villégiature dite la Cancalaise, 20 rue Robert Surcouf ; 23 rue de la Marine (Cancale)
    Maison de villégiature dite la Cancalaise, 20 rue Robert Surcouf ; 23 rue de la Marine (Cancale) Cancale - 20 rue Robert Surcouf 23 rue de la Marine - en ville - Cadastre : 1982 H 212 à 214
    titreCourant :
    Maison de villégiature dite la Cancalaise, 20 rue Robert Surcouf ; 23 rue de la Marine (Cancale)
    description :
    Gros oeuvre en moellons de granite. Partie haute de la façade sur rue avec du pan de bois ainsi que sur la partie haute de la tourelle d'angle. Toiture débordante. Epi de faîtage en poterie vernissée.
    murs :
    pan de bois
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; moellon ; pan de bois ; appareil mixte ; enduit
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_5 :
    demi croupe ; épi de faîtage
    contenu :
    auquel s'accrochent les cheminées. La partie du devant, qui ouvre sur le boulevard et sur le panorama de n'a pas prévu de salon, la salle à manger en tenant lieu, et le service est totalement intégré à la La villa La Cancalaise est une construction de plan carré, divisée par un refend longitudinal la mer, comporte une grande salle à manger au rez-de-chaussée, deux chambres à l'étage et une seule , prise dans le comble, au second ; l'arrière est occupé par le vestibule, sur lequel se greffe la tour vie de famille. La maison se veut uniquement familiale, sans apparat. Tiré de : GUÉNÉ, Hélène, LOYER d'un escalier hors œuvre, ainsi que par la cuisine. Cette disposition appelle plusieurs remarques : il
    historique :
    Maison de grande dimension construite vers 1899(date des esquisses) par l'architecte rennais Jean -Marie Laloy. Les communs ont été vraisemblablement réutilisés par l'Inscription Maritime. Le style employé pour cette demeure de villégiature est très pittoresque et se rapproche du chalet anglo-normand. A noter de larges ouvertures à l' étage de surcroît pour permettre une meilleure vue de mer.
    localisation :
    Cancale - 20 rue Robert Surcouf 23 rue de la Marine - en ville - Cadastre : 1982 H 212 à 214
    referenceDocumentaire :
    p. 274 Cancale. Villa La Cancalaise. Dessin, par Jean-Marie Laloy, 1899. In : GUÉNÉ, Hélène, LOYER
  • Ancienne école de filles, actuellement restaurant, 22 place de l'Eglise (La Mézière)
    Ancienne école de filles, actuellement restaurant, 22 place de l'Eglise (La Mézière) Mézière (La) - 22 place de l' Eglise - en village
    titreCourant :
    Ancienne école de filles, actuellement restaurant, 22 place de l'Eglise (La Mézière)
    description :
    La maçonnerie est en moellon de granite sans chaîne en pierre de taille avec encadrements de baies en brique. La couverture est en ardoise.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Mézière
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; moellon sans chaîne en pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_5 :
    croupe ; épi de faîtage
    historique :
    publique de filles. Malgré sa transformation en restaurant, il conserve le caractère pittoresque cher à l'architecte, grâce à un plan complexe, une toiture débordante ou encore l'emploi de matériaux polychromes.
    localisation :
    Mézière (La) - 22 place de l' Eglise - en village
    referenceDocumentaire :
     : dossier de travaux 1854-1901.
  • Groupe scolaire : école professionnelle, école maternelle et école primaire, actuellement Cathédraloscope, 3, 5 place de la Cathédrale (Dol-de-Bretagne)
    Groupe scolaire : école professionnelle, école maternelle et école primaire, actuellement Cathédraloscope, 3, 5 place de la Cathédrale (Dol-de-Bretagne) Dol-de-Bretagne - 3, 5 place de la Cathédrale - en ville - Cadastre : 1982 AC 28 à 30, 939, 940
    titreCourant :
    Cathédraloscope, 3, 5 place de la Cathédrale (Dol-de-Bretagne)
    annexe :
    Le 19 mai 1882, le conseil municipal décide la destruction de l'ancien palais épiscopal transformé en collège. "le collège et l'école primaire qui y est jointe ont vu le nombre de leurs élèves postes répondrait incomparablement mieux aux besoins de la population, attendu que sur 107 élèves qui fréquentent le collège, 7 seulement suivent les cours de latin et que les 100 autres sont donc classes de , une tentative d'enseignement moderne", Le Rouget de Dol, n°54, 1988, p. 38. diminuer dans des proportions considérables et passer à l'école congréganiste [...] La transformation du l'école primaire." (A. C. Dol-de-Bretagne, 1 R 13), in Catherine Lemetayer, "L'école primaire supérieure
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    illustration :
    Vue de la cour de l'école maternelle IVR53_19983502202NUCA Vue depuis la cathédrale IVR53_19993503120NUCA
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    historique :
    plans de l'architecte Jean-Marie Laloy. Après la décision du conseil municipal et l'autorisation ministérielle de 1882, décidant la construction d'un groupe scolaire comprenant une école maternelle, une école Etablissement scolaire, construit en 1885 à l'emplacement de l'ancien palais épiscopal sur les primaire et une école primaire supérieure, l'établissement ouvre ses portes le 1er octobre 1888. Devant le succès de l'établissement, des travaux d'extension sont projetés dès 1889. Il sera agrandi en 1899, puis vers 1930. Depuis avril 1999, l'établissement est devenu un centre de découverte des cathédrales appelé
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - 3, 5 place de la Cathédrale - en ville - Cadastre : 1982 AC 28 à 30, 939, 940
    referenceDocumentaire :
    . Le Rouget de Dol, 1988, n° 54. 20e siècle. In : LOYANT, Jean-Claude, MARION, Patrice. Dol-de-Bretagne et le marais. Rennes : Alan p. 92. Vue de la maison du directeur, photographie. Début 20e siècle. In : LOYANT, Jean-Claude , MARION, Patrice. Dol-de-Bretagne et le marais. Rennes : Alan Sutton éditions, 1994. (Mémoire en images). , Catherine. L'école primaire supérieure, une tentative d'enseignement moderne. Le Rouget de Dol, 1988, n° 54. p. 39. Dol-de-Bretagne - Le collège de Dol. Carte postale, début 20e siècle. In : LEMETAYER , Catherine. L'école primaire supérieure, une tentative d'enseignement moderne. Le Rouget de Dol, 1988, n° 54. d'enseignement moderne. Le Rouget de Dol.. d'enseignement moderne. Le Rouget de Dol. d'enseignement moderne. Le Rouget de Dol.
  • Séminaire, hôpital, actuellement maison de retraite, rue de Dinan, l'Abbaye-sous-Dol (Dol-de-Bretagne)
    Séminaire, hôpital, actuellement maison de retraite, rue de Dinan, l'Abbaye-sous-Dol (Dol-de-Bretagne) Dol-de-Bretagne - l' Abbaye-sous-Dol - rue de Dinan - en ville - Cadastre : 1982 AD 767
    titreCourant :
    Séminaire, hôpital, actuellement maison de retraite, rue de Dinan, l'Abbaye-sous-Dol (Dol-de
    dates :
    1772 porte la date daté par travaux historiques
    annexe :
    contiendront 43 lits. L'ensemble général de la dépense s'élèvera à la somme de 246000F00. Le présent devis montant à la somme de 246000F00 dressé par l'architecte soussigné. Fait à Rennes, le 18 octobre 1910 après Description de l'hôpital par Jean-Marie Laloy (architecte rennais) le 18 octobre 1910. "L'hospice les édifices de cette époque, elle était puissante par la simplicité de ses lignes et par les dimensions mêmes de ses ouvrages, l'épaisseur de ses maçonneries, la hauteur de ses toits, les équarrissages établissement composé de 2 bâtiments se coupant à angle droit ; l'un d'eux se raccorde au nord à la chapelle. A bien que de construction assez récente est peu solide. La grande cour au nord-ouest est enclose. Face à l'entrée se trouve une ferme. A l'extrémité sud de la cour, une série de petites constructions : cabanes étudiée ; elle a soulevé des critiques. De ces critiques il semble résulter que la solution la plus prolongement de l'aile qui va du sud-est au sud-ouest. En face sera le pavillon d'isolement. Ces bâtiments
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    destinations :
    maison de retraite
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    La chapelle, intérieur : vue générale vers le choeur IVR53_19983500687XA La chapelle, intérieur : vue générale vers le choeur IVR53_19983500686X Extrait de l'ancien cadastre IVR53_19963501041X Vue de situation nord-est IVR53_19983502511NUCA La chapelle : vue générale ouest IVR53_19993500561XA La chapelle, intérieur : vue générale vers la nef IVR53_19983500707XA La chapelle, intérieur : vue générale vers la nef IVR53_19983500706X
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; pierre de taille ; schiste ; moellon ; appareil mixte
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    historique :
    bâtiments sont reconstruits : en 1771, le corps de logis, en 1777, l'église. Transformé en hôpital après la , fondé à la fin du 11e siècle, au moment de la création d'une nouvelle paroisse séparée de celle de de justice.] Il accueille le Grand Séminaire en 1697, à l'initiative de Mgr Chamaillart. Les Révolution, il remplace l'hôpital de Dol situé dans le faubourg de l'Evêque. Il est transformé au début du Edifice construit à l'emplacement d'un ancien prieuré, dépendant de l'abbaye Saint-Florent d'Anjou
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - l' Abbaye-sous-Dol - rue de Dinan - en ville - Cadastre : 1982 AD 767
    referenceDocumentaire :
    t. 1 Le Département d'Ille-et-Vilaine. Histoire - Archéologie - Monuments BANÉAT, Paul. Le p. 185 DUINE, François. Histoire civile et politique de Dol jusqu'en 1789. nlle éd. [1911 p. 406-410 GUILLOTIN DE CORSON, Abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes t. 1, p. 244, 246, 254 ; t. 2, annexe 55, p. 215-220 BLANCHON, Marie-Laure. Catalogue de l'oeuvre de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy (1851-1927) . Mém. maîtrise : Hist. Art : Rennes 2 , Université de Haute-Bretagne : 1979.
  • École communale de filles et de garçons, rue Antoine Chatel (Chartres-de-Bretagne)
    École communale de filles et de garçons, rue Antoine Chatel (Chartres-de-Bretagne) Chartres-de-Bretagne - rue Antoine Chatel - en ville
    titreCourant :
    École communale de filles et de garçons, rue Antoine Chatel (Chartres-de-Bretagne)
    description :
    Implantation en bordure de rue, sur un axe principal. Plusieurs corps de bâtiments regroupés autour d'une cour arrière. Première génération de bâtiments avec entourage de brique, deuxième campagne du 20e siècle avec bandeaux et encadrements de ciment.
    annexe :
    logement pour l'instituteur adjoint. Louis Chouisnard, architecte. 1932. Le 19 mars, rapport de Louis Chouisnard pour la Construction d'une école de garçons avec maison d'habitation, en bordure de la route de juin 1904. P.M. Laloy, architecte du Département. 1902. Le 15 septembre. Lettre du Préfet au maire de la commune de Chartres. Monsieur l'inspecteur de l'académie appelle mon attention sur la situation bâtiment très peu convenable. Elles n'ont que des salles de classes insuffisantes et le logement commun à cour de récréation. La construction d'une école de filles et l'attribution des locaux actuels à l'école A.D.Ille-et-Vilaine : 2O 67 / 13. 1939. Construction d'une salle de classe supplémentaire et d'un . Construction de l'école primaire de filles. Projet approuvé et subventionné par décision ministérielle du 20 matérielle des écoles de filles et de garçons de votre commune. Ces deux écoles sont installées dans un même l'instituteur et à l'institutrice se compose de trois pièces beaucoup trop petites. Il n'y a ni préau couvert ni
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Chartres-de-Bretagne
    illustration :
    Ancien corps de bâtiment d'école IVR53_20083500288NUCA Ancien corps de bâtiment d'école, vue arrière IVR53_20083500290NUCA Ancien corps de bâtiment sur rue IVR53_20073509289NUCA Ancien corps de bâtiment sur rue et extensions IVR53_20073509292NUCA Ancien corps de bâtiment sur rue, détail, décor IVR53_20073509290NUCA Ancien corps de bâtiment, et extensions, vue arrière sur cour IVR53_20073509295NUCA Ancien corps de bâtiment, détail, souche de cheminée IVR53_20073509296NUCA Extension de l'école, vue sur cour IVR53_20073509297NUCA
    historique :
    Ecole des filles construite par Jean-Marie Laloy en 1904 selon un modèle courant, dans le style villa propre à cet architecte : décrochement du plan, auvent en bois, décor de brique et de grès vernissé sur la façade. Elle est agrandie d´une classe supplémentaire en 1939 par l´architecte Louis Chouisnard, puis de nouveau en 1949. A cette période un nouveau bâtiment indépendant est élevé comprenant cinq classes : deux pour les garçons, deux pour les filles et une classe pour la maternelle. Une clôture séparait alors les deux cours bitumées des filles et des garçons. Actuellement école de musique.
    localisation :
    Chartres-de-Bretagne - rue Antoine Chatel - en ville
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département , GRELLIER Dominique, GUEGUEN Richard, LEVEQUE Joël, LE NEZET Claude, PIOU Louis, PLAINE Jean, PORIER Alain
  • Ancienne école normale d'Institutrices, actuellement Institut d'Etudes Politiques, 102 à 110 boulevard de la Duchesse-Anne (Rennes)
    Ancienne école normale d'Institutrices, actuellement Institut d'Etudes Politiques, 102 à 110 boulevard de la Duchesse-Anne (Rennes) Rennes - Beuvre - 102 à 110 boulevard de la Duchesse-Anne - en ville - Cadastre : 1980 BC 413
    titreCourant :
    boulevard de la Duchesse-Anne (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    couvert d´ardoises, est implanté en léger retrait de la voie, entre cour d´honneur et jardin en fond de de parpaings et béton banché). Le plan en grille s´articule autour de trois cours intérieures, des L´édifice, construit en calcaire appareillé en pierre de taille sur soubassement de granit et parcelle. Une clôture ajourée en fonte ferme la parcelle. Au nord (I. E. P.) et au sud (école d´application ), les extensions de 1 et 2 étages carrés sont réalisées en béton (ossature de béton armé et remplissage pavillons de 2 étages carrés reliant des corps bas en rez-de-chaussée ou rez-de-chaussée surélevé.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Cadastre de 1844 IVR53_20013522290NUCA Vue générale, depuis le nord IVR53_20013522579NUCA Vue générale, depuis le sud IVR53_20023501151XA Détail sur la façade ouest IVR53_20023501152XA Extension de l'Institut d'Etudes Politiques IVR53_20013522581NUCA
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de boulevard
    historique :
    départemental Jean-Marie-Laloy. Elle occupe l'emplacement de la maison de Beuvre et d'une ancienne carrière , visibles sur le cadastre de 1842 (doc. 1). Selon J.-Y. Veillard, l´ancienne école normale est construite en 1882 sur les plans de l´architecte
    localisation :
    Rennes - Beuvre - 102 à 110 boulevard de la Duchesse-Anne - en ville - Cadastre : 1980 BC 413
    referenceDocumentaire :
    [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section K, dite de Saint-Laurent, 2e t. 1, p. 250, 257 BLANCHON. Catalogue de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy : 1851-1927. Mémoire de Maîtrise d'Histoire, 1979.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    L'ancienne école normale est la première commande publique de l'architecte, vainqueur du concours lancé en 1882, au détriment des projets de Martenot et de Béziers-La Fosse. Jean-Marie Laloy propose ici , selon François Loyer, un modèle exemplaire de l'architecture de la IIIe République, mais également une composition parfaitement intégrée au site de boulevard dans lequel elle s'inscrit par son gabarit et sa galerie-portique. Une cour plantée et une grille permettent d'établir une continuité avec la voie et avec la typologie résidentielle du bâti.
  • Château de Kerriou (Gouézec)
    Château de Kerriou (Gouézec) Gouézec - Kerriou - isolé
    titreCourant :
    Château de Kerriou (Gouézec)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    l'angle ouest. Au-dessus d'un niveau de sous-sol, le corps de logis comporte un rez-de-chaussée surélevé , un étage carré et un étage de comble distribué par un grand escalier situé dans le pavillon ouest Edifice de plan massé composé d'un corps de logis rectangulaire cantonné de plusieurs pavillons , l'un en retour d'équerre au nord-est, l'autre sur l'angle nord-ouest, de part et d'autre de l'entrée principale situé au-delà d'un perron. Au sud, la façade plus régulière est animée d'une échauguette sur surélevé d'un demi-niveau. Les maçonneries sont en moellon tandis que le soubassement, les bandeaux horizontaux, les encadrements de baies, les allèges et les lucarnes sont en pierre de taille. L'ornementation extérieure est de style néogothique.
    observation :
    Le château de Kerriou est une version plus développée et plus tardive du château de la Haute-Dibois à Baguer-Lorvan (35) réalisé par l'architecte en 1894, pour un membre de la même famille. Le style de l'édifice témoigne des mutations de l'architecture domestique à la charnière des 19e et 20e siècles. Le décor intérieur, ensemble homogène de style néogothique de belle qualité, est-il conservé  ? Jean-Marie Laloy est l'un des architectes majeurs de la fin du 19e siècle à Rennes ; sa production se caractérise par un esprit rationaliste, une recherche de justesse de la composition, un souci du détail
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Le grand hall : vue de la cheminée IVR53_20052904391NUCB Le manoir de Kerriou sur le cadastre ancien IVR53_20052904395NUCA Vue de la façade principale IVR53_20042905472NUCB Vue de la façade nord-ouest IVR53_20042905471NUCB L'ancienne chapelle Saint-Yves dans le parc IVR53_20052904376NUCB Le grand hall (autre vue) IVR53_20052904384NUCB
    profession :
    [commanditaire] Legge de
    historique :
    occupation pendant la 2e guerre, le château change plusieurs fois de main. Il a été restauré à la fin du 20e Château construit en 1906 par l'architecte rennais Jean-Marie Laloy pour le comte Henri de Legge et son épouse, Cecilia Monteiro de Barros, sur le domaine de l'ancien manoir de Kerriou. Après son
    referenceDocumentaire :
    3944. Château de KERIOU-en-GOUEZEC (F.) Façade Sud. Hamonic E. St-Brieuc / Le Doaré (photographe 59 - GOUEZEC (Finistère) - Institution Saint-Yves. La cheminée du grand hall. Editions d'Art Jos-Le p. 908 Le patrimoine des communes du Finistère. Collection : Le patrimoine des communes de France D.E.A. sous la direction de Jean-Yves Andrieux, Université de Rennes II, juin 2004. LAURANCEAU, Elise . Châteaux modernes en Ille-et-Vilaine (XIXe - XXe siècles) . Mémoire de D.E.A. sous la direction de Jean Commune de Gouezec. Section B dite de Keriou, feuille 1ère. Plan cadastral, dessin, Gouzillon A.D. 35, série J, Fonds Laloy : 107 J 41-42. Pleyben (29), château de Kerriou. 6963. Châteaux de Bretagne Keriou - Façade Nord-Ouest Gouëzec. Villard, Quimper (A.D. 35 ; 6 Fi 6964. Châteaux de Bretagne Keriou - Façade Nord-Est Gouëzec. Villard, Quimper (A.D. 35 ; 6 Fi 56 - GOUEZEC (Finistère) - Institution Saint-Yves. L'Ancienne chapelle Saint-Yves dans le parc
  • Mairie-école, impasse du Pont aux Prêtres (La Fresnais)
    Mairie-école, impasse du Pont aux Prêtres (La Fresnais) Fresnais (La) - impasse du Pont aux Prêtres - en village - Cadastre : 1982 B 216
    titreCourant :
    Mairie-école, impasse du Pont aux Prêtres (La Fresnais)
    description :
    La mairie au centre formait un avant corps ; les classes de part et d'autre ; manque l'enduit sur
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Fresnais
    illustration :
    Vue de situation nord est ; [le presbytère au deuxième plan] IVR53_19993505687NUCA Détail : la lucarne du pavillon central IVR53_20003500881XA Détail : la lucarne du pavillon central IVR53_19993505905NUCA
    historique :
    Dans la production de l'architecte départemental Laloy, cet ouvrage est un exemple de construction peu en rapport avec l'importance de la commune ; il s'inscrit, face au presbytère, dans une forme de rivalité avec la monumentale église construite par Arthur Regnault au dizaine d'années auparavant
    localisation :
    Fresnais (La) - impasse du Pont aux Prêtres - en village - Cadastre : 1982 B 216
    referenceDocumentaire :
    tome 1, p. 246, 259 BLANCHON, Marie-Laure. Catalogue de l'oeuvre de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy (1851-1927) . Mém. maîtrise : Hist. Art : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1979.
  • Ecole Nationale Supérieure d'Agronomie, ancienne école d'agriculture, route de Saint-Brieuc (Rennes)
    Ecole Nationale Supérieure d'Agronomie, ancienne école d'agriculture, route de Saint-Brieuc (Rennes) Rennes - route de Saint-Brieuc - en ville - Cadastre : 1980 AL 162, 175 à 177 1980 AH 13, 236
    titreCourant :
    Ecole Nationale Supérieure d'Agronomie, ancienne école d'agriculture, route de Saint-Brieuc (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    ´axe de la grille d´honneur, dont le toit à quatre pans est coiffé d´un lanternon et dont la travée de cités universitaires au sud (fig. 18 et 20). Le bâtiment principal, construit en calcaire dénivelé, il compte 1 étage carré sur rez-de-chaussée surélevé et étage de soubassement. Au nord, la ferme , comme les salles de cours contemporaines (fig. 21 et 22). Le bâtiment principal de plan allongé est retour d´équerre au centre de la façade postérieure, à l´ouest. La cour d´honneur dessinée par les deux L´édifice est formé de plusieurs bâtiments d´enseignement, d´une ferme-école au nord (fig. 14) et appareillé en pierre de taille sur soubassement de granit et couvert d´ardoises, est implanté en retrait d ´une cour d´honneur. Une clôture ajourée en fonte ferme la parcelle. Implanté sur un terrain en -école est construite en moellons de schiste et couverte d´ardoises. Au sud, les cités universitaires sont réalisées en béton (ossature de béton armé et remplissage de parpaings) et couvertes d´ardoises
    statut :
    propriété de l'Etat
    illustration :
    Détail sur le décor de la façade IVR53_20023501954XA Vue de situation depuis le nord IVR53_20023500740XA Vue de la cour d'honneur IVR53_20023501938XA Vue de la cour d'honneur IVR53_20023501940XA Vue de la cour d'honneur IVR53_20023501939XA Vue de détail de la façade est IVR53_20023500742XA Vue de la galerie est IVR53_20023500743XA Vue de l'étage de soubassement, depuis le sud IVR53_20013520709NUCA Vue de la ferme-école IVR53_20013520710NUCA Vue de la cité étudiante, au sud IVR53_20013520712NUCA
    historique :
    laboratoires derrière le bâtiment principal dit "La Masure". Depuis les années 1980 les bâtiments de la ferme départemental Jean-Marie Laloy. L'inauguration a lieu le 12 août 1896. Pendant la Première Guerre mondiale projets de travaux de construction de la ferme expérimentale. A partir de 1920 ajout de nombreux bâtiments , logements pour le chef de culture et l'intendant de l'école, entrepôts et galerie des machines. L'école mis en place dans un local désaffecté de l'école d'enseignement féminin de la route de Lorient qui donne naissance à la "ruche agricole". Pierre-Jack Laloy (petit-fils de Jean-Marie Laloy) dessine les plans de la ferme-modèle de l'école d'agriculture. Les permis de construire signalent la construction sous le mandat du directeur Mantagrin ; ouverture en 1968. Entre 1970 et 1985 construction de nombreux ). Dès 1993 des travaux de restauration de l'ensemble du site sont programmés par le ministère de Selon M. Blanchon, l´école d´agriculture est construite en 1893, sur les plans de l'architecte
    localisation :
    Rennes - route de Saint-Brieuc - en ville - Cadastre : 1980 AL 162, 175 à 177 1980 AH 13, 236
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 100. Boulevard Jean-Baptiste de la Salle (1965) . de Rennes en 1900, Cesson : Jean-Luc et Jean-Marie Boure éditeurs, Mémoire photographique de notre t. 1, p. 250, 257 BLANCHON. Catalogue de l'architecte rennais Jean-Marie Laloy : 1851-1927. Mémoire de Maîtrise d'Histoire, 1979. LALOY, P. P. Laloy, Rennes, architecte du département et du Palais de Justice, architecte régional Rue de Saint-Brieuc (1914-1956) A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 77. Rue de Saint-Brieuc
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    rurale de la commune où elle favorisera le développement urbain, dans la première moitié du 20e siècle Edifice majeur dans le domaine de l'architecture publique, à Rennes, en particulier celui de l'enseignement qui voit la création de nombreux établissements importants, durant la dernière décennie du 19e caractère novateur de son décor, inspiré de celui mis à la mode dans l'architecture de villégiature (effet de polychromie de la brique et des poteries vernissées, aisseliers et toiture débordante) mais aussi siècle. Construite sur les plans de l'architecte Jean-Marie Laloy, l'école est implantée dans une zone . Cet ensemble architectural, agrandi au milieu du 20e siècle, est remarquable par la qualité et la par son plan et son implantation qui rappellent celle du binôme château-ferme, qui se développe dès le
  • Ancien hôtel Maulion, 2 rue de Paris (Rennes)
    Ancien hôtel Maulion, 2 rue de Paris (Rennes) Rennes - 2 rue de Paris - en ville - Cadastre : 1980 BP 47a
    titreCourant :
    Ancien hôtel Maulion, 2 rue de Paris (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Hôtel construit sur une parcelle de forme irrégulière, disposant d'un jardin à l'Est et au Sud. Il se compose d'un rez-de-chaussée surélevé principalement voué aux espaces de réception, d'un étage carré et d'un étage mansardé occupés par des chambres. Les façades sur rues, en pierre de taille, sont marquées par un rotonde d'angle monumentale coiffée d'un dôme. Fortement ordonnancées, elles sont ornées de reliefs sculptés et se rattachent à un répertoire de style néo-Louis XV-Art Nouveau.
    observation :
    la position de la parcelle. Le traitement de l'angle en rotonde, coiffé d'un dôme, n'est certainement pas étranger à l'aménagement contemporain de la nouvelle entrée du jardin du Thabor. Exemplaire de la L'ancien hôtel Maulion est l'une des dernières oeuvres connues de l'architecte Jean-Marie Laloy à Rennes. Il se distingue par des qualités architecturales et urbanistiques ici inspirées par la forme et diversité mais aussi de l'élégance de sa production, il offre une belle illustration du style "néo-rocaille ", également utilisé par l'architecte à l'hôpital Saint-Méen, qui renvoie à la culture architecturale rennaise
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Détail de la façade IVR53_19993500404X Vue générale de l'hôtel de Maulion, publiée dans Monographies de bâtiments modernes, 12e année, A Coupe et plans, publiés dans Monographies de bâtiments modernes, 12e année, A. Raguenet, 1900-1901 Vue de situation IVR53_19993500394XA Vue des façades sur le jardin IVR53_19993500326X Détail du dôme de couronnement IVR53_19993500403X
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de faubourg
    contenu :
    Viarmes est prolongée par une grille de fer ouvrant sur le jardin au sud, celle de la rue de Paris étant , malgré les prétentions de cet hôtel, la cuisine se situe au rez-de-chaussée et ouvre de plain-pied sur le éléments sculptés ainsi que les appuis, la corniche et les lucarnes sont en pierre de Tiercé tandis que le privée. L'hôtel Maulion fut le troisième hôtel particulier construit par lui dans la rue de Viarmes : en se distingue par une rotonde circulaire qui marque l'angle de la parcelle. La façade sur la rue de prolongée par un mur de clôture en moellons de schiste. La forme en angle ouvert de l'édifice, résultant des contraintes d'alignement en même temps que la volonté de conserver un angle droit du côté du jardin, a entraîné l'architecte à tricher au niveau de la cage d'escalier qui adopte une forme trapézoïdale . Distribution : Le bâtiment se compose d'un rez-de-chaussée surélevé sur caves, d'un étage carré et d'un étage mansardé. L'entrée depuis la rue de Paris ouvre sur un vestibule, qui en accusant un angle droit vers
    historique :
    et publié dans les monographies des bâtiments modernes par Raguenet en 1900. Vitrail de la cage Hôtel construit en 1899 par l'entrepreneur Badault, sur les plans de l'architecte Jean-Marie Laloy
    localisation :
    Rennes - 2 rue de Paris - en ville - Cadastre : 1980 BP 47a
    referenceDocumentaire :
    p.14-33 TROUSSEL (Jean-François). Bâtir à Rennes en 1900. La naissance d'un quartier résidentiel , in Ar-Men, Le Chasse-Marée, Douarnenez, n°50, avril 1993. p.89-98 TROUSSEL, Jean-Francois. L'art domestique à Rennes autour de 1910. Histoire de l'art, n°9 -10, La maison la ville, mai 1990. p.32 TROUSSEL, Jean-François. Hôtels, maisons, villas autour de 1900. Rennes : édition Ouest-France Vue générale de l'hôtel de Maulion, publiée dans Monographies de bâtiments modernes, 12e année, A Coupe et plans, publiés dans Monographies de bâtiments modernes, 12e année, A. Raguenet, 1900-1901 juin 1899 A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 4. Alignements : autorisations de construire. n°156, 12e année, Paris : E. Ducher : 1900-1901 RAGUENET, A. Monographies de bâtiments modernes.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    la position de la parcelle. Le traitement de l'angle en rotonde, coiffé d'un dôme, n'est certainement pas étranger à l'aménagement contemporain de la nouvelle entrée du jardin du Thabor. Exemplaire de la L'ancien hôtel Maulion est l'une des dernières oeuvres connues de l'architecte Jean-Marie Laloy à Rennes. Il se distingue par des qualités architecturales et urbanistiques ici inspirées par la forme et diversité mais aussi de l'élégance de sa production, il offre une belle illustration du style néo-rocaille , également utilisé par l'architecte à l'hôpital Saint-Méen, qui renvoie à la culture architecturale rennaise
  • Cercle Antrainais, rue de Fougères, boulevard du Général de Gaulle (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    Cercle Antrainais, rue de Fougères, boulevard du Général de Gaulle (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019) Val-Couesnon - Antrain - Rue Général de Gaulle Rue de Fougères - en ville
    titreCourant :
    Cercle Antrainais, rue de Fougères, boulevard du Général de Gaulle (Antrain fusionnée en Val
    description :
    Le gros œuvre de ce bâtiment est composé de moellon alors que les encadrements de baies sont : rez-de-chaussée et combles. La façade sud est percée de trois portes quadrangulaires surmontées d'un trouvent les armoiries de la ville d'Antrain (tiercé en pal, d’azur, d’argent et de gueules, au chef d’hermine, timbré de la couronne murale à cinq tours crénelés d’or, avec la devise « Toujours Antrain »). Ce blason a été créé au début du 20e siècle par le député-maire René Le Hérissé. La façade ouest est rythmée réalisés en pierre de taille de granite. Un décor de brique polychrome se trouve sur certains encadrements de baies mais également sur les bandeaux, les souches de cheminées et les corniches. Les toitures à longs pans sont couvertes d'ardoise. Le bâtiment possède un plan en "L" et s'élève sur deux niveaux en plein cintre. Le pignon sud se termine par un fronton triangulaire en granite dans lequel se par des percements quadrangulaires et semi-circulaires à encadrements de brique et de granite. Une
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Antrain
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Détail de la façade sud IVR53_20113503220NUCA Détail de la mosaïque IVR53_20113503222NUCA Détail du fronton de la façade sud IVR53_20113506652NUCA Détail de la façade sud IVR53_20113506653NUCA Détail de l'une des baies de la façade ouest IVR53_20113506726NUCA Le Patronage (carte postale) IVR53_20133501591PB Détail de l'une des lucarnes IVR53_20113506650NUCA
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Antrain
    historique :
    construction : usage de la brique, décor de mosaïque, épis de faîtage en céramique... Par ailleurs, le blason Époque de construction : La construction de ce bâtiment remonte très probablement au début du 20e de la ville, créé au début du 20e siècle, figure sur ce bâtiment. L'architecte de ce bâtiment est l'architecte départemental Laloy qui a également signé les plans de l'hôpital à la même époque (1911). Son siècle. Nombreuses sont les caractéristiques architecturales qui témoignent de cette époque de : L'architecture extérieure de ce bâtiment a subi assez peu de modifications depuis son époque de construction. Il conserve en effet une authenticité assez proche de son état d'origine.
    localisation :
    Val-Couesnon - Antrain - Rue Général de Gaulle Rue de Fougères - en ville
    referenceDocumentaire :
     : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France). Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Château de Trélan (Pléchâtel)
    Château de Trélan (Pléchâtel) Pléchâtel - Trélan - isolé - Cadastre : 1838 AZ 908
    titreCourant :
    Château de Trélan (Pléchâtel)
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
     ; balcons de ferronnerie et balustrades, lucarnes sculptées.
    canton :
    Bain-de-Bretagne
    historique :
    , mentionne la propriété de Trélan, résidence de M. Jousset, maire de la commune, 'dans une agréable situation'. Château construit à l'emplacement d'un manoir mentionné depuis le 14e siècle. Orain, en 1882
    referenceDocumentaire :
    Fleurigné (I. et V.) Le château de Bois Février A.D. 35. Fonds Lagrée : 6 Fi (cartes postales t. 3, p. 100 Le département d'Ille-et-Vilaine : histoire, archéologie, monuments BANÉAT, Paul. Le p. 326 ORAIN, Adolphe. Géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine. Rennes : imp. A. Le . Le Roy, 1882.
1 2 3 Suivant