Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 816 - triés par pertinence
  • Le patrimoine religieux de la commune de Daoulas
    Le patrimoine religieux de la commune de Daoulas Daoulas
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux de la commune de Daoulas
    illustration :
    Calvaire de Daoulas IVR53_20172905829NUCA Calvaire de l'enclos IVR53_20172905830NUCA Kernéis, croix de chemin IVR53_20172905831NUCA Croix monumentale, dite croix de Saint-Roch IVR53_20172905832NUCA Presbytère de Daoulas IVR53_20172905834NUCA
    denominations :
    croix de chemin croix de cimetière
  • Le patrimoine religieux sur la commune de Guerlesquin
    Le patrimoine religieux sur la commune de Guerlesquin Guerlesquin
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux sur la commune de Guerlesquin
    illustration :
    Guerlesquin, chapelle Saint-Trémeur : reconstruction de la chapelle, 1996 (Le Télégramme, 03/05 Guerlesquin, chapelle Saint-Thégonnec, dessin de Louis le Guennec, début 20e siècle Guerlesquin, Kerhellou, ruines de la chapelle Saint-Thégonnec, vue générale IVR53_20152908670NUCA Guerlesquin, Kerhellou, ruines de la chapelle Saint-Thégonnec : détail de la façade est Guerlesquin, Kerhellou, ruines de la chapelle Saint-Thégonnec : détail de la façade est Guerlesquin, Kerhellou, ruines de la chapelle Saint-Thégonnec : détail du bénitier Guerlesquin, Kerhellou, ruines de la chapelle Saint-Thégonnec : niche crédence Guerlesquin, Kerhellou, ruines de la chapelle Saint-Thégonnec : niche crédence Guerlesquin, chapelle Saint-Trémeur : détail de la fontaine sud IVR53_20152908686NUCA Guerlesquin, ville, place du champs de bataille : ancien porche de la chapelle Saint-Ener remonté
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    début du 16e siècle par l’atelier Beaumanoir, dont elle reprend les caractéristiques et le modèle de façade occidentale, la nef et le chœur ont été entièrement reconstruits en 1859 afin d’agrandir l’édifice possédant des contreforts Renaissance. La chapelle, qui servait alors de grange, est tombée en ruines dans la première moitié du 20e siècle. Photographiée vers 1940 , les ruines de la chapelle conservaient la partie basse de la façade ouest flanquée de contreforts et ouverte d’une arche Renaissance, ainsi qu’une partie de la façade est et de l’ouverture de la maitresse-vitre, pouvant dater du 17e siècle. En 1969 l’arche a été déplacée et remontée sur la place du Champs de bataille au sud de l’église Saint-Ténénan à la ville de Guerlesquin. Située près du village de Kerhellou, la chapelle de Saint-Thégonnec a été au sud-est de celle-ci, la chapelle, en ruines, conserve une large ouverture dans sa façade est à encore visibles. La façade ouest comportait un clocheton. Face aux anciennes halles en la ville de
  • Le patrimoine religieux sur la commune de Botsorhel
    Le patrimoine religieux sur la commune de Botsorhel Botsorhel
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux sur la commune de Botsorhel
    illustration :
    Plan au sol de l'église paroissiale Saint-Georges de Botsorhel IVR53_20152908786NUCA Botsorhel, croix de Croaz Christ, 1932 IVR53_20152908599NUCA Botsorhel, croix de Saint-Ener IVR53_20152908600NUCA Botsorhel, croix de Brouhel IVR53_20152908601NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    Ker ar Groas n’ont pas été retrouvées. La croix de Saint-Ener, dont le socle est daté 1813, est un Église et chapelles Le chœur et le chevet de l’église paroissiale Saint-Georges ont été reconstruits entre 1877 et 1885. La tour-clocher date du 17e siècle et a été conservée lors de la reconstruction. Une seule chapelle existe sur la commune, la chapelle du Christ proche du hameau de Lesconais. La dépendait du manoir de Brévara. Tombée en ruines à la fin du 19e siècle, elle fut rasée au début du 20e visibles au début du 20e siècle. Fontaines Trois fontaines existent sur la commune : fontaine de Ker Izella au bourg, associée à un lavoir, fontaine de Christ proche de la chapelle du même nom, à fronton et piscine en granite, fontaine du Gollot. Le cadastre napoléonien mentionne une fontaine de Perouniou à Keranscol et une fontaine au hameau de Poulguinen Huella. Croix et calvaires La croix de Croaz-an-Alleguen semble être la plus ancienne de la commune, probablement datable de la fin du Moyen Age. Seule une croix
  • Le patrimoine religieux de la commune de Logonna-Daoulas
    Le patrimoine religieux de la commune de Logonna-Daoulas Logonna-Daoulas
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux de la commune de Logonna-Daoulas
    illustration :
    Croix de Ruliver, Saint Jean, Saint Nicodème, ange et plaies du Christ, 16e siècle Croix de Ruliver (état 1969) IVR53_19692905418Z Croix de mission, 1898 IVR53_20172905016NUCA Croix de Clemenehy : inscritpion SALMON PIERRES DE PORS AN - - - MA: FAICT: FAIRE: AN: SA: DEVOTIO Croix de Clemenehy : inscritpion SALMON PIERRES DE PORS AN - - - MA: FAICT: FAIRE: AN: SA: DEVOTIO Croix de Clemenehy : inscritpion SALMON PIERRES DE PORS AN - - - MA: FAICT: FAIRE: AN: SA: DEVOTIO Croix de Penavern IVR53_20172905020NUCA Croix de Penavern (état 1969) IVR53_19692905388Z Calvaire de Gorre ar c'hoat, vue rapprochée : Christ, Vierge et saint Jean, écu à trois roses Calvaire de Gorre ar c'hoat (état 1969) IVR53_19692905393Z
    referenceDocumentaire :
    Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et de Léon. COUFFON, René, LE BARS , Alfred. Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et de Léon. Saint-Brieuc : les Presses
  • Le patrimoine religieux sur la commune de Plougonven
    Le patrimoine religieux sur la commune de Plougonven Plougonven
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux sur la commune de Plougonven
    illustration :
    Manoir et chapelle de Kerloaguen, dessin de Louis Le Guennec, début 20e siècle Fontaine Saint-Eutrope, dessin de Louis Le Guennec, début 20e siècle IVR53_20152908513NUCA Coix de chemin, la Croix de Pierre IVR53_20152908520NUCA Croix, la croix de pierre (état en 1970) IVR53_19702905713Z Chapelle de Mézedern IVR53_20152908501NUCA Chapelle de Kerbiriou, 18e siècle, élévation ouest IVR53_20152908503NUCA Enclos paroissial, chapelle de Christ, 18e siècle, élévation ouest IVR53_20152908505NUCA Ruines de chapelle, Mikaël ar Chapel, vue ouest IVR53_20152908507NUCA chapelle de Kermeur, milieu 20e siècle, élévation ouest IVR53_20152908509NUCA chapelle de l'ancien Sanatorium de Guervenan, années 1920, élévation sud IVR53_20152908510NUCA
    denominations :
    fontaine de dévotion
    contenu :
    en granite, comportant une représentation de la crucifixion, se retrouve au bourg et dans le Kerhuelvez, même s’il s’agit probablement d’un réemploi, le linteau de la maison comporte un calice sculpté et la date de 1643). Un certain « Le Lay » fut en effet curé sur la paroisse de Plougonven durant pierre. Sur le fronton, au dessus de la niche qui devait abriter une statuette à l’effigie du saint Guennec note encore en 1922 qu’on vient à la fontaine de Saint-Eutrope « de tout le pays de Tréguier afin , l’ancienne chapelle de Saint-Eutrope fut construite au cours du 15e siècle. Vers 1780, la chapelle, dans un avoir été terminée vers 1789. Le gros œuvre est constitué de moellons et de larges pierres de taille de du Cosquer. La chapelle de Kerloaguen, dédiée à Saint-Joseph, était en ruine au début du 20e siècle . Louis Le Guennec la faisait remonter au début du 16e siècle : « la chapelle, édifice du XVIe siècle , « les ruines embroussaillées de la chapelle, jadis dédiée à Saint-Pierre ». A Saint-Souron, des pierres
  • Le membre de Pont-Melvez, la Commanderie (Pont-Melvez)
    Le membre de Pont-Melvez, la Commanderie (Pont-Melvez) Pont-Melvez - Commanderie (la) - en village
    titreCourant :
    Le membre de Pont-Melvez, la Commanderie (Pont-Melvez)
    description :
    première se lit sur le parement extérieur du premier pavillon au nord et la seconde, sur le linteau de la peu de vestiges de la période hospitalière. Sur le pignon occidental, le portail date du XVIe siècle de Saint-Jean-Baptiste du XIVe ou XVe siècle et rappelant le vocable de la paroissiale, repose sur un quelques fragments de mobilier viennent rappeler le passé hospitalier du site. L’entrée monumentale arasé. Dans la remise, au sud des vestiges du logis, un bénitier tardimédiéval est incrusté dans le dans la chapelle du Christ à 500m au nord du manoir. Enfin, deux armoiries ornent encore le manoir, la cheminée de la salle basse du second pavillon. C’est un écu de tournoi (carré) à trois quintefeuilles archivolte en accolade ornée de crochets et sommée d’un fleuron. Au sud, la façade a été entièrement remaniée personnage en pied. Les assises entourant le portail méridional démontrent un réemploi de ce dernier, à piédestal devant le pignon occidental de l’église.
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Plaque incrustée sur le parement de la sacristie, église paroissiale, Le membre de Pont-Melvez Plaque de la sacristie avec inscription de 1675, église paroissiale, Le membre de Pont-Melvez (Pont Vue intérieure de la nef, église paroissiale, Le membre de Pont-Melvez (Pont-Melvez Croquis du manoir commandal de Pont-Melvez, Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705 (A. D . de La Vienne, 3H1 444 IVR53_20152211895NUCA Croquis de l'église paroissiale de Pont-Melvez, Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705 (A . D. de La Vienne, 3H1 444) IVR53_20152211897NUCA Manoir commandal de Pont-Melvez, Dessin à la plume aquarellé, 1731 (A. D. de La Vienne, 3H1 446 Eglise paroissiale de Pont-Melvez, Dessin à la plume aquarellé, 1731 (A. D. de La Vienne, 3H1 446 Entrée principale du manoir commandal, Le membre de Pont-Melvez (Pont-Melvez) IVR53_20152211877NUCA
    historique :
    de 1417 précise que frère Yves Fournier fait construire le manoir commandal et restaure la chapelle principau membres de la comanderie de la Feilée, il est composé d’un logis propre à loger le comandeur avec proche du manoir servant de pasturage a tous les bestiaux de la paroisse, ainsi que le moulin du Redou et son jardin. Dans la déclaration de 1697, il est stipulé que le commandeur est seul seigneur spirituel 1655. Dans le mémoire de la commanderie de La Feuillée de 1702, il est précisé que le clocher de dénomination de penmaelvas. Vers 1360, suite à la dévolution des biens templiers aux Hospitaliers, la paroisse sauvegarde de la part du duc Jean V, précisant que sa protection doit être étendue à ses chapelains, clers et est commandeur de la commanderie de Pontmelve, et de ses membres, appartenances, dépendances. Il tient en fief la paroisse entière de Pont-Melvez ainsi que des biens dans les paroisses de Ploumilliau , Coatréven, Plouisy et Squiffiec. Ainsi, pendant plus de deux siècles, de nombreux frères se succèdent à la
    localisation :
    Pont-Melvez - Commanderie (la) - en village
    referenceDocumentaire :
    Déclaration et dénombrement de La Feuillée, 20 Septembre 1697. Mémoires de la commanderie de La Feuillée, 1655 et 1702 Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705, reliure en veau, Tome 1. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1731, reliure en veau, Tome 2. Aveu pour les commanderies de Pontmelvé et du Temple en Pleloch, Jacques Aymer, 1532 Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902. Lettres et mandements de Jean V duc de Bretagne (1402-1442) BLANCHARD, René. Lettres et mandements de Jean V duc de Bretagne (1402-1442) . 5 vol., Nantes, 1889-1895.
  • La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h (Peumerit-Quintin)
    La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h (Peumerit-Quintin) Peumerit-Quintin - Loc'h (le) - en village
    titreCourant :
    La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h (Peumerit-Quintin)
    genresDestinataire :
    d'hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem
    description :
    -Pestivien, on retrouve à l’est, le moulin de la commanderie totalement reconstruit, mais dont les anciens XIIIe siècle qui éclaire timidement l’entrée de la nef, puis le porche, remonté il y a quelques gouttereau de la façade sud. Le bras de transept a été aussi entièrement reconstruit, mais sur ses rampants gothique, et contre le maitre-autel, un tronçon de colonne octogonale. L’entrée de la chapelle sud, formant Le village du Loc’h est situé à 3km à l’ouest du Bourg de Peumerit-Quintin au milieu d’une large disparu tout comme le manoir emmotté déjà ruiné au début du XVIIe siècle. Sur la route qui mène à Maël saillant. La façade occidentale est percée d’un portail en plein-cintre mouluré d’un mince tore et le mur pignon est coiffé d’un clocheton à une seule chambre de cloche. La façade septentrionale est totalement aveugle, le mur pignon du bras de transept nord étant en saillie sur un terrain à fort pendage, il est double ressaut en larmier. Seule, une baie rectangulaire simplement chanfreinée éclaire le bras de
    annexe :
    - la Flagellation, la Corde au cou, le Portement de croix, la Crucifixion, la Descente de croix, la Antépendium de la chapelle Saint-Jean-du-Loc'h Déplacé en 1961 de la chapelle Saint-Jean-du-Loc'h à l'église paroissiale de Peumerit-Quintin, l'autel en pierre qui prenait place dans le chœur de l'ancienne horizontalement par des pinacles fleuronnés. On peut nettement rapprocher la mise en œuvre de cet antependium à la charnière des XVes et XVIes siècles, coïncidant avec les travaux de Guillaume Taret dont la vitre du chapelle hospitalière est une œuvre remarquable. Son antependium sculpté représente - de gauche à droite Résurrection et la Descente aux limbes. Hormis la Crucifixion, toutes les scènes sont surmontées d'une frise d'arcs trilobés, coiffés chacun d'un gable en accolade orné de crochets et fleurons, et rythmés transept nord en avait conservé la date, soit 1496. Informations complémentaires : dossier d'archivage de 1967 : Lien PDF
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Portail occidental, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Façade nord angle nord-ouest, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Baie rectangulaire, transept nord, , La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Façade orientale, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin IVR53_20152211801NUCA Façade méridionale, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Fenêtre en façade méridionale, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Détail de la fenêtre en façade méridionale, , La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit Porche méridional, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Portail méridional, La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin Calvaire, , La commanderie de Maël et Loc'h, Le Loc'h, Peumerit-Quintin IVR53_20152211807NUCA
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    fontaine de dévotion
    historique :
    Le loch est mentionné pour la première fois en 1160 dans la charte confirmative de Conan IV dépend de la commanderie de La Feuillée , car le commandeur Pierre de Keramborgne, revendique la commanderie du Louc’h et de Mael. Sur la vitre du collatéral sud figurait nencore au milieu du XIXe siècle l'endroit de Guille Taret, feu Guille Taret est mis ». Les membres de la famille Taret semblent être des donateurs ponctuels du Loc’h, car on pouvait encore lire sur un des piliers de la porte du cimetière avoir esté anciennement un chasteau. En 1697, en la paroisse de mael Cy devant la treve du louch dont Seigneurs ny ayant droit, Lad. Treve et son Cimetiere Embornée de Touttes parts des Terres de la Commanderie , Contenant en fond vingt Cordes, et douze pieds. La Chapelle St. Thomas en lad paroisse de Maël proche ladite XIXe siècle, lors de sa visite au bourg du Loc’h, Sigismond Ropartz remarqua dans la maîtresse-vitre - aujourd’hui disparue - un écusson fascé d'hermines et de gueules indiquant le lignage des Rostrenen, et un
    localisation :
    Peumerit-Quintin - Loc'h (le) - en village
    referenceDocumentaire :
    Déclaration et dénombrement de La Feuillée, 20 Septembre 1697. Procès-verbal de visite de la commanderie de La Feuillée, commandeur René de Saint-Offange, 1617 Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705, reliure en veau, Tome 1, sans pagination. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1731, reliure en veau, Tome 2. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.
  • Les croix de chemin, croix monumentales, églises paroissiales et monuments sur la commune de La Fresnais
    Les croix de chemin, croix monumentales, églises paroissiales et monuments sur la commune de La Fresnais Fresnais (La)
    titreCourant :
    Les croix de chemin, croix monumentales, églises paroissiales et monuments sur la commune de La
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Fresnais
    illustration :
    A la mairie, base de croix provenant du lieu-dit les Quatre Croix IVR53_19993505790NUCA Ancienne base(?) de croix repérée en 1972 au Haut Autrouet IVR53_19723500762Z
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    bénitier de l'ancienne église, conservé au village de la Renaudière qui n'a pas pu être repéré durant ce Outre l'église remarquable, la commune compte 12 édicules religieux, dont le vestige repéré en 1972 au Haut Autrouet. Croix monumentales, croix de cimetière ou croix de chemin, la plupart sont des ouvrages de production sérielle datés du 19e siècle et du 20e siècle ; aussi la croix, dite de la Ville es Mariaux (1609), portant le nom de son mécène, quoique sous forme de vestige, est tout à fait digne d'intérêt. Au début du 20e siècle, P. Banéat publiait dans le Département d'Ille-et-Vilaine, le dessin du
    localisation :
    Fresnais (La)
    referenceDocumentaire :
    MATHURIN, Chanoine J. Les vieilles croix du canton de Cancale. Annales de la société d'histoire et GEFFROY, P. Répertoire des calvaires et des croix de la région de Saint-Malo. [s.l. ; s.n.], 1977 d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 1909. . (Centre de documentation du Patrimoine). p. 76 Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le
  • Les églises paroissiales, les croix monumentales, les croix de chemin, le cimetière et le monument aux morts sur la commune de Lancieux
    Les églises paroissiales, les croix monumentales, les croix de chemin, le cimetière et le monument aux morts sur la commune de Lancieux Lancieux
    titreCourant :
    Les églises paroissiales, les croix monumentales, les croix de chemin, le cimetière et le monument aux morts sur la commune de Lancieux
    illustration :
    Lancieux, le bourg. Restes de l'ancienne église paroissiale (2ème quart du 18ème siècle Lancieux, la Mettrie. Croix de chemin (18ème siècle ?) IVR53_20082205554NUCA Lancieux, le bourg. Croix de chemin (18ème siècle ?) IVR53_20082205414NUCA Lancieux, la Croix-Sergeul. Croix de chemin (18ème siècle) IVR53_20082205665NUCA Lancieux, la Buglais. Croix de chemin (19ème et 20ème siècles) IVR53_20082205535NUCA Lancieux, la Mettrie. Croix de chemin (1ère moitié du 20ème siècle) IVR53_20082205553NUCA Lancieux, le bourg. Croix de chemin (1ère moitié du 20ème siècle) IVR53_20082205295NUCA Lancieux, rue Henri Samson. Croix de chemin dite croix de Cohiniac (16ème siècle Lancieux, rue des écoles. Croix de chemin (époque moderne) IVR53_20082205394NUCA Lancieux, le bourg. Nouvelle église paroissiale (1er quart du 20ème siècle) IVR53_20082205324NUCA
    profession :
    [architecte diocésain] Le Guerrannic Eugène
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 16ème siècle (croix de chemin dite de ont été repérées sur le territoire de la commune de Lancieux [fig. 1-12], parmi lesquelles le clocher Cohiniac) et le début du 3ème quart du 20ème siècle (1950, croix de mission au cimetière). Douze oeuvres de l'ancienne église paroissiale Saint-Cieux, inscrit au titre de la législation sur les monuments historiques, a fait l'objet d'une proposition de sélection [fig. 2]. Les dates de construction relevées sur le 1950. Les noms d'auteur attribués par source ou par travaux historiques sont : Gallé (sculpteur), Le
  • L'église paroissiale, les chapelles, les croix de chemin, le cimetière et les fontaines de dévotion sur la commune de Saint-Quay-Portrieux
    L'église paroissiale, les chapelles, les croix de chemin, le cimetière et les fontaines de dévotion sur la commune de Saint-Quay-Portrieux Saint-Quay-Portrieux
    titreCourant :
    L'église paroissiale, les chapelles, les croix de chemin, le cimetière et les fontaines de dévotion sur la commune de Saint-Quay-Portrieux
    illustration :
    Saint-Quay-Portrieux, Kertugal. La chapelle Notre-Dame de la Garde (1828) IVR53_20062211127NUCA Saint-Quay-Portrieux, la fontaine Saint-Quay (1862) IVR53_20062211439NUCA
    profession :
    [sculpteur] Le Meur Y. [sculpteur] Le Sage
    denominations :
    croix de chemin fontaine de dévotion
    historique :
    datation du corpus est comprise entre le 18ème siècle et la fin du 2ème quart du 20ème siècle. Les noms 11 oeuvres ont été repérées, parmi lesquelles 2 ont fait l'objet d'une sélection [fig. 1 et 2]. La (sculpteur), Hue (sculpteur), Labbé (sculpteur), Le Meur Y. (sculpteur), Le Sage (sculpteur), Maignan
  • Le village de Saint-Rémy-du-Plain
    Le village de Saint-Rémy-du-Plain Saint-Rémy-du-Plain - en village
    titreCourant :
    Le village de Saint-Rémy-du-Plain
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Antrain
    illustration :
    Le village de Saint-Rémy-du-Plain sur le cadastre de 1824 IVR53_20123510225NUCA Vue de la rue des Lilas IVR53_20123501511NUCA Vue générale de la rue des Lilas IVR53_20123501488NUCA Vue est de la rue des Hortensias IVR53_20123501494NUCA Vue de la rue des Hortensias IVR53_20123501510NUCA Vue ouest de la rue des Hortensias IVR53_20123501495NUCA Vue de la rue des Ecoles IVR53_20123501513NUCA Vue de la rue des Ecoles IVR53_20123501509NUCA Vue de la rue des Hortensias IVR53_20123501508NUCA Détail de la statue de saint Michel IVR53_20123501504NUCA
    historique :
    -Bretagne à Bazouges-la-Pérouse. On constate que le village n'est pas situé au centre de la commune mais construction de la mairie-école au nord du village en 1866, les nombreux bâtiments le long de la route Sur le cadastre napoléonien daté de 1824, le village de Saint-Rémy-du-Plain est constitué de quelques constructions anciennes dans le village, pouvant remonter à la fin du 16e siècle. Elles ont été encore l'alignement de logis du 10-12 rue des Lilas. C'est au cours du 19e siècle cependant que le village a le plus évolué, pour aboutir à la physionomie que nous lui connaissons aujourd'hui. La 30, rue du Rocher et rue des Hortensias, reconnaissables à l'utilisation de la brique, de la tuile mécanique en couverture et de la disposition des moellons de granite tête dressée dans un but décoratif. quelques constructions établies sur un axe nord-sud, qui correspond à l’actuelle route menant de Sens-de plutôt excentré et que les constructions ne sont pas concentrées autour de l'église. Il subsiste
    referenceDocumentaire :
    . Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France). p.144-152 ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. BADAULT, Dominique . CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985. Cadastre de 1824 Saint-Rémy-du-Plain. Section C première feuille, par Audran, géomètre. Papier p. 74-76 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine p.91-93 Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le  : Editions Régionales de l´Ouest, 1994. p.236-239 Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le patrimoine religieux (île-de-Sein)
    Le patrimoine religieux (île-de-Sein) Île-de-Sein
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux (île-de-Sein)
    cadresEtude :
    inventaire topographique île-de-Sein
    illustration :
    Chapelle Saint-Corentin, depuis le phare de l'île de Sein IVR53_20142900714NUCA Carte postale. Ile-de-Sein, l'église. Ed. ND. IVR53_20142905712NUCA Statuette dans niche, rue Abbé Le Borgne IVR53_20142900715NUCA Croix de Nifran IVR53_20142900738NUCA
    historique :
    Le patrimoine religieux de l'île-de-Sein se compose de l'église paroissiale (1901), de la chapelle fin du 19e siècle. Le déplacement de l'église du centre (emplacement actuel de la mairie) vers le cimetière, déplacé en 1947, et de celui dit des "Cholériques", trace funeste des épidémies de choléra à la Saint-Corentin (reconstruite dans les années 1970), de deux croix monumentales (1776, 1881), du nord de l'île a permis à l'habitat insulaire une implantation de l'habitat moins dense. Les axes de circulation ont été modifiés par le déplacement du cimetière vers Pordever, permettant aussi une implantation
    localisation :
    Île-de-Sein
  • Le patrimoine religieux de l'île-Molène
    Le patrimoine religieux de l'île-Molène Île-Molène
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux de l'île-Molène
    illustration :
    Croix de mission (1949) et monument aux victimes de la guerre 1939-1947 IVR53_20152905039NUCA Croix de Karit, micaschiste. 1618. IVR53_20152905038NUCA Tevenn, croix de mission, 1921 IVR53_20152905043NUCA
    historique :
    Le patrimoine religieux de l'île-Molène est assez récent (croix de missions, croix commémorative et sont à signaler. L'ancien cimetière était situé à l'ouest de l'édicule portant la statue de Saint Joseph, où se trouvait une chapelle dédiée à Notre-Dame. Une carte marine représentant l'archipel de ) et d'autres gravées sur des dalles-utilisées en remploi- provenant de l'ancienne chapelle Notre-Dame Molène vers 1771 permet de voir de façon distincte deux enclos ou placîtres avec édifices religieux. S'il devait y avoir un cimetière près de l'ancienne église celui ci devait être de faible importance d'où un
  • L'église paroissiale, le monument aux morts, le couvent Saint-François, les chapelles, les croix monumentales et croix de chemin sur la commune de Plouguiel
    L'église paroissiale, le monument aux morts, le couvent Saint-François, les chapelles, les croix monumentales et croix de chemin sur la commune de Plouguiel Plouguiel
    titreCourant :
    monumentales et croix de chemin sur la commune de Plouguiel L'église paroissiale, le monument aux morts, le couvent Saint-François, les chapelles, les croix
    illustration :
    Plouguiel, le bourg (la vieille côte). Croix terminale ornée d'un Christ en croix surmonté du Plouguiel, le bourg. Croix de cimetière (17ème siècle ?) IVR53_20082208328NUCA Plouguiel, la chapelle Notre-Dame de Kelomad (18ème siècle) IVR53_20082208313NUCA Plouguiel, Kerousy. Croix de chemin (4ème quart du 16ème siècle) IVR53_20082208455NUCA
    profession :
    [architecte diocésain] Le Guerrannic Eugène [sculpteur] Le Meur J. [sculpteur] Le Meur Yves [sculpteur] Union artistique de Vaucouleurs
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    . 23 oeuvres ont été repérées sur le territoire de la commune de Plouguiel, parmi lesquelles la croix La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 16ème siècle et le milieu du 20ème siècle de Kerousy [fig. 2], la croix du cimetière [fig. 3] et celle de Kelomad [fig. 4], les restes de l'ancien couvent Saint-François [fig. 5] et la chapelle Notre-Dame de Kelomad [fig. 6] ont fait l'objet d'une proposition de sélection. Les dates de construction relevées sur le terrain, attribuées par (commanditaire), Beuvant Catherine (commanditaire), conseil municipal de Plouguiel (commanditaire), Le Gueut ), Hernot Yves (sculpteur), Le Meur J. (sculpteur), Le Meur Yves (sculpteur) et l'Union Artistique de , 1896, 1900, 1915, 1922, 1936, 1937 et 1949. Les noms d'auteur, de donateur ou de commanditaire attribués par source, par signature ou par travaux historiques sont : Raoul de Kerousy (donateur), Louis de Kermel (commanditaire), Louise de Botloy (commanditaire), Heri François (commanditaire), Sadau Pierre
  • Eglise Paroissiale Sainte-Anne (Le Cambout)
    Eglise Paroissiale Sainte-Anne (Le Cambout) Cambout (Le) - en village - Cadastre : 1987 C2 1129
    titreCourant :
    Eglise Paroissiale Sainte-Anne (Le Cambout)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Chèze
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de la nef vers le choeur IVR53_19952200171X Vue de la nef vers l'ouest IVR53_19952200170X
    canton :
    Chèze (La)
    historique :
     ; monument aux morts de la guerre 1914 1918. Eglise sainte Anne commencée en 1887, clocher achevé en 1893 sur les plans de l'architecte M.Morvan
    localisation :
    Cambout (Le) - en village - Cadastre : 1987 C2 1129
    airesEtudes :
    Chèze (La)
  • Église paroissiale Saint-Etienne, le Thélin (Plélan-le-Grand)
    Église paroissiale Saint-Etienne, le Thélin (Plélan-le-Grand) Plélan-le-Grand - le Thélin - en écart - Cadastre : 1980 AW 126 1995 XI 135, 136
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint-Etienne, le Thélin (Plélan-le-Grand)
    description :
    Plan proche du plan centré, la nef est composée d'une seule travée, cul de four, fausse voûte
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Plélan-le-Grand
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1823 ; la chapelle au centre de l'image, le plan de l'église en haut de Vue intérieure prise de la nef vers le chœur IVR53_20023501634XA Extrait du cadastre de 1995 IVR53_20023514419NUC Vue intérieure prise du chœur vers la nef IVR53_20023501635XA
    canton :
    Plélan-le-Grand
    historique :
    chapelle frairienne datée de 1620 et qui avait été reconstruite entre 1851 et 1853. Le nouvel édifice , à l´initiative de l´abbé Chevrel, recteur de la paroisse. Il ne sera achevé que vers 1901, date à L´église paroissiale actuelle a été édifiée à la fin du 19e siècle en remplacement d´une ancienne laquelle se construit le clocher-porche.
    localisation :
    Plélan-le-Grand - le Thélin - en écart - Cadastre : 1980 AW 126 1995 XI 135, 136
    referenceDocumentaire :
    Commune de Plélan-le-Grand. [Immeubles à acquérir pour la construction de l'église], plume, encre par Arthur Régnault ; 1900 : procès verbal et adjudication des travaux de construction pour le clocher INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle [Plélan-le-Grand. Eglise paroissiale Saint-Pierre] Projet de réparation, plan, par J.F. Pointeau Ille-et-Vilaine. Commune de Plélan-le-Grand. Plan cadastral dit "napoléonien". Section H dite de Ille-et-Vilaine. Commune de Plélan-le-Grand. Plan cadastral. Section XI, plan cadastral, 1995 devis dressé par Arthur Régnault, Sylvain Brunet entrepreneur à Rennes ; 1901 : subvention de 6000 Francs accordée pour l'achèvement de l'église, 1930 : procès verbal de réparation du clocher). t. 3, p. 112 BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments
  • L'église paroissiale, le monuments aux morts, les chapelles, les croix de chemin sur la commune de Kerbors
    L'église paroissiale, le monuments aux morts, les chapelles, les croix de chemin sur la commune de Kerbors Kerbors
    titreCourant :
    L'église paroissiale, le monuments aux morts, les chapelles, les croix de chemin sur la commune de
    illustration :
    Kerbors, le bourg. Monument aux morts de la Première Guerre mondiale en forme d'obélisque, par le Kerbors, le bourg. Croix monumentale de type Hernot (1874) IVR53_20092205113NUCA Kerbors, Keraliou. Croix de l'ancien cimetière ou croix à haut fût monolithe sur socle et Kerbors, la chapelle Saint-Aubin (1752) IVR53_20092205088NUCA Kerbors, Troezel-Vras. Croix de chemin de type Hernot (1856) IVR53_20092205199NUCA Kerbors, le bourg. L'église paroissiale Notre-Dame (1859-1861) IVR53_20092205092NUCA Kerbors, Kerlijouan. Croix de chemin ou croix à fût monolithe sur socle et soubassement (1881 sculpteur Yves Le Meur (1921) IVR53_20092205076NUCA
    profession :
    [sculpteur] Le Meur Yves
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    La datation des oeuvres repérées sur le territoire de la commune de Kerbors est comprise probablement entre le haut Moyen Age (croix de Pen-Lann) et le 1er quart du 20ème siècle (monument aux morts de la Première Guerre mondiale). L'enquête a permi de procéder au répérage de 8 édifices et édicules [fig. 1 à 8], parmi lesquels 2 ont fait l'objet d'une proposition de sélection : la croix monolithe à branches courtes de Pen-Lann [fig. 1] et la croix du cimetière [fig. 2], autrefois située près de l'église paroissiale. Les dates de construction relevées sur le terrain, attribuées par travaux historiques ou par sources sont les suivantes : 1752, 1856, 1859, 1861, 1864, 1874, 1881, 1890 et 1921. Les noms d'auteur, de donateur et de commanditaire attribués par source ou par travaux historiques, d'après signature et inscription sont les suivants : Adam, Ch. (commanditaire), conseil municipal de Kerbors (commanditaire (entrepreneur), Le Calvez, Jean (commanditaire), Le Meur Yves (sculpteur) et Moreau, Pierre (donateur).
  • Église paroissiale Saint Martin, place de l'Eglise (Le Pertre)
    Église paroissiale Saint Martin, place de l'Eglise (Le Pertre) Pertre (Le) - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1986 AC 23
    titreCourant :
    Église paroissiale Saint Martin, place de l'Eglise (Le Pertre)
    annexe :
    éleva une tour. L'église agrandie de la sorte, fut solennellement bénite, le 24 mai 1835, par Mgr de de Vertou a été de tout temps le patron du Pertre. L'ancienne église se composait jadis d'une nef fondations existaient en cette église, notamment celles de Saint-Michel, -de la Fouscherie, fondée en 1484 par James Jousselin et valant 100 liv. de renté en 1790, - et celle de la confrérie du Rosaire, dont Extrait de l'abbé Guillotin-de-Corson. Pouillé historique de Rennes, p 428-429 Saint-Martin, abbé accompagnée d'un seul collatéral au sud ; derrière le chanceau était une vieille chapelle appelée le Choeur des Moines, et prohibitive vraisemblablement au prieuré du Pertre ; on y voyait de grosses colonnes historiées et l'on disait qu'elle datait du 10e siècle. Toute cette antique portion de l'édifice fut détruite Lesquen, en présence de Mgrs Bouvier, évêque du Mans, et de Hercé, évêque élu de Nantes. Plusieurs les messes furent fondées en 1664. Cette église vient elle-même de disparaître.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Pertre
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    L' église prise depuis la base de loisirs IVR53_20023517447NUCA Vue générale, la façade d'entrée et le clocher IVR53_20033500201NUCA L'église au début du siècle, carte postale de E. Mary Rousselière IVR53_20023517545NUC Vue générale, le chevet et le clocher IVR53_20033500198NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; calcaire ; pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_34 :
    Oeuvre étudiée lors de l'enquête thématique préliminaire effectuée en 1994, sur les églises et chapelles d'Ille-et-Vilaine. Une mise à jour des données a été effectuée, en 2002, lors de l'enquête
    historique :
    L'ancienne église priorale dépendant de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes a été reconstruite après les destructions anglaises de 1442. Elle était composée d'une nef avec un collatéral au sud et d'une chapelle située derrière le chancel appelée choeur des moines. Cette chapelle à colonnes historiées datée du 10e siècle a été démolie en 1829. L'église actuelle est élevée en 1863 sur les plans de l'architecte Audrouin et terminée en 1873 par l'architecte rennais Gelly pour la tour clocher.
    localisation :
    Pertre (Le) - place de l' Eglise - en village - Cadastre : 1986 AC 23
    referenceDocumentaire :
    INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne 3438. Le Pertre (I.-et-V.) - Intérieur de l'Eglise, carte postale, E. Mary-Rousselière, édit BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine... Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929 GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire . Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine  ; par ORAIN Véronique et BARBEDOR Isabelle, avec la collaboration de DUFIEF-MOIREZ Denise, RIOULT Jean-Jacques. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996 13 - LE PERTRE (I.-et-V.) - L'Eglise, carte postale, J. Sorel, édit. Rennes, [s.d.] (A.D. Ille-et Le Pertre (I.-et-V.) Eglise - Intérieur, carte postale, J. Sorel, éditeur, Rennes, [s.d.] (A.D 3439 - Le Pertre (I.-et-V.) - L'Eglise, carte postale, E. Mary-Rousselière, édit., Rennes, [s.d
  • Le patrimoine religieux sur l'île de Ouessant
    Le patrimoine religieux sur l'île de Ouessant Ouessant
    titreCourant :
    Le patrimoine religieux sur l'île de Ouessant
    illustration :
    Kerber, enclos de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Espérance, 17e siècle IVR53_20142905486NUCA Kergoff, croix de chemin, bois, 20e sicèle IVR53_20142905487NUCA Kermorvan, croix de chemin, 20e siècle IVR53_20142905488NUCA Kernigou, croix de chemin, 17e siècle IVR53_20142905489NUCA Kernonen, croix de mission dite croix de Saint-Michel, 1851, 1913 IVR53_20142905490NUCA Pennors-Poulbrac, croix de chemin, 20e siècle IVR53_20142905491NUCA Pierre gravée à fonction de croix de station lors des processions, 1915 IVR53_20142900469NUCA Parluc'hen, croix de chemin, date portée 1852 IVR53_20142905575NUCA Pierre gravée à fonction de croix de station lors des processions IVR53_20142900468NUCA Pierre gravée à fonction de croix de station lors des processions IVR53_20142900470NUCA
    contenu :
    (indiquée ruinée sur le cadastre de 1842, la croix était situé au sud de la parcelle). Les noms des (cérémonie de substitution dont on trouve trace en 1734 sous la forme latine de proilla). Le cimetière des Le patrimoine religieux bâti de l'île de Ouessant est assez récent : l'église paroissiale est de 1860, la chapelle Notre-Dame de Bon voyage à Locqueltas (1884), et de Notre-Dame d'Espérance à Kerber 17e, 18e et 19e siècles. Plusieurs, désaffectées après la Révolution, ont servi de casernement avant de disparaître. Le plan, établit par le Génie militaire (Atlas des bâtiments militaires des places de chapelle Saint-Pierre, 22 dans la chapelle Saint-Michel (détruite lors de la construction du fort Saint de croix. La croix de chemin du Reun est située à l'emplacement de la chapelle Saint-Hilaire parcelles environnantes attestent de l'existence ancienne de la chapelle : Mez ar coz chapel, prat ar chapel , liors saint hilarion, liors ar chapel. A l'emplacement de la chapelle Saint-Nicolas se trouve
  • L'église paroissiale Saint-Martin (Le Tiercent)
    L'église paroissiale Saint-Martin (Le Tiercent) Tiercent (Le) - le Tiercent - isolé
    annexe :
    20113505009NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103501416Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande45. 20103501202Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande05. 20103501203Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande05. 20103501204Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande05. 20103501205Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 336_35_74_bande05. 20103501206Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande06 . 20103501207Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande06. 20103501208Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande06. 20103501209Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande06. 20103501210Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 336_35_74_bande06. 20103501211Z : Service de l'Inventaire du patrimoine
    illustration :
    L'église Saint-Martin sur le cadastre de 1833. IVR53_20113505009NUCA Détail de la croix de chemin. IVR53_20103501206Z Inscription et date sur la croix de chemin. IVR53_20103501209Z Date sur la croix de chemin. IVR53_20103501210Z Baie de la façade sud. IVR53_20103501217Z Pierres tombales, sol de la nef. IVR53_20103501218Z Pierres tombales, sol de la nef. IVR53_20103501219Z Autel de la chapelle sud. IVR53_20103501231Z Baie de la façade latérale du chevet. IVR53_20103510208NUCA Détail du fût de la croix de chemin IVR53_20103510212NUCA
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Tiercent (Le) - le Tiercent - isolé
    titreCourant :
    L'église paroissiale Saint-Martin (Le Tiercent)
    dates :
    1707 porte la date 1711 porte la date
    description :
    l'ancienne chapelle seigneuriale, précédée d'un arc brisé à moulures, dominant de trois marches le sol de la ´enfeu des Ruellan. La topographie du terrain a imposé une surélévation du chevet et de la chapelle nord compte également quatre contreforts à ressauts. La façade sud de la nef compte une lancette flamboyante transepts, découverts, sont percés de deux fenêtres jumelées en plein cintre. Le transept nord compte en gouttereau, dont une à linteau sculpté d´un arc brisé et trilobe. Le sol de l'église est couvert de pierres tombales, dont les plus anciennes remontent au moins au 16e siècle. La nef, le choeur et les transepts possèdent une voûte lambrissée, tandis que le choeur est plus étroit que la nef. Au nord, on trouve L´église paroissiale est liée à la seigneurie du Tiercent, on y trouve notamment les armoiries et l . L´élévation ouest est percée d´une porte en plein cintre surmontée d´une archivolte, la façade outre trois écussons et une croix solaire sculptée. Le chevet compte deux baies sur chaque mur
    statut :
    propriété de la commune
    murs :
    pierre de taille
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    croix de chemin
    historique :
    La paroisse de Le Tiercent est mentionnée pour la première fois dans les textes en 1221, même si on 15e au 18e siècle. La nef et le porche méridional sont du 15e siècle, ainsi que la chapelle nord même si elle a été modifiée au 17e siècle. La chapelle sud et le chevet sont respectivement datés 1707 et 1711. Le clocher est du 17e siècle, il abrite encore une cloche datée 1642 offerte par Gilles III de Ruellan, petit-fils de Gilles de Ruellan qui acheta la seigneurie au début du 17e siècle.
    couvrements :
    lambris de couvrement
    referenceDocumentaire :
    p. PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927. p. MAUPILLE, Léon. Notices historiques et archéologiques sur le canton de Saint-Brice, 1879. . Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). p. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le p. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884. p. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
1 2 3 4 41 Suivant