Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée
    Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée Feuillée (La)
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Feuillée
    illustration :
    Carte de localisation des sites archéologiques IVR53_20072907722NUCA Menhir. Carte postale début 20e siècle (Coll. Part. Michel Penven - association 'Sur les traces de
    contenu :
    sur le territoire de la commune. Les vestiges du Néolithique, également rares, sont constitués par une de la Tène finale ont été découverts anciennement sur le territoire de la commune. L´un, trouvé en monnaies en bronze (Le Men, 1876). De l´antiquité à La Feuillée, nous ne connaissons que peu de choses. La hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dont la commanderie du bourg et le manoir de Kerbérou est bien connue gauloises de la Bretagne-Armoricaine. Bulletin archéologique de l´Association Bretonne, 3, p. 215-225. LE POTIER C., LE MOEN B., 1987 - Document de la ZPPAU (Zone de Protection du Patrimoine Architectural et petite hache polie en fibrolite découverte à Trédudon et surtout par le beau menhir en granite de les parcelles D 697 et 698. Par contre, à l´âge du bronze, La Feuillée, comme les communes voisines de tombelles ou de cimetières à coffres. La plupart du temps ces sépultures sont groupées. Ainsi, un groupe de deux tombelles. A Ruguellou, le même archéologue a fouillé pas moins de neuf tumulus. Dans l´un d´eux
    contribution :
    Contributeur Le Goffic Michel
    localisation :
    Feuillée (La)
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Dinéault
    Le patrimoine archéologique de la commune de Dinéault Dinéault
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Dinéault
    illustration :
    Menhir (disparu) situé sur le flanc nord du Ménez-Hom. Gravure d'après un dessin de Jean-Marie Bachelot de la Pylaie, vers 1850 IVR53_20092909657NUCA Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20092909658NUCA Fragment d'une statuette gallo-romaine provenant de Kerguilly à Dinéault (Musée de Bretagne, Rennes
    historique :
    » du baron de la Pylaie. Des menhirs ont été signalés anciennement à Kerédan où une parcelle porte le celui localisé au pied du Ménez-Hom par le baron de la Pylaie (Du Chatellier, 1907). Tous ces témoins dimensions variables de 2-3 mètres à 8 mètres de diamètre, le plus souvent de forme ovalaire et dont la hauteur pouvait atteindre 1,50 mètre. Plus nombreuses sur le versant nord du Ménez-Hom (De La Pylaie, 1850 . FLAGELLE E., 1877 - Notes archéologiques sur le département du Finistère. Bulletin de la Société Académique légendes de la Bretagne. Ed. Nourry, Paris, 264 p, p. 42. LE MEN R.F., 1876-1877. Statistique monumentale . La préhistoire sur le Ménez-Hom. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, T. LXVIII, p. 61 La présence du Ménez-Hom sur le territoire communal a très certainement été un élément primordial pour les différentes populations qui se sont succédées et, si l´on suit le raisonnement de Bernard Tanguy, le nom même de Dinéault serait composé de ‘din´ (colline fortifiée) et de ‘heul´ devenu ‘heol
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan
    Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan Trégarvan
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan
    illustration :
    Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20102905041NUC
    historique :
    Sur le plan archéologique, la commune de Trégarvan apparaît bien pauvre actuellement. Heureusement milieu du 19e siècle. Un menhir isolé est cité et dessiné par le baron de la Pylaie en 1850. Il se ). D´après le baron de la Pylaie, il mesurait 3 pieds et demi (1,15 mètres), mais selon une autre malfaisantes (Flagelle, 1877 ; Guénin, 1936). Le toponyme Kerbeuz est révélateur de la présence d´un ). Pierres à légendes de la Bretagne. Ed. Nourry, Paris, 264 p. LE MEN R.F. (1874-1875). Statistique . VOURC´H A. (1941). La préhistoire sur le Ménez-Hom. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t établissement gallo-romain et, lors de la construction du centre de vacances, un tertre a été arasé qui aurait éléments de dallage en calcaire. Non loin de , des tuiles romaines ont été découvertes près de l´Aulne , au nord de Keryé (Le Men, 1874-18745, Abgrall, 1918) Le docteur Vourch (1941) signale des enceintes à spacieuse (60 mètres sur 50 mètres) ; quant à la troisième, elle est moins visible. Entre et près de ces
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien
    Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien Berrien
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien
    illustration :
    Le Goënidou. Vue générale de la fouille, 1986 (cliché M. Batt, SRA Bretagne) IVR53_19862905000NUCA Menhir de Kerampeulven. Carte postale, 1906. Editeur Morin-Richier, Morlaix IVR53_20082903189NUCB Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20082907826NUCA Menhir de Kerampeulven. Vue générale IVR53_20082907647NUCA Quinoualc'h (au nord-est). Croix dite Croix de Pulvigny, Age du fer, fin du Moyen-Age. Vue générale
    historique :
    présence humaine sur le territoire de Berrien est attestée dès le post-glaciaire par la découverte, lors de la lumière des fouilles de J. Briard, notamment sur le site de Juno-Bella (qui n'a rien à voir avec direction de M. Batt ont révélé la présence d'un habitat du second âge du fer sur le site du Goënidou. Un le régime de la "Quévaise". Le hameau est constitué d'une série répétitive d'ensembles comprenant Le patrimoine archéologique de Berrien est particulièrement riche, ce qui a valu à cette commune de bénéficier, avec cinq autres, de la première série de ZPPAU thématique archéologique initiée en 1985. La hampes de flèches à des groupes de chasseurs plus ou moins nomades. Le menhir de Kerampeulven, de plus de 5 m de hauteur, est un des beaux mégalithes de la région. Il a été érigé auprès d'une source dans un pas connu de transport important mais a été prélevé sur place. La face d'arrachement est encore bien l'âge de bronze en l'absence de toute fouille ou sondage. Les gravures que l'on voit sur la pierre
  • Le patrimoine archéologique de la commune du Cloître Saint-Thégonnec
    Le patrimoine archéologique de la commune du Cloître Saint-Thégonnec Cloître Saint-Thégonnec (Le)
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune du Cloître Saint-Thégonnec
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Cloître Saint-Thégonnec
    contenu :
    période que date le menhir de Kergollot, connu sous le nom de Men Sonn (la pierre dressée) dans une pâture longueur, couché sur le flanc d´une colline, au-dessus de la route de Morlaix à Huelgoat a été répertorié en 1912 par le même auteur. Il se pourrait aussi que la pierre de quartz dressée sur le Méné dont le plafond d´une des salles souterraines s´est effondré en 1990 (Le Goffic, 1993) témoignant de la - Pierres à légendes de la Bretagne. Ed. Emile Nourry, Paris, 263 p., p. 24. LE GOFFIC M., 1990 - Glanes archéologiques finistériennes. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXIX, p. 59. LE GOFFIC M prospections de P. Léopold suivies d´une fouille sur le site de Quillien où furent mises au jour des industries bronze à légers rebords découverte dans la montagne au sud de Quilliogues, mais aussi la très Châtellier, 1907). La présence des gens de l´âge du bronze se manifeste aussi par les sépultures sous forme de tumulus de dimensions variables repérés à Creac´h Ménory, à la Croix-Courte, à Bouillard et en
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
    localisation :
    Cloître Saint-Thégonnec (Le)
1