Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 16 sur 16 - triés par pertinence
  • Les manoirs, les châteaux et les demeures sur la commune de Vezin-le-Coquet
    Les manoirs, les châteaux et les demeures sur la commune de Vezin-le-Coquet Vezin-le-Coquet
    titreCourant :
    Les manoirs, les châteaux et les demeures sur la commune de Vezin-le-Coquet
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    illustration :
    Château de la Drouetière, dit le Haut Jussé IVR53_20063505679NUCA Le manoir du Tertre sur le cadastre de 1812 IVR53_20063505670NUCA Le Champ Guillaume : vue aérienne vers l'est en 1984 IVR53_19843500596V Le manoir du Tertre IVR53_20063500239NUCA Ancien manoir de Mouille-Muse IVR53_20063505624NUCA La Longrais IVR53_20063500208NUCA Château de Montigné IVR53_20063500291NUCA
    contenu :
    s'agissait d'un manoir à salle basse sous charpente, comparable à celui de la Touche à Pacé, mais dont le Mesmennier. A la Drouetière, une demeure de style néo-toscan, dite le Haut Jussé, autrefois surmontée d'un Comme d'autres communes situées aux environs de Rennes, Vezin-le-Coquet est depuis longtemps un lieu de villégiature à la campagne pour les notables de la ville. La richesse de son patrimoine est essentiellement due à la présence de nombreux manoirs et demeures dont plusieurs présentent encore aujourd'hui un caractère remarquable. Le plus ancien, le manoir de Chevillé, peut être daté du début du 15e siècle ; il sont d'intéressants bâtiments du 17e siècle, le premier devant particulièrement être signalé pour la conservation de sa distribution intérieure. Les manoirs de la Motte de Vezin, de la Drouetière, du Rouvray et le niveau du comble et parfois la présence d'un corps bas dans l'alignement du logis. La majorité de leur histoire et ont pu abriter conjointement une métairie et un espace réservé à la villégiature
    localisation :
    Vezin-le-Coquet
    referenceDocumentaire :
    INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Le MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Rennes, mémoire et continuité d'une t. 4, p.299-308 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul . Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929. BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée , Écomusée du Pays de Rennes, 2002. p. 159-171 RIOULT, Jean-Jacques. Retenues et maisons de plaisance, in INVENTAIRE GÉNÉRAL DES
  • Demeure dite "manoir de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët)
    Demeure dite "manoir de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët) Clohars-Carnoët - le Bas Pouldu - en écart - Cadastre : 1823 C3 1068 1981 AE 59
    titreCourant :
    Demeure dite "manoir de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët)
    description :
    ciment imite la pierre de taille.
    observation :
    réalise le château de Trévarez Saint-Goazec (Finistère). Malgré leur modestie, le vestibule et la cage d Hippolyte Destailleur (1822-1893) fut architecte du ministère de la justice et de l´hôtel des Monnaies à Paris. Il a construit ou restauré de nombreux châteaux, villégiatures et hôtels particuliers en ´escalier de Kerdro témoignent du style néoclassique qui caractérise un grand nombre de leurs réalisations.
    illustration :
    Etat des bâtiments, des terrain et de la route en 1892. Croquis par Hippolyte Destailleur Modifications des terrain et de la route en 1892. Projet réalisé. Croquis par Hippolyte Destailleur Extrait du cadastre de 1823, section C3 (AD Finistère, 3 P 101). IVR53_20022901022NUCA Vestibule, départ de l'escalier IVR53_20022901027NUCA
    profession :
    [commanditaire] Mauduit de?
    historique :
    Destailleur qui obtient le détournement de la route desservant Le Pouldu, ce qui permet l'agrandissement et cisterciens de Saint-Maurice, figurent sur la cadastre de 1823. La demeure forme longtemps une seule propriété avec l'édifice voisin (Ermitage de Kerdro). La propriété appartient en 1890 à l'architecte Hippolyte -André Destailleur, également architecte et apparenté à la famille de Mauduit, de Quimperlé : doublement du plan, adjonction de l'aile abritant un vestibule, la cage d'escalier et un salon, rajout d'un Certains corps de bâtiments, construits sur des terrains qui appartenaient à l'origine aux l'aménagement d'un jardin au sud. Il est sans doute à l'origine d'un projet de transformation de l'ancien logis en maison de villégiature. Ce projet a été réalisé, après sa mort, vers 1895, par son fils, Walter
    localisation :
    Clohars-Carnoët - le Bas Pouldu - en écart - Cadastre : 1823 C3 1068 1981 AE 59
    referenceDocumentaire :
    Bibliothèque Nationale de France. Le fonds Destailleur. Disponible sur : www.gallica.bnf.fr/themes A.M. Clohars-Carnoët. Service vicinal. 1890-1938. Cession de terrain entre la commune et A.N. Fonds Destailleur. Disponible sur : www.archivesnationales.culture.gouv.fr. Date de . Date de consultation : 28.08.2003. A.D. Finistère (3 P 101), extrait du cadastre de 1823, section C3 dite de Perine , échelle 1/2500 . De Foresta, préfet, Andouy, maire, Dessaux et Azémar, géomètres.
  • Les manoirs et demeures sur la commune de Bais
    Les manoirs et demeures sur la commune de Bais Bais
    titreCourant :
    Les manoirs et demeures sur la commune de Bais
    annexe :
    italiques les édifices détruits, les autres peuvent conserver quelques éléments fragmentaires] Manoir de la Fauvelière Manoir de Vaucelles Manoir du Haut Préameneu Manoir de la Courie Manoir de la Noë Manoir de Beauvais Manoir de la Perraudière Manoir de l'Abbaye Manoirs du Haut et du Grand Fougerais Manoir du Bois Mellet Manoir de Villescoz Manoir de la Bugonnière ou de la Bussonnière Manoir du Perray Manoir de Millac Manoirs de la Grande et de la Petite Villatte Manoir de Montigné Manoir de la Grousserie ou de la Gouverie Manoir d'Elberte ou d'Albert Manoir de la Rougerie.
    illustration :
    Le site de la motte castrale à Courie IVR53_20043516320NUC Les sites de manoirs projetés en vert (cadastre de 1827) IVR53_20043516326NUC Le Préameneu IVR53_20043502308NUCA
    contenu :
    ampleur autour d'une cour en U se distinguent. La Courie reste fragmentaire, toutefois le cadastre de 1827 , depuis le 17e siècle, voire le 16e siècle. [En particulier, notons que le site de la Rougerie est monumentalité distinguant les demeures de l'ancienne noblesse. Dans une bien moindre mesure, la Gousserie révèle, dans sa proximité sud, un site de motte castrale détruit depuis. La relative densité des sites . Cependant les transformations économiques affectent le paysage architectural depuis de très longues périodes entièrement détruit ou que les ouvrages de la Petite Vilatte et de la Grande Noë ne sont pas documentés du fait de la profonde dénaturation des ouvrages en l'occurrence reconstruits puis remaniés]. L'ancienne Parmi les édifices cités par Paul Banéat, seul le manoir du Préameneu conserve une certaine réduite à l'essentiel d'un volume hors du commun ou Miliac suivant une disposition générale de grande est peut-être due à la qualité des terres agricoles, que ce soit pour la culture ou l'élevage
    referenceDocumentaire :
    Plan géométrique parcellaire de la commune de Bais, section A1 dite de Nantillé. Levée par Jules p. 67-68 OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne t. 1, p. 86-93 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments
  • Les manoirs et maisons de notables sur la commune de Rédené
    Les manoirs et maisons de notables sur la commune de Rédené Rédené
    titreCourant :
    Les manoirs et maisons de notables sur la commune de Rédené
    illustration :
    Détail de la façade du manoir de Porh Cadic. IVR53_20002900079XA Emplacement des manoirs sur fond du tableau d'assemblage de 1811 (A.D. Finistère, 3 P 293 Plan parcellaire du manoir de Liminec, extrait du cadastre de 1811, section A 3 (A.D. Finistère, 3 Kergouérou, élévation sud, remplois provenant du manoir de Liminec IVR53_20002900288X Kergouérou, étage, remploi d'une cheminée provenant du manoir de Liminec IVR53_20002900289X
    historique :
    de vastes secteurs boisés. A côté de Porh Cadic et de Rosgrand, Liminec était le domaine le plus important de Rédené ; probablement fortifié, il était, comme en témoigne le tracé parcellaire encore en architecturales originelles lors de leur réutilisation comme bâtiments de ferme. Rosgrand et Liminec jouxtaient milieu du 19e siècle (murailles, élévations). L´actuelle ferme de Kergouérou conserverait quelques remplois provenant du manoir. Locjoly et Berluhec sont des demeures de notables plus récentes.
    referenceDocumentaire :
    CALVEZ, Nathalie. Les manoirs dans la châtellenie de Quimperlé, d´une réformation à l´autre (1426 LAIGUE, R. de La noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles. Réformations et montres, évêché de p. 436 OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne la collaboration principale de MM. De Blois, Ducrest de Villeneuve, Guépin de Nantes et Lehuérou A.D. Finistère, 3 P 293. Cadastre de 1811, section A 3. -1536) . Mém. D.E.A. : Hist. : Brest, Université de Bretagne occidentale, centre de Recherches Bretonnes
  • Les demeures, manoirs et châteaux sur la commune de Pacé
    Les demeures, manoirs et châteaux sur la commune de Pacé Pacé
    titreCourant :
    Les demeures, manoirs et châteaux sur la commune de Pacé
    annexe :
    de Pacé Maison de la Bourdonnaye Maison de la Chevalerie ou Lieu d'au-dessous le bourg Maison de la Fauconnière Maison de la Haute Tirelais Maison de la Potinière Maison de Launay Denieul Maison de Lorgerais Champagné Manoir de Champalaune Manoir de la Bretonnière Manoir de la Chesnais Manoir de la Crépinière Manoir de la Foucheraye Manoir de la Grande Touche Manoir de la Rabelière Manoir de la Riotelais Manoir de la Rossignolière Manoir de la Teillais Manoir de la Touche Milon Manoir de la Touche Papail Manoir de la Ville Benoiste ou de la Ville Benestre Manoir de Landaillé Manoir de Launay Bézillard Manoir de Morel Château de la Glestière Château de la Mandardière. , les ouvrages entièrement détruits en gras, les ouvrages conservant une forme ou des éléments de leur Maison du Change ou de l'Echange Maison du Chêne Amoureux Maison du Chêne Marbot Maison du Haut Verclé Maison du Hirdier ou Hirdyer Maison du Huguen Maison du Petit Rocher Manoir de Baudière Manoir de
    illustration :
    La Chênaie sur le cadastre de 1850 IVR53_20043503855NUC En vert, l'habitat de caractère cité par P. Banéat IVR53_20043504394NUC
    contenu :
    particulier le château de la Glestière datant du 17e siècle, inscrit Monument Historique. A l'instar des perdu leurs signes de noblesse. Mais le manoir de la Grande Touche, remarquablement restauré récemment . Dans la même période, le singulier manoir à logis-porche de la Mandardière connu par des dessins et des L'habitat noble ou de notables compte quelques ouvrages remarquables dans la commune, en communes de la couronne de Rennes, Pacé a compté un grand nombre de manoirs, toutefois pour la majorité , se distingue par sa grande ancienneté et la qualité de sa mise en oeuvre ; il remonte au 15e siècle photographies est malheureusement détruit depuis le début du 20e siècle. Des édifices de moindre importance , mais singuliers sont encore menacés de disparition : la demeure de Marbot ou du Chêne Marbot par exemple ; Tixue est également significatif, le château disparaît lentement avec son dernier vestige, une tour ayant servi de logement.
    referenceDocumentaire :
    Plan géométrique parcellaire de la commune de Pacé, section D2 dite de la Chênaie, levé par le tome III, p. 7-28 Le Département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments BANÉAT, Paul . Le Département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments Rennes : Librairie Moderne J
  • Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Langon
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Langon Langon
    titreCourant :
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Langon
    illustration :
    Le château de la Gaudinais IVR53_19883500334X L'ancien manoir de la Chaussée à Port-de-Roche IVR53_20013501812XA L'ancien manoir de la Couaillerais IVR53_20013510717NUCA Le château du Bot IVR53_20013501817XA
    contenu :
    siècle, à l'est de la commune, sur les hauteurs de la vallée ou à proximité de la Vilaine. De même, le château de la Gaudinais résulte du rhabillage d'une structure antérieure au 17e siècle. Au Bot, le site . Les sites de la Roche, Droulin, Quenairon et Villeneuve conservent de ténus vestiges d'installations nobiliaires anciennes. Il faudra remarquer une importante concentration de ces manoirs, pour la plupart du 16e . De cette période date également le château de Corbinières, agrandi au cours du dernier quart du cinquième, à la Couaillerais, pouvant être ajouté à ce corpus. Ces bâtiments sont tous aujourd'hui remaniés témoigne de l'implantation d'un château important aujourd'hui disparu, remplacé par une ferme et ses dépendances, tandis qu'un nouveau bâtiment fut élevé ex-nihilo au sud durant la seconde moitié du 19e siècle corps de bâtiment.
  • Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Talensac
    Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Talensac Talensac
    titreCourant :
    Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Talensac
    illustration :
    Parc et château de la Touche-Rolland IVR53_20033501733NUCA Le parc de Bransahier IVR53_20033501712NUCA
    contenu :
    à la Robiclais -, et le manoir à salle (avec cuisine et cellier) en rez-de-chaussée et chambres à concentration la plus importante de ces manoirs le long de la vallée du Meu. La mutation du site de manoir s'est Bintin, le nouvel édifice s'élève à l'emplacement de l'ancien tandis qu'à la Touche-Rolland, il est réguliers des siècles passés. Une importante demeure seigneuriale, le château de la Bédoyère, à la famille Aux 15e et 16e siècles, le territoire de Talensac compte un nombre très important de manoirs : 31 ont été transformés en ferme : ainsi les Bouchers, le Guern, la Chesnaye d'Albrée, la Robiclais et le encore en place, avec en particulier le pigeonnier du Guern ou la grange du Houx. Il faudra remarquer la effectuée d'une autre manière au cours du 19e siècle, avec la construction de châteaux neufs. Au Bois de , ces constructions s'accompagnent de l'aménagement de parcs paysagers caractérisés par la plantation Huchet de la Bédoyère jusqu'à la fin du 18e siècle, était encore implantée sur la commune au début du 20e
    referenceDocumentaire :
    p. 904 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes
  • Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Miniac-Morvan
    Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Miniac-Morvan Miniac-Morvan
    titreCourant :
    Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Miniac-Morvan
    illustration :
    Le château de la Touche IVR53_20073505958NUCB Carte postale : le château de la Touche IVR53_19883500397X Le château de Bas Miniac IVR53_20073505954NUCB Le château de Gouillon IVR53_20073505968NUCB Le château de Launay IVR53_19693500372NUC La Chalandière IVR53_19693500357NUC Le Bas Miniac : vue générale IVR53_20073500349NUCA Château de Bas Miniac : façade ouest IVR53_20073500330NUCA Vestiges d'une tour de l'ancien château fort du Bas Miniac IVR53_20073500338NUCA Le château et l'étang du Bas Miniac IVR53_20073500391NUCA
    contenu :
    qui fut reconstruite vers 1745. Daté 1731, le château de Launay a bien la sobriété des édifices du du 18e siècle. Autrefois, le château de la Touche faisait partie du territoire de Miniac-Morvan. Il  : La concentration importante de manoirs sur le territoire de la commune est vraisemblablement liée à  ; il était aux de la Monneraye en 1513. D'autres manoirs ou maisons de maître se trouvent sur le accolade. Le manoir de la Chalandière a une façade principale ajourée d'une porte en plein cintre à deux Les châteaux : Le château du Bas-Miniac date de 1749-1758. Il est édifié sur l'emplacement d'une litre extérieure en granite aux armes de Le Clavier, seigneur de Miniac (17e-18e siècles). Au trois quart détruit par un incendie en 1916, le château de Gouillon a sa partie centrale surmontée d'un se situe aujourd'hui dans les Côtes d'Armor sur la commune de Pleudihen. Les manoirs et demeures l'existence du château de Miniac. Ainsi, Paul Banéat, dans son ouvrage du début du 20e siècle intitulé Le
    referenceDocumentaire :
    Le manoir en Bretagne : 1380-1600. Cahiers de l'Inventaire. Imprimerie nationale Editions Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de France Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Histoire et Mémoire de Miniac-Morvan, bulletin semestriel de l'association Histoire et Mémoire de
  • Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bruz
    Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bruz Bruz
    titreCourant :
    Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bruz
    annexe :
    20083508110NUCB : Mairie de Bruz 19883500096XB : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 8Fi
    illustration :
    Le manoir de la Droulinais IVR53_20083501081NUCA Le manoir de la Louvière IVR53_20083501366NUCA Le manoir de la Pommeraye IVR53_20083501024NUCA Le manoir de la Houssais IVR53_20083501094NUCA Le manoir de la Noé IVR53_20083500662NUCA Le château de Cicé IVR53_20083508110NUCB Le manoir de Carcé IVR53_20083500714NUCA La Haye de Cicé IVR53_20083501160NUCA La Haye de Pan IVR53_20083500744NUCA Le château des Loges IVR53_19883500096X
    contenu :
    Les châteaux : Actuellement, il ne subsiste que trois châteaux sur le territoire de la commune , autrefois, un château féodal sur la place du centre de Bruz, sur le domaine du Pasty. Ce château avait été . - Manoir de la Thomassais : un peu avant le village de Saint-Armel, a disparu. - Manoir de Saint-Armel souvenir est conservé par les bois de Saint-Jean, près du Breil-Durand. - Manoir de la Droulinais : le autrefois une fuie. Le Chapitre de Rennes le possédait en 1787, mais le fief faisait partie dès 1648 de la Vertbuisson : a disparu. - Manoir des Coudrais : au sud de la croisée de la route de Bruz à Goven, sur le bord d'autres châteaux sur le territoire de Bruz. Ainsi, on trouvait celui du Vau Gaillard, des Planches et des rempart de pierre renforcé par quatre tours et ceint de douves de 6 mètres de large. Le domaine comportait étude. Ils sont principalement situés aux abords des vallées de la Vilaine et de la Seiche. Ainsi avec adjonction de pavillons domine ; ils sont à un étage ; les ouvertures sont disposées le plus
    referenceDocumentaire :
    328 - Château de Cicé, Commune de Chavagne (I.-et-V.) de la famille la Bourdonnaye de Montluc (Appartient au Général de la Foye). Carte postale. Collection A. Dechelette, Rennes, (s.d.). 787. Environs de Rennes. - Bruz. - Le Château des Loges et Parc. Carte postale. E. Mary-Rousselière 407 - Bruz - Le Château des Ormeaux. Carte postale. Mary-Rousselière, E. (éditeur), Rennes. [s.d.].
  • Les demeures, hôtels ou manoirs sur la commune de Tinténiac
    Les demeures, hôtels ou manoirs sur la commune de Tinténiac Tinténiac
    titreCourant :
    Les demeures, hôtels ou manoirs sur la commune de Tinténiac
    illustration :
    Manoir de la Besnelais sur le cadastre de 1836 IVR53_20063512045NUCA Manoir de Campeneuc sur le cadastre de 1836 IVR53_20063512078NUCA Ancien manoir de la Couaplais IVR53_20063511371NUCA Ancien hôtel Préciaux des Cours : détail de la façade est IVR53_20063501250NUCA Ancien hôtel de Melesse, 16-18 rue Nationale IVR53_20063501193NUCA Maison de notable, 9-11 rue Nationale IVR53_20063501181NUCA
    contenu :
    château sur le territoire de la commune avant le transfert du siège de la seigneurie à Montmuran au 12e L'histoire de la seigneurie de Tinténiac remonte au 11e siècle et l'on ne sait s'il existait un siècle. Les manoirs implantés sur la commune étaient peu nombreux. Si celui de la Fosse a totalement disparu, la majorité d'entre eux subiste à l'état de vestiges. Ainsi à Campeneuc, à la Couaplais et à la 19e et 20e siècles. L'ancien manoir de la Besnelais, également modifié au cours du temps, conserve néanmoins un corps de logis et des pavillons des 16e et 17e siècles. Seul le manoir des Vairies présente encore l'ensemble de ses dispositions d'origine, à l'extérieur comme à l'intérieur. Dans le village , plusieurs maisons nobles et hôtels sont encore visibles : la Grande Maison à l'est de la place André Ferré est la plus ancienne (1ère moitié 16e siècle). Les anciens hôtels de Melesse et Préciaux des Cours (rue Nationale) sont d'intéressants édifices pouvant être datés de la fin du 16e siècle et du début du
  • Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Saint-Just
    Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Saint-Just Saint-Just
    titreCourant :
    Les châteaux, manoirs et demeures sur la commune de Saint-Just
    illustration :
    Le château du Val construit autour de 1900 par Henri Mellet IVR53_20003513229NUCA Ancien manoir de la Vallée IVR53_20003502852XA La Rohulais : vestiges de l'ancien manoir IVR53_20003513116NUCA Le château d'Allérac IVR53_19883500623X Le château du Val : dépendances IVR53_20003513233NUCA
  • Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Bains-sur-Oust
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Bains-sur-Oust Bains-sur-Oust
    titreCourant :
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Bains-sur-Oust
    illustration :
    Le manoir de la Giraudais IVR53_20013511229NUCA Le château de la Rouardais IVR53_20013511549NUCA Le Trécouët : le château au début du siècle ; l'ancien manoir à droite de l'image L'établissement religieux d'Eudistes de la Roche du Theil IVR53_20013501924XA La maison de maître de la Morinais IVR53_20013511541NUCA La maison de maître de la Bigoterie IVR53_20013501922XA
    contenu :
    Paul Banéat fournit une liste de quatorze manoirs mentionnés sur la commune : manoir de Gouémeret (ancien manoir déclassé), manoir de la Giraudais, manoir de la Ferrière (déclassé), manoir du Plessis (ancien manoir détruit), manoir des Hilliers (ancien manoir détruit), manoir de la Rouaudaye (aujourd'hui de la Fosse-Picquet (ancien manoir détruit), manoir de la Grée (ancien manoir détruit), manoir de la Provotais (ancien manoir détruit), manoir de la Roche du Theil (ancien manoir), manoir de la Quillenaye place à un château du 19e siècle (la Rouardais, le Plessis, les Chambots, la Roche du Theil). Deux Morinaye (aujourd'hui Morinais, ancien manoir), manoir de Trécouët (ancien manoir détruit), manoir des manoirs sont déclassés : le Gouémeret conserve en partie l'édifice du 16e siècle, le Trécouët a été
  • Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Sixt-sur-Aff
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Sixt-sur-Aff Sixt-sur-Aff
    titreCourant :
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Sixt-sur-Aff
    illustration :
    Le manoir de la Cour de Sixt au début du siècle IVR53_20003502777X Le château de la Haye du Déron au début du siècle IVR53_20003502710X Le château de Bézyl-les-Bois sur une carte postale du début du siècle IVR53_20003502760X Le manoir de Rengervé IVR53_20003511234NUCA La demeure de Lannée IVR53_20003511449NUCA Cheminée d'étage de la Villebeau IVR53_20003511975NUCA Vue aérienne du domaine de Trégaret au milieu du 20e siècle IVR53_20003502872X Le Bois Orhand IVR53_20003511329NUCA La demeure du Portal IVR53_20003511955NUCA Le manoir du Mont Boissis IVR53_20003511538NUCA
    contenu :
    l'état de vestiges (Noyal, les Noës, la Villebeau). Les plus vastes propriétés sont actuellement : le manoir de Trégaret au sud-ouest de la commune, le château de la Haye du Déron au sud-est, le château de Rennes. Citons enfin le manoir de la Cour de Sixt, demeure des premiers seigneurs de la commune Paul Banéat dressait la liste de 28 manoirs sur Sixt et signalait déjà que 20 d'entre eux avaient recensées ne figurent pas dans l'inventaire de Paul Banéat : le manoir du Mont Boissis remontant au 15e siècle est aujourd'hui à cheval sur les communes de Sixt et de Renac, la demeure de Lannée datant de la sous charpente : le Grand Héréal cité plus haut et le manoir de Pommeri qui abrite une cheminée Renaissance et une cheminée en bois du 17e siècle dont le décor s'inspire de ceux du Parlement de Bretagne de disparu. 13 manoirs ou châteaux ont tout de même pu être recensés mais 3 d'entre eux sont aujourd'hui à Bézyl-les-Bois dont le parc a souffert d'incendies répétés il y a quelques années. Certaines demeures
  • Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bourgbarré
    Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bourgbarré Bourgbarré
    titreCourant :
    Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bourgbarré
    illustration :
    Le manoir de Mesneuf IVR53_20083501266NUCA Tour de l'ancien manoir de la Guinaudais IVR53_20073508798NUCA La Vayrie vers 1965 IVR53_20073509057NUC Le château du Teilleul IVR53_20083501292NUCA Tour du manoir de Mesneuf IVR53_20083501254NUCA
    contenu :
    Les châteaux : Actuellement, il ne subsiste qu'un seul château sur le territoire de la commune existait d'autres châteaux sur le territoire de la commune de Bourgbarré. Ainsi, il y avait notamment la Vairie : il appartenait aux le Vayer en 1252, aux de la Bouëxière en 1427, et passa par alliance aux de Montgommery au début du 16e siècle ; ceux-ci le vendirent aux de la Bouëxière en 1570, il passa par alliance  : il était aux de Vaurozé en 1427, aux le Febvre en 1446 et 1513, aux de la Bouëxière seigneurs de vers 1629 aux Glé sieur de la Besnerais, il fut vendu en 1683 aux Denyau seigneurs de Chantelou, qui le  ; ceux-ci le possédaient encore en 1789. Ce manoir a disparu, il reste des vestiges de la chapelle et des vendirent en 1615 aux du Bouays ; il passa par succession vers 1754 aux le Maistre seigneurs de la Garlaye qui le vendirent en 1781 aux de la Motte seigneurs de Beaumanoir. Le manoir de Mesneuf constitue une protestante et de la Chouannerie (fin du 18e siècle), durant laquelle le bois de Mesneuf, notamment, fut le
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
  • Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Liffré
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Liffré Liffré
    titreCourant :
    Les manoirs, châteaux et demeures sur la commune de Liffré
    illustration :
    Rue de Rennes : ancienne maison de la Tour, 2e moitié 16e siècle IVR53_20013500933XA Ancien manoir (?) de la Basse Galesnais, 1ère moitié 16e siècle IVR53_20013507052NUCA Les vestiges de l'ancien manoir du Feu, 1er quart 16e siècle IVR53_20013507099NUCA Saint-Denis : maison de maître, 3e quart 19e siècle IVR53_20013506917NUCA
    contenu :
    sur la commune de Liffré : le Feu, Champ Fleury, la Motte-Gaillardière et la Gaillardière. Les deux Dézerseul. Les textes affirment que le manoir de la Motte-Gaillardière fut vendu à cette même famille en toponymes n'existent déjà plus sur le cadastre de 1827. On ne retrouve plus aujourd'hui que la Haute et la Basse Gaillardière au sud-est de la commune, sous le village de Sérigné. La ferme de la Haute manoir de la Gaillardière ou de la Motte-Gaillardière. Implantée en hauteur, le cadastre ancien présente ancien mentionne une parcelle (1206) connue sous le nom de "la chapelle". Selon l'abbé Guillotin de derniers sites sont connus dans les textes pour avoir possédé une chapelle dédiée à la Sainte-Vierge. Le manoir de la Gaillardière est mentionné en 1721 et 1772 comme appartenant aux Léziart seigneurs de 1707 par les de Bréhand. Il est possible que les deux sites aient été confondus, l'appellation de la sa possession au début du 18e siècle. Le recensement n'a pas permis de confirmer cette hypothèse. Les
  • Demeure de notable puis ferme, Kervégant (Arzano)
    Demeure de notable puis ferme, Kervégant (Arzano) Arzano - Kervégant - isolé - Cadastre : 1981 ZR 150
    titreCourant :
    Demeure de notable puis ferme, Kervégant (Arzano)
    dates :
    1835 porte la date 1839 porte la date
    observation :
    Kervégant était un des quatre grands domaines ruraux de la commune dont l'essor était lié à la
    illustration :
    Le domaine en 1810. Extrait du cadastre, section D3 (A.D. Finistère, 3 P 073) IVR53_20042904588NUCA
    profession :
    [commanditaire] Fournas de Botdéru?
    historique :
    Le grand domaine rural de Kervégant figure sur le cadastre de 1810. On y distingue la ferme de la Garenne, l'étang et sa retenue (toujours en place), le château, la métairie (dite de la Porte) et le . Depuis la fin du 19e siècle, la famille de Mauduit et ses héritiers possèdent l´ensemble ; ils le vendent moulin à eau. Les allées aménagées au sud du domaine ont disparu alors que celles passant par la ferme de la Garenne, à l´ouest et au sud-ouest, subsistent toujours. Il est probable que la famille Fournas de respectivement les dates de 1835 et 1839. Une chapelle dédiée à Saint-Bernard a disparu. La demeure de notable se situait à l´ouest de l´aile des écuries et de la remise, terrain actuellement occupé par un hangar moderne Botdéru, propriétaire dans la première moitié du 19e siècle, a fait construire ou reconstruire une demeure (disparue en 1951) et une partie des bâtiments agricoles, notamment les écuries et la remise qui portent à arcades datée 1839 a longtemps servi de logis ; les clés portent les noms de "Georgine" et de
    referenceDocumentaire :
    p. 16 Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles COUFFON, René, LE A.D. Finistère, 3 P 073. Extrait du cadastre de 1810, section D3. BARS, Alfred. Diocèse de Quimper et de Léon. Nouveau répertoire des églises et chapelles. Quimper
1