Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 91 - triés par pertinence
  • Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée
    Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée Feuillée (La)
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Feuillée
    illustration :
    Carte de localisation des sites archéologiques IVR53_20072907722NUCA Menhir. Carte postale début 20e siècle (Coll. Part. Michel Penven - association 'Sur les traces de
    contenu :
    sur le territoire de la commune. Les vestiges du Néolithique, également rares, sont constitués par une de la Tène finale ont été découverts anciennement sur le territoire de la commune. L´un, trouvé en monnaies en bronze (Le Men, 1876). De l´antiquité à La Feuillée, nous ne connaissons que peu de choses. La hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dont la commanderie du bourg et le manoir de Kerbérou est bien connue gauloises de la Bretagne-Armoricaine. Bulletin archéologique de l´Association Bretonne, 3, p. 215-225. LE POTIER C., LE MOEN B., 1987 - Document de la ZPPAU (Zone de Protection du Patrimoine Architectural et petite hache polie en fibrolite découverte à Trédudon et surtout par le beau menhir en granite de les parcelles D 697 et 698. Par contre, à l´âge du bronze, La Feuillée, comme les communes voisines de tombelles ou de cimetières à coffres. La plupart du temps ces sépultures sont groupées. Ainsi, un groupe de deux tombelles. A Ruguellou, le même archéologue a fouillé pas moins de neuf tumulus. Dans l´un d´eux
    contribution :
    Contributeur Le Goffic Michel
    localisation :
    Feuillée (La)
  • Le patrimoine archéologique de la commune
    Le patrimoine archéologique de la commune Sizun
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune
    illustration :
    Labou, coffre de sépulture. Etat en 1989 (photo Michel Le Goffic) IVR53_20062906260NUCA L'enceinte de Castel Don. Extrait du cadastre de 1812, section J 1 (A.D. Finistère, 3 P 279
    contenu :
    concernent avec certitude que le souterrain découvert lors de l´exploitation d´une carrière entre La Motte et toute trace de retranchement. Plusieurs sites gallo-romains sont attestés sur le territoire de la proximité de la voie antique Carhaix-Landerneau, à Kerlodézan, Gorré-Quistinit et Kerhamon (Le Pennec, 1995 . Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. II, p.142. LE PENNEC S., 1995 - Voies et habitats . LE ROUX C.-T., LECERF Y., 1973 - Le souterrain de l´âge du fer de la Motte en Sizun (Finistère préhistoire de cette commune ! Par contre la protohistoire est mieux connue et fort bien représentée , notamment dans la partie la plus élevée de la commune, dans les Monts d´Arrée. Les schistes se prêtent bien au débitage et à la confection de dalles pour coffres. A l´âge du bronze ce matériau a été largement le Spernit et qui révèle à cet endroit la présence d´une ferme indigène (Le Roux et Lecerf, 1973 aurait été trouvé un fragment de « tegula » (Le Menn, 1874-1875), ce qui laisse penser au moins à une
    historique :
    Un ensemble de 15 sites archéologiques allant de la préhistoire jusqu'à l'époque gallo-romaine a
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Dinéault
    Le patrimoine archéologique de la commune de Dinéault Dinéault
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Dinéault
    illustration :
    Menhir (disparu) situé sur le flanc nord du Ménez-Hom. Gravure d'après un dessin de Jean-Marie Bachelot de la Pylaie, vers 1850 IVR53_20092909657NUCA Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20092909658NUCA Fragment d'une statuette gallo-romaine provenant de Kerguilly à Dinéault (Musée de Bretagne, Rennes
    historique :
    » du baron de la Pylaie. Des menhirs ont été signalés anciennement à Kerédan où une parcelle porte le celui localisé au pied du Ménez-Hom par le baron de la Pylaie (Du Chatellier, 1907). Tous ces témoins dimensions variables de 2-3 mètres à 8 mètres de diamètre, le plus souvent de forme ovalaire et dont la hauteur pouvait atteindre 1,50 mètre. Plus nombreuses sur le versant nord du Ménez-Hom (De La Pylaie, 1850 . FLAGELLE E., 1877 - Notes archéologiques sur le département du Finistère. Bulletin de la Société Académique légendes de la Bretagne. Ed. Nourry, Paris, 264 p, p. 42. LE MEN R.F., 1876-1877. Statistique monumentale . La préhistoire sur le Ménez-Hom. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, T. LXVIII, p. 61 La présence du Ménez-Hom sur le territoire communal a très certainement été un élément primordial pour les différentes populations qui se sont succédées et, si l´on suit le raisonnement de Bernard Tanguy, le nom même de Dinéault serait composé de ‘din´ (colline fortifiée) et de ‘heul´ devenu ‘heol
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan
    Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan Trégarvan
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Trégarvan
    illustration :
    Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20102905041NUC
    historique :
    Sur le plan archéologique, la commune de Trégarvan apparaît bien pauvre actuellement. Heureusement milieu du 19e siècle. Un menhir isolé est cité et dessiné par le baron de la Pylaie en 1850. Il se ). D´après le baron de la Pylaie, il mesurait 3 pieds et demi (1,15 mètres), mais selon une autre malfaisantes (Flagelle, 1877 ; Guénin, 1936). Le toponyme Kerbeuz est révélateur de la présence d´un ). Pierres à légendes de la Bretagne. Ed. Nourry, Paris, 264 p. LE MEN R.F. (1874-1875). Statistique . VOURC´H A. (1941). La préhistoire sur le Ménez-Hom. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t établissement gallo-romain et, lors de la construction du centre de vacances, un tertre a été arasé qui aurait éléments de dallage en calcaire. Non loin de , des tuiles romaines ont été découvertes près de l´Aulne , au nord de Keryé (Le Men, 1874-18745, Abgrall, 1918) Le docteur Vourch (1941) signale des enceintes à spacieuse (60 mètres sur 50 mètres) ; quant à la troisième, elle est moins visible. Entre et près de ces
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Demeure, la Dortais (Le Ferré)
    Demeure, la Dortais (Le Ferré) Ferré (Le) - la Dortais - en écart
    titreCourant :
    Demeure, la Dortais (Le Ferré)
    etages :
    étage de comble
    description :
    ´inscrit encore dans le mur de l´étage. La toiture a été rénovée, mais on peut toutefois voir dans le . Une fenêtre a également été bouchée entre l´ancienne porte et la fenêtre du rez-de-chaussée. A l´étage bouche à feu, qui éclairait à l´origine l´escalier circulaire dans oeuvre. La forme de l´escalier s se trouvent à l´étage. Outre les traces de l´escalier dans le mur, on y trouve également une porte pan de bois et torchis sur sa partie supérieure. La partie occidentale compte une porte et une fenêtre chanfreinées au rez-de-chaussée et une fenêtre également chanfreinée au dessus de la porte. A l´étage, on Cette ancienne demeure comportait à l´origine deux parties. La première, à l´est, a vu ses grenier qu´il y avait à l´origine un étage de combles supplémentaire. Les éléments les plus authentiques haute qui donnait dans l´escalier. La séparation avec la propriété mitoyenne se faisait par un mur en , aujourd´hui transformée en fenêtre, ouvrait également sur la façade postérieure.
    annexe :
    20093505617NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103502052Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande04. 20103502053Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande04.
    illustration :
    La Haute Dortais sur le cadastre de 1834. IVR53_20093505617NUCA Vue de la charpente. IVR53_20093506475NUCA Vue d'ensemble depuis le sud-est. IVR53_20103502052Z Seconde ferme depuis le sud-est. IVR53_20103502053Z Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR53_20103506270NUCA Evier de l'étage. IVR53_20103506273NUCA Meurtrière de l'étage. IVR53_20103506275NUCA Souche de cheminée du logis. IVR53_20093506518NUCA Mur courbé de l'étage, ancien emplacement de l'escalier. IVR53_20093506478NUCA Cloison haute en pan de bois dans les combles. IVR53_20093506476NUCA
    historique :
    Banéat, bien qu´elle dispose de divers attributs de la demeure noble : meurtrière, latrines, escalier circulaire dans oeuvre... Quelques modifications ont été apportées dans la seconde moitié du 20e siècle, en particulier au niveau des ouvertures et par la disparition des éléments intérieurs, comme l'escalier.
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Ferré (Le) - la Dortais - en écart
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien
    Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien Berrien
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien
    illustration :
    Le Goënidou. Vue générale de la fouille, 1986 (cliché M. Batt, SRA Bretagne) IVR53_19862905000NUCA Menhir de Kerampeulven. Carte postale, 1906. Editeur Morin-Richier, Morlaix IVR53_20082903189NUCB Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20082907826NUCA Menhir de Kerampeulven. Vue générale IVR53_20082907647NUCA Quinoualc'h (au nord-est). Croix dite Croix de Pulvigny, Age du fer, fin du Moyen-Age. Vue générale
    historique :
    présence humaine sur le territoire de Berrien est attestée dès le post-glaciaire par la découverte, lors de la lumière des fouilles de J. Briard, notamment sur le site de Juno-Bella (qui n'a rien à voir avec direction de M. Batt ont révélé la présence d'un habitat du second âge du fer sur le site du Goënidou. Un le régime de la "Quévaise". Le hameau est constitué d'une série répétitive d'ensembles comprenant Le patrimoine archéologique de Berrien est particulièrement riche, ce qui a valu à cette commune de bénéficier, avec cinq autres, de la première série de ZPPAU thématique archéologique initiée en 1985. La hampes de flèches à des groupes de chasseurs plus ou moins nomades. Le menhir de Kerampeulven, de plus de 5 m de hauteur, est un des beaux mégalithes de la région. Il a été érigé auprès d'une source dans un pas connu de transport important mais a été prélevé sur place. La face d'arrachement est encore bien l'âge de bronze en l'absence de toute fouille ou sondage. Les gravures que l'on voit sur la pierre
  • Demeure, la Basse Cour (Le Ferré)
    Demeure, la Basse Cour (Le Ferré) Ferré (Le) - la Basse Cour - isolé
    titreCourant :
    Demeure, la Basse Cour (Le Ferré)
    dates :
    1728 porte la date
    description :
    manoir, notamment par le soin apporté au traitement de la façade. Son implantation en fond de cour est L´élément majeur est le logis, qui sert aujourd´hui de maison, il est implanté au fond d´une cour . Il s´élève sur deux niveaux et est percé de trois travées de fenêtres. La toiture à deux pans est couverte de tuiles mécaniques. Il apparaît comme un élément transitoire entre le logis de ferme et le également un attribut du manoir. Un escalier en granite dessert les chambres de l´étage.
    annexe :
    20103502265Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande43 . 20103502266Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande43. 20103502267Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 111_35_70_bande44.
    illustration :
    Façade principale et la cour depuis le sud-ouest. IVR53_20103502265Z Vue de la grange nord. IVR53_20103506278NUCA Gerbière de la grange méridionale. IVR53_20103506284NUCA Façade principale de la grange orientale. IVR53_20103506285NUCA Façade principale depuis le sud-ouest. IVR53_20103502266Z Vue du logis depuis le sud-ouest. IVR53_20103506276NUCA Porte du rez-de-chaussée. IVR53_20103506280NUCA Attaches prises dans le mur. IVR53_20103506282NUCA Vue d'ensemble depuis le sud. IVR53_20103506286NUCA Vue d'ensemble depuis le sud. IVR53_20103506287NUCA
    historique :
    ´habitation. On trouve ainsi autour de la cour des bâtiments agricoles du 19e siècle et du début du 20e siècle de logis isolé à trois travées de fenêtres observé sur le territoire. Cette demeure, datée de 1728, fut transformée en ferme avant de retrouver son usage unique d . Comme à la Haie Bourrel construite presque cinquante ans plus tard, on retrouve un logis type du 18e siècle, avec trois travées de fenêtres sur deux niveaux. Cette demeure nous donne un des premiers exemple
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Ferré (Le) - la Basse Cour - isolé
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le patrimoine archéologique de la commune du Cloître Saint-Thégonnec
    Le patrimoine archéologique de la commune du Cloître Saint-Thégonnec Cloître Saint-Thégonnec (Le)
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune du Cloître Saint-Thégonnec
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Cloître Saint-Thégonnec
    contenu :
    période que date le menhir de Kergollot, connu sous le nom de Men Sonn (la pierre dressée) dans une pâture longueur, couché sur le flanc d´une colline, au-dessus de la route de Morlaix à Huelgoat a été répertorié en 1912 par le même auteur. Il se pourrait aussi que la pierre de quartz dressée sur le Méné dont le plafond d´une des salles souterraines s´est effondré en 1990 (Le Goffic, 1993) témoignant de la - Pierres à légendes de la Bretagne. Ed. Emile Nourry, Paris, 263 p., p. 24. LE GOFFIC M., 1990 - Glanes archéologiques finistériennes. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXIX, p. 59. LE GOFFIC M prospections de P. Léopold suivies d´une fouille sur le site de Quillien où furent mises au jour des industries bronze à légers rebords découverte dans la montagne au sud de Quilliogues, mais aussi la très Châtellier, 1907). La présence des gens de l´âge du bronze se manifeste aussi par les sépultures sous forme de tumulus de dimensions variables repérés à Creac´h Ménory, à la Croix-Courte, à Bouillard et en
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
    localisation :
    Cloître Saint-Thégonnec (Le)
  • Demeure, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    Demeure, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert) Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    titreCourant :
    Demeure, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    dates :
    1758 porte la date
    description :
    Ce bâtiment de 24 mètres de long sur 8 mètres de profondeur présente une maçonnerie composée de moellon de granite ; les encadrements de baies, bandeaux, chaînages d'angles sont traités en pierre de dispositions d'origine : escalier central en bois à balustres, cheminées en granite recouvertes de boiseries. A , également élevées en moellon de granite et couvertes d'ardoise.
    annexe :
    20103500021Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-73-bande5 . 20103500018Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-73-bande4. 20103500016Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-73-bande4. 20103500020Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-73-bande4. 20103500017Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-73-bande4. 20103500019Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-73-bande4.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue générale de la façade ouest IVR53_20103504356NUCA Cheminée de la pièce située à l'arrière de l'escalier au premier étage IVR53_20093506264NUCA La montée de l'escalier IVR53_20093506267NUCA Cheminée de l'étage IVR53_20103500019Z Date portée sur la partie sud IVR53_20103504015NUCA La charpente IVR53_20093506265NUCA La charpente IVR53_20093506276NUCA
    historique :
    La construction de ce bâtiment remonte à 1758 comme l'indique une date portée sur le linteau de depuis la chambre située à gauche de l'escalier. L'escalier en bois à balustres desservait également le Julien Jean Le Nicolais de Clinchamps achète la chapelle Saint-Clair voisine (située au nord de l'écart l'une des fenêtres de la façade ouest. Il possède en effet des caractéristiques architecturales propres ... Le bâtiment était originellement composé de trois pièces à feu au rez-de-chaussée et de trois pièces à feu à l'étage. Au rez-de-chaussée, il existait une pièce à feu dans la partie basse située au nord ventilée par des soupiraux. A droite de l'escalier, au rez-de-chaussée, se trouvait la troisième pièce à feu, la cheminée étant située sur le pignon sud du bâtiment le moins élevé. A l'étage, se trouvaient deux autres pièces à feu de part et d'autre de l'escalier, celle de gauche était située dans la partie la plus élevée du bâtiment, alors que celle de droite se trouvait dans la partie la plus basse au sud
    localisation :
    Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des Le Petit Maine, Terre de privilèges. POIRIER. Le Petit Maine, Terre de privilèges. Société  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Le manoir en Bretagne. 1380-1600. CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne L'habitat rural en Pays de Fougères. DUCOURET, Jean-Pierre, LAISIS C., HAMON Françoise, TOSCER
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Demeure, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    Demeure, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert) Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    titreCourant :
    Demeure, le Pont Dom Guérin (La Bazouge-du-Désert)
    dates :
    1776 porte la date
    description :
    un cartouche portant la date de 1776. A l'intérieur, le rez-de-chaussée est composé de deux pièces à d'angles sont quant à eux traités en pierre de taille. La façade de la partie nord, la plus élevée, est rythmée par trois travées composées de baies à linteaux en arcs segmentaires. La partie sud, moins élevée , présente une façade à deux travées ; les baies de la façade possèdent des encadrements quadrangulaires . Dans l'alignement des baies de la façade, deux lucarnes sont percées d'oculi. En façade Est, se trouve cheminée est sur le pignon nord, la seconde se trouve au sud, dans la partie du bâtiment moins élevée, la cheminée se trouve sur le mur de refend situé au sud de l'escalier. Les cloisons intérieures sont réalisées celles du rez-de-chaussée. Le fournil situé au nord est également construit en moellon de granite et Ce logis est construit en moellon de granite ; les encadrements de baies ainsi que les chaînages feu séparées par un escalier en bois à balustres. La première pièce à feu se trouve au nord, la
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Le fournil IVR53_20103504349NUCA Le fournil IVR53_20103504345NUCA Le fournil IVR53_20103504350NUCA
    historique :
    toiture entre autres. D'autre part, le bâtiment est figuré sur le premier cadastre de la commune, réalisé . L'ancien fournil qui se trouve au nord date vraisemblablement de la même époque que le logis puisqu'il est également figuré sur le premier cadastre de la commune datant de 1834. La tradition orale rapporte que cette maison porte le nom de "Chardon de la Renoulais". Ainsi, Joseph-François Chardon de la Renoulais, avocat bâtiment (1776) et de la chapelle (1786-1786), il est très probable qu'il soit également le commanditaire La construction de ce bâtiment est datable de la seconde moitié du 18e siècle, ainsi, la date de la façade en trois travées, de la forme des baies en arcs segmentaires ainsi que de la forte pente de en 1834. La partie sud semble ne pas être contemporaine du reste de la construction, sa construction au Parlement de Bretagne, habitait une maison du Pont-Dom-Guérin à la fin du 18e siècle ; il semble , située à proximité de cette maison en 1786-1787. Au vu de la proximité des dates de construction de ce
    localisation :
    Bazouge-du-Désert (La) - le Pont Dom Guérin - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des Le Petit Maine, Terre de privilèges. POIRIER. Le Petit Maine, Terre de privilèges. Société  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Le manoir en Bretagne. 1380-1600. CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne L'habitat rural en Pays de Fougères. DUCOURET, Jean-Pierre, LAISIS C., HAMON Françoise, TOSCER
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le patrimoine archéologique de Plounéour-Ménez
    Le patrimoine archéologique de Plounéour-Ménez Plounéour-Ménez
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de Plounéour-Ménez
    observation :
    Partie sud de la commune : site des Monts d'Arrée (site pluricommunal), site inscrit (arrêté du 10
    illustration :
    Près de Roc'h Trédudon : menhir (en 2005) IVR53_20072905505NUCA Près de Pont-Glaz : abri sous roche (fouilles 1990) IVR53_20072905506NUC Le Relec (Ty Croaz) : stèle christianisée (1993) IVR53_20072905507NUC
    contenu :
    le territoire de la commune et elle témoigne, sinon d´un campement, au moins d´un passage de l´homme croix de granite qui prolonge le fût formé par la stèle, peut-être à la demande du père abbé cistercien de l´abbaye (Le Goffic, 1993). Ces deux stèles, toutes deux localisée dans le secteur sud est de la Plounéour-Ménez. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, CXIX, p. 61-69. LE GOFFIC, M., 1990 - Glanes archéologiques finistériennes. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, CXIX, 41-59. LE , au sud de l´abbaye du Relec, est à l´heure actuelle le plus ancien outil préhistorique découvert sur , haut de 1,10 m, de Roc´h Conan (à ne pas confondre avec le faux menhir érigé en 2006, plus grand et se trouvant à quelques mètres à l´est !), ou celui en schiste, haut de 1,20 m, se trouvant sur le versant nord des Monts d´Arrée, non loin du carrefour de Roc´h-Trédudon (Le Goffic, 2005). Il est vraisemblable qu ´il faille dater de l´âge du bronze le coffre mégalithique de schiste inclus dans un petit tertre de
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Demeure de notable, le Bois Joly (Quimperlé)
    Demeure de notable, le Bois Joly (Quimperlé) Quimperlé - le Bois Joly - en écart - Cadastre : 1996 CH
    titreCourant :
    Demeure de notable, le Bois Joly (Quimperlé)
    description :
    Logis d'inspiration néo-gothique de plan allongé, avec tourelle d'angle sur l'élévation principale
    observation :
    L'édifice est contemporain de l'hôtel Brémond d'Ars (24, rue Brémond d'Ars) avec lequel il partage quelques caractéristiques architecturales comme les chaînages d'angle en pierre de taille et les lucarnes à frontons aigus surmontés de fleurons.
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    rendez-vous de chasse
    historique :
    , englobant un territoire de chasse qui jouxte la vallée de l'Ellé. Le propriétaire reconstruit également la ferme voisine de Kerdaniel qui devient une métairie. Le logis et le pavillon de chasse sont dévastés par un incendie en 1972. Le logis ruiné fait aujourd'hui partie du domaine d'une maison de retraite dont Cette résidence de campagne a été bâtie en 1870 sur un terrain vierge pour M. Beaubois, de Lorient
    localisation :
    Quimperlé - le Bois Joly - en écart - Cadastre : 1996 CH
  • L'habitat du 18e siècle de la commune de la Bazouge-du-Désert
    L'habitat du 18e siècle de la commune de la Bazouge-du-Désert Bazouge-du-Désert (La) - Cadastre : 1834 B1
    titreCourant :
    L'habitat du 18e siècle de la commune de la Bazouge-du-Désert
    annexe :
    20093505643NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103500098Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 018-35-78-bande20.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Les moulins installés sur la Glaine sur le cadastre de 1834 IVR53_20093505643NUCA Détail de la date portée IVR53_20093506197NUCA Bâtiment daté 1779, La Récussonnière IVR53_20093506208NUCA La Rudeveillais IVR53_20093506146NUCA La Méhétrais IVR53_20103504065NUCA Le Pont Dom Guérin IVR53_20103504014NUCA Le Pont Dom Guérin IVR53_20103504348NUCA Le presbytère IVR53_20103500098Z
    historique :
    territoire de la commune : la Bignette, le Pont Dom Guérin, Malagra, la Panislais. Ce secteur correspond à nombreux moulins à papier ainsi qu'en témoigne encore le premier cadastre de la commune daté de 1834. Il complètement différente du territoire de la commune, le sud-ouest, se trouve une autre construction du 18e époque sont regroupées dans un secteur particulier de la commune, il s'agit de la partie nord-est du une partie de la commune traversée par la rivière la Glaine, sur laquelle se trouvaient de très semble que le 18e siècle ait été une période florissante pour cette activité, ce qui expliquerait que de nombreuses demeures aient été construites à cette époque dans cette partie de la commune. Au Pont Dom Guérin siècle qui témoigne de nombreuses caractéristiques de cette époque, il s'agit de la Méhétrais cours de la première moitié du 18e siècle dans la région de Saint-Malo : façade à travées, toitures à croupes, baies en arcs segmentaires. Les bâtiments de la commune contruits - pour les éléments datés
    localisation :
    Bazouge-du-Désert (La) - Cadastre : 1834 B1
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, BARRIE, Roger, RIOULT Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des Le Petit Maine, Terre de privilèges. POIRIER. Le Petit Maine, Terre de privilèges. Société  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). La Bazouge-du-Désert. Section B dite du Pont Dom Guérin, en deux feuilles, 1ère feuille, du n°1 au . Monuments et établissements publics. La Bazouge-du-Désert. Presbytère (1907) : 2 O 18/9.
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Demeure dite "manoir de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët)
    Demeure dite "manoir de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët) Clohars-Carnoët - le Bas Pouldu - en écart - Cadastre : 1823 C3 1068 1981 AE 59
    titreCourant :
    Demeure dite "manoir de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët)
    description :
    ciment imite la pierre de taille.
    observation :
    réalise le château de Trévarez Saint-Goazec (Finistère). Malgré leur modestie, le vestibule et la cage d Hippolyte Destailleur (1822-1893) fut architecte du ministère de la justice et de l´hôtel des Monnaies à Paris. Il a construit ou restauré de nombreux châteaux, villégiatures et hôtels particuliers en ´escalier de Kerdro témoignent du style néoclassique qui caractérise un grand nombre de leurs réalisations.
    illustration :
    Etat des bâtiments, des terrain et de la route en 1892. Croquis par Hippolyte Destailleur Modifications des terrain et de la route en 1892. Projet réalisé. Croquis par Hippolyte Destailleur Extrait du cadastre de 1823, section C3 (AD Finistère, 3 P 101). IVR53_20022901022NUCA Vestibule, départ de l'escalier IVR53_20022901027NUCA
    profession :
    [commanditaire] Mauduit de?
    historique :
    Destailleur qui obtient le détournement de la route desservant Le Pouldu, ce qui permet l'agrandissement et cisterciens de Saint-Maurice, figurent sur la cadastre de 1823. La demeure forme longtemps une seule propriété avec l'édifice voisin (Ermitage de Kerdro). La propriété appartient en 1890 à l'architecte Hippolyte -André Destailleur, également architecte et apparenté à la famille de Mauduit, de Quimperlé : doublement du plan, adjonction de l'aile abritant un vestibule, la cage d'escalier et un salon, rajout d'un Certains corps de bâtiments, construits sur des terrains qui appartenaient à l'origine aux l'aménagement d'un jardin au sud. Il est sans doute à l'origine d'un projet de transformation de l'ancien logis en maison de villégiature. Ce projet a été réalisé, après sa mort, vers 1895, par son fils, Walter
    localisation :
    Clohars-Carnoët - le Bas Pouldu - en écart - Cadastre : 1823 C3 1068 1981 AE 59
    referenceDocumentaire :
    Bibliothèque Nationale de France. Le fonds Destailleur. Disponible sur : www.gallica.bnf.fr/themes A.M. Clohars-Carnoët. Service vicinal. 1890-1938. Cession de terrain entre la commune et A.N. Fonds Destailleur. Disponible sur : www.archivesnationales.culture.gouv.fr. Date de . Date de consultation : 28.08.2003. A.D. Finistère (3 P 101), extrait du cadastre de 1823, section C3 dite de Perine , échelle 1/2500 . De Foresta, préfet, Andouy, maire, Dessaux et Azémar, géomètres.
  • Demeure, le Bois (Plounéour-Ménez)
    Demeure, le Bois (Plounéour-Ménez) Plounéour-Ménez - le Bois - en village
    titreCourant :
    Demeure, le Bois (Plounéour-Ménez)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Maison de maître : sous-sol partiel, plan double en profondeur, élévation est à cinq travées à volutes. Bâtiment abritant les anciennes écuries et étables en rez-de-chaussée avec quatre accès . Ancien logis de fermier en rez-de-chaussée. Couvertures en tôle ondulée sauf pour l'ancien logis de
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1837, section E 2 (A. D. Finistère, 3 P 203) IVR53_20052904497NUCA Plan-masse (fond : cadastre de 1993) IVR53_20072905052NUCA Maison de maître, vue générale nord IVR53_20072905053NUCA Maison de maître, pignon est IVR53_20072905054NUCA Cour, communs et ancien logis, vue vers le sud IVR53_20072905055NUCA Ancien logis de fermier, élévation nord IVR53_20072905057NUCA Vue générale vers le nord IVR53_20072905059NUCA
    historique :
    Ensemble construit à l'écart des voies de communication dans un site boisé surplombant la vallée du Queffleuth. Un ensemble de bâtiments de disposition comparable figure sur le cadastre de 1837. Le logis (écuries, étables) et l'ancien logis de fermier bordant la cour au sud et à l'ouest datent également de cette époque. Les piliers marquant l'entrée de la cour semblent remonter au 18e siècle et pourraient provenir de l'ancienne abaye cistercienne du Relec toute proche. Les combles de la maison de maître ont été principal a été construit à la fin du 19e siècle sur l'emplacement d'un logis plus ancien. Les communs
    localisation :
    Plounéour-Ménez - le Bois - en village
  • Demeure dite "Ermitage de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët)
    Demeure dite "Ermitage de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët) Clohars-Carnoët - le Bas Pouldu - en écart - Cadastre : 1981 AE 63
    titreCourant :
    Demeure dite "Ermitage de Kerdro", le Bas Pouldu (Clohars-Carnoët)
    etages :
    étage de comble
    dates :
    1868 porte la date
    description :
    Logis ouest à étage de comble avec toit à longs pans brisés. Logis est à 1 étage carré, étage de
    observation :
    L'ensemble fait partie des plus anciennes demeures de villégiature du Bas Pouldu.
    appellations :
    Ermitage de Kerdro
    historique :
    Forme longtemps une seule propriété avec la demeure voisine (manoir de Kerdro). Logis ouest daté atelier aujourd'hui remanié. Le logis est probablement construit vers 1920 pour Louis Rivière, industriel de Quimperlé.
    localisation :
    Clohars-Carnoët - le Bas Pouldu - en écart - Cadastre : 1981 AE 63
    referenceDocumentaire :
    p. 34 INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne
  • Demeure, le Haut Montlouvier (Louvigné-du-Désert)
    Demeure, le Haut Montlouvier (Louvigné-du-Désert) Louvigné-du-Désert - le Haut Montlouvier - en écart
    titreCourant :
    Demeure, le Haut Montlouvier (Louvigné-du-Désert)
    description :
    Le logis est élevé en moellon de granite et présente également un gros appareillage en granite pour -ci se trouve une corniche en granite. La façade principale est percée de plusieurs ouvertures. Au rez renversé sous l'accolade. Une seconde porte se trouve dans l'axe de la première en façade nord, son linteau est droit mais les pierres d'encadrement sont chanfreinées. Le rez-de-chaussée est percé sur chaque façade d'une fenêtre aux proportions plutôt remarquables, celle de la façade nord est décorée d'un appui saillant. La chambre est également éclairée par une grande baie sur chaque façade, de plus cette pièce possède un évier. En façade, se trouve également un petit jour, celui-ci éclaire la montée de l'escalier à -de-chaussée, se trouve notamment une belle porte en accolade avec une moulure et un petit coeur vis logé à l'intérieur du bâtiment. Un comble se trouvant sous le toit est éclairé par deux lucarnes
    annexe :
    20093502174Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_110 . 20093502177Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_110. 20093502178Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_110. 20093502175Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_110.
    illustration :
    Détail de la porte IVR53_20103503458NUCA Cheminée de l'étage IVR53_20093502175Z
    historique :
    fréquemment dans la commune, la composition et la disposition de ce logis (deux pièces à feu superposées) le simple et le manoir. En effet, les logis de ferme de la même époque sont rarement composés de plus d'une préservation des éléments anciens en font un des éléments majeur de la commune. Le logis a vraisemblablement , escalier à vis en granite... Les façades n'ont pas subi de remaniements. Le rez-de-chaussée abritait la Cette ancienne demeure fait partie du patrimoine remarquable de la commune de Louvigné-du-Désert . Ce logis ne fait pas partie des manoirs recensés dans la commune par Paul Banéat dans son ouvrage "Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments" de 1929. Cependant, comme c'est le cas place dans une catégorie autre que le logis de ferme. En effet, ce bâtiment n'en n'a pas l'allure. Sa pièce à vivre, le reste du bâtiment servant pour les dépendances. Sa qualité architecturale et la disposées sur des murs pignons différents. La cheminée de l'étage était une cheminée à colonnes. L'escalier
    localisation :
    Louvigné-du-Désert - le Haut Montlouvier - en écart
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Demeure dite manoir, le Rest (Langoëlan)
    Demeure dite manoir, le Rest (Langoëlan) Langoëlan - le Rest - isolé - Cadastre : 1937 G2 116 1842 G2 196 2000 ZR 1
    titreCourant :
    Demeure dite manoir, le Rest (Langoëlan)
    description :
    L'édifice actuel occupe le nord d'une cour fermée sur trois côtés et ouverte au sud. Au centre la monolithe. Le logis se compose d'une partie à étage carré avec deux pièces au rez-de-chaussée chauffée par avec les fenêtres. Le logis est encadré de deux logis sans étage à pièce unique. celui de l'ouest est cour trône un puits circulaire en pierre de taille à superstructure de granite, accompagné d'une auge postérieur du logis. L'étage est surmonté d'un comble à surcroît éclairé de deux jours passants en travées chauffé par une cheminée à linteau monolithe de granite.
    annexe :
    Le Reste, manoir. Dossier inventaire 1967. Lien Pdf
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue des raccords de la charpente, état en 1967 IVR53_19675600805V
    contenu :
    architecture, le Rest est surtout connu pour être la demeure de Pierre du Chelas, ami du marquis de la Rouerie Le "manoir" du Rest doit plutôt être considéré comme une maison de qualité : il appartient en effet au début du 18e siècle à Pierre de Brossard, notaire de la seigneurie de CoëtCodu. Son architecture , fondateur d'une compagnie de Chouans, puis colonel dans l'armée royaliste de Cadoudal pendant la Révolution : il fut un des auteurs de la prise de la poudrière de Pont-de-Buis. Il fut ensuite maire de Langoëlan l'escalier en bois pourtant assez modeste, mais qui le différencie des logis ruraux à étage. Plus que par son de 1810 à sa mort en 1826. Il aurait gravé sur une poutre de sa maison du Rest un cœur, symbole
    historique :
    des adjonctions. (J-P Ducouret) Le manoir n'est pas mentionné comme terre noble dans la réformation de contient l’escalier. La date de 1699 lu par l'abbé Le Gohébel n'a pas été retrouvée. Le logis ouest sans Louis De Brossard, notaire de la seigneurie de Coët-Codu : il est mentionné comme manoir en 1738, date à laquelle Renée Guilloux, veuve de Louis de Brossard rend aveu comme tutrice de ses enfants. Par le mariage de sa fille Anne-Françoise de Brossard, il passe ensuite à la famille du Chelas, dont Pierre fut un chouan compagnon de Cadoudal. Le logis principal peut remonter au 17e siècle (2e moitié ? ), mais il a été remanié au 18e siècle, lors de la construction de l'appentis postérieur à comble brisé qui remaniées au 20e siècle, les dépendances en retour sur la cour datent du 19e siècle, celle de l'est mentionnée en 1842 et allongée vers le nord après cette date, tandis que celle de l'ouest, n'existe pas l'ouest du manoir sur le plan cadastral de 1842, aujourd'hui presque tous disparus, ont du servir de
    localisation :
    Langoëlan - le Rest - isolé - Cadastre : 1937 G2 116 1842 G2 196 2000 ZR 1
    referenceDocumentaire :
    P.396 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. LE MENÉ : Flohic éditions, 2000. (Le patrimoine des communes de France). p. 19 Les arrières-fiefs de la seigneurie de Guémené. GALLES, Louis. Étude de géographie féodale . Les arrières-fiefs de la seigneurie de Guémené. Extrait du Bulletin de la société polymathique du , Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes p. 422 Le patrimoine des communes du Morbihan. Le patrimoine des communes du Morbihan. Paris Bro Laouelan LE GOHEBEL, Jean-Vianney. Bro Laouelan. Bulletin paroissial, 1909
  • Demeure, 18 place de la Mairie (Saint-Georges-de-Reintembault)
    Demeure, 18 place de la Mairie (Saint-Georges-de-Reintembault) Saint-Georges-de-Reintembault - 18 place de la Mairie - en village
    titreCourant :
    Demeure, 18 place de la Mairie (Saint-Georges-de-Reintembault)
    description :
    Ce bel immeuble est construit sur l´actuelle place de la Mairie, ancienne Grand Place. De plan maçonnerie est composée de moellons de granit et de pierre de taille de granit bleu pour les encadrements. La de granit dans laquelle juste une fenêtre apparaît. La façade méridionale est la seule à comporter deux portes d´entrée au centre de la façade occidentale. On voit également ici les traces de piédroits allongé, il compte un étage et des combles à surcroît. La toiture est à deux pentes et croupes. La façade principale est ordonnancée, avec cinq travées de fenêtres sur deux niveaux. On trouve également trois lucarnes au niveau des combles et une supplémentaire sur la façade latérale. Cette dernière compte deux travées de fenêtres. Des modifications ont été opérées sur les façades. On voit ainsi les des linteaux délardés en arc segmentaire sur les fenêtres du rez-de-chaussée. On trouvait à l´origine d´une grande ouverture comblée de moellons, percée uniquement d'une fenêtre aujourd'hui. Ces espaces
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de l'élévation occidentale. IVR53_20103504563NUCA
    historique :
    certaines d'entre elles, ce bâtiment est représentatif de ceux construits autour de l'ancienne place de la Mairie à la fin du 19e siècle. La vocation commerciale du bourg de Saint-Georges s'est en effet révélée par la construction de bâtiments typiques à partir du 19e siècle.
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Saint-Georges-de-Reintembault - 18 place de la Mairie - en village
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Demeure, la Haute Champagne (Saint-Georges-de-Reintembault)
    Demeure, la Haute Champagne (Saint-Georges-de-Reintembault) Saint-Georges-de-Reintembault - la Haute Champagne - en écart
    titreCourant :
    Demeure, la Haute Champagne (Saint-Georges-de-Reintembault)
    description :
    toiture à deux pans couverte d´ardoise. La maçonnerie est en pierre de taille de granite, le mur étant quatre degrés, alors que la seconde est dotée d´un linteau délardé en anse de panier. Le logis est cellier. On compte d´ailleurs trois souches de cheminées délimitant les différentes parties, dont une à la l´escalier dans oeuvre. La façade postérieure est percée de deux portes, dont une porte haute qui a fenêtre. La maçonnerie de la façade postérieure et du retour est en moellons de granite. La grange a vu petite fenêtre, une porte haute complète les percements de la façade. Des corbeaux ont été réemployés en L´ensemble est composé d´un logis et d´une partie agricole à l´est. Le logis est doté d´un plan en L, avec un retour en équerre sur la façade postérieure. On compte un étage carré, surmonté d´une couronné d´une corniche ouvragée. Le pignon occidental est doté d´une chevronnière en granite. On peut diviser la façade en deux ensembles, un logis à l´ouest et une partie utilitaire à l´est, sans doute un
    annexe :
    20093505597NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103501762Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 271_35_74_bande16. 20103501798Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 271_35_74_bande23. 20103501799Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 271_35_74_bande23.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    La Haute Champagne sur le cadastre de 1834. IVR53_20093505597NUCA Vue de la façade principale dpeuis le sud-ouest. IVR53_20103504493NUCA Vue de la façade principale depuis le sud-ouest. IVR53_20103504497NUCA Détail de la souche de cheminée IVR53_20093506601NUCA Corniche de la façade principale. IVR53_20093506664NUCA Façade est de la dépendance. IVR53_20103504494NUCA Détail de la porte d'entrée. IVR53_20103504498NUCA Détail de la cheminée du rez-de-chaussée. IVR53_20103504500NUCA Souche de cheminée. IVR53_20103501798Z Fenêtre de l'étage. IVR53_20103501799Z
    historique :
    pas mentionnée dans l´ouvrage de Paul Banéat, elle dispose de tous les attributs du manoir. La partie Cette demeure fut construite à la fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle. Bien qu´elle ne soit orientale a été complètement remontée, certainement au 19e siècle ou au début du 20e siècle. La toiture est
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Saint-Georges-de-Reintembault - la Haute Champagne - en écart
    referenceDocumentaire :
    p. Saint-Georges-de-Reintembault. Section F dite de Haute Champagne, en deux feuilles, 1e feuille
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
1 2 3 4 5 Suivant