Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 146 - triés par pertinence
  • Alignement de maisons, le Gué Janson (La Baussaine)
    Alignement de maisons, le Gué Janson (La Baussaine) Baussaine (La) - le Gué Janson - isolé
    titreCourant :
    Alignement de maisons, le Gué Janson (La Baussaine)
    description :
    toit est à croupe sur le côté est et a un épi de faîtage en céramique. La corniche est en calcaire du ouvertures sont en grand appareil régulier de granite et en bois pour les parties construites en terre. Le Quiou et a des corbelets sculptés. La façade est notamment percée de deux portes en plein cintre avec Cette ferme est construite en moellon de granite et en terre enduite. Les encadrements des chanfrein et de deux baies cintrées au-dessus.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Baussaine
    illustration :
    Vue de la façade principale IVR53_20063508424NUCA Vaisselier et niches pour oiseaux au-dessus de la porte IVR53_20063508427NUCA Ouvertures de l'étage IVR53_20063508425NUCA Marque de marchand provenant d'une autre maison IVR53_20063508428NUCA Epi de faîtage en céramique IVR53_20063501030NUCA
    historique :
    avec un grand vaisselier en granite en face et un pigeonnier au-dessus de la porte intérieure (quatre trous carrées dans la maçonnerie en granite pour mettre une cage en bois). La présence de pigeons de la ferme se réserve une partie habitable pour venir séjourner quand bon leur semble aux côtés de Cette ancienne ferme était sans doute, à l'origine, composée de plusieurs logis. Construit au début d'ornement est en général un signe de noblesse. Il se peut également qu'il y ait eu une chambre à l'étage . Lors de sa construction, il ne s'agissait donc pas d'une ferme. Au 19e siècle, les bâtiments sont ajouté en 1875. En effet, à cette époque la ferme abrite une retenue. C'est-à-dire que les propriétaires
    localisation :
    Baussaine (La) - le Gué Janson - isolé
  • Alignement de maisons, la Ville Joie (Le Tronchet)
    Alignement de maisons, la Ville Joie (Le Tronchet) Tronchet (Le) - la Ville Joie - en écart - Cadastre : 1982 D
    titreCourant :
    Alignement de maisons, la Ville Joie (Le Tronchet)
    description :
    Cet ancien alignement de plusieurs logis est, à l'instar des bâtiments voisins, construit en moellon de granite ; toutefois, contrairement aux autres bâtiments de l'écart, celui-ci est couvert en chaume. Les encadrements des différentes baies sont réalisés en pierre de taille ; en façade est, se trouve une porte dont l'encadrement est chanfreiné et dont le linteau est décoré d'une accolade.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    historique :
    Sur le cadastre de la commune réalisé en 1849, ce bâtiment était divisé en quatre logis distincts . Ce bâtiment est assez difficilement interprétable car il a été remanié, en effet, par exemple, la
    localisation :
    Tronchet (Le) - la Ville Joie - en écart - Cadastre : 1982 D
  • Alignement de maisons, la Hors Voie (Le Tronchet)
    Alignement de maisons, la Hors Voie (Le Tronchet) Tronchet (Le) - la Hors Voie - en village - Cadastre : 1982 G1
    titreCourant :
    Alignement de maisons, la Hors Voie (Le Tronchet)
    description :
    Cet alignement est élevé en moellon de granite ; le toit est couvert d'ardoise. Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille ; une des portes est une porte en plein cintre à double
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    historique :
    Cet alignement de logis existait déjà au milieu du 19e siècle, lors de la réalisation du cadastre cinq logis distincts. Bien qu'ils aient été quelque peu remaniés, la construction de ces deux logis (porte en plein cintre) et la forte pente de toit sont des caractéristiques de cette époque de communal. En effet, il est représenté sur ce document ancien ; à l'époque, il s'agissait d'un alignement de remonte probablement à la première moitié du 17e siècle. En effet, la disposition des baies, leur forme construction. Il s'agissait de logis à pièce à feu unique, surmontée d'un grenier.
    localisation :
    Tronchet (Le) - la Hors Voie - en village - Cadastre : 1982 G1
  • Maison, la Ville Joie (Le Tronchet)
    Maison, la Ville Joie (Le Tronchet) Tronchet (Le) - la Ville Joie - en écart - Cadastre : 1849 F2 1982 D
    titreCourant :
    Maison, la Ville Joie (Le Tronchet)
    description :
    double rouleau, le linteau de la fenêtre est décoré d'une accolade. Le linteau de la fenêtre de l'étage Ce bâtiment est construit en moellon de granite ; la toiture est couverte en tôle ondulée. Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite ; la porte possède un arc en plein cintre à
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    illustration :
    Détail de la porte IVR53_20073506583NUCA La fenêtre du rez-de-chaussée IVR53_20073506584NUCA Le bâtiment en 1969 IVR53_19693500471Z Fenêtre de l'étage IVR53_20073506585NUCA
    historique :
    alignement de trois logis. Par ailleurs, sur le cadastre napoléonien, il existe un bâtiment accolé sur la Ce bâtiment est figuré sur le cadastre de 1849, à cette époque, il se trouvait au centre d'un faire remonter sa construction à la première moitié du 17e siècle. Le bâtiment était composé d'une pièce architecturales de ce bâtiment (porte en plein cintre, linteaux décorés d'accolades) permettent par ailleurs de à feu au rez-de-chaussée, l'étage possédait peut-être également une cheminée.
    localisation :
    Tronchet (Le) - la Ville Joie - en écart - Cadastre : 1849 F2 1982 D
  • Maison de Tisserand, le Bas Bourg (La Chapelle-Chaussée)
    Maison de Tisserand, le Bas Bourg (La Chapelle-Chaussée) Chapelle-Chaussée (La) - le Bas Bourg - en écart - Cadastre : 1983 B1 90
    titreCourant :
    Maison de Tisserand, le Bas Bourg (La Chapelle-Chaussée)
    genresDestinataire :
    de tisserand
    annexe :
    Informations complémentaires : dossier d'archivage de 1984 : Lien PDF
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Chapelle-Chaussée
    contenu :
    . La potence électrique s’appuyant sur le toit de la maison est supprimée. La façade sud-est est Cette maison de tisserand est aujourd’hui remaniée. La façade nord-est, donnant sur la route , la fenêtre bouchée en 1984 a retrouvé sa fonction de fenêtre. Des barreaux ont également été ajoutés également transformée laissant penser un remaniement intérieur important. Enfin, l’étable à l’ouest de la originelles ont été retrouvées. La porte en arc plein cintre et en granite est remaniée en fenêtre pour permettre une seule entrée du côté sud-est. La bouche d’aération en bas, à droite est rebouchée. Cependant
    historique :
     ; partie est de la façade remaniée au 20e siècle. Logis 1ère moitié 17e siècle, ancienne maison de tisserand ? ; une gerbière créée au 19e siècle
    localisation :
    Chapelle-Chaussée (La) - le Bas Bourg - en écart - Cadastre : 1983 B1 90
  • Maison, la Ville Joie (Le Tronchet)
    Maison, la Ville Joie (Le Tronchet) Tronchet (Le) - la Ville Joie - en écart - Cadastre : 1849 F2 1982 D
    titreCourant :
    Maison, la Ville Joie (Le Tronchet)
    description :
    . D'autre part, le linteau de la porte est décoré d'une fleur de lys. Cette maison possède une maçonnerie de moellon de granite et une couverture en tôle ondulée. Les encadrements de baies en pierre de taille de granite sont chanfreinés, les appuis de fenêtre sont saillants
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    illustration :
    Détail de la porte IVR53_20073506604NUCA Détail de la fenêtre du rez-de-chaussée IVR53_20073506610NUCA Détail de la fenêtre de l'étage IVR53_20073506611NUCA
    historique :
    La construction de ce bâtiment remonte très probablement à la première moitié du 17e siècle. En  : chanfrein sur les encadrements de baies, décor d'accolade sur les linteaux, appuis de fenêtres saillants. Le effet, ce bâtiment possède les caractéristiques architecturales propres à cette époque de construction bâtiment a été transformé quelque peu, en effet, sa pente de toit a notamment été redressée.
    localisation :
    Tronchet (Le) - la Ville Joie - en écart - Cadastre : 1849 F2 1982 D
  • Maison, Le Clos de la Lande (Saint-Germain-sur-Ille)
    Maison, Le Clos de la Lande (Saint-Germain-sur-Ille) Saint-Germain-sur-Ille - Le Clos de la Lande - en village - Cadastre : 1983 A3
    titreCourant :
    Maison, Le Clos de la Lande (Saint-Germain-sur-Ille)
    description :
    cintre. La cheminée de cette pièce se trouve sur le pignon ouest ; elle est en granite et possède un Ce bâtiment est composé d'une maçonnerie en moellon de grès et d'une couverture d'ardoise. Il n'existe qu'une pièce à feu au rez-de-chaussée ; l'accès à cette pièce se fait par une porte en plein décor de visages sculptés sous les corbeaux.
    illustration :
    Bâtiment situé au sud-ouest de la cour IVR53_20053508358NUCA
    historique :
    , le coyau du toit ainsi que la cheminée décorée de visages sculptés sont en effet des éléments propres vraisemblablement. Sur le premier cadastre de la commune achevé en 1828, ce lieu était nommé le Clos de la Lande et Ce logis date probablement de la première moitié du 17e siècle. Sa porte en plein cintre en granite à cette époque en architecture. La fenêtre de la façade sud a été remaniée au milieu du 20e siècle il était composé d'un alignement de trois logis.
    localisation :
    Saint-Germain-sur-Ille - Le Clos de la Lande - en village - Cadastre : 1983 A3
  • Maison, 3, 3 bis place de l'Eglise ; angle de la rue d'Argentré (Le Pertre)
    Maison, 3, 3 bis place de l'Eglise ; angle de la rue d'Argentré (Le Pertre) Pertre (Le) - 3,3 bis place de l' Eglise angle de la rue d' Argentré - en village - Cadastre : 1986 AB
    titreCourant :
    Maison, 3, 3 bis place de l'Eglise ; angle de la rue d'Argentré (Le Pertre)
    dates :
    1650 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Pertre
    illustration :
    Façade donnant sur la place de l'Eglise IVR53_20023517401NUCA Inscription placée au dessus de la porte IVR53_20023517400NUCA Vue partielle de la façade arrière IVR53_20023517402NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_1 :
    maison de ville
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_20 :
    étage de comble
    historique :
    Cette maison de bourg d'un volume imposant forme l'angle de la rue d'Argentré et de la place de 20e siècle. L'inscription TIBI DEO SOLI 1650 peut correspondre à la datation de son gros oeuvre à moins que cette dernière soit un remploi de l'ancien presbytère situé à proximité. Intérêt communal
    localisation :
    Pertre (Le) - 3,3 bis place de l' Eglise angle de la rue d' Argentré - en village - Cadastre
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_13 :
    cour en fond de parcelle
  • Maison, le Petit Rocher (Le Tronchet)
    Maison, le Petit Rocher (Le Tronchet) Tronchet (Le) - le Petit Rocher - en écart - Cadastre : 1849 F2 1982 D
    titreCourant :
    Maison, le Petit Rocher (Le Tronchet)
    description :
    contreforts se trouvent sur le pignon est de la construction. Les baies de la façade présentent des encadrements de pierre de taille ; la porte d'entrée est une porte en plein cintre. Le rez-de-chaussée est composé d'une salle ; la cheminée monumentale en granite qui chauffe cette pièce se trouve sur le pignon ouest. La salle possède un vaisselier et un évier sur le mur gouttereau nord. A l'étage, sur le pignon Ce bâtiment est élevé en moellon de granite et possède un toit à longs pans couvert d'ardoise. Deux
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    illustration :
    Le bâtiment en 1969 IVR53_19693500477Z
    historique :
    composé d'une pièce à feu au rez-de-chaussée, la cheminée était située sur le mur ouest ; l'étage était La construction de ce bâtiment remonte très probablement à la première moitié du 17e siècle. En effet, le bâtiment possède les caractéristiques architecturales propres à cette époque de construction  : porte en plein cintre à encadrement chanfreiné, cheminée de la salle monumentale en granite, poutraison de très forte section (40 cm x 40 cm), présence d'un vaisselier sur le mur nord. Le bâtiment était également composé d'une pièce à feu, toutefois la cheminée n'était pas superposée avec celle de la salle car réalité un ancien appui saillant de fenêtre d'étage. La présence de deux contreforts au pignon relève du fait qu'il existait un autre bâtiment à l'est de celui-ci à l'origine. Le cadastre de 1849 représente elle se trouvait sur le mur pignon est. Le bâtiment a été remanié, vraisemblablement au début du 20e siècle, en effet, les murs ont été rehaussés et les pignons redressés. De plus, les baies de l'étage ont
    localisation :
    Tronchet (Le) - le Petit Rocher - en écart - Cadastre : 1849 F2 1982 D
  • Maison de maître, le Bas Canlou (Iffendic)
    Maison de maître, le Bas Canlou (Iffendic) Iffendic - Bas Canlou - en écart - Cadastre : 1982 XV
    titreCourant :
    Maison de maître, le Bas Canlou (Iffendic)
    description :
    Le logis à étage est composé d'une multiplicité de matériaux, façade arrière en bauge et façade perpendiculaire contient également du pan de bois dans la partie haute du pignon. principale en pierre, les bandes de quartz forment un bel effet décoratif. Un logement secondaire
    murs :
    pan de bois
    illustration :
    Détail de la lucarne IVR53_20033515703NUCA Vue générale de la dépendance IVR53_20033515707NUCA Extrait du cadastre de 1845 section E2 dite de Canlou IVR53_20033515700NUCA Détail de l'appareillage IVR53_20033515702NUCA Dépendance, pignon en pan de bois IVR53_20033515705NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; moellon ; poudingue ; quartz ; appareil mixte ; pan de bois
    historique :
    situé dans l´angle de la grande salle. Cet escalier devait être enfermé dans une cage en bois. Sur le visible sur le cadastre de 1845, évoque les maisons de tisserands. La mention en 1810 d´un « courtil à Cette maison datable du début du 17e siècle fait partie des édifices notables de la commune. Son originalité tient entre autre dans son gros œuvre composé d´une variété de matériaux. La façade arrière est en bauge, tandis que la façade principale est constituée principalement de schiste et de quartz qui forment des bandes décoratives. Les matériaux de second œuvre utilisés pour les corbelets de la corniche, pour palier existent encore des latrines dans l´épaisseur du mur arrière. La structure de la maison du Bas Canlou, son étage habitable, la qualité de sa construction, son ancienne composition à cour fermée, bien remplois probables du 15e siècle (baie en schiste vert). Le cadastre de 1845 mentionne également une les encadrements des baies et la lucarne sont également variés, schiste vert, pierre coquillière
  • Maison, le Petit Bas Liage (Le Tronchet)
    Maison, le Petit Bas Liage (Le Tronchet) Tronchet (Le) - le Petit Bas Liage - en village - Cadastre : 1982 G1
    titreCourant :
    Maison, le Petit Bas Liage (Le Tronchet)
    description :
    ardoise. Les baies de la façade présentent des encadrements en pierre de taille de granite ; certains sont chanfreinés. La porte est une porte en plein cintre à double rouleaux. Le fournil se trouve au sud-ouest ; il Ce bâtiment est élevé en moellon de granite ; il possède par ailleurs un toit à longs pans en est également construit en moellon de granite et couvert d'ardoise.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    illustration :
    Le fournil IVR53_20063514069NUCA
    historique :
    La construction de ce bâtiment remonte probablement à la première moitié du 17e siècle. Certaines cintre et encadrements de baies chanfreinés entre autres. Il semble que le bâtiment était composé d'une pièce à feu à l'est au rez-de-chaussée et d'une pièce à feu à l'ouest à l'étage. La partie ouest du rez particularités architecturales attestent de cette époque de construction : forte pente de toit, porte en plein -de-chaussée abritait probablement un cellier.
    localisation :
    Tronchet (Le) - le Petit Bas Liage - en village - Cadastre : 1982 G1
  • Maison, le bourg (Tréfumel)
    Maison, le bourg (Tréfumel) Tréfumel - route Départementale 39 - en village
    titreCourant :
    Maison, le bourg (Tréfumel)
    description :
    hormis la porte principale et le linteau de la cheminée du rez-de-chaussée qui sont en granite à grain haute, encore visible de l´extérieur. On accède directement à l´ancienne salle principale de la demeure de pierre, décentré et rapproché de la façade antérieure, probablement pour ménager une porte de communication avec la pièce voisine. L´escalier contenu dans une tour hors oeuvre, à l´arrière de la maison fin de Languédias. Cette maison en longueur est composée de quatre pièces au sol dont une seule est à feu à l´est. La moitié orientale correspond à une habitation associant pièces chauffées et non chauffées tandis que la moitié occidentale, réservée à un usage d´exploitation ne comporte aucune pièce chauffée, ses deux pièces du rez-de-chaussée étant surmontées d´un unique grenier accessible par une porte , à l´est, par une porte moulurée en plein cintre, surmontée d´un larmier. Les retours latéraux de ce larmier sont ornés de deux motifs sculptés différents qui pourraient évoquer, à gauche une feuille de
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Evran
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Dessin par Frottier de la Messelière en 1896 IVR53_20102211589NUCA Détail de la fenêtre de l'étage, linteau en accolade et fleur de lys sculptée IVR53_20102211591NUCA Détail de la lucarne de la tour d'escalier IVR53_20102211593NUCA Vue intérieure, vue générale de la salle IVR53_20102201376NUCA Vue intérieure de la salle IVR53_20102201375NUCA Vue intérieure, cheminée de la salle IVR53_20102201378NUCA Extrait du cadastre ancien de 1833 IVR53_20102211587NUC Vue générale, enquête de 1986 IVR53_19872200232X Détail : porte, enquête de 1986 IVR53_19872200233X Vue générale arrière, enquête de 1986 IVR53_19862200115X
    contenu :
    Le style de la porte principale de cette maison ainsi que celui de la cheminée de la salle, le aisseliers qui se croisent sous la panne faîtière. Le décor de la lucarne de la tour d’escalier - un fronton corniche qui couronne le sommet de la tour confirme un ajout postérieur, de la fin du 16e ou du début du montage de ses pignons et la forte pente de son toit, situent l’origine de sa construction vers les premières années du 16e siècle. La charpente d’origine, à fermes et pannes est contreventée par de grands antérieur à la seconde moitié du 16e siècle. Le fait que cette lucarne soit directement posée sur la 17e siècle. Cette lucarne servant de pas d’envol pour un petit pigeonnier, ostensible depuis la route , correspond à un enrichissement de la maison qui emprunte des signes distinctifs du logis noble. Cette aisance est probablement due à la culture du lin et du chanvre, florissante sur le territoire entre le 16e et le 18e siècle. Les pièces froides du rez-de-chaussée ont pu servir d’ateliers de tissage, de même que
    historique :
    siècle. Elle a conservé son implantation visible sur le cadastre de 1833. Maison à large façade construite au 1er quart du 16e siècle. La tour d´escalier arrière a été aménagée dans ses parties hautes à la fin du 16e siècle. Des modifications d´ouvertures sont également visibles en façade antérieure et témoignent de modifications datables du début du 19e siècle et du 20e
    referenceDocumentaire :
    A.D. Côtes d'Armor : 6O J, fonds Frotier de la Messelière.
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Maison, le Châtel (Iffendic)
    Maison, le Châtel (Iffendic) Iffendic - le Châtel - en écart - Cadastre : 1982 AE
    titreCourant :
    Maison, le Châtel (Iffendic)
    description :
    Gros oeuvre en moellons de schiste. Extension en moellons de schiste et terre.
    illustration :
    Vue générale de la façade antérieure IVR53_20033515426NUCA Vue rapprochée de la façade antérieure IVR53_20033515427NUCA Détail de la façade principale, corbelets sculptés IVR53_20033515420NUCA Logis principal, vue générale de la cheminée de la salle IVR53_20033515421NUCA Logis principal, cheminée de la salle, détail IVR53_20033515422NUCA Partie droite de la façade, 2ème logis accolé IVR53_20033515428NUCA Partie droite de la façade antérieure, 2ème logis, façade cachée par un appentis Partie droite de la façade, 2ème logis, détail d'un occulus IVR53_20033515429NUCA Vue générale de la façade arrière IVR53_20033515425NUCA Vue générale de la façade arrière IVR53_20033515424NUCA
    historique :
    369 et 370 du cadastre ancien soient aujourd´hui réunies et forment le fonds de cette habitation. La partie centrale remonte au début du 17e siècle. La distribution a été modifiée. Le rez-de-chaussée est dans la maçonnerie étaient par ailleurs installées à ce niveau au 18e siècle. Le logis de droite dont Le cadastre de 1845 présente un alignement divisé en trois parties. Il semblerait que les parcelles deux marques en forme de croix de Saint André. L´escalier était situé dans l'angle Nord Est de la pièce demeure fait partie des édifices notables de la commune. Elle est à rapprocher de la maison du Bas Canlou située au nord de la commune. A noter les corbelets sculptés sur la façade principale. composé aujourd'hui d'une vaste salle avec une cheminée d'origine dont le manteau porte un blason muet et la lecture est devenue difficile semble remonter également d´une campagne du 17e siècle(oculus). La ainsi qu´un appentis arrière. Selon les propriétaires actuels, le logis aurait abrité une congrégation
    localisation :
    Iffendic - le Châtel - en écart - Cadastre : 1982 AE
  • Maison de commerçant, 6 rue du Général de Gaulle (Le Faou)
    Maison de commerçant, 6 rue du Général de Gaulle (Le Faou) Faou (Le) - 6 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1845 A2 329 1995 AC 114
    titreCourant :
    Maison de commerçant, 6 rue du Général de Gaulle (Le Faou)
    genresDestinataire :
    de commerçant
    description :
    Pignon en pan de bois et à encorbellement modifié dans la partie inférieure. Parties latérales en
    typologies :
    maison d'angle, front de parcelle, plan allongé, cheminée sur gouttereau, encorbellement sur
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Faou
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille pan de bois
    canton :
    Faou (Le)
    representations :
    Marque de tacheron.
    historique :
    Maison de commerçant probablement construite au milieu du 16e siècle comprenant une aile de retour avec escalier dans l'angle. Intérieur apparemment transformé durant la 1ère moitié du 17e siècle.
    localisation :
    Faou (Le) - 6 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1845 A2 329 1995 AC 114
  • Maison, le Vallet (Plerguer)
    Maison, le Vallet (Plerguer) Plerguer - le Vallet - en écart - Cadastre : 1982 E1
    titreCourant :
    Maison, le Vallet (Plerguer)
    description :
    . Les encadrements de baies sont en pierre de taille de granite, celui de la porte est chanfreiné. Le Ce logis possède une maçonnerie de moellon de granite et de schiste ; le toit est couvert d'ardoise linteau de la porte est décoré d'une accolade. L'appui de la fenêtre de l'étage est légèrement saillant.
    illustration :
    Détail de la porte IVR53_20063513741NUCA Le bâtiment en 1969 IVR53_19693500433Z
    historique :
    linteau de la porte. Le bâtiment n'était composé que d'une pièce à feu au rez-de-chaussée, surmontée d'un Malgré des remaniements, la construction de ce bâtiment pourrait remonter au début du 17e siècle . En témoignent la forme des baies, le chanfrein des encadrements ainsi que le décor d'accolade du
    localisation :
    Plerguer - le Vallet - en écart - Cadastre : 1982 E1
  • Alignement de maisons, le Mortier (Servon-sur-Vilaine)
    Alignement de maisons, le Mortier (Servon-sur-Vilaine) Servon-sur-Vilaine - le Mortier - en écart - Cadastre : 1997 D1
    titreCourant :
    Alignement de maisons, le Mortier (Servon-sur-Vilaine)
    description :
    Cet alignement est actuellement composé de deux bâtiments élevés en moellon de schiste et couverts
    illustration :
    L'alignement sur le cadastre de 1849 IVR53_20043508512NUC
    historique :
    Il existait quatre propriétés différentes à cet endroit lors de la réalisation du cadastre en 1849 . Aujourd'hui, il s'agit d'une même propriété même s'il existe deux habitations différentes. Il s'agit de
    localisation :
    Servon-sur-Vilaine - le Mortier - en écart - Cadastre : 1997 D1
    referenceDocumentaire :
    Servon sur Vilaine. Section D1 du Mortier. En une seule feuille, par M. Gaboriaud, Géomètre de 1ère classe, terminé le 1er octobre 1849, échelle 1/2000 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).
  • Maison, le Pas Pecé
    Maison, le Pas Pecé Plerguer - le Pas Pecé - en écart - Cadastre : 1982 H1
    titreCourant :
    Maison, le Pas Pecé
    description :
    baies de la façade possèdent des encadrements en pierre de taille de granite ; ceux du rez-de-chaussée sont chanfreinés. De plus, l'appui de la fenêtre du rez-de-chaussée est saillant et l'une des pierres d'encadrement de la baie de l'étage porte un écu lisse. Cette maison, construite en moellon de granite, est couverte d'un toit à longs pans en ardoise. Les
    illustration :
    Détail de la fenêtre IVR53_20063513550NUCA Le bâtiment en 1969 IVR53_19693500441Z Détail de l'écu IVR53_20063513551NUCA
    historique :
    Même si ce bâtiment a subi des remaniements (reprises de maçonnerie, affaiblissement de la pente de toit d'origine), certains éléments tels le décor des baies permettent de faire remonter sa construction au début du 17e siècle. Ainsi, les encadrements de baies chanfreinés et l'appui saillant de la fenêtre du rez-de-chaussée sont particulièrement représentatifs de l'architecture de cette époque.
    localisation :
    Plerguer - le Pas Pecé - en écart - Cadastre : 1982 H1
  • Maison, Le Gachot (Pluherlin)
    Maison, Le Gachot (Pluherlin) Pluherlin - Gachot (le) - en écart - Cadastre : 1840 C2 83, 84
    titreCourant :
    Maison, Le Gachot (Pluherlin)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    , l'une engagée au rez-de-chaussée, celle de l'étage adossée, sont superposées au pignon est. La façade armoire murale. A gauche de la porte d'entrée, armoire murale à étagère formée d'une mince lame de schiste. Maison fortement ruinée construite en moellon de schiste. Elle se compose au rez-de-chaussée de deux pièces séparées par les vestiges d'un mur de refend. et d'un étage en surcroît. Les cheminées , en vis ou à retour, construit sur un massif de maçonnerie au sud duquel sont les vestiges d'une
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Elévation postérieure sud, porte, détail de la maçonnerie IVR53_20135615167NUCA Mur nord, porte d'entrée, massif de l'escalier, placard mural IVR53_20135615159NUCA Départ de l'escalier IVR53_20135615163NUCA Rez-de-chaussée, pignon est, cheminée IVR53_20135615164NUCA Pignon est, cheminée de l'étage IVR53_20135615165NUCA Armoire murale à étagère de schiste IVR53_20135615161NUCA
    contenu :
    : ce sont les deux seuls connus de ce type sur le territoire. De la même manière, la présence d'un l'embrasure de la porte : solidarisant l'encadrement avec la maçonnerie, elles jouent le rôle qu'auront aux l'objet d'un dossier en raison de la grande qualité de son aménagement (cheminées, armoires murales), mais . Les vestiges de la fenêtre au-dessus de la porte ressemble à une gerbière, plutôt qu'à une fenêtre Malgré son état de ruine avancée, et les hypothèses que provoquent cet état, cette maison a fait aussi de l'originalité de son escalier, identique à celui de Bréhon à Saint-Gravé, également sans étage d'une transformation ultérieure. La porte d'entrée au sud montre une remarquable mise en œuvre : deux lames de schiste insérées transversalement à mi-hauteur sont taillées en suivant l'encadrement et 18e et 19e siècles des pièces de bois carrées dans certaines maisons rurales construites en schiste
    historique :
    en ruines. La dépendance en alignement date d'avant 1840 (elle figure sur le plan de 1840) Maison sans doute construite au début du 17e siècle d'après ses cheminées. La façade sud pourrait avoir été entièrement reprise au 19e siècle : seule la porte semble ancienne. La maison est aujourd’hui
    contribution :
    Redacteur Le Lu Stéphanie
    localisation :
    Pluherlin - Gachot (le) - en écart - Cadastre : 1840 C2 83, 84
  • Maison, le Pichorel (Saint-Gravé)
    Maison, le Pichorel (Saint-Gravé) Saint-Gravé - le Pichorel - en écart - Cadastre : 1840 D3 49
    titreCourant :
    Maison, le Pichorel (Saint-Gravé)
    description :
    coyau est orienté vers l'ouest ; Il appartient au type dit logis sur dépendance. Le cellier occupe la perpendiculaire à la façade qui dessert une pièce à double exposition avec une cheminée de granite dont les consoles et sommiers de linteau ressortent sur le pignon nord. Un évier est creusé dans le mur ouest au sud de la porte. La chambre au sud de cette salle est aujourd'hui remaniée, mais a conservé à l'est sa subsiste que les anneaux de fixation. Le comble est ouvert à l'ouest d'une lucarne à fronton de granite . Sous la fenêtre de l'étage (à droite de la porte haute), remaniée vers 1960, est conservée une pierre Ce logis construit en moellon de granite aujourd'hui enduit et couvert d'une toiture en ardoise à totalité du rez-de-chaussée, ouvert à l'ouest d'une porte à claveaux rayonnants, à l'est d'un jour chanfreiné. L’étage est constitué à l’origine de deux pièces. On y accède par un escalier extérieur droit à cristaux de quartz.
    murs :
    granite moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
    illustration :
    Le Pichorel sur le cadastre de 1840, section D3, parcelle 49 (A. D. Morbihan, 3 P 260/20 Rez-de-chaussée à usage de cellier, vue tntérieure vers le sud-est IVR53_20135601800NUCA Etage, pignon nord, piédroit et console gauche de la cheminée IVR53_20125607529NUCA Etage, vue intérieure de la fenêtre est travée nord IVR53_20135601798NUCA
    contenu :
    Malgré la transformation de sa partie sud au milieu du 20e siècle, la partie nord de cette maison est un exemple bien conservé de logis sur dépendance du 17e siècle. La fonction de l'ensemble est inconnue : le rez-de-chaussée abritait peut-être un atelier de tissage. L’habitation à l'étage révèle un matériaux du 16e siècle, dont la cheminée datée de 1570 propriétaire aisé. Il conviendrait d'établir le lien avec le logis-étable qui jouxte, reconstruit avec des
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    historique :
    La partie nord qui subsiste intacte de cet alignement fortement remanié au 20e siècle, est construite au début du 17e siècle. Sur l'élévation ouest, la fenêtre de l'étage a été reprise et la porte
    localisation :
    Saint-Gravé - le Pichorel - en écart - Cadastre : 1840 D3 49
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral de 1840 AD Morbihan. Série P. 3P 260. Plan cadastral 1840. Tableau d'assemblage et
    airesEtudes :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
  • Maison, 10 rue des Quais, le Port (Saint-Cast-le-Guildo)
    Maison, 10 rue des Quais, le Port (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - le Port - 10 rue des Quais - en écart - Cadastre : 1826 A2 699 2001 159 B3 1417
    titreCourant :
    Maison, 10 rue des Quais, le Port (Saint-Cast-le-Guildo)
    description :
    Maison mitoyenne de plan massé à un étage carré construite en granite et schiste. Encadrements des épis de faîtage figuré (saulnier).
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    illustration :
    Vue détaillée de l'épi de faîtage. IVR53_20022215338NUCA
    historique :
    Maison datant de la 1ère moitié du 17e siècle. La tradition orale lui attribue la fonction de
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - le Port - 10 rue des Quais - en écart - Cadastre : 1826 A2 699 2001 159 B3
1 2 3 4 8 Suivant