Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
  • Manoir, le Bois Doré (Bruz)
    Manoir, le Bois Doré (Bruz) Bruz - le Bois Doré - isolé
    titreCourant :
    Manoir, le Bois Doré (Bruz)
    description :
    Cet ancien manoir est construit en schiste violet et terre masqués par un crépi. La tête de pignon un linteau en bois dont la partie supérieure était décorée de colonnettes et les piédroits doublement est en pan de bois. Les ouvertures sont également masquées par un crépi mais on distingue du schiste et du calcaire. Les petites fenêtres du rez-de-chaussée ont été agrandies. Une fenêtre du premier
    murs :
    pan de bois
    illustration :
    Le Bois Doré sur le cadastre de 1812 IVR53_20083507773NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    terre ; schiste ; moellon ; calcaire ; enduit ; pan de bois
    historique :
    grille en façade postérieure. Le toit a gardé son coyau très marqué brisant la forte pente de toiture, ce qui est une des caractéristiques de l'époque de construction de ce bâtiment. La façade principale De l'ancienne maison noble ne subsiste que l'architecture générale (un étage) et une fenêtre à (orientée au sud) a été enduite et les ouvertures du rez-de-chaussée agrandies.
    localisation :
    Bruz - le Bois Doré - isolé
    referenceDocumentaire :
    Bruz. Section C de la Bihardais en 2 feuilles, 2e feuille Par Mrs Vauquetin et Villartay (1812
  • Manoir Saint Armel, le Manoir (Bruz)
    Manoir Saint Armel, le Manoir (Bruz) Bruz - le Manoir - en écart
    titreCourant :
    Manoir Saint Armel, le Manoir (Bruz)
    etages :
    étage de comble
    description :
     ; celui du sud, appelé le Pavillon, présente trois gerbières analogues à la précédente. Le côté nord de la Le manoir est composé de deux bâtiments rectangulaires très allongés et se rassemblant à angle qui vient d'être décrite, il renfermait la prison. Le portail d'entrée est en plein cintre : on y voit droit. Des douves qui existent encore au nord et à l'ouest formaient un grand carré autour de l'ensemble . Au sud se trouvaient une écurie, un porche et diverses servitudes. Le bâtiment ouest présente une porte en plein cintre ornée de deux pilastres ioniques et d'un fronton triangulaire que remplit un écusson en accolade. Son toit est percé d'une petite gerbière à fronton arrondi, flanquée de deux consoles renversées. Ce bâtiment est accosté de deux pavillons non saillants à toits élevés munis d'épis de plomb cour comprend un autre bâtiment et le portail d'entrée. Ce bâtiment possède une porte analogue à celle
    illustration :
    Façade postérieure (ouest) vue de la route IVR53_19733505244NUC Ancienne chapelle (mur dans le prolongement de l'aile ouest-est du manoir) IVR53_19733505251NUC Ancienne chapelle, porte de la propriété IVR53_19733505259NUC Détail du fronton triangulaire avec écusson de la porte IVR53_20083508371NUCA Détail du pilastre de la porte IVR53_20083501305NUCA Ouvertures dans le mur de clôture IVR53_20083501346NUCA Porte dans le mur de clôture IVR53_20083501347NUCA Carte postale anciene : Bruz - Ancienne propriété des Archevêques de Rennes IVR53_19883500099X Carte postale ancienne : 871. Bruz (I.-et-V.) Le Château du Manoir et les Douves IVR53_19883500100X Façade ouest (le pont au-dessus des douves) IVR53_19733505254NUC
    historique :
    de Rennes depuis le 11e siècle jusqu'à la Révolution. Le manoir est situé un peu au sud de Bruz, au . A la fin du 16e siècle, le manoir d'Anselme de Chantemerle, assez logeable mais bâti à l'antique bâtiment de service le prolongeait jusqu'à la chapelle construite en 1329 et démolie en 1791. Le tableau de celui de la Louvière à Bruz. En 1790, le manoir est vendu aux enchères. L'acheteur s'appelle Charles Bonaventure Toullier, professeur de faculté de droit à Rennes. Avant le détournement de la Seiche (pour les bord de la Seiche et à proximité des restes d'un pont du 15e siècle. Les premiers bâtiments étaient très anciens puisque le Manoir fut donné aux évêques de Rennes en 1076 par le Comte de Rennes Geffroy . Y étaient attachés les droits du seigneur (fuie, qui devait se trouver à l'ouest, près de la pièce jardin, à l'angle du chemin et de la route). Il ne reste plus rien du premier manoir. Il fut reconstruit au 15e siècle par l'évêque Anselme de Chantemerle, qui remplaça également un pont de bois sur la
    localisation :
    Bruz - le Manoir - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de France W. L. 622. - BRUZ.- Ancienne propriété des Archevêques de Rennes. - Ancien manoir du jurisconsulte 872. - BRUZ (I.-et-V.) Le Château du Manoir et les Douves. Mary-Rousselière, E. (éditeur), Rennes Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884. Bruz de B à Z, ville de Bruz, 1994.
  • Manoir, la Haye de Cicé (Bruz)
    Manoir, la Haye de Cicé (Bruz) Bruz - la Haye de Cicé - en écart
    titreCourant :
    Manoir, la Haye de Cicé (Bruz)
    illustration :
    Vue de la route IVR53_20083507864NUCA Façade antérieure 3e corps de bâtiment IVR53_19733505280NUC Le logis IVR53_20083507859NUCA
    historique :
    belle cheminée intérieure, l'ancienne habitation de la Haye de Cicé est l'un des monuments les plus originaux de la commune de Bruz. Le logis en équerre date du 16e siècle. Il fut agrandi au 17e siècle, puis remanié au 20e siècle
    localisation :
    Bruz - la Haye de Cicé - en écart
  • Manoir, puis ferme, la Haye de Pan (Bruz)
    Manoir, puis ferme, la Haye de Pan (Bruz) Bruz - la Haye de Pan - isolé
    titreCourant :
    Manoir, puis ferme, la Haye de Pan (Bruz)
    description :
    Les bâtiments de cet ancien manoir devenu ferme sont tous recouverts d'un enduit. Cependant, la maçonnerie de ces bâtiments se compose de moellon de schiste et de terre. Le logis seigneurial est situé au extérieur. Cette porte est en calcaire. L'étable est située en dehors de l'alignement dans un bâtiment construit en moellon de schiste.
    illustration :
    Piédroit de la cheminée IVR53_20083508139NUCA Détail du corbeau de la cheminée IVR53_20083508140NUCA Vue de situation IVR53_20083500727NUCA Cheminée du rez-de-chaussée IVR53_20083508138NUCA Fenêtre de l'étage façade est IVR53_20083508142NUCA Placard mural, salle sans cheminée de l'étage IVR53_20083508144NUCA Pignon de l'étable IVR53_20083507559NUCA
    historique :
    siècle, le manoir était constitué d'un grand corps de logis construit en pierre composé de deux pièces par niveau et d'un grenier ; deux pièces sont chauffées par des cheminées : au sud, la salle du rez-de -chaussée et la chambre située au-dessus. Au bout de ce logis, il y avait un autre bâtiment construit en terre dans lequel il y avait un escalier de pierre et des latrines. Ce bâtiment déjà en ruines à la fin Il s'agit d'un ancien manoir, comme en témoigne d'une part la toiture élevée du bâtiment . Cet ancien manoir a été endommagé pendant la dernière guerre, une partie des murs ont été remontés et bords décorés d'un chanfrein. Sa construction remonte sans doute à la fin du 16e siècle et au 17e siècle , il fut remanié au 20e siècle. Son ancienne chapelle est désaffectée, celle-ci date de 1756. Au 17e au pignon nord, de plus basse élévation se composait de trois pièces en alignement.
    localisation :
    Bruz - la Haye de Pan - isolé
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
  • Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bruz
    Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bruz Bruz
    titreCourant :
    Les châteaux, les manoirs et les demeures sur la commune de Bruz
    annexe :
    20083508110NUCB : Mairie de Bruz 19883500096XB : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 8Fi
    illustration :
    Le manoir de la Droulinais IVR53_20083501081NUCA Le manoir de la Louvière IVR53_20083501366NUCA Le manoir de la Pommeraye IVR53_20083501024NUCA Le manoir de la Houssais IVR53_20083501094NUCA Le manoir de la Noé IVR53_20083500662NUCA Le château de Cicé IVR53_20083508110NUCB Le manoir de Carcé IVR53_20083500714NUCA La Haye de Cicé IVR53_20083501160NUCA La Haye de Pan IVR53_20083500744NUCA Le château des Loges IVR53_19883500096X
    contenu :
    Les châteaux : Actuellement, il ne subsiste que trois châteaux sur le territoire de la commune , autrefois, un château féodal sur la place du centre de Bruz, sur le domaine du Pasty. Ce château avait été . - Manoir de la Thomassais : un peu avant le village de Saint-Armel, a disparu. - Manoir de Saint-Armel souvenir est conservé par les bois de Saint-Jean, près du Breil-Durand. - Manoir de la Droulinais : le autrefois une fuie. Le Chapitre de Rennes le possédait en 1787, mais le fief faisait partie dès 1648 de la Vertbuisson : a disparu. - Manoir des Coudrais : au sud de la croisée de la route de Bruz à Goven, sur le bord d'autres châteaux sur le territoire de Bruz. Ainsi, on trouvait celui du Vau Gaillard, des Planches et des rempart de pierre renforcé par quatre tours et ceint de douves de 6 mètres de large. Le domaine comportait étude. Ils sont principalement situés aux abords des vallées de la Vilaine et de la Seiche. Ainsi avec adjonction de pavillons domine ; ils sont à un étage ; les ouvertures sont disposées le plus
    referenceDocumentaire :
    328 - Château de Cicé, Commune de Chavagne (I.-et-V.) de la famille la Bourdonnaye de Montluc (Appartient au Général de la Foye). Carte postale. Collection A. Dechelette, Rennes, (s.d.). 787. Environs de Rennes. - Bruz. - Le Château des Loges et Parc. Carte postale. E. Mary-Rousselière 407 - Bruz - Le Château des Ormeaux. Carte postale. Mary-Rousselière, E. (éditeur), Rennes. [s.d.].
  • Manoir, la Louvière (Bruz)
    Manoir, la Louvière (Bruz) Bruz - la Louvière - isolé
    titreCourant :
    Manoir, la Louvière (Bruz)
    etages :
    étage de comble
    dates :
    1669 porte la date
    description :
    Le manoir implanté sur une parcelle près de la Vilaine comprend un corps de logis en retrait d´une cour antérieure. Un jardin s´étend à l´arrière. Le logis construit en moellon de schiste masqué par un et sous-sol. Le corps central est flanqué de deux pavillons en saillie présentant une élévation enduit et couvert d´ardoise, compte un étage carré et un étage de comble sur un rez-de-chaussée surélevé antérieure à trois travées. Les ouvertures du rez-de-chaussée sont en granite en grand appareil, celles du triangulaires et un arc de cercle. Les piédroits sont décorés. Il comporte également un escalier de distribution
    illustration :
    La Louveterie sur le cadastre napoléonien de 1812 IVR53_20083507935NUCA Fonds Lagrée - Carte postale ancienne - 5 - La Bretagne, Bruz - Les Bords de la Vilaine - Le Château de la Louvière. IVR53_19883500097X La Louvière vue du canal IVR53_19753505008X Perron et rez-de-chaussée, façade ouest IVR53_20083501365NUCA
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    historique :
    du décor limité aux encadrements de baies en tufeau, le manoir de la Louvière est représentatif de non loin de la Vilaine dans le 3e quart du 17e siècle par les Rallier. La date de 1669 est portée sur l'architecture rennaise de la seconde moitié du 17e siècle, marquée par l'influence de la construction du parlement. Il est à mettre en relation avec la maison de la Houblonnière, à Rennes, qui lui est en tous la gerbière centrale de la façade ouest.
    localisation :
    Bruz - la Louvière - isolé
    referenceDocumentaire :
    5 - La Bretagne, Bruz - Les Bords de la Vilaine - Le Château de la Louvière. Carte postale. Sorel Bruz. Section F de Mons en 2 feuilles, 1ère feuille Par Mrs Vauquetin et Villartay (1812), échelle Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
  • Manoir, puis ferme dit la Maison Neuve, 92 Route de Redon (Bruz)
    Manoir, puis ferme dit la Maison Neuve, 92 Route de Redon (Bruz) Bruz - Pont-Réan - 92 Route de Redon - en village
    titreCourant :
    Manoir, puis ferme dit la Maison Neuve, 92 Route de Redon (Bruz)
    description :
    visibles sous le toit au niveau de la corniche. Les ouvertures sont en gros appareil de schiste. Les deux Le logis s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Il est . Le pignon est présente des vestiges d'un conduit de cheminée correspondant à un second bâtiment, dont première construction. Les dépendances sont disposées autour de deux cours. Dans la cour d'habitation se trouvent la soue à cochons, reconnaissable à la trappe extérieure qui permettait de les nourrir, un puits construit en petit appareil irrégulier de schiste et couvert d'un toit à deux versants en ardoise. Deux souches de cheminée enduites sont placées sur chacun des murs pignons. Les boulins d'un pigeonnier sont appuis des fenêtres sont saillants, les fenêtres du rez-de-chaussée conservent leurs grilles anciennes subsistent également des morceaux de mur côté rue. Un fournil élevé en appentis latéral a remplacé cette . Une étable et une grange se trouvent dans la cour d'exploitation.
    appellations :
    dit la Maison Neuve
    illustration :
    La façade principale et le pignon est du logis IVR53_20083501099NUCA Le mur pignon est du logis et les vestiges de l'ancienne cheminée IVR53_20083508155NUCA La façade principale du logis (1973) IVR53_19733505347NUC La façade principale du logis (1973) IVR53_19733505348NUC Le puits, le pilier et le mur séparant les deux cours (1973) IVR53_19733505349NUC La façade sud du logis IVR53_20083501101NUCA La façade sud du logis IVR53_20083501032NUCA La façade sud du logis IVR53_20083501105NUCA La cour d'exploitation avec l'étable IVR53_20083501029NUCA La grange IVR53_20083501103NUCA
    historique :
    Le logis constitue la partie la plus ancienne de cet ensemble. Les portes jumelées et chanfreinées , les encadrements des fenêtres en gros blocs de schistes chanfreinés, les grilles ainsi que la forte pente du toit (aujourd'hui corrigée) permettent de dater la construction de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle. Les vestiges d'un conduit de cheminée montrent que ce bâtiment était prolongé par initialement être une petite maison noble : la typologie du logis, à deux foyers juxtaposés ; son élévation sur deux niveaux, un rez-de-chaussée et un étage, qui pouvait abriter une chambre ; les trous de boulin en corniche qui correspondent à un pigeonnier ; sa situation en bordure de route au nord du pont de Pont-Réan . Les dépendances agricoles sont postérieures et cette maison a pu être transformée en ferme par la
    localisation :
    Bruz - Pont-Réan - 92 Route de Redon - en village
    referenceDocumentaire :
    p. 62 CHEVIRE, Patricia. Escale à Pont-Réan : des cahotiers à la Royale. Dinard : Editions Danclaux
  • Manoir, la Droulinais (Bruz)
    Manoir, la Droulinais (Bruz) Bruz - la Droulinais - isolé
    titreCourant :
    Manoir, la Droulinais (Bruz)
    dates :
    1611 porte la date 1695 porte la date
    description :
    Situé sur la rive droite de la Seiche, le manoir de la Droulinais est accessible par une large puits à double accès jouxte le portail qui mène à la terrasse du manoir par une volée de quelques allée bordée d'arbres qui mène à l'entrée de la propriété, ceinte d'un mur de clôture en pierre. Les dépendances comprennent la maison du gardien, à l'entrée de la propriété, une maison située au nord , l'ancienne métairie placée à l'est du manoir, un pigeonnier et un vivier aménagés en bordure de la Seiche. Un marches. La manoir est construit en petit appareil irrégulier de schiste violet et gris et couvert pavillon, les deux ailes latérales d'un toit à croupes. Le corps de logis s'élève sur trois niveaux : un d'ardoise. Le corps principal est coiffé d'une toiture à croupe d'un seul côté (mur pignon sud) et présente un léger coyau. Deux souches de cheminée sont placées sur chacun des murs pignons. Trois corps de bâtiment sont accolés à la façade postérieure. La tour d'escalier centrale est couverte d'un toit en
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    La Droulinais sur le cadastre de 1812 IVR53_20083508293NUCA Cliché ancien (1973) : travée sud de la façade principale IVR53_19733505332NUC Cliché ancien (1973) : travée centrale de la façade principale IVR53_19733505333NUC Cliché ancien (1973) : travée nord de la façade principale IVR53_19733505334NUC Cliché ancien (1975) : portail et escalier menant de la cour du manoir au parc IVR53_19753505066X Cliché ancien (1973) : vue de situation IVR53_19753505039X Cliché ancien (1973) : la façade principale IVR53_19733505338NUCA Cliché ancien (1973) : porte située sur le mur pignon sud IVR53_19733505336NUC Cliché ancien (1973) : le pigeonnier IVR53_19733505339NUC Cliché ancien (1975) : vue de situation IVR53_19753505038X
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; calcaire
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    historique :
    rejoindre au sud le chemin de Crotigné. Dans son ouvrage, Paul Banéat fait remonter la première citation du 18e siècle un corps central contenant la cage d'escalier et un corps de bâtiment juxtaposé au nord. Le corps de bâtiment situé au sud n'apparaît pas sur le cadastre napoléonien et pourrait dater de la Le cadastre de 1812 montre que l'accès au manoir n'était pas le même qu'aujourd'hui. Trois chemins aboutissaient alors à la Droulinais. La jonction avec la route qui part de la Croix Maréchal se faisait plus au n'existe plus aujourd'hui, partait au nord du hameau de la Barre et passait à la Droulinais avant de village de la Droulinais à 1521. La famille des Hux était propriétaire du manoir en 1584. Les lucarnes de inscription, difficilement lisible, pourrait être 1611. Le plan du bâtiment figurant sur le cadastre de 1812 est en L. Le corps principal situé à l'est a été construit au 17e siècle. Il se compose de deux pièces transformation a eu lieu dans les années soixante-dix : de grandes ouvertures ont été percées sur le mur pignon
    localisation :
    Bruz - la Droulinais - isolé
    referenceDocumentaire :
    Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de Brutz. Canton de Rennes, Sud , Préfet, Mr Drouet de Montgermont, maire, et sous la direction de Mr Pontallié, Directeur des p. 251 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le p. 264 ORAIN, Adolphe. Monographies de trois communes du Canton Sud-Ouest de Rennes : Chatillon-sur -Seiche, Saint-Erblon, Bruz, Revue de Bretagne, juillet 1910, tome XLIV. Ouest. Arrondissement de Rennes, Département d'Ille-et-Vilaine sud-ouest. Arrondissement de Rennes . Département d'Ille-et-Vilaine.. Terminé sur le terrain en novembre 1812 sous l'administration Mr Bonnaire
  • Manoir, la Noé (Bruz)
    Manoir, la Noé (Bruz) Bruz - la Noé - en écart
    titreCourant :
    Manoir, la Noé (Bruz)
    etages :
    étage de comble
    description :
    ceinturait l'ensemble. Le puits est implanté dans l'axe de la cour, le four est adossé au mur extérieur dans bois, les piédroits sont en schiste violet, schiste gris et calcaire. Toit à la Mansart sur le pavillon avec croupe tronquée sur le pignon gauche mitoyen. Crête de toit et épis de faîtage en métal sur le communs refermaient la cour côté ouest, tandis qu'un mur de clôture surmonté d'une grille en fer forgé Maçonnerie de schiste violet en petit appareil irrégulier crépi. Les ouvertures ont des linteaux de
    illustration :
    Porte en anse de panier IVR53_20083507432NUCA Epis de faîtage et crête de toit IVR53_20083507434NUCA Le puits IVR53_20083507436NUCA
    historique :
    Le manoir de la Noë est de dimensions modestes. Le bâtiment d'habitation possède deux corps de logis principal a été rehaussé avec des combles à la Mansart au 19e siècle, et le porche du rez-de logis. Des communs, il subsiste une petite écurie. La construction de ce manoir remonte au 17e siècle . Il devint la demeure d'Armand Bernard de la Durantais, maire de Bruz à partir de 1852. Sa demeure et son environnement ont subi des transformations au fil du temps. Le pavillon droit du corps de construction se caractérise par la diversité des matériaux utilisés, des schistes verts et violets jusqu'aux pierres calcaires, ou encore les entourages de brique pleine pour les percements du 19e siècle. L'ancienne
    localisation :
    Bruz - la Noé - en écart
  • Manoir, puis Ferme, la Claye (Bruz)
    Manoir, puis Ferme, la Claye (Bruz) Bruz - le Claye - isolé
    titreCourant :
    Manoir, puis Ferme, la Claye (Bruz)
    description :
    La façade de l'ancien manoir a été irrémédiablement transformée. Grâce à d'anciennes photographies et le livre de Paul Banéat, nous savons que ce manoir était construit en petit appareil irrégulier de cheminées à colonnes ; une des chambres portait le nom de Chambre Madame. Les bâtiments de ferme avec le également construites en moellon de schiste. Au nord, situés dans l'alignement du logis, on trouve le détruite aujourd'hui. Les ouvertures de l'étage avaient des encadrements en calcaire décorés d'un chanfrein et un appui saillant. A l'intérieur, il y avait deux fenêtres munies de bancs en pierre et deux logis forment un U autour d'une cour. Ces dépendances ont été mieux préservées que le logis. Elles sont l'est, se situe la grange dont les ouvertures ont été remaniées en brique, à l'ouest une dépendance présente des ouvertures en calcaire et chanfreinées, des trous de pigeonnier en façade et une cheminée. Au sud, il y a une porcherie plus récente construite en terre sur un solin en moellon de schiste.
    illustration :
    Façade principale : la tour est toujours présente à l'avant de la maison, une fenêtre a été Angle de la tour et de la maison (état ancien) IVR53_19753505004X Pigeonnier sur la façade de l'écurie IVR53_20083507976NUCA Le manoir sur le cadastre napoléonien IVR53_20083507983NUCA Façade principale : la tour a disparu IVR53_19753505002X Ouverture de l'écurie IVR53_20083507975NUCA Ouverture d'une pièce à feu dans la dépendance IVR53_20083507977NUCA La grange IVR53_20083507978NUCA La porcherie IVR53_20083507979NUCA Vue arrière de l'étable IVR53_20083507982NUCA
    historique :
    se trouvait entre le bâtiment et le poteau électrique de la façade ; elle est remplacée par une Actuellement, la seule partie extérieurement intéressante de la ferme du Claye est la double porte de la dépendance prolongeant l'habitation. La petite porte est murée. Les deux sont à arc en plein cintre à clés et claveaux rayonnants. Le tout est construit en schiste pourpré et est chanfreiné. Il
    localisation :
    Bruz - le Claye - isolé
    referenceDocumentaire :
    Bruz. Section H de la Mine en 2 feuilles, 1ère feuille Par Mrs Vauquetin et Villartay (1812
  • Manoir, puis hospice, la Pommeraie (Bruz)
    Manoir, puis hospice, la Pommeraie (Bruz) Bruz - la Pommeraie - en écart
    titreCourant :
    Manoir, puis hospice, la Pommeraie (Bruz)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le bâtiment est composé d'un corps principal surmonté d'un clocheton. La façade a trois travées. Le corps principal est flanqué de deux petits bâtiments. Ce manoir possédait une fuie. On y voit encore un grand mur de clôture et une serre chauffée.
    illustration :
    Le manoir et son mur de clôture IVR53_20083501026NUCA Le clocheton IVR53_20083500834NUCA La serre IVR53_20083507971NUCA Le lavoir IVR53_20083507972NUCA
    historique :
    en 1605. Racheté par Guillaume Le Graverand en 1775, il fut légué par son fils Hippolyte à la ville Bruz sont accueillies par trois sœurs de la congrégation des Filles du Cœur Immaculé de Marie, ordre de Rennes pour en faire un hospice de femmes. Fin 1874, dix femmes, âgées ou infirmes, de Rennes et religieux remplacé en 1898 par celui de Saint-Thomas de Villeneuve. Cet hospice perdura jusqu'en 1989. Selon la tradition orale, les parties les plus anciennes remontaient à 1530 et il y avait notamment une
    localisation :
    Bruz - la Pommeraie - en écart
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
  • Manoir, puis ferme, la Houssais (Bruz)
    Manoir, puis ferme, la Houssais (Bruz) Bruz - la Houssais - isolé
    titreCourant :
    Manoir, puis ferme, la Houssais (Bruz)
    description :
    dépendance se composait ainsi d'est en ouest : la pièce de service avec cheminée, le cellier et la grange, le Le manoir est constitué de deux ailes perpendiculaires délimitant une cour rectangulaire fermée par un portail en pierre. Le logis principal est constitué d'un corps de bâtiment accosté d'un pavillon à bois, des piédroits de calcaire et des appuis en schiste violet, et se caractérise par son toit à la toiture élevée ornée de deux épis de faîtage en terre cuite vernissée provenant de l'atelier de poterie de Fontenay à Chartres-de-Bretagne, à l'origine ils étaient au nombre de trois. Les baies présentent des piédroits en calcaire, la porte d'entrée était autrefois surmontée d'un petit toit en appentis. L'immense
    typologies :
    epi de faîtage
    illustration :
    Vue arrière de la dépendance IVR53_20083507747NUCA Ancien commun : le toit IVR53_19733505237NUC La Houssais, vue est IVR53_20083501091NUCA Les épis de faîtage du logis IVR53_20083501096NUCA Détail : épi de faîtage IVR53_20083501097NUCA Détail : épi de faîtage IVR53_20083501098NUCA Mur de clôture IVR53_20083507749NUCA
    historique :
    anciens communs ont conservé leur toit à la Mansart. Concernant le manoir de la Houssaye, il semble qu'il . Cette pratique de la retenue était très courante dans le bassin de Rennes. La chambre haute du pavillon , en particulier la toiture élevée du pavillon surmontée de deux épis faîtiers de faïence jaune. Les quand bon lui semblait, tandis que les fermiers occupaient le rez-de-chaussée. De ce fait, il est fort lambrissée possède un réduit qui a servi, dit-on, de cachette à un prêtre réfractaire pendant la Révolution Le logis date du 17e siècle et les communs vraisemblablement du 18e siècle. Cet ancien manoir a été s'agissait d'une retenue. C'est-à-dire que le propriétaire se réservait tout l'étage pour venir y séjourner plausible qu'il y ait eut un accès direct à l'étage par un escalier extérieur sur la façade postérieure . En cours d'activités jusque dans les années 1980, l'exploitation agricole avait une superficie de 30
    localisation :
    Bruz - la Houssais - isolé
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
  • Manoir, puis ferme, l'Etrillet (Bruz)
    Manoir, puis ferme, l'Etrillet (Bruz) Bruz - l' Etrillet - isolé
    description :
    construite à l'est. La maçonnerie est en moellon de schiste violet, la couverture en ardoise. Le toit des Les terres de l'ancien manoir de l'Etrillet sont encadrées par deux cours d'eau : la Vilaine à l'ouest. La porcherie et l'écurie sont en face, l'étable sur le côté ouest, et une dernière dépendance est l'Est et la Seiche à l'Ouest. L'ensemble du bâti, comprenant l'ancien manoir et ses dépendances, est disposé autour d'une cour. L'habitation se trouve au nord ainsi qu'une grange mitoyenne qui la prolonge à note notamment des linteaux monolithiques de schiste gris ou de bois et des piédroits alternant des éléments de granite, de schiste et de calcaire.
    annexe :
    20083508294NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20083508321NUCB : Mairie de Bruz
    illustration :
    L'Etrillet sur le cadastre de 1812 IVR53_20083508294NUCA La remise mitoyenne à la grange (succession de bois et de schiste des encadrements) (1973 L'étable (encadrement de la porte) IVR53_20083508213NUCA La façade principale du logis (en 1973) IVR53_19733505344NUC La façade principale du hangar avec porte cochère (1973) IVR53_19733505345NUC La façade principale du logis IVR53_20083508211NUCA La grange IVR53_20083508212NUCA
    historique :
    le long de la Seiche. Le jardin, situé au nord, était séparé du manoir par une douve. La chapelle Sur le cadastre de 1812, l'Etriet se compose de bâtiments disposés en U autour d'une cour. Dans son une description du domaine qui rend compte de son état en 1774. La cour de la ferme se situait au sud était présente au milieu de la cour, construite de pierre en forme de voûte à l'antique. L'auteur mentionne enfin la grille d'une fenêtre du manoir, dont les montants se terminaient en fers de lances deux corps d'habitation, qui présentent chacun une souche de cheminée sur leur mur pignon ouest. La d'envisager une datation ancienne ainsi que l'encadrement chanfreiné de la porte principale de l'écurie dimensions de la grange construite ensuite dans l'alignement du logis sont remarquables, notamment la taille de la porte qui pouvait laisser passer une charrette chargée de foin. Saint-Jacques et Saint-Jean de l'Etriette avait été édifiée dans l'angle nord-est vers 1664. Une fuie
    referenceDocumentaire :
    Tableau d'assemblage du plan cadastral parcellaire de la commune de Brutz. Canton de Rennes, Sud , Préfet, Mr Drouet de Montgermont, maire, et sous la direction de Mr Pontallié, Directeur des 396. Environs de Rennes - PONT-REAN - Embouchure de la Seiche. Ferme et ancienne chapelle de p. 52-53 En passant par la Vilaine. De Redon à Rennes en 1543, sous la direction de Michel Mauger Ouest. Arrondissement de Rennes, Département d'Ille-et-Vilaine sud-ouest. Arrondissement de Rennes . Département d'Ille-et-Vilaine.. Terminé sur le terrain en novembre 1812 sous l'administration Mr Bonnaire p. 251-252 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le p. 63-64 CHEVIRE, Patricia. Escale à Pont-Réan : des cahotiers à la Royale. Dinard : Editions ORAIN, Adolphe. Monographies de trois communes du Canton Sud-Ouest de Rennes : Chatillon-sur-Seiche , Saint-Erblon, Bruz, Revue de Bretagne, juillet 1910, tome XLIV.
  • Manoir, Carcé (Bruz)
    Manoir, Carcé (Bruz) Bruz - Carcé - en écart
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le château de Carcé est construit en petit appareil irrégulier de schiste, exceptée la tourelle qui dimension ; chaque étage de la tour est marqué extérieurement par une moulure. Le château comprenait au 16e siècle un corps de logis et deux pavillons, la tourelle occupait le centre du corps de logis. Une grille poutres croisées ; la tourelle renferme un escalier en pierre et à vis. Le manoir comprend une cour murée est en calcaire. Paul Banéat donne une description de ce manoir : on y voit une tourelle octogonale à que soutiennent deux têtes humaines ; l'une d'elles est accompagnée d'un corps de très petite ancienne, dont les montants se terminent en fleurs de lis, a été replacée à une fenêtre de construction
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Le château dans son auréole de verdure IVR53_19753505048X Porte de la tourelle IVR53_19753505054X Vue aérienne vers l'ouest de la ferme. IVR53_19843505080V Porte de la tour IVR53_20083500708NUCA Pierre sculptée de la porte IVR53_20083500709NUCA Bruz (I.-&-V) Château de Carcé. IVR53_19883500091X Fonds Lagrée - Carte postale ancienne - 453 - Bruz (I.-&-V) - Château de Carcé, côté sud Vue aérienne vers le sud. IVR53_19843505075V La tour d'escalier IVR53_20083500713NUCA Cheminée rez-de-chaussée IVR53_20083507751NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; moellon ; calcaire ; pierre de taille
    historique :
    au 19e siècle. Le site de Carcé se trouve dans une couche de la Seiche. Le manoir est encore entouré était en 1729 aux du Pré seigneurs de Pellan, qui le vendirent en 1730 à la Société des Mines de Pont sur la façade nord et de nombreux remaniements aux ouvertures eurent lieu, y compris sur la façade sud une boucle de la Seiche sur sa rive gauche ; elle a été supprimée au milieu du 18e siècle par la mine de Pont-Péan lors du redressement de l'ancien lit de la Seiche. Les seigneurs de Carcé étaient prévôts féodés héréditaires de l'évêché de Rennes. Ils avaient comme tels la charge de faire exécuter à aux de Bourgneuf en 1542, qui le vendirent aux de Gain en 1599 ; il était retourné aux Mauvy en 1647 Ce manoir fut construit dans la 1ère moitié du 16e siècle ; un pavillon fut ajouté au 19e siècle vis retient particulièrement l'attention. L'escalier est en granite alors que la tour est constituée de calcaire. A l'intérieur, les plafonds sont sans doute d'origine, mais certains ont dû être refaits
    referenceDocumentaire :
    Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de France Bruz (I.-&-V) Château de Carcé. Carte postale. Mary-Rousselière, E. (éditeur) Rennes. [s.d.]. 453 - Bruz (I.-&-V) - Château de Carcé, côté sud. Carte postale. Lamiré, (éditeur) Rennes. [s.d.]. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département Bruz de B à Z, ville de Bruz, 1994.
  • Manoir, Pierrefitte (Bruz)
    Manoir, Pierrefitte (Bruz) Bruz - Pierrefitte - en écart
    etages :
    étage de comble
    dates :
    1636 porte la date
    description :
    petit cadran solaire circulaire avec les monogrammes M et IHS et la date de 1636, une autre porte la Ce manoir se compose d'un corps de logis principal et de deux tourelles carrées. En façade principale, son toit est percé de trois lucarnes accostées de pilastres doriques cannelés et chargés à leur centre d'une petite rosace ; ces lucarnes sont sommées de fronton triangulaire. L'une d'elles renferme un
    illustration :
    Epis de faîtage de la tour carrée IVR53_20083500782NUCA Détail de la lucarne datée 1636 IVR53_20083508100NUCA Serre en verre devant le manoir IVR53_20083501155NUCA Epi de faîtage IVR53_20083500783NUCA
    historique :
    sa toiture en font un bâtiment intéressant. Situé en bordure de la Seiche, le manoir de Pierrefitte apparaît vers le milieu du 16e siècle dans la mouvance de la seigneurie des Régaires des évêques de Rennes Gravelay. La Révolution enleva le titre de maison noble à Pierrefitte. . Il appartient à la famille Rallier en 1543-1652, puis à la famille du Botderu, puis de Hyesrome, puis Le manoir a été reconstruit en 1647 dans un style louis XIII, ses baies et son toit ont été
    referenceDocumentaire :
    Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
1