Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 38 - triés par pertinence
  • Manoir, le Plessis (Longaulnay)
    Manoir, le Plessis (Longaulnay) Longaulnay - le Plessis - isolé
    titreCourant :
    Manoir, le Plessis (Longaulnay)
    dates :
    1771 porte la date
    description :
    Cour fermée. Logis principal, avec façade ordonnée. Dit de parti haut par la présence d'un étage autrefois habitable. Toiture à longs pans et croupe. Logis à trois pièces en rez-de-chaussée, un cellier et déplacé). Chaque pièce à feu s'étend sur une surface de 60m2. A noter, pigeonnier au-dessus du cellier . Deux autres dates non vues ont été aperçues précédemment sur une souche de cheminée : 1727, 1861.
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1834 IVR53_20063507010NUC Cellier, situé dans le prolongement du logis IVR53_20063500515NUCA Epi de faitage, gré vernissé avec boutons siffleurs, 18e siècle IVR53_20063500513NUCA Epi de faitage, gré vernissé, 1ère moitié 18e siècle IVR53_20063500514NUCA
    historique :
    , inhabituelle pour les fermes de la commune peut rendre compte en effet d´un statut particulier. Le portail de l reconstruit en 1771 comme semble le signaler la date portée sur le linteau de la porte principale. Si la dont la fenêtre à barreaux. Le logis secondaire situé à droite de la cour peut dater quant à lui du Les registres de Réformations de la Noblesse dépouillés par Paul Banéat signalent la présence en ce début du 18e siècle et reprend l´organisation des logis à fonctions combinées de cette période. La repérée dans d´autres logis ruraux de la commune. Cet ensemble est relativement bien conservé, hormis la lieu d'un ancien manoir avec chapelle. La disposition des bâtiments actuels autour d´une cour fermée ´enclos a été détruit, mais le départ d´un arc en plein-cintre se voit encore. Le logis imposant a été façade peut remonter à cette période, le cellier adjacent semble plus ancien, notamment ses percements présence de portes de calibres et de formes différentes pour une même campagne de construction a été
    localisation :
    Longaulnay - le Plessis - isolé
  • Manoir, la Chaine (Sens-de-Bretagne)
    Manoir, la Chaine (Sens-de-Bretagne) Sens-de-Bretagne - la Chaine - en écart
    titreCourant :
    Manoir, la Chaine (Sens-de-Bretagne)
    dates :
    1765 porte la date
    description :
    toit à longs pans en ardoise. La façade sud est percée de nombreuses portes et fenêtres chanfreinées Ce grand bâtiment de plan rectangulaire est construit en moellon de granite et est couvert d'un
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Sens-de-Bretagne
    illustration :
    Vue de la partie ouest (état en 1971) IVR53_19713500636NUC Vue sud du manoir de La Chaine IVR53_20053513476NUCA Ouvertures de la partie ouest IVR53_20053513969NUCA Manteau de cheminée décoré dans la partie est IVR53_20053513980NUCA Partie nord du manoir datée de 1765 IVR53_20053513479NUCA Porte de l'étable IVR53_20053513971NUCA Portes hautes éclairant le grenier IVR53_20053513973NUCA Porte haute au-dessus de l'étable IVR53_20053513974NUCA Cheminée située dans la partie ouest IVR53_20053513978NUCA Corbeau de cheminée IVR53_20053513979NUCA
    historique :
    des cheminées monumentales en granite, la poutraison de forte section, le coyau et la pente de toiture cadastre de la commune, il ne s'agissait plus que d'une seule propriété. Au milieu du 20e siècle, le siècle. En effet, ils ne figurent pas encore sur le cadastre de 1828. Paul Banéat ne signalait pas la Ce bâtiment est celui mentionné sur le cadastre napoléonien de 1827, comme l'atteste deux dates probablement été construit au début du 17e siècle. La présence d'une porte en plein cintre en granite, le décor possédant chacune une distribution indépendante à l'origine. En 1828, lors de la réalisation du premier présence d'un manoir à La Chaigne, cependant cette construction présente les caractéristiques de logis manorial, telles deux salles avec cheminée monumentale en granite. De plus, d'après la tradition orale, il importante sont des éléments architecturaux caractéristiques de cette époque. Toutefois, il semble que ce bâtiment a été déclassé en dépendance La soue et la grange situés au sud ont été construits à la fin du 19e
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Sens-de-Bretagne - la Chaine - en écart
  • Ancien manoir de Moreul, 8 rue du Lavoir (Saint-Marc-le-Blanc)
    Ancien manoir de Moreul, 8 rue du Lavoir (Saint-Marc-le-Blanc) Saint-Marc-le-Blanc - 8 rue du Lavoir - en village
    titreCourant :
    Ancien manoir de Moreul, 8 rue du Lavoir (Saint-Marc-le-Blanc)
    dates :
    1775 porte la date
    description :
    Le bâtiment est implanté au fond d'une cour, fermée par un mur de clôture, sa façade postérieure , nord, participe d'ailleurs à la clôture de la cour. Il s'agit d'un bâtiment au plan allongé, doté d'un possède quatre fenêtres à l'étage et une seule au rez-de-chaussée, dans l'axe de la travée centrale moulurée. Certaines modifications de la façade ont été observées, en particulier au niveau des ouvertures étage et d'une toiture à longs pans couverte en ardoise. On comptait à l'origine trois travées de fenêtres au sud, auxquelles on a ajouté une quatrième au 19e siècle. La façade postérieure, quant à elle initiale. On trouve également un oculus éclairant la cage d'escalier. Les éléments extérieurs les plus intéressants sont certainement les souches de cheminée, décorées d'un bandeau de granite et d'une corniche , avec un agrandissement d'une fenêtre du rez-de-chaussée.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    L'ancien manoir de Moreul sur le cadastre de 1833, vue de situation. IVR53_20113505015NUCA L'ancien manoir de Moreul sur le cadastre de 1833. IVR53_20113505016NUCA Ouvertures de la façade nord. IVR53_20113501634NUCA Vue générale de la façade sur cour. IVR53_20113501950NUCA Vue d'ensemble depuis le sud. IVR53_20103510875NUCA Détail d'une souche de cheminée. IVR53_20103510877NUCA Souche de chéminée. IVR53_20113500928NUCA Vue d'ensemble depuis le nord. IVR53_20113501635NUCA
    historique :
    présente sur le linteau de la porte centrale, mais également une extension sur le pignon est, probablement Le Manoir de Moreul est connu depuis le 15e siècle. Seul manoir du bourg de Saint-Marc, il passa par alliance aux de la Bélinaye au 16e siècle, avant d'être uni à la vicomté de la Bélinaye, de 1681 à 1789. Le bâtiment qui nous concerne est isolé au nord-est du bourg et présente des éléments de différentes époques. On trouve tout d'abord une organisation de façade correspondant à la date de 1775 construite dans la seconde moitié du 19e siècle au regard de la taille des pierres, même si cette dernière
    contribution :
    Le Bohec Régis
    localisation :
    Saint-Marc-le-Blanc - 8 rue du Lavoir - en village
    referenceDocumentaire :
    p. PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927. p. MAUPILLE, Léon. Notices historiques et archéologiques sur le canton de Saint-Brice, 1879. p. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le p. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Manoir de la Vigne (Matignon)
    Manoir de la Vigne (Matignon) Matignon - (la) Vigne - en écart - Cadastre : 1825 A1 170, 171 2004 ZB 28
    titreCourant :
    Manoir de la Vigne (Matignon)
    etages :
    rez-de-chaussée
    dates :
    1758 porte la date
    description :
    cuite vernissée. Il présente, au centre de la façade postérieure, une tour d'escalier demi-hors-oeuvre percée de bouches-à-feu et coiffée d'un toit en pavillon à égout retroussé. La façade antérieure est murs de croupe et la tour d'escalier sont couronnés de faux-mâchicoulis. Manoir restauré dont les bâtiments sont édifiés en moellons de granite et schiste. Il comprend un logis de plan rectangulaire, à deux pièces au rez-de-chaussée et à niveaux décalés, divisé par deux murs de refend portant souche de cheminée et couvert d'un toit à croupes sommé d'épis de faîtage en terre ouverte au centre d'une porte à fronton-pignon triangulaire de style Renaissance. Les frontons-pignons triangulaires des lucarnes pendantes de l'élévation antérieure ont été rapportés. L'élévation antérieure, les
    typologies :
    logis à deux pièces au rez-de-chaussée, à niveaux décalés et tour d'escalier demi-hors-oeuvre sur
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    appellations :
    dit manoir de la Vigne
    illustration :
    Vue générale, croquis du vicomte Henri Frotier de La Messelière, 13 août 1917 (AD 22 Détail de la porte d'entrée, croquis du vicomte Henri Frotier de La Messelière, 1917 (AD 22 Vue générale prise de la cour intérieure, façade sud (cliché Michel Fougnet, 1967 Détail façade sud, fronton-pignon triangulaire de la porte d'entrée (cliché Michel Fougnet, 1967 Extrait du cadastre de 1825 (AD 22) IVR53_20062212150NUCB Vue générale prise de l'est (cliché Michel Fougnet, 1967) IVR53_19672205225Z
    precisionsProtection :
    Inscription par arrêté du 2 février 1976 : façades et toitures du manoir et des deux bâtiments de
    historique :
    Le manoir de la Vigne est un manoir de la 2ème moitié du 16ème siècle inscrit à l'Inventaire ). Relevant de Lamballe, avec juridiction liée à celle de la Ville-au-Pouvoir exercé à Matignon, il a appartenu selon Henri Frotier de La Messelière aux familles de la Vigne (15ème-17ème siècles), de la Motte (18ème-19ème siècles), de la Forest d'Armaillé (19ème siècle), de Palys (19ème siècle) et Besnard de la supplémentaire des monuments historiques le 2 février 1976. Fortement endommagé entre 1917 et 1967, comme en témoignent les illustrations anciennes, il a été restauré à la fin du 20ème siècle. Il comprend une partie agricole ancienne, dont une grange du 17ème siècle, et deux portails datés de 1758 et 1776 (dates portées
    localisation :
    Matignon - (la) Vigne - en écart - Cadastre : 1825 A1 170, 171 2004 ZB 28
    referenceDocumentaire :
    Côtes-d'Armor : fonds Frotier de La Messelière, 60 J 226 : planches de dessins de monuments et de AD Côtes-d'Armor : 7 bi 118 (VII) , Frotier de La Messelière, Henri. Manoirs et principaux fiefs du p. 260 LA MOTTE ROUGE, Daniel (de). Châtellenie de Lamballe. Vieilles demeures et vieilles gens . Hénansal : Daniel de la Motte-Rouge, 1977. Numplan 2, section A, 1ère feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/5, plans cadastraux parcellaires de Planches de dessins de monuments et de sculptures, recueil in-plano (Penthièvre : 138 planches) AD département des Côtes-du-Nord. VII : Saint-Paul - La Ville Durand.
  • 1er manoir, la Porte (Sens-de-Bretagne)
    1er manoir, la Porte (Sens-de-Bretagne) Sens-de-Bretagne - la Porte - en écart
    titreCourant :
    1er manoir, la Porte (Sens-de-Bretagne)
    dates :
    1596 porte la date
    description :
    Le manoir de La Porte est organisé autour d'un cour centrale. Le logis est construit en moellon de - / -SIN AVOCAT 1773. La porte d'une dépendance est surmontée de la date : 1596. Le rez-de-chaussée est sont en granite. La façade est percée de trois travées, la porte centrale encadrée de deux pierres écuries, une étable, et une grange ferme la cour. L'étable conserve de belles lucarnes en bois et en granite et couvert d'ardoise. Les chaînages d'angle, les encadrements de baies et les souches de cheminée composé de deux pièces principales possédant et d'un escalier central desservant l'étage. Une remise, des pierre. Un fournil s'élève à l'est. Le jardin en façade postérieure est également clos d'un mur.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Sens-de-Bretagne
    illustration :
    Vue de l'organisation du manoir et du mur de clôture IVR53_20053501394NUCA Inscription sur le manoir IVR53_20053501386NUCA Porte haute pendante sur la dépendance IVR53_20053501383NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_1 :
    maison de type ternaire
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_20 :
    étage de comble
    historique :
    Ce bâtiment est représenté sur le premier cadastre de la commune qui a été réalisé en 1827. En sénéchal de la baronnie de Sens, M. Aulrée, puis à Mathurin Poussin et François Poussin. effet, cette construction est très ancienne, comme l'indique la date qu'elle porte, 1596. Il existait un portail et un portillon surmontés d'une arche en pierre détruite lorsque le manoir fut transformé en exploitation agricole. Les communs ont été construits durant le 18e siècle. A cette époque, il appartenait au
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    localisation :
    Sens-de-Bretagne - la Porte - en écart
  • Manoir, la Totinais (La Prénessaye)
    Manoir, la Totinais (La Prénessaye) Selle-en-Coglès (La) - la Totinais - en écart - Cadastre : 1833 B1
    titreCourant :
    Manoir, la Totinais (La Prénessaye)
    dates :
    1769 porte la date 1858 porte la date
    description :
    en granite. Les baies possèdent des encadrements de pierre de taille de granite ; le linteau de la , le rez-de-chaussée est composé d'une pièce sans feu à l'ouest et d'une pièce à feu à l'est. La composée de moellon et de pierre de taille de granite. La partie supérieure des murs est réalisée en porte témoigne de la date de 1769. Les fenêtres de l'étage possèdent des appuis saillants. A l'intérieur cheminée de celle-ci se trouve sur le pignon Est ; elle est monumentale, en granite et possède des corbeaux dessert l'étage et, dans la montée de celui-ci, se trouve un évier/vaisselier. A l'est du bâtiment, se trouve un portail composé de deux piles en granite surmontées de boules. A l'ouest de la cour, s'élève Les différents bâtiments qui composent ce lieu sont tous construits en moellon de granite ; ils possèdent des toitures à longs pans couvertes d'ardoise. Le bâtiment principal possède une façade sud moellon de granite bleu. En partie supérieure des murs, subsistent les vestiges d'une corniche à modillons
    annexe :
    20103510821NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103501149Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 323_35_74_bande08. 20103501150Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 323_35_74_bande08. 20103501148Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 323_35_74_bande07. 20103501147Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 323_35_74_bande07. 20103501151Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 323_35_74_bande08. 20103501152Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 323_35_74_bande08.
    illustration :
    La Totinais sur le cadastre de 1833 IVR53_20103510821NUCA Détail de la corniche IVR53_20103501150Z Bâtiment situé à l'ouest de la cour IVR53_20103501148Z Bâtiment situé à l'ouest de la cour dans les années 1970 IVR53_20103501147Z Inscription sur le linteau de l'une des dépendances IVR53_20103501151Z Inscription sur le linteau de l'une des dépendances IVR53_20103501152Z Détail de la façade IVR53_20103504904NUCA Détail de la façade IVR53_20103504905NUCA Détail de la corniche IVR53_20103504909NUCA Détail de la corniche IVR53_20103504908NUCA
    historique :
    qu'un évier, le soin accordé au décor de la cheminée ou encore la présence d'un portail donnant accès à . Malheureusement le bâtiment a été très remanié au cours de la seconde moitié du 20e siècle, toutefois et une salle à l'est. La cheminée de la salle existe toujours sur le pignon est ; son décor (corbeaux probablement été refait après la construction, peut-être en 1769, date portée sur le linteau de la porte et qui sommet de la maçonnerie d'origine se retrouve aujourd'hui englobée dans le mur. De plus, le matériau siècle. Le bâtiment situé au sud-ouest de la cour abritait un ancien logis ; ses caractéristiques , l'organisation de la façade ainsi que les quelques éléments d'origine intérieurs conservés permettent de ) témoigne d'une époque de réalisation correspondant à la charnière des 16e et 17e siècles. Un escalier droit témoigne, non de l'époque de construction, mais plutôt d'une époque de transformation du bâtiment. Dans la probablement au-dessus de la salle à l'origine ; l'escalier d'origine était peut-être un escalier en vis logé
    localisation :
    Selle-en-Coglès (La) - la Totinais - en écart - Cadastre : 1833 B1
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine La Selle-en-Coglais. Section B dite de la Vieuville, en deux feuilles, 1ère feuille, du n°1 au n Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire . GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Ancien manoir devenu ferme, le Birit (Pleyben)
    Ancien manoir devenu ferme, le Birit (Pleyben) Pleyben - le Birit - en village
    titreCourant :
    Ancien manoir devenu ferme, le Birit (Pleyben)
    dates :
    1766 porte la date
    description :
    Gros-oeuvre en moellon de schiste et de grès arkosique, encadrement des baies en pierre de taille de granite (pour les deux logis), linteaux en bois (pour les dépendances). Vestiges du logis de l'ancien manoir : les deux tiers du bâtiment initial ont disparu, il ne reste probablement que la partie l'origine, de deux celliers (cellier ouest détruit), cheminée monumentale au rez-de-chaussée (linteau et corbelets en bois). Autre logis de type ternaire.
    illustration :
    Localisation des éléments repérés sur le cadastre actuel, section Y X IVR53_20092909749NUC Extrait du cadastre de 1813, section G 3 (A. D. Finistère, 3 P 163) IVR53_20092909750NUCB Dépendances : remise et écuries, vue depuis le nord-est IVR53_20092909752NUCA
    historique :
    par la famille de Kerpérennès. Le manoir et les terres passent en 1577 par mariage à la famille de Kerret, seigneur de Quillien. Vendu après la Révolution, le manoir est déclassé en ferme. En 1939 La présence d'un lieu noble au Birit est attestée dès le 15e siècle. Il est habité à cette époque , l'exploitation est l'une des plus importantes de la commune. Vestiges du logis du manoir du 16e siècle avec et écurie de la seconde moitié du 19e siècle. pierre de remploi datée 1766 (ancienne restauration). Dépendances : écuries et remise datées 1825, logis
    localisation :
    Pleyben - le Birit - en village
    referenceDocumentaire :
    PERENNES, Henri. Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et de Léon, Bulletin de la commisson diocésaine d'histoire et d'archéologie de Quimper 1939, p. 1-37.
  • Ancien manoir du Bois-ès-Lucas, rue du Bois-ès-Lucas, le Gallais ; Sainte-Brigitte (Saint-Cast-le-Guildo)
    Ancien manoir du Bois-ès-Lucas, rue du Bois-ès-Lucas, le Gallais ; Sainte-Brigitte (Saint-Cast-le-Guildo) Saint-Cast-le-Guildo - le Gallais Sainte-Brigitte - rue du Bois-ès-Lucas - en écart - Cadastre : 1826 D2 216 2001 159 A1 508
    titreCourant :
    Ancien manoir du Bois-ès-Lucas, rue du Bois-ès-Lucas, le Gallais ; Sainte-Brigitte (Saint-Cast-le
    description :
    Bâtiment agricole de plan allongé construit en schiste et granite, réunissant sous le même toit une
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1826 (AD 22). IVR53_20022215031NUCB
    historique :
    Manoir détruit. Vestiges de manoir comprenant un logement très remanié dans la 2e moitié du 20e siècle et un bâtiment agricole construit dans le 3e quart 18e siècle, associant une grange et une étable
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo - le Gallais Sainte-Brigitte - rue du Bois-ès-Lucas - en écart - Cadastre
    referenceDocumentaire :
    p. 41-42 Le pays de Lamballe FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le pays de Lamballe. Saint-Brieuc
  • Manoir de Bellevue, 2 rue de La Motte Rouge (Pléneuf-Val-André)
    Manoir de Bellevue, 2 rue de La Motte Rouge (Pléneuf-Val-André) Pléneuf-Val-André - le Bourg - 2 rue de La Motte Rouge - en ville - Cadastre : 1811 A 606 1846 A5 943, 960 2003 L 1052
    titreCourant :
    Manoir de Bellevue, 2 rue de La Motte Rouge (Pléneuf-Val-André)
    etages :
    rez-de-chaussée
    dates :
    1763 porte la date
    description :
    Manoir de plan rectangulaire, de type ternaire à ailes latérales basses et à double orientation sur
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille pierre de taille
    illustration :
    Extrait des plans cadastraux parcellaires de 1811 (AD 22). IVR53_20032204247NUCB Extrait des plans cadastraux parcellaires de 1846 (AD 22). IVR53_20032204249NUCB
    profession :
    [personnage célèbre] La Motte Rouge Joseph-Edouard de
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    historique :
    héritage la propriété de la famille de la Motte-Rouge en 1766. C'est dans ce manoir que naquit le 3 février 1804 le général Joseph-Edouard de la Motte-Rouge. Manoir constuit pour François-Hyacinthe d'Argaray de 1759 à 1763 (porte la date). Il devint par
    localisation :
    Pléneuf-Val-André - le Bourg - 2 rue de La Motte Rouge - en ville - Cadastre : 1811 A 606 1846 A5
    referenceDocumentaire :
    p. 30-38 LA MOTTE ROUGE, Daniel de. Châtellenie de Lamballe. Vieilles demeures et vieilles gens . Hénansal : Daniel de la Motte-Rouge, 1977.
  • Manoir de la Morgue, 2, 4 route des Estuaires (Saint-Hilaire-des-Landes)
    Manoir de la Morgue, 2, 4 route des Estuaires (Saint-Hilaire-des-Landes) Saint-Hilaire-des-Landes - 2, 4 route des Estuaires - en village
    titreCourant :
    Manoir de la Morgue, 2, 4 route des Estuaires (Saint-Hilaire-des-Landes)
    dates :
    1768 porte la date
    description :
    Ce manoir est implanté au sud de la route principale qui traverse le bourg d'est en ouest. Orienté endommagé, est le décor de la porte d'entrée. La porte, en anse de panier, est moulurée sur son encadrement trente-trois marches. Elle est sculptée d'une corniche entre le rez-de-chaussée et l'étage et au sommet trouve une meurtrière située au rez-de-chaussée de la tour, orientée vers la porte d'entrée. A l'intérieur, on compte une cheminée au rez-de-chaussée tandis que la fenêtre sud-est du rez-de-chaussée et nord-ouest de l'étage sont à coussiège. La distribution interne s'articule principalement autour de tour d'escalier à quatre pans en façade principale. Cette tour abrite un escalier à vis hors-oeuvre de du mur, ainsi qu' une plinthe en granite. Preuve de l'éventuelle vocation défensive du lieu, on l'escalier à vis, qui permet l'accès aux deux pièces de l'étage, avec un décalage de trois marches. Il permet également d'accéder aux combles, qui communiquent par une porte. L'élément le plus remarquable, mais
    annexe :
    20113505040NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103507806Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_10. 20103507807Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_10. 20103507808Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_10. 20103507809Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_10. 20103507810Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 280_35_77_bande_10. 20103508412Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_8 . 20103508414Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_8. 20103508413Z  : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_8. 20103508466Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_9. 20103508467Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_9. 20103508468Z : Service de l'Inventaire du patrimoine
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Le manoir de la Morgue sur le cadastre de 1833. IVR53_20113505040NUCA Porte dans le mur de refend dans les combles. IVR53_20103507808Z Charpente de la tour. IVR53_20103507809Z Détail de la porte. IVR53_20103508413Z Vue de la tour d'escalier. IVR53_20103508467Z Détail de la porte d'entrée. IVR53_20103511082NUCA Détail du fronton mouluré de la porte est. IVR53_20103511083NUCA Vue de la tour d'escalier. IVR53_20103511084NUCA Vue de l'escalier à vis vers le haut. IVR53_20103511085NUCA Vue de l'escalier à vis intérieur. IVR53_20103507806Z
    historique :
    plus anciens du bourg de Saint-Hilaire, il appartenait alors à la seigneurie de La Haye Saint-Hilaire . Il est doté de décors typiques au niveau de la porte d'entrée (moulures, accolade et sculpture). La partie au sud de la tour a semble-t-il été reconstruite et est percée d'ouvertures plus récentes. De plus , la maison mitoyenne au nord ne faisait pas partie de l'ensemble à l'origine. Parmi les modification ou les travaux d'entretien réalisés au fil des siècles, on trouve la date de 1768 sur la charpente de la tour d'escalier, indiquant l'année d'une rénovation de cette dernière. Cet ancien manoir, construit au 16e siècle pour sa partie la plus ancienne, est un des éléments les
    contribution :
    Le Bohec Régis
    referenceDocumentaire :
    p. PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927. p. MAUPILLE, Léon. Notices historiques et archéologiques sur le canton de Saint-Brice, 1879. . Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). p. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine p. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Ancien manoir, maison de maître, la Ferrière (Bains-sur-Oust)
    Ancien manoir, maison de maître, la Ferrière (Bains-sur-Oust) Bains-sur-Oust - la Ferrière - isolé - Cadastre : 1983 ZI
    titreCourant :
    Ancien manoir, maison de maître, la Ferrière (Bains-sur-Oust)
    dates :
    1771 porte la date
    description :
    Les entourages des baies sont en pierre de taille de granite.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation depuis le sud IVR53_20013511152NUCA Le logis de ferme : vue générale est IVR53_20013511156NUCA Extrait du cadastre de 1983 IVR53_20013511941NUC Extrait du cadastre de 1817 IVR53_20013511942NUC Extrait du cadastre de 1847 IVR53_20013511943NUC Le logis : façade sud IVR53_20013511153NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_1 :
    maison de type ternaire
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; appareil mixte ; enduit
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_20 :
    étage de comble
    historique :
    Le domaine de la Ferrière, dont le nom viendrait de gisements de fer plus au sud au niveau du village de Bréhon, est l'un des 14 lieux nobles mentionnés par Paul Banéat sur la commune. Le manoir Lambert aux seigneurs de la Provostaye. La demeure actuelle est une maison de maître bâtie en 1771 par M . Lévesque, ancien négociant devenu général de division, comte d'Empire et pair de France sous la Révolution . Le logis central est entouré de deux ailes latérales plus basses, remaniées puis agrandies au 20e siècle. Au nord, les bâtiments de la ferme s'organisent autour d'une cour. L'exploitation fonctionna jusque dans les années 1960. L'ensemble est aujourd'hui fortement remanié. La Ferrière possédait
    localisation :
    Bains-sur-Oust - la Ferrière - isolé - Cadastre : 1983 ZI
    referenceDocumentaire :
    . (Le patrimoine des communes de France). Ille-et-Vilaine. Commune de Bains-sur-Oust. Section C dite de la Canais, feuille 2, plan cadastral Ille-et-Vilaine. Commune de Bains-sur-Oust. Section C dite de la Ferrière, feuille 3, plan t. 2, p. 1122 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 vol Ille-et-Vilaine. Commune de Bains-sur-Oust. Plan cadastral. Section ZI, plan cadastral, 1983 cadastral napoléonien, échelle : 1/1 000e, par le géomètre Cuault, 1847. (A.D. Ille-et-Vilaine : 3 P 5245).
  • Manoir abbatial dit l'Abbaye, devenu école, actuellement demeure, Brain-sur-Vilaine (La Chapelle-de-Brain)
    Manoir abbatial dit l'Abbaye, devenu école, actuellement demeure, Brain-sur-Vilaine (La Chapelle-de-Brain) Chapelle-de-Brain (La) - Brain-sur-Vilaine - en village - Cadastre : 1847 F2 700 1984 D 554-557
    titreCourant :
    Manoir abbatial dit l'Abbaye, devenu école, actuellement demeure, Brain-sur-Vilaine (La Chapelle-de
    dates :
    1742 porte la date
    annexe :
    Extrait d'un procès verbal dressé le 30 mai 1586, cité par Henri Gicquel dans "Histoire de la Le colombier figuré sur le cadastre de 1818 parcelle 907 avait disparu en 1847. Chapelle-de-Brain" : "La maison abbatial de Brain est fort ancienne et pour entrer en icelle, il y a la muraille de l'un desquels y a un écusson ancien, sur pierre, armoyé de pareilles armes ducales, et ancien collier de fer que le sieur abbé de Redon nous a dit luy appartenir, et que anciennement y avait justice élevée de quatre posts en ladite paroisse de Brain, et qui est à présent tombée et qu'il a le grande et petite portes avec grand portail sur lequel il y a écusson armoyé d'hermines, couronné de hauts portail et entrée de ladite maison, à costé d'icelle, y a auditoire, à vis d'icelle, un post ou y a un droit de les avoir".
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Chapelle-de-Brain
    illustration :
    Situation sur le plan cadastral actuel ; cadre rouge au sud de l'église IVR53_20013514615NUC L'Abbaye sur le cadastre de 1818 IVR53_20013514573NUC Plan de situation sur le cadastre de 1847 ; ouvrage parcelle 700 IVR53_20013514361NUC Vue de situation depuis la rive gauche de la Vilaine IVR53_20013501917XA Vue de situation depuis la rive gauche de la Vilaine IVR53_20013502248XA Vue de situation depuis la rive gauche de la Vilaine IVR53_20013502247XA Vue de situation sud est IVR53_20013501834XA Mur sud ; inscriptions concernant la nouvelle affectation du bâtiment IVR53_20013501836XA Mur nord : armoiries effacées de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon IVR53_20013514093NUCA
    historique :
    Siège de la Juridiction de Brain et Langon, la résidence de l'abbé de Saint-Sauveur de Redon à de religion, la demeure fût probablement reconstruite d'après les plans réalisés en 1742 par Brain réunissait, à la fin du 16e siècle, un manoir avec tours, tourelles et grandes salles, un auditoire de justice près du portail, et un colombier notamment. Partiellement détruite durant les Guerres l'architecte rennais Abeille. Saisie, puis vendue après la Révolution, la résidence devint à la fin du 19e
    localisation :
    Chapelle-de-Brain (La) - Brain-sur-Vilaine - en village - Cadastre : 1847 F2 700 1984 D 554-557
    referenceDocumentaire :
    p. 18-23 GICQUEL, Henri. Histoire de la Chapelle-de-Brain. Bulletin communal de la Chapelle-de notices 00009 et 01679 BOURDE DE LA ROGERIE, Henri.Artistes en Bretagne. Fichier Henri Bourde de la -Brain. Le Trait d'Union, décembre 1984.
  • Manoir, la Noë Cado (Les Fougerêts)
    Manoir, la Noë Cado (Les Fougerêts) Fougerêts (Les) - Noé Cado (la) - en écart - Cadastre :
    titreCourant :
    Manoir, la Noë Cado (Les Fougerêts)
    dates :
    1773 porte la date
    description :
    l’ouest ont disparu ; la dépendance sud-ouest était encore représentée sur le cadastre de 1979. Puits à l’entrée sud de la cour, de type traditionnel, couvert en dalles de schiste. Le logis occupe le nord de la éclaire le palier, de même que dans la porte d’accès au grenier qui porte la date 184?. Le logis est vantail de porte ancien en bois ferme la première volée. Une fenêtre éclaire le palier du 1er étage chanfreinés, avec décor de sifflet en haut et en bas ; en face d'elle, le conduit de la cheminée inférieure et d’enclos, sans le ressaut (pavillon ?) figurant sur le cadastre de 1824. Des dépendances subsistent à l’est , sans doute reconstruites à l’emplacement d’anciennes, qui figurent sur le même cadastre. Celles de cour où subsiste un reste de dallage. Il est construit en moellons de schiste, enduit sur la façade sud , sur la façade sud : l’une en calcaire, à l’est, porte la date de 1773 ; la seconde, à l'ouest, à l’image de la première, mais en granite, est une reprise datant peut-être du début du 19e siècle. Dans la
    datationsPrincipales :
    3e quart 18e siècle porte la date
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes du Pays de La Gacilly
    murs :
    schiste moellon sans chaîne en pierre de taille enduit partiel
    illustration :
    La Noé Cado sur le cadastre de 1824 (A. D. du Morbihan, 3 P 157/7) IVR53_20125608015NUCA Manoir, étage, 3e pièce à l'est : le piédroit droit de la cheminée (état en 2014 Manoir, comble : emploi de pierres calcaire dans le montant de la porte d'accès au grenier (état en Manoir, élévation nord : le toit en pavillon de l'escalier (état en 2014) IVR53_20145608109NUCA Manoir, rez-de-chaussée, 3e pièce à partir de l'est : la cheminée (état en 2014 Manoir, rez-de-chaussée, 3e pièce à partir de l'est : une console supportant le linteau, surmonté Manoir, rez-de-chaussée, 3e pièce à partir de l'est : mouluration de la console droite (état en Manoir, rez-de-chaussée, 3e pièce à partir de l'est : dans la hotte de la cheminée, pierre calcaire Manoir, étage : le couloir d'est en ouest ; à droite au premier plan, l'arrivée de l'escalier (état Manoir : plan schématique du rez-de-chaussée (état en 2014) IVR53_20145608123NUCA
    canton :
    Gacilly (La)
    historique :
    dans une tour sur la façade postérieure. Le texte de la réformation (recensement des nobles de la s’agir de la même famille dont le nom aurait été mal transcrit. C’est d’ailleurs la même famille qui encore voir la trace sur le conduit de cheminée médian. Une travée est ajoutée à l’ouest au début du 19e Le manoir a été construit et aménagé en plusieurs temps. La première construction date du 16e actuelles troisièmes pièces à partir de l'est. Le logis se composait probablement alors d'une cuisine à commune) de 1666 mentionne : " La maison et manoir noble de la Noscado, une thairie [métairie] à la Porte possède le manoir en 1791 : le 12 mars 1791, le sieur René-Joseph Boudet, chevalier de Saint-Louis, est parrain de la petite cloche tandis que sa femme Marie-Henriette de Quélo est la marraine de la grande l’indique la date portée par la lucarne est. La salle du rez-de-chaussée est cloisonnée. Une cheminée est ajoutée dans la pièce qui sert aujourd’hui d’entrée. L’étage est lui aussi cloisonné et les deux pièces de
    localisation :
    Fougerêts (Les) - Noé Cado (la) - en écart - Cadastre :
    referenceDocumentaire :
    Les Fougerêts. Cadastre napoléonien, section B3 de la Noë Cado. Les Fougerêts. Cadastre napoléonien, section B3 de la Noë Cado. Levée par M. Thébaut, géomètre, 1824, échelle 1:2500. Tableau par paroisse des terres nobles du diocèse de Vannes d'après la réformation de 1666 A. D . Morbihan. Série J : 2 J 43. Tableau par paroisse des terres nobles du diocèse de Vannes d'après la réformation de 1666 par Louis GALLES.
    airesEtudes :
    Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
  • Manoir, la Ville aux Veneurs (Trévé)
    Manoir, la Ville aux Veneurs (Trévé) Trévé - la Ville aux Veneurs - en écart - Cadastre : 1829 D2 790 à 798
    titreCourant :
    Manoir, la Ville aux Veneurs (Trévé)
    dates :
    1761 porte la date 1763 porte la date
    description :
    l'est. Le toit à croupe est garni de petites lucarnes sur le pan couronnées d'épis de faîtage en terre Manoir construit dans un site boisé, de plan allongé simple en profondeur comportant un corps principal ajouré de six travées de baies à arc en segment, et deux corps secondaires en retour d'équerre à cuite vernissée ; la partie centrale du toit est ornée d'un lignolet en ardoises repercées figurant deux
    typologies :
    manoir de plan en T
    observation :
    Manoir bien conservé construit par une grande famille de marchands de toile.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Détail de la porte d'entrée IVR53_20032200405XE Détail de la façade à droite IVR53_20032200403XE Dépendance à l'entrée de la cour IVR53_20032200406XE Dépendance à l'entrée de la cour IVR53_20042207042NUCA Détail de la girouette IVR53_20032200411XE Détail de l'appareil de la façade IVR53_20042207044NUCA Détail de la girouette IVR53_20042207043NUCA Extrait du cadastre de 1829 D2 IVR53_20042207064NUCA Détail du lignolet : scène de chasse IVR53_20032200412XE Détail d'un épi de faîtage IVR53_20032200407XE
    historique :
    située à l'entrée de la cour porte la date 1763. Manoir construit en 1761 pour Sébastien Moisan, marchand de toile, mort en 1779. Une dépendance
    localisation :
    Trévé - la Ville aux Veneurs - en écart - Cadastre : 1829 D2 790 à 798
  • Manoir puis ferme de Menez Riou (Plougras)
    Manoir puis ferme de Menez Riou (Plougras) Plougras - Menez Riou - en écart
    titreCourant :
    Manoir puis ferme de Menez Riou (Plougras)
    dates :
    1675 porte la date 1763 porte la date
    description :
    des baies en pierre de taille de granite, sur la façade nord. Dépendance construite à l´ouest dans le à croupe. Présence d´un appentis sur la façade nord. Gros œuvre en moyen appareil régulier de prolongement du manoir. Dans la cour, puits couvert, de plan carré. Partie ouest du logis construit en pierre de taille de granite en moyen appareil, avec étage et élévation ordonnancée, toit à longs pans, pignons découverts. Tour d´escalier postérieure hors œuvre de plan de bâtiment de plan massé, sur cave, à étage carré à deux travées, couvert d´un toit à longs pans et granite sur la façade sud et en moellon équarri, à l´exception des chaînages d´angle et des encadrements
    annexe :
    ramage des Charuel. La famille Charuel seigneur de Guerlesquin et Méné, connue depuis le 11e siècle, est Guerlesquin dans le nobiliaire de Potier de Courcy. Even Charuel participe à la bataille des Trente en 1351 , que Froissart (chroniqueur contemporain) présente dans ses écrits sous le nom de Yewains Charuel à la La seigneurie du Mené (Menez) d'après les travaux de Louis Dudoret (Seigneurs et seigneuries au pays de Beffou, 2000) La seigneurie du Ménez tient son nom de la famille qui la créa au 14e siècle du qualifiée de vicomte de Tréguier dans l´armorial de Guy Le Borgne et dit "seigneur du Menez" et vicomte de table du roi. En 1370, Rolland du Méné fait partie de la compagnie de Bertrand du Guesclin comme écuyer de Couffon de Kerdellech, La chevalerie du duché de Bretagne, T. II, 426). En 1427 Plésou et Jehanne du Méné sont signalés parmis les nobles de la paroisse de Plougras. Familles propriétaires de la ) ; ramage de Charuel, "de gueules à la fasce d´argent au lambel de même" ; - du Perrier (début du 16e à 1661
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plougras, 1834 : le manoir de Menez Riou Plougras, Menez Riou : manoir, élévation antérieure orientée vers le sud-est. Si la partie gauche (centrale) porte la date de 1675, celle de droite porte la date de 1763. Une dépendance a été construite à Plougras, Menez Riou : manoir, élévation antérieure orientée vers le sud-est. Si la partie gauche (centrale) porte la date de 1675, celle de droite porte la date de 1763. Une dépendance a été construite à Plougras, Menez Riou : manoir. Porte millésimée de la partie gauche portant l'inscription : MIV l'ouest dans le prolongement du manoir IVR53_20122200771NUCA l'ouest dans le prolongement du manoir IVR53_20122200785NUCA Plougras, Menez Riou : manoir, élévation antérieure orientée vers le sud-est, partie gauche datée de 1675 IVR53_20122200769NUCA
    historique :
    La partie ouest du logis porte la date de "1675" sur le linteau de la porte en arc plein cintre . La partie ouest porte la date de "1763" sur le linteau de la lucarne. La seigneurie du Méné (Menez -Gonéry. De la seigneurie dépendaient au 16e siècle le manoir et la métairie, des bois de décoration et manoir de Kerampriol en Plougras (détruit en 1993). Le cadastre de 1834 semble attester la présence de les convenanciers (bail à convenant) de Louis-François du Parc, propriétaire de la seigneurie en 1675 ) occupait la partie ouest de la paroisse de Plougras et couvrait un territoire d'environ 1000 hectares . Depuis le 17e siècle, la seigneurie était tenue à "domaine congéable". Le seigneur du Menez se déclarait seul fondateur et unique prééminencier de l´église paroissiale de Plougras et de la chapelle de Saint des bois taillis avec 18 convenants (exploitations agricoles) et le bourg trèvial de Loguivy avec un convenanciers" du manoir du Ménez. Son fils, Alexandre-Marie, fait agrandir le manoir en 1763, année de
    referenceDocumentaire :
    seigneuries au pays de Beffou (15e-18e siècles), Editions de la Plomée, 2000, 403 p. Seigneurs et seigneuries au pays de Beffou (15e-18e siècles) DUDORET, Louis. Seigneurs et
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir, actuellement maison, la Motte (Brielles)
    Manoir, actuellement maison, la Motte (Brielles) Brielles - la Motte - en écart - Cadastre : 1984 B1
    titreCourant :
    Manoir, actuellement maison, la Motte (Brielles)
    dates :
    1774 porte la date
    description :
    de baies sont en granite et calcaire en pierre de taille. La couverture est en ardoise. Les murs sont en moellon de schiste et de grès sans chaîne en pierre de taille ; les encadrements
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; appareil mixte ; enduit
    historique :
    Cette ferme, vraisemblablement l'ancien manoir de la Motte, peut remonter au 17e siècle tandis qu'une dépendance en appentis latéral est datée 1774. Le corps de logis comprend une cheminée en calcaire
    localisation :
    Brielles - la Motte - en écart - Cadastre : 1984 B1
    referenceDocumentaire :
    p. 124 OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne t.1, p. 221 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le
  • Manoir du Beauchais (Saint-Ouen-la-Rouërie fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    Manoir du Beauchais (Saint-Ouen-la-Rouërie fusionnée en Val-Couesnon en 2019) Val-Couesnon - Saint-Ouen-la-Rouërie Beauchais (le) - en écart - Cadastre : 1968 AB 1
    titreCourant :
    Manoir du Beauchais (Saint-Ouen-la-Rouërie fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
    dates :
    1761 porte la date
    description :
    Le manoir du Beauchais se situe à la sortie du village de Saint-Ouen-la-Rouërie. Le bâtiment est profondeur et divisé par un mur de refend. Deux cloisons en pan de bois encadrent l'escalier. Le manoir est d'imposte porte une date (1761). Le toit à longs pans et à croupes est couvert d'ardoise. La distribution construit en moellon de granite et de schiste. Il présente un plan rectangulaire allongé qui est simple en composé d'un rez-de-chaussée avec trois pièces à feu, d'un étage carré et d'un comble. L'élévation sud a six travées dont trois sont seulement sur trois niveaux. La composition est irrégulière. Une traverse intérieure s'effectue par un escalier dans œuvre en bois, tournant à retours avec jour et un palier de distribution à l'étage. L'escalier dessert également le comble.
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes d'Antrain
    illustration :
    Partie de la façade principale IVR53_20133500644NUCA Le manoir du Beauchais sur le cadastre napoléonien IVR53_20133518043NUCA Escalier : vue de détail des balustres IVR53_19783500088X Façade principale : baie du rez-de-chaussée IVR53_20133500641NUCA Manoir : cheminée du rez-de-chaussée IVR53_20133500634NUCA Manoir : cheminée du rez-de-chaussée IVR53_20133500635NUCA Manoir : vue de l'escalier IVR53_20133500636NUCA Détail de l'escalier IVR53_20133500654NUCA Lucarne et souche de cheminée IVR53_20133500638NUCA Passage entre le manoir et les communs IVR53_20133500646NUCA
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Saint-Ouen-la-Rouërie
    historique :
    En 1727, Joseph Tuffin, seigneur de La Vigne, donne le nom de Boschet, correspondant au titre manoir se situe à la sortie du bourg le long de la route. Il forme un L avec un bâtiment de dépendance honorifique de sa mère, « demoiselle du Boschet », au manoir qu'il a fait construire. Le bâtiment actuel, avec ses trois lucarnes à frontons triangulaires, date de 1761. Cette demeure, dont le grenier est utilisé comme salle de théâtre jusqu'en 1933, date à laquelle un patronage est installé dans le bourg, est desservie par un escalier en granite à balustres. Les deux piliers d'entrée de la propriété remplacent deux piliers plus anciens, démontés avant d'être placés à l'entrée du manoir de La Choltais, à Antrain. Ce plutôt la deuxième moitié du 19e siècle comme époque de construction. appartenant à la métairie voisine. Cette dépendance présente une tour demi hors œuvre sur sa façade postérieure. Hormis cette dépendance accolée au manoir et figurant déjà sur le relevé du cadastre napoléonien
    localisation :
    Val-Couesnon - Saint-Ouen-la-Rouërie Beauchais (le) - en écart - Cadastre : 1968 AB 1
    referenceDocumentaire :
    ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS , Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996. . Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France). t. 4, p. 62 Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. BANÉAT, Paul. Le  : Editions Régionales de l´Ouest, 1994. p. 70-71 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Manoir de Kermerrien (Prat)
    Manoir de Kermerrien (Prat) Prat - Kermerrien - isolé
    titreCourant :
    Manoir de Kermerrien (Prat)
    dates :
    1772 porte la date
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes du Haut Trégor
    illustration :
    arrière à linteau droit desservant la tour d'escalier et porte en arc plein cintre percée dans le mur de Extrait du cadastre ancien de la commune de Prat, 1835 IVR53_20132219019NUCA Extrait du cadastre ancien de la commune de Prat, 1835 IVR53_20132219020NUCA Prat, Kermerrien : manoir puis ferme, vue de situation depuis le sud. Au premier plan à droite Prat, Kermerrien : manoir puis ferme, élévation antérieure orientée vers l'est, vue de détail. La Prat, Kermerrien : manoir puis ferme, élévation antérieure orientée vers l'est, vue de détail. La arrière à linteau droit desservant la tour d'escalier, huisserie, porte et système de fermeture (2e Prat, Kermerrien : étable et grange, élévation antérieure orientée vers le sud. Poteau : vue de  : croix de chemin (nommée Belle croix) déplacée à l'entrée de l'allée IVR53_20122213507NUCA Prat, Kermerrien : croix de chemin (nommée Belle croix) déplacée à l'entrée de l'allée de l'ancien
    canton :
    Roche-Derrien (La)
    historique :
    cadastre ancien). Le toponyme est orthographié "Kmerien" sur la carte de Cassini réalisée dans la 2e moitié est isolé dans la campagne ; on y accède depuis le bourg de Prat par le "chemin de Prat à Mantallot en le manoir de Kermerrien appartiennent en 1543 aux enfants Le Halgoet (Le Hallegoet). A la montre de Tréguier en 1481, ont comparu au moins trois membres de la famille Le Hallegoet : Jehan armé d’une mètres à l'ouest d´un petit affluent du ruisseau de Poulloguer (et non loin d'un routoir d'après le du 18e siècle ; "Kmerrien" sur le cadastre de 1835 et s´écrit aujourd´hui "Kermerrien". Il est formé de "Kêr" qui signifie le village, le lieu habité, et d'un patronyme "Merrien" ou "Merien". Le manoir passant par la croix de "Poul ar Roc'h" (littéralement en breton : la mare, l'étendue d'eau du rocher et le fournil au nord-est. Selon Daniel Le Goff (Prat des origines à 1945, 2009), la seigneurie et dispositions datables de la 1ère moitié du 16e siècle : volume, couverture à rampants découverts et crossettes
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir, Quillien (La Ferrière fusionnée en Les Moulins en 2016)
    Manoir, Quillien (La Ferrière fusionnée en Les Moulins en 2016) Moulins (Les) - Ferrière (la) Quillien - en écart - Cadastre : 1987 ZK 94
    titreCourant :
    Manoir, Quillien (La Ferrière fusionnée en Les Moulins en 2016)
    dates :
    1764 porte la date
    typologies :
    manoir de plan allongé
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Chèze
    illustration :
    Vue de l'escalier IVR53_19942200106X Vue de l'escalier IVR53_19942200107X
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de La Ferrière
    canton :
    Chèze (La)
    historique :
    Manoir du 17e siècle avec vestiges du 15e siècle (cheminée, baies) . Reconstruit en 1764 (porte la
    localisation :
    Moulins (Les) - Ferrière (la) Quillien - en écart - Cadastre : 1987 ZK 94
    airesEtudes :
    Chèze (La)
  • Manoir, rue de Saint-Malo, rue de Coatjégu (Plédéliac)
    Manoir, rue de Saint-Malo, rue de Coatjégu (Plédéliac) Plédéliac - en village - Cadastre : 1985 AB 139 à 140
    titreCourant :
    Manoir, rue de Saint-Malo, rue de Coatjégu (Plédéliac)
    dates :
    1655 porte la date
    description :
    Manoir à cour fermée et jardin enclos, situé au bourg de Plédéliac ; l'accès à la cour se fait par un portail en arc pein cintre. Grand logis de type ternaire à double orientation avec avant-corps
    typologies :
    manoir de type ternaire, variante à une travée supplémentaire. Cour fermée
    appellations :
    de Villirouët
    illustration :
    Cheminée de la cuisine IVR53_19992200182XA Détail du pignon de la dépendance nord IVR53_20022208003NUCA
    historique :
    Manoir mentionné au 15e siècle, construit en 1772 (date portée) pour les Mouësan. Le portail
    referenceDocumentaire :
    p. 189-190 FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Au coeur du Penthièvre. Saint-Brieuc : Les Presses p. 393 LA MOTTE ROUGE, Daniel de. Châtellenie de Lamballe, vieilles demeures et vieilles gens . Imprimerie de Châtelaudren, 1977.