Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
  • Presbytère, 5 rue de l'Abbaye (Saint-Jacut-de-la-Mer)
    Presbytère, 5 rue de l'Abbaye (Saint-Jacut-de-la-Mer) Saint-Jacut-de-la-Mer - l' Abbaye - 5 rue de l' Abbaye - en village - Cadastre : 1827 A 71, 74 2004 AB 9
    titreCourant :
    Presbytère, 5 rue de l'Abbaye (Saint-Jacut-de-la-Mer)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    -la-Mer est un logis de type ternaire prolongé à droite par un bâtiment de même hauteur (vestige du gauche du logis, est le vestige remanié du bras sud du transept de l'ancienne église paroissiale. Édifié en moellons de granite et schiste laissés apparents, l'ancien presbytère de Saint-Jacut-de . D'après la tradition orale et les cartes postales anciennes, l'actuelle remise à automobile, située à
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Jacut-de-la-Mer
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1827 (AD 22) IVR53_20072209119NUCB
    historique :
    Presbytère datant probablement du 18ème siècle reconstruit au cours de la 1ère moitié du 19ème
    localisation :
    Saint-Jacut-de-la-Mer - l' Abbaye - 5 rue de l' Abbaye - en village - Cadastre : 1827 A 71, 74 2004
    referenceDocumentaire :
    de 1827.
  • Ancien presbytère, Hent Ménez Are (La Feuillée)
    Ancien presbytère, Hent Ménez Are (La Feuillée) Feuillée (La) - Bourg - en village
    titreCourant :
    Ancien presbytère, Hent Ménez Are (La Feuillée)
    description :
    sont en pierre de taille de granite. La trace d'une reprise est visible dans le mur sud mais le mur de D'après le dessin schématique à la plume, le presbytère possédait en 1701 une avancée au nord et . La partie sud de l'alignement porte les traces d'un ancien portail. La mise en oeuvre est en lits formait un alignement avec les écuries. Il s'ouvrait sur une cour et un jardin clos de murs ; à l'est, un portail donnait accès au cimetière et à l'église. Le bâtiment a ensuite été déclassé en relais, peut-être à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle, au profit d'un nouveau presbytère à l'est du bourg réguliers de moellons de granite et de schiste, les chaînages d'angle ainsi que les encadrements des baies refend a complètement disparu. Pièce est du rez-de-chaussée : traces d'une cheminée monumentale en
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Feuillée
    observation :
    Site des Monts d'Arrée (site pluricommunal) : toute la commune est en site inscrit (arrêté du 10
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Dessin schématique à la plume, arpentage de la commanderie de La Feuillée, 1701 (A. D. Finistère Extrait du cadastre de 1835, assemblage des sections A4, B1 et F (A.D. Finistère,3 P 124 Vue générale depuis le sud-est IVR53_20072907636NUCA Elévation sud, détail de gros-oeuvre IVR53_20072907639NUCA Elévation sud, détail de gros-oeuvre IVR53_20072907640NUCA
    historique :
    -ouest de l'alignement, remontent à la première moitié du 19e siècle. En 1835, le lieu n'est plus signalé La présence dun bâtiment abritant le presbytère et les écuries, probablement construits au 17e siècle, est attestée en 1701 dans un arpentage de la commanderie de La Feuillée. D'autres écuries, au sud comme presbytère et devient un relais. Une ancienne forge, peut-être de cette époque, occupe la partie ouest de l'alignement. La façade nord a été tranformée au 20e siècle lors de l'élargissement de la route (disparition de l'avancée).
    localisation :
    Feuillée (La) - Bourg - en village
    referenceDocumentaire :
    A.D. Finistère, 41 H 6. Arpentage de la commanderie des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem basée à La Feuillée, 1701.
  • Presbytère, actuellement mairie, rue temple de mars (Corseul)
    Presbytère, actuellement mairie, rue temple de mars (Corseul) Corseul - rue temple de mars - en ville
    titreCourant :
    Presbytère, actuellement mairie, rue temple de mars (Corseul)
    description :
    Édifice enduit à trois travées, dont la centrale est surmontée d'un fronton triangulaire. Les deux niveaux sont soulignés par des bandeaux de granite.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de Communes de Plancoët-Plélan
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Vue générale de l'ancien presbytère actuellement Mairie IVR53_20162208276NUCA Vue générale de l'ancien presbytère actuellement Mairie IVR53_20162208280NUCA Mur de l'ancien presbytère IVR53_20162208282NUCA
    contenu :
    la conservation de son enduit. Son style néo-classique est probablement à mettre en relation avec la construction à la même époque du château de Largentaye à Saint-Lormel par l'architecte Hamon de Saint-Servan. L'ancien presbytère est un des monuments remarquable du bourg de Corseul par ses dimensions et par
    historique :
    Le presbytère, construit dans la première moitié du 19e, change de vocation au 20e siècle lorsqu'à la fin des années 1960 la commune le rachète afin d'y installer ses bureaux. A partir de 1977 et la même époque le château de style néo-classique de l'Argentaye à Saint-Lormel. jusque 2014, la mairie accueille au deuxième étage les objets archéologiques issus des campagnes de fouilles. Le presbytère pourrait être l’œuvre de l'architecte Hamon, résidant à Saint-Servan, qui édifie à
    localisation :
    Corseul - rue temple de mars - en ville
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Presbytère (Brusvily)
    Presbytère (Brusvily) Brusvily - Presbytère (le) - isolé
    etages :
    étage de comble
    dates :
    1738 porte la date 1760 porte la date 1753 porte la date
    description :
    de ces niches est incertaine. Elles ont pu servir à l’installation de ruches. Le pignon de la remise est percé de plusieurs trous de boulins pour les pigeons. Le logis présente un plan en L. La date également par la présence de grandes parcelles de jardins closes de murs. Les matrices du cadastre de 1843 au sud. Des latrines sont visibles en pignon. La façade principale transformée dans le courant du , une souche de cheminée en pierre de taille des Faluns et un dépôt lapidaire dans la cour ( vestiges de indiquent un parterre (C 302), un jardin de derrière, puis un grand jardin au nord et un verger à l’ouest . Plusieurs niches sont creusées, à intervalles réguliers, dans les murs des différents jardins. La fonction la plus ancienne est portée sur l’aile arrière. Il s’agit vraisemblablement du logis originel orienté visité. L’escalier ancien n’est plus en place. A noter : un bandeau peint à la chaux sous la toiture
    annexe :
    Registre des états de section, 1843, presbytère Appartient en 1843 à la veuve de Pierre Sébil : parterre, C 303 : le petit jardin de derrière.
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Dinan
    illustration :
    Aile arrière du logis, fenêtres de l'étage avec linteaux sculptés portant la date et le nom du Extrait du plan cadastral de 1843 section C IVR53_20132215171NUCA le portail IVR53_20122200468NUCA Vue générale prise de l'entrée IVR53_20122200467NUCA Entrée vers le grand jardin surmontée d'un buste probablement le recteur IVR53_20122200471NUCA Porte ouest de l'enclos, qui menait au verger IVR53_20122200541NUCA Enclos, dépôt de pierres anciennes IVR53_20122200479NUCA
    contenu :
    liés au confort de la vie quotidienne, tels que les latrines accessibles de la chambre de l’étage. Le L’architecture de ce presbytère du 18e siècle tend à se rapprocher de la maison noble par son organisation à cour fermée, la présence de vastes jardins clos de murs, mais aussi par les nombreux détails recteur de la paroisse Michel Lucas fait sculpter son nom sur les linteaux des fenêtres de la première aménagements ont toutefois modifié la qualité originelle de ce logis. construction. Plusieurs dates portées rendent compte de campagnes successives de travaux. De récents
    historique :
    Plusieurs dates inscrites, sur le logis (1738), sur le pilier de l’entrée (1753) et sur la grange Malo, patron de la paroisse. Le presbytère a été racheté lors de la vente des biens nationaux et (1760) signalent plusieurs campagnes successives de travaux. L’aile arrière actuelle pourrait être le logis initial élevé par Michel Lucas, recteur de la paroisse de Bruvily à partir de 1728 comme l’indique granite, placé au-dessus du clos du grand jardin, pourrait être la représentation du recteur ou de Saint transformé au début du 19 siècle (surélévation du logis, création de lucarnes de comble). La propriété appartient en 1854 à la veuve de Pierre Sébil, mentionné comme étant propriétaire à Dinan. Il a retrouvé l’inscription portée sur les linteaux des fenêtres de l’étage : M. M. LUK RECTEUR 1738. Ce logis précédé d’une , sont adjoints à la construction d’origine entre 1753 et 1760. Ces travaux d’agrandissement peuvent avoir été menés par le recteur Michel Lucas qui décède à Brusvily le 27 janvier 1771. Un buste en
    localisation :
    Brusvily - Presbytère (le) - isolé
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Maison puis presbytère actuellement foyer logement, 2 rue de Vern (Nouvoitou)
    Maison puis presbytère actuellement foyer logement, 2 rue de Vern (Nouvoitou) Nouvoitou - 2 rue de Vern - en village - Cadastre : 1979 B2
    titreCourant :
    Maison puis presbytère actuellement foyer logement, 2 rue de Vern (Nouvoitou)
    illustration :
    Vue générale Sud avant rénovation, extrait de l'étude PACT ARIM d'Ille-et-Vilaine, 1985 Relevés du presbytère avant les travaux de rénovation, extrait de l'étude PACT ARIM d'Ille-et
    historique :
    l'Ourmais, il porte d'ailleurs le nom de Vieux Presbytère. Confisqué à la Révolution française comme bien national avec les autres biens de la cure, il abrita le curé constitutionnel Monnier avant de servir de Extrait d'un article de l'Association historique du pays de Châteaugiron : Le premier presbytère , construit probablement au 17e siècle, existe encore. Situé en dehors du bourg, au Sud, sur la route de étant en très mauvais état. La municipalité réclame des aides pour les réparations nécessaires afin de refuge à porcs. Jugé sans doute trop éloigné du bourg, le presbytère est échangé vers 1835 avec la maison de Monsieur Tortelier dans le bourg, au Nord-ouest de l'Eglise. L'échange n'est autorisé par ordonnance royale que le 16 mars 1843. D'importants travaux y sont menés pour la transformer en presbytère , des travaux, qui, faute de moyens, traînent en longueur, puis qu'en 1845, ils ne sont pas achevés. Le logement de fonction à partir du 22 septembre 1796 à un instituteur. En août 1803, il est décrit comme
    localisation :
    Nouvoitou - 2 rue de Vern - en village - Cadastre : 1979 B2
    referenceDocumentaire :
    Etude d'ensemble canton de Chateaugiron. Syndicat d'études et de programmation, Fonds social urbain , Comité interministériel pour les villes, Ministère de l'Urbanisme, du Logement et des Transports, PACT
  • Presbytère, actuellement restaurant, rue des 2 Fontaines (Treffendel)
    Presbytère, actuellement restaurant, rue des 2 Fontaines (Treffendel) Treffendel - le Presbytère - isolé - Cadastre : 1823 B1 1994 ZD
    annexe :
    Le procès verbal d'estimation du presbytère et de ses dépendances daté du 9 Thermidor An 4 décrit joignante au pignon ouest de plus basse élévation consistant en une cave, une chambre et un grenier au -dessus, une écurie surmontée aussi d'un grenier, construite en pierres et paille et, dans la cour, une retraite à porcs, deux fours et un hangar abritant un pressoir, près d'un jardin et de quelques terres
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Le presbytère sur la cadastre de 1823 IVR53_20023509671NUC Vue sud de la partie est du logis IVR53_20023509464NUCA Vue sud de la partie ouest du logis IVR53_20023509465NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_1 :
    maison de type ternaire
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; appareil mixte
    canton :
    Plélan-le-Grand
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_20 :
    étage de comble
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    clôture de jardin
    historique :
    Si la tradition orale fait remonter le bâtiment de l'ancien presbytère au début du 17e siècle, les constructions actuellement visibles témoignent d'importants remaniements. La partie est adopte les dispositions d'un type ternaire et semble avoir été construite dans la 1ère moitié du 19e siècle tandis qu'à l'ouest , le bâtiment ancien a été surélevé et transformé.
    localisation :
    Treffendel - le Presbytère - isolé - Cadastre : 1823 B1 1994 ZD
    referenceDocumentaire :
    A.D. Ille-et-Vilaine. Série Q : 1 Q 426. Procès verbal d'estimation du presbytère et de ses Canton de Plélan. Commune de Tréfendel. Section B1 dite du bourg, 1ère feuille. Dessin, Corbes
  • Ancien presbytère (Javené)
    Ancien presbytère (Javené) Javené - 15 rue de la Grande Marche - en village - Cadastre : 1965 ZL 50
    dates :
    1728 porte la date
    description :
    Le bâtiment est situé en bordure de la route entre Javené et Fougères, dans la partie Nord du bourg principal et l'étable en retour d'équerre à gauche de la façade postérieure. Le bâtiment comprend un rez . La charpente à fermes a été très remaniée ; sur les entraits, repose le plancher de l'étage (faux ouvertures et les chaînages d'angles sont réalisés en granite. Dans les parties remaniées, la brique et le -de-chaussée, un étage et un comble. La façade antérieure Est témoigne d'un ordonnancement irrégulier des combles. Les baies de la façade est s'organisent, du sud au nord, de la manière suivante : Rez-de : écu martelé et moulure torsadée. L'ouverture de la travée axiale est obturée, ainsi que la fenêtre de entraits par endroits, chevillage de bois). Le rez-de-chaussée est composé d'une salle qui possède une . Les murs sont construits en petit appareil irrégulier de schiste alors que les encadrement des ciment ont été utilisés en façade postérieure. Le bâtiment possède une façade principale à l'est, il
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Le presbytère sur le cadastre Napoléonien de 1820 IVR53_20143507242NUCA Détail de la façade est IVR53_20143501472NUCA Détail de l'une des fenêtres de la façade est IVR53_20143501542NUCA Détail de l'appui saillant de l'une des fenêtres de la façade est IVR53_20143501543NUCA Façade sud-est, inscription, vue de détail. IVR53_19733500314V Façade sud-est, linteau et appui, vue de détail. IVR53_19733500315V Détail de l'une des lucarnes IVR53_20143501522NUCA
    historique :
    doit la chaire et le baldaquin des fonts baptismaux de l'église. Le presbytère est pillé par les de buis et d’épines taillées tous les ans. La cour entoure le presbytère au couchant et au nord et ces deux pièces, ainsi que celui de la cour, est de bonne qualité et très fertile. Le presbytère est transformation du presbytère qu'il décrit de la manière suivante dans le Livre de Paroisse : « Dès le perpendiculairement l’extrémité nord de la haie actuelle qui sépare le jardin du verger. Suppression d’une murette deux piliers soutenant une claire-voie s’élève vers le milieu de la haie d’épines pour s’ouvrir sur le jardin et conduire obliquement à la maison. Au commencement de cette année 1868, le conseil de fabrique presbytère actuel, arrêta que l’on commencerait immédiatement à le transformer de manière à pouvoir tout à la celui de la tourelle, la suppression d’un corridor obscur qui conduisait à la chambre de M. le vicaire grande un appartement convenable dont le palier contigu à celui de la tourelle forme cabinet et alcôve
    localisation :
    Javené - 15 rue de la Grande Marche - en village - Cadastre : 1965 ZL 50
    referenceDocumentaire :
     : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris
  • Ancien presbytère dit "maison Lejeune" (Saint-Divy)
    Ancien presbytère dit "maison Lejeune" (Saint-Divy) Loguivy-Plougras - Saint-Divy - en village
    dates :
    1690 porte la date
    description :
    Maison de prêtre de plan rectangulaire, située en contre-bas de l´enclos de la chapelle Saint-Ivy , orientée ouest-est, possédant au rez-de-chaussée sur chaque façade une entrée avec arc en plein cintre
    annexe :
    20102202069Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 131_22_69_bande1 . 20102202082Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 131_22_69_bande3.
    illustration :
    Loguivy-Plougras, Saint-Divy : ancien presbytère dit maison Lejeune, photographie de 1969 Loguivy-Plougras, Saint-Divy : ancien presbytère dit maison Lejeune, photographie de 1969. Détail de l'inscription du linteau IVR53_20102202082Z Loguivy-Plougras, Saint-Divy : vue de situation est de l'ancien presbytère dit maison Lejeune et de la chapelle Saint-Ivy IVR53_20102202608NUCA
    historique :
    niveau, une crossette moulurée indiquant l´ancien niveau de la toiture. Le linteau de la fenêtre droite . Remanié vraisemblablement pendant la première moitié du 19e siècle : baie de la façade est, rajout d'un Il s´agit probablement du premier presbytère de l´ancienne église tréviale devenue chapelle porte l´inscription suivante : M : V : (un calice) : IEAN 1690. Il est vicaire de Loguivy puis de Lohuec . Cette maison sert temporairement de lieu d´hébergement au juge de paix après 1790.
    referenceDocumentaire :
    seigneuries au pays de Beffou (15e-18e siècles), Editions de la Plomée, 2000, 403 p. Seigneurs et seigneuries au pays de Beffou (15e-18e siècles) DUDORET, Louis. Seigneurs et
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Presbytère, rue du Presbytère (Bieuzy fusionnée en Pluméliau-Bieuzy en 2019)
    Presbytère, rue du Presbytère (Bieuzy fusionnée en Pluméliau-Bieuzy en 2019) Pluméliau-Bieuzy - Bieuzy - rue du Presbytère - en village - Cadastre : 1828 E1 253, 254 1967 AD 79, 80
    description :
    englobe la tour est couvert en appentis à pignon couvert. Le puits en pierre de taille est placé au sud Le presbytère se compose d'un corps principal simple en profondeur en pierre de taille couvert d'un maçonnerie couverte d'un toit à croupes. Un escalier extérieur droit en granite accède à l'intérieur de la tour côté ouest par une porte percée à la place d'une ancienne fenêtre. L'appentis postérieur qui -est du logis ; de structure circulaire à traverse et montants monolithes, sa traverse est ornée de
    statut :
    propriété de la commune
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Dépendance remaniée à l'est de la cour. IVR53_20015603233NUCA Plan au sol et de l'étage. Schéma. IVR53_20045603119NUC Plan cadastral 1828, section  : le bourg (Doc. A.D. Morbihan, 3P) IVR53_20015603225NUCA Projet de reconstruction d'un hangar cave, signés de l'agent-voyer Thomas, 1909 (AD morbihan, 2 O Vue de situation sud : pignon, portail. IVR53_20035600675NUCA Vue de situation prise de l'est. IVR53_20015603250NUCA Cheminée du rez-de-chaussée modifiée au 19e siècle. IVR53_20015603230NUCA
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Bieuzy
    contenu :
    . Presbytère Le presbytère de Bieuzy est un manifeste du goût nouveau qui dans la seconde moitié du 17e siècle incluse dans l´appentis postérieur. Le décor en façade très simplifié selon la mode de l´époque se résume aux modillons sculptés sous la corniche, au bandeau qui sépare le rez-de-chaussée du premier étage Extrait de : Inventaire général des Monuments et richesses artistiques de la France. Région Bretagne. Vallée du Blavet. Le canton de Baud 2003. (Coll. Images du Patrimoine. N°235). "Bieuzy la maison urbaine et la demeure rurale à laquelle il va servir de modèle. Probablement reconstruit à la symétrie se répercute en façade. Au rez-de-chaussée, cuisine et salle sont réparties de part et d se répand dans les bourgs. Comme beaucoup d´autres presbytères, il est le maillon intermédiaire entre
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    historique :
    Le presbytère est construit dans la deuxième moitié du 17e siècle. L'appentis postérieur est contemporain. La porte haute de la tour est percée au 19e siècle, l'escalier extérieur est rajouté à la même déplacé sous la fenêtre du pignon ; c'est peut-être à la même époque que le pignon sud a été enduit. époque. Les dépendances construites dans la 1ère moitié du 19e siècle, ont été remaniées à la fin du 19e siècle. Lors des transformations récentes, le niveau intérieur du sol a été exhaussé et l'évier en pierre
    referenceDocumentaire :
    p. 36 Inventaire général des Monuments et des Richesses artistiques de la France. Région Bretagne . Vallée du Blavet. Le canton de Baud. 2003 (Images du Patrimoine ; 235). de reconstruction d'un hangar cave. Plan et métré de l´agent-voyer cantonal Thomas.
  • Ancien presbytère, actuellement maison, 25 rue Clémenceau (Erquy)
    Ancien presbytère, actuellement maison, 25 rue Clémenceau (Erquy) Erquy - le Bourg - 25 rue Clémenceau - en ville - Cadastre : 1846 C2 539 1987 AI 78
    description :
    formée de deux fenêtres et d'une lucarne, et deux travées latérales formées chacune d'une porte, d'une fenêtre et d'une lucarne. Eléments de décor : lucarnes, ferronnerie, portail.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1846 (AD 22) IVR53_20042207528NUCB
    historique :
    cadastraux parcellaires de la 1ère moitié du 19ème siècle).
    localisation :
    Erquy - le Bourg - 25 rue Clémenceau - en ville - Cadastre : 1846 C2 539 1987 AI 78
    referenceDocumentaire :
    Numplan 10, section F, 1ère feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/10, plans cadastraux parcellaires de Numplan 15, section C, 2ème feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/20, plans cadastraux parcellaires de
1