Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
  • Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Plouguiel
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Plouguiel Plouguiel
    titreCourant :
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Plouguiel
    illustration :
    Vue de la façade d'une ancienne maison devant le mouillage de Palamos : remarquer l'entourage des Vue des murets littoraux de défense contre la mer et d'un bâti littoral sur le Domaine Public Le front de port de la Roche-Jaune : habitat groupé autour du port et de la route qui descend sur vicomte Henri Frotier de la Messelière, 21 mai 1930 (AD 22) IVR53_20082208566NUCA Plouguiel, le manoir de Kervégan (2ème moitié du 16ème siècle) IVR53_20082208531NUCA Plouguiel, le château de Keralio (15ème, 17ème et 18ème siècles) IVR53_20082208402NUCA Plouguiel, le manoir de Kerousy (1ère moitié du 16ème siècle) IVR53_20082208702NUCA Plouguiel, le Kestellic. Maison de villégiature et jardin exotique (1er quart et 2ème moitié du Vue de l'ancienne maison de la famille Rouzic, marin et ostréiculteur à la Roche-Jaune : remarquer Vue du bâti littoral du port de la Roche-Jaune IVR53_20082208978NUCA
    historique :
    La datation des oeuvres repérées à Plouguiel est comprise entre le 15ème siècle et le milieu du à 14]. Les dates de construction relevées sur le terrain, attribuées par travaux historiques ou par (commanditaire), Renée d'Acigné (commanditaire), Rolland de Scliçzon (commanditaire), Le Couronnec Jean , 1849, 1851, 1852, 1866, 1884, 1893, 1895, 1901 et 1905. Les noms d'auteur, de donateur ou de commanditaire attribués par source, par signature ou par travaux historiques sont : Louis de Lezildry (commanditaire), Dagorne Guillaume (commanditaire), Le Gac Marie-Louise (commanditaire), Tallibart Aristide (commanditaire), Yann de Keroüartz (commanditaire) et Félix Ollivier (architecte).
  • Les manoirs, les maisons, les fermes, les logis et le presbytère sur la commune de Lézardrieux
    Les manoirs, les maisons, les fermes, les logis et le presbytère sur la commune de Lézardrieux Lézardrieux
    titreCourant :
    Les manoirs, les maisons, les fermes, les logis et le presbytère sur la commune de Lézardrieux
    illustration :
    Lézarrieux, Kernu (rue de la Fontaine). Maison, élévation antérieure (1776) IVR53_20092205969NUCA Lézardrieux, le bourg (rue de l'Armor). Maison, élévation antérieure (1er quart du 20ème siècle Lézardrieux, le secteur urbain (rue de Tréguier). Maison, élévation antérieure (1er quart du 20ème Lézardrieux, le bourg (rue de l'Armor). Maison dite Ker Avel, élévation antérieure (2ème quart du Lézardrieux, Pen-an-Cra. Logis rudimentaire à pièce unique au rez-de-chaussée daté de l'année 1825 Lézardrieux, Ty Guen. Logis rudimentaire (19ème siècle), à pièce unique au rez-de-chaussée avec Lézardrieux, Traou-Bihan. Maison dite manoir de Traou-Bihan (17ème siècle) IVR53_20092205827NUCA Lézardrieux, Ker-an-Run (rue de Kerrun). Logis déclassé, élévation antérieure (17ème siècle Lézardrieux, le bourg (place du Centre). Maison, élévation antérieure sur rue (1819 Lézardrieux, le Prioly. Maison (milieu du 19ème siècle) IVR53_20092205899NUCA
    historique :
    L'évolution du nombre de logements bâtis à Lézardrieux entre 1854 et 1999 est la suivante : il y bâtis en 1999 (Insee). La datation des oeuvres repérées sur la commune de Lézardrieux est comprise entre le 15ème siècle (manoir de Lézardré) et le 2ème quart du 20ème siècle. 308 oeuvres ont été repérées sur le territoire communal, parmi lesquelles 18 ont fait l'objet d'une proposition de sélection [fig . 4 à 21]. Les dates relevées sur le terrain, au nombre de 47, sont les suivantes : 1709, 1724, 1727
  • Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Penvénan
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Penvénan Penvénan
    titreCourant :
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Penvénan
    annexe :
    . 20082210779NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 220. 19712205276Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205277Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205280Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205279Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205278Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205266Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205257Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine
    illustration :
    Penvénan, Buguélès. Maison rudimentaire à pièce unique au rez-de-chaussée et à accès antérieur Penvénan, Ile-Illiec. Maison de villégiature du maestro Ambroise Thomas, photographie noir et blanc Penvénan, vue générale du manoir de Guernaultier (15ème siècle) IVR53_20082210556NUCA Penvénan, vue générale du site du manoir de Kerpeulven (16ème et 17ème siècles Penvénan, vue générale du manoir de Kermarquer (cliché N. Chouteau et V. Maillen, pré-inventaire Penvénan, vue générale du manoir de Pen-Crec'h (18ème siècle) IVR53_20082210281NUCA Penvénan, Crec'h-ar-Bleïz. Maison de notable, photographie noir et blanc, par Lacombe, 1ère moitié Penvénan, Port-Blanc. Maison de villégiature (1er quart du 20ème siècle) IVR53_20082210437NUCA Penvénan, Port-Blanc. Maison de villégiature (1er quart du 20ème siècle) IVR53_20082210302NUCA
    historique :
    La datation des oeuvres repérées est comprise le 15ème siècle et le 1er quart du 21ème siècle. 434 étude ultérieure : - le manoir de Guernaultier [fig. 11] ; - le manoir de Kerpeulven, classé monument historique [fig. 12] ; - le manoir de Kermarquer [fig. 13] ; - une ferme au lieu-dit Kerbriand [fig. 14 de Pen-Crec'h [fig. 17] ; - le manoir du Guermeur [fig. 18] ; - une ferme au lieu-dit Crec'h-an-Bec ), l'Amiral de Cuverville (propriétaire), Anatole Le Braz (personnage célèbre) et Augustin Hamon (propriétaire). oeuvres ont fait l'objet d'un repérage, parmi lesquelles 23 ont été proposées à la sélection en vue d'une ] ; - une ferme au lieu-dit Kerdéval [fig. 15] ; - une ferme au lieu-dit Kerelguen [fig. 16] ; - le manoir ] ; - une maison de villégiature au lieu-dit Crec'h-ar-Bleïz [fig. 28] ; - une maison au lieu-dit Goas -Poulou [fig. 29] ; - plusieurs maisons au Port-Blanc [fig. 30-33] ; Les dates de construction relevées sur le terrain (30) ou attribuées d'après information orale (2) sont les suivantes : 1695, 1698, 1714
  • Les manoirs, les maisons, le presbytère, les fermes, les immeubles à logements et les logis sur la commune de Lancieux
    Les manoirs, les maisons, le presbytère, les fermes, les immeubles à logements et les logis sur la commune de Lancieux Lancieux
    titreCourant :
    Les manoirs, les maisons, le presbytère, les fermes, les immeubles à logements et les logis sur la commune de Lancieux
    description :
    l'architecture domestique héritée de la villégiature balnéaire, principalement localisée en centre-ville, le long En dehors du logis de type ternaire [fig. 29], largement répandu sur le territoire communal, et de , 35) [fig. 33-40], le paysage architectural de Lancieux est marqué par des alignements de logis , localement dénommés " rangées " [fig. 32], presque toujours aspectés au sud, par la présence de combles à haut surcroît et par la prédominance, du 16ème au 19ème siècle, d'un type de logis dit à fonctions [fig. 19] comprend au minimum deux pièces au rez-de-chaussée et des greniers dans le comble ouverts de portes hautes généralement placées au-dessus de l'entrée. Marqué par de nombreux remaniements, le logis de la Chaponnais [fig. 1] est conçu selon cette structure, mais une des pièces de l'étage est une du littoral vers les Hauts de Buglais et vers l'Islet en direction de Saint-Briac-sur-Mer (Bretagne
    illustration :
    Lancieux, la Chaponnais. Logis (cliché J. Le Goff, pré-inventaire, 1967) IVR53_19672205302Z Lancieux, la Mettrie. Logis portant le millésime 1746 (cliché pré-inventaire, 1974 Lancieux, le bourg. Maison, 12 rue de l'Armor : porte à double rouleau (façade postérieure sur rue Lancieux, le bourg. Maison de type ternaire (2ème moitié du 19ème siècle) IVR53_20082205241NUCA Lancieux, rue de la Plage. Maisons dites Caprice et Ker Varech (1er quart du 20ème siècle Lancieux, rue de la Source. Logis identiques alignés (1er quart du 20ème siècle Lancieux, boulevard de la Mer. Maison (2ème quart du 20ème siècle) IVR53_20082205443NUCA Lancieux, la Prévôtais. Maisons (cliché pré-inventaire, 1974) IVR53_19742201539Z Lancieux, la Ridelais. Maison (cliché pré-inventaire, 1974) IVR53_19742201538Z Lancieux, la Chambre. Maison (cliché pré-inventaire, 1974) IVR53_19742201537Z
    historique :
    vestiges du logis primitif du manoir de la Touche [fig. 17] - et le milieu du 20ème siècle. Sur le La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 15ème siècle - probable datation des proposition de sélection [fig. 19-23, 25-28, 30-40]. Les dates de construction relevées sur le terrain sont territoire communal de Lancieux, 336 oeuvres ont été repérées, parmi lesquelles 20 ont fait l'objet d'une
  • Ancien presbytère, actuellement maison, le Vieux Bourg (Saint-Just)
    Ancien presbytère, actuellement maison, le Vieux Bourg (Saint-Just) Saint-Just - le Vieux Bourg - en écart - Cadastre : 1831 C5 1986 ZT 21 à 24
    titreCourant :
    Ancien presbytère, actuellement maison, le Vieux Bourg (Saint-Just)
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_3 :
    Le corps de bâtiment principal est couvert d'un toit à croupe ; Présence de 2 chambres à l'étage  ; noter la corniche en bois reposant sur des corbeaux moulurés.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation sur le cadastre de 1986 IVR53_20003513336NUC Vue de situation sur le cadastre de 1831 : édifice au centre de l'image IVR53_20003513319NUC Détail de l'aile nord-est depuis la cour IVR53_19943502914ZA Détail de deux portes au rez-de-chaussée IVR53_19943502913ZA Détail d'une cheminée au rez-de-chaussée IVR53_20003513325NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; enduit
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    historique :
    charretier et fermant l'un des cotés de la cour, l'ancien presbytère de Saint-Just peut être daté du 17e conservation, le bâtiment témoigne encore de sa richesse passée (murs enduits, corniche et corbeaux moulurés en Composé d'un corps de logis principal et d'une aile en retour d'équerre ouverte d'un passage siècle. Certains éléments plus anciens (linteau) sont utilisés en remploi. Malgré son mauvais état de
    localisation :
    Saint-Just - le Vieux Bourg - en écart - Cadastre : 1831 C5 1986 ZT 21 à 24
    referenceDocumentaire :
    Ille-et-Vilaine. Commune de Saint-Just. Section ZT, plan cadastral, échelle : 1/2 000e, 1986. Ille-et-Vilaine. Commune de Saint-Just. Section C5, plan cadastral napoléonien, échelle : 1/1 250e
  • Châteaux, manoirs et presbytère sur la commune de Cuguen
    Châteaux, manoirs et presbytère sur la commune de Cuguen Cuguen
    titreCourant :
    Châteaux, manoirs et presbytère sur la commune de Cuguen
    illustration :
    L'ancien manoir de la Massue sur le cadastre de 1826 IVR53_20013518426NUC Le château de la Villate édifié par des propriétaire terrien vers 1850 IVR53_20013518863NUCA Le Plessix l'Epine : petit manoir ou maison de maître daté 1587 IVR53_20013519136NUCA Tranvers : la demeure du sieur de la Clovière, bâtie vers 1700 IVR53_20013519137NUCA La Labourais : maison de maître IVR53_20013519139NUCA La Beaudromière : manoir construit en 1568 IVR53_20013518425NUCA Le presbytère au bourg, reconstruit vers 1845 IVR53_20013519138NUCA
    contenu :
    La présence de châtellenie de la Roche dont le domaine devait s'étendre sur la majeure partie des dictionnaire d'Ogée rédigé vers 1780 ne cite que la maison seigneuriale de la Massue encore figuré sur le cadastre de 1826 mais détruite au milieu du XIXe siècle, et le manoir de la Beaudronnière désormais unique " mentionné par le même auteur a en revanche disparu. Au "siècle des notables" appartient le château de la terres de l'ancienne paroisse explique sans doute que les demeures nobles aient été si peu nombreuses. Le exemple d'habitat nobiliaire sur le territoire communal, dont le porche armorié portait la date 1568. Paul l'ancienne basse-cour d'une motte castrale (disparue ?) sise au bord de l'étang. Le "château moderne propriétaires terriens, ainsi que la maison de maître de la Labourais, résidence d'un laboureur aisé bâtie vraissemblament sous le Second empire. Le presbytère enfin, dont la disposition entre cour et jardins rappelle Villate, remarquable demeure de style néo-classique édifiée vers 1850 par une famille de grand
  • Les châteaux, manoirs et presbytère sur la commune de Renac
    Les châteaux, manoirs et presbytère sur la commune de Renac Renac
    titreCourant :
    Les châteaux, manoirs et presbytère sur la commune de Renac
    illustration :
    L'ancien manoir du Brossay sur le tableau d'assemblage du cadastre de 1843 IVR53_20013512097NUC Le manoir du Petit Bois sur le tableau d'assemblage du cadastre de 1843 IVR53_20013512098NUC Une ancienne maison forte, le Bois-Raoul sur le cadastre de 1843 IVR53_20013512112NUCA Un grand château néogothique, le Brossay : vue de situation sud-ouest IVR53_20013523968XA Le Pont, ancien manoir du XVe siècle : vue générale sud-est IVR53_20013523983XA Un manoir du XVIe siècle, le Haut Gust : vue générale sud IVR53_20013523967XA
    contenu :
    le territoire de Renac en 1530, chiffre considérable. A savoir : la Touche, la Vau-Bouessis et Piguel encouragée dès le XVIIe siècle par la Monarchie, soucieuse de rationaliser l'exercice de l'ordre public semble être le cas des manoirs du Val-Hamon ou de la Durantais cités pour mémoire par Ogée. Un petit nombre sera remis au goût du jour comme le manoir de Couespel le château du Petit-Bois qui garde la trace de structures antérieures, ou encore le château de la Touche , malheuresement incendié en 1790 Le Dictionnaire de Jean-Baptiste Ogée, publié en 1780 relève quelques dix huit maisons nobles sur , Crepeon, la Noë, le Fresche, le Gast (ou le Gust ?), le Petit-Bois, Virel, Launay (aujourd'hui Launay Trobert), Pinet (alias Pinel ?), le Pont, le Just, Allerac, la Durantais, le Val-Hamon et Couespel (c'est à dire Coipel). La liste établie au début du XXe siècle par Paul Banéat consacre la ruine de bon nombre de ces demeures, en considérant que les manoirs du Fresche, de Virel, de la Presselais, de la
    referenceDocumentaire :
    parcellaire de la Commune de RENAC Canton de Redon. Arrondissement de Redon, Département d'Ille et Vilaine , Terminé Sur le Terrain le 6 novemebre 1843, sous l'administration de Mr. Henry. Préft Mr. Delanoë, Maire et sous la Direction de Mr. Sauvageot, Directeur des Contributions directes Mr. Lesné Géomètre en p. 69-72, 91-128 CHEVAL, Edouard. Histoire de Renac. Redon : Imprimerie Armoricaine, 1988. t.3, p. 199-203 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments
  • Les manoirs, maisons, fermes et presbytère sur la commune de Matignon
    Les manoirs, maisons, fermes et presbytère sur la commune de Matignon Matignon
    titreCourant :
    Les manoirs, maisons, fermes et presbytère sur la commune de Matignon
    illustration :
    Matignon, manoir de la Vigne (2ème moitié du 16ème siècle, 17ème siècle et 18ème siècle Matignon, manoir de la Chesnaye-Taniot (4ème quart du 17ème siècle) IVR53_20062212259NUCA Matignon, manoir de la Ville-au-Pouvoir (cliché Michel Fougnet, 1967) IVR53_19672205222Z Matignon, manoir de la Ronxière (cliché Michel Fougnet, 1967) IVR53_19672205217Z Matignon, manoir de l'Isle-Havard (17ème siècle et 2ème moitié du 19ème siècle Matignon, la Fontaine-Gourien. Maison (17ème siècle) IVR53_20062212322NUCA Matignon, la Ville-Corbin. Ferme (18ème siècle ?) IVR53_20062212235NUCA Matignon, le Bourg. Maison (1776) IVR53_20062212195NUCA Matignon, le Bourg. Maison à boutique (2ème quart du 20ème siècle) IVR53_20062212288NUCA Matignon, le Bourg. Maison (2ème quart du 20ème siècle) IVR53_20062212188NUCA
    historique :
    [fig. 1 à 13]. La datation du corpus est comprise entre le 15ème siècle (datation probable du manoir 1854. Outre les manoirs de la Vigne [fig. 2] et de la Chesnaye-Taniot [fig. 4], tous deux protégés au titre de la législation sur les monuments historiques, les oeuvres proposées à la sélection sont les manoirs des Grandes-Villes-Audrain [fig. 1], de l'Isle-Havard [fig. 3], de la Ville-au-Pouvoir [fig. 5] et de la Roncière [fig. 6], les maisons et fermes sises aux lieux-dits la Fontaine-Gourien [fig. 7], les 157 oeuvres ont été repérées, parmi lesquelles 13 ont fait l'objet d'une proposition de sélection des Grandes-Villes-Audrain) et le 2ème quart du 20ème siècle. Les dates relevées d'après inscription Salines [fig. 8 et 9] et la Ville-Corbin [fig. 10], ainsi que trois maisons situées au bourg, l'une étant datée de l'année 1776 [fig. 11] et les deux autres probablement attribuées à des architectes [fig. 12
  • Les manoirs, maisons, presbytères, logis et fermes sur la commune de Saint-Quay-Perros
    Les manoirs, maisons, presbytères, logis et fermes sur la commune de Saint-Quay-Perros Saint-Quay-Perros
    titreCourant :
    Les manoirs, maisons, presbytères, logis et fermes sur la commune de Saint-Quay-Perros
    annexe :
    Architecture domestique et agricole : éléments de typologie Termes non spécifiques : style /logis à pièce unique, variante à baie surnuméraire latérale maison haute à pièce unique au rez-de -chaussée maison haute/logis à pièce unique au rez-de-chaussée, à trois travées et à porte d'entrée latérale postérieure maison/logis à deux pièces maison/logis à deux pièces au rez-de-chaussée maison/logis à deux pièces, variante à deux portes en façade maison/logis à deux pièces au rez-de-chaussée, variante à baie surnuméraire latérale maison haute à deux pièces au rez-de-chaussée logis à quatre pièces au rez-de-chaussée
    illustration :
    Saint-Quay-Perros, An Nenec'h. Logis de prêtre (cliché A. Cherrier, pré-inventaire, 1967 Saint-Quay-Perros, An Nenec'h. Logis de prêtre (cliché A. Cherrier, pré-inventaire, 1967 Saint-Quay-Perros, An Nenec'h. Logis de prêtre, détail (cliché A. Cherrier, pré-inventaire, 1967 Saint-Quay-Perros, Croas Hent. Ferme, logis, élévation antérieure, linteau portant le millésime Saint-Quay-Perros, Crec'h-Horven. Ferme, logis, détail, linteau portant le millésime 1775 (cliché A Saint-Quay-Perros, le Bourg. L'ancien presbytère, élévation antérieure (1ère moitié du 18ème siècle Saint-Quay-Perros, manoir de Keringant. Logis manorial (portail) IVR53_20062210310NUCA Saint-Quay-Perros, manoir de Keringant. Logis-porte (17ème siècle) IVR53_20062210307NUCA
    historique :
    La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 15ème siècle et la 1ère moitié du 20ème à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, le manoir de Keringant [fig. 13 et 14], les . Au sein du corpus, six oeuvres ont fait l'objet d'une proposition de sélection pour des raisons d'ancienneté et de qualités architecturales, voire de représentativité : l'ancien presbytère [fig. 12], inscrit fermes de Crec'h-Quillé, de Balaneyer et de Crec'h-Men [fig. 15 et 16], ainsi qu'une maison située à Prat
  • Les maisons, immeubles, presbytère, prieuré, fermes et colombiers sur la commune de Maure-de-Bretagne (fusionnée en Val d'Anast en 2017)
    Les maisons, immeubles, presbytère, prieuré, fermes et colombiers sur la commune de Maure-de-Bretagne (fusionnée en Val d'Anast en 2017) Maure-de-Bretagne
    titreCourant :
    Les maisons, immeubles, presbytère, prieuré, fermes et colombiers sur la commune de Maure-de
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Maure-de-Bretagne
    illustration :
    Croix de La Géraudais(la), logis entièrement en terre remanié : vue générale nord Croix de La Géraudais(la), logis entièrement en terre remanié : vue générale nord Haut Hara(le), orthostats de schiste servant de cloison dans une étable ou une porcherie : vue de Bunoche(la), destinée générale du patrimoine en terre IVR53_19983503514NUCA Gilardais(la), logis en terre à double orientation : vue générale nord-est IVR53_19983503519NUCA Vilaine(la), maison en terre à entrée sur pignon : vue générale sud-est IVR53_19983503565NUCA Coudray(le), ancien logis à fonctions combinées : vue générale ouest IVR53_19983503643NUCA Grimaudais(la), logis double composé à partir d'un module ancien : vue générale Trébert, vestiges d'emmarchement extérieur rare dans la commune : vue générale Launay Rolland, étable aux ouvertures de briques semi-circulaires : vue générale sud
    localisation :
    Maure-de-Bretagne
  • Les châteaux, les manoirs, les maisons, les logis, les fermes, les immeubles à logements et les presbytères sur la commune de Paimpol
    Les châteaux, les manoirs, les maisons, les logis, les fermes, les immeubles à logements et les presbytères sur la commune de Paimpol Paimpol
    titreCourant :
    presbytères sur la commune de Paimpol
    illustration :
    Paimpol, le manoir de Keraoul (vers1500) IVR53_20102209390NUCA Paimpol, le Centre-Ville. Maison en pan-de-bois dite maison Jézéquel, production de l'atelier de Paimpol, le Centre-Ville. Maison en pan-de-bois, production de l'atelier de Goëlo-Penthièvre (vers Paimpol, le manoir de Pen-Lan (17ème siècle) IVR53_20102209345NUCA Paimpol, le manoir de Kerloury (17ème siècle) IVR53_20102209446NUCA Paimpol, le manoir de Lanvignec (18ème siècle) IVR53_20102209525NUCA Paimpol, le manoir de Kergoniou (18ème siècle) IVR53_20102209940NUCA Paimpol, le manoir de Kerbiquet (18ème siècle) IVR53_20102209558NUCA Paimpol, chemin de la Croix aux Outils. Ancienne ferme (4ème quart du 18ème siècle Paimpol, l'ancien bourg de Plounez. Maison (vers la fin du 18ème siècle ou du début du 19ème siècle
    historique :
    datation des oeuvres repérées sur le territoire de la commune de Paimpol est comprise entre la fin du 15ème siècle et le milieu du 20ème siècle, le corpus étant majoritairement constitué d'oeuvres datant de la fin En 1946, selon l'Insee, la commune de Paimpol comptait 617 logements, celle de Plounez 502 territoire de Paimpol au milieu du 20ème siècle. A la fin de ce siècle, en 1999, toujours selon la même source, la commune de Paimpol comptait 4 479 logements. 940 oeuvres relevant de l'architecture domestique , de rareté, de représentativité, d'ancienneté ou de qualités architecturales [doc. 1, fig. 1-69]. La du 19ème siècle et du début du 20ème siècle. Les dates de construction relevées sur le terrain logements et celle de Kerity 968 logements, soit un total de 2 027 logements répartis sur l'actuel , principalement en secteur urbain, parmi lesquelles 70 oeuvres ont fait l'objet d'une proposition de sélection au regard de critère de protection au titre des monuments historiques, mais également de critères d'unicité
  • Maison puis presbytère, 17 place de l'Eglise (Saint-Erblon)
    Maison puis presbytère, 17 place de l'Eglise (Saint-Erblon) Saint-Erblon - 17 place de l' Eglise - en village
    titreCourant :
    Maison puis presbytère, 17 place de l'Eglise (Saint-Erblon)
    dates :
    1624 porte la date
    description :
    existe deux écus l'un au-dessus de l'autre. Le plus bas porte la date de 1624 ainsi que les inscriptions Le gros-oeuvre de cette construction est recouvert d'enduit ; le toit à croupes est par ailleurs d'ailleurs une cave puisqu'une porte dessert ce niveau en façade. Au-dessus de la porte de la partie sud, il couvert d'ardoise. Les encadrements de baies d'origine sont réalisés en pierre de taille de schiste et en IHS et MA de part et d'autre d'un calice. Un puits se situe au sud-ouest.
    illustration :
    Ecu situé en partie haute de la façade IVR53_19743505029Z Les deux écus de la façade IVR53_19743505030Z Vue générale de la partie sud IVR53_20073510423NUCA Détail de l'écu portant le calice IVR53_20073510427NUCA Ecu situé en partie haute de la façade IVR53_20073510428NUCA Le bâtiment en 1974 IVR53_19743505026Z L'écu portant le calice IVR53_19743505027Z Ecu portant la date IVR53_19743505031Z Cheminée de l'étage IVR53_19743505036Z Cheminée de l'étage IVR53_19743505037Z
    historique :
    piédroits en pierre calcaire. Le sol de la pièce de l'étage était couvert de tomettes. La cheminée de abritait le presbytère. Toutefois, au début du 19e siècle, lors de la réalisation du premier cadastre de la , la partie sud porte la date de 1624. L'architecture de ce bâtiment est d'ailleurs propre à cette époque de construction : toiture à forte pente, coyaux, porte en plein cintre. La partie sud de ce l'étage correspond à une cheminée du 15e siècle. La présence de cette cheminée, ainsi que de l'écu situé en partie supérieure de la façade, laisse supposer qu'il existait un bâtiment du 15e siècle à cet l'avant de la façade ; il pourrait s'agir du puits public sur la place du bourg, dont la réalisation avait Bien qu'il existe certains éléments architecturaux plus anciens, cet ensemble de constructions date endroit, qui a été remanié au début du 17e siècle. La tradition orale nous a rapporté que ce bâtiment commune, le presbytère ne se trouvait pas dans ce bâtiment, mais dans un bâtiment situé rue du Vivier. Le
    localisation :
    Saint-Erblon - 17 place de l' Eglise - en village
    referenceDocumentaire :
    . Monuments et établissements publics. Presbytère : demande d'affermage, dossier de reconstruction, de
1