Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 74 - triés par pertinence
  • Le pan de bois (Chavagne)
    Le pan de bois (Chavagne) Chavagne
    titreCourant :
    Le pan de bois (Chavagne)
    illustration :
    Vue générale, façade ouest et pignon nord de la ferme rue du centre IVR53_20163505744NUCA Détail du pignon nord de la ferme, rue du centre. IVR53_20163505746NUCA Vue générale de la façade est de la ferme du gué du four en 1974. IVR53_19743505340Z Vue de la façade nord, partie est de l'ancien presbytère IVR53_20163505795NUCA Vue de la façade nord, partie ouest de l'ancien presbytère IVR53_20163505796NUCA Détail façade en pan de bois du manoir de la Touche IVR53_20163505741NUCA Vue du pignon est de l'ancien presbytère IVR53_20163505736NUCA
    contenu :
    , comme il est possible de le voir au manoir de la Touche, que pour les édifices plus modestes tels que , le pan de bois est en enconstruite en encorbellement ( cer qui est quand m^me me cas de la maison de -chaussée. Un petit toit d'ardoise formant auvent protège le raccord entre le mur et la paroi de l'étage. Le La commune de Chavagne conserve quelques édifices en pan de bois. La technique n'est utilisée que pour l'étage des maisons ou pour les pignons. Le pan de bois était employé aussi bien pour les manoirs lle Gué du Four, Babelouse ou encore la maison du bourg. La technique du pan de bois consiste en une qui sont les pièces obliques de contreventement En plus d'avoir un rôle essentiel dans la stabilité de la structure de l'ossature, les décharges peuvent constituer des motifs décoratifs. Cette ossature en . Une particularité du pan de bois sur la commune de Chavagne est sa disposition. Alors qu'en général Babelouse), sur la commune l'étage en pan de bois se positionne en retrait par rapport au mur du rez-de
  • Le presbytère, les manoirs, fermes, maisons et logis sur la commune de Lanmodez
    Le presbytère, les manoirs, fermes, maisons et logis sur la commune de Lanmodez Lanmodez
    titreCourant :
    Le presbytère, les manoirs, fermes, maisons et logis sur la commune de Lanmodez
    illustration :
    Lanmodez, le manoir de la Villeneuve (17ème siècle) IVR53_20092205376NUCA Lanmodez, le bourg. Maison (2ème moitié du 19ème siècle) IVR53_20092205358NUCA Lanmodez, Troguerat. Logis de ferme (3ème quart du 19ème siècle) IVR53_20092205359NUCA Lanmodez, Kermenguy. Logis de ferme (3ème quart du 19ème siècle) IVR53_20092205416NUCA Lanmodez, le Paradis. Linteau millésimé IVR53_20092205283NUCA
    historique :
    La datation des oeuvres repérées sur le territoire de la commune de Lanmodez est comprise entre le 16ème siècle et le 2ème quart du 20ème siècle, l'essentiel du corpus étant daté de la 2ème moitié du rareté, voire d'unicité, ou de représentativité : le manoir de Kermarquer [fig. 1], le manoir de la Villeneuve [fig. 2], le colombier et le logis de Troguérat [fig. 3, 8], le fournil de Crec'h-Jord [fig. 4 ], une maison à Kermen [fig. 5], une maison au bourg [fig. 6], la ferme de Kerarslan [fig. 7] et la ferme de Kermenguy [fig. 9]. Plusieurs dates, généralement gravées ou sculptées sur le linteau de l'entrée 19ème siècle. L'enquête a permi de procéder au repérage de 69 oeuvres, parmi lesquelles 8 ont fait l'objet d'une proposition de sélection en fonction de critères d'ancienneté, de qualité architecturale, de
  • Presbytère, Le Bourg (Combourtillé)
    Presbytère, Le Bourg (Combourtillé) Combourtillé - A 50 m à l'ouest de l'église. - en village - Cadastre : 1936 A1 74
    titreCourant :
    Presbytère, Le Bourg (Combourtillé)
    etages :
    étage de comble
    description :
    jambes de force. Le contreventement est assuré par les pannes latérales, la panne faîtière reliée à la Le presbytère est situé à l'ouest de l'église, près de l'accès occidental du placître. Il est et en grès. Le bâtiment à étages, de plan rectangulaire, simple en profondeur, comporte un rez-de d'escalier desservant l'étage et le comble. La façade antérieure sud est ordonnancée, comportant trois travées d'ouvertures sur deux niveaux, complétées par trois lucarnes dans le comble, et une fenêtre de . La charpente a quatre fermes : jambes de force, entrait de fermette, arbalétriers de fermette , de part et d'autre du vestibule et de la cage d'escalier. On trouve des petites cheminées sur les bois sculpté représentant l'autel néo-gothique du chœur de saint Léonard. Il était situé dans la salle aspecté au sud où s'étend une cour, un jardin potager, un verger, une basse-cour. Le bâtiment est construit en petit appareil irrégulier de grès armoricain, les encadrements des ouvertures sont en granite
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Le mur de clôture du presbytère IVR53_20143501251NUCA Vue de situation nord-ouest. IVR53_19723500648V Charpente, contreventement, vue de détail. IVR53_19723500650Z Charpente, croupe, vue de détail. IVR53_19723500651Z Vue de situation IVR53_20143501242NUCA Vue de 3/4 IVR53_20143501243NUCA La serre du presbytère et l'église en arrière-plan IVR53_20143501250NUCA Vue de situation IVR53_20143501253NUCA
    historique :
    Le presbytère de Combourtillé est un bâtiment construit au 17e siècle. Il fut remanié au 19e siècle.
    localisation :
    Combourtillé - A 50 m à l'ouest de l'église. - en village - Cadastre : 1936 A1 74
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Presbytère, 7 contour de l'Eglise (Vezin-le-Coquet)
    Presbytère, 7 contour de l'Eglise (Vezin-le-Coquet) Vezin-le-Coquet - 7 contour de l' Eglise - en village - Cadastre : 1812 B1
    titreCourant :
    Presbytère, 7 contour de l'Eglise (Vezin-le-Coquet)
    description :
    Edifice de plan rectangulaire construit en terre. Toiture à longs pans. Couverture en ardoise.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Vezin-le-Coquet
    illustration :
    Intérieur : vue générale de l'escalier depuis le repos central IVR53_20063500708NUCA Intérieur : détail de la rampe de l'escalier au niveau du 1er étage IVR53_20063500716NUCA Intérieur : vue générale de la charpente IVR53_20063500717NUCA Fonts baptimaux en remploi servant de base à la croix IVR53_20063505790NUCA Elévation sud : détail d'une lucarne dans le comble IVR53_20063505579NUCA Intérieur : départ de l'escalier IVR53_20063500707NUCA Intérieur : vue générale de l'escalier IVR53_20063500705NUCA Intérieur : couloir du niveau de comble IVR53_20063500718NUCA Croix dans le jardin IVR53_20063505580NUCA
    historique :
    Le presbytère est une construction en terre pouvant remonter au 17e siècle ; sa façade principale
    localisation :
    Vezin-le-Coquet - 7 contour de l' Eglise - en village - Cadastre : 1812 B1
  • Architecture et édicules religieux sur la commune de Brécé
    Architecture et édicules religieux sur la commune de Brécé Brécé
    titreCourant :
    Architecture et édicules religieux sur la commune de Brécé
    illustration :
    Vue générale de la croix de chemin IVR53_20043505499NUCA Carte postale ancienne de l'église IVR53_20043505598NUCA Vue des différentes toitures de l'église IVR53_20043505599NUCA Vue générale de l'ancien presbytère IVR53_20043500568NUCA
    denominations :
    croix de chemin croix de cimetière
    contenu :
    , subsistent l'abside et le mur diaphragme romans. La forme de l'abside, ses contreforts, son appareil en construisirent une chapelle seigneuriale sur le mur sud de l'église communiquant avec la nef et éclairée par deux cadastre de la commune de 1809. Une sacristie est bâtie entre 1812 et 1832 contre le choeur, à l'est de la restauré en 1908 d'ou, la disparition des boiseries. Le clocher fut refait 1955. Le cimetière de Brécé bourg, le long de la voie ferrée. Celui-ci fut terminé en 1905 et fut réalisé par l'architecte rennais l'établissement du cadastre napoléonien, il existait une dizaine de croix sur le territoire de la commune. Il n'en subsiste actuellement aucune de cette période. La seule croix présente à Brécé -excepté dans le village une croix en bois de 8 m de hauteur placée à cette intersection en 1958 par le propriétaire de la en 1865, qu'après de longues négociations entre la commune et la paroisse pour le choix du terrain L'église paroissiale Saint Exuspère La première mention de l'église remonte à 1158, année où elle
    contribution :
    Le Ninivin Anne-Cécile
    referenceDocumentaire :
    INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille -et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle  : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Mémoires. Le Patrimoine religieux. Publication de l'Association historique du pays de Chateaugiron Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884. Brécé. Section B1 développé, Polygone I. Gaboriaud, géomètre de 1ère classe, [1850], échelle 1/1000 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le département
  • Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Plouguiel
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Plouguiel Plouguiel
    titreCourant :
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Plouguiel
    illustration :
    Vue de la façade d'une ancienne maison devant le mouillage de Palamos : remarquer l'entourage des Vue des murets littoraux de défense contre la mer et d'un bâti littoral sur le Domaine Public Le front de port de la Roche-Jaune : habitat groupé autour du port et de la route qui descend sur vicomte Henri Frotier de la Messelière, 21 mai 1930 (AD 22) IVR53_20082208566NUCA Plouguiel, le manoir de Kervégan (2ème moitié du 16ème siècle) IVR53_20082208531NUCA Plouguiel, le château de Keralio (15ème, 17ème et 18ème siècles) IVR53_20082208402NUCA Plouguiel, le manoir de Kerousy (1ère moitié du 16ème siècle) IVR53_20082208702NUCA Plouguiel, le Kestellic. Maison de villégiature et jardin exotique (1er quart et 2ème moitié du Vue de l'ancienne maison de la famille Rouzic, marin et ostréiculteur à la Roche-Jaune : remarquer Vue du bâti littoral du port de la Roche-Jaune IVR53_20082208978NUCA
    historique :
    La datation des oeuvres repérées à Plouguiel est comprise entre le 15ème siècle et le milieu du à 14]. Les dates de construction relevées sur le terrain, attribuées par travaux historiques ou par (commanditaire), Renée d'Acigné (commanditaire), Rolland de Scliçzon (commanditaire), Le Couronnec Jean , 1849, 1851, 1852, 1866, 1884, 1893, 1895, 1901 et 1905. Les noms d'auteur, de donateur ou de commanditaire attribués par source, par signature ou par travaux historiques sont : Louis de Lezildry (commanditaire), Dagorne Guillaume (commanditaire), Le Gac Marie-Louise (commanditaire), Tallibart Aristide (commanditaire), Yann de Keroüartz (commanditaire) et Félix Ollivier (architecte).
  • Les manoirs, les maisons, les logis, les fermes et le presbytère sur la commune de Pleubian
    Les manoirs, les maisons, les logis, les fermes et le presbytère sur la commune de Pleubian Pleubian
    titreCourant :
    Les manoirs, les maisons, les logis, les fermes et le presbytère sur la commune de Pleubian
    illustration :
    Pleubian, le bourg. Type d'habitat sommaire : maison de plan massé, à pièce unique au rez-de Pleubian, le manoir de Pen-Crec'h (16ème et 17ème siècles) IVR53_20092209598NUCA Pleubian, le manoir de Kermoda (2ème et 3ème quart du 17ème siècle) IVR53_20092209816NUCA Pleubian, la ville. Le manoir du Launay (17ème siècle) IVR53_20092209351NUCA Pleubian, le manoir de Crec'h-Quélen (4ème quart du 18ème siècle) IVR53_20092209838NUCA -chaussée avec petite baie surnuméraire latérale en façade datée de l'année 1831 (cliché Guy Artur, pré Pleubian, le bourg. Maison (4ème quart du 16ème siècle et 1er quart du 17ème siècle Pleubian, le Runio. Maison (17ème siècle) IVR53_20092209333NUCA Pleubian, la ville. L'ancien presbytère (17ème siècle ?) IVR53_20092209581NUCA Pleubian, le bourg. Ferme (4ème quart du 18ème siècle) IVR53_20092209700NUCA
    historique :
    ] ; - le manoir du Launay [fig. 5] ; - la ferme de Pont-ar-Houerou [fig. 6] ; - la ferme du Runio [fig. 7 ] ; - le manoir de Crec'h-Quelen [fig. 16] ; - la maison de Ker-Illis au bourg [fig. 17] ; - la ferme de L'évolution du nombre de logements bâtis à Pleubian entre 1854 et 2006 est la suivante : il y avait 890 logements en 2006 (Insee). La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 16ème siècle et d'une proposition de sélection [fig. 2 à 28] : - le manoir de Pen-Crec'h doté d'un pigeonnier sur tour [fig. 2] ; - une maison au bourg datée des années 1575 et 1620 [fig. 3] - le manoir de Kermoda [fig. 4 ] ; - la ferme de Ty-Glas [fig. 8] ; - l' ancien presbytère [fig. 9] ; - une maison à Kerhuel [fig. 10 ] ; - la ferme de Kerflandry [fig. 11] ; - la ferme de Roc'h-Morvan-Bras [fig. 12] ; - la ferme de Prat -Guen [fig. 13] ; - la ferme de Poul-Derrien [fig. 14] ; - la ferme de Poul-an-Chomet au bourg [fig. 15 Saint-Georges [fig. 20] ; - la ferme de Ker-an-Calvez [fig. 21] ; - la ferme de Poul-Rallec [fig. 22
  • Les manoirs, les maisons, les fermes, les logis et le presbytère sur la commune de Lézardrieux
    Les manoirs, les maisons, les fermes, les logis et le presbytère sur la commune de Lézardrieux Lézardrieux
    titreCourant :
    Les manoirs, les maisons, les fermes, les logis et le presbytère sur la commune de Lézardrieux
    illustration :
    Lézarrieux, Kernu (rue de la Fontaine). Maison, élévation antérieure (1776) IVR53_20092205969NUCA Lézardrieux, le bourg (rue de l'Armor). Maison, élévation antérieure (1er quart du 20ème siècle Lézardrieux, le secteur urbain (rue de Tréguier). Maison, élévation antérieure (1er quart du 20ème Lézardrieux, le bourg (rue de l'Armor). Maison dite Ker Avel, élévation antérieure (2ème quart du Lézardrieux, Pen-an-Cra. Logis rudimentaire à pièce unique au rez-de-chaussée daté de l'année 1825 Lézardrieux, Ty Guen. Logis rudimentaire (19ème siècle), à pièce unique au rez-de-chaussée avec Lézardrieux, Traou-Bihan. Maison dite manoir de Traou-Bihan (17ème siècle) IVR53_20092205827NUCA Lézardrieux, Ker-an-Run (rue de Kerrun). Logis déclassé, élévation antérieure (17ème siècle Lézardrieux, le bourg (place du Centre). Maison, élévation antérieure sur rue (1819 Lézardrieux, le Prioly. Maison (milieu du 19ème siècle) IVR53_20092205899NUCA
    historique :
    L'évolution du nombre de logements bâtis à Lézardrieux entre 1854 et 1999 est la suivante : il y bâtis en 1999 (Insee). La datation des oeuvres repérées sur la commune de Lézardrieux est comprise entre le 15ème siècle (manoir de Lézardré) et le 2ème quart du 20ème siècle. 308 oeuvres ont été repérées sur le territoire communal, parmi lesquelles 18 ont fait l'objet d'une proposition de sélection [fig . 4 à 21]. Les dates relevées sur le terrain, au nombre de 47, sont les suivantes : 1709, 1724, 1727
  • Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Penvénan
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Penvénan Penvénan
    titreCourant :
    Les manoirs, le presbytère, les maisons, les fermes et les logis sur la commune de Penvénan
    annexe :
    . 20082210779NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi 220. 19712205276Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205277Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205280Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205279Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205278Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205266Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel 19712205257Z : Service Régional de l'Inventaire général du patrimoine
    illustration :
    Penvénan, Buguélès. Maison rudimentaire à pièce unique au rez-de-chaussée et à accès antérieur Penvénan, Ile-Illiec. Maison de villégiature du maestro Ambroise Thomas, photographie noir et blanc Penvénan, vue générale du manoir de Guernaultier (15ème siècle) IVR53_20082210556NUCA Penvénan, vue générale du site du manoir de Kerpeulven (16ème et 17ème siècles Penvénan, vue générale du manoir de Kermarquer (cliché N. Chouteau et V. Maillen, pré-inventaire Penvénan, vue générale du manoir de Pen-Crec'h (18ème siècle) IVR53_20082210281NUCA Penvénan, Crec'h-ar-Bleïz. Maison de notable, photographie noir et blanc, par Lacombe, 1ère moitié Penvénan, Port-Blanc. Maison de villégiature (1er quart du 20ème siècle) IVR53_20082210437NUCA Penvénan, Port-Blanc. Maison de villégiature (1er quart du 20ème siècle) IVR53_20082210302NUCA
    historique :
    La datation des oeuvres repérées est comprise le 15ème siècle et le 1er quart du 21ème siècle. 434 étude ultérieure : - le manoir de Guernaultier [fig. 11] ; - le manoir de Kerpeulven, classé monument historique [fig. 12] ; - le manoir de Kermarquer [fig. 13] ; - une ferme au lieu-dit Kerbriand [fig. 14 de Pen-Crec'h [fig. 17] ; - le manoir du Guermeur [fig. 18] ; - une ferme au lieu-dit Crec'h-an-Bec ), l'Amiral de Cuverville (propriétaire), Anatole Le Braz (personnage célèbre) et Augustin Hamon (propriétaire). oeuvres ont fait l'objet d'un repérage, parmi lesquelles 23 ont été proposées à la sélection en vue d'une ] ; - une ferme au lieu-dit Kerdéval [fig. 15] ; - une ferme au lieu-dit Kerelguen [fig. 16] ; - le manoir ] ; - une maison de villégiature au lieu-dit Crec'h-ar-Bleïz [fig. 28] ; - une maison au lieu-dit Goas -Poulou [fig. 29] ; - plusieurs maisons au Port-Blanc [fig. 30-33] ; Les dates de construction relevées sur le terrain (30) ou attribuées d'après information orale (2) sont les suivantes : 1695, 1698, 1714
  • Presbytère, le Bourg, rue des Taillis (Pluherlin)
    Presbytère, le Bourg, rue des Taillis (Pluherlin) Pluherlin - (le) Bourg - rue des Taillis - en village - Cadastre : 1946 K3 207
    titreCourant :
    Presbytère, le Bourg, rue des Taillis (Pluherlin)
    dates :
    1734 porte la date
    statut :
    propriété de la commune
    datationsPrincipales :
    2e quart 18e siècle porte la date
    historique :
    Cheminée de l'étage du 17e siècle. Édifice du 18e siècle, partiellement daté 1734 (appentis nord
    localisation :
    Pluherlin - (le) Bourg - rue des Taillis - en village - Cadastre : 1946 K3 207
  • Les châteaux, manoirs, maisons, fermes, presbytère, grange, puits et fontaines sur la commune de Saint-Cast-le-Guildo
    Les châteaux, manoirs, maisons, fermes, presbytère, grange, puits et fontaines sur la commune de Saint-Cast-le-Guildo Saint-Cast-le-Guildo
    titreCourant :
    Les châteaux, manoirs, maisons, fermes, presbytère, grange, puits et fontaines sur la commune de Saint-Cast-le-Guildo
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Saint-Cast-le-Guildo
    illustration :
    Château du Val d'Arguenon, rue du Val (Saint-Cast-le-Guildo) IVR53_20022214890NUCA
    historique :
    La chronologie des édifices repérés s'étend de l'extrême fin du 15e siècle à la 1ère moitié du 20e
    localisation :
    Saint-Cast-le-Guildo
  • Les manoirs, les maisons, le presbytère, les fermes, les immeubles à logements et les logis sur la commune de Lancieux
    Les manoirs, les maisons, le presbytère, les fermes, les immeubles à logements et les logis sur la commune de Lancieux Lancieux
    titreCourant :
    Les manoirs, les maisons, le presbytère, les fermes, les immeubles à logements et les logis sur la commune de Lancieux
    description :
    l'architecture domestique héritée de la villégiature balnéaire, principalement localisée en centre-ville, le long En dehors du logis de type ternaire [fig. 29], largement répandu sur le territoire communal, et de , 35) [fig. 33-40], le paysage architectural de Lancieux est marqué par des alignements de logis , localement dénommés " rangées " [fig. 32], presque toujours aspectés au sud, par la présence de combles à haut surcroît et par la prédominance, du 16ème au 19ème siècle, d'un type de logis dit à fonctions [fig. 19] comprend au minimum deux pièces au rez-de-chaussée et des greniers dans le comble ouverts de portes hautes généralement placées au-dessus de l'entrée. Marqué par de nombreux remaniements, le logis de la Chaponnais [fig. 1] est conçu selon cette structure, mais une des pièces de l'étage est une du littoral vers les Hauts de Buglais et vers l'Islet en direction de Saint-Briac-sur-Mer (Bretagne
    illustration :
    Lancieux, la Chaponnais. Logis (cliché J. Le Goff, pré-inventaire, 1967) IVR53_19672205302Z Lancieux, la Mettrie. Logis portant le millésime 1746 (cliché pré-inventaire, 1974 Lancieux, le bourg. Maison, 12 rue de l'Armor : porte à double rouleau (façade postérieure sur rue Lancieux, le bourg. Maison de type ternaire (2ème moitié du 19ème siècle) IVR53_20082205241NUCA Lancieux, rue de la Plage. Maisons dites Caprice et Ker Varech (1er quart du 20ème siècle Lancieux, rue de la Source. Logis identiques alignés (1er quart du 20ème siècle Lancieux, boulevard de la Mer. Maison (2ème quart du 20ème siècle) IVR53_20082205443NUCA Lancieux, la Prévôtais. Maisons (cliché pré-inventaire, 1974) IVR53_19742201539Z Lancieux, la Ridelais. Maison (cliché pré-inventaire, 1974) IVR53_19742201538Z Lancieux, la Chambre. Maison (cliché pré-inventaire, 1974) IVR53_19742201537Z
    historique :
    vestiges du logis primitif du manoir de la Touche [fig. 17] - et le milieu du 20ème siècle. Sur le La datation des oeuvres repérées est comprise entre le 15ème siècle - probable datation des proposition de sélection [fig. 19-23, 25-28, 30-40]. Les dates de construction relevées sur le terrain sont territoire communal de Lancieux, 336 oeuvres ont été repérées, parmi lesquelles 20 ont fait l'objet d'une
  • L'ancien presbytère, 3  rue de la Commanderie (Vildé-Guingalan)
    L'ancien presbytère, 3 rue de la Commanderie (Vildé-Guingalan) Vildé-Guingalan - 3 rue de la Commanderie - en village - Cadastre :
    titreCourant :
    L'ancien presbytère, 3 rue de la Commanderie (Vildé-Guingalan)
    description :
    située dans l’avancée, depuis la pièce de vie. Dans la pièce principale, le mur ouest comporte une comme le mur gouttereau nord. Ce mur, situé du côté de la rue de la Commanderie, est presque aveugle et clôture entoure un ensemble de plusieurs bâtiments et édicules : le bâtiment principal, une dépendance (un rampants débordants agrémentés de crossettes simples, et pourrait dater du XVIIe siècle. Le jardin qui appartient au presbytère est également clos de murs. Le bâtiment principal se compose de deux corps de bâtiments, à un étage. Le corps de bâtiment situé le plus à l’ouest se distingue par ses murs pignons aux rampants découverts et dotés de crossettes simples (dites "chevronnières"). Toutefois, la lecture de cet ensemble permet de déterminer trois phases de construction ou de reconstruction : - La partie la plus ancienne semble dater du XVIIe siècle, en raison de la présence de différents éléments architecturaux. La , évoque la forme d'un calice. Ce symbole était couramment utilisé en Bretagne avant le XVIIIe siècle, pour
    annexe :
    Lien vers la notice de recensement du presbytère : L'ancien presbytère
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Le presbytère depuis la route de Dinan. IVR53_20182200137NUCA Le presbytère et le fournil depuis la route de Dinan. IVR53_20182200138NUCA Le mur nord aveugle, vu depuis la rue de la Commanderie. IVR53_20182200460NUCA Le presbytère côté nord, l'Église et la rue de la Commanderie. IVR53_20182200349NUCA Le presbytère depuis le clocher de l'Église de Vildé-Guingalan. IVR53_20182200339NUCA Façade ouest de la dépendance contemporaine. IVR53_20182200338NUCA Partie la plus ancienne de l'édifice, à l'ouest. IVR53_20182200341NUCA L'avancée nord, vue depuis la rue de la Commanderie. IVR53_20182200461NUCA Ouvertures de la partie centrale en façade sud. IVR53_20182200347NUCA Poutraison de la partie centrale du presbytère, rez-de-chaussée. IVR53_20182200448NUCA
    canton :
    Plélan-le-Petit
    copyrights :
    (c) Université de Rennes 2
    contenu :
    Le bâtiment situé au n°3 rue de la Commanderie est l’ancien presbytère de la commune de Vildé la maison dite de la « Commanderie », en plein-cœur de la commune, à proximité de l’église et du -Guingalan. Cet édifice est un élément marqueur qui s’impose dans le paysage du bourg. Il est implanté face à de l'architecture locale.
    historique :
    la loi de séparation de l'Église et de l'État, de 1905, le presbytère est devenu un bien communal. À cure relevait de l'archidiaconé de Dinan et du doyenné de Poudouvre. Le presbytère était également rattaché de l’abbaye de Beaulieu. L'édifice est partiellement figuré comme bâtiment non imposable sur le plus anciennes ont été construites au XVIIe siècle. La date de 1839 est portée sur un des piliers à l’entrée de la parcelle. Il s’agit probablement d’une date gravée au cours d’un remaniement. À la suite de L’ancien presbytère était un prieuré-cure de l'ancien évêché de Saint-Malo. Au XIVe siècle, cette cadastre napoléonien de 1835, tout comme l’église, puisqu'il s'agit de bâtiments religieux. Ses parties les partir de 1971, il n’est plus habité par un religieux. Ce presbytère est ensuite vendu en 1980 et devient
    localisation :
    Vildé-Guingalan - 3 rue de la Commanderie - en village - Cadastre :
    referenceDocumentaire :
    Cadastre ancien de la commune de Vildé-Guingalan, 1835 1789 à 1815. Le Pays de Dinan : Dinan, 1989 L'Écho de Vaucouleurs, Bulletin Paroissial de Vildé-Guingalan. L'écho de Vaucouleurs, Bulletin Paroissial de Vildé-Guingalan, n°4, dimanche 19 mars 1911. Histoire du Pays de Dinan de 1789 à 1815. LEMASSON Auguste, abbé. Histoire du Pays de Dinan de
    airesEtudes :
    Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
  • Presbytère (La Mézière)
    Presbytère (La Mézière) Mézière (La) - en village - Cadastre : 1835 A 551 1939 A3 454
    titreCourant :
    Presbytère (La Mézière)
    annexe :
    mortaises (fig. 24). Deux contrefiches (voir fig. 17 le détail du point d'appui de l'arbalétrier sur la  : ancienne, en chêne. Une seule ferme plus une ferme constituant le pan de bois du mur est. Coffre de la encadrement chanfreiné (uniquement sur la face côté couloir) ouvre sur le salon ; emmarchement de deux degrés déjà été ôtés et cela permet de démontrer que la cheminée, dans son état actuel, est le résultat d'un sud (décentrée), une porte vers le couloir, une porte vers la pièce de l'ouest. Couvrement : plafond "échelle". Cheminée désaxée par rapport au centre du mur, intégrée dans le revêtement. Lors de la toute la largeur du corps. Le mur de séparation entre ces deux pièces est construit en pan de bois, la plâtre. Parquet "échelle". Lambris de hauteur sur le mur est délimitant deux alcôves qui encadrent la situé à la sortie ouest de La Mézière, immédiatement au nord du chemin communal conduisant du bourg au (très épais) sont construits en terre banchée et couverts d'un toit en ardoises. Vers la route, le
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Mézière
    murs :
    pan de bois
    illustration :
    Vue de la porte du couloir sur le salon IVR53_19803500781X Croquis de la structure des élévations antérieures IVR53_20053521445NUCB Vue de la toiture prise du sud-est IVR53_19803500775X Vue générale de la ferme 1 (est) du corps A IVR53_19803500790X Vue de la ferme 2 (centre) du corps A et la pénétration de la charpente du corps de bâtiment nord Chambre du 1er étage du corps B, vue de la cheminée IVR53_19803500785X Chambre du 1er étage du corps B, vue l'alcôve à gauche de la cheminée IVR53_19803500786X Cheminée du mur est de la chambre du 1er étage : piédroit  ; corps A IVR53_19803500798X Cheminée du mur est de la chambre du 1er étage du corps A, piédroit gauche IVR53_19803500799X Plans de situation (cad. 1835 et 1879) IVR53_20053521443NUCB
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    grès ; moellon ; pan de bois
    historique :
    Cet ensemble était caractéristique de l'habitat ancien de la commune et conservait d'intéressants aménagements intérieurs. Son étude a été réalisée avant sa démolition le 24 septembre 1980.
    contribution :
    Le Louarn Geneviève
    localisation :
    Mézière (La) - en village - Cadastre : 1835 A 551 1939 A3 454
    referenceDocumentaire :
    A.D. Ille-et-Vilaine. Série O ; 2 O 178/16 : Presbytère ; réparations : demande de secours t. 5, p. 212 Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.
  • Architecture religieuse et funéraire sur la commune de Breteil
    Architecture religieuse et funéraire sur la commune de Breteil Breteil
    titreCourant :
    Architecture religieuse et funéraire sur la commune de Breteil
    illustration :
    Le porche situé à l'ouest de l'église IVR53_20033513280NUCA Croix de chemin de la Touche Louvel IVR53_20033513276NUCA Façade ouest de la chapelle de l'Abbaye de Montfort IVR53_20033513532NUCA Vue générale sud de l'église IVR53_20033513278NUCA Croix située dans le cimetière IVR53_20033513289NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    est placée sous le vocable de Saint-Malo, moine gallois du 6e siècle. La nef et le collatéral sud de la Riolais. Cependant, avant le 19e siècle, il en existait 5 au total. En effet, certains manoirs , aujourd'hui disparus, possédaient une chapelle, c'était le cas de la Haie Gilles, de la Touche Louvel et de la napoléonien, il existait une quinzaine de croix sur le territoire de la commune. Il n'en subsiste qu'environ vraisemblablement de celle qui se situe, actuellement, dans la nef de l'église. Le presbytère : L'ancien l'église de Breteil. A la fin du 15e siècle, la construction de l'actuelle église commence. Cette église , le collatéral nord est ajouté par l'entrepreneur Jean-Marie Huchet, sur les plans de l'architecte Aristide Folie. Ces travaux sont suivis par la transformation de l'ancienne sacristie en chapelle du schiste, les encadrements de baies et le remplage des ouvertures sont, majoritairement, en granit. Le toit est couvert d'ardoise, ainsi que la charpente du clocher. Comme dans beaucoup d'autres villes, le
    referenceDocumentaire :
    -Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France). Site Internet de la commune : www.breteil.fr. BOHUON, Philippe. Constructions et reconstructions d'églises dans la région de Montfort-sur-Meu ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour p. 972-973 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Le patrimoine des communes d'Ille-et p. 213-214 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le p. 243-245 GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes . Mém. maîtrise : Hist. : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1993. MONVOISIN, Bertrand. Breteil, d'un millénaire à l'autre. Chronologie breteillaise de l'an mille à MONVOISIN, Bertrand. Breteil, la terre : mémoire du passé . Breteil : [s. n. ], 1980.
  • Ancien presbytère, actuellement maison, le Vieux Bourg (Saint-Just)
    Ancien presbytère, actuellement maison, le Vieux Bourg (Saint-Just) Saint-Just - le Vieux Bourg - en écart - Cadastre : 1831 C5 1986 ZT 21 à 24
    titreCourant :
    Ancien presbytère, actuellement maison, le Vieux Bourg (Saint-Just)
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_3 :
    Le corps de bâtiment principal est couvert d'un toit à croupe ; Présence de 2 chambres à l'étage  ; noter la corniche en bois reposant sur des corbeaux moulurés.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation sur le cadastre de 1986 IVR53_20003513336NUC Vue de situation sur le cadastre de 1831 : édifice au centre de l'image IVR53_20003513319NUC Détail de l'aile nord-est depuis la cour IVR53_19943502914ZA Détail de deux portes au rez-de-chaussée IVR53_19943502913ZA Détail d'une cheminée au rez-de-chaussée IVR53_20003513325NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    schiste ; moellon sans chaîne en pierre de taille ; enduit
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    historique :
    charretier et fermant l'un des cotés de la cour, l'ancien presbytère de Saint-Just peut être daté du 17e conservation, le bâtiment témoigne encore de sa richesse passée (murs enduits, corniche et corbeaux moulurés en Composé d'un corps de logis principal et d'une aile en retour d'équerre ouverte d'un passage siècle. Certains éléments plus anciens (linteau) sont utilisés en remploi. Malgré son mauvais état de
    localisation :
    Saint-Just - le Vieux Bourg - en écart - Cadastre : 1831 C5 1986 ZT 21 à 24
    referenceDocumentaire :
    Ille-et-Vilaine. Commune de Saint-Just. Section ZT, plan cadastral, échelle : 1/2 000e, 1986. Ille-et-Vilaine. Commune de Saint-Just. Section C5, plan cadastral napoléonien, échelle : 1/1 250e
  • Les manoirs et presbytère sur la commune de La Nouaye
    Les manoirs et presbytère sur la commune de La Nouaye Nouaye (La)
    titreCourant :
    Les manoirs et presbytère sur la commune de La Nouaye
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire La Nouaye
    contenu :
    subsiste le manoir de la Ville Poillevé dont les parties les plus anciennes remontent au début du 17e Ogée signale la présence en 1490 des maisons fortes de la Nouais et du Tertre. Aujourd´hui seul
    localisation :
    Nouaye (La)
  • Architecture religieuse sur la commune de Nouvoitou
    Architecture religieuse sur la commune de Nouvoitou Nouvoitou
    titreCourant :
    Architecture religieuse sur la commune de Nouvoitou
    illustration :
    Croix de mission en granite dite la Croix aux Prêtres IVR53_20043506510NUCA L'église paroissiale Saint-Martin-de-Tours IVR53_20043500862NUCA Croix de cimetière (17e siècle) IVR53_19943500935X Croix de chemin en bois dit du Moulin à vent anciennement croix Jacques Gicquaire Le Vieux Presbytère IVR53_20043506504NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    Si le cadastre de 1850 figure 24 croix - le cadastre de 1810 ne relevait la présence que de 8 croix - le présent recensement permet la localisation de 18 édicules. Il semble que la majorité des ouvrages entre le bourg et l´Yaigne sont consacrés à Saint-Martin-de-Tours. En 1906, la paroisse devait assurer l besoin... Une mission contre l´alcoolisme et la dépopulation a lieu en 1909. Dans le registre de la bois ou en granite de production sérielle). A signaler, la croix de l´ancien cimetière de Nouvoitou ´entretien de trois prêtres pour quelques 1500 habitants dont une moitié est pauvre et un tiers dans le aient été détruits, déplacés ou reconstruits dans la 2e moitié du 19e siècle ou au 20e siècle (croix en datable du début du 17e siècle et la chapelle du Grand Corcé. L'église paroissiale, et l´oratoire situé fréquentées : on compte une vingtaine d´auberges à Nouvoitou et : "tout le monde y va indistinctement, petits
  • Architecture religieuse sur la commune de Montfort-sur-Meu
    Architecture religieuse sur la commune de Montfort-sur-Meu Montfort-sur-Meu
    titreCourant :
    Architecture religieuse sur la commune de Montfort-sur-Meu
    illustration :
    Portail de la chapelle Saint Joseph IVR53_19923500997X Les vestiges de l'église Saint Jean sur une carte postale ancienne IVR53_20033501595NUC La chapelle Saint Joseph sur une carte postale ancienne IVR53_20033501577NUC Chapiteau provenant de l'ancienne église paroissiale IVR53_19893500154X Vue nord-est de l'église Saint Louis Marie IVR53_19943500834X Vue ouest de l'église Saint Louis Marie Grignion de Montfort IVR53_19943500846X Portail de l'abbatiale de l'Abbaye IVR53_20023500677XA Vue générale sud de l'église Saint Louis Marie Grignion de Montfort IVR53_20033502176NUCA
    denominations :
    croix de chemin croix de cimetière
    contenu :
    Saint-Méen, création de l'abbaye Saint-Jacques. De plus, l'attraction créée par le château a permis à la trois faubourgs de la ville étaient le siège de trois paroisses éponymes sous l'Ancien Régime : Saint . Le cimetière Saint Nicolas était situé à l'emplacement actuel de la place Saint Nicolas. Cette église par différents particuliers. Les croix : Il existe sept croix sur le territoire de la commune de ville de s'accroitre progressivement. Ainsi, outre la ville close, des faubourgs se sont développés. Les prieuré Saint Jean était une dépendance du monastère de Saint Méen, il est mentionné pour la première fois , en 1296, il est fait mention de cette paroisse. L'ancien logis prioral de Saint Jean devint le presbytère en 1707. De plus, l'ancien cimetière de la paroisse Saint Jean était à l'ouest de l'église et non Lourme. De plus, c'est dans cette église que le père Louis Marie Grignion de Montfort fut baptisé le 31 . Eglise Saint Nicolas : Au 12e siècle, le seigneur de Montfort fait appel à l'abbaye de Saint Melaine de
    referenceDocumentaire :
    Carte postale ancienne. Montfort-sur-Meu. Restes de l'église St Jean où fut baptisé le Bienheureux p. 982-990 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Collection : Le patrimoine des communes de p. 48-53 OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne BOHUON, Philippe. Constructions et reconstructions d'églises dans la région de Montfort-sur-Meu INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne SIBOLD, Marcel. Le sang des Grignion : la nature et la grâce. Rome : Centre International p. 29-92 BRETON, Yves. La fondation de l'abbaye de Saint-Jacques de Montfort. Société archéologique . (Ecomusée du Pays de Montfort). de Montfort. (Ecomusée du Pays de Montfort). p. 438-453 Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le
  • Presbytère, 2 place de la Paix (Bais)
    Presbytère, 2 place de la Paix (Bais) Bais - Bourg - 2 place de la Paix - en village - Cadastre : 1982 AB
    titreCourant :
    Presbytère, 2 place de la Paix (Bais)
    dates :
    1625 porte la date
    illustration :
    Mur de clôture du presbytère sur la gauche (carte postale) IVR53_20043502691NUC Vue de situation ouest IVR53_20043515549NUCA Vue de situation sud-ouest IVR53_20043515526NUCA Tour d'escalier ; vitrail de 1632 IVR53_19803500204VA
    canton :
    Guerche-de-Bretagne (La)
    historique :
    Le presbytère désaffecté porte la marque du 17e siècle sous la forme de pierres en remploi avec les  ; selon Guillotin de Corson, François de Valtère, bachelier en théologie, était recteur de la paroisse en - une dépendance porte la date 1873 - probablement selon les projets de l'entrepreneur Marcellin Segrétain de Bais. La tour d'escalier, hors oeuvre, de plan carré conserve un exceptionnel vitrail - classé représentant la parabole de l'Enfant Prodigue est remonté dans une baie rectangulaire en grisaille vers 1885. dates 1625 et 1666 [la 1ère date sur la façade Est accompagne l'inscription : M. F. VALTERE IHS RECTr 1625] ; elles nous renseignent superficiellement sur un édifice restructuré à la fin du 19e siècle Monument Historique - provenant de l'église paroissiale Saint-Marse ; un panneau circulaire datant de 1632
    localisation :
    Bais - Bourg - 2 place de la Paix - en village - Cadastre : 1982 AB
    referenceDocumentaire :
    Plan géométrique parcellaire de la commune de Bais, section H2 dite du Bourg. Levée par Jules p. 41-56 JARTOUX, Céline. Le panneau de vitrail du Fils prodigue chassé d'une auberge de Bais (Ille 1420. Bais (I-et-V). La Rue de la Gare. Carte postale, Rennes : A. Lamiré, édit., [s.d.]. (Coll -et-Vilaine) copié d'une gravure néerlandaise d'après Martin de Vos. Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 2000, t. 107. t. 1, p. 89 BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments Rennes conseil de Fabrique, projet de restauration d'une partie du presbytère par Marcellin Segrétain t. 4, p. 97 GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes
1 2 3 4 Suivant