Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 79 - triés par pertinence
  • Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée
    Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée Feuillée (La)
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de La Feuillée
    cadresEtude :
    inventaire topographique La Feuillée
    illustration :
    Carte de localisation des sites archéologiques IVR53_20072907722NUCA Menhir. Carte postale début 20e siècle (Coll. Part. Michel Penven - association 'Sur les traces de
    contenu :
    sur le territoire de la commune. Les vestiges du Néolithique, également rares, sont constitués par une de la Tène finale ont été découverts anciennement sur le territoire de la commune. L´un, trouvé en monnaies en bronze (Le Men, 1876). De l´antiquité à La Feuillée, nous ne connaissons que peu de choses. La hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dont la commanderie du bourg et le manoir de Kerbérou est bien connue gauloises de la Bretagne-Armoricaine. Bulletin archéologique de l´Association Bretonne, 3, p. 215-225. LE POTIER C., LE MOEN B., 1987 - Document de la ZPPAU (Zone de Protection du Patrimoine Architectural et petite hache polie en fibrolite découverte à Trédudon et surtout par le beau menhir en granite de les parcelles D 697 et 698. Par contre, à l´âge du bronze, La Feuillée, comme les communes voisines de tombelles ou de cimetières à coffres. La plupart du temps ces sépultures sont groupées. Ainsi, un groupe de deux tombelles. A Ruguellou, le même archéologue a fouillé pas moins de neuf tumulus. Dans l´un d´eux
    contribution :
    Contributeur Le Goffic Michel
    localisation :
    Feuillée (La)
  • Le patrimoine archéologique de la commune
    Le patrimoine archéologique de la commune Sizun
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune
    illustration :
    Labou, coffre de sépulture. Etat en 1989 (photo Michel Le Goffic) IVR53_20062906260NUCA L'enceinte de Castel Don. Extrait du cadastre de 1812, section J 1 (A.D. Finistère, 3 P 279
    contenu :
    concernent avec certitude que le souterrain découvert lors de l´exploitation d´une carrière entre La Motte et toute trace de retranchement. Plusieurs sites gallo-romains sont attestés sur le territoire de la proximité de la voie antique Carhaix-Landerneau, à Kerlodézan, Gorré-Quistinit et Kerhamon (Le Pennec, 1995 . Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. II, p.142. LE PENNEC S., 1995 - Voies et habitats . LE ROUX C.-T., LECERF Y., 1973 - Le souterrain de l´âge du fer de la Motte en Sizun (Finistère préhistoire de cette commune ! Par contre la protohistoire est mieux connue et fort bien représentée , notamment dans la partie la plus élevée de la commune, dans les Monts d´Arrée. Les schistes se prêtent bien au débitage et à la confection de dalles pour coffres. A l´âge du bronze ce matériau a été largement le Spernit et qui révèle à cet endroit la présence d´une ferme indigène (Le Roux et Lecerf, 1973 aurait été trouvé un fragment de « tegula » (Le Menn, 1874-1875), ce qui laisse penser au moins à une
    historique :
    Un ensemble de 15 sites archéologiques allant de la préhistoire jusqu'à l'époque gallo-romaine a
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Botmeur
    Le patrimoine archéologique de la commune de Botmeur Botmeur
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Botmeur
    illustration :
    Ancien château de Botmeur. Traces du domaine seigneurial sur fond du cadastre de 1836 Ancien château de Botmeur. Vestiges des communs du manoir de Salou. Vue générale sud-ouest
    historique :
    Les découvertes archéologiques sur le territoire de Botmeur sont rares et à notre connaissance campement préhistorique. R.-F. Le Men nous apprend qu'en 1860, lors d'un défrichement de taillis entre le de l'extrême fin de cette période ou du Hallstatt (1er âge du fer) date le dépôt de trois haches à . Bibliographie : BENARD LE PONTOIS Ch., 1925 - Archives du Laboratoire d'Anthropologie de Rennes. BRIARD, J., LE ). Bulletin de la Société archéologique du Finistère, T. I V, p. 88. , seuls trois sites sont répertoriés dont deux de façon imprécise. Quelques silex taillés parsèment les champs autour de Ty-Bout, mais sans concentration suffisante pour permettre de situer un habitat ou à anses. A 300 mètres au nord de Ty Bout, P. Du Châtellier a fouillé un petit tumulus de 10 m de diamètre et 0, 60 m de hauteur dans lequel il trouva, sous un cairn, trois pierres de schiste présentant douille signalé par Bernard le Pontois en 1925. Le toponyme Botmeur est dû à l'existence d'un château dont
    contribution :
    Redacteur Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Pleyben
    Le patrimoine archéologique de la commune de Pleyben Pleyben
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Pleyben
    illustration :
    Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20092910410NUC
    contenu :
    le territoire de la commune dès le Mésolithique grâce à la découverte de quelques pièces lithiques . Bizien du Lézard, sur le sommet du coteau dominant l´Aulne, à la Boissière, un dépôt de bronzes , libraire, 212 p., p. 132-133. DU CHATELLIER P., 1899 - Le bronze dans le Finistère. Bulletin de la Société Pleyben (Finistère). Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. III, p. 129-133. LE MEN R.F conservés. Des prospections systématiques dans des parcelles cultivées ont révélé la présence de l´homme sur commune de Pleyben bien qu´il ait été fait mention d´un dolmen près du hameau de Kerasquer (Le Men, 1876 -1877). La chambre mesurait 2 m de longueur pour 1 m de largeur comportant une dalle de couverture , mais il fut détruit dès le 19e siècle. Il s´agit en réalité d´un caveau de l´âge du bronze protégé par un cairn le surmontant de 0,50 m, lui-même recouvert d´un tumulus. Il y fut découvert un vase à une anse. Il n´en reste plus rien aujourd´hui. R.-F. le Men nous rapporte, en 1875, la fouille d´un tumulus
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien
    Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien Berrien
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de la commune de Berrien
    illustration :
    Le Goënidou. Vue générale de la fouille, 1986 (cliché M. Batt, SRA Bretagne) IVR53_19862905000NUCA Menhir de Kerampeulven. Carte postale, 1906. Editeur Morin-Richier, Morlaix IVR53_20082903189NUCB Carte de localisation du patrimoine archéologique IVR53_20082907826NUCA Menhir de Kerampeulven. Vue générale IVR53_20082907647NUCA Quinoualc'h (au nord-est). Croix dite Croix de Pulvigny, Age du fer, fin du Moyen-Age. Vue générale
    historique :
    présence humaine sur le territoire de Berrien est attestée dès le post-glaciaire par la découverte, lors de la lumière des fouilles de J. Briard, notamment sur le site de Juno-Bella (qui n'a rien à voir avec direction de M. Batt ont révélé la présence d'un habitat du second âge du fer sur le site du Goënidou. Un le régime de la "Quévaise". Le hameau est constitué d'une série répétitive d'ensembles comprenant Le patrimoine archéologique de Berrien est particulièrement riche, ce qui a valu à cette commune de bénéficier, avec cinq autres, de la première série de ZPPAU thématique archéologique initiée en 1985. La hampes de flèches à des groupes de chasseurs plus ou moins nomades. Le menhir de Kerampeulven, de plus de 5 m de hauteur, est un des beaux mégalithes de la région. Il a été érigé auprès d'une source dans un pas connu de transport important mais a été prélevé sur place. La face d'arrachement est encore bien l'âge de bronze en l'absence de toute fouille ou sondage. Les gravures que l'on voit sur la pierre
  • Tombeau de Charles Le Goffic (Trégastel)
    Tombeau de Charles Le Goffic (Trégastel) Trégastel - en village
    titreCourant :
    Tombeau de Charles Le Goffic (Trégastel)
    dates :
    1932 porte la date
    description :
    Le tombeau familial de Charles Le Goffic est constitué d'une dalle de granite, posée verticalement , avec les noms de défunts gravés dans la pierre. Un médaillon en marbre, représentant l'effigie de Charles Le Goffic et signé de Bourdelles, est apposé sur cette pierre levée. Ce médaillon mériterait
    annexe :
    Paimpol et Locquémau, dit un proverbe breton, est le lit de la mort Durs parages pour la navigation crépuscule descend sur la mer, ils s´allument tous en même temps. Au point extrême de l´horizon, dans le nord huit mètres sur l´abîme, au point le plus exposé de la côte, et qui semble le chef de choeur, l ‘étoiles dont les peintres religieux nimbent le visage de Marie. La nuit dissimule les tours qui les portent. On ne voit plus du phare que son émeraude, le merveilleux rubis, ou la goutte de clarté blanche on peut citer : "Amour breton", "Le Bois dormant", "Le Pardon de la reine Anne", "La Visite nocturne complètes seront publiées à son décès. Amoureux de sa Bretagne natale, Charles Le Goffic la célébra à tentatives infructueuses en 1923 au fauteuil Capus, c´était la quatrième candidature de Charles Le Goffic. Il vous ». Dans La Vieille Dame du quai Conti, le duc de Castries précise que Charles Le Goffic devait Texte de Charles Le Goffic, extrait « Les phares » (Revue des 2 Mondes, Tome 151, 1899) Entre
    observation :
    Cette tombe mérite d'être signalé comme témoignage à un homme célèbre. Le médaillon devrait être
    illustration :
    Charles Le Goffic en cie de jeunes femmes trégorroises pour la sortie de son ouvage Morganne, en Charles Le Goffic en cie d'écrivains célèbres bretons et de la conteuse trégorroise Marc'halip Photographie de Charles Le Goffic à la fin de sa vie (collection particulière Médaillon réalisé par le sculpteur Bourdelle à l'effigie de Charles Le Goffic, apposé sur la pierre Plaque gravée sur la pierre tombale de Charles Le Goffic IVR53_20072205795NUCA Autoportait de Charles Le Goffic dessiné par lui même (collection particulière Photographie : Charles Le Goffic en partance à la pêche à pied (collection particulière Charles Le Goffic en cie de trégorrois et de trégorroises en costumes bretons, début 20ème siècle Photographie de Charles Le Goffic en habit d'académicien vers 1931 (collection particulière Charles Le Goffic à sa table de travail de Run Ruz (collection particulière) IVR53_20072205791NUCB
    historique :
    Charles Le Goffic, homme de lettres, écrivain célèbre et académicien (1863-1932), officier de la Légion d'honneur, a vécu une grande partie de sa vie dans le Trégor, en particulier à Trégastel, où Il la propriété de sa famille. possèdait une maison au lieu dit Run Ruz. Il fut enterré dans l'enceinte de l'église paroissiale de Trégastel, au bourg, auprès de sa fille Hervine (1901-1909) et de sa compagne Julie Fleury (1870-1944). DE nombreux dessins et photographies représentant Charles Le Goffic dans sa vie quotidienne sont aujourd'hui
    referenceDocumentaire :
    LE GALL, Jean-André. La difficulté d'être breton. Rennes : Edition de la Plomée, 2001.
  • Tombeau de la famille Trémintin, dans le cimetière non étudié (Plouescat)
    Tombeau de la famille Trémintin, dans le cimetière non étudié (Plouescat) Plouescat - dans le cimetière non étudié - en ville
    titreCourant :
    Tombeau de la famille Trémintin, dans le cimetière non étudié (Plouescat)
    dates :
    1966 porte la date
    datationsPrincipales :
    3e quart 20e siècle porte la date
    appellations :
    de la famille Trémintin
    illustration :
    Tombeau de la famille Trémintin (état en 1986) IVR53_19862901274X
    dimensions :
    la 200.0 cm
    historique :
    Un fragment de calvaire du 16e siècle, représentant la Madeleine et un Ecce Homo, a été remployé sur la tombe Tremintin, signée par Crenn. Cette tombe de 1966 porte également un médaillon de bronze représentant les profils de Pierre Trémintin et de son épouse, par M. Delaunay.
    localisation :
    Plouescat - dans le cimetière non étudié - en ville
  • Tombeau : gisant de Jeanne Le Bouteiller
    Tombeau : gisant de Jeanne Le Bouteiller Saint-Lunaire - place du Pilori
    titreCourant :
    Tombeau : gisant de Jeanne Le Bouteiller
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_81 :
    Exemple caractéristique de l'art des tombiers haut-bretons de la fin du 14e siècle ; état de
    statut :
    propriété de la commune
    appellations :
    de Jeanne Le Bouteiller
    illustration :
    Vue générale de 3/4 IVR53_20003501670XA
    profession :
    [commanditaire] Le Bouteiller Jeanne
    historique :
    Ce tombeau, placé sous un enfeu dans le mur sud de l'église, a été identifié comme étant celui de Jeanne Le Bouteiller ; il est daté des années 1380-1400.
    referenceDocumentaire :
    t. 2, p. 355-358, n° 191 COPY, Jean-Yves. Les tombeaux de Haute-Bretagne aux XIVe et XVe siècles . Th. 3e cycle : Hist. Art : Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1981. p. 128 GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray p. 480, ill Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. BANEAT, Paul. Le E. P. Saint-Lunaire. Livre de paroisse. 1873-1994.. (A. paroissiales).
  • Tombeau de Maudez-René Le Cozannet
    Tombeau de Maudez-René Le Cozannet Quemperven - le Bourg - en écart
    titreCourant :
    Tombeau de Maudez-René Le Cozannet
    dates :
    1720 porte la date
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes du Haut Trégor
    illustration :
    Quemperven, le bourg : tombeau de Maudez-René Le Cozannet, vue générale IVR53_20122212631NUCA Quemperven, le bourg : tombeau de Maudez-René Le Cozannet, vue générale IVR53_20122212632NUCA Quemperven, le bourg : tombeau de Maudez-René Le Cozannet, vue de détail IVR53_20122212633NUCA Quemperven, le bourg : tombeau de Maudez-René Le Cozannet, signalétique en place
    canton :
    Roche-Derrien (La)
    historique :
    Le tombeau de Maudez-René Le Cozannet (1666-1720) a été édifié en 1720. Ordonné prêtre dès 1693, il guérisons miraculeuses. Il est mort à Quemperven le 25 juillet 1720 en "odeur de sainteté". Cette expression , évoque l'odeur agréable de fleur que serait censé produire le corps de certains saints juste après leur paroissiale. Son tombeau a fait l´objet de pèlerinage jusqu´au début du 20e siècle. Le Père François-Marie Henry est l´auteur d´un ouvrage intitulé : "Dom Maudez-René Le-Cozannet ; le diocèse de Tréguier au a exercé dans le Trégor, à Langoat (1693-1698), à Lanmérin (1699-1701), à Cavan et Caouënnec (1701 -1708), à Gurunhuel (1709-1711) et à Quemperven de 1712 à 1720. Prédicateur, on lui attribut des
    localisation :
    Quemperven - le Bourg - en écart
    referenceDocumentaire :
    odeur de sainteté. Nombreuses guérisons à lui attribuées (24 illustrations). Le Diocèse de Tréquier au HENRY François.-Marie (Père). Dom Maudez-René Le-Cozannet ; le diocèse de Tréguier au début du p. 227-229 DURAND René. "F. Henry (Père), Missionnaire S. M. Dom Maudez-René Le Cozannet, mort en début du18e siècle", Annales de Bretagne, n° 38-1, 1928.
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Pierre tombale de Joseph Le Gruyer de Kervauduc
    Pierre tombale de Joseph Le Gruyer de Kervauduc Locmalo - en village
    titreCourant :
    Pierre tombale de Joseph Le Gruyer de Kervauduc
    description :
    Pierre monolithe gravée d'une croix de Malte et d'un blason (?) non lu.
    etatsConservation :
    Manque le lys de la Vierge, la colombe dans la main de l'Enfant Jésus (?).
    representations :
    La pierre est gravée en croix d'une croix de Malte et d'une marque en losange (blason ?).
    emplacements :
    à gauche de l'autel
    historique :
    Pierre recouvrant la tombe de Joseph Le Gruyer de Kervauduc, décédé en 1793.
    referenceDocumentaire :
    : Flohic éditions, 2000. (Le patrimoine des communes de France). p. 430 Le patrimoine des communes du Morbihan. Le patrimoine des communes du Morbihan. Paris p.57 Églises et chapelles du pays de Guémené DANIGO, Joseph. Églises et chapelles du pays de
  • Le patrimoine archéologique de Plounéour-Ménez
    Le patrimoine archéologique de Plounéour-Ménez Plounéour-Ménez
    titreCourant :
    Le patrimoine archéologique de Plounéour-Ménez
    observation :
    Partie sud de la commune : site des Monts d'Arrée (site pluricommunal), site inscrit (arrêté du 10
    illustration :
    Près de Roc'h Trédudon : menhir (en 2005) IVR53_20072905505NUCA Près de Pont-Glaz : abri sous roche (fouilles 1990) IVR53_20072905506NUC Le Relec (Ty Croaz) : stèle christianisée (1993) IVR53_20072905507NUC
    contenu :
    le territoire de la commune et elle témoigne, sinon d´un campement, au moins d´un passage de l´homme croix de granite qui prolonge le fût formé par la stèle, peut-être à la demande du père abbé cistercien de l´abbaye (Le Goffic, 1993). Ces deux stèles, toutes deux localisée dans le secteur sud est de la Plounéour-Ménez. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, CXIX, p. 61-69. LE GOFFIC, M., 1990 - Glanes archéologiques finistériennes. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, CXIX, 41-59. LE , au sud de l´abbaye du Relec, est à l´heure actuelle le plus ancien outil préhistorique découvert sur , haut de 1,10 m, de Roc´h Conan (à ne pas confondre avec le faux menhir érigé en 2006, plus grand et se trouvant à quelques mètres à l´est !), ou celui en schiste, haut de 1,20 m, se trouvant sur le versant nord des Monts d´Arrée, non loin du carrefour de Roc´h-Trédudon (Le Goffic, 2005). Il est vraisemblable qu ´il faille dater de l´âge du bronze le coffre mégalithique de schiste inclus dans un petit tertre de
    contribution :
    Le Goffic Michel
  • Tombeau, l'Abbaye (Le Tronchet)
    Tombeau, l'Abbaye (Le Tronchet) Tronchet (Le) - l' Abbaye - en village - Cadastre : 1982 B
    titreCourant :
    Tombeau, l'Abbaye (Le Tronchet)
    dates :
    1903 porte la date
    description :
    Cette tombe est réalisée en granite ; elle se trouve dans un enclos regroupant les sépultures de la
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Tronchet
    historique :
    Ce tombeau en granite date du début du 20e siècle (1903) ; il est la sépulture de Alexis BAGOT, un riche habitant de la commune ayant légué, à sa mort en 1903, à la paroisse du Tronchet, l'abbatiale dont il était propriétaire, ainsi que la somme de 80 000 francs pour la construction d'un hospice.
    localisation :
    Tronchet (Le) - l' Abbaye - en village - Cadastre : 1982 B
  • Tombeau de prêtres,  dans le cimetière non étudié (Plouescat)
    Tombeau de prêtres, dans le cimetière non étudié (Plouescat) Plouescat - dans le cimetière non étudié - en ville
    titreCourant :
    Tombeau de prêtres, dans le cimetière non étudié (Plouescat)
    appellations :
    tombeau de prêtre
    illustration :
    Tombeau de prêtres (état en 1986) IVR53_19862901278X
    dimensions :
    la 200.0 cm
    historique :
    Le tombeau rassemble les dépouilles des recteurs et vicaires de Plouescat morts entre 1833 et 1957 . Il a été élevé à la demande des paroissiens à la limite des 19e et 20e siècles.
    localisation :
    Plouescat - dans le cimetière non étudié - en ville
  • Tombeau de l'abbé Alexandre Le Goff, cimetière non étudié (Tréflez)
    Tombeau de l'abbé Alexandre Le Goff, cimetière non étudié (Tréflez) Tréflez - en village
    titreCourant :
    Tombeau de l'abbé Alexandre Le Goff, cimetière non étudié (Tréflez)
    appellations :
    de l'abbé Alexandre Le Goff de prêtre
    illustration :
    Tombeau de prêtre (état en 1986) IVR53_19862901263X
    inscriptions :
    Inscription sur le soubassement de la croix : M. L’ABBÉ ALEXANDRE LE GOFF PRÊTRE LE 2 AVRIL 1949 DÉCÉDÉ LE 13 SEPTEMBRE 1951 À L'AGE DE 33 ANS. inscription concernant le commanditaire gravé
    dimensions :
    la 85.0 cm
    representations :
    Calice sur le socle de la croix.
    materiaux :
    granite en plusieurs éléments appareillé taillé décor dans la masse décor en bas relief gravé
  • Tombeau de Camille Lebras de Kernoter, dans le cimetière non étudié (Plougar)
    Tombeau de Camille Lebras de Kernoter, dans le cimetière non étudié (Plougar) Plougar - en village
    titreCourant :
    Tombeau de Camille Lebras de Kernoter, dans le cimetière non étudié (Plougar)
    description :
    Tombeau en granite en forme de sarcophage. Croix en kersantite.
    appellations :
    de Camille Lebras de Kernoter
    dimensions :
    la 70.0 cm
    materiaux :
    kersantite décor dans la masse
  • Tombeau de la famille Leroy, rue de Beauregard (Renac)
    Tombeau de la famille Leroy, rue de Beauregard (Renac) Renac - rue de Beauregard - en village - Cadastre : 1986 F3 990
    titreCourant :
    Tombeau de la famille Leroy, rue de Beauregard (Renac)
    dates :
    1871 porte la date 1887 porte la date
    annexe :
    M. le Président expose au Conseil que la commune de Renac vient de perdre un homme de bien, un instituteur que nous venons d'avoir la douleur de perdre. Le Conseil, après avoir délibéré, considérant que instituteur soient à la charge de la commune et prie Mr le Préfet d'approuver la présente délibération Maire propose au conseil de mettre à la charge de la commune les frais des funérailles de notre vertueux seulement il s'efforcait de leur donner l'instruction primaire, mais qu'encore il formait leur coeur à la pratique de toutes les vertus. Bon patriote lui même, il inspirait à ses élèves l'amour de la patrie. En conséquence, le conseil à l'unanimité est d'avis que les frais des funérailles de M. Leroy notre regretté fonctionnaire franc et loyal, son instituteur Monsieur Leroy qui y exerçait depuis 38 ans . . . Monsieur le feu Mr Leroy, notre instituteur communal a instruit depuis près de quarante ans nos enfants ; que non Registre de délibérations du conseil municipal de Renac, 12 juin 1887.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    La plaque épigraphique : vue générale IVR53_20013512136NUCA
    dc_8c9ea02c-ed1c-4f2e-a52e-6e6ef6637292_6 :
    granite ; pierre de taille
    historique :
    Sobre par la caractère massif du bloc de granite taillé en forme de sarcophage, cette tombe laïque est dépourvue de décor religieux, ainsi que le souhaitait ses commanditaires. L'inscription en relief de la plaque de métal fixée sur la dalle en suggère l'état d'esprit : A NOS BONS PARENTS ICI REPOSENT Mr PIERRE LEROY DECEDE INSTITUTEUR PUBLIC LE 6 JUIN 1887 AGE DE 57 ANS MARIE-JOSEPH ROBERT SON EPOUSE DECEDE LE 18 JUIN 1871 A L'AGE DE 37 ANS REGRETS UNANIMES ET SOUVENIRS
    localisation :
    Renac - rue de Beauregard - en village - Cadastre : 1986 F3 990
  • Ensemble des tombeaux de l'abbé Yves Colléoc et de l'abbé Ollivier Hélies, dans le cimetière non étudié (Plougar)
    Ensemble des tombeaux de l'abbé Yves Colléoc et de l'abbé Ollivier Hélies, dans le cimetière non étudié (Plougar) Plougar - en village
    titreCourant :
    Ensemble des tombeaux de l'abbé Yves Colléoc et de l'abbé Ollivier Hélies, dans le cimetière non
    dates :
    1895 porte la date 1898 porte la date
    description :
    Tombeau de l'abbé Colleoc entièrement en kersantite. Inscription sur la 1ère tombe : ICI REPOSE MR 1889 A 1985 DECEDE RECTEUR A PLOUGAR 30 JUIN 1898 A L'AGE DE 58 ANS. Inscription de la 2ème tombe : CI YVES COLLEOC PRÊTRE EN 1865 VICAIRE A ST THEGONNEC 1865 1861 RECTEUR DE ST DERRIEN 1881 1889 DE PLOUYE GIT OLLIVIER HELIES RECTEUR DE PLOUGAR 1879 A 1895 VICAIRE A NIZON 1864 1866 VICAIRE A ERGUE-ARMEL 1866 1868 VICAIRE A ST MARTIN DE BREST 1868 1879 CREDIDI SPERAVI DILEXI ; signature : JACQ A
    datationsPrincipales :
    4e quart 19e siècle porte la date
    appellations :
    de prêtre de l'abbé Yves Colleoc de l'abbé Ollivier Hélies
    illustration :
    Tombeaux de prêtres (état en 1986) IVR53_19862901238X Tombeau de gauche : décor (état en 1986) IVR53_19862901240X
    dimensions :
    la 70.0 cm
    historique :
    Tombeau de l'abbé COLLEOC réalisé en 1898 ; tombeau de l'abbé HELIES réalisé en 1895 par Jacq
  • Tombe de la famille Marec
    Tombe de la famille Marec Etel - Kerévin - rue du Souvenir - en village
    titreCourant :
    Tombe de la famille Marec
    description :
    badigeons peints sur la pierre de granite donnant l'illusion de la pierre blanche, de plaques de marbre et du granite gris, pour certains ornements. La dalle est sculptée d'une croix tandis que la pierre de Tombeau constitué d'un soubassement quadrangulaire monumental supportant une pierre tombale. Le soubassement est de style néo-gothique. A l´image des tombeaux princiers du 15e siècle, il est orné de quatre piliers d'angle et d´arcatures sur les faces latérales. Un effet de polychromie résulte de l'emploi de
    observation :
    Oeuvre de qualité utilisant la sculpture et la polychromie des matériaux dans l'ornementation. Elle
    inscriptions :
    Inscription gravée sur pierre de fond du monument : FAMILLE JULIEN M MAREC.
    dimensions :
    h = 273 ; la = 257 ; pr = 223. Pot à feu = 70 de haut.
    representations :
    à pomme de pin Volutes à palmettes et pommes de pin en amortissement des différentes parties du monument. Pot à
    emplacements :
    dans la partie centrale du cimetière à l'ouest de l'allée principale
    historique :
    famille est connu à Etel comme entrepreneur à l'origine de la création des conserveries Le Bayon en 1921 Tombe située dans la partie ancienne du cimetière d'Etel, ouvert en 1851. Emprunt de style néo -gothique elle pourrait dater des années 1860-1870. Comme l'indique l'inscription elle est commandée par la famille de Julien M Marec à un entrepreneur, tailleur de pierre et sculpteur inconnu. Un membre de cette
  • Monument funéraire et tombe de Anatole Le Braz, "Bois de l'Évêché" dit "Bois du Poète" (Tréguier)
    Monument funéraire et tombe de Anatole Le Braz, "Bois de l'Évêché" dit "Bois du Poète" (Tréguier) Tréguier - Bois de l'Évêché Bois du Poète - en ville
    titreCourant :
    Monument funéraire et tombe de Anatole Le Braz, "Bois de l'Évêché" dit "Bois du Poète" (Tréguier)
    description :
    de granite rose : "Anatole Le Braz / MDCCCLIX / MDCCCCXXVI". Sous la croix celtique, l'épitaphe ou entrelacs (arabesques de feuillages). Au pied de la stèle, on peut lire l'inscription suivante sur un bloc inscription funéraire proclame : "Je suis un fils des monts / adopté par la mer", phrase extraite de Saint -Servais (Poèmes votifs). Le sculpteur Armel Beaufils, auteur de ce monument funéraire, a gravé sa signature au verso de la stèle. Monument funéraire en granite gris bleu en forme de stèle dressée encadrée d'un mur bahut à usage de banc. Il est orné d'une croix celtique (croix dans laquelle s'inscrit un anneau) et de rinceaux et
    statut :
    propriété de la commune
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Anatole Le Braz. Au pied de la stèle, on peut lire l'inscription suivante : "Anatole Le Braz / MDCCCLIX Anatole Le Braz. Au pied de la stèle, on peut lire l'inscription suivante : "Anatole Le Braz / MDCCCLIX Anatole Le Braz, signature du sculpteur Armel Beaufils au verso de la stèle IVR53_20162205398NUCA Tréguier, boulevard Anatole Le Braz : palais épiscopal aujourd'hui hôtel de ville et bibliothèque , étude de Armel Beaufils (maquette) pour le monument funéraire et tombe de Anatole Le Braz située dans le Anatole Le Braz, croix celtique (croix dans laquelle s'inscrit un anneau) et décor de rinceaux (arabesque Anatole Le Braz, croix celtique (croix dans laquelle s'inscrit un anneau) et décor de rinceaux (arabesque Anatole Le Braz, croix celtique (croix dans laquelle s'inscrit un anneau) et décor de rinceaux (arabesque Anatole Le Braz, croix celtique (croix dans laquelle s'inscrit un anneau) et décor de rinceaux (arabesque Anatole Le Braz, croix celtique (croix dans laquelle s'inscrit un anneau) et décor de rinceaux (arabesque
    contenu :
    la suite maître de conférence puis professeur à la faculté des Lettres de Rennes. Anatole Le Braz a de la famille d’Anatole Le Braz : son père, sa belle-mère, quatre de ses sœurs, son beau-frère et un Minihy où il cultivait son potager et faisait de la vannerie. Dans le poème intitulé Joachim du Bellay pris part au mouvement régionaliste en Bretagne en devenant notamment le président de l'Union réside durant la Première guerre mondiale. Il est mort à Menton dans les Alpes-Maritimes le 20 mars 1926 et est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris avant le transfert de ses cendres à Tréguier en 1928. Dans le cimetière Saint-Fiacre de Tréguier sont enterrés, dans une tombe collective, huit membres neveu ainsi que leurs deux domestiques, à la suite d'un naufrage survenu le 20 août 1901, à Plougrescant coin de la rue de la Chantrerie et de la rue de la Croix de Mission », actuellement situé au 1 rue de (extraits des Poèmes votifs), Anatole Le Braz évoque cette demeure : ...Au pays du Trégor, dans la maison
    historique :
    Ornée d'une croix et de motifs celtiques en référence à la culture bretonne qu’Anatole Le Braz y ont été transférées le 8 juillet 1928 à la demande de sa famille et selon son dernier désir. Le aimait tant, cette stèle funéraire située dans le "Bois de l'Évêché" sur les hauteurs surplombant le "Bois de l'Évêché" est aujourd'hui connu sous le nom de "Bois du Poète" en référence à Anatole Le Braz qui y est inhumé. La ville de Tréguier a donné son nom à une école élémentaire publique, à une Guindy a été dessinée par le sculpteur Armel Beaufils (1882-1952) en 1926. Les cendres d’Anatole Le Braz résidence du Centre Hospitalier et au boulevard menant à l'ancien "Bois de l’Évêché".
    localisation :
    Tréguier - Bois de l'Évêché Bois du Poète - en ville
    referenceDocumentaire :
    Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier , 1834 Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834. "Anatole Le Braz et les siens" DUBREUIL, Léon. "Anatole Le Braz et les siens". In: Annales de "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (première partie) BONNET, Philippe . "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (première partie). Ar Men, n° 97, 1999. "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (deuxième partie) BONNET, Philippe . "Les sculpteurs bretons (1900-1950) : La puissance et la grâce" (deuxième partie). Ar Men, n° 99, 1999
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Croix de chemin et 2 dalles funéraires, près de la Ville Pion (Lanhélin fusionnée en Mesnil-Roc'h en 2019)
    Croix de chemin et 2 dalles funéraires, près de la Ville Pion (Lanhélin fusionnée en Mesnil-Roc'h en 2019) Mesnil-Roc'h - Lanhélin près de Ville Pion (la) - isolé - Cadastre : 1982 B1
    titreCourant :
    Croix de chemin et 2 dalles funéraires, près de la Ville Pion (Lanhélin fusionnée en Mesnil-Roc'h
    description :
    Dalle gauche : CI-GIT / M. DE NOUAL DE LA BILLIAIS / NOTAIRE HONORAIRE / décédé à LANHELLIN / le 1er décembre 1917 / à l'âge de 79 ans / De Profondis / CI-GIT / JC LE TOURNEUX / ancien Juge de PAIX / décédé / à l'âge de 87 ans / Priez pour lui ; croix centrale : FAMILLE / DE NOUAL / DE LA BILLIAIS  ; dalle droite : CI-GIT / JC LE TOURNEUX / PRETRE / née l'an 1798 / mort l'an 1828 / Priez pour lui.
    illustration :
    Vue de la croix de famille IVR53_20023506935NUCA Vue de la dalle gauche IVR53_20023506936NUCA Vue de la dalle droite IVR53_20023506937NUCA
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Lanhélin
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    Ensemble composé d'une croix de famille et de deux dalles funéraires appartenant à la famille de Noual de la Billais ; ces monuments pourraient provenir de l'ancien cimetière démantelé au début du 20e
    localisation :
    Mesnil-Roc'h - Lanhélin près de Ville Pion (la) - isolé - Cadastre : 1982 B1
1 2 3 4 Suivant