Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 3 822 - triés par pertinence
  • Fort, Pointe de Bloscon (Roscoff)
    Fort, Pointe de Bloscon (Roscoff) Roscoff - Pointe de Bloscon - bâti isolé
    titreCourant :
    Fort, Pointe de Bloscon (Roscoff)
    etages :
    rez-de-chaussée
    annexe :
    Transcription d'un texte de Poictevin le Jeune de la Renaudière daté du 30 octobre 1694 au sujet du , ingénieur des Levées et turcies de la Loire. 1682, Arnould Le Poictevin, sieur de la Renaudière. Né à Brest Roscou (Roscoff), que jay levé le six octobre dernier, par ordre de Monsieur de Vauban, quil la corrigé le 15e ; je le fais construire de gazon par ses ordres. Il ma fait aussi l´honneur de me donner la 19832900753PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre Le Poictevin d'après BLANCHARD (A.), Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier , 1981, 2 tomes. "Très probablement cette famille de bourgeoisie tourangelle qui donna Nicolas Poictevin de la marine en 1682. On ignore sa première affectation. A Ouessant en 1691. Chargé des travaux de Roscou, jusqu´a Pinpoul (Pempoul), évesché (évêché) de Léon, et depuis Morlais (Morlaix), jusqu´à la , lon continue, a y travailler, le fort, sera parachevé dans un mois, plusieurs habitans, de St Paul
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Plan du fort de Bloscon dressé par Poictevin le Jeune de la Renaudière en 1694, Archives du Génie Profil du fort de Bloscon dressé par Poictevin le Jeune de la Renaudière en 1694 Texte de Poictevin le Jeune de la Renaudière daté du 30 octobre 1694 au sujet du fort de Bloscon Le fort de Bloscon vers 1730, peinture sur bois, collection particulière IVR53_19862901573X Plan du fort de Bloscon vers 1694. Le fort compte treize plate-formes d'artillerie Le fort de Bloscon, vue ancienne (1862-1900) IVR53_20042903407NUCA Vue de la tourelle du fort de Bloscon IVR53_20022901558NUCA l'épaisseur du parapet de la batterie IVR53_20042903920NUCA Plan et profil du fort de Bloscon vers 1694 IVR53_20042903918NUCA , Art. 8, Roscoff, P. A., Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes IVR53_20022901520NUCA
    profession :
    [ingénieur] Poictevin le Jeune de la Renaudière
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Fonction : observer et protéger le chenal de l'île de Batz et le havre de Roscoff. Système défensif de la baie de Morlaix au 17e, 18e et 19e siècles.
    localisation :
    Roscoff - Pointe de Bloscon - bâti isolé
    referenceDocumentaire :
    Mémoire en Images : Roscoff LE VASSEUR, Olivier. Mémoire en Images : Roscoff. Joué-lès-Tours
  • Ensemble fortifié (Mo 95), le Port (Roscoff)
    Ensemble fortifié (Mo 95), le Port (Roscoff) Roscoff - Le Port
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Mo 95), le Port (Roscoff)
    annexe :
     ; il confie la conduite des ouvrages à Poictevin le Jeune de la Renaudière (A. G., Art 8, Roscoff, P. A le plus important de la défense côtière de la baie et le centre de commandement de la capitainerie 19832900130PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "A Roscoff, les travaux sont importants ; deux batteries sont aménagées en 1694, dont le fort de Bloscon. Vauban lui-même signe et corrige les plans et devis corps de garde et des logements pour les officiers. Mis à part le château du Taureau, il est l'édifice . L'autre batterie, appelée fort de la Croix, se situe à l'emplacement actuel de la station de biologie , près de l'église de Roscoff. Faite entièrement en maçonnerie, elle est construite à même le rocher avec une petite poudrière. Une batterie d'un canon est également installée au port, au début de la jetée
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Le port de Roscoff vers 1730, peinture sur bois, collection particulière IVR53_19862901566V Le port de Roscoff vers 1730, peinture sur bois, collection particulière IVR53_19862901730X Le port de Roscoff vers 1730, peinture sur bois, collection particulière IVR53_19862901731P Le port de Roscoff vers 1730 : détail, peinture sur bois, collection particulière Le port de Roscoff vers 1730, peinture sur bois, collection particulière IVR53_19862901574X Vue générale du port de Roscoff depuis la chapelle Sainte-Barbe IVR53_20022901931NUCA Vue de la batterie du vieux quai mise en valeur par l'installation d'une pièce d'artillerie de 12 Vue de la batterie du vieux quai dit quai Tristan Corbière mise en valeur par l'installation d'une Vue de l'échauguette de la maison fortifiée dite de Marie Stuart IVR53_20022901976NUCA Vue cavalière de Roscoff et l'île de Batz : détail IVR53_20042901732NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 95" ou "Mo 95" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 95 et rattaché à la Heer, armée de Terre et la Gast d'après l'état du 15 janvier 1944.
    localisation :
    Roscoff - Le Port
    referenceDocumentaire :
    , dessins. C Fi 1053 - 01 : Elévation de la tour proposée à faire sur l´île de Batz, au devant de Roscoff pour servir de fanal pour la sûreté de la navigation, 1705. C Fi 3169 - 01 : Plan figuratif de l´anse de la ville de Roscoff, projet de construction d´une digue ou d´un quai à Roscoff pour protéger les Archives départementales d´Ille-et-Vilaine Série C. Administrations provinciales. Intendance de Bretagne et subdélégations ; Etats de Bretagne, commission intermédiaire et commissions spéciales des Etats . Série Fi. Documents figurés autres que ceux contenus dans les autres séries et entrés à titre de dons ou terrains situés en bordure de mer, 1772.
  • Ensemble fortifié (Stützpunkt "Roscoff" Mo 94), Pointe de Bloscon (Roscoff)
    Ensemble fortifié (Stützpunkt "Roscoff" Mo 94), Pointe de Bloscon (Roscoff) Roscoff - Pointe de Bloscon
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Stützpunkt "Roscoff" Mo 94), Pointe de Bloscon (Roscoff)
    annexe :
     ; il confie la conduite des ouvrages à Poictevin le Jeune de la Renaudière (A. G., Art 8, Roscoff, P. A le plus important de la défense côtière de la baie et le centre de commandement de la capitainerie YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "A Roscoff, les travaux sont importants ; deux batteries sont aménagées en 1694, dont le fort de Bloscon. Vauban lui-même signe et corrige les plans et devis corps de garde et des logements pour les officiers. Mis à part le château du Taureau, il est l'édifice . L'autre batterie, appelée fort de la Croix, se situe à l'emplacement actuel de la station de biologie , près de l'église de Roscoff. Faite entièrement en maçonnerie, elle est construite à même le rocher avec une petite poudrière. Une batterie d'un canon est également installée au port, au début de la jetée 20042903407NUCA : Centre de recherche bretonne et celtique, Brest
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    typologies :
    lourd de la Seconde Guerre Mondiale fort / batterie de côte du 4e quart 17e siècle. Corps de garde crénélé modèle 1846. Point d'appui
    observation :
    La pointe septentrionale de Bloscon est aujourd´hui laissée à l'abandon... non entretenue, la d´une "décharge sauvage". Une mise en valeur du patrimoine fortifié de la pointe de Bloscon est pointe sert au stationnement de véhicules de livraison des viviers. Par endroit, ce site est à rapprocher
    illustration :
    La chapelle Sainte-Barbe, le réduit de batterie de côte construit en 1862 et reconverti en manoir La pointe de Bloscon : la chapelle Sainte-Barbe sans le réduit de batterie de côte et la villa mais La chapelle Sainte-Barbe sans le réduit de batterie de côte mais hérissée de blockhaus allemands Vue de soldats allemands en exercice derrière le mur défensif de la pointe de Boscon, photo Vue de l'ensemble fortifié de le pointe de Bloscon depuis la chapelle Sainte-Barbe : le fort du 17e Cartouche gravé dans le béton frais donnant la date de construction de la casemate de type 611 : 31 Le fort de Bloscon, vue ancienne (1862-1900) IVR53_20042903407NUCA La pointe de Bloscon et la chapelle Sainte-Barbe, carte postale ancienne antérieure à la Seconde Jour de pardon à la chapelle Sainte-Barbe, carte postale ancienne IVR53_20042903499NUCA Les viviers de la pointe de Bloscon, carte postale ancienne non datée IVR53_20022903052NUCA
    profession :
    [ingénieur] Poictevin le Jeune de la Renaudière
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    , Vauban charge Arnould Le Poictevin, sieur de la Renaudière, ingénieur ordinaire natif de Brest (en charge de la période vaubanienne au Mur de l´Atlantique. Le fort de Bloscon orthographié quelques fois dans Batz : "Le deuxième étage servira de corps de garde, lequel percé de deux créneaux, défendra la la 1ère moitié du 20e siècle. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, le fort de Bloscon est réutilisé corps de garde crénélé est détruit dans la première moitié de l´année 1943 (source orale). Selon le . Selon le rapport Pinczon du Sel, 1946-1947, le point d´appui lourd de la pointe de Bloscon comprenait pièce battait le chenal ouest de l´île de Batz et les abords du port de Roscoff. La partie arrière de la Prigent par la préfecture maritime de Brest le 30 avril 1947 (en réponse à ces lettres des 21 et 26 avril mitrailleuse et un gros bunker casemate armé d'un s MG 37 mm barrant le chenal Est de Batz". Vers la cale de 4800 Francs le mètre cube de béton. "Ce prix n´est pas en rapport avec la surface et la valeur d´un
    localisation :
    Roscoff - Pointe de Bloscon
    referenceDocumentaire :
    Album Mémorial Atlantikwall, Le Mur de l´Atlantique en France 1940-1944 CHAZETTE (A.) - DESTOUCHES (A.) - PAICH (B.). Album Mémorial Atlantikwall, Le Mur de l´Atlantique en France 1940-1944. Bayeux Mémoire en Images : Roscoff LE VASSEUR, Olivier. Mémoire en Images : Roscoff. Joué-lès-Tours
  • Batterie dit fort de la Croix, Station biologique de Roscoff (Roscoff)
    Batterie dit fort de la Croix, Station biologique de Roscoff (Roscoff) Roscoff - Station biologique de Roscoff - bâti dense
    titreCourant :
    Batterie dit fort de la Croix, Station biologique de Roscoff (Roscoff)
    description :
    , près de l'église de Roscoff. La batterie était entièrement construite en maçonnerie à même le rocher La batterie appelée fort de la Croix, se situait à l'emplacement actuel de la station de biologie
    annexe :
     ; il confie la conduite des ouvrages à Poictevin le Jeune de la Renaudière (A. G., Art 8, Roscoff, P. A le plus important de la défense côtière de la baie et le centre de commandement de la capitainerie YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "A Roscoff, les travaux sont importants ; deux batteries sont aménagées en 1694, dont le fort de Bloscon. Vauban lui-même signe et corrige les plans et devis corps de garde et des logements pour les officiers. Mis à part le château du Taureau, il est l'édifice . L'autre batterie, appelée fort de la Croix, se situe à l'emplacement actuel de la station de biologie , près de l'église de Roscoff. Faite entièrement en maçonnerie, elle est construite à même le rocher avec une petite poudrière. Une batterie d'un canon est également installée au port, au début de la jetée ., 1694, lettre du 30 novembre 1694. Cf. Plans du fort de Bloscon, planche XXV). Une grosse batterie y est
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de la pointe de la Croix, cadastre ancien, vers 1840 IVR53_20022902871NUCA Plan de la batterie dit fort de la Croix, cadastre ancien, vers 1840 IVR53_20022902872NUCA Vue générale de la station biologique de Roscoff, ancien emplacement du fort de la Croix
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Fonction : observer et protéger le port de Roscoff et le chenal de l'île de Batz. Système défensif de la baie de Morlaix.
    localisation :
    Roscoff - Station biologique de Roscoff - bâti dense
  • Corps de garde et signal, La Croix (le port) (Carantec)
    Corps de garde et signal, La Croix (le port) (Carantec) Carantec - - La Croix (le port) - en ville
    titreCourant :
    Corps de garde et signal, La Croix (le port) (Carantec)
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de la pointe de la Croix, Carantec, extrait du cadastre ancien, vers 1840, Archives Plan de situation du corps de garde et signal de la pointe de la Croix, Carantec, extrait du
    denominations :
    corps de garde
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    localisation :
    Carantec - - La Croix (le port) - en ville
  • Le balisage de la rivière de Tréguier
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    titreCourant :
    Le balisage de la rivière de Tréguier
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire du patrimoine culturel maritime de l'estuaire de Tréguier
    illustration :
    de la Gaîne (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207416NUCA Phare à secteur de la Corne, allumé en 1876 (photographie : Michel Le Hénaff) IVR53_20182207426NUCA Amer de la Roche Skéviec, face Port Béni, alignement avec le clocher de Saint Michel pour passer Le Beg ar Vor, bateau de service des Phares er Balises de Lézardrieux vient de relever la balise tribord de la Pierre à Chenal, pour entretien au sec (photographie : Michel Le Hénaff Bouée tribord de la Roche Gorrec, en amont du môle de la Roche Jaune (photographie : Michel Le Bouée bâbord du Ven, signalant un haut fond sableux dans un méandre de la Rivière, sous le manoir Carte de la rivière de Tréguier par Laisné, 1699 (source : Bibliothèque Nationale de France Carte de la rivière de Tréguier (source : Bibliothèque Nationale de France) IVR53_20182207413NUCA Carte de la rivière de Tréguier par Beautemps-Beaupré, 1837, annotée avec balisage numéroté des
    contenu :
    -la-Chaîne et Saint-Antoine mis en route le 25 décembre 1863 ; puis le phare à secteur de la Corne tourelle blanche, par le clocher de l’ancienne chapelle Saint-Michel. Le chenal secondaire de la Gaine permet à marée suffisante, aux bateaux de petit tonnage d’approcher par l’est le phare de la Corne départ de la tourelle cardinale nord des trois Pierres d’atteindre le petit havre de Port Béni. Les abords rocheux, à l’embouchure de la rivière de Tréguier, ont de tout temps rendu son accès des plus compliqué et ce n’est pas les bancs sableux du Taureau et de la pointe du Ven qui facilite son parcours. Les 17 kilomètres du chenal principal qui séparent la basse Crublent du port de Tréguier charpenté de fer coiffé de la marque du même métal. Venant du large, nous trouvons la bouée bâbord de Crublent, la bouée bâbord du Corbeau, en face la bouée tribord de la Pierre à l’Anglais, les deux tourelles de Pen Ar Guézec et la bouée tribord du Petit Pen ar Guézec, à terre les perches tribord de Dourounés
    historique :
    /Gallica). Le texte en encarté de la carte nous explique comment embouquer la Rivière avec les par la mairie de Tréguier, d’un marché à Pierre le Goïc, négociant à Bréhat, pour l’établissement du emportées par les tempêtes. Au cours du 19e siècle, des travaux complèteront le balisage de la rivière de plaisance en 1981, le balisage a été prolongé jusqu’au premier ponton, l’espar bâbord de la pointe Carte et "observations de la Rivière de Tréguier" par sa Seigneurie Amiral Laisné, 1699 ( BNF connaissances du 17e siècle : "il ne faut pas entrer dans la Rivière de Tréguier qu’il n’y aye demie marée montante à cause de la barre où il ne reste point d’eau de basse mer… après la point Nord et de l’Isle Der balisage sur cinq rochers : la pierre à Corbeau, le Pen ar Guezec, le petit Taureau, la pierre à Chenal et être mises en place. L’entrepreneur est chargé de prendre sur le quai de Tréguier les balises ; il sommes en période de blocus des côtes par les anglais. Bien que le Goïc demande au préfet 6 militaires
    contribution :
    Contributeur Le Hénaff Michel
    referenceDocumentaire :
    4 S 91, S supplément article 606 : phare de la Corne 4 S 91, S supplément article 606 : phare de S supplément article 607 : feux de Port-la-Chaîne et Saint Antoine S supplément article 607 : feux de Port-la-Chaîne et Saint Antoine. S supplément art 639 : carte Beautemps-Beaupré, annoté avec balisage numéroté des passes de la numéroté des passes de la Rivière de Tréguier (circa 1956). Pilote côtier, Côtes Nord de la France, troisième partie : Des Héaux de Bréhat au cap de la Hague THOMASSIN, Anastase. Pilote côtier, Côtes Nord de la France, troisième partie : Des Héaux de Bréhat au cap de la Hague. Paris : Challamel aîné, 1875, p. 357. Bibliothèque nationale de France, Gallica : cartes anciennes. Bibliothèque nationale de France A S 90 : marchés balises le Goïc A S 90 : marchés balises le Goïc.
  • Château de La Janais (Le Rheu)
    Château de La Janais (Le Rheu) Rheu (Le) - la Janais - en écart
    titreCourant :
    Château de La Janais (Le Rheu)
    etages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Rennes, le long de la route de Lorient (RN 24). Selon l’acte de vente de 1905, le domaine s’étend alors le logis. Situés en partie nord du domaine, le logis et les dépendances sont groupés le long de la , d’une écurie avec sellerie, d’une orangerie, d’une étable et d’une remise à outils dans le fond de la la forme de deux entités rectangulaires accolées l’une à l’autre. Le premier volume présente un plan Elévation : alternance d'assises de brique et de bandeaux de crépi. (Elise Lauranceau, 2004) Le domaine L’actuel château est construit sur l’emplacement de l’ancien manoir de la Jaunais; à proximité de de schiste surmonté d’une grille sur sa partie nord. Traversé par la rivière de la Flume, il dispose d’un parc arboré à l’anglaise, d’un grand potage et d'une mare préesnte sur le cadastre de 1934,errière , attenante à la cour, d’un cellier avec un grenier à l'étage, adossé au château, et d’une remise, de boxes façade principale du logis est orientée vers le sud-ouest. De plan massé, le bâtiment se présente sous
    hydrographie :
    La Flume
    cadresEtude :
    inventaire topographique Le Rheu
    illustration :
    Pigeonnier, détail de la partie haute. IVR53_20003500402X Vue de situation de la route. IVR53_20003500399X Détail de la porte d'entrée. IVR53_20003500405X Château de la Janais : vue depuis la propriété IVR53_19753506074Z Chateau de la Janais : vue du Lindon. IVR53_19753506075Z Vue de situation est. IVR53_20003500408X Elévation sud avec l'écurie et le pigeonnier. IVR53_20003500401X Tourelle en limite de propriété. IVR53_20003500406X
    contenu :
    Communément appelé château de la Janais, cette maison de maître est un exemple d’architecture de prestige construite à la fin du 19e siècle. Elle reprend des caractéristiques typiques de ce siècle matériaux s’inscrit dans la tradition française de la polychromie (style Louis XIII), tout en créant une , notamment au niveau de l’utilisation de matériaux modernes et de son esthétique éclectique. L’alternance des
    historique :
    Château construit à la fin du 19e siècle sur le site de l'ancien manoir de la Jaunais. (Elise Lauranceau, 2004) Construit en 1893, le château de la Janais est le symbole de la réussite sociale de son commanditaire, Emile Jean Martin, fabricant de brosses à Rennes au quai de la Prévalaye. En 1905, le château est successivement de propriétaires avant d'être achetée par la Société Citröen qui la transforme en foyer mis aux enchères et vendu pour 46. 000 Francs anciens. Par la suite, la propriété change
    contribution :
    Contributeur Service régional de l'Inventaire de Bretagne
    localisation :
    Rheu (Le) - la Janais - en écart
    referenceDocumentaire :
    communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Collection Le Patrimoine des communes de France). p. 35-40 Le Rheu, chronique d'une commune du pays de Rennes RENOULT, Michel. Le Rheu, chronique Le Rheu au pays de Rennes en Bretagne RENOULT, Michel. Le Rheu au pays de Rennes en Bretagne. 1998. t. 3, p. 274 Le département d'Ille-et-Vilaine : histoire, archéologie, monuments BANÉAT, Paul. Le p. 1017 Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, Le patrimoine des d'une commune du pays de Rennes. 1977. Dossier de pré-inventaire 1975 Dossier de pré-inventaire, Service de l'inventaire du Patrimoine de
  • Corps de garde, le Champ de la Rive (Saint-Pol-de-Léon)
    Corps de garde, le Champ de la Rive (Saint-Pol-de-Léon) Saint-Pol-de-Léon - le Champ de la Rive - bâti lâche
    titreCourant :
    Corps de garde, le Champ de la Rive (Saint-Pol-de-Léon)
    annexe :
    de la baie et croiser le feu avec l'île Callot. Cheval affirme qu'au milieu du XVIème siècle l'îlot début du XVIIIème siècle, de poudrière. Le corps de garde est à un quart de lieue de la batterie sur une hauteur à l'Est de Saint-Pol-de-Léon appelé le Champ de la Rive. Après la fin de la guerre de la YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "Sur l'îlot Saint-Anne des ouvrages vont être aménagés dès le Moyen-Age pour défendre le port de Pempoul. Avec l'envasement progressif de ce havre et le batterie et un corps de garde vont être disposés à la fin du XVIIème siècle pour défendre la partie Ouest E 613/3, Fonds Prigent de la Portenoire, major de la capitainerie garde-côtes de Saint-Pol-de-Léon reconstruites, un nouveau corps de garde voûté est élevé au Champ de la Rive (de 21 pieds de long sur 19 de reçoit trois canons en casemates (CHEVAL, Paul. "Les baies de Morlaix et leur défense". Baie de Morlaix
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Vue générale de l'îlôt Sainte-Anne depuis le Champ de la Rive IVR53_20022901926NUCA Vue de la baie de Morlaix depuis le Champ de la Rive, en arrière plan le château du Taureau Plan de situation du corps de garde du champ de la Rive devenu vigie de la douane au cours du 19e siècle, extrait du tableau d'assemblage de la commune de Saint-Pol-de-Léon, 1848, Archives Plan de situation du corps de garde du champ de la Rive devenu vigie de la douane au cours du 19e
    denominations :
    corps de garde
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    signaux. Système défensif de la baie de Morlaix. Vers 1742-1744, le site de l'îlôt Sainte-Anne est Fonction : observer et protéger le havre de Saint-Pol-de-Léon et Pempoul. Poste de relais des de garde voûté est élevé au Champ de la Rive.Il mesurait 21 pieds de long sur 19 de large.
    localisation :
    Saint-Pol-de-Léon - le Champ de la Rive - bâti lâche
  • Château de la Rançonnerie (Le Pertre)
    Château de la Rançonnerie (Le Pertre) Pertre (Le) - Cadastre : 1986 BA 107, 108,109,111
    titreCourant :
    Château de la Rançonnerie (Le Pertre)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    croupe. Epi de faîtage. La travée centrale est marquée par un escalier droit en-avant de la porte d'entrée, l'emploi de la pierre de taille de calcaire et par la présence de pilastres, et d'un fronton de la famille sont apposées sur la lucarne centrale de la façade sur cour, l'initiale D sur la clé de Edifice de plan rectangulaire, double en profondeur comprenant un rez-de-chaussée surlévé, un étage carré et un étage de comble. Façade principale à 5 travées ordonnancées. Gros oeuvre en partie enduit avec soubassement et encadrements de baies en pierre de taille de granite. Toiture à longs pans et triangulaire interrompu par une lucarne. Les baies du rez-de-chaussée sont ouvertes en plein-cintre. Les armes la porte d'entrée.
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Le Pertre
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue générale de la façade principale IVR53_20033500207NUCA La chapelle IVR53_20033500209NUCA
    profession :
    [architecte] Cossé-le-Vivien Jean Housse [commanditaire] Sallier du Pin de
    historique :
    sous la Restauration, par l'architecte Jean Housse de Cossé-le-Vivien. La chapelle Notre-Dame de la A cet endroit existait un ancien manoir mentionné en 1649 et appartenant aux Le Page. L'édifice actuel est construit entre 1838 et 1840 pour Edouard du Fougerais, sous-préfet de Vitré puis de Mayenne Présentation est construite en 1854 dans un style néogothique par la famille Sallier du Pin.
    localisation :
    Pertre (Le) - Cadastre : 1986 BA 107, 108,109,111
    referenceDocumentaire :
    Fleurigné (I. et V.) Le château de Bois Février A.D. 35. Fonds Lagrée : 6 Fi (cartes postales p. 281 ORAIN, Adolphe. Géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine. Rennes : imp. A. Le . Le Roy, 1882.
  • Le Temple de Lannouée, le Haut Lannouée (Yvignac-la-Tour)
    Le Temple de Lannouée, le Haut Lannouée (Yvignac-la-Tour) Yvignac - Haut Lannouée (le) - en village
    titreCourant :
    Le Temple de Lannouée, le Haut Lannouée (Yvignac-la-Tour)
    description :
    Le Temple de Lannouée est situé au lieu-dit du Haut-Lannouée à 4 kilomètres au nord-est du bourg manoir dit des Salles et la chapelle. Si le manoir présente une architecture datant principalement du -circulaire. De la nef, seules les fondations et substructures sont aujourd’hui visibles, mise en valeur grâce aux sondages archéologiques de 1981. La façade nord est composée d’un portail en arc brisé simplement clôture du cimetière, mise au jour lors de fouilles de 1981, est partiellement visible au sud de la nef et d’Yvignac et à 2 kilomètres au sud de Trébedan. De l’ancien domaine hospitalier, il reste une partie du XVIIe siècle, la chapelle qui fait face, a conservé des élévations romanes. C’est un édifice à nef chanfreiné à archivolte à retour et surplombée d’une ouverture quadrangulaire comblée. La façade sud n’est percée que d’une porte en plein-cintre aux claveaux serrés encadrée de quatre boulins. L’abside est éclairée par trois fenêtres, la baie axiale est romane, étroite et à linteau monolithe en berceau, la baie
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Chapelle Saint-Jean-Baptiste, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211963NUCA Façade sud, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211964NUCA Baie sud, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211966NUCA Mur de séparation entre la nef et le choeur, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour Façade nord, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211968NUCA Portail de la façade nord, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211970NUCA Baie sud (meurtrière), Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211971NUCA Baie axiale romane, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211972NUCA Clôture du cimetière (?), Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211973NUCA Base de contrefort, abside, Le Temple de Lannouée (Yvignac-la-Tour) IVR53_20152211974NUCA
    historique :
    Hospitalier de La Feuillée est mis en possession de la domus de Lannoys. Dans le courant du XIVe siècle, le début du XVIIe siècle, le manoir de la Guerche étant en partie détruit, le commandeur François de domaines de Bretagne de 1681, il est précisé que le manoir principal est sittué en la paroisse de Ivignac visite de La nouée en 1747, les frères sont accueillis par Olivier Botrel, métayer du lieu. Le procès , Jan Branchu, est chargé de dire la messe les dimanches et lors de fêtes annuelles et que le membre de Lannouée possède une basse et moyenne justice qui s’exerce en la ville de Dinan. Le domaine de Lannouée est En 1182, les Templiers se voient confirmer une aumône à Lanhoe par la charte confirmative de Conan . En 1313, lors de la dévolution des biens templiers aux Hospitaliers, Jean de Châlons, commandeur Temple de Lannouée est rattaché à la commanderie de La Guerche, car en 1395, frère Nicolas Seguin reçoit plusieurs aveux en tant que commandeur de l'Hospital du Temple de la Guerche et de la Noueix. En 1578, une
    localisation :
    Yvignac - Haut Lannouée (le) - en village
    referenceDocumentaire :
    Le Temple et la chapelle de La Nouée en Yvignac (XIIe-XVIIIe), la question des inhumations au XVIIe siècle PLESSIX, Th. « Le Temple et la chapelle de La Nouée en Yvignac (XIIe-XVIIIe), la question des Réformation des domaines de Bretagne, commanderie de La Guerche, 1681. Améliorations de la commanderie de La Guerche, 1747 inhumations au XVIIe siècle », dans Bulletin de la Société d’Émulation des Côtes du Nord, 1935, T.67, p.229 Le Temple de Lannouée en Yvignac (Côtes-du-Nord) Geneviève LE LOUARN-PLESSIX, René PLESSIX, « Le Temple de Lannouée en Yvignac (Côtes-du-Nord) », plaquette éditée par l’association Les amis de la Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.
  • Atelier de chantier naval Stipon, le Sillon, le Fret (Crozon)
    Atelier de chantier naval Stipon, le Sillon, le Fret (Crozon) Crozon - le Fret - le Sillon - en écart - Cadastre : BE2
    illustration :
    Le chantier Stipon en 1973 IVR53_20072908855NUC Vue générale de l'atelier de chantier naval Stipon IVR53_20062908517NUCA Vue arrière de l'atelier de chantier naval Stipon IVR53_20062908516NUCA Cabane de l'atelier de chantier naval Stipon IVR53_20062908515NUCA Vue intérieure de l'atelier Stipon IVR53_20062908514NUCA
    localisation :
    Crozon - le Fret - le Sillon - en écart - Cadastre : BE2
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_1 :
    Activités artisanales et industrielles liées à la mer
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_2 :
    Il y a une dizaine d´années, l´association du Fret avait projeté l´établissement d´un écomusée de la construction navale dans les cabanes Stipon, mais ce projet semble aujourd´hui abandonné.
    titreCourant :
    Atelier de chantier naval Stipon, le Sillon, le Fret (Crozon)
    description :
    Situé sur le sillon, à la sortie du Fret côté étang, le chantier comprend quatre cabanes mitoyennes en bois, recouvertes de coaltar (goudron utilisé pour prévenir la pourriture du bois), assurant ainsi encadrements de couleur bleue, comme les 9 fenêtres et les portes sur la façade (côté route). La superficie porte, tous dotés d´encadrements peints en beige. Sur le pignon, deux fenêtres possèdent des couverte par les quatre cabanes atteint environ 150 m² (au maximum, l´ensemble mesure 25 m de long sur 6 m de largeur). Celles-ci sont recouvertes d´un toit à double pente, en tôle.
    statut :
    propriété d'un établissement public de l'Etat
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt paysager et pittoresque ; intérêt de mémoire
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    C´est dans ce chantier naval qu´ont travaillé trois des charpentiers les plus actifs de la Presqu'île : G. Stipon, A. Tertu et J. Belbéoc'h. Les célèbres baraques noires sur le sillon évoquent
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    ferait oublier tout un pan de la mémoire maritime du Fret. Pourquoi ne pas relancer, par ailleurs, le Conserver ces bâtiments qui contribuent à la diversification du paysage du sillon, comme le demande une grande majorité des personnes interrogées. Plusieurs chantiers de construction navale ont animé le sillon du Fret entre les années 1920 et 1980. La disparition des dernières traces de cette activité projet d´écomusée de la construction navale locale envisagé dans les années 1990 ? Ce bâtiment pourrait également plus modestement être transformé en site d´information historique sur la construction navale, en lien avec d´autres sites sur le front portuaire du Fret (écluse, gare, bureau du garde maritime, Tour du Fret), en consolidant, le cas échéant, le bâti existant.
    denominations :
    usine de construction navale
    historique :
    Après avoir lancé le second chantier naval de Crozon en 1921 à l'Île Longue (après celui de P achetées en 1920 lors d'une adjudication. Il signe un bail avec la commune de Crozon pour s´installer sur . Mazin installé à Rostellec à la fin du 19e siècle), Georges Stipon (père) s'installe au Fret un an plus tard. Les baraques qu'il utilise proviennent d'un camp de prisonniers situé sur l'Île Longue et ont été un terrain situé entre le sillon et l'étang du Fret. Travaillant d'abord tout seul, Georges Stipon chantiers navals. Georges Stipon (père) cesse son activité en 1963, date à laquelle ses fils reprennent le chantier qui devient la SARL "Chantiers Stipon Frères", qui va fonctionner jusqu'en 1988. Restaurées en 1993, les baraques appartiennent depuis au Conservatoire de l'Espace Littoral et des Rivages Lacustres . Plus de 700 bateaux de pêche, mesurant entre 14 et 17 m, y auraient été construits entre 1922 et 1988 . Le chantier Stipon a compté jusqu´à seize ouvriers qui ont ainsi construits langoustiers, caseyeurs
    referenceDocumentaire :
    p. 14-15 CHANTEREAU, Loïc. Le chantier Stipon. Crozon : Le Presqu'Îlien. La construction navale en Année 1922 Registres de délibérations du conseil municipal de Crozon.
  • Le Réchou (Plounérin)
    Le Réchou (Plounérin) Plounérin - Ar Rechou - isolé
    titreCourant :
    Le Réchou (Plounérin)
    description :
    chapelle et le moulin en contrebas, il n’y a ni manoir, ni demeure dépendant de la commanderie et il n’est nullement fait mention de la fontaine Saint-Jean, qui existe encore aujourd’hui. Les différents archives concernant les possessions hospitalières du Réchou ne mentionnent que la
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne
    illustration :
    Chapelle Saint-Jan du Rechou. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705 (A. D. de La Vienne Moulin du Réchou. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705 (A. D. de La Vienne, 3H1 444 Chapelle Saint-Jan du Rechou. Dessin à la plume aquarellé, 1731 (A. D. de La Vienne, 3H1 450 Moulin du Rechou. Dessin à la plume aquarellé, 1731 (A. D. de La Vienne, 3H1 450 Fontaine Saint-Jean, Le Réchou, Plounérin IVR53_20152211754NUCA
    denominations :
    fontaine de dévotion
    historique :
    doubles. Au siècle suivant, dans le procès-verbal de 1758, le commandeur de La Feuillée fait rédiger une note très précise du mauvais état de la chapelle : Cette chapelle du Raport de francois Le Sech Lambry quand dessus du Maitre. La Couverture est en mauvais Etat de Reparation Le tout est très Indescent Dès 1182, les Templiers se voient confirmer une aumône au village lerachoou, dans le territoire de la paroisse de Plounérin. En 1631, toutes les offrandes et revenus de la chapelle sainct Jan du Rechou appartiennent au commandeur de La Feuillée, plus les quevaises y estans subicts pareillement au Rentes et dismes et autre suire le moulin du Rechou dependant de lad. Commenderye Comme tous les autres subicts soubz la banlieu. Cependant, dans l’état des revenus de la commanderie de 1697, la chapelle est trouvée par le commandeur en grandes indigences de reparement et d’ornement. Sur le croquis d’arpentement de La feuillée levé en 1705, la chapelle adopte un plan à nef unique flanquée au sud d’une chapelle
    referenceDocumentaire :
    Etat des revenus de la commanderie de La Feuillée par le commandeur Léonor de Beaulieu de Belthomas Procès-verbal des améliorations de la commanderie de La Feuillée, commandeur du Bouilly de Turcant Aveu pour la commanderie du Palacret, commandeur de Saint-Offange, 1631. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1705, reliure en veau, Tome 1, sans pagination. Terrier de la commanderie de La Feuillée, 1731, reliure en veau, Tome 5. de Resnon, 1758. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.
  • Château, La Vieuville (Le Châtellier)
    Château, La Vieuville (Le Châtellier) Châtellier (Le) - la Vieuville - isolé
    titreCourant :
    Château, La Vieuville (Le Châtellier)
    description :
    sous-sol, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et deux étages de comble. La façade principale mâchicoulis se trouve sous le niveau du toit ; celui-ci est percé d'une série de lucarnes à fronton pignon couronné d'un fleuron. Le domaine est composé d'un parc, d'un étang doté d'un bélier et de plusieurs bois . Le bélier est daté de 1876 ; il s'agit d'un dispositif mécanique et hydraulique qui permet de pomper l'eau à une certaine hauteur en utilisant l'énergie d'une chute d'eau de hauteur plus faible. Le principe utilise l'énergie cinétique d'une colonne d'eau ayant pris de la vitesse et étant arrêtée Ce château est composé d'un édifice de plan allongé symétrique, avec un corps central cantonné de deux tours circulaires au sud et de deux pavillons saillants au nord. L´élévation comprend un niveau de (sud), construite en pierre de taille de granite, est marquée par un avant-corps central à pans coupés avec perron à deux volées d'escalier convergentes et surmonté d'un toit polygonal. Un décor de
    annexe :
    ´année 1823 et de dame Sophie-Rose Delanoe de la Bastille, son épouse, décédée à Rennes le 18 mars 1822 , les dits biens consistants en : Le château et la retenue de la Vieuville ; La Métairie de la Porte  ; La Métairie de la Sionnais ; Le Moulin de la Vieuville ; La métairie du Boulay ; La Métairie de la Bressais ; La Métairie de Chaumeul ; La Closerie du même lieu ; La Closerie de la Galoderie ; Et le loyer de la Déshérence au bas Pérou ; Le tout en la commune du Châtellier, pour appartenir un de ces lots à Dame Sophie Charlotte Thérèse Patard de la Mélinière, leur fille aînée, émancipée par le mariage demeure à Fougères, près le rue du marché et l´autre à Demoiselle Marie-Clothilde Patard de la Mélinière , aux opérations qui nous sont confiées, de la manière et ainsi qu´il suit : Le Château et la retenue de la Vieuville, commune du Châtellier, la dite retenue occupée par Pierre Renard. Le château composé cheminée de la chambre est dans le pignon occidental. Cette chambre est éclairée par une fenêtre au midi
    typologies :
    l'analyse stylistique de l'édifice permet l'attribution de la construction de ce château à châteaux situés dans le département d´Ille-et-Vilaine présentent en effet une architecture proche de celle du château de la Vieuville. Ils ont d´ailleurs été construits à la même époque, dans les années 1850 souvent construits sur des sites d´anciens manoirs. Les châteaux de la Haute-Forêt à Bréal-sous-Montfort ou encore de la Noé-Saint-Yves à Bain-de-Bretagne en sont des exemples l'architecte Jacques Mellet qui réalise, autour de 1860, une série d'édifices comparables sur lesquels certains éléments tels que les tours, les échauguettes, les mâchicoulis... sont récurrents. La formule éclectique du
    illustration :
    Le manoir sur le cadastre de 1833 IVR53_20103510714NUCA Vue sud-est, détail de la façade IVR53_20103506056NUCA Vue de la salle à manger IVR53_20103506129NUCA Vue de la salle à manger IVR53_20103506126NUCA Tapisserie de la salle à manger IVR53_20103506127NUCA Tapisserie de la salle à manger IVR53_20103506128NUCA Vue de l'escalier depuis le vestibule IVR53_20103506113NUCA Chaumeul d'A Haut, ferme dépendant de la Vieuville IVR53_20103512088NUCA Bâtiment situé au sud-est de la Sionnais et dépendant de la Vieuville IVR53_20103512087NUCA La Sionnais, ancienne ferme dépendant de la Vieuville IVR53_20103512086NUCA
    precisionsProtection :
    portail, les murs de clôture attenants et la grille en fer forgé de l'ancien hôtel Le Harivel placés à Inscrit MH partiellement depuis 1946. Inscription MH en 2013 des parties suivantes: le logis 19e étage avec son décor du 17e siècle ; les communs 19e siècle pour leurs façades et toitures ; le jardin ; le parc paysager avec ses pièces d'eau et ses ouvrages hydrauliques (fontaine, bélier, etc.) ; le l'entrée de l'avenue. (Cad. section B, parcelles n°532, 533, 534, 561, 562, 563, 564, 565, 580, 581, 582 septembre 2013, le présent arrêté se substitue à l'arrêté d'inscription du 22 février 1946.
    historique :
    ainsi que celle de la chapelle funéraire qui se trouve dans le cimetière. Le fait que Jacques Mellet ait déjà travaillé dans la commune a vraisemblablemnet influencé le propriétaire de la Vieuville dans le -Vilaine dans les années 1850-1860. Ces plans témoignent du fait que le propriétaire de la Vieuville de de connaître le plan de l'édifice et la disposition des différentes pièces par niveau à cette époque . Le sous-sol était un espace réservé aux domestiques, la partie nord était composée de deux caves (à deuxième étage était composé de sept chambres. Le portail et la grille proviennent de l'ancien hôtel Le Le commanditaire de ce bâtiment est Monsieur Saturnin Le Mercier des Alleux. Le château a été construit au cours du 3e quart du 19e siècle par l´architecte Jacques Mellet, la date de 1869 a d´ailleurs auparavant dans la commune du Châtellier car, on lui attribue la construction de l´église entre 1849 et 1853 choix de cet architecte. Jacques Mellet a beaucoup oeuvré dans le département d´Ille-et-Vilaine puisqu
    localisation :
    Châtellier (Le) - la Vieuville - isolé
    referenceDocumentaire :
    Le guide de l'Ille-et-Vilaine FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire . GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour -Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. OGÉE, Jean-Baptiste . Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le patrimoine maritime culturel de la commune de Crozon
    Le patrimoine maritime culturel de la commune de Crozon Crozon
    titreCourant :
    Le patrimoine maritime culturel de la commune de Crozon
    siteSecteurZoneProtection :
    zone de protection
    annexe :
    liées à la mer et le balnéaire à partir de la création de la station de Morgat par la famille Peugeot cap de la Chèvre et le site de l´Aber. En ce qui concerne les potentialités de mise en valeur des également d´un grand intérêt dans le cadre d´un réaménagement de ces sites intégrant la diversité des , la pêche et le balnéaire se développent en même temps à Morgat, l´arrivée de voyageurs à destination revue Le Presqu´îlien parue de 1982 à 2004 et la revue Avel Gornog qui existe depuis 1993), malgré des être faites. Du point de vue du patrimoine culturel, le site de Morgat est caractérisé par la préservé de la poldérisation et de la spéculation foncière (rachat de 87 hectares par le Conservatoire du Littoral). Le fort de l´Aber et la motte féodale de Rozan viennent d´être intégrés à la Route des dans le rapport de Xavier Henry (1981) et de soutenir la municipalité dans ses intentions d´intégrer dispose déjà de deux outils : le Plan Local d´Urbanisme (actuellement en cours d´élaboration) et la Zone
    type :
    dossier de l'aire d'étude
    illustration :
    Schéma de classement des dossiers électroniques de la commune de Crozon (voir annexe 3 Tableau de Degré de Reconnaissance patrimoniale (par la population enquêtée) des éléments cités au Tableau de Degré de Reconnaissance patrimoniale (par la population enquêtée) des Eléments Cités à Evolution de la population à Crozon depuis l'Ancien Régime IVR53_20072908847NUC Carte de la Rade de Brest en 1794 IVR53_20082908383NUC Vue générale de la commune de Crozon IVR53_20072908841NUC Vue de la plage de Trez-Rouz IVR53_20082908300NUCA Vue de la pointe de Dinan IVR53_20082908298NUCA Vue du massif dunaire de la Palue IVR53_20082908320NUCA Vue du cap de la Chèvre IVR53_20082908301NUCA
    historique :
    , dont le petit port du Fret au nord et la station balnéaire de Morgat au sud. Elle est caractérisée par de la pêche côtière et sardinière pour le premier et le transport de marchandises et de personnes pour le second en relation avec la grande ville militaire de Brest. La fin du 19e siècle est marquée Camaret. Le Fret s´oriente vers le dragage des huîtres et de la coquille Saint-Jacques. Simultanément, un intervenir dans le courant du 20e siècle : la petite agriculture de subsistance périclite tandis que la pêche par une crise générale de la filière halieutique, confrontée à la raréfaction de la ressource, et le culturel de la commune peut être une façon de renforcer cette dynamique. En effet, le patrimoine maritime Morgat, Le Fret, Rostellec, l´Aber, les écarts du Cap de la Chèvre (la base militaire de l´Ile Longue n La commune de Crozon s´étend sur la majeure partie de la presqu´île de Crozon, limitée au nord par la rade de Brest et au sud par la baie de Douarnenez, elle ouvre également à l´ouest sur la mer d
    referenceDocumentaire :
    p. 119-140 TOUDOUZE, Georges-Marie. La presqu´île de Crozon. La Baule : Editions de Bretagne, 1947. 469 p CALVEZ, Louis. La Presqu´île de Crozon, histoire, art, nature. Paris : Nouvelle librairie de HENRY, Xavier (Architecte DPLG). Etude de protection des villages du Cap de la Chèvre. Commune de p. 37-39 CADIOU, Didier. L´Aber, de la préhistoire à l´histoire. Crozon : Avel Gornog, n° 1, 1993. p. 2 CELARIE, Martine. La pêche en presqu´île sauvée grâce aux femmes ? Crozon : Le Presqu´îlien, n p. 48-54 CADIOU, Didier. Chemin de ronde en presqu´île de Crozon. Evolution de la fortification p. 36-38, 46-47, 53 CADIOU D., DIZERBO A., KERDREUX J.J., LE FLOC´H J.-L., SIMON M. La presqu´île de Crozon à la veille de la Révolution. Mairie de Crozon, Conseil Général du Finistère, Conseil RECOUVRANCE, Sébastien. La presqu´île de Crozon. Paris : Editions Jean-Paul Gisserot, 1996. p. 36-39 LEFRANC, Olivier. La pêche au thon autrefois. Souvenirs... Crozon : Le Presqu´îlien. N° 77
  • Le patrimoine maritime culturel de la commune de Séné
    Le patrimoine maritime culturel de la commune de Séné Séné
    titreCourant :
    Le patrimoine maritime culturel de la commune de Séné
    siteSecteurZoneProtection :
    zone de protection
    annexe :
    POPULATION ENQUETEE La population désire que soit entretenu et reconnu le patrimoine maritime culturel de circuits maritimes dans le golfe du Morbihan avec divers gîtes d´étape (par exemple, la Tour de Ténéro), de composition sociale de la commune de Séné. Le capital patrimonial de cet espace est donc menacé par la forte individualisé durant la seconde moitié du 19e siècle et le début du 20e siècle, il est important de bien les des pêcheurs dans la presqu´île de Séné, l´histoire du cabotage à Montsarrac, l´activité salicole, le objectifs, la municipalité dispose déjà de plusieurs outils : le Plan Local d´Urbanisme, le Schéma de Mise Annexe 5 : Tableau de Degré de Reconnaissance Patrimoniale (par la population enquêtée en 2007) des Annexe 3 : Schéma de classement des dossiers électroniques de la commune de Séné 20075605784NUC : - Extrait de 'Carte du Morbihan', Paris : Dépôt des cartes et plans de la Marine ENQUETE DE PERCEPTION DU PATRIMOINE MARITIME CULTUREL DE SENE I DEROULEMENT DE L´ENQUETE I-1 La
    type :
    dossier de l'aire d'étude
    illustration :
    Schéma de classement des dossiers électroniques de la commune de Séné (voir annexe 3 Tableau de Degré de Reconnaissance Patrimoniale (par la population enquêtée en 2007) des éléments Evolution de la population à Séné depuis l'Ancien Régime IVR53_20082908522NUC Vue générale de la commune de Séné IVR53_20082908526NUC Guérite de douaniers de La Garenne IVR53_20075605731NUCA Organisation spatiale de Séné (voir annexe 4) IVR53_20085606149NUCA Eléments patrimoniaux à conserver à Séné d'après la population enquêtée en 2007 (voir annexe 6 Les enjeux de gestion à Séné (voir annexe 7) IVR53_20085606150NUCA Carte de Cassini de Séné (années 1780) IVR53_20085606082NUC Carte de 1929 de Séné IVR53_20075605784NUC
    historique :
    duc Jean IV. Le trafic maritime a donc très tôt de l´importance à Séné. Au 18e siècle, la majorité de progressivement à la population locale. Les marais salants modèlent le paysage et ouvrent une ère de prospérité . Le « terrain inculte que la mer couvre de son flux chaque jour » est métamorphosé. En 23 ans, entre lors des basses mers (ramassage de divers coquillages et de moules). La pêche dans le golfe est . Les écarts de Montsarrac et Kerarden, au sud-est de la commune, qui comptent le plus de marins au bateau particulier, le sinagot, à la fois embarcation de pêche et de transport. Le premier modèle partir de la seconde moitié du 19e siècle et jusqu´en 1919, seul le chantier naval de Jean Martin, à la commune, sur les chantiers du Bono, de Vannes, d´Auray et de Port-Navalo. Le dernier sinagot emploient de nombreux engins de pêche : la senne, le chalut, la drague à chevrettes (crevettes), la drague à huîtres, le haveneau. L´usage répandu de la drague à chevrettes au 19e siècle et au début du 20e siècle se
    referenceDocumentaire :
    AMGHAR, Julien. La construction portuaire et les activités maritimes dans le Golfe du Morbihan, du 211 p ROLLANDO, Camille. Séné d´hier et d´aujourd´hui. Marie de Séné, 1996. XVIIIe siècle au début du XXe siècle. DEA d´Histoire, Lorient : Université de Bretagne Sud, 2001.
  • Corps de garde, le Yaudet (Ploulec'h)
    Corps de garde, le Yaudet (Ploulec'h) Ploulec'h - le Yaudet - en écart
    titreCourant :
    Corps de garde, le Yaudet (Ploulec'h)
    etages :
    rez-de-chaussée
    annexe :
    20042205108NUCA : Archives Départementales, Ille-et-Vilaine, C Fi 1146-13. Corps de garde des côtes de Bretagne, 1718-1745.
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de la baie orientée vers le nord-ouest du corps de garde du Yaudet IVR53_20022902455NUCA Coupe, élévation et plan d'un corps de garde à faire à neuf à la bouche d'Erquy, près de la tour de Vue générale du corps de garde du Yaudet, en arrière plan le Léguer IVR53_20022902451NUCA Vue générale du corps de garde du Yaudet, la façade sud IVR53_20022902452NUCA Vue du corps de garde du Yaudet depuis le sud IVR53_20022902453NUCA Vue de la petite poudrière (?) du corps de garde du Yaudet, sur la façade sud IVR53_20022902456NUCA Vue de la couverture en dalles de granite et de la cheminée du corps de garde du Yaudet Vue du Léguer depuis le corps de garde du Yaudet IVR53_20022902460NUCA Vue du Léguer et des pointes du Douven et Servel (à droite) depuis le corps de garde du Yaudet Cesson, près de l'abbaye de Beauport, à Plougrescant, à Beg Leguer ou pointe Servel, au Yaudet, à Plestin
    denominations :
    corps de garde
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    localisation :
    Ploulec'h - le Yaudet - en écart
  • Le patrimoine maritime culturel de la commune de Roscanvel
    Le patrimoine maritime culturel de la commune de Roscanvel Roscanvel
    titreCourant :
    Le patrimoine maritime culturel de la commune de Roscanvel
    annexe :
    (presqu´île fermant la rade de Brest) lui confère, dès le 16e siècle, un fort intérêt stratégique pour la et le panorama de la pointe des Espagnols. Il conviendrait de proposer une vision cohérente et tout le long de la côte de la presqu´île qui prend sens. Les fortifications sont d´ailleurs les -Buis ou le petit port du Faou d´où partait le bois de la forêt du Cranou, musées ou lieux d´exposition comme le musée mémorial de la bataille de l'Atlantique ou la Tour Vauban...). Une « Route des compte que les portes des lignes de Quélern, le réduit de Roscanvel et la tour-réduit de la pointe des pourraient le mieux appréhender l´adaptation de ces ouvrages aux enjeux de défense de la presqu´île et de la découvrir à la fois le riche patrimoine maritime militaire de Roscanvel et son patrimoine naturel et Cornouaille, le fort de la Fraternité et une partie des batteries des Capucins (où se trouve le magasin à contrebas de l´église (place de l´Eglise), dans le but de dynamiser l´économie de la commune, ne nuise pas
    type :
    dossier de l'aire d'étude
    illustration :
    Schéma de classement des dossiers électroniques de la commune de Roscanvel (voir annexe 3 Tableau de Degré de Reconnaissance Patrimoniale (par la population enquêtée) des éléments cités à Evolution de la population de Roscanvel depuis l'Ancien Régime IVR53_20082908501NUC Extrait de la carte du Goulet de Brest (1816) IVR53_20082908492NUC Vue générale de la commune de Roscanvel IVR53_20082908486NUC Four à chaux de la Fraternité IVR53_20072908985NUCA Batterie extérieure de gauche du goulet de la pointe des Espagnols IVR53_20082908419NUCA Organisation spatiale de Roscanvel (voir annexe 4) IVR53_20082908499NUC Eléments patrimoniaux à conserver à Roscanvel d'après la population enquêtée (voir annexe 5 Les enjeux de gestion à Roscanvel (voir annexe 6) IVR53_20082908500NUC
    historique :
    Espagnols, ne laisse que le détroit du « Goulet » comme exutoire de la rade de Brest, tandis que sa partie ). Le rôle militaire de premier ordre dans le système de défense de l´entrée de la Rade de Brest, joué par le nom de "Pointe des Espagnols" donné à l'extrémité nord-est de la presqu'île. Mais c´est batterie sur le sommet de la batterie de Cornouaille, chapelet de casemates...). Trois siècles d ´attire plus que des touristes qui effectuent, souvent en voiture, le tour de la presqu´île, en privilégiant le belvédère de la pointe des Espagnols, tandis que le port n´accueille plus que quelques pêcheurs La commune de Roscanvel, située dans la partie septentrionale de la presqu´île de Crozon, est ou de Roscanvel). Sa partie nord, bordée d´une côte à falaise qui se termine par la pointe des sud, amincie en étroit isthme de 1 km de large, s´articule sur la commune de Crozon. Cette « presqu ´île de la presqu´île » bénéficie donc d´une situation géographique exceptionnelle puisqu´elle s´ouvre
    referenceDocumentaire :
    p. 20-21 BUREL, Marcel. Déportés en transit à Roscanvel, la prison de Quélern. Crozon : Le 469 p CALVEZ, Louis. La presqu'île de Crozon. Paris : Nouvelle Librairie de France, 1975. 232 p BUREL, Marcel. Roscanvel dans la presqu´île de Crozon. Bannalec : Impr. Régionale, 1995. p. 29-30 GALIFOT, Agnès. Données encadrantes des communes de la Presqu´île de Crozon : Camaret p. 45-55 CHAURIS, Louis. La pierre dans les forts du Goulet de Brest. Crozon : avel Gornog, n° 13 173 + 129 p BIGOT, Yannick. De Vauban...à Todt : Installations de défense côtière de l´entrée de Brest. Brest : Université de Bretagne Occidentale, Mémoire de maîtrise de géographie, 2 vol., 1996. p. 38-44 BESSELIEVRE, Jean-Yves. Les lignes de Quélern (XVII-XX siècles) . Crozon : Avel Gornog, n . Thèse d'Histoire : Université de Bretagne Sud, Lorient, 2006, 6 vol.
  • Porte Vauban, enceinte urbaine (Le Palais)
    Porte Vauban, enceinte urbaine (Le Palais) Palais (Le) - Intra muros - en ville - Cadastre : AC 91
    cadresEtude :
    les îles de Bretagne Sud (1830-1870)
    illustration :
    1 VH 287. Place de Belle-Ile, feuille n° 2 des projets pour 1862-1863, modification proposée par le chef du génie pour l'organisation de la poterne d'entrée de ville à travers la courtine 20-21 1 VH 287. Place de Belle-Ile, feuille n° 2 des projets pour 1862-1863, modification proposée par le chef du génie pour l'organisation de la poterne d'entrée de ville à travers la courtine 20-21 1 VH 287. Place de Belle-Ile, feuille n° 2 des projets pour 1862-1863, modification proposée par le chef du génie pour l'organisation de la poterne d'entrée de ville à travers la courtine 20-21 21 Fi 2239. Belle-Île, La Porte Vauban, Entrée de la ville, vers 1890-1920. IVR53_20175608698NUCY Enceinte de ville - Mur d'enceinte, porte Vauban, détail du haut de la porte IVR53_19735600102X 1 VH 295. Place de Belle-Ile, feuille n° 3 des projets pour 1858-1859, courtines 20-21 et 21-22, 29 1 VH 295. Place de Belle-Ile, feuille n° 3 des projets pour 1858-1859, courtines 20-21 et 21-22, 29
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    localisation :
    Palais (Le) - Intra muros - en ville - Cadastre : AC 91
    elementsRemarquables :
    porte de ville
    titreCourant :
    Porte Vauban, enceinte urbaine (Le Palais)
    description :
    comme le tunnel. Le décor qui la surmonte imite également celui du réduit B et de la porte de Bangor d'autre de la porte, des escaliers à trois volées longeant le rampant permettent de monter au dessus. Des La porte Vauban est un tunnel à voûte en anse-de-panier de 17 mètres de long qui traverse la et d'un fronton. Un cartouche inspiré de ceux du réduit B et de la porte de Bangor porte courtine, et sans doute, à l'origine, à la fosse du pont-levis. Le débouché côté ville est encadré par les murs de soutènements du talus de la courtine, très hauts à cet endroit. La porte est en anse-de-panier courtine 20-21. Son débouché côté campagne, voûté en plein-cintre, est orné de pilastres, d'une corniche l'un est une guérite et l'autre un escalier permettant d'accéder à une canalisation passant sous la , avec corniche à denticules et cartouche en calcaire portant l'inscription "Porte Vauban". De part et bancs en pierre sont placés à la base des escaliers et sur les premiers paliers.
    statut :
    propriété de la commune
    murs :
    granite pierre de taille calcaire pierre de taille
    precisionsProtection :
    Classement de l'ensemble de l'enceinte urbaine du Palais
    denominations :
    porte de ville
    historique :
    Les projets pour la construction de l'enceinte du Palais prévoient la construction d'une nouvelle porte de ville pour remplacer la porte de Bangor héritée du Premier Empire, située sur la contrescarpe . La plupart des projets situent cette nouvelle porte sur la courtine 20-21, flanquée de corps de garde . La porte de Bangor est finalement conservée avec ses corps de garde, tandis que la "nouvelle porte de Bangor" est construite comme "porte Vauban" en 1864-1865. Sur les vues du début du 20e siècle, le pont -levis a été remplacé par un pont dormant. Le fossé est comblé par souci hygiéniste en 1928.
    couvrements :
    voûte en berceau en anse-de-panier
    referenceDocumentaire :
    LE POURHIET-SALAT, Nicole, La défense des îles bretonnes de l´Atlantique, des origines à 1860, 1983 . LE POURHIET-SALAT, Nicole, La défense des îles bretonnes de l´Atlantique, des origines à 1860 1861. Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie 1864. Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie , Vincennes, Service Historique de la Marine, 1983, 2 vol. : XLV-375 p. XXV pl. , Alain (sous la dir. de), Les Fortifications du littoral, La Bretagne Sud, Chauray-Niort, 1998, 279 p 1 VH 297. Place de Belle-Ile, Mémoire du chef du Génie sur les projets pour 1862-1863, 2 décembre ; Article 8, Places françaises et d'Algérie : 1 VH 297, Place de Belle-Île-en-Mer, projets et dépenses annuels, 1862-1875. Direction du Génie de Brest, Place de Belle-Ile, Mémoire du chef du Génie sur les 1 VH 297. Place de Belle-Ile, Mémoire du chef du Génie sur les projets pour 1864-1865, 30 janvier
  • Bateau de pêche, puis de plaisance dit le Grand Léjon
    Bateau de pêche, puis de plaisance dit le Grand Léjon Plérin-sur-Mer - le Légué - en écart
    titreCourant :
    Bateau de pêche, puis de plaisance dit le Grand Léjon
    description :
    véritable gréement de lougre ; la présence de bastaques, le système d'amurage à l'étrave pour la misaine et Afin de réaliser une réplique d'un lougre du Légué, l'Association pour le 'Grand Léjon' eut pour premier travail l'étude des documents techniques, dont le plan de forme et le plan de voilure, dessinés d'échouage, et la petite voûte se terminant par un tableau, le rendent très typé. La coque a été entièrement construite en chêne. Cependant, la charpente du navire, de forte section, a peut-être alourdi ses formes. Les par le voilier anglais Jimmy Lawrence. Par souci d'authenticité, le plan de voilure retrouvé fut le mât de misaine. Une grand-voile, surmontée d'un hunier, une misaine et un jeu de focs établi sur au pied du mât pour la grand-voile en témoignent. Le voilier mesure en longueur hors tout, 13 m 40 pour un maître bau de 4 m 10 et un tirant d'eau de 2 m 25. La coque a été motorisée dès l'origine. Elle par Jean Le Bot. Il en ressortit l'image d'un bateau aux lignes d'entrée d'eau assez fines, bien
    annexe :
    de la voilure une inclinaison en éventail, la quête importante du grand mât facilitant le passage de Histoire des lougres de la baie de Saint-Brieuc Philippe Saudreau avec le concours de Brigitte et , quelques passionnés prennent conscience de la nécessité de préserver le patrimoine maritime sous toutes ses dans la rénovation de quelques 'vieilles coques', ultimes vestiges de l'intense activité qui régnait le côtes de la Bretagne nord, aux derniers jours de la voile' sera pour beaucoup le point de départ d'une son déplacement. La drisse du foc est composée d'un petit palan frappé en tête de mât de misaine, le importante du grand mât facilitant le passage de la misaine d'un bord sur l'autre sans accrocher des patrons pêcheurs. On comprend donc mieux tout l'intérêt de l'article de Jean Le Bot qui eut la utilisent les bancs de sable et de galets de 'Sous-la-Tour' comme lieu d'échouage et se retrouvent ainsi plus près de la haute mer. Cette petite flottille se compose essentiellement de forts bateaux
    etatsConservation :
    En état de naviguer.
    observation :
    Le bateau du patrimoine le "Grand Léjon" mérite d'être signalé comme élément caractéristique et
    illustration :
    Vue de la coque entièrement bordée, sans le pavois (collection particulière, Association le Grand Vue de la coque en construction : remarquer le retour de galbord (collection particulière Vue du 'Grand Léjon' dans le port du Légué : remarquer la largeur de la coque, très épaulée et le Débarquement de la pêche des lougres, en 1904 (carte potsale, AD 22) IVR53_20082213077NUCB Plan de formes du 'Grand Léjon' dessiné par Jean Le Bot (collection particulière, 'Association pour Plan de formes du 'Grand Léjon' dessiné par Jean Le Bot (collection particulière, 'Association pour Plan de voilure du 'Grand Léjon' dessiné par Jean Le Bot (collection particulière, 'Association Vue de la charpente axiale en cours de montage au chantier Clochet en 1989 (collection particulière Vue de la charpente intérieure de la coque entièrement membrée et varanguée, au chantier Clochet Vue de la charpente avant de la coque membrée avec les lisses, au chantier Clochet (collection
    denominations :
    bateau de pêche bateau de plaisance
    dimensions :
    l = 1340 ; la = 410
    historique :
    ) au chantier le Marchand (1849-1937) de La Landriais (Rance) pour le compte de Ludovic Prudhomme. Il six familles du petit havre de Sous-la-Tour. Il était armé à la pêche fraîche avec un patron Le bateau entre 1988 et 1992 par le chantier Yvon Clochet de la Roche-Jaune (Plouguiel). Le "Grand Léjon Le bateau le "Grand Léjon" est une réplique du lougre la "Jeanne d'Arc" construit en 1896 (SB658 représente par son histoire la plus importante unité de pêche côtière du Légué (chalut à perche et drague des sables). Le rôle d'équipage du 14 septembre 1897, fait apparaître que ce lougre subvenait aux besoins de Faucheur et un équipage de 6 marins. En juin 1988, la découverte des plans originaux de la "Jeanne d'Arc " (SB 658), conservés par l'historien maritime Jean Le Bot, entraîne la création d'une association " est mis à l'eau le 02 mai 1992 sur une cale du vieux port de pêche de Cesson. Elle obtient pour ce projet des subventions publiques et reçoit en 1992 le 1er prix du concours 'Bateaux des Côtes de France
    localisation :
    Plérin-sur-Mer - le Légué - en écart
    referenceDocumentaire :
    p. 105-106 LE BOT, Jean. Les bateaux de la Bretagne Nord aux derniers jours de la voile. Grenoble
  • Poste de douane, le Yaudet (Ploulec'h)
    Poste de douane, le Yaudet (Ploulec'h) Ploulec'h - le Yaudet - isolé
    titreCourant :
    Poste de douane, le Yaudet (Ploulec'h)
    etages :
    rez-de-chaussée
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue générale du poste de douane du Yaudet depuis le sud-ouest IVR53_20022902463NUCA Vue de la façade sud du poste de douane du Yaudet IVR53_20022902464NUCA Vue du Léguer depuis le poste de douane du Yaudet IVR53_20022902465NUCA Vue du Léguer depuis les abords du poste de douane du Yaudet IVR53_20022902466NUCA
    denominations :
    corps de garde
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    localisation :
    Ploulec'h - le Yaudet - isolé