Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 35 - triés par pertinence
  • Capitainerie de Saint-Pol-de-Léon : ensemble fortifié
    Capitainerie de Saint-Pol-de-Léon : ensemble fortifié Saint-Pol-de-Léon
    titreCourant :
    Capitainerie de Saint-Pol-de-Léon : ensemble fortifié
    annexe :
    Description du port de Primel, Plougasnou (anse de Diben) par Christophe-Paul de Robien parue dans Morlaixpar Christophe-Paul de Robien parue dans le " Petit Flambeau de la Mer " imprimé au havre en 1731 : "A toutes les marées". Description du havre de Pempoul, Saint-Pol-de-Léon par Christophe-Paul de Robien Saint-Paul deux hauts clochers pointus". Description du port de Roscoffpar Christophe-Paul de Robien de Batz à Pontusval par Christophe-Paul de Robien parue dans le " Petit Flambeau de la Mer " imprimé des bateaux". Description du havre de Pontusval par Christophe-Paul de Robien parue dans le " Petit barques". Description du havre de Guissény par Christophe-Paul de Robien parue dans le " Petit Flambeau par Christophe-Paul de Robien parue dans le " Petit Flambeau de la Mer " imprimé au havre en 1731 Robien parue dans le " Petit Flambeau de la Mer " imprimé au havre en 1731 : "Koréjou, qui n'est pas loin YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Capitainerie de Saint-Pol-de-Léon IVR53_20032902746NUCA Défense des côtes et cartographie historique : carte des côtes de la Bretagne de Saint-Pol-de-Léon Plan de la capitainerie de Saint-Pol-de-Léon en 1734, Bibliothèque Nationale, département des Plan des capitaineries de Morlaix et Saint-Pol de Léon en 1756 par F. Ysnel IVR53_20042903405NUCA Tableau d'assemblage du cadastre ancien de la commune de Taulé, vers 1820, Archives départementales Taulé : le tournant de Toul-Mao, actuelle route de la corniche reliant Carantec et Morlaix via Locquénolé, carte postale ancienne, Bibliothèque Municipale de Morlaix IVR53_20042903465NUCA Tableau d'assemblage du cadastre de la commune de Carantec, vers 1820, Archives départementales du Carantec : vue de la batterie de l'Ile Callot après son débrousaillage (septembre 2002 Tableau d'assemblage du cadastre ancien de la commune d'Henvic, vers 1820, Archives départementales
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
    historique :
    Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de d'étude dans la capitainerie de Saint-Pol-de-Léon ne regroupe que les communes littorales de Cléder , Sibiril, Plougoulm, Santec, Ile de Batz, Roscoff, Saint-Pol-de-Léon, Carantec, Taulé, Locquénolé, Morlaix
    localisation :
    Saint-Pol-de-Léon
    referenceDocumentaire :
    Archives départementales d´Ille-et-Vilaine Série C. Administrations provinciales. Intendance de Bretagne et subdélégations ; Etats de Bretagne, commission intermédiaire et commissions spéciales des Etats . Série Fi. Documents figurés autres que ceux contenus dans les autres séries et entrés à titre de dons ou , dessins. C Fi 1053 - 01 : Elévation de la tour proposée à faire sur l´île de Batz, au devant de Roscoff pour servir de fanal pour la sûreté de la navigation, 1705. Le Léon CHEVAL (P), "La capitainerie de Saint-Pol-de-Léon. La défense côtière du Léon oriental de Louis XIV à Louis XVIII", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome CXV, 1986, p. 267-285. CHEVAL (P.), "Quand l´ennemi venait de la mer", Annale de Bretagne, 1987, p. 107-116. . DARSEL (J.), "Les côtes du Léon sous l´Ancien Régime", Bulletin de la Société Archéologique du GRALL (G.), "La Tragédie de l'été 1944 à Saint-Pol-de-Léon", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest
  • Les fortifications de la commune de Roscanvel
    Les fortifications de la commune de Roscanvel Roscanvel
    titreCourant :
    Les fortifications de la commune de Roscanvel
    annexe :
    Un patrimoine militaire exceptionnel à valoriser : pour une route des fortifications à l´échelle de la rade de Brest L´étude du patrimoine militaire de la ville arsenal de Brest a contribué à enrichir la définition de l´identité patrimoniale des territoires et notamment de la partie occidentale du indispensable à toute valorisation. Pour la région Bretagne porteuse de ce projet à travers l'action du Service de l'Inventaire du patrimoine culturel, il s'agit d'assurer une mission de réflexion, de veille et de prospective sur le thème du patrimoine militaire en Bretagne. La mise en valeur de ce patrimoine doit obligatoirement se faire en lien étroit avec le milieu scientifique de la recherche, au plan national comme international, en profitant de l'inscription de la Tour Vauban à Camaret sur la liste des sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco3. Cette inscription est une reconnaissance mondiale, mais aussi un signal fort en direction du politique qui doit établir un plan de gestion de ce patrimoine. L'enjeu est de gérer
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    illustration :
    Corps-de-garde du bourg dite batterie de l'église IVR53_20112900187NUCA Panneau explicatif du corps-de-garde du port de Roscanvel IVR53_20112905137NUCA Panneau d'interprétation mis en place par la communauté de communes de Crozon IVR53_20112905042NUCA Panneau d'interprétation mis en place par la communauté de communes de Crozon IVR53_20112905040NUCA Batterie Haute de Cornouaille IVR53_20112905045NUCA Batterie haute de Cornouaille IVR53_20112905063NUCA Batterie haute de Cornouaille : date portée 1813 IVR53_20112905065NUCA Panneau d'information : Batterie de haute Cornouaille IVR53_20112905064NUCA Batterie basse de Cornouaille IVR53_20112905046NUCA Batterie basse de Cornouaille : embrasure IVR53_20112905053NUCA
    historique :
    Le patrimoine militaire a fait l´objet de plusieurs études. L'une ayant pour thématique le patrimoine culturel maritime réalisée, entre 2005 et 2008, par le laboratoire Geomer (UMR-LETG-6554-CNRS) de l'Université de Bretagne Occidentale, l'autre, réalisée entre 2002 et 2009 par Guillaume Lécuillier du service de l'Inventaire de la Région Bretagne, ayant pour thématique le patrimoine militaire de Bretagne nord
    referenceDocumentaire :
    LECUILLIER, Guillaume Les fortifications de la rade de Brest. Défense d'une ville-arsenal. PUR
  • Ensemble fortifié (R 110) de l'Îlette de Kermorvan (Le Conquet)
    Ensemble fortifié (R 110) de l'Îlette de Kermorvan (Le Conquet) Conquet (Le) - l' Îlette de Kermorvan - isolé
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (R 110) de l'Îlette de Kermorvan (Le Conquet)
    statut :
    propriété de l'Etat
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    typologies :
    réduit de batterie de côte avec mur défensif percé de créneau de fusillade
    appellations :
    Fort de l'Îlette
    illustration :
    Plan de l'îlette de Kermorvan, extrait du cadastre ancien de la commune de Ploumoguer, 1840 Vue générale de l'îlette de Kermorvan IVR53_20022902885NUCA Vue générale de l'îlette de Kermorvan IVR53_20042904123NUCA Vue générale de l'îlette de Kermorvan IVR53_20042904124NUCA Vue générale de l'îlette de Kermorvan IVR53_20042904125NUCA Vue du réduit de batterie de côte de l'Îlette IVR53_20042904126NUCA Vue générale de l'îlette de Kermorvan, fin de journée d'hiver IVR53_20042904131NUCA Vue générale de l'îlette de Kermorvan depuis la plage des Blancs Sablons IVR53_20042903765NUCA Vue générale de l'entrée IVR53_20042904132NUCA Vue générale de l'entrée : des marches ont été taillées dans le rocher IVR53_20042904133NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    representations :
    Une date au dessus de l'entrée du réduit : "1847". Un numéro : "89" à l'angle Nord-est du réduit.
    historique :
    Fonction : défense de la plage des Blancs-Sablons.
    localisation :
    Conquet (Le) - l' Îlette de Kermorvan - isolé
  • Ensemble fortifié de Bilvidic (Mo 105), Bilvidic (Île-de-Batz)
    Ensemble fortifié de Bilvidic (Mo 105), Bilvidic (Île-de-Batz) Île-de-Batz - Bilvidic - isolé
    titreCourant :
    Ensemble fortifié de Bilvidic (Mo 105), Bilvidic (Île-de-Batz)
    statut :
    propriété de la commune
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de l'ensemble fortifié de Bilvidic, cadastre ancien, 1846 IVR53_20022902855NUCA Vue générale de la pointe de Bilvidic IVR53_20042903395NUCA Plusieurs blockhaus dont certains dotés de Tobrouk composaient l'ensemble fortifié de Bilvidic
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 105" ou "Mo 105" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 105 et
    localisation :
    Île-de-Batz - Bilvidic - isolé
  • Ensemble fortifié de Roc'higou (Mo 101), Roc'higou (Île-de-Batz)
    Ensemble fortifié de Roc'higou (Mo 101), Roc'higou (Île-de-Batz) Île-de-Batz - Roc'higou - bâti lâche
    titreCourant :
    Ensemble fortifié de Roc'higou (Mo 101), Roc'higou (Île-de-Batz)
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de l'ensemble fortifié de l'île de Batz durant la Seconde guerre Mondiale, rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20022902239NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 101" ou "Mo 101" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 101 et
    localisation :
    Île-de-Batz - Roc'higou - bâti lâche
  • Capitainerie de Crozon : ensemble fortifié
    Capitainerie de Crozon : ensemble fortifié Crozon
    titreCourant :
    Capitainerie de Crozon : ensemble fortifié
    annexe :
    Inventaire du patrimoine militaire de la rade de Brest (C. Garreta, B. Le Moen sous la direction de A. Marinos et sous la conduite méthodologique de la Direction du Patrimoine : "Mission Patrimoine et Villes", 1993-1995) 1. Ile de l´Aber : éperon barré, batterie, réduit. 2. Motte de Rozan. 3. Postolonnec , réduit. 7. Men Coz : ruines de Rostudel. 8. Saint-Nicolas. 9. Cap de la Chèvre : batterie, monument , sémaphore. 10. Lost Marc´h : éperon barré. 11. Kerbonn : Batterie, mur de l´Atlantique. 11 b. Pointe de Pen  : batteries. 14. Le Petit Gouin : batterie, réduit. 15. Camaret, Tour Vauban : batterie, tour. 16. Pointe de  : fort (tour modèle) 1813. 29. Pointe de Cornouailles : batterie. 30. Beaufort : batterie. 31. Pointe aux Morts : poudrière. 39. Ile de Tréberon : lazaret. 40. Ile longue : retranchement (détruit). 41 . Pointe de l´île Longue : batterie, fort (détruit). 42. Pointe de Lanvéoc : batterie, fort. 43. Landaoudec  : réduit. 44. Trémaidic : batterie. 45. Crozon : fort. 46. Ile Ronde : batterie. 47. Pointe de l´Armorique
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Roscanvel : plan d'ensemble au 1/1000 de l'ensemble fortifié de Cornouaille IVR53_19872900071P Roscanvel : plan d'ensemble du fort et batteries de la pointe des Espagnols IVR53_19872900158P Capitainerie de Crozon IVR53_20032902750NUCA Atlas des bâtiments militaires des places de France : établissements de la presqu'île de Quélern  : corps de garde, corps de garde de la porte de Camaret, 1835 IVR53_19862901682XB Atlas des bâtiments militaires des places de France : établissements de la presqu'île de Quélern Atlas des bâtiments militaires des places de France : établissements de la presqu'île de Quélern  : caserne coté a, plan de la caserne Sourdis, 1836 IVR53_19862901673XB Atlas des bâtiments militaires des places de France : établissements de la presqu'île de Quélern  : caserne coté a, élévation de la caserne Sourdis, 1836 IVR53_19862901674XB
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
    historique :
    Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de
    referenceDocumentaire :
    Archives départementales d´Ille-et-Vilaine Série C. Administrations provinciales. Intendance de Bretagne et subdélégations ; Etats de Bretagne, commission intermédiaire et commissions spéciales des Etats . Série Fi. Documents figurés autres que ceux contenus dans les autres séries et entrés à titre de dons ou ouvrages du retranchement de la presqu´île de Roscanvel et des lieux qui ont été endommagés aux environs pour les gazons et terre de placages que l´on a pris pendant l´année 1695. C Fi 983 - 02 : Carte figurative des terres et héritages qui ont été compris dans l´étendue des ouvrages du retranchement de la presqu´île de Roscanvel et des lieux qui ont été endommagés aux environs pour les gazons et terre de ont été compris dans l´étendue des ouvrages du retranchement de la presqu´île de Roscanvel et des lieux qui ont été endommagés aux environs pour les gazons et terre de placages que l´on a pris pendant l des ouvrages faits en dehors du front du fort de Roscanvel du côté de la Haque (?) pendant les années
  • Capitainerie de Morlaix : ensemble fortifié
    Capitainerie de Morlaix : ensemble fortifié Morlaix
    titreCourant :
    Capitainerie de Morlaix : ensemble fortifié
    description :
    La capitainerie de Morlaix devient la capitainerie de Plestin en 1759.
    annexe :
    YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "L'entrée en guerre de la France contre l'Angleterre à la fin du XVIIème siècle provoque une intense activité de fortifications le long du littoral français et nécessités des nouvelles batteries et des corps de garde. Dans la baie de Morlaix le système défensif repose principalement sur le château du Taureau. Toutes les batteries et corps de garde établis au XVIIème siècle sont répartis sur la côte de part et d'autre du château. Les édifices militaires vont s'élever sur 6 emplacements, servant déjà de points stratégiques aux époques antérieures. Au cours du XVIIIème siècle ils vont Callot, la presqu'île Sainte-Anne, Roscoff et l'île de Batz regroupent l'essentiel des ouvrages. La position avancée de la pointe de Primel est un avantage certain. Le château disparaît en 1616 mais de nouvelles élévations apparaissent par la suite. Un corps de garde est construit sur le rocher à la fin du
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Perros-Guirec, fort de l'île aux Moines : carte des Sept-Iles, coupes et plans des batteries et Capitainerie de Morlaix IVR53_20032902747NUCA Défense des côtes et cartographie historique : carte des côtes de la Bretagne de Saint-Pol-de-Léon Plan de la capitainerie de Morlaix dressé par M. Kersauson de Roscoët le 22 juillet 1710, cliché inventaire Artur/Lambart n° 83. 29. 128 P, Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes Plan de la capitainerie de Morlaix en 1734, Bibliothèque Nationale, département des cartes et plans Plan des capitaineries de Morlaix et Saint-Pol de Léon en 1756 par F. Ysnel IVR53_20042903405NUCA Perros-Guirec : vue générale du fort de l'île aux Moines du côté de la gorge IVR53_20022202552NUCA Perros-Guirec : vue générale du fort de l'île aux Moines du côté de la gorge IVR53_20022202612NUCA Perros-Guirec, fort de l'île aux Moines : vue de l'enceinte du fort (au premier plan), du corps de
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de d'étude dans la capitainerie de Morlaix ne regroupe que les communes littorales de Plouézoch, Plougasnou
    referenceDocumentaire :
    Baie de Morlaix CHAURIS (L.), "Carrières au bord de mer : île Grande et îlots voisins (Côtes-du CHAURIS (L.), "Coupeurs de goémon contre tailleurs de pierre : cas de la lutte pour la possession de l´estran en Bretagne au 19e siècle", Annales de Bretagne, 1993, p. 121-127. CHAURIS (L.), "Lest abandonné sur l´estran : un témoignage du transport par mer des granites de l ´île Grande", Ile du Trégor, bulletin annuel de l´A.P.E.G.I.T., n° 10, 1995, p. 24-26. CHAURIS (L.), "L´extraction du granite rose de l´île Callot et son emploi dans le pays de Morlaix ", Annale de Bretagne et des Pays de L´Ouest, 1995, p.7-34. CHEVAL (P.), "Les baies de Morlaix et leur défense", Baie de Morlaix vie et traditions maritimes CORRE (O.), "La Guerre de course durant la guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique dans le ressort de l'Amirauté de Morlaix", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, 1990, 333 p. (BM MORLAIX : Th 66
  • Capitainerie de Brest : ensemble fortifié
    Capitainerie de Brest : ensemble fortifié Brest
    titreCourant :
    Capitainerie de Brest : ensemble fortifié
    annexe :
    Inventaire du patrimoine militaire de la rade de Brest (C. Garreta, B. Le Moen sous la direction de A. Marinos et sous la conduite méthodologique de la Direction du Patrimoine : "Mission Patrimoine et Villes", 1993-1995) 1. Ile de l´Aber : éperon barré, batterie, réduit. 2. Motte de Rozan. 3. Postolonnec , réduit. 7. Men Coz : ruines de Rostudel. 8. Saint-Nicolas. 9. Cap de la Chèvre : batterie, monument , sémaphore. 10. Lost Marc´h : éperon barré. 11. Kerbonn : Batterie, mur de l´Atlantique. 11 b. Pointe de Pen  : batteries. 14. Le Petit Gouin : batterie, réduit. 15. Camaret, Tour Vauban : batterie, tour. 16. Pointe de  : fort (tour modèle) 1813. 29. Pointe de Cornouailles : batterie. 30. Beaufort : batterie. 31. Pointe aux Morts : poudrière. 39. Ile de Tréberon : lazaret. 40. Ile longue : retranchement (détruit). 41 . Pointe de l´île Longue : batterie, fort (détruit). 42. Pointe de Lanvéoc : batterie, fort. 43. Landaoudec  : réduit. 44. Trémaidic : batterie. 45. Crozon : fort. 46. Ile Ronde : batterie. 47. Pointe de l´Armorique
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan général de la rade et de ses environs. Vers 1670 (?) IVR53_20082910477NUCA Carte des environs de Brest : anse des Blancs Sablons, Saint-Mathieu, rade, baie de Douarnenez , Pointe du Raz où sont marqués les batteries et retranchements de la côte. Vers 1688 (?), par de Saccardi Abbaye Saint-Mathieu. Profil de Saint-Mathieu-Fin-de-Terre et la vue de l´armée navale du Roi . Projet de feu à établir sur la tour de l´église, 1691 par de la Belle-Veue Dumains IVR53_20082908856NUC Abbaye Saint-Mathieu. Profil de Saint-Mathieu-Fin-de-Terre et la vue de l´armée navale du Roi . Projet de feu à établir sur la tour de l´église, 1691 par de la Belle-Veue Dumains IVR53_20082908857NUC Plan du goulet et de la rade de Brest avec les batteries qui défendent l´entrée et les descentes . Ordre de mouillage de la flotte royale. 1692 par J. Bertignon. Envoyé par M. le comte d´Estrées Profil et plan type d´une batterie de mortier du Goulet de Brest avec un état des batteries de
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de
    referenceDocumentaire :
    p. Service Historique de l´Armée de Terre, Château de Vincennes. Archives du Génie. Article 4  : Frontières de France, Section 2 : Frontières maritimes. Paragraphe 3 : Côtes de Bretagne depuis la rivière de Couësnon jusqu´à la baie de Bourgneuf (4 cartons, 1683-1831). Carton 1 : Fortifications de Bretagne, 1683 -1759. Pièce n° 1 : 1683. Instruction particulière des batteries de la côte vis à vis du Mengant (fort du Léon) et premièrement de celle qui doit être faite du côté du Léon par Vauban. Pièce n° 4 : 11 juillet 1692. Sur la batterie de Cornouaille par Bouridal. Pièce n° 6 : 1693. Carte de la rade et du goulet de Brest avec les batteries qui en défendent l´entrée et les descentes par Bouridal (Document en mauvais état). Pièce n° 7 : 17 mai 1693. Carte des ouvrages d´une partie du goulet de Brest : pointe des Espagnols, île Longue, Camaret, pointe du Toulinguet par Traverse. Pièce n° 8 : 1693. Plan de la côte des 1694. Devis des batteries des environs de la rade de Brest, du goulet, de ses abords, et des
  • Capitainerie de Matignon : ensemble fortifié
    Capitainerie de Matignon : ensemble fortifié Matignon
    titreCourant :
    Capitainerie de Matignon : ensemble fortifié
    annexe :
    20042900613NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Défense des côtes et cartographie historique : carte des côtes de la Bretagne de Saint-Pol-de-Léon Vue générale du fort La Latte depuis les landes de Fréhel IVR53_20042903782NUCA Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs Vue du cap Fréhel : ensemble fortifié et installation radar allemande composée de plusieurs
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de
  • Ensemble fortifié (Mo 100a, 100b-107) (Île-de-Batz)
    Ensemble fortifié (Mo 100a, 100b-107) (Île-de-Batz) Île-de-Batz - en village
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Mo 100a, 100b-107) (Île-de-Batz)
    annexe :
    Description de l'île de Batz par Christophe-Paul de Robien parue dans le " Petit Flambeau de la Mer YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "Enfin, à l'île de Batz vers 1694, un corps de garde est élevée au centre du bourg (sans doute à l'emplacement de l'actuel sémaphore). En 1711, un état des batteries, envoyé au gouverneur de la Bretagne, mentionne 2 batteries (A. M. Roscoff, Annales roscovites positionnant les différentes batteries et corps de garde, Planche XVI), l'une à la pointe extrême du Sud-ouest et l'autre de un canon, au Sud près du bourg. En 1734, la batterie du Sud disparaît au profit d'une est toujours mentionnée. A. D. 29, 1 E 613/3). Elle est en demi cercle de 8 toises de diamètre à trouve à 37 mètres au Nord-est. La batterie de l'Ouest ne possède pas de plate-forme pour tous les canons . Des travaux sont effectués à partir de 1756 pour rehausser l'arrière de la batterie car lors de la
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Tableau d'assemblage du cadastre ancien de la commune de l'île de Batz, vers 1846, Archives Plan, profil et élévation d'un petit corps de garde et d'un magasin à poudre à exécuter à l'île de Batz près de la batterie de l'Ouest et à Morgat, fait à Brest le 8 juin 1744 par Dubreuil Dumarchais Plan de situation du corps de garde de Créac'h Vilin dit corps de garde du Centre qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel sémaphore, extrait du cadastre ancien, vers 1846, Archives départementales du Atlas des bâtiments militaires des places de France : établissement de l'île de Batz, 1846, tome Extrait de l'atlas des bâtiments militaires des places de France : établissement de l'île de Batz Extrait de l'atlas des bâtiments militaires des places de France : établissement de l'île de Batz Plan de l'ensemble fortifié de l'île de Batz durant la Seconde guerre Mondiale, rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20022902237NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    contenu :
    LES TOURS DU CAP FREHEL ET D'OUESSANT. in La route des fortifications en Bretagne et Normandie de Guillaume Lécuillier, coll. les étoiles de Vauban, Paris, éditions du Huitième jour, nov. 2006, 168 p. "Le deuxième étage servira de corps de garde, lequel percé de deux créneaux, défendra la batterie qui protège le mouillage vers l'Ouest". Garangeau, Projet de tour pour l'île de Batz, 1705. Les tours fanaux du Cap Fréhel et du Stiff à Ouessant appartiennent à la famille des tours côtières de Tatihou, La Hougue pour devenir fanal. Avec moins de 6 mètres soit 4 toises de diamètre extérieur à la base et 15 mètres de hauteur, la tour fanal du Cap Fréhel est la plus petite de la série et la tour du Stiff : 23 mètres (12 toises), la plus haute ! Située à cinq lieues de Saint-Malo, la tour du Cap Fréhel se trouve dans l'alignement exact du donjon du Fort La Latte et de la tour des Hébihens. Si l'on s'en tient au plan de Garangeau, la tour n'était pas encore réalisée en octobre 1700. On y trouve outre un magasin en
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
    localisation :
    Île-de-Batz - en village
    referenceDocumentaire :
    Baie de Morlaix CHAURIS (L.), "Carrières au bord de mer : île Grande et îlots voisins (Côtes-du CHAURIS (L.), "Coupeurs de goémon contre tailleurs de pierre : cas de la lutte pour la possession de l´estran en Bretagne au 19e siècle", Annales de Bretagne, 1993, p. 121-127. CHAURIS (L.), "Lest abandonné sur l´estran : un témoignage du transport par mer des granites de l ´île Grande", Ile du Trégor, bulletin annuel de l´A.P.E.G.I.T., n° 10, 1995, p. 24-26. CHAURIS (L.), "L´extraction du granite rose de l´île Callot et son emploi dans le pays de Morlaix ", Annale de Bretagne et des Pays de L´Ouest, 1995, p.7-34. CHEVAL (P.), "Les baies de Morlaix et leur défense", Baie de Morlaix vie et traditions maritimes CORRE (O.), "La Guerre de course durant la guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique dans le ressort de l'Amirauté de Morlaix", mémoire de maîtrise, Histoire : Brest, 1990, 333 p. (BM MORLAIX : Th 66
  • Capitainerie de l'Aber-Wrac'h : ensemble fortifié (Plouguerneau)
    Capitainerie de l'Aber-Wrac'h : ensemble fortifié (Plouguerneau) Plouguerneau
    titreCourant :
    Capitainerie de l'Aber-Wrac'h : ensemble fortifié (Plouguerneau)
    annexe :
    20032902622NUCA : Bibliothèque nationale, Paris 20032902628NUCA : Service Historique de la Défense , Château de Vincennes. Fonds de la Marine, DD2-702. Le port de Brignogan occupe une vaste crique qui s'ouvre dans l'Est de la pointe de Beg Pol. Il est fréquenté par des petits bateaux de pêche et de nombreux plaisanciers de la station de Brignogan-Plage. Les bateaux s'échouent sur les fonds de sable plats asséchant de 3 à 5 m. L'anse est bien protégée de tous les vents à l'exception de ceux de nordet qui peuvent lever un mauvais clapot dès la mi marée montante. A la fin du 17ème siècle, un corps de garde et une batterie de côte sont élevés sur la pointe de Beg ar Scaf. Le corps de garde est reconstruit au 18ème siècle, il se situe aujourd'hui dans une propriété privée (rue du corps de garde) et la batterie a disparu (probablement arasée par l'occupant allemand). En 1944, le port de Pontusval était défendu par deux pièces de 47 mm de campagne abritées sous 25 cm de
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Capitainerie de l'Aber-Wrac'h IVR53_20032902748NUCA Carte non datée de l'Aber Wrac'h représentant trois batteries : Cézon, île du Four et île Plate Carte des environs de Brest, 1695, auteur non précisé, les retranchements sont représentés par un trait noir et les batteries en rouge, Service Historique de la Marine, Vincennes, portefeuille 46 Extrait de la carte des environs de Brest : côte Nord, 1695, auteur non précisé, les retranchements sont représentés par un trait noir et les batteries en rouge, Service Historique de la Marine Extrait de la carte des environs de Brest : Aber Wrac'h, 1695, auteur non précisé, les retranchements sont représentés par un trait noir et les batteries en rouge, Service Historique de la Marine de Coeëtlogon, 1697, Service Historique de la Marine, portefeuille 46, division 3, pièce n°6 Extrait de la carte particulière des rivières d'Aber Wrac'h et Aber Benoît et environs, par
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
    historique :
    Depuis la fin du 16ème siècle, les milices garde-côtes assuraient la défense des côtes de France contre les descentes ennemies en assurant le guet de la mer. Les populations littorales et insulaires étaient enrégimentées pour surveiller perpétuellement une portion de la côte proche de leur paroisse. Le - considéré comme circonscription administrative et non uniquement ecclésiastique - et la paroisse - de
    referenceDocumentaire :
    Les Abers DURAND (P.), "Défense des côtes de Landunvez et de Porspoder", Cahiers de l´Iroise, n° 3 MENUT (G.), "Balisage des côtes de l´Aber-Wrac´h", Les cahiers de l´Iroise, 1970, p. 139-142. p. 281-282 PETER (J), préface de Jean Meyer, Vauban et Brest. Dossier. Une stratégie modèle de défense portuaire, 1683-1704, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée, 1998, 320 p. Les batteries en projet "En septembre 1699, Vauban préconisait un certain nombre de disposition concernant la avec une garde de dix hommes, un sergent et un canonnier qui dans les besoins sera aidé par les soldats de la garde. Le poste est important jusqu´à ce qu´on ait construit un fort plus considérable sur l ´île de Croix, quoique ce port soit sauvage et de peu de réputation. Il ne laisse pas d´être fort fréquenté de ceux qui s´y réfugient dans les mêmes temps et quand ils craignent les corsaires comme étant un lieu très sûr quand on y est entré... Le Conquet serait assez propre à faire la résidence de quelque
  • Ensemble fortifié (Mo 96), Pointe de Roc'h Kroum (Roscoff)
    Ensemble fortifié (Mo 96), Pointe de Roc'h Kroum (Roscoff) Roscoff - Pointe de Roc'h Kroum - bâti lâche
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Mo 96), Pointe de Roc'h Kroum (Roscoff)
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de situation de l'ensemble fortifié de la pointe de Roc'h Kroum, 1944 IVR53_20022901606NUCA Plan de l'ensemble fortifié de la pointe de Roc'h Kroum, 1944 IVR53_20022901607NUCA Vue générale de l'ensemble fortifié de la pointe de Roc'h Kroum IVR53_20022902154NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 96" ou "Mo 96" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 96 et rattaché à la Heer, armée de Terre d'après l'état du 15 janvier 1944.
    localisation :
    Roscoff - Pointe de Roc'h Kroum - bâti lâche
  • Ensemble fortifié codé "Po46" de l'Ile à Bois (Lézardrieux)
    Ensemble fortifié codé "Po46" de l'Ile à Bois (Lézardrieux) Lézardrieux - Ile à Bois - isolé
    titreCourant :
    Ensemble fortifié codé "Po46" de l'Ile à Bois (Lézardrieux)
    annexe :
    Île à Bois à Lézardrieux : les types des principaux blockhaus de l'ensemble fortifié codé "Po46 " - 61a : 2 emplacements bétonnés pour un mortier de 5 cm Fest.Gr.W.210 (f). - 65a : 1 emplacement bétonné protégé par une toiture pour un canon antichar de 5 cm KwK.39 L/60. - 67 : 1 tourelle omnibus de char Renault FT-mitrailleuse armée d’une arme automatique MG 311 (f). - 502 : abri pour 2 groupes de combat , utilisé comme poste de commandement, à ce titre une cloche cuirassée pour l’observation, modèle 90P9, lui a été adjointe. - 604 : abri pour 2 canons de campagne de 7,5 cm. - 611 : 2 casemates pour pièce de campagne de 10,5 cm K331 (f). - 612 : 1 casemate pour canon de défense côtière et terrestre sans locaux annexes armée d’un canon de 7,5 cm FK 231 (f). - 621 : 4 abris passifs pour un groupe de combat. - 624 : casemate pour mitrailleuse avec cuirassement de fortune. - 627 : observatoire d’artillerie avec caponnière et toit cuirassé. - 667 : 3 petites casemates pour un canon de 5 cm KwK 39 L/60. Nota : 20
    cadresEtude :
    enquête thématique régionale Inventaire du patrimoine culturel maritime de l'estuaire de Tréguier
    illustration :
    Plan de l’île de Bréhat, des entrées des rivières de Pontrieux de Tréguier et leurs environs. Le ) (source : Service historique de la Défense, Vincennes) IVR53_20182207563NUCA Projet de 1745 de défense sur l’île de Bréhat et la rivière de Pontrieux (source : Service historique de la Défense, Vincennes) IVR53_20182207564NUCA Agrandissement du dessin de l’île à Bois extrait de la carte de 1745 (source : Service historique de la Défense, Vincennes) IVR53_20182207565NUCA Plan, profil et élévation d'un corps de garde voûté en plein cintre destiné à l'île à Bois et à Pleubian, fait aux Sept-îles le 30 juin 1744 par le chevalier de Lescouët IVR53_20042205107NUCA Corps de garde de l’île à Bois, élévation est (source : Service historique de la Défense, Vincennes Plan de la batterie d’artillerie de l’île à Bois, 1746 (source : Service historique de la Défense
    contenu :
    L'Île à Bois est embossée à une encablure de la rive gauche du Trieux au débouché de l'estuaire de l'accès au port de Lézardrieux, fait d'elle le verrou du port de Lézardrieux. Sa superficie est de 15 hectares, sa ligne de crête est orientée sur un axe nord-est, sud-ouest, avec deux points hauts, les cotes 39 mètres et 33 mètres, séparés par un petit col qui permet la communication entre les deux côtes de l'île. L'altitude de la rive gauche du fleuve en arrière-plan culmine à 60 mètres, permettant à l'île de se fondre dans le relief de la côte, et de la rendre difficilement discernable à un observateur en provenance du large. Le trait de côte développe 3000 mètres, il se présente sous l'aspect d'une micro-falaise . Sur la côte est, subsiste une décharge de résidus de taille des pierres extraites de la carrière ouverte sur l'île à l'emplacement actuel de la prairie. La petite jetée à la pointe sud de l'île résiste plutôt moins que bien au travail de sape de la mer.
    historique :
    La fortification de l’île à Bois au 17e siècle La mise en défense de l’île à Bois débute durant la retranchements défendus par des merlons de terre parachèvent la mise en sûreté de l’île. Entre 1745 et 1746, le corps de garde voûté en plein cintre est rénové. Il est utilisé comme poste de guet et de casernement pour une dizaine d'hommes, la remise pour la réserve de poudre est aménagée sous la tourelle de guet . La batterie d’artillerie est transformée pour permettre le tir à barbette en direction de l’entrée du fleuve, le tracé de la joue de l’embrasure de droite est modifié pour élargir son secteur de tir en direction du poste de douane de l’îlot Roc’h an Onn et le mouillage intérieur. Elle se présente sous la forme d'un merlon en terre renforcé à l'aide de pierraille, ayant la forme d'un J à l'envers. Elle est chargée d'interdire l'entrée du fleuve à des navires ayant échappé aux boulets des batteries des îles de Bréhat, Modez, Verte, Logodec et Raguenes. Armement : 3 canons de 12 livres. Elle est arasée par
  • Ensemble fortifié (Mo 102), Pointe Sud-ouest (Île-de-Batz)
    Ensemble fortifié (Mo 102), Pointe Sud-ouest (Île-de-Batz) Île-de-Batz - Pointe Sud-ouest - isolé
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Mo 102), Pointe Sud-ouest (Île-de-Batz)
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de situation du corps de garde Ouest (en jaune), des batteries de Beg Séac'h (en vert) et de Plan de l'ensemble fortifié de la pointe sud-ouest de l'île de Batz, cadastre ancien, 1846 Vue de situation du corps de garde (18e siècle). Au premier plan : l'ancien abri du canot de Vue de Lannou Bihan. Au premier plan : l'ancien abri du canot de sauvetage, 1986 IVR53_19862901515X Vue générale de l'ensemble fortifié de la pointe Sud-ouest de l'Ile de Batz IVR53_20042903381NUCA Vue générale de l'ensemble fortifié de la pointe Sud-ouest de l'Ile de Batz IVR53_20022901633NUCA Vue de situation du corps de garde (18e siècle). Au premier plan : l'ancien abri du canot de Vue du réduit et de la batterie de côte (19e siècle) depuis l'ancien corps de garde (18e siècle Vue de Lannou Bihan depuis les tranchées IVR53_20042903402NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 102" ou "Mo 102" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 102 et
    localisation :
    Île-de-Batz - Pointe Sud-ouest - isolé
  • Ensemble fortifié (Mo 89), Ilot Sainte-Anne (Saint-Pol-de-Léon)
    Ensemble fortifié (Mo 89), Ilot Sainte-Anne (Saint-Pol-de-Léon) Saint-Pol-de-Léon - Ilot Sainte-Anne - isolé
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Mo 89), Ilot Sainte-Anne (Saint-Pol-de-Léon)
    annexe :
    Service Historique de la Marine. Brest. Rapport Pinczon du Sel. Livre IV. Le Mur de l´Atlantique la côte de la Manche et de l´Atlantique du Mont Saint-Michel à Laïta. 1947-1948. "Les défenses côtières en dehors de quelques postes de mitrailleuses installés à Saint-Pol-de-Léon ne commence que dans l'île Sainte-Anne où une casemate (démolie) avec un 50 mm barre l'entrée du port tandis qu'une pièce de 20 mm FLAK en cuve (démolie) bat Pempoul. Au sommet, un observatoire est entouré de 2 tobrouk de YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A ., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991. "Sur l'îlot Saint-Anne des ouvrages vont être aménagés dès le Moyen-Age pour défendre le port de Pempoul. Avec l'envasement progressif de ce havre et le batterie et un corps de garde vont être disposés à la fin du XVIIème siècle pour défendre la partie Ouest de la baie et croiser le feu avec l'île Callot. Cheval affirme qu'au milieu du XVIème siècle l'îlot
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de l'Ilôt Sainte-Anne, cadastre ancien IVR53_20022903102NUCA Plan de l'ensemble fortifié de Sainte-Anne, 1944, sources Fort Montbarey IVR53_20022901475NUCA Vue de l'îlot Saint-Anne depuis le Champ de la Rive. En arrière plan : l'île Callot à Carantec et la pointe de Primel à Plougasnou IVR53_20072906320NUCA Vue de l'îlot Saint-Anne depuis le Champ de la Rive. En arrière plan : l'île Callot à Carantec et la pointe de Primel à Plougasnou IVR53_20072906321NUCA Vue de l'îlot Saint-Anne depuis le Champ de la Rive. En arrière plan : l'île Callot à Carantec et la pointe de Primel à Plougasnou IVR53_20072906322NUCA Vue de l'îlot Saint-Anne depuis le Champ de la Rive : le cordon de galets a été transformé en Vue de l'îlot Saint-Anne depuis le Champ de la Rive. En arrière plan : l'île Callot à Carantec et
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 89" ou "Mo 89" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 89 et rattaché à la Heer, armée de Terre d'après l'état du 15 janvier 1944.
    localisation :
    Saint-Pol-de-Léon - Ilot Sainte-Anne - isolé
  • Ensemble fortifié d'ar Ru (Mo 107), Ar Ru (Île-de-Batz)
    Ensemble fortifié d'ar Ru (Mo 107), Ar Ru (Île-de-Batz) Île-de-Batz - Ar Ru - bâti dense
    titreCourant :
    Ensemble fortifié d'ar Ru (Mo 107), Ar Ru (Île-de-Batz)
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Plan de l'ensemble fortifié de l'île de Batz durant la Seconde guerre Mondiale, rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20022902238NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Ensemble fortifié allemand codé "W 107" ou "Mo 107" pour le Widerstandnest de Morlaix numéro 107 et
    localisation :
    Île-de-Batz - Ar Ru - bâti dense
  • Ensemble fortifié (Stützpunkt "Kermorvan") (Re 104-119), Presqu'île de Kermorvan (Le Conquet)
    Ensemble fortifié (Stützpunkt "Kermorvan") (Re 104-119), Presqu'île de Kermorvan (Le Conquet) Conquet (Le) - Presqu'île de Kermorvan - isolé
    titreCourant :
    Ensemble fortifié (Stützpunkt "Kermorvan") (Re 104-119), Presqu'île de Kermorvan (Le Conquet)
    description :
    Sur cet ancien éperon barré protohistorique réutilisé au Moyen Age, les nombreux ouvrages du Mur de l´Atlantique ont effacé la trace des batteries de canons de Vauban mais le réduit de batterie de côte type 1846 de l´Ilet se dresse encore vers la plage des Blancs Sablons.
    annexe :
    (A.) - PAICH (B.), Album Mémorial Atlantikwall, Le Mur de l´Atlantique en France 1940-1944, Bayeux
    statut :
    propriété de la commune
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Extrait du plan des ouvrages de Kermorvan et des Blancs Sablons : la Presqu'île de Kermorvan, n ° 105, rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest Extrait du cadastre ancien de la commune de Ploumoguer, 1840, Archives Départementales du Finistère Extrait du cadastre ancien de la commune de Ploumoguer, 1840, Archives Départementales du Finistère Vue générale de la pointe de Kermorvan pendant la Seconde Guerre Mondiale, photographie extraite de l'ouvrage de Chazette, Destouches, Paich, Atlantikwall Le Mur de l'Atlantique en France Vue générale de la pointe de Kermorvan : réduit de batterie de côte et casemate-tunnel, n° 81 , rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20032901682NUCA Vue de la pointe septentrionale de la presqu'île de Kermorvan IVR53_20042904232NUCA Vue de la pointe septentrionale de la presqu'île de Kermorvan. Il est assez facile de repérer les
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    historique :
    Fonction : défense du port du Conquet et de la plage des Blancs-Sablons. Les blockhaus du Stützpunkt "Kermorvan" sont numérotés de Re 104 à Re 119.
    localisation :
    Conquet (Le) - Presqu'île de Kermorvan - isolé
  • Ensemble fortifié dit de Coat-Tanguy (Av 11), Beg ar Scaf (Brignogan-plages fusionnée en Plounéour-Brignogan-plages en 2017)
    Ensemble fortifié dit de Coat-Tanguy (Av 11), Beg ar Scaf (Brignogan-plages fusionnée en Plounéour-Brignogan-plages en 2017) Plounéour-Brignogan-plages - Brignogan-Plages Beg ar Scaf - bâti lâche
    titreCourant :
    Ensemble fortifié dit de Coat-Tanguy (Av 11), Beg ar Scaf (Brignogan-plages fusionnée en Plounéour
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    illustration :
    Vue de l'ensemble fortifié de Beg ar Scaf : casemate double pour une pièce de 47 mm, n° 65, rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20032901628NUCA Vue de l'ensemble fortifié de Beg ar Scaf : bunker et observatoire, n° 66, rapport Pinczon du Sel . Livre IV, vers 1947, Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20032901629NUCA Plan de l'ensemble fortifié de Beg ar Scaf, n° 78 B, rapport Pinczon du Sel. Livre IV, vers 1947 , Service Historique de la Marine, Brest IVR53_20032901627NUCA Vue de l'ensemble fortifié de Beg ar Scaf vers 1947 : de gauche à droite, la casemate, la batterie de côte et le corps de garde IVR53_20032901981NUCA Vue de l'ensemble fortifié de Beg ar Scaf aujourd'hui : le corps de garde est masqué par les cyprès
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Brignogan-plages
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    corps de garde
  • Tour Solidor et ouvrages avancés, Saint-Servan (Saint-Malo)
    Tour Solidor et ouvrages avancés, Saint-Servan (Saint-Malo) Saint-Malo - Saint-Servan - Anse de Solidor - isolé
    annexe :
    19832900485P : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre 19833500491P : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre 19832900504PE  : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre 19832900115P : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre
    statut :
    propriété de l'Etat
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    murs :
    pierre de taille
    appellations :
    Tour de Solidor
    illustration :
    Elévation du château de Solidor, fait à Saint-Malo par Garangeau le 27 janvier 1697 Plan du château de Solidor avec son enceinte, fait à Saint-Malo par Garangeau le 4 novembre 1691 Plan du château de Solidor avec son enceinte, fait à Saint-Malo par Garangeau le 4 novembre 1691 Plan du château de Solidor, 1734 IVR53_19832900115Z Vue générale de la tour de Solidor à Saint-Servan IVR53_20043511591NUCA Vue générale de la tour de Solidor à Saint-Servan IVR53_20043511592NUCA Vue de la tour de Solidor à Saint-Servan IVR53_20043511602NUCA Vue de la tour de Solidor à Saint-Servan IVR53_20043511603NUCA Vue de la tour de Solidor à Saint-Servan IVR53_20043511604NUCA Vue de la tour de Solidor à Saint-Servan : le pont IVR53_20043511605NUCA
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    contenu :
    LA TOUR SOLIDOR. SAINT-SERVAN in La route des fortifications en Bretagne et Normandie de Guillaume Lécuillier, coll. les étoiles de Vauban, Paris, éditions du Huitième jour, nov. 2006, 168 p. Construit à la fin du 14e siècle par Jean IV sur un petit îlot rocheux, l´ouvrage est la combinaison de trois tours élancées de 28 mètres de haut. Cette tour dont le nom signifierait en breton la "Porte de la Rivière ", devait surveiller Saint-Malo et l´entrée de la Rance. Elle est dotée d´un châtelet et d´une avancée . Durant les troubles de la Ligue, la tour fut prise par Mercoeur. Dès 1691, Garangeau eut l´idée de réutiliser l´ouvrage pour l´intégrer au système défensif de Saint-Malo afin de couvrir le mouillage de la Rance. Il semble avoir eu pour projet de faire planchéier la tour (sur deux niveaux), construire une voûte à l´épreuve de la bombe et enfin aménager une terrasse d´artillerie dotée de 7 embrasures (visible sur son élévation du datée du 27 janvier 1697). Durant la révolution, l´édifice servit de prison comme
    historique :
    Fonction : protéger Saint-Malo. Système défensif de Saint-Malo.
    localisation :
    Saint-Malo - Saint-Servan - Anse de Solidor - isolé
    referenceDocumentaire :
    La défense avancée de Saint-Malo au temps de Siméon Garengeau (1689-1741) PLAYOUST-LEQUETTE (V .). La défense avancée de Saint-Malo au temps de Siméon Garengeau (1689-1741). Mémoire de doctorat d ´Histoire de l'Art de l´Université Paris IV, Sorbonne, sous la dir. de Antoine Schnapper, Paris, 1997, 4 vol
  • Fort et batteries (Stützpunkt B 323) (M.A.A. 262), Pointe du Petit Minou (Plouzané)
    Fort et batteries (Stützpunkt B 323) (M.A.A. 262), Pointe du Petit Minou (Plouzané) Plouzané - Pointe du Petit Minou - isolé - Cadastre : AH n° 54 AH n° 55 AH n° 56
    etages :
    rez-de-chaussée
    annexe :
    Mollart (de) (alias de Mollard, du Mollard, du Mollart) d'après BLANCHARD (A.), Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, 1981, 2 tomes. "Famille de l'élection de Meaux fixée quelque 22 juillet 1669 sur preuves de 1477. Seigneurs de Marcilly, de Dieulamant, du Plessis. 1661, Augustin -François de Mollart, écuyer, sieur du Plessis. 1703, François-Joachim de Mollart, écuyer sieur du Plessis et de Dieulamant. 16..., François de Mollart, écuyer, sieur de Marcilly. 1669, Paul-Louis de Mollart , écuyer sieur de Dieulamant. Né à Paris, paroisse Saint-Sulpice, en 1649. Père : François. Mère : Claude 1710 avec Jeanne des Lis native de La Rochelle, 50 ans, veuve de David Viet. Enfant (du 1er lit ; nom de la mère inconnu) : - Claude, écuyer, sieur de Dieulamant, - Marie, fille majeure en 1712. Mort à Brest le 18 août 1713, âgé de 64 ans. Ingénieur ordinaire, département de Colbert, à 20 ans en 1669 Port-Louis en 1686. Ingénieur en chef en 1687 ; chargé "des ouvrages de la ville de Brest, de l'arsenal
    statut :
    propriété de la commune
    interetOeuvre :
    vestiges de guerre
    observation :
    Déclassement du "Fort du Minou" et de la batterie basse "Casemate du Minou" du domaine public militaire (poste militaire de deuxième série) par décret du 17 mars 2004. Transition par Autorisation d'Occupation temporaire (A.O.T.) de l'immeuble militaire "Fort et batterie du Minou" d'une superficie totale de Ministère de la Défense. Le site du fort du Minou a été acheté par la commune de Plouzané au Ministère de la
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Plan de la redoute et batterie du Minou, fait à Brest le 15 juillet 1695 et signé par Vauban Plan des batterie et redoute du Minou faites en 1695 suivant les ordres de monsieur de Vauban, à Brest par Mollart le 23 janvier 1696, Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes Plan des batterie et redoute du Minou faites en 1695 suivant les ordres de monsieur de Vauban, à Brest par Mollart le 23 janvier 1696, Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes Plan des batterie et redoute du Minou faites en 1695 suivant les ordres de monsieur de Vauban, à Brest par Mollart le 23 janvier 1696, Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes Plans des forts du Minou et de Bertheaume, vers 1770, cachet du dépôt général des fortifications Plan du fort du Minou, Génie, Direction de Brest, 2e moitié 19e siècle IVR53_20082908883NUC Plan d'ensemble des batteries de Toulbroc'h et du Minou, plan d'ensemble des positions
    copyrights :
    (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne
    contenu :
    LE FORT DU MINOU ET LE PROJET DE BATTERIE DES CAPUCINS. GOULET DE BREST in La route des fortifications en Bretagne et Normandie de Guillaume Lécuillier, coll. les étoiles de Vauban, Paris, éditions du Huitième jour, nov. 2006, 168 p. "La [batterie la] plus petite et la plus avancée du côté de la grande mer gazonné. Il y a encore des corps de garde, hangars et magasins à faire [...], une traverse et deux pièces de canons à y ajouter". Vauban, Fortification du goulet de Brest, novembre 1695. Situé à l'avant -poste du goulet de Brest, le fort du Minou est construit en 1694-1695 sur des plans de l'ingénieur Mollart contresignés par Vauban. Coté mer, le fort se compose d'une batterie comportant pas moins de onze embrasures et deux emplacements de mortier sur une plate-forme en contrebas tandis que du côté terre, il est intérieure renferme des casernements, magasins et corps de garde. Le fort du Minou est renforcé au 18e siècle et doté d'une batterie de rupture à la fin du 19e siècle... Un phare est élevé sur la pointe en 1848
    historique :
    Fonction : défense de l'entrée du goulet de Brest. Position d'artillerie dépendant du Marine -Artillerie-Abteilungen (groupe d´artillerie côtière de marine) 262 Brest.
    referenceDocumentaire :
    p. 274-275 PETER (J), préface de Jean Meyer, Vauban et Brest. Dossier. Une stratégie modèle de défense portuaire, 1683-1704, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée, 1998, 320 p. La batterie du Minou "La batterie du Minou, la plus avancée à la grande mer, se trouvait aux avant-postes de la défense du goulet de Brest. Le 24 juin 1695, Vauban faisait travailler à la batterie du Minou qui ne disposait encore que de deux canons et de deux mortiers, et faisait construire une redoute. Selon Vauban, "j´ai fait ajouter quatre de 36 livres et y en ferai encore mettre deux. On ferme actuellement le canon de cette batterie verront partie du mouillage de Bertheaume et l´entrée du goulet ; elle est très bien placée". Selon la plan de Vauban du 15 juillet, la batterie du Minou comprenait : 1. Une vieille batterie de deux canons de 24 livres. 2. Une batterie de six canons de 36 livres dont quatre étaient sur des plate-formes. 3. Deux mortiers, ainsi qu´un corps de garde, un magasin et des palissades