Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 110 - triés par pertinence
  • Croix de chemin de Tabarin (Augan)
    Croix de chemin de Tabarin (Augan) Augan - près de Toulans (les) - - isolé - Cadastre : 1962 P1 190
    titreCourant :
    Croix de chemin de Tabarin (Augan)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    appellations :
    de Tabarin
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    La croix est mentionnée sur l'ancien cadastre de 1848 à l'intersection du chemin de Tabarin et de l'ancien chemin de Guer à Poërmel. Elle est aujourd'hui située plus à l'est, le long d'un ancien chemin dans un petit bois, reliant Les Toulans au village de La Créchaie. Par son nom, cette croix pouvait autrefois servir de lieu de rendez-vous pour la population locale afin d'assister aux spectacles des tabarins, ces bateleurs exécutant des tours de force et des farces en plein air. (J. Huon)
    localisation :
    Augan - près de Toulans (les) - - isolé - Cadastre : 1962 P1 190
    referenceDocumentaire :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Augan, Section P de Hardouin, 4e feuille, 1848 3 P 46 /121 - Section R de La Touraille, 4e feuille, échelle 1/1 000, parcelles n° 681-973 (1848).
  • Croix de chemin Radio (Guer)
    Croix de chemin Radio (Guer) Guer - près de Touche Buis (la) - - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin Radio (Guer)
    description :
    Croix en granite fixée sur un soubassement en maçonnerie de moellons de schiste, couronné par une dalle de schiste en deux morceaux. Reposant sur un petit socle mouluré, le long fût octogonal se termine , avec d'un côté le Christ et de l'autre une Vierge de Pitié. Un titulus sans inscription est placé au sommet du bras vertical de la croix. Orientation : est.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    illustration :
    Croix de chemin dite croix-Radio. IVR53_19775601069X
    denominations :
    croix de chemin
    representations :
    Vierge de pitié
    contenu :
    Cette grande croix historiée en granite se découvre au sud du village de la Touche Buis, en bordure de la route descendant vers le ruisseau du Pont de Bas. Sa situation actuelle est la même que celle indiquée sur l'ancien cadastre de 1847, à savoir au bout de la parcelle n° 303, marquant l'intersection entre le le chemin de la Touche Buis et celui de la rue Flageul à Guer. Le calice gravé dans l'écusson .). Un certain Pierre Gaiat, prêtre et chapelain de la chapelle de la Telhaie à Guer, était propriétaire d'une des maisons du village de la Touche Buis jusqu'en 1764. L'identité exacte du commanditaire de la
    localisation :
    Guer - près de Touche Buis (la) - - isolé - Cadastre :
    referenceDocumentaire :
    Extrait de l'ancien cadastre de Guer. Section F de La Touche-Buis, 5e feuille. 1847 3 P 104/49 - Section F de La Touche-Buis, 5e feuille, échelle 1/1 000, parcelles n° 752-959 (1847). Les croix du canton de Guer BLECON Jean, Les croix rurales du canton de Guer, dans : Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. LVII, 1980. p. 303 Histoire de Guer LE CLAIRE l'Abbé, Histoire de Guer, Amiens, Res Universis, 1990, 408 p.
  • Croix de chemin de la Megandais (Porcaro)
    Croix de chemin de la Megandais (Porcaro) Porcaro - Megandais (la) - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin de la Megandais (Porcaro)
    description :
    Cette croix latine monolithe de type "palis" est taillé dans une dalle de schiste violet. Les quatre angles du fût de section rectangulaire sont abattus par un léger chanfrein. Destinée à être , est plus large que le fût lui-même. Cette partie cachée de forme rectangulaire est raccordée au fût par une droite. Déposée et mise à terre, elle est depuis installée sur un soubassement constitué de blocs de schiste et de ciment.
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    observation :
    Revoir ADRS : à 600 m à l'est de Saint-Mélan.
    appellations :
    de la Megandais
    illustration :
    Croix de chemin déposée, dite de La Mégandais (état en 1977) IVR53_19775601059X Croix de la Mégandais, vue générale (état en 2016) IVR53_20165605464NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    La croix de chemin de la Megendais située au nord des anciennes carrières d'ardoises du village de Saint-Mélan n'est pas mentionnée sur le cadastre napoléonien de 1847. Cependant, l'emplacement actuel de ". Elle devait servir à matérialiser un carrefour sur le chemin dit "de Saint-Melan à l'Hôtellerie" qui longeait la parcelle. Déposée et mise à terre suite aux remembrements du début des années 1970, la croix de la Megandais a depuis été réinstallée sur un soubassement moderne, à l'angle nord-ouest de la parcelle dite de "La Magaudais", au croisement de la route D124 et d'un chemin d'exploitation agricole. (J
    historique :
    Les croix palis simples, de forme latine, sont apparues dans ce secteur au tournant des 17e et 18e siècles. La présence de ce type tout au long du 18e siècle est affirmée par des inscriptions datées sur certaines croix similaires à la croix de la Megandais, comme la croix Danion en Guer (1712) ou celle de la Danais en Carentoir (1734). L'emploi de ce type de croix se prolongea jusqu'au 19e siècle, avec l'affirmation d'une taille régulière de la dalle de schiste et d'une symétrie des bras latéraux respectée. Ainsi rebords qui tendra à disparaître au cours du 18e siècle, la croix de la Megandais peut être datée du 17e
    referenceDocumentaire :
    p. 62 Les croix rurales du canton de Guer. BLÉCON, Jean. Les croix rurales du canton de Guer . Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1980, t. LVII. Extrait du cadastre ancien de la commune de Porcaro, Section B Saint-Mélan, 3e feuille, 1847 3 P
  • Croix de chemin de la Madeleine (Carentoir)
    Croix de chemin de la Madeleine (Carentoir) Carentoir - Madeleine (la) - en écart - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin de la Madeleine (Carentoir)
    description :
    maçonnerie de moellons de schiste couvert d'une dalle en ciment. D'une forme irrégulière, la croix est plus grossière que la face antérieure. Cinq cupules sont visibles sur le fût en face nord de la croix
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    La croix ne présente aucune inscription permettant de confirmer la datation proposée. La forme irrégulière et la facture grossière de certaines parties de la croix peut induire une datation antérieure à la fin du 17e, période où se généralise une certaine rigueur des formes appliquées sur les croix de ce territoire. Le chanfrein sur les deux faces indique également une datation assez ancienne car ce type de mouluration n'est plus d'usage dès le début du 18e siècle. Cette absence de chanfrein sur le fût se retrouve même dans un exemple précoce de la première moitié du 17e siècle (1645) avec la croix dite Provost sur la commune voisine de Saint-Martin-sur-Oust.
    referenceDocumentaire :
    Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. DUCOURET, Jean-Pierre. Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de
  • Croix de chemin de Pont Joie (Carentoir)
    Croix de chemin de Pont Joie (Carentoir) Carentoir - Pont Joie (le) - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin de Pont Joie (Carentoir)
    description :
    maçonnerie de moellons de schiste couvert d'une dalle ancienne moulurée en congé. La croix est amputée de sa partie supérieure. Le fût est de section octogonal avec deux ergots latéraux ayant la forme d'un demi -cercle. La partie du fût qui se prolonge au-dessus des ergots est de section rectangulaire. La face
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    denominations :
    croix de chemin
    historique :
    période de datation proposée, allant du 15e au 17e siècle, se base sur des rapprochements formels avec d'autres croix en schiste du territoire étudié. En particulier avec celle dite de Trélo sur la même commune
    referenceDocumentaire :
    Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. DUCOURET, Jean-Pierre. Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de
  • Croix de chemin de la Chauvelaie (Carentoir)
    Croix de chemin de la Chauvelaie (Carentoir) Carentoir - Chauvelaie (la) - isolé
    titreCourant :
    Croix de chemin de la Chauvelaie (Carentoir)
    description :
    Cette croix de type "palis" monolithe est installée sur un soubassement en maçonnerie de moellons de schiste couvert d'une dalle de schiste. Le fût et la croix sont chanfreinés sur les deux faces. La partie basse du fût est plus large que le fût lui-même et elle est raccordée à celui-ci par un quart de s'inscrivant dans un carré, où les quatre côtés de même mesure déterminent la longueur des bras de la croix . Toutefois, par son absence de rigueur géométrique et de respect des proportions, la croix de la Chauvelaie la croix dite Le Cleu sur la commune de Tréal. Sur la face ouest, un écu est sculpté en relief au centre de la croix. Ce cartouche en forme de bouclier oblong porte une inscription : REN / ERR / CAUD (?). Au sommet de la croix sur le bras supérieur, la date de 1678 est portée.
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    illustration :
    Détail de la croix face ouest IVR53_20165605471NUCA
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    Cette croix est située au sud du village de la Chauvelaie, au croisement de deux chemins sol, comme en témoigne l'élargissement du fût à sa base. La date portée de 1679 au sommet de la croix est très intéressante pour reconstituer l'évolution d'un type de croix appelées "latines redentées ". Ce modèle de croix, repris jusqu'à la fin du 19e siècle, s'inspire d'un schéma géométrique théorique la forme des redents. Comme la croix du Palis Percé de La Gacilly (1671) ou celle de la Ville Janvier à La Chapelle Gaceline (1678), la croix de la Chauvelaie en Carentoir fait apparaître quelques altérations formelles liées à ce type. Ce groupe de croix datées des années 1670 ne présente pas la même rigueur géométrique que les croix latines redentées de la fin du 16e au début du 17e siècle, recensées sur le Pays de La Gacilly. Si la croix Le Cleu à Tréal (1606) présente en schéma géométrique net où les s'éloignent de cette régularité formelle et de cette symétrie. (J. Huon)
    referenceDocumentaire :
    p. 11-17 Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. DUCOURET, Jean-Pierre . Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1986.
  • Croix de chemin de l'Hôtel Michelot (Carentoir)
    Croix de chemin de l'Hôtel Michelot (Carentoir) Carentoir - Hôtel Michelot (l') - en écart - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin de l'Hôtel Michelot (Carentoir)
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    illustration :
    Croix de chemin, vue générale sud-est. IVR53_19835600215X Croix de chemin, vue générale est. IVR53_19835600214X Croix de chemin, vue générale est. IVR53_19835600213X Croix de chemin, vue générale est. IVR53_19835600212X
    denominations :
    croix de chemin
  • Croix de chemin dite Hénalus (Carentoir)
    Croix de chemin dite Hénalus (Carentoir) Carentoir - - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin dite Hénalus (Carentoir)
    description :
    dans le sol par une partie très élargie à la base du fût. Le fût, de forme rectangulaire, est et forment le symbole des cinq plaies du Christ. De dimensions inégales, les branches de la croix
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    observation :
    Revoir ADRS : 300m nord-est de Villeneuve.
    illustration :
    Croix de chemin, vue générale ouest. IVR53_19835600235X Croix de chemin, vue générale est. IVR53_19835600234X
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    Aussi appelée croix Grezette, de la Grée ou de la Porte Bignac, la croix palis dite Hénalus est installée au sud de la commune de Carentoir, le long de la route départementale D14. Ses grandes dimensions et l’empattement généreux à la base du fût, font de la croix Hénalus un édicule singulier sur le territoire communal étudié. Ces particularités formelles peuvent être mises en relation avec celles de la croix de la Touche-Pie, elle aussi située à Carentoir. L'incertitude quant à la datation est un autre élément de rapprochement entre ces deux croix, dont la construction remonte a priori au 18e siècle. (J
    historique :
    La datation de cette croix reste incertaine. La présence d'un chanfrein peut laisser penser à une de la seconde moitié du 17e jusqu’à la fin du 19e siècle. Toutefois, elle peut très bien dater du 18e dimensions inégales des bras de la croix et la base très empattée du fût, ne correspondent pas à la rigueur
    referenceDocumentaire :
    Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. DUCOURET, Jean-Pierre. Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de
  • Croix de chemin Payen (Guer)
    Croix de chemin Payen (Guer) Guer - Croix Payen (la) - en écart - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin Payen (Guer)
    description :
    Cette croix de carrefour était à l'origine plantée directement dans le sol par une partie plus large raccordée au fût par deux quarts de rond. Un soubassement en maçonnerie de moellons de schiste à
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    illustration :
    Croix de chemin dite croix Payen. IVR53_19775601065X
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    La croix est indiquée dans le cadastre ancien de la commune de Guer datant de 1847. Elle est signalée au croisement du chemin de Guer à la Cruyère et du chemin vicinal de grande communication n° 31 de Redon à Dinan. Sa position sur le plan diffère de celle qu'il est possible actuellement de constater . Pour les besoins de la circulation, il est apparu nécessaire de la déplacer de l'autre côté de la route
    referenceDocumentaire :
    Les croix du canton de Guer BLECON Jean, Les croix rurales du canton de Guer, dans : Mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, t. LVII, 1980. Extrait du cadastre ancien de Guer. Section X de Paingrain, 4ème feuille. 1847 3 P 104/131 - Section X de Paingrain, 4e feuille, échelle 1/1 000, parcelles n° 1247-1535. (1847)
  • Croix de chemin de l'Abbaye aux Alines (Carentoir)
    Croix de chemin de l'Abbaye aux Alines (Carentoir) Carentoir - Abbaye aux Alines (l') - en écart - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin de l'Abbaye aux Alines (Carentoir)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    denominations :
    croix de chemin
  • Croix de chemin des Vignes (Carentoir)
    Croix de chemin des Vignes (Carentoir) Carentoir - à 500 m au sud Vignes (les) - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin des Vignes (Carentoir)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    observation :
    Revoir ADRS : 500m nord de _BRAMBE.
    illustration :
    Croix de chemin détail croix. IVR53_19835600098X Croix de chemin vue générale. IVR53_19835600097X
    denominations :
    croix de chemin
  • Croix de chemin Le Gueslan (Carentoir)
    Croix de chemin Le Gueslan (Carentoir) Carentoir - Gueslan (le) - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de chemin Le Gueslan (Carentoir)
    description :
    en maçonnerie de moellons de schiste, couvert d'une dalle en schiste. Le fût et la croix sont
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    observation :
    Revoir ADRS : 500m sud de le _GUESLAN.
    denominations :
    croix de chemin
    contenu :
    La croix est installée à une intersection le long de la route D171 au nord de la commune de Carentoir, près du lieu-dit Le Gueslan et de l'étang de Beauché. Elle était à l'origine plantée directement soubassement moderne et amputée de quasiment la moitié de son fût. (J. Huon)
    historique :
    La datation de cette croix reste incertaine. Elle pourrait dater du 17e ou du 18e par la présence d'un chanfrein sur ses deux faces. Ce type de mouluration tend à ne plus être pratiqué sur les croix de ce secteur au cours du 18e siècle. De plus, la croix Le Gueslan présente une certain irrégularité des formes, qui s'éloigne de la rigueur formelle des croix de la fin du 18e et du 19e siècle. (J. Huon)
    referenceDocumentaire :
    Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. DUCOURET, Jean-Pierre. Croix monumentales du canton de La Gacilly. Étude typologique. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de
  • Croix de cimetière du Temple (Carentoir)
    Croix de cimetière du Temple (Carentoir) Carentoir - Temple (le) - en écart - Cadastre :
    titreCourant :
    Croix de cimetière du Temple (Carentoir)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Croix et calvaires de Guer et de la Gacilly
    illustration :
    Croix de cimetière, détail. IVR53_19835600267X Croix de cimetière, vue générale. IVR53_19835600266X
    denominations :
    croix de cimetière
  • Manoir de Toulgoat, 74 chemin de  Toulgoat (Quimper)
    Manoir de Toulgoat, 74 chemin de Toulgoat (Quimper) Quimper - Toulgoat - 74 chemin de Toulgoat - isolé - Cadastre : 2013 M 172 2013 M 173 2013 M 174 2013 M 175 2013 M 694
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    illustration :
    Vue aérienne de Toulgoat, par Yves-René Caoudal IVR53_20142911149NUCA
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Penhars
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    localisation :
    Quimper - Toulgoat - 74 chemin de Toulgoat - isolé - Cadastre : 2013 M 172 2013 M 173 2013 M 174
    titreCourant :
    Manoir de Toulgoat, 74 chemin de Toulgoat (Quimper)
    siteSecteurZoneProtection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le manoir de Toulgoat est installé au sein d'une zone boisée. Il a conservé son logis, ses piétonne. La porte piétonne est couverte par un arc en anse de panier mouluré, tandis que la porte cochère d'une tour hexagonale. Le logis, de plan rectangulaire, est organisé en cinq travées, et s'élève sur un rez-de-chaussée, un étage et des combles. Il est maçonné en pierre de taille et couvert d'ardoises percé de cinq fenêtres et les combles sont doté de cinq lucarnes cintrées. Ses deux pignons sont munis d'une souche de cheminée. En face du logis se trouve une chapelle, qui s'élève, selon un plan en L, sur d'ardoise. A l'est de cet ensemble se trouve une parcelle carrée ceinte de murs de clôture et doté d'une orangerie. L'accès se fait devant le logis par un porche surmonté d'un fronton cintré et muni de deux pots à feu. Au sud de cette parcelle se trouve un autre espace clos, auquel on accède par des escaliers. .
    observation :
    Inclus dans la ZPPAUP, dans l'écart dit de Toulgoat. Le périmètre est gardé pour la transformation
    murs :
    granite pierre de taille
    contenu :
    Commentaire : Cet édifice n'a pas été étudié in situ, en raison de l'absence prolongée des
    historique :
    Le Goazre de Kervélégan l'acquièrent sous Louis XV. En 1826, le domaine passe aux Kernaflen de Kergos.
    referenceDocumentaire :
    Les anciens manoirs des environs de Quimper LE GUENNEC L., Les anciens manoirs des ennvirons de Quimper, extrait du Bulletin de la société Archéologique du Finistère, Jaouen, Quimper, 1922. Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984 Les châteaux et manoirs de Penhars et leurs légendes HENRY R., Les châteaux et manoirs de Penhars
  • Manoir de Kervigou, 52 Chemin de Kervigou (Quimper)
    Manoir de Kervigou, 52 Chemin de Kervigou (Quimper) Quimper - Kervigou - en écart - Cadastre : 2013 ZX 37 2013 ZX 251
    titreCourant :
    Manoir de Kervigou, 52 Chemin de Kervigou (Quimper)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    Situé en hauteur, le manoir de Kervigou occupe désormais la fonction de ferme. Il a néanmoins construits aux XIXe et XXe siècles. Le logis est appareillé en pierre de taille et moellons équarris et couvert d'ardoise. Orienté au sud, il s'élève sur une cave, un rez-de-chaussée, un étage et un niveau de combles en surcroît. L'accès originel de la cave, actuellement bouché, se situe à proximité de la porte d'entrée. La façade est organisée en six travées de fenêtres. Celles du rez-de chaussée comportaient toutes des barreaux, seules les deux fenêtres les plus à l'est les ont conservés. De forme rectangulaire combles sont éclairés des fenêtres carrées de dimensions plus réduites, comprises dans la maçonnerie du surcroît. Le propriétaire a ajouté à l'avant de cette façade une véranda polygonale, masquant en partie l'ordonnancement de celle-là. Sur chaque pignon se trouve une souche de cheminée. Celle de la salle principale , située sur le pignon ouest, a été remaniée et rehaussée. Elle est flanquée de deux petites niches sur les
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    illustration :
    Vue générale de la façade sud du Manoir de Kervigou IVR53_20142911034NUCA Façade nord du Manoir de Kervigou IVR53_20142911035NUCA Dépendances comportant deux encadrements de portes chanfreinés et moulurés d'une accolade Travée est de la façade sud du logis IVR53_20142911037NUCA Détail d'un encadrement de fenêtre, dépendance du manoir IVR53_20142911038NUCA Emplacement de l'ancien puits, dont les pierres ont été vendues IVR53_20142911041NUCA Muret de clôture ouest IVR53_20142911042NUCA Muret de clôture sud IVR53_20142911043NUCA Porail d'entrée et mur de clôture est. IVR53_20142911044NUCA
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Kerfeunteun
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    referenceDocumentaire :
    Les manoirs de Kerfeunteun et leurs légendes HENRY R., Les manoirs de Kerfeunteun et leurs légéndes , Les Amis de Kerfeunteun, Quimper, 1999. manoirs existants ou disparus, Les Amis de Kerfeunteun, Quimper, 1985.
  • Manoir de Kergonan, 37 chemin de Kergonan (Quimper)
    Manoir de Kergonan, 37 chemin de Kergonan (Quimper) Quimper - - 37 chemin de Kergonan - en écart - Cadastre : 2013 EV 16
    titreCourant :
    Manoir de Kergonan, 37 chemin de Kergonan (Quimper)
    description :
    Le manoir de Kergonan, implanté à proximité d'une zone boisée, est aujourd'hui entouré dans la cour. Ne subsistent aujourd'hui que le logis et la chapelle. Le logis s'élève sur un rez-de -chaussée, un étage et un niveau de combles. Il est constitué de trois bâtiments en retour d'équerre. L'aile centrale est divisée en trois travées. La travée centrale est percé au rez-de-chaussée par un porte éclairés par trois lucarnes à croupe. Le tout est couvert par un toit à quatre pans et encadré de deux souches de cheminée. Cette aile centrale est flanquée de deux pavillons en retour d'équerre à chacune de ses extrémités. Ceux-ci sont percés d'une porte-fenêtre au rez-de-chaussée et d'une fenêtre à l'étage
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Ergué Armel
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    historique :
    veuve de Guillaume de Kerconan rend aveu en 1434. Le manoir appartient à François de Liziard vers 1520
    localisation :
    Quimper - - 37 chemin de Kergonan - en écart - Cadastre : 2013 EV 16
    referenceDocumentaire :
    Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984
  • Manoir de Trégont Mab, chemin de  Trégont Mab (Quimper)
    Manoir de Trégont Mab, chemin de Trégont Mab (Quimper) Quimper - Trégont Mab - isolé - Cadastre : 2013 E 269 2013 E 270 2013 E 271 2013 E 272 2013 E 273
    titreCourant :
    Manoir de Trégont Mab, chemin de Trégont Mab (Quimper)
    description :
    Le manoir de Trégont Mab est situé en écart et ceint par des terres agricoles et boisées. Il a conservé son logis et quelques dépendances. Le logis de Trégont Mab était originellement disposé selon un néoclassique au XIXe siècle. Le logis originel est maçonné en pierre de taille et couvert d'ardoise. La façade percée au rez-de-chaussée de la porte d'entrée, couverte par un arc en anse de panier dont le voussoir comporte une succession de moulures, qui se fondent dans le chanfrein de l'encadrement de la baie. Cette porte d'entrée est flanquée de deux larges fenêtres munies d'un chanfrein à angle droit. Trois fenêtres sont découverts et supportent chacun une souche de cheminée. Deux figures animales sculptées encadrent l'arrière du logis, la façade ne s'élève que sur un rez-de-chaussée et un étage couvert par la toiture. De part et d'autre de la tour d'escalier, la façade est percée par une travée de fenêtres disposées sur toit à quatre pans, surmonté de deux épis de faîtage. Au nord, dans le prolongement de la tour
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    ensemble des corps de bâtiments IVR53_20142911114NUCA Vue de la façade principale du manoir de Trégont Mab IVR53_20142911108NUCA Ensemble issu du Couvent des Cordeliers de Quimper IVR53_20142911112NUCA
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Ergué Armel
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    historique :
    de la Vieuville. Au XIXe siècle, le manoir est aux mains de la famille Colomb, elle passe ensuite aux Kerviler et aux Busquet de Caumont. On ne trouve pas dans les aveux le terme de "manoir", mais on mentionne le "village" de Trégont Mab Huella, comportant "maisons, cour, jardin, chapelle, bois de haute futaie, rabine et taillis" C'est à Jean-Baptiste Colomb, ex-conseiller de préfecture, que l'on doit la "reconstruction" de l'église du Couvent des Cordeliers de Quimper, édifice construit au XIIIe
    referenceDocumentaire :
    Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984 Busquet de Caumont DE CAUMONT R., Busquet de Caumont, Histoire culturelle, sociologique et
  • Manoir de Quistinic (Quimper)
    Manoir de Quistinic (Quimper) Quimper - Quistinic - isolé - Cadastre : 2013 L 33 2013 L 34 2013 L 139
    titreCourant :
    Manoir de Quistinic (Quimper)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    Le manoir de Quistinic est implanté au sein d'un terrain de quarante hectares pour partie boisé. Il a conservé son logis et une partie de ses dépendances. Le logis est composé d'un bâtiment du XVIIe et couvert d'ardoise, il s'élève sur un rez-de-chaussée, un étage et un niveau de combles en surcroît . La première partie de ce bâtiment est organisée en trois travées, encadrées de deux souches de présente un cadran solaire en ardoise sculpté sur son linteau. L'étage est percé de trois fenêtres disposées dans l'alignement des baies du rez-de-chaussée. Au niveaux des combles, deux lucarnes à fronton cintré surplombent les deux travées latérales. La seconde partie n'est pas ordonnancée. Au rez-de -chaussée, elle présente une large porte centrale, flanquée de deux petites fenêtres. L'étage est, quant à lui, éclairé de deux fenêtres similaires à celles de la première partie. Au dessus de la porte, au dont les dimensions varient. La charpente de l'ensemble est faite de pannes et chevrons, cependant
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    observation :
    Mal entretenu (pas de vitres aux fenêtres, infestation de poutres), il pourrait disparaître
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Vue générale du manoir de Quistinic IVR53_20142911138NUCA Charpente de la partie occidentale du logis IVR53_20142911141NUCA
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Penhars
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    historique :
    Les premières mentions de Quistinic datent de 1426, mentionnant Pierre de Kernisan comme propriétaire. En 1536, le manoir appartient à Jean de Guilly, également seigneur de Toulgoat. En 1544, il passe aux mains de Jehan de Hilgars. De la fin du XVII siècle au milieu du XVIIIe siècle, la manoir
    referenceDocumentaire :
    Les châteaux et manoirs de Penhars et leurs légendes HENRY R., Les châteaux et manoirs de Penhars Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984
  • Les manoirs de Quimper
    Les manoirs de Quimper Quimper
    titreCourant :
    Les manoirs de Quimper
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    illustration :
    Manoir de Quistinic (Quimper) - Vue générale du manoir de Quistinic IVR53_20142911138NUCA
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    contenu :
    Inventaire des manoirs de Quimper Le cadre de la mission Les besoins du service de l'urbanisme L'étude thématique sur les manoirs a été demandée par le service de l'urbanisme dans le cadre de la transformation de la ZPPAUP en AVAP. Un diagnostic patrimonial a été effectué par le cabinet Ponant Stratégies Urbaines afin d'évaluer la pertinence de la ZPPAUP. Seuls les territoires inscrits dans son périmètre et quelques espaces aux abords ont été étudiés. Il est ressorti de cette première étude la nécessité de le sont beaucoup moins. L'étude est l'occasion de mieux connaître ces territoires. Définition(s) du manoir De manere en latin, signifiant habiter, le manoir a un sens purement juridique sous l'Ancien Régime. Le terme de manoir est assez difficile à déterminer et son sens évolue au fil du temps. Nul besoin de revenir sur cette question qui a été traitée dans Le manoir en Bretagne, 1380-1600, nous retiendrons simplement la définition fournie par le Thésaurus de l'Architecture : "Au Moyen Âge et sous
    referenceDocumentaire :
    Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984 Histoire de Quimper KERHERVE J. (dir.), Histoire de Quimper, Société Archéologique du Finistère
  • Manoirs disparus de Quimper
    Manoirs disparus de Quimper
    titreCourant :
    Manoirs disparus de Quimper
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    illustration :
    Manoir de La Forêt, rue Guy Autret IVR53_20142911173PY
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    contenu :
    Les Manoirs disparus du Grand Quimper Parmi les 82 manoirs recensés sur la ville de Quimper , beaucoup ont disparu. La liste de ces manoirs a été établie grâce au croisement de plusieurs sources : les écrits de René Henri et de Louis Le Guennec d'une part, le dépouillement du cadastre napoléonien d'autre part. Viennent compléter ces sources la carte de Christel Douard ainsi que le travail universitaire de J.-C. Deshayes, Les manoirs de la fin de la Guerre de Succession à la fin du XVIe siècle en dit Napoléonien de 1834, l'emprise urbaine est venue transformer le paysage et les lotissements sont venus remplacer les manoirs. Le manoir de Créac'h Gwen se dressait sur l'actuel parc de loisir qui porte son nom. L'aménagement de terrains sportifs et d'un centre nautique a gommé la structure paysagère du manoir, dont il ne reste aucune trace. Louis Le Guennec fait mention, dans Histoire de Quimper-Corentin remonte à l'Âge du Fer, il s'y trouvait également un habitat du Haut Moyen-âge. Le manoir de Kerdrezec a
    referenceDocumentaire :
    Les anciens manoirs des environs de Quimper LE GUENNEC L., Les anciens manoirs des ennvirons de Quimper, extrait du Bulletin de la société Archéologique du Finistère, Jaouen, Quimper, 1922. Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984 Les manoirs de Kerfeunteun et leurs légendes HENRY R., Les manoirs de Kerfeunteun et leurs légéndes , Les Amis de Kerfeunteun, Quimper, 1999. Les châteaux et manoirs de Penhars et leurs légendes HENRY R., Les châteaux et manoirs de Penhars Archéologie de Quimper, matériaux pour servir l'Histoire, Tome 1 LE BIHAN J.-P., VILLARD J.-F. (dir .), Archéologie de Quimper - Matériaux pour servir l'Histoire, Tome 1 De la chute de l'empire romin à la fin du moyen âge, Centre de Recharche archéologique du Finistère, Ed. Cloître, Saint Thonan, 2003
1 2 3 4 6 Suivant