Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 3 104 - triés par pertinence
  • Immeuble, 9 rue de Robien (Rennes)
    Immeuble, 9 rue de Robien (Rennes) Rennes - 9 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 197
    titreCourant :
    Immeuble, 9 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé
    description :
    , les fenêtres à guillotine avec système sans contrepoids sont équipées de volets roulants avec
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    courette en fond de parcelle
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_2 :
    2 appartements de 4 pièces par étage avec salle de bain
    localisation :
    Rennes - 9 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 197
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 70 : rue de Robien (1910-1965) .
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Exemple de la production d'après-guerre de l'architecte Testard du Cosquer, qui tranche avec l'immeuble de style régionaliste, construit rue Saint-Melaine. Ici, il abandonne le répertoire décoratif pour
  • Maison, 4 rue de Robien (Rennes)
    Maison, 4 rue de Robien (Rennes) Rennes - 4 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 214, 654, 655
    titreCourant :
    Maison, 4 rue de Robien (Rennes)
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    courette en coeur de parcelle
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    historique :
    Maison construite dans les années 1890, la boutique en rez-de-chaussée a été transformée en remise
    localisation :
    Rennes - 4 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 214, 654, 655
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 70 : rue de Robien (1910-1965) .
  • Maison, 16 rue de Robien (Rennes)
    Maison, 16 rue de Robien (Rennes) Rennes - 16 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 207, 208
    titreCourant :
    Maison, 16 rue de Robien (Rennes)
    description :
    Maison à boutique construite vers 1925, doublée d'un entrepôt et de remises transformées en
    historique :
    Aménagement d'une cuisine, en 1931. Tranformation de la façade de l'ancien dépôt en 1963.
    localisation :
    Rennes - 16 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 207, 208
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 70 : rue de Robien (1910-1965) .
  • Immeuble de rapport, 11 rue de Robien (Rennes)
    Immeuble de rapport, 11 rue de Robien (Rennes) Rennes - 11 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 198
    titreCourant :
    Immeuble de rapport, 11 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé
    description :
    moellons de schiste. Les appartements (deux par étage) disposent d'une entrée principale et d'une entrée de service distribuées par un seul escalier. L'appartement du rez-de-chaussée présente une disposition d'usage libéral avec cabinet de consultation et petit salon d'attente.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    cour en fond de parcelle
    illustration :
    Plan du rez-de-chaussée, plan d'exécution, par Eugène Guillaume, 1910 (A. C. Rennes Vue de situation IVR53_19993508816NUCA Détail de la travée d'accès IVR53_19993501749XA Détail de la travée d'accès IVR53_19993501748X Détail de la partie supérieure de la travée d'accès IVR53_19993501747XA Détail de la partie supérieure de la travée d'accès IVR53_19993501746X
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    historique :
    Immeuble construit en 1910, sur les plans de l'architecte rennais Eugène Guillaume pour Huchet et
    localisation :
    Rennes - 11 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 198
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 70 : rue de Robien (1910-1965) . Construction d'une maison de rapport pour M. Huchet-Ballard. Elévation partielle, plan d'exécution Construction d'une maison de rapport pour M. Huchet-Ballard. Plan du rez-de-chaussée, plan Construction d'une maison de rapport pour M. Huchet-Ballard. Plan des étages, plan d'exécution, par
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Édifice représentatif des immeubles de standing construits autour de 1900, s'il dispose d'une loge de concierge, il n'était pas équipé d'un ascenseur, à l'origine, comme celui de l'avenue Aristide
  • Usine d'engrais dite Société Industrielle d'Engrais Composés, actuellement restaurant, 16 rue de Robien (Rennes)
    Usine d'engrais dite Société Industrielle d'Engrais Composés, actuellement restaurant, 16 rue de Robien (Rennes) Rennes - 16 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 207
    titreCourant :
    Usine d'engrais dite Société Industrielle d'Engrais Composés, actuellement restaurant, 16 rue de Robien (Rennes)
    description :
    Atelier de fabrication, de plan rectangulaire, à un étage carré, construit en grès et couvert d'un
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    ) ; elle possède une autre usine à Chartres-de-Bretagne (35). En 1971, la SIEC se présente sous la forme d'une SARL au capital de 450 000 f. La matière première consommée pour la fabrication d'engrais se compose essentiellement de scories Thomas provenant de l'est de la France et de potasse d'Alsace . L'engrais produit est destiné à l'agriculture. Les débouchés concernent la Bretagne, les Pays de la Loire et la Basse-Normandie. La date de cessation d'activité est inconnue. Aujourd'hui, les bâtiments abritent un restaurant au rez-de-chaussée, et un institut de beauté à l'étage. En 1971, le matériel de production se compose d'un silo de 1500 t pour le stockage des scories, d'une ensacheuse, ou encore de
    localisation :
    Rennes - 16 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 207
  • Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement Société GraniBat, Bel-Air (Languédias)
    Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement Société GraniBat, Bel-Air (Languédias) Languédias - Bel-Air - isolé - Cadastre : 1983 A3 569, 911, 949 à 954
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    destinations :
    usine de taille de matériaux de construction
    appellations :
    carrière de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société
    illustration :
    Vue générale de l'excavation en partie comblée. IVR53_20022215970NUCA Vue générale des ateliers de taille. IVR53_20022215971NUCA Vue générale est des ateliers de taille. IVR53_20022215972NUCA Vue générale est des ateliers de taille dont les plus anciens, construits en essentage de planches Détail du front de taille avec les traces des outils ayant servi au détachement du bloc de la
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    La site de la Burie comprend, d'une part l'ancienne carrière, excavation en partie comblée, et d'autre part les ateliers de taille. Ces derniers consistent en une série de petits hangars ouverts en façade, accolés et adossés les uns aux autres, formant de petits box. Ils sont édifiés en structure légère : essentage de tôle et couverture en tôle ondulée ; les plus anciens sont en essentage de planches . Les bureaux, situés à l'entrée du site, consistent en de petites cabanes préfabriquées. L'ensemble
    murs :
    essentage de tôle essentage de planches
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de la Burie, vraisemblablement exploitée dès la fin du 19e siècle formant une société de fait pour la remise en exploitation de la carrière et pour créer une usine de taille de matériaux de construction. Des ateliers en structure légère sont alors édifiés sur le site . Lors du partage qui suit la dissolution de la société, effective le 15 mars 1966, l'ensemble du fonds Lebranchu étant toujours actionnaire. Son activité concerne l'exploitation de carrières de granite, la transformation et le commerce des pierres à bâtir et autres. Le 5 juillet 1999, la société change de raison sociale et devient GraniBat, unité de production secondaire dépendant de Granit Ouest. Actuellement, seule l'usine de taille fonctionne toujours ; la carrière n'est plus en activité, le granite gris extrait en granite exploité provient donc de la carrière du Houx, situé sur la même commune, mais aussi de carrières débouchés commerciaux concernent essentiellement le bâtiment. En 1962, la carrière de la Burie emploie vingt
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S supplément 247. Versement de la Direction régionale de l'industrie et de Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé)
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé) Hinglé (Le) - la Pyrie - isolé - Cadastre : 1998 A1 55, 57, 143, 144, 148 à 150, 168, 494, 515, 521, 549, 564, 987, 988
    titreCourant :
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé)
    description :
    Le site de la Pyrie est assez vaste. La carrière a notamment entraîné l'extension de l'urbanisation de la commune du Hinglé au nord de sa configuration originale. Les trois logis de contremaîtres et le restaurant sont édifiés en moellons de granite et sont couverts de toits à longs pans en ardoises. Autrefois desservi par embranchement ferroviaire, le site de la carrière proprement dit comprend, d'une part l'excavation encore entourée de trois chèvres, et d'autre part les ateliers et un grand bâtiment à usage de bureaux, d'habitation du chef d'exploitation, plus une remise et une écurie. Il se compose de trois corps , à quatre foyers, surmontée d'une toiture en tuiles mécaniques, puis les différents ateliers de transformation (taille et polissage) édifiés en structures plus légères : bois et essentage de tôle avec
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    appellations :
    carrière et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie, puis de la Société Exploitation des Granits de la Pyrie, actuellement usine de taille de matériaux de construction de la Société
    illustration :
    Carte postale ancienne : atelier de taille desservi par embranchement ferroviaire (vers 1905 Carte postale ancienne : atelier de fabrication des meules (1906). IVR53_20032201524NUCB Carte postale ancienne : vue générale de l'excavation des Granits de la Pyrie au Hinglé (vers 1912 Carte postale ancienne : excavation des Granits de la Pyrie. IVR53_20032201513NUCB Carte postale ancienne : déchargement d'un bloc de granite. IVR53_20032201514NUCB Carte postale ancienne : grue roulante servant au transport des blocs de granite, vers 1920. Elle a Carte postale ancienne : atelier de polissage. IVR53_20032201515NUCB Carte postale ancienne : les polisseurs de la Pyrie (1929). IVR53_20032201518NUCB Carte postale ancienne : les forgerons de la Pyrie (1930). IVR53_20032201519NUCB Carte publicitaire des Granits de la Pyrie (vers 1914-1920). IVR53_20032201520NUCB
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication atelier de réparation logement de contremaître
    historique :
    En 1840, le site de la Pyrie se compose de deux petites carrières qui vont ultérieurement se construction de bâtiments et d'ouvrages de génie civil dont la mise en place de la ligne de chemin de fer reliant Dinan à La Brohinière, inaugurée en 1896. La carrière de la Pyrie possède quatre forges édifiées à vers 1945. Deux autres forges subsistent à l'extérieur du site, dont une bâtie en 1878. A partir de 1900, en plus des matériaux de construction tels que des pierres de taille pour la construction d'édifices et les entreprises de travaux publics, des pavés ou encore du sable, la carrière de la Pyrie fourni les matériaux nécessaires à la construction des quais de la Tamise et du phare de Penzance en Angleterre, ainsi que ceux utilisés pour la construction des ports du Havre (76), de Granville (50), de Lorient (56) ou de Nantes (44), et des casernes de Caen (14) et de Dinan (22). Les matériaux étaient également exportés en Belgique après être chargés sur des bateaux en partance de Saint-Malo (35). En 1906
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 1 (7). Mine : contrôle de l'industrie minérale et métallurgique. Généralités : rapports de l'ingénieur en chef, carrières, 1870-1874. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (81). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel AD Côtes d'Armor. Série U ; sous-série 4 U : 4 U 12 (96). Justice de paix de Dinan, tribunal de commerce, actes de société (cantons de Dinan), 1908-1909. Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées). 1939-1945. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1988, n°65. de Dinan, 2000, n°20.
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
  • Carrière de granite Belgi, puis carrière et usine de taille de matériaux de construction Rioche, route départementale 766 (Bobital)
    Carrière de granite Belgi, puis carrière et usine de taille de matériaux de construction Rioche, route départementale 766 (Bobital) Bobital - route départementale 766 - isolé - Cadastre : 1983 B1 1, 2, 7, 9 à 15, 142 à 144, 162, 164 à 171, 531, 578, 580, 581 Hinglé (Le) 1983 A1 494, 516, 522, 523, 999
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    appellations :
    carrière Belgi, puis carrière et usine de taille de matériaux de construction Rioche, puis Les Granits de Bretagne, actuellement Gicquel
    illustration :
    Ouvriers de la carrière Rioche (1938). IVR53_20032201504NUCB Vue générale de l'excavation, en partie noyée. IVR53_20022216508NUCA Détail de l'excavation et du front de taille. IVR53_20022216507NUCA Détail de la carrière en cours d'exploitation. IVR53_20022216509NUCA Vue générale du front de taille. IVR53_20022216510NUCA Vue générale du front de taille et de l'atelier de réparation, à l'arrière plan Atelier de réparation, vue générale sud-est. IVR53_20022216512NUCA Vue générale ouest de l'entrée du site. IVR53_20022216518NUCA Ancien logement du gardien de la carrière Rioche, situé sur le terrain du logis patronal Deux des quatre maisons ouvrières de la rue Jean Garnier édifiées en 1947-1948
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite Belgi, puis carrière et usine de taille de matériaux de construction Rioche
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    Le site de la carrière Rioche comprend, d'une part l'excavation et l'atelier de réparation, et d'autre part les bureaux situés à l'entrée du site, puis les cités ouvrières. En rez-de-chaussée , l'atelier est bâti en parpaings de béton et est couvert d'un toit à longs pans en tôle ondulée. Le bâtiment des bureaux bâti vers 1970, de plan rectangulaire allongé, est édifié en pierres de taille (petit appareil) en granite ; à un étage de comble, il est couvert d'un toit à croupes en chaume. Les deux rangées de maisons ouvrières ainsi que les bureaux les plus anciens, qui ont conservé cette fonction, de plan , rectangulaires et à arcs en plein cintre, sont encadrées de pierres de taille en granite. La cité ouvrière de la Maltournée, située le long de la RD 766, s'organise en trois alignements de deux ou trois corps de bâtiments de plan allongé abritant chacun deux unités de logements. Le logement patronal Rioche, édifié entre 1955 et 1959, présente un aspect monumental avec un plan en L et de grandes pierres de taille en
    murs :
    parpaing de béton
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de réparation logement de contremaître
    historique :
    Cette carrière de granite est citée dès 1868 dans le Journal Union Malouine et Dinanaise. Elle est reprise dans les années 1920 par M. Belgi. En 1935, René Rioche fait l'acquisition de la carrière . L'activité concerne l'extraction, mais aussi la taille de tout le granite extrait destiné aux monuments funéraires, au bâtiment, ainsi qu'à la voirie (bordures de trottoirs, etc.). Ces matériaux ont notamment été utilisés lors de la reconstruction de Saint-Malo (35) intra-muros, après le bombardement de 1944. Entre et servant également de logements. Des maisons ouvrières sont aussi construites entre 1946 et 1948, à logement. En 1959 et 1960 (de source orale), la cité ouvrière dite de la Maltournée est construite le long de la RD 766. Vers 1960, l'entreprise Rioche recrute de la main d'oeuvre étrangère, notamment portugaise, espagnole et turque. Au cours de l'hiver 1965, R. Rioche et ses enfants Yves et Nicole, ainsi que Jean Costard et René, Armel et Patrick David, forment la société anonyme Les Granits de Bretagne. Le
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 1 (7). Mine : contrôle de l'industrie minérale et métallurgique. Généralités : rapports de l'ingénieur en chef, carrières, 1870-1874. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (81). Mine : contrôle de l'industrie minérale 1939-1945. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1988, n°65. de Dinan, 2000, n°20. développement économique des Côtes-du-Nord : agriculture, industrie, commerce. Saint-Brieuc : Ministère de la guerre - comité d'action économique de la Xe région. 1919.
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite de la Beurrière, puis Brault-Maubert, actuellement usine de taille de matériaux de construction SCOP (Mellé)
    Carrière de granite de la Beurrière, puis Brault-Maubert, actuellement usine de taille de matériaux de construction SCOP (Mellé) Mellé - la Carrière de la Beurrière - isolé - Cadastre : 1946 A1 1047 à 1048, 1050, 1052, 1053, 1065 à 1069, 1079, 1328, 1396, 1474 à 1476, 1482 à 1483, 1530 à 1534
    titreCourant :
    Carrière de granite de la Beurrière, puis Brault-Maubert, actuellement usine de taille de matériaux de construction SCOP (Mellé)
    etages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    description :
    Le site couvre une surface de 8 ha. Plusieurs fronts de taille sont encore visibles malgré la d'une chèvre. Des contreforts renforcent l'ensemble. Le logement d'ouvriers, édifié autour de 1950, de mécaniques. Ses versants présentent une longueur et un degré de pente inégaux. Alors que l'étage de soubassement est occupé par la forge et les ateliers de réparation, le rez-de-chaussée surélevé et le premier étage abritent logements et bureau. L'ancienne cantine, en rez-de-chaussée, aujourd'hui transformée en vestiaire, est en bois et couverte de tôle ondulée. Les divers ateliers de taille sont établis sous un grand hangar fermé, sur certains côtés, par un essentage de planches et couvert de tôle ondulée.
    murs :
    essentage de tôle essentage de planches
    appellations :
    carrière de granite de la Beurrière, puis Brault-Maubert, actuellement usine de taille de matériaux de construction SCOP
    illustration :
    construit vers 1950 par les ouvriers. De part et d'autre se situent les ateliers de taille, le Vue générale de l'excavation vers 1970-1980 (coll. privée). IVR53_19993509535NUCB Détail du front de taille vers 1970-1980 (coll. privée). IVR53_19993509534NUCB Site originel de la carrière (vestiges des contreforts supportant une ancienne chèvre Bâtiment édifié en 1950, destiné à abriter logements et bureau à l'étage, et forge et atelier de réparation au rez-de-chaussée. IVR53_19993502736ZA Atelier de taille édifié en essentage de planches et de tôle. IVR53_19983505100ZA Etat actuel de l'ancienne carrière. IVR53_19983505102ZA
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    Cette carrière de granite est exploitée dans les années 1910-1920. C'est vers 1950 qu'elle connaît jusqu'en 1979, la carrière est ensuite reprise par des sociétaires de l'entreprise jusque dans les années 1980. M. Guilloux rachète le site autour de 1985-1988, l'activité concernant alors l'extraction et l'exploitation du granite : fabrication de bordures de trottoir et mosaïque. Soumise à une concurrence espagnole très rude, l'entreprise dépose son bilan en 1993. Un dossier de reprise, soutenu par dix coopérateurs qui défendent le métier de tailleur de pierre, permet de relancer l'exploitation du granite . L'activité d'extraction n'existe plus. De 1993 à 1999, l'exploitation du granite à la Beurrière se fait de façon intermittente. De nouveau en activité depuis 1997, la SCOP Carrière de la Beurrière est spécialisée dans la fabrication, en granite bleu de Louvigné, de pièces dites hors normes, telles que des bordures de trottoir courbes. En 1950, la carrière emploie cent cinquante ouvriers, cinquante en 1980
    localisation :
    Mellé - la Carrière de la Beurrière - isolé - Cadastre : 1946 A1 1047 à 1048, 1050, 1052, 1053
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
  • Ancien faubourg de Saint-Malo (Rennes)
    Ancien faubourg de Saint-Malo (Rennes) Rennes - faubourg de Saint-Malo - en ville
    titreCourant :
    Ancien faubourg de Saint-Malo (Rennes)
    description :
    Secteur urbain de type linéaire qui s'étire le long d'une voie de grande communication, depuis le couvent de Dominicains, au sud, jusqu'au pont Saint-Martin, enjambant la rivière de l'Ille. Il est scindé en deux parties par la rue Legraverend et la rue de l'Hôtel-Dieu. Au sud, subsiste partiellement le quart du 20e siècle. Des ruelles relient le faubourg à la rue de Dinan, située à l'ouest, en contrebas.
    illustration :
    Le faubourg de Saint-Malo sur le plan Robien de 1750 IVR53_19653500410Z Maisons de la rive est, depuis le n°30 IVR53_19993508766NUCA Arrière des maisons de la rive est IVR53_19993508769NUCA
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de périphérie
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_2 :
    entre deux points de jonction
    contenu :
    Le faubourg de Saint-Malo s'étire, depuis l'actuelle place Sainte-Anne jusqu'au pont Saint-Martin . C'est le faubourg le plus dense au nord de la ville haute, dont les maisons les plus anciennes datent du 15e siècle. Comme le montrent les plans du 18e et du 19e siècles, les pôles de jonction (notamment le percement de la rue de l'Hôtel-Dieu et de la rue Legraverend, la partie nord du faubourg est alors marginalisée. Elle sera détruite dans les années 1970, permettant l'extension de l'hôtel-Dieu, à l'est, et la construction d'un ensemble de logements, à l'ouest. La partie conservée du faubourg est rectifiée au milieu du 19e siècle, comme en témoignent le bel alignement d'immeubles de sa rive ouest. Plusieurs industries importantes y sont implantées, l'usine Picard et la carrosserie Quinton, à proximité de l'ancien couvent de , principalement des 17e et 18e siècles, subsistent partiellement ; l'altération de l'alignement montre sa reconstruction partielle. Au début du 20e siècle, la construction de l'église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle
    historique :
    Comme le montre le plan de Robien, qui en donne la première représentation au milieu du 18e siècle , le faubourg de Saint-Malo s'est développé, au nord de l'enceinte, depuis le contour de l´ancienne église Saint-Aubin et la place Sainte-Anne proche de la porte aux Foulons. La fondation du couvent de Dominicains, à la fin du 14e siècle, et celle de l´hôpital Sainte-Marguerite, construit près du pont Saint -Martin au début du 15e siècle, sont sans doute à l´origine de son développement initié par l´ancienne le nom de rue Saint-Dominique, toponyme dû au voisinage du couvent. La ruelle aux Chevaux, attestée assurer la sécurité de la ville, puis en 1676, à la suite de la révolte du papier timbré. Banéat signale également un four à ban, sur la rive ouest, le four banal de Sainte-Marguerite et un puits public, sur la rive est, à l´extrémité de la voie, mentionnés dans les registres de réformation du domaine de Rennes de 1646. Une salle d´asile est construite au début du 19e siècle, dans les jardins de l'ancien
    localisation :
    Rennes - faubourg de Saint-Malo - en ville
    referenceDocumentaire :
    sont ici tracés, gravure, manuscrit de Robien, 1750 (A. C. Rennes). [1840 ca.]. Plan du quartier du Pont-Saint-Martin, de la rue Basse et de la rue Haute, dessin, vers [1855]. Plan de rectification de la rue Saint-Malo, dessin par Boullet, 1855 (A. C. Rennes ; 3 Fi [1859]. Plan de rectification de la rue Saint-Malo, dessin par Boullet, 1859 (A. C. Rennes ; 3 Fi [1750]. Plan de la partie de la ville de Rennes où étoit l'ancienne cité et dont les restes de murs A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5M ; 5M 238. Fabriques de chapeaux (1806-1898) . p. 8-9 A. C. Rennes. Série C ; C 2 - 6. Exposé sommaire de la situation des travaux et des finances de la ville présenté par M. Robinot de Saint-Cyr, maire, au conseil municipal à l'ouverture de la session de novembre 1865. Rennes : imprimerie Leroy, 1865. [1850 ca.]. Projet du quartier de l'hôtel-Dieu, dessin, vers 1850 (A. C. Rennes ; 3 Fi 18).
  • Bateau de charge, puis bateau de plaisance : "Fée de l'Aulne" (Binic fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)
    Bateau de charge, puis bateau de plaisance : "Fée de l'Aulne" (Binic fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016) Binic-Etables-sur-Mer - Port de Binic - en écart
    appellations :
    Fée de l'Aulne
    illustration :
    Fée de l'Aulne à Port-Launay (2016) IVR53_20162905605NUCA Fée de l'Aulne à Port-Launay (2016) IVR53_20162905603NUCA Fée de l'Aulne à Port-Launay (2016) IVR53_20162905602NUCA Fée de l'Aulne à Port-Launay (2016) IVR53_20162905604NUCA Fêtes maritimes de Brest 2016, La Fée de l'Aulne IVR53_20162905465NUCA Vue de la Fée de l'Aulne en restauration dans le port de Saint-Quay IVR53_20072206621NUCA Vue de la Fée de l'Aulne en restauration : pavois changés IVR53_20072206051NUCA Vue générale des formes massives de la gabarre, aux lignes tonturées IVR53_20072206045NUCA Vue du plan de pont : le panneau de cale, la cabine arrière, les larges pavois (le mât de charge a Vue de l'avant de la gabarre : remarquer le pavois et les jambettes entièrement refaites et le
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Binic
    origine :
    lieu de provenance Camaret
    localisation :
    Binic-Etables-sur-Mer - Port de Binic - en écart
    deplacement :
    lieu de déplacement Port-Launay
    titreCourant :
    Bateau de charge, puis bateau de plaisance : "Fée de l'Aulne" (Binic fusionnée en Binic-Etables-sur
    description :
    Le navire de cabotage "Fée de l'Aulne" immatriculé BR 7241, est un bateau entièrement ponté , construit à franc bord, entièrement en chêne. Il était équipé à son neuvage d'un mât de charge. Le bateau dispose d'une cabine arrière de pilotage avec une arrière cuisine. Un grand panneau, recouvert d'un prélart, donne accès à la cale. Le poste avant est accessible par un panneau de descente à l'avant du pont . Le navire jauge 95 tonneaux ; il est équipé d'un moteur Diesel Beaudouin de 3 cylindres, 70 cv et de 2 moteurs de propulsion de 4 cylindres, développant 2 fois 100 cv.
    etatsConservation :
    Restauré ; conservé à flot ; en état de naviguer
    denominations :
    bateau de charge bateau de plaisance
    dimensions :
    l = 2270 ; la = 780. Longueur de coque : 22, 70 mètres ; largeur au maître bau : 7, 80 mètres.
    historique :
    La Fée de l'Aulne est une gabare à usage de sablier et de caboteur construit en 1958 à Camaret par lui permettait de remplir au mieux ses fonctions de fret. Son faible tirant d'eau (2 mètres) lui permettait d’accéder aux nombreux ports de la rade de Brest. Ses missions de cabotage l'emmenaient de Lannion (transport des pierres de taille de l'île Grande entre autres) à Saint-Nazaire. Racheté en 1975 par la Compagnie maritime Pen-Ar-Bed, elle a desservi les îles de Molène, Sein et Ouessant jusqu'en 2000 transportant carburant et matériaux de construction. Pour cela son gréement avait été modifié. La Fée de l'Aulne a conservé le matériel spécifique des sabliers : treuil hydraulique, mât de charge et benne. Les premiers travaux de restauration auprès du chantier Pacalet de Saint-Quay-Portrieux ont permis réfection des pavois et des bordés du haut. Le bateau a été classé en 2002. Son programme de navigation prévoit
    referenceDocumentaire :
    Chasse-Marée n° 92 Sous le charme de la Fée de l'Auine, le dernier caboteur en bois des côtes de Entre terre et mer ou la naissance de deux communes au fil de l'Aulne, Port-Launay : 1840, Pont-de -buis : 1948 Entre terre et mer ou la naissance de deux communes au fil de l'Aulne, Port-Launay : 1840 , Pont-de-buis : 1948. Service Historique de la Défense de Brest. éd. 2003. La vie du canal de Nantes à Brest dans le Finistère 1826-1914 De Nantes à Brest : les gens du canal . Service Historique de la Défense de Brest. éd. 2009. De Nantes à Brest : les gens du canal De Nantes à Brest : les gens du canal . Service Historique de la Défense de Brest. éd. 2015. Les bagnards du canal de Nantes à Brest : la vie au camp de Glomel, 1823-1832 Les bagnards du canal de Nantes à Brest : la vie au camp de Glomel, 1823-1832. Service Historique de la Défense de Brest
  • Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Notre-Dame-de-Bonne Nouvelle"
    Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Notre-Dame-de-Bonne Nouvelle" Trégastel - la Grève du Moulin - en écart
    titreCourant :
    Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Notre-Dame-de-Bonne Nouvelle"
    description :
    Le "Notre-Dame-de-Bonne Nouvelle" est un canot creux, construit à franc bord, fortement membré avec serres sur membrures franches en chêne, un tableau droit. Il est ponté sans cabine et ne possède plus de gréement (grande voile et trinquette à l'origine). Très porteur de par ses formes, ce bateau pouvait
    etatsConservation :
    Très bon état (en état de naviguer).
    observation :
    Cet ancien bateau de pêche de Trébeurden mérite d'être étudié et pourrait recevoir son gréement
    appellations :
    NOTRE DAME DE BONNE NOUVELLE
    illustration :
    Vue des aménagements intérieurs et de la charpente IVR53_20062209071NUCA Vue générale du bateau restauré par le chantier de Jean-François Colombier à Trégastel Vue de détail : aménagements à l'avant IVR53_20062209069NUCA Vue de détail : tableau arrière IVR53_20062209068NUCA
    denominations :
    bateau de pêche bateau de plaisance
    historique :
    Le "Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle" est un ancien bateau de pêche de Trébeurden, construit au chantier Jean-François Sibiril de Carantec en 1958. Il pêchait les oursins en 1960 et appartenait au marin ressac, la sous-drague ayant disparu. Il lui manque encore aujourd'hui environ 15 cm de quille. Il est , charpentier de marine de Pleumeur-Bodou (calfatage de la coque).
  • Bateau de plaisance, ancien bateau de pêche : "Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle"
    Bateau de plaisance, ancien bateau de pêche : "Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle" Perros-Guirec - Ploumanac'h - en écart
    titreCourant :
    Bateau de plaisance, ancien bateau de pêche : "Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle"
    description :
    Le bateau "Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle" est une construction à franc bord, canot creux à l'origine droit, l'étrave est droite. Il est non ponté et ne possède plus de gréement (grande voile et trinquette à l'origine). Très porteur de par ses formes, de grande largeur, la coque est très stable.
    etatsConservation :
    En état de naviguer. La coque a été restaurée et est en très bon état.
    observation :
    Cet ancien bateau de pêche de Trébeurden mérite d'être étudié et pourrait recevoir son gréement
    appellations :
    NOTRE-DAME-DE-BONNE-NOUVELLE
    illustration :
    Restauration de la coque au chantier Colombier en 2005-2006 IVR53_20062208096NUCA Restauration de la coque au chantier Colombier en 2005-2006 : vue de la charpente avec les serres Vue du Notre-Dame-de-Bonne Nouvelle à flot au port de Ploumanac'h IVR53_20062208093NUCA
    denominations :
    bateau de plaisance bateau de pêche
    historique :
    Le bateau "Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle" a été construit par le chantier Sibiril de Carantec en 1958 pour Yves-Marie Turquais, marin-pêcheur de Trébeurden (quartier de Bonne Nouvelle), qui pratiquait la pêche aux oursins au faubert (filet) vers 1960, avant de le céder à ses fils Jean et Yves Turquais manque encore aujourd'hui environ 15 cm de quille. Il est passé en plaisance à la fin des années 1970. Il actuels l'ont fait réparer par Jean-François Colombier, charpentier de marine de Pleumeur-Bodou (calfatage de la coque).
  • Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Marie-José"
    Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Marie-José" Trégastel - la Chaussée du Port - en écart
    titreCourant :
    Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Marie-José"
    description :
    assez large, ouvragé pour le passage des avirons de godille, le gouvernail est en métal. Motorisé avec un moteur inboard de marque Saab, il dispose d'un gréement aurique avec bout-dehors et foc à
    etatsConservation :
    Bon état (en état de naviguer).
    observation :
    Cet ancien bateau de pêche, de par ses formes et son état mérite d'être signalé.
    illustration :
    Vue des aménagements intérieurs de l'avant (le fort banc de mât) et de la charpente (les serres Détail de la charpente : serre et membrures ployées IVR53_20062209085NUCA
    denominations :
    bateau de pêche bateau de plaisance
    historique :
    La "Marie-José" est un bateau de pêche construit à Carantec par le chantier Elies vers 1960. Ce bateau a fait la pêche de 1962 à 1995 en baie de Morlaix avec un ostréiculteur Le Ven (casiers aux crevettes pendant l'été), avant de passer en plaisance à Ploumanac'h. Il a conservé son immatriculation
  • Canot de pêche ; bateau de plaisance : "Calculot"
    Canot de pêche ; bateau de plaisance : "Calculot" Trégastel - Coz Pors - en écart
    titreCourant :
    Canot de pêche ; bateau de plaisance : "Calculot"
    etatsConservation :
    Très bon état (en état de naviguer).
    observation :
    Ce rare canot conçu pour la pêche, par son bon état de conservation, mérite d'être signalé.
    denominations :
    bateau de pêche bateau de plaisance
    historique :
    gréement a été réduit (mât raccourci), de façon à pouvoir mâter et démâter à 2 hommes en mer selon le type de pêche et en fonction de l'état de la mer. Le canot navigue aujourd'hui en plaisance.
    deplacement :
    lieu de déplacement Bretagne,22,Perros-Guirec (Ploumanac'h)
  • Les croix de la commune de Cintré
    Les croix de la commune de Cintré Cintré
    titreCourant :
    Les croix de la commune de Cintré
    description :
    La commune de Cintré possède huit croix sur son territoire, dont sept sont des croix de chemin et une croix de cimetière : - Croix de chemin, Le Moulin à Vent (1670) - Croix de chemin, Rue Pasteur (1896) - Croix de chemin, Rue Saint-Roch (limite 19e-20e siècles) - Croix de chemin, Rue Bel-Air (1930 ) - Croix de chemin, La Bonnemais (20e siècle) - Croix de chemin, Bintin (1960) - Croix de chemin, Le Plessis (20e siècle) - Croix de cimetière (1882)
    illustration :
    Croix de chemin - La Bonnemais - 20e siècle IVR53_20173506401NUCA Croix de chemin - Le Plessis - 20e siècle IVR53_20173506402NUCA Croix de chemin - Le Moulin à Vent - 1670 IVR53_20173506403NUCA Croix de chemin - Le Moulin à Vent - 1670 IVR53_20173506404NUCA Croix de chemin - Bintin - 1960 IVR53_20173506405NUCA Croix de chemin - Bintin - 1960 IVR53_20173506406NUCA Croix de chemin - Bintin - 1960 IVR53_20173506407NUCA Croix de chemin - Rue Bel-Air - 1930 IVR53_20173506408NUCA Croix de chemin - Rue Bel-Air - 1930 IVR53_20173506409NUCA Croix de chemin - Rue Bel-Air - 1930 IVR53_20173506410NUCA
    denominations :
    croix de chemin croix de cimetière
    historique :
    Huit croix ont été recensées sur la commune de Cintré. Le corpus de ces croix s'étend de la Plessis, remontée en 2014 car détruite suite à la tempête de 1987. La croix de cimetière datée de 1882 de ce dernier dans les années 1970 au nord ouest de la commune. Au cours de ce déplacement, une croix granite, parfois avec un socle appareillé en schiste ou en granite. Deux croix ont une section de fût granite. Au total, cinq de ces croix sont datées ou portent des inscriptions. Hormis la croix de cimetière, toutes sont des croix de chemin souvent placées en évidence. Aucune de ces croix n'est isolée mais sont au contraire situées dans le bourg ou dans des écarts. En plus de ces dernières, la commune compte un oratoire en ciment peint abritant une statue de la Vierge de Lourdes en terre cuite peinte avec les deux dates de 1858 et 1958, et une statue de la Vierge de l'Immaculée Conception en fonte peinte érigée sur un socle daté de 1872.
    referenceDocumentaire :
    Dossier de Pré-Inventaire de 1971, Cintré Dossier de pré-inventaire, Service de l'inventaire du Patrimoine de Bretagne, 1971 Croix et calvaires de Bretagne GAUTHIER, J. S. Croix et calvaires de Bretagne. Paris, 1944.
  • Palais de justice, place de la République (Vannes)
    Palais de justice, place de la République (Vannes) Vannes - place de la République - en ville - Cadastre : 1844 K7 1420 1980 BP 481
    annexe :
    . 19975601183X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20035603302NUCA : Archives départementales du Morbihan , 3P 593. 19985600203XA : Archives municipales de Vannes 20095605113NUCB : Fonds privé 20095605114NUCB
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    illustration :
    Vannes en 1785, avec indication des alignements projetés. Copie du plan d'embellissement de Maury Plan cadastral 1809. Section I3, partie médiane : place Napoléon, caserne de la Visitation, hôpital Plan de la ville de Vannes et de ses environs, par Léchard, éd. 1897. Partie sud-ouest. AM Vannes Le palais de justice. Carte postale ancienne. Collection Laurent, Port-Louis. Fonds privé Le palais de justice. Carte postale ancienne Artaud et Nozais. Fonds privé. IVR53_20095605114NUCB Vue aérienne des quartiers sud-ouest de la ville vers 1950. Carte postale Cim, Macon. Fonds privé
    profession :
    [architecte départemental] Caubert de Cléry Guy
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    localisation :
    Vannes - place de la République - en ville - Cadastre : 1844 K7 1420 1980 BP 481
    titreCourant :
    Palais de justice, place de la République (Vannes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé
    description :
    Edifice de plan rectangulaire perpendiculaire à la place comprenant un ensemble de 2 bâtiments : le premier en pierre de taille formant façade principale agrémenté de 2 ailes latérales hors oeuvre en léger alternance à travées sur deux niveaux ordonnancée de pilastres à hauts piédestaux pour le second.
    observation :
    Le projet de construction du tribunal qui implique la mise en perspective de ce dernier au fond de la place de la République va modifier le projet d'ouverture de cette place. Cette dernière forme avec construction d'un édifice très important au centre de la place, la halle aux grains, émanation de toute la richesse de l'arrière-pays. Le premier projet consistait à donner un espace moins important relativement régulier autour de la halle aux grains. Avec l'adjonction du tribunal, édifice également majeur, en bordure de la place, l'espace libre est agrandi au nord de la halle. Selon Patrick Dieudonné (cf ref. doc .), le tribunal de Vannes est un bon exemple d'architecture publique engagée dans la voie de l'éclectisme . Le classicisme, par les procédés de composition -symétrie, étage noble, corps central dominant traditions. Il est vrai que certains détails comme les pilastres de l'étage principal et les hauts piédestaux
    murs :
    granite pierre de taille
    denominations :
    palais de justice
    historique :
    Avant sa reconstruction, le palais de justice est installé dans un bâtiment construit au 17e siècle par les Dames de la Retraite. Sans cesse restauré, le bâtiment ne convient plus. Le Conseil général au préfet pour demander que le nouvel édifice de la justice bénéficie d'un plan d'urbanisme plus large et qu'il soit orienté vers les douves. Mais le Conseil général souhaite seulement exécuter "de grosses réparations dans la salle d'assises... Et la faire précéder d'une salle de pas perdus qui permettra d'un côté l'accès du tribunal civil et de l'autre, celui du tribunal de commerce". L'architecte Eugène Hawke reprend les plans en 1862 selon une construction en 2 temps : celle d'abord de la salle d'assises puis celle des pas perdus flanquée du tribunal de commerce et du tribunal civil dont les plans commission des bâtiments publics exclut la construction du tribunal de commerce qu'elle conserve sur son pavillons placés en avant de la salle des assises et en formant la façade" comprenant au premier étage la
    referenceDocumentaire :
    Fonds Caubert de Cléry-Kervégant AD Morbihan 49J Fonds Caubert de Cléry-Kervégant. Le palais de justice de Vannes MOSSER, Françoise. Le palais de justice de Vannes. In : Bulletin des Amis de Vannes, 1980, n°5, p.18-29. p. 117 Les tribunaux : le palais de justice de Vannes HAMON, Geneviève. Les tribunaux : le palais de justice de Vannes . Dans Le Département bâtisseur : 200 ans d'architecture. Catalogue d'exposition p. 83 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e
  • Bateau de service : chaloupe baleinière
    Bateau de service : chaloupe baleinière Trégastel - Grand Traouiëro - en écart
    titreCourant :
    Bateau de service : chaloupe baleinière
    description :
    ). Les aménagements comportent trois bancs de nage pour 6 avirons. Le pontage avant est réalisé sur caillebotis en bois d'acajou ; le plancher est à claires voies et suit les courbes de la ligne de coque. La pavillon. Son tirant d'eau est seulement de 40 cm. Un fort bourlet ou bourlingue enserre le liston pour
    observation :
    Cette chaloupe baleinière de la Marine Nationale mériterait d'être restaurée.
    illustration :
    Vue de profil IVR53_20062208927NUCA Vue de l'arrière et des aménagements IVR53_20062208930NUCA Vue de détail de l'étrave et de la bourlingue IVR53_20062208929NUCA
    denominations :
    bateau de service bateau de plaisance
    inscriptions :
    numéro de série Le numéro de série indiqué sur la coque est le n° 14.
    historique :
    Cette chaloupe baleinière d'entraînement, de service ou d'apparat a été construite à l'arsenal de inscription le n° 14. Cette embarcation a été vendu aux Domaines et est actuellement en cours de crestauration
  • Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Saint-François"
    Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Saint-François" Trégastel - la Chaussée du Port - en écart
    titreCourant :
    Bateau de pêche ; bateau de plaisance : "Saint-François"
    etatsConservation :
    Très bon état (en état de naviguer).
    denominations :
    bateau de pêche bateau de plaisance
    historique :
    pour Pierre Senan de l'île de Batz, où il pratiquait les lignes flottantes et les casiers. Il venait
  • Série de 12 croix et chandeliers de consécration
    Série de 12 croix et chandeliers de consécration Bruz
    titreCourant :
    Série de 12 croix et chandeliers de consécration
    annexe :
    20083508112NUCB : Mairie de Bruz 20083508113NUCB : Mairie de Bruz 20083508114NUCB : Mairie de Bruz 20083508115NUCB : Mairie de Bruz
    denominations :
    croix de consécration chandelier de consécration