Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 11 816 - triés par pertinence
  • Rue de Robien (Rennes)
    Rue de Robien (Rennes) Rennes - rue de Robien - en ville
    titreCourant :
    Rue de Robien (Rennes)
    description :
    Réseau de jonction de type résidentiel.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_1 :
    réseau de consolidation
    localisation :
    Rennes - rue de Robien - en ville
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes, Série O ; 1 O 173. Voirie urbaine. Canton nord-est. Rue de Robien (1883-1920) .
  • Maison, 4 rue de Robien (Rennes)
    Maison, 4 rue de Robien (Rennes) Rennes - 4 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 214, 654, 655
    titreCourant :
    Maison, 4 rue de Robien (Rennes)
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    courette en coeur de parcelle
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    historique :
    Maison construite dans les années 1890, la boutique en rez-de-chaussée a été transformée en remise
    localisation :
    Rennes - 4 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 214, 654, 655
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 70 : rue de Robien (1910-1965) .
  • Hôtel, 6 rue de Robien (Rennes)
    Hôtel, 6 rue de Robien (Rennes) Rennes - 6 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 706
    titreCourant :
    Hôtel, 6 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Hôtel maison à accès différé en rez-de-chaussée surélevé, à 2 étages carrés et étage de comble , construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, pour la façade sur rue et en moellons de schiste pour
    murs :
    pierre de taille
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    localisation :
    Rennes - 6 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 706
  • Hôtel, 8 rue de Robien (Rennes)
    Hôtel, 8 rue de Robien (Rennes) Rennes - 8 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 705
    titreCourant :
    Hôtel, 8 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Hôtel maison à accès différé en rez-de-chaussée surélevé, à 2 étages carrés et étage de comble , construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, pour la façade sur rue et en moellons de schiste pour
    murs :
    pierre de taille
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    localisation :
    Rennes - 8 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 705
  • Auberge, 18 rue de Robien (Rennes)
    Auberge, 18 rue de Robien (Rennes) Rennes - 18 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 206
    titreCourant :
    Auberge, 18 rue de Robien (Rennes)
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de carrefour
    historique :
    Ancienne dépendance, visible sur le cadastre de 1842, transformée au moment du percement de la rue.
    localisation :
    Rennes - 18 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 206
  • Hôtel, 12 rue de Robien (Rennes)
    Hôtel, 12 rue de Robien (Rennes) Rennes - 12 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 210
    titreCourant :
    Hôtel, 12 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Hôtel maison à accès différé en rez-de-chaussée surélevé, à 2 étages carrés et étage de comble , construit en calcaire, appareillé en pierre de taille, pour la façade sur rue et en moellons de schiste pour les façades secondaires. Décor brique et pierre en assises alternées au niveau du rez-de-chaussée
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    localisation :
    Rennes - 12 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 210
  • Hôtel, 10 rue de Robien (Rennes)
    Hôtel, 10 rue de Robien (Rennes) Rennes - 10 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 211
    titreCourant :
    Hôtel, 10 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Hôtel maison à accès différé en rez-de-chaussée surélevé, à 2 étages carrés et étage de comble , construit en briques, pour les façades sur rue et en moellons de schiste pour la façade postérieure. Balcon
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    localisation :
    Rennes - 10 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 211
  • Immeuble de rapport, 1 rue de Robien (Rennes)
    Immeuble de rapport, 1 rue de Robien (Rennes) Rennes - 1 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 188
    titreCourant :
    Immeuble de rapport, 1 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    courette en coeur de parcelle
    murs :
    pierre de taille
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    historique :
    Immeuble de rapport déclaré comme construction neuve par l'entrepreneur Huchet, en 1896.
    localisation :
    Rennes - 1 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 188
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Édifice contribuant à la qualité de son environnement par son intégration à un ensemble urbain , représentatif de la production de l'entrepreneur rennais Huchet qui construit plusieurs des demeures de la rue.
  • Immeuble de rapport, 7 rue de Robien (Rennes)
    Immeuble de rapport, 7 rue de Robien (Rennes) Rennes - 7 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 196
    titreCourant :
    Immeuble de rapport, 7 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    cour en fond de parcelle
    illustration :
    Vue de situation, immeuble au deuxième plan IVR53_19993508817NUCA
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    localisation :
    Rennes - 7 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 196
    referenceDocumentaire :
    avril 1898 Alignements : autorisations de construire. A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 3. Alignements  : autorisations de construire.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Édifice contribuant à la qualité de son environnement par son intégration à un ensemble urbain.
  • Immeuble de rapport, 13 rue de Robien (Rennes)
    Immeuble de rapport, 13 rue de Robien (Rennes) Rennes - 13 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 203
    titreCourant :
    Immeuble de rapport, 13 rue de Robien (Rennes)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    courette en fond de parcelle
    illustration :
    Vue générale, immeuble à droite de l'image IVR53_19993501751XA Vue générale, immeuble à droite de l'image IVR53_19993501750X
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de centralité
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_23 :
    étage de comble
    localisation :
    Rennes - 13 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 203
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Édifice contribuant à la qualité de son environnement par son intégration à un ensemble urbain.
  • Immeuble de rapport, 56 rue d' Antrain ; 16 rue de Robien (Rennes)
    Immeuble de rapport, 56 rue d' Antrain ; 16 rue de Robien (Rennes) Rennes - 56 rue d' Antrain 16 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 205
    titreCourant :
    Immeuble de rapport, 56 rue d' Antrain ; 16 rue de Robien (Rennes)
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    courette en coeur de parcelle
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de jonction
    localisation :
    Rennes - 56 rue d' Antrain 16 rue de Robien - en ville - Cadastre : 1980 BE 205
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Édifice contribuant à la qualité de son environnement par son intégration à un ensemble urbain, ici
  • Usine de blanchiment de Carho (Saint-Brandan)
    Usine de blanchiment de Carho (Saint-Brandan) Saint-Brandan - Blanchisserie de Carho - isolé - Cadastre : 1830 D2 1079 à 1084 2002 YA 83a
    annexe :
    20032207003NUCB : Mairie de Saint-Brandan, Non coté. 20032207002NUCB : Mairie de Saint-Brandan, Non Le blanchiment des toiles occupe une large place dans la longue chaîne de l'industrie textile régionale qui va de la culture du chanvre et du lin à l'exportation des toiles. Au cours du 18e siècle, cent structures ne s'éloignaient guère du Gouët ou de ses affluents, les blandieries n'y puisaient pas leurs eaux  ; elles avaient recours à des sources. Ces unités de production, dont il ne subsiste que quelques rares vestiges, étaient généralement composées de deux bâtiments, l'un à usage domestique, l'autre à usage industriel : la buanderie, ainsi que de bassins entièrement maçonnés, appelés doués. En plus de ces structures, cette activité nécessitait la présence de vastes étendues (prés, champs ou landes) destinées au séchage des toiles, à l'air libre. Le principe de fonctionnement de ces blanchisseries est simple et s'organise en cinq grandes étapes. Dans un premier temps, les toiles étaient mises à tremper dans de vastes
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Saint-Brieuc
    appellations :
    usine de blanchiment de Carho
    illustration :
    Vue générale sud-ouest : les bassins et l'atelier de la blanchisserie (au fond Petit bâtiment de gardiennage situé à l'entrée du site, vue nord. IVR53_20032206996NUCA Petit bâtiment de gardiennage, vue sud. IVR53_20032207004NUCA
    localisation :
    Saint-Brandan - Blanchisserie de Carho - isolé - Cadastre : 1830 D2 1079 à 1084 2002 YA 83a
    titreCourant :
    Usine de blanchiment de Carho (Saint-Brandan)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Situé en contrebas, l'atelier de la buanderie consiste en un petit corps de bâtiment rectangulaire , en rez-de-chaussée, édifié en moellons de schiste et de granite recouvert d'un toit à longs pans en mêmes matériaux ; en rez-de-chaussée, le bâtiment, de plan allongé, est surmonté d'un toit à longs pans en ardoises. A l'entrée de la propriété se situe un édifice de plan polygonal percé d'une petite surveillance des toiles sur les "étandoués" (aire de séchage) lors de leur séchage.
    denominations :
    usine de blanchiment
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication aire de séchage
    historique :
    dans les états de section au profit de celle de "maison". En 1838, Charles de Robien vend la propriété L'origine de l'usine de Carho semble remonter au 18e siècle, époque où le blanchiment des toiles fabriquées en très grande quantité à Quintin et dans les communes environnantes. Sous la monarchie de juillet , les bâtiments ne sont plus mentionnés sous le terme de "blancherie", cette appellation ayant été rayée . de Querhoënt. Vers 1890, le bâtiment est transformé en lavoir et en buanderie ; cette période , alimentés par une fontaine. L'eau circulait de bassin en bassin, puis était amenée dans l'atelier de la buanderie, toujours en place, où s'effectuait le lessivage des toiles dans de grandes cuves (une chaudière , entièrement recouverte de planches de bois, est encore présente). Lors du déclin de l'industrie textile dans des bâtiments est toujours en place : écuries, buanderie, doués, logement et petit édifice de surveillance (?) placé à l'entrée du site, près de l'aire de séchage.
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Saint-Brandan, matrice des propriétés bâties, 1831-1914. cadastrale par ordre alphabétique de communes. Saint-Brandan, état de section, 1831. cadastrale par ordre alphabétique de communes. Saint-Brandan, matrice des propriétés bâties, 1882-1911. MARTIN, Jean. Au XVIIIe siècle, un aspect méconnu de la manufacture des "toiles-Bretagne", le MARTIN, Jean. Un aspect méconnu de la manufacture des toiles " Bretagnes " : le blanchissage . Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1993, n° 70, p. 35-64. . 644-1341 (le Patrimoine des Communes de France).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Saint-Brieuc
  • Porte Saint-Vincent, rue Saint-Vincent - place Gambetta (Vannes)
    Porte Saint-Vincent, rue Saint-Vincent - place Gambetta (Vannes) Vannes - rue Saint-Vincent place Gambetta - en ville - Cadastre : 1980 BS non cadastré
    description :
    Porte en pierre de taille de granite architecturée à trois travées encadrées de colonnes et trois , encadrant les armes de la ville. Le troisième niveau est constitué d'une niche médiane encadrée de volutes.
    annexe :
    municipales de Vannes 19985600325XA : Archives municipales de Vannes 19985600326XA : Archives municipales de Vannes 19985600327XA : Archives municipales de Vannes 20105607075NUCB : Musée des Beaux-Arts, Vannes La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses faucxbourgs, voies, chemins et routes, 1889 GUYOT -JOMARD, Alex. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses faucxbourgs, voies, chemins et routes . Extraits du Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889. P. 72 la ville de Vannes entres les antiennes portes de Calmon et de Ker, sur le canal et rivière d'ycelle des ponts et portes qui se construisent de neuf sur le d. canal...la somme de neuf cens livres tournois que le sieur Lorans Comptable luy a payée comptant sur celle de unze mil cinq cens livres à laquelle lui aurait été judiciairement absollué, comme moins disant le bail à feur de la construction des dictz pontz et porte neufve le unziesme jour de May mil six cens vingt et en devant le Sénéchal dud
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. AD Morbihan 2Fi Porte saint-Vincent, vue vers le sud. Dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle. Musée des
    denominations :
    porte de ville
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    On sait qu'un passage est d'abord ouvert à cet endroit en 1600 pour remplacer la porte de entre 1620 et 1624 par l'architecte Jean Bugeau, d'origine rennaise. La structure présente de graves désordres dès le début du 18e siècle. Des réparations sont effectuées en 1727. Les projets de Jannesson en 1738 pour la reconstruction de la porte ne seront pas exécutés. En 1747, l'ingénieur Duchemin reprend entièrement la porte en conservant la façade de Bugeau, mais en supprimant la toiture et la chambre haute. Une première statue du saint, de pierre ou de marbre, est mise en place en 1624, d'après le marché passé avec un sculpteur nantais. Cette statue mise à bas lors de la Révolution est remplacée en 1891 ; à la même date sont apposées sur la façade les armes de la ville.
    referenceDocumentaire :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle A. D. Morbihan 2 Fi 477. Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. . Porte Saint-Vincent. Dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle. Les remparts de Vannes ANDRE, Patrick, LEGUAY, Jean-Pierre, MUSSAT, André, PILVEN, Denis. Les remparts de Vannes. In : Les amis de Vannes, 1988, 87p. p. 72, 73, 83 La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes GUYOT-JOMARD, Alexandre. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889. p. 111, 193, ill Histoire de Vannes et de sa région LEGUAY, sous la direction de Jean-Pierre . Histoire de Vannes et de sa région. Toulouse : éditions Privat. Pays et villes de France, 1988. 320p
  • Carrière de granite de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion, la Touche (Languédias)
    Carrière de granite de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion, la Touche (Languédias) Languédias - la Touche - isolé - Cadastre : 1983 B1 263 à 265, 268, 270, 745, 840, 841, 861
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    destinations :
    usine de taille de matériaux de construction
    appellations :
    carrière de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion
    illustration :
    Vue générale sud avec le second nouvel atelier de taille situé à gauche, tandis que l'ancien Atelier de taille, façade ouest. IVR53_20022215975NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    La site d'extraction de la Touche comprend, d'une part l'ancienne carrière, excavation innondée, et d'autre part les ateliers : forge et ateliers de taille. Ces derniers consistent en une suite de petits de tôle et couverture en tôle ondulée. Les ateliers, datés des années 1990, sont édifiés en parpaings de béton et en essentage de tôle, et sont couverts d'un toit à longs pans à pente très douce. Il se différents outils. L'ensemble s'organise autour des aires de stockage des matières premières et des produits
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de la Touche est probablement en activité dès la fin du 19e siècle. Au cours du siècle suivant, des ateliers de taille de matériaux de construction sont associés à la carrière . De source orale, cette dernière n'est plus exploitée depuis les années 1980. Dans les années 1990, de nouveaux ateliers sont édifiés. Autrefois spécialisé dans l'extraction et la taille de matériaux pour le bâtiment, l'établissement ne fabrique plus aujourdhui que des dallages, pavés ou bordures. De mémoire
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement Société GraniBat, Bel-Air (Languédias)
    Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement Société GraniBat, Bel-Air (Languédias) Languédias - Bel-Air - isolé - Cadastre : 1983 A3 569, 911, 949 à 954
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    destinations :
    usine de taille de matériaux de construction
    appellations :
    carrière de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société
    illustration :
    Vue générale de l'excavation en partie comblée. IVR53_20022215970NUCA Vue générale des ateliers de taille. IVR53_20022215971NUCA Vue générale est des ateliers de taille. IVR53_20022215972NUCA Vue générale est des ateliers de taille dont les plus anciens, construits en essentage de planches Détail du front de taille avec les traces des outils ayant servi au détachement du bloc de la
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    La site de la Burie comprend, d'une part l'ancienne carrière, excavation en partie comblée, et d'autre part les ateliers de taille. Ces derniers consistent en une série de petits hangars ouverts en façade, accolés et adossés les uns aux autres, formant de petits box. Ils sont édifiés en structure légère : essentage de tôle et couverture en tôle ondulée ; les plus anciens sont en essentage de planches . Les bureaux, situés à l'entrée du site, consistent en de petites cabanes préfabriquées. L'ensemble
    murs :
    essentage de tôle essentage de planches
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de la Burie, vraisemblablement exploitée dès la fin du 19e siècle formant une société de fait pour la remise en exploitation de la carrière et pour créer une usine de taille de matériaux de construction. Des ateliers en structure légère sont alors édifiés sur le site . Lors du partage qui suit la dissolution de la société, effective le 15 mars 1966, l'ensemble du fonds Lebranchu étant toujours actionnaire. Son activité concerne l'exploitation de carrières de granite, la transformation et le commerce des pierres à bâtir et autres. Le 5 juillet 1999, la société change de raison sociale et devient GraniBat, unité de production secondaire dépendant de Granit Ouest. Actuellement, seule l'usine de taille fonctionne toujours ; la carrière n'est plus en activité, le granite gris extrait en granite exploité provient donc de la carrière du Houx, situé sur la même commune, mais aussi de carrières débouchés commerciaux concernent essentiellement le bâtiment. En 1962, la carrière de la Burie emploie vingt
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S supplément 247. Versement de la Direction régionale de l'industrie et de Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de grès rose Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel (Fréhel)
    Carrière de grès rose Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel (Fréhel) Fréhel - Carrière du Routin - isolé - Cadastre : 1983 AD 1 à 23, 282, 292 à 339
    annexe :
     : Archives départementales des Côtes d'Armor, 11 S 5 (30) II. 20032201464NUCB : Tribunal de grande instance A l'extrême fin du 19e siècle, le littoral allant de Erquy à Pléhérel est jalloné par un cordon de Carrières de l'Ouest, dont le siège social est à Paris ; elle reprend l'ensemble de ces carrières et est par ailleurs propriétaire de quatre autres exploitations situées en Mayenne, dans la Manche, le Calvados et Carrières de l'ouest, représentée par M. Gérault, fournit la presque totalité des produits extraits dans la région. Un procès verbal daté de 1902 apporte quelques précisions concernant la localisation exacte de chantiers différents situés au cap d'Erquy. Ils sont ouverts à flanc de coteau aux lieux dits le Pendu et la Pointe du Port. Les fronts de taille sont coupés en gradins très inclinés, et atteignent jusqu'à 15 et 20 m de hauteur. L'inclinaison des bancs de grès est de 30° dirigés vers le nord, en sens inverse des fronts de taille. Les parties supérieures des fronts de taille sont parfois recouvertes d'un conglomérat
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    appellations :
    carrière Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel
    illustration :
    Plan de situation de la concession Barrier dressé par l'ingénieur M. Chicoineau, à l'occasion de la Plan de situation du port Barrier (4 avril 1891). IVR53_20022216340NUCB En-tête de papier daté de 1963. IVR53_20032201464NUCB Vue générale nord-ouest d'une partie de l'ancien site d'extraction. IVR53_20022216351NUCA Ancien site d'extraction. Les anciennes traces de taille sont parfaitement visibles Détail d'un trou de barre à mine utilisé pour dissocier les blocs. IVR53_20022216353NUCA Vue générale de la zone d'extraction. IVR53_20022216341NUCA Vue nord ouest de la première des quatre zones d'extraction située au delà de l'anse Vue générale de deux des quatre zones d'extraction. IVR53_20022216355NUCA Vue générale de la troisième zone d'extraction. IVR53_20022216356NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de grès rose
    titreCourant :
    Carrière de grès rose Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel (Fréhel)
    description :
    Les carrières sont situées dans la falaise et s'étendent sur 3 à 4 km au bord de la mer. Leurs sommet de la falaise. L'extraction s'organise sur la côte littorale, entre le Cap-Fréhel et la commune des Sables d'or. Entre ces deux extrémités, le site s'organise, d'est en ouest, entre la Pointe de l'Assiette, la Pointe des Châtelets, la Pointe de la Génière, la Pointe de la Guette, et l'écluse de la Ville la falaise formant de vastes alvéoles d'extraction dans l'une desquelles est implantée l'usine de fabrication de matériaux de construction. A chacune des extrémités se situent d'une part la jetée du port l'entrée du site ; ils sont bâtis en moellons de grès, comptent un étage carré pour le logement de contremaître et les bureaux, et sont couverts de toits à longs pans en ardoises. Au sommet de la falaise et à l'écart du site d'exploitation subsistent l'ancien abattoir, le logement patronal et trois grands corps de bâtiments abritant des logements d'ouvriers bâtis au cours de la dernière décennie du 19e siècle. Ils sont
    murs :
    essentage de tôle
    denominations :
    usine de fabrication de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication logement de contremaître
    historique :
    étant reliées entre elles, vers 1900, par un chemin de fer longeant la falaise. Sous la direction , Emile Barrier fonde la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, dont le siège est à Paris (75), et qui de la grève de Minieu, un port qui se compose d'une jetée-abri, d'une longueur de 70 m, suivie d'un quai long de 80 m qui s'enracine dans la falaise ; la jetée consiste en un mur de 3 m de largeur au sommet, construite avec du mortier de ciment, de chaux hydraulique et de sable. Ce port est le lieu d'expéditions quotidiennes de 100 t de produits tirés de la falaise. En 1893, cinq logements et un logement , ainsi que trois nouvelles maisons et une forge à la Lande. En 1896 et au cours des années suivantes, de siècle, les seuls produits fabriqués, à partir de l'extraction de grès quartzite rose à grains fins, sont des pavés et du macadam expédiés par bateau de la carrière de la Carquois où se trouve le port Barrier villes du nord et de l'ouest de la France comme Dunkerque (59), Calais (62), Boulogne (62), Le Havre (76
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Pléhérel, matrice des propriétés bâties (cases 1-980), 1882 ). Biens (classement par communes) : Pléhérel, alignements, permissions de voirie, 1881-1899. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (53). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (178). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (200). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel -préfecture de Dinan ; industrie et travail : grèves, 1893-1900.  : Ministère de la guerre - comité d'action économique de la Xe région. 1919.
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé)
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé) Hinglé (Le) - la Pyrie - isolé - Cadastre : 1998 A1 55, 57, 143, 144, 148 à 150, 168, 494, 515, 521, 549, 564, 987, 988
    titreCourant :
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé)
    description :
    Le site de la Pyrie est assez vaste. La carrière a notamment entraîné l'extension de l'urbanisation de la commune du Hinglé au nord de sa configuration originale. Les trois logis de contremaîtres et le restaurant sont édifiés en moellons de granite et sont couverts de toits à longs pans en ardoises. Autrefois desservi par embranchement ferroviaire, le site de la carrière proprement dit comprend, d'une part l'excavation encore entourée de trois chèvres, et d'autre part les ateliers et un grand bâtiment à usage de bureaux, d'habitation du chef d'exploitation, plus une remise et une écurie. Il se compose de trois corps , à quatre foyers, surmontée d'une toiture en tuiles mécaniques, puis les différents ateliers de transformation (taille et polissage) édifiés en structures plus légères : bois et essentage de tôle avec
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    appellations :
    carrière et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie, puis de la Société Exploitation des Granits de la Pyrie, actuellement usine de taille de matériaux de construction de la Société
    illustration :
    Carte postale ancienne : atelier de taille desservi par embranchement ferroviaire (vers 1905 Carte postale ancienne : atelier de fabrication des meules (1906). IVR53_20032201524NUCB Carte postale ancienne : vue générale de l'excavation des Granits de la Pyrie au Hinglé (vers 1912 Carte postale ancienne : excavation des Granits de la Pyrie. IVR53_20032201513NUCB Carte postale ancienne : déchargement d'un bloc de granite. IVR53_20032201514NUCB Carte postale ancienne : grue roulante servant au transport des blocs de granite, vers 1920. Elle a Carte postale ancienne : atelier de polissage. IVR53_20032201515NUCB Carte postale ancienne : les polisseurs de la Pyrie (1929). IVR53_20032201518NUCB Carte postale ancienne : les forgerons de la Pyrie (1930). IVR53_20032201519NUCB Carte publicitaire des Granits de la Pyrie (vers 1914-1920). IVR53_20032201520NUCB
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication atelier de réparation logement de contremaître
    historique :
    En 1840, le site de la Pyrie se compose de deux petites carrières qui vont ultérieurement se construction de bâtiments et d'ouvrages de génie civil dont la mise en place de la ligne de chemin de fer reliant Dinan à La Brohinière, inaugurée en 1896. La carrière de la Pyrie possède quatre forges édifiées à vers 1945. Deux autres forges subsistent à l'extérieur du site, dont une bâtie en 1878. A partir de 1900, en plus des matériaux de construction tels que des pierres de taille pour la construction d'édifices et les entreprises de travaux publics, des pavés ou encore du sable, la carrière de la Pyrie fourni les matériaux nécessaires à la construction des quais de la Tamise et du phare de Penzance en Angleterre, ainsi que ceux utilisés pour la construction des ports du Havre (76), de Granville (50), de Lorient (56) ou de Nantes (44), et des casernes de Caen (14) et de Dinan (22). Les matériaux étaient également exportés en Belgique après être chargés sur des bateaux en partance de Saint-Malo (35). En 1906
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 1 (7). Mine : contrôle de l'industrie minérale et métallurgique. Généralités : rapports de l'ingénieur en chef, carrières, 1870-1874. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (81). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel AD Côtes d'Armor. Série U ; sous-série 4 U : 4 U 12 (96). Justice de paix de Dinan, tribunal de commerce, actes de société (cantons de Dinan), 1908-1909. Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées). 1939-1945. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1988, n°65. de Dinan, 2000, n°20.
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
  • Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Bignon (Brusvily)
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Bignon (Brusvily) Brusvily - les Grandes Landes - isolé - Cadastre : 1983 A3 514, 516 à 520, 741, 742
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    appellations :
    carrière et usine de taille de matériaux de construction Bignon
    illustration :
    Vue générale nord de l'entrée du site. IVR53_20022216545NUCA Atelier de taille, façade nord-ouest. IVR53_20022216547NUCA Atelier de taille, façade sud-est. IVR53_20022216548NUCA Atelier de taille avec charpente en bois, façade sud-est. IVR53_20022216549NUCA Vue générale de l'excavation. IVR53_20022216550NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Bignon (Brusvily)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Le site de la carrière Bignon, assez concentré, comprend l'excavation, en partie envahie par la végétation, et trois ateliers de taille : hangars édifiés en essentage de tôle avec charpente en bois, ainsi que le petit bâtiment des bureaux en parpaings de béton.
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de Brusvily semble avoir été exploitée à l'extrême fin du 19e siècle par Alexis Bigon, mentionné en 1887 comme tailleur de pierres au bourg. En 1893, la matrice cadastrale carrière, qui comprend une unité de taille de matériaux de construction, est toujours exploitée par la avec la réalisation de pavés, de bordures de trottoirs, etc. La carrière de granite gris moucheté G de salariés. A sa fermeture en 2001, ses trois ouvriers sont embauchés par la Société Bretagne
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Brusvily, matrice des propriétés bâties (cases 1-281), 1911 AD Côtes d'Armor. Série S supplément 247. Versement de la Direction régionale de l'industrie et de
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite Juhel, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Société d'Exploitation du Granit Blin, Hillion et Cie (Brusvily)
    Carrière de granite Juhel, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Société d'Exploitation du Granit Blin, Hillion et Cie (Brusvily) Brusvily - les Grandes Landes - isolé - Cadastre : 1983 A3 334, 335, 521 à 530
    titreCourant :
    Carrière de granite Juhel, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Société d'Exploitation du Granit Blin, Hillion et Cie (Brusvily)
    description :
    Le site de la carrière s'organise de part et d'autre de la route départementale 71 et comprend, au nord-est, deux ateliers de taille : hangars édifiés en parpaings de béton et en essentage de tôle , couverts de tôle ondulée ; et au sud-ouest la forge et le bureau implantés en bordure de la route, puis l'excavation située à l'arrière. La forge, à un foyer, consiste en un petit bâtiment de plan rectangulaire bâti en moellons de granite ; il compte un étage en surcroît couvert d'un toit à longs pans en ardoises . Le bureau, en parpaings de béton, est adossé à sa façade postérieure, sud-ouest.
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    appellations :
    carrière Juhel, puis carrière et usine de taille de matériaux de construction de la Société
    illustration :
    Vue générale sud de l'excavation et de la forge, à l'arrière plan. IVR53_20022216552NUCA Vue générale de l'excavation et du front de taille. IVR53_20022216553NUCA Vue générale de la carrière en cours d'exploitation. IVR53_20022216551NUCA Vue générale nord : forge et aire de production. IVR53_20022216555NUCA Vue générale des deux ateliers de taille édifiés en 1981. IVR53_20022216560NUCA Ateliers de taille, vue sud-est. IVR53_20022216557NUCA Atelier de taille, vue générale sud-ouest. IVR53_20022216558NUCA Atelier de taille, façade sud. IVR53_20022216559NUCA
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    Cette carrière de granite est exploitée après 1891, date d'acquisition du terrain par Samson Juhel  ; ce dernier exploitera la carrière durant une grande partie de la première moitié du 20e siècle. En septembre 1947, André Blin et Elie Hillion l'acquièrent pour un bail de neuf ans. Le 22 janvier 1949, les capital social est porté de 500 000 francs à 1 330 000 francs. Dans cette seconde moitié du 20e siècle , une usine de taille de matériaux de construction est associée à la carrière. En 1981, l'entreprise fait édifier de nouveaux ateliers de taille de l'autre côté de la route (D 71). Inscrite sous la raison sociale Granit'M depuis 1997, elle est spécialisée dans l'extraction et la taille de matériaux pour la voirie avec la réalisation de pavés, bordures de trottoirs, etc. Une série de marchés est passée avec , l'entreprise souffre de la concurrence étrangère, notamment chinoise où la main d'oeuvre est moins chère et le coût de transport inexistant puisque le granite importé est utilisé pour lester les bateaux qui
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Brusvily, matrice des propriétés foncières (folios 1-504 AD Côtes d'Armor. Série S supplément 247. Versement de la Direction régionale de l'industrie et de Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
  • Carrière de granite du Houx dite Richard, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Cocheril, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement GraniBat, les Houx (Languédias)
    Carrière de granite du Houx dite Richard, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Cocheril, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement GraniBat, les Houx (Languédias) Languédias - le Houx - isolé - Cadastre : 1983 B1 229, 230, 245 à 252 1983 C1 27 à 29
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    appellations :
    carrière du Houx dite Richard, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de
    illustration :
    Vue générale de l'excavation. IVR53_20022215979NUCA Vue générale sud : ateliers de taille et transformateur. IVR53_20022215980NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite du Houx dite Richard, puis carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Cocheril, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement GraniBat, les Houx (Languédias)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    La carrière se situe à proximité des ateliers de taille de matériaux de construction désaffectés . Ces derniers consistent en des constructions légères largement ouvertes, construites en essentage de tôle et couvertes de tôle ondulée. Le transformateur est bâti en moellons de granite. A l'entrée du site se trouve un petit bâtiment de plan rectangulaire à un étage de comble à surcroît, couvert d'un toit à longs pans en ardoises ; il est édifié en moellons de granite.
    murs :
    essentage de tôle
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite du Houx est mentionnée pour la première fois dans les archives du service direction. Le front de taille, qui mesure de 7 à 8 m de hauteur, est coupé à peu près verticalement avec quelques mètres de gradins. Une usine de taille de matériaux de construction est alors associée à la carrière. Eugène Cocheril, domicilié au bourg de Languédias, prend la succession de son père et fait la déclaration de la carrière en son nom le 26 juin 1904. En 1933, le contremaître de la carrière Cocheril est André Marcel. L'eau accumulée dans la partie inférieure de l'excavation, exploitée en profondeur, n'est à bâtir et autres, de carrières situées en France, plus spécialement en Bretagne, et notamment à sont alors destinés l'usine de taille de matériaux de construction qu'elle possède sur le site de Bel -Air, sur la même commune. Actuellement, les ateliers de taille du Houx sont désaffectés, seule la carrière fonctionne encore et fournit toujours des matériaux à l'usine GraniBat de Bel-Air. En 1961, la
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan