Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 58 - triés par pertinence
  • Les édifices à pan de bois de la commune de Mordelles
    Les édifices à pan de bois de la commune de Mordelles Mordelles
    titreCourant :
    Les édifices à pan de bois de la commune de Mordelles
    murs :
    bois pan de bois
    illustration :
    Maison, La Noë du sénil, détail de la façade sud (état en 2017) IVR53_20173506750NUCA Maison, La Noé du Sénil, détail de la porte (état en 2017) IVR53_20173506751NUCA Maison, 11 rue des Déportés, détail des entretoises et de la sablière haute (état en 2017 Maiosn, 12 place Saint-Pierre, détail de la façade sud (état en 2017) IVR53_20173506755NUCA Maison, 1 avenue du Maréchal Leclerc, détail de la sablière haute et des pigeatres (état en 2017 Château de la Villedubois, aile ouest, détail de la sablière haute et des entretoises (état en 2017 Le pressoir, tête de pignon (état en 2017) IVR53_20173506759NUCA Anciens communs de la maison de La Perruche (état en 1973) IVR53_19733505534Z Maison de l'Abbaye, vue générale (état en 1973) IVR53_19733505437Z Maison de l'Abbaye, vue générale (état en 2017) IVR53_20173506651NUCA
    denominations :
    pan de bois
    contenu :
    Les édifices à pan de bois recensés participent entièrement à l'identité architecturale de la commune de Mordelles. Marquant à la fois le paysage urbain et rural du territoire mordelais, ces constructions sont à mettre en relation avec les nombreux autres exemples de ce type qui parsèment le bassin de Rennes. L'utilisation du pan de bois témoigne d'un mode constructif largement employé dans les constructions du Moyen Age et de l'époque moderne. Les forêts autour de Rennes étaient largement plus étendues à pauvreté du sous-sol en pierre à extraire pour la construction. Le pan de bois est ici employé dans différentes typologies architecturales : maisons de bourg, constructions agricoles, résidences seigneuriales , etc. La technique du pan de bois est progressivement abandonnée dès la fin du 18e siècle et tout au long du 19e siècle, au profit d'autres modes constructifs notamment la bauge permettant l'élévation de de pignon. Si certaines constructions dévoilent encore aujourd'hui leur ossature en pan de bois
  • Château de Toul ou de Cosquiez (Le Conquet)
    Château de Toul ou de Cosquiez (Le Conquet) Conquet (Le) - Cosquiez - isolé
    titreCourant :
    Château de Toul ou de Cosquiez (Le Conquet)
    description :
    Edifice de plan irrégulier en L ; les corps de bâtiments principaux sont interrompus par des pavillons et des corps secondaires. Couvertures en pavillon et en terrasse ; éléments de fortifications pittoresques (châtelet, creneaux). Elévation de moellon avec encadrements de baies en pierre de taille.
    illustration :
    Vue de situation IVR53_20042905561NUCB
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    historique :
    Château construit autour de 1900 à l'emplacement d'une ferme.
    referenceDocumentaire :
    1598. LE CONQUET - Château de Toul à Blanttok. E.L.D. (A.D. 35 ; 6 Fi PLOUMOGUER). p. 1426 Le patrimoine des communes du Finistère. Collection : Le patrimoine des communes de France
  • Château de Liziec (Vannes)
    Château de Liziec (Vannes) Vannes - Liziec - Cadastre : 1980 non cadastré
    titreCourant :
    Château de Liziec (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le château se présente aujourd'hui dans un environnement modifié par l'amputation de son parc au partir de l'entrée bordée d'un pavillon de garde, et la façade sur jardin au sud. Le château se compose de trois corps associés en alignement et différenciée par leurs toitures et leur volumes différents . La partie centrale, la plus ancienne est la plus étroite ; elle montre une élévation ordonnancée de -hors-oeuvre de service. Le couloir axial avec escalier en bois est à retours avec jour distribue une pièce de chaque côté. La partie ouest à trois travées a vu sa distribution intérieure en partie l'étage. Les élévations enduites possèdent des ouvertures en granite au rez-de-chaussée, en calcaire à l'étage, en bois pour les lucarnes de la partie est, en calcaire pour celles de la partie médiane et en fonte pour celles de la partie est.
    annexe :
    . 19975601147X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604380NUCB : Archives départementales du Morbihan
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    plus ancienne fait partie des demeures de parlementaires établies autour de Vannes aux 17e et 18e siècles. L'absence du dépouillement des plans réalisés par Caubert, à l'exception de l'élévation de la partie ouest, empêche de connaître aujourd'hui la chronologie exacte des augmentations au début du 20e
    appellations :
    de Liziec
    illustration :
    Fonds de l'Intendance. Plan de la banlieue de la route de Vannes à Rennes : détail. AD Ille-et Demande de monsieur Eudes propriétaire de Liziec pour planter une prairie le long du Liziec et de Projet d'agrandissement du château de Liziec pour la baronne Fabre par Caubert de Cléry daté de Vue de situation prise du sud. IVR53_20005603854NUCA Vue de situation prise du sud. IVR53_20015600132XA
    profession :
    [architecte] Caubert de Cléry Joseph
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    -Armand du Perenno est décédé dans "son château de Liziec". Pourtant, il est acquis que Liziec et ses fermes sont acquises en 1766 par Gabriel Fabre, fils de Jean Fabre établi à Vannes en 1690, procureur au Présidial de Vannes auquel il a succédé dans sa charge : il aurait alors fait construire une "maison de campagne" qui pourrait être la partie centrale actuelle, dessinée par Galles en 1868. De nombreux travaux des travaux d'amélioration de la route de Rennes. Au 19e siècle, le château est la propriété des Eudes et des Fabre. Le 8 octobre 1851, monsieur Eudes, juge d'instruction et propriétaire de Liziec fait une demande d'alignement pour planter une prairie le long du Liziec et de la RN 166 (demande non concernant le mur d'enclos et le percement d'une porte cochère est acceptée en 1873. Le dessin de Galles de après 1870 que le château est agrandi, en incluant le premier édifice dans l'alignement : il s'agit de façade et d'une véranda sur la façade postérieure, ainsi que par la réfection de l'escalier et du décor
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la Projet d'agrandissement du château de Liziec pour la baronne Fabre, correspondance, 1911-1921 A. D . Morbihan. 149 J 138. Fonds Joseph Caubert de Cléry. 1911-1921. Projet d'agrandissement du château de Liziec Projet d'agrandissement du château de Liziec pour la baronne Fabre, plans, 1911 A. D. Morbihan. 149 J 354. Fonds Joseph Caubert de Cléry. 1911. Projet d'agrandissement du château de Liziec pour la p. 840-841 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 128 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e
  • Château de la Grée de Callac (Augan et Monténeuf)
    Château de la Grée de Callac (Augan et Monténeuf) Monteneuf - la Grée de Callac - isolé - Cadastre : 1972 AB 30 A 34
    titreCourant :
    Château de la Grée de Callac (Augan et Monténeuf)
    etages :
    étage de comble
    annexe :
    19785601313XB : Collection Musée de Bretagne 19785601312XB : Collection Musée de Bretagne
    illustration :
    Plan du rez-de-chaussée IVR53_19875600002P Projet de jardin français IVR53_19875600001Z Cadastre de 1847, section B4 IVR53_19775600443N Canton de GUER, MONTÉNEUF, La Gré-de-Callac, château de La Grée de Callac, projet de jardin La Grée-de-Callac : la chapelle. IVR53_19785601313XB La Grée-de-Callac (carte postale) IVR53_19785601312XB La Grée-de-Callac, façade est (carte postale) IVR53_19775601110VB Vue aérienne prise de l'ouest sud-ouest IVR53_19795600051V
    historique :
    Edifice limite 19e siècle 20e siècle, construction postérieure au cadastre de 1847.
    localisation :
    Monteneuf - la Grée de Callac - isolé - Cadastre : 1972 AB 30 A 34
  • Château de Keristum (Audierne)
    Château de Keristum (Audierne) Audierne - Keristum - isolé - Cadastre : 1983 AE 16
    titreCourant :
    Château de Keristum (Audierne)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Edifice de plan massé dissymétrique. Elévation en maçonnerie enduite avec niveau de soubassement , encadrements de baies et chaînes d'angles en pierre de taille de granite. Toit brisé percé de lucarnes couvert
    destinations :
    colonie de vacances
    murs :
    pierre de taille
    profession :
    [commanditaire] L'Ecluse de
    representations :
    Armoiries famille de l'Écluse.
    historique :
    Château construit pour la famille de l'Écluse en 1877 (date portée) ; blasons : de l'écluse et blason non identifié ; un corps de bâtiment semble avoir été ajouté vers 1900 (?) à l'est.
    referenceDocumentaire :
    3266. AUDIERNE. Le Château de Keristum. Collection Villard, Quimper. Carte postale (A.D. 29 : 2 J).
  • Château de Landeboulou (Lanvallay)
    Château de Landeboulou (Lanvallay) Lanvallay - Landeboulou - en écart - Cadastre : 1844 A1
    titreCourant :
    Château de Landeboulou (Lanvallay)
    description :
    Édifice construit dans l'axe du corps de bâtiment ancien. Il se compose d'un haut corps couvert en chef et un en pointe et armes des Guerin de Tourville : d or à trois lions de sable.
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Dinan
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Dessin vers 1900, par Henri Frotier de la Messelière IVR53_19802203065ZMI Vue du corps de bâtiment fin 19e siècle IVR53_20042209001NUCB Vue de situation IVR53_20142201436NUCA
    contenu :
    nouvelle qui rappelle les nombreuses villas de la côte d’Émeraude. Ces mélanges de styles historiques qualifient l'éclectisme de cette période. Ainsi tourelle et fenêtres néogothique se mêlent à des formes plus
    referenceDocumentaire :
    Lanvallay. Section A1 dite de Landeboulou, 1e feuille Plan cadastral, Millet géomètre, échelle 1 Lanvallay (C.-du-N.).- Château de Landé-Boulou. cl. Parnbrun Tréméreuc (C.-du-N.), Edit. Roux (A.D
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Château de Mué (Parcé)
    Château de Mué (Parcé) Parcé - Mué - isolé
    titreCourant :
    Château de Mué (Parcé)
    description :
    De plan rectangulaire, le corps de bâtiment principal compte un rez-de-chaussée élevé sur sous-sol travées d'ouvertures en plein cintre. L'axe central de la composition est souligné par l'escalier l'ensemble. Alors que les moellons de grès du sous-sol sont apparents, les autres niveaux sont couverts d'un enduit blanc combiné au rouge de la brique (encadrements d'ouvertures) et au gris du granite (bandeaux et flanqué sur le côté Ouest de la construction y ajoute une travée tandis qu'une dépendance de faible hauteur est adossée au pignon Est. Formé de colonnes en granite surmontées de boules, le portail qui donne accès à la propriété provient selon toute vraisemblance de l'ancien château qui fut détruit au 18e
    murs :
    granite pierre de taille
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier symétrique
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Château de Kerminaouët (Trégunc)
    Château de Kerminaouët (Trégunc) Trégunc - Kerminaouët - isolé
    titreCourant :
    Château de Kerminaouët (Trégunc)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Edifice de plan allongé comportant un corps de logis rectangulaire accosté d'une tour hors-oeuvre . Maçonnerie de moellon avec encadrements de baies, lucarnes et fronton en pierre de taille.
    murs :
    pierre de taille
    profession :
    [commanditaire] Derval de
    historique :
    Château construit autour de 1900 par Charles Chaussepied, architecte à Quimper, sur le site d'un , un projet de restauration avait été étudié par l'architecte rennais Arthur Regnault et abandonné.
    referenceDocumentaire :
    pl. 89-91 ARNAUD. Le guide du constructeur - Album de 100 modèles pratiques et économiques. Castels , villas, maisons de campagne, cottages, communs, serres détails d'architecture - façades, coupes, plans Trégunc Château de Kerminaouët. Collection Villard, Quimper. (A.D. 35 ; 6 Fi Trégunc). p. 304 Le patrimoine des communes du Finistère. Collection : Le patrimoine des communes de France
  • Château de Trodibon (Plouezoc'h)
    Château de Trodibon (Plouezoc'h) Plouézoch - Trodibon - isolé
    titreCourant :
    Château de Trodibon (Plouezoc'h)
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    Edifice de plan en L. La façade principale est encadrée de deux avant-corps polygonaux. Maçonnerie de moellon enduit avec encadrements de baies, chaînes d'angles, bandeaux horizontaux, corniche et lucarnes en pierre de taille de granite.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation IVR53_20042905547NUCB Vue de trois-quart IVR53_20042905546NUCB
    historique :
    L'actuel château a certainement été reconstruit autour de 1900 à l'emplacement d'un édifice du 18e siècle, lui-même remplaçant des bâtiments plus anciens. La propriété passe par héritage à la famille de Kersauzon en 1810 et y reste jusqu'en 1966. Le château est entouré d'un vaste parc et de nombreuses
    referenceDocumentaire :
    1506 - PLOUEZOC'H (Finistère). Le Château de Trodibon. ND Phot. (A.D. 35 ; 6 Fi PLOUEZOC'H). 353. Environs de Morlaix - Château de Trodibon. Toute la Bretagne, Collection Andrieu. (A.D. 35 ; 6 p. 70-73 APPRIOU, Daniel, BOZELLEC, Erwan. Châteaux et manoirs en baie de Morlaix. [S.l
  • Château de Quenven (Locmalo)
    Château de Quenven (Locmalo) Locmalo - Quenven - isolé - Cadastre : 1842 A2 380 à 400 2015 ZD 24, 25, 26
    titreCourant :
    Château de Quenven (Locmalo)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le domaine se compose d'un grand logis, de dépendances au nord et à l'est, et d'une ferme modèle à l'extérieur de l'enclos. Une allée droite orientée nord-sud mène au portail d'entrée délimitée par quatre complété par une aile de retour à l'est qui a détruit l'ordonnance d'origine. Au nord, les écuries, donne sur la cour de la ferme (?) enclose avec logis à étage de type ternaire orienté au sud et dont l'accès
    illustration :
    Logis de la ferme, vue partielle et vue du logis du régissieur (?) au second plan
    profession :
    [propriétaire] Modille de Villeneuve (Monseigneur) Léonce
    contenu :
    Propriété de Monseigneur de Villeneuve, éminent historien de Guémené à la fin du 19e siècle, le château de Quenven est un des seuls érigés au 19e siècle à proximité de Guémené et dans la haute Vallée du Scorff. Bien que postérieur à 1841, le logis mixe le style néo-classique alors un peu passé de mode, pour les ouvertures de l'étage, avec le style plus classique des lucarnes dont le modèle appartient plutôt au début du 18e siècle. On regrettera la suppression de l'enduit qui atténue la structuration de la façade. Contemporaines, les dépendances sont aussi de grande qualité, dont le logis du régisseur (?) au nord, avec cour enclose, et la ferme modèle érigée le long de la route détournée hors du domaine après
    historique :
    Le corps principal du château est édifié pour la famille Modille de Villeneuve probablement peu après 1841 (il ne figure pas sur le plan cadastral à cette date), sur l'emplacement de plusieurs fermes : la fenêtre au rez-de-chaussée porte une date, non lue. L'étable en alignement, en ruine, date du 19e siècle. La ferme de type ferme modèle est construite vers 1900 en dehors de la clôture du château : le
  • Les châteaux, manoirs et demeures de la commune de Mordelles
    Les châteaux, manoirs et demeures de la commune de Mordelles Mordelles
    titreCourant :
    Les châteaux, manoirs et demeures de la commune de Mordelles
    illustration :
    Château de La Chesnaie (état en 1973) IVR53_19733505540Z Château de Beaumont (état en 1973) IVR53_19733505389Z Château de La Villedubois, façade sud du corps de logis (état en 2017) IVR53_20173500786NUCA La Haye-de-Mordelles, vue génrale du logis et de l'aile de communs IVR53_20173500680NUCA Château de La Haichois (état en 2004) IVR53_20043521157NUCA Tour d'escalier de l'ancien manoir de la Péronnais IVR53_20173506728NUCA
    contenu :
    anciennes de la noblesse, Paul Banéat mentionne et localise 31 manoirs et châteaux sur l'actuel territoire communal de Mordelles. Ce chiffre révèle une densité très importante de ces édifices durant le Moyen Age et -Vilaine. Mordelles est à l'image de plusieurs communes rurales qui s'inscrivent historiquement dans le cadre péri-urbain de Rennes. La proximité avec un centre urbain actif dès le Moyen Age, a permis le développement de paroisses importantes. Cette forte implantation de la noblesse rurale s'explique également par un réseau routier déjà dense à cette époque, favorisé par le tracé de l'ancienne voie royale Rennes -Vannes qui traversait la paroisse de Mordelles. À cela s'ajoute un contexte topographique caractérisé par de grands plateaux propices à l'installation d'exploitations agricoles gérées par les différents domaines seigneuriaux. D'un point de vue paysager, l'importante étendue forestière ceinturant autrefois la forêts, la présence de l'eau est un facteur d'attractivité dans le choix du site pour implanter un manoir
    referenceDocumentaire :
    Dossier de Pré-Inventaire de 1973, Mordelles Dossier de pré-inventaire, Service de l'inventaire du Patrimoine de Bretagne, 1973 Etude du patrimoine de Rennes Métropole et richesses artistiques de la France. Paris : Imprimerie Nationale, 1993. (Cahiers de l'Inventaire Ille-et-Vilaine (XIXe - XXe siècles). Mémoire de D.E.A. sous la direction de Jean-Yves Andrieux , Université de Rennes II, juin 2004.
  • Château de Kervaulongar (Garlan)
    Château de Kervaulongar (Garlan) Garlan - Kervaulongar - isolé
    titreCourant :
    Château de Kervaulongar (Garlan)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Edifice de plan allongé rectangulaire avec deux pavilllons saillants sur la façade antérieure et une aile en retour d'équerre à l'une des extrémités. Maçonnerie de moellon enduite avec encadrements de baies en pierre de taille.
    observation :
    La restauration du château de Kervaulongar est un exemple intéressant de ce type d'intervention sur à une recherche de pittoresque et d'intégration des parties neuves.
    illustration :
    Vue de la façade principale IVR53_20042905465NUCB
    historique :
    Le château de Kervaulongar, construit sous Louis XV, semble avoir été agrandi et restauré autour de 1900 ; le corps de logis principal a été transformé par le percement de baies et de lucarnes , l'adjonction de deux pavillons sur la façade principale (aménagement d'un hall et d'un escalier) et d'une aile
    referenceDocumentaire :
    Garlan. Section A de Kercadiou, deuxième feuille. Plan cadastral, dessin, Augustin géomètre, 182 90 ENV. DE MORLAIX.- Le Château de Kervolongar, fin du XVIIe siècle. Collection Château-Jobert p. 132 LE GUENNEC, Louis. Morlaix et sa région. Quimper : Les Amis de Louis Le Guennec, 1979. p. 70, fig. 35 Châtelains et châteaux au XIXe siècle dans l'Ouest de la France. In : Arts de l'Ouest. Etudes et documents LOYER, François. Châtelains et châteaux au XIXe siècle dans l'Ouest de la France. In : Arts de l'Ouest. Etudes et documents, 5, juin 1978.
  • Château de Kernaeret (Fouesnant)
    Château de Kernaeret (Fouesnant) Fouesnant - Kernaeret - isolé
    titreCourant :
    Château de Kernaeret (Fouesnant)
    etages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    description :
    Edifice de plan allongé.
    illustration :
    Vue de situation IVR53_20042905479NUCB
    historique :
    Château construit autour de 1900.
    referenceDocumentaire :
    4445. Fouesnant - Château de Kernaeret. Villard, Quimper (A.D. 35 ; 6 Fi FOUESNANT 09).
  • Château de Kerohel (Persquen)
    Château de Kerohel (Persquen) Persquen
    titreCourant :
    Château de Kerohel (Persquen)
    contenu :
    Le château de Bothané est un édifice parfaitement original et témoigne de la liberté de la création
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    mur de clôture
    referenceDocumentaire :
    Château de Kerohel, Guéméné-sur-Scorff en PERSQUEN. Coll. Le Cunf - Cliché Lodi (A.D.35, 6 Fi
  • Château de Kerdour (Plomelin)
    Château de Kerdour (Plomelin) Plomelin - Kerdour - isolé
    titreCourant :
    Château de Kerdour (Plomelin)
    description :
    Corps de logis rectangulaire à 5 travées régulières. Aile en retour d'équerre présentant un pignon en façade et de larges baies à meneaux.
    murs :
    pierre de taille
    historique :
    Plusieurs campagnes de construction peuvent être distinguées par l'analyse stylistique du bâtiment , en particulier un corps de logis construit au 19e siècle en avant d'un pavillon (peut-être plus
    referenceDocumentaire :
    3642. Les Châteaux de Bretagne - KERDOUR - Rivière de Quimper, Collection Villard, Quimper. (A.D
  • Château de la Villedubois (Mordelles)
    Château de la Villedubois (Mordelles) Mordelles - Ville du Bois (la) - en écart - Cadastre : ?
    titreCourant :
    Château de la Villedubois (Mordelles)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le logis Le corps de logis, long d'une cinquantaine de mètres, se compose d'un rez-de-chaussée et d'un étage carré plus comble. La façade principale aspectée au sud présente un ensemble de onze travées régulières. Les murs du logis sont élevés selon des modes constructifs variés et constitués principalement de maçonnerie en moellon enduit, de maçonnerie en terre crue (bauge) et de pan de bois ourdi de terre pour ceux de l'étage carré. La disposition particulière de certaines ouvertures de la façade sud sont de présenter sous la forme d'une salle basse sous charpente éclairée par de hautes fenêtres comme celles présentes à droite de la porte d'entrée. Cette salle était probablement flanquée d'une chambre en demi-étage surmontant une cave à l'image de la différence de niveau des trois dernières travées à l'est du corps de logis. La présence sur l'aile ouest entre l'étage carré et le comble d'éléments de construction en pan de bois (sablière basse, entretoises, sablière haute, abouts de poutre) peuvent correspondre à une
    typologies :
    appareil en arête de poisson
    murs :
    pierre de taille bois pan de bois
    illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1829, section B, 1ère feuille IVR53_20173506632NUCA Le château de la Villedubois, carte postale ancienne (début 20e siècle) IVR53_19863500459X Vue de la façade sud du château et de l'aile est, carte postale ancienne (début 20e siècle Le château de la Villedubois, carte postale ancienne (début 20e siècle) IVR53_19863500465X Vue de la façade sud du château de la Villedubois, carte postale ancienne (début 20e siècle Vue de la façade nord du château et de l'étang, carte postale ancienne (début 20e siècle Vue de la façade sud du logis et de l'aile est (état en 1973) IVR53_19733505551Z Vue du chevet de la chapelle depuis le sud-est (état en 1973) IVR53_19733505553Z Vue du chevet de la chapelle depuis l'est (état en 1973) IVR53_19733505554Z Porte du mur nord de la chapelle (état en 1973) IVR53_19733505555Z
    representations :
    tête de femme ornement végétal armoiries
    contenu :
    Le château de la VilleduBois est situé à deux kilomètres environ au nord-est du bourg de Mordelles , sur la route en direction de L'Hermitage. Il est constitué d'un ensemble de bâtiments (logis, chapelle médiéval, puis remaniés au milieu du 19e siècle. Le domaine de la Villedubois présente, malgré ses transformations successives, une certaine harmonie et unité de style qui en font un bel exemple de ces propriétés ayant évolué au fil du temps sans rupture radicale pour les bâtiments. L'intérêt de ce château réside dans son évolution architecturale et dans ses aménagements successifs qui traduisent l'esprit de leur temps en affichant de nouvelles manières d'habiter et d'occuper l'espace. Le château de la Villedubois est aussi à l'image de ces demeures nobles de la campagne rennaise qui, sous une allure sobre et discrète, font appel à des modes constructifs locaux et traditionnels comme le long corps de logis dont l'étage est en pan de bois ou encore le colombier édifié selon une technique ancienne de construction en
    escaliers :
    escalier de distribution escalier tournant escalier de distribution escalier droit
    historique :
    La propriété est le siège d'une seigneurie de haute justice au Moyen Age qui passa entre la fin du 14e siècle et le milieu du 17e siècle par alliance et succession aux mains de plusieurs familles. La famille Huchet seigneurs de Pléhédel la vendirent à la famille de Farcy en 1647. C'est cette même famille qui possède encore aujourd'hui le château. Ancienne famille Huguenote et originaire de Normandie (Pont , Villedubois, Saint-Laurent, Cuillé, Roseray), dans l'ouest de la France, notamment en Mayenne et en Bretagne . Le château, siège de la branche de la Villedubois au sein de la famille de Farcy, est constitué d'un ensemble de bâtiments (logis, chapelle, colombier, communs, dépendances agricoles), construits pour l'essentiel aux 17e et 18e siècles. Le corps de logis principal se présente sous la forme d'un long bâtiment d’apparence homogène mais qui relève de l'unification au 19e siècle de plusieurs parties édifiées entre le Moyen Age et le 17e siècle. Le cadastre napoléonien de 1829 indique que ce grand corps de logis
    referenceDocumentaire :
    Cadastre de 1959 de la commune de Mordelles Dossier de Pré-Inventaire de 1973, Mordelles Dossier de pré-inventaire, Service de l'inventaire du Patrimoine de Bretagne, 1973
  • Château de Rosmorduc (Logonna-Daoulas)
    Château de Rosmorduc (Logonna-Daoulas) Logonna-Daoulas - Rosmorduc - isolé - Cadastre : 1935 B 1143-1144 1935 C 805 à 811
    titreCourant :
    Château de Rosmorduc (Logonna-Daoulas)
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    Edifice de plan en L disposé autour d'une cour quadrangulaire fermée par un portail et des bâtiments de communs. Le corps principal est encadré de deux vastes pavillons rectangulaires saillants  ; l'entrée est marquée par un porche surmonté d'un balcon et d'une lucarne pignon. Elévation en pierre de taille de granite de kersanton.
    observation :
    La restauration du manoir de Rosmorduc s'inscrit dans la production de l'architecte Henri Mellet , qui développe, autour de 1900, un style très spécifique. L'intervention respecte l'architecture du latéraux et le traitement de la façade arrière. L'architecte y introduit des éléments qui lui sont chers
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue générale de la façade principale IVR53_20042905611NUCA Vue générale de la façade postérieure IVR53_20042905612NUCA Château de Rosmorduc (état 1969) IVR53_19692904067Z Château de Rosmorduc (état 1969) IVR53_19692905405Z Château de Rosmorduc (état 1969) IVR53_19692905404Z Château de Rosmorduc, ruine ancienne chapelle (état en 1969) IVR53_19692905403Z Château de Rosmorduc (état 1969) IVR53_19692905395Z
    precisionsProtection :
    , les ruines de l'oratoire, le jardin en terrasse sud avec ses murs de soutènement.
    profession :
    [commanditaire] Rosmorduc de
    historique :
    Les terres de Rosmorduc appartiennent à la famille éponyme depuis le 13e siècle, le manoir primitif . Racheté par la famille de Rosmorduc, il fait l'objet d'une importante restauration et reconstruction menée par l'architecte Henri Mellet. Ces travaux interviennent très probablement autour de 1900 ; ils
    referenceDocumentaire :
    Logonna-Daoulas. Section C, dite de Sainte-Marguerite. 2ème feuille. Plan cadastral, dessin, Jobbé
  • Château de Prioly (Le Faou)
    Château de Prioly (Le Faou) Faou (Le) - Prioly - isolé
    titreCourant :
    Château de Prioly (Le Faou)
    description :
    Edifice de plan massé, le corps de bâtiment principal, rectangulaire, est accosté d'une aile formant pignon avec bow-window de style anglais. Maçonnerie enduite avec encadrements de baies et chaînes d'angle en pierre de taille.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de situation IVR53_20042905481NUCB Vue de la façade postérieure IVR53_20042905480NUCB Vue de la façade antérieure IVR53_20042905581NUCB
    profession :
    [propriétaire] Ruinard de Brismond
    historique :
    Château construit autour de 1900 ; il appartient au baron Ruinard de Brismond au début du 20e
    referenceDocumentaire :
    3388. Château de Prioly - Environs du Faou (F.). Châteaux et Manoirs de Bretagne - Col. E. H. Cl 618.- LE FAOU - Château de Prioly. Le Doaré, photo., Châteaulin (A.D. 35 ; 6 Fi Rosnoën). 3388.- Château de Prioly.- Environs du Faou (F.) Châteaux et Manoirs de Bretagne - Col. E. H., Cl III. Environs du FAOU. Château de Prioly Le Doaré, photo., Châteaulin (A.D. 35 ; 6 Fi Rosnoën).
  • Château de Langourla (Saint-Vran)
    Château de Langourla (Saint-Vran) Saint-Vran - Langourla - isolé
    titreCourant :
    Château de Langourla (Saint-Vran)
    description :
    Edifice de plan allongé dont le corps principal, à deux pavillons, est accosté d'une tour circulaire et d'un pavillon rectangulaire saillant du côté de la façade principale.
    profession :
    [propriétaire] Quemper de Lanascol
    historique :
    Edifice des 15e et 18e siècles restauré autour de 1900.
    referenceDocumentaire :
    150 - SAINT-VÉRAN (C.-du-N.) - Château de Langourla. (A.D. Ille-et-Vilaine. Série Fi ; 6 Fi St-Vran . Collection : Le patrimoine des communes de France. Paris : Flohic éditions 1998, 2 tomes. p. 50, fig. 7 Châtelains et châteaux au XIXe siècle dans l'Ouest de la France. In : Arts de l'Ouest . Etudes et documents LOYER, François. Châtelains et châteaux au XIXe siècle dans l'Ouest de la France. In  : Arts de l'Ouest. Etudes et documents, 5, juin 1978.
  • Château de la Quemerais (Guichen)
    Château de la Quemerais (Guichen) Guichen - la Quemerais - isolé
    titreCourant :
    Château de la Quemerais (Guichen)
    observation :
    Assez rare exemple de château construit dans le style 'chalet'.
    profession :
    [commanditaire] Boissange de
    historique :
    Châlet de la Quemeraye construit par Jacques Mellet pour M. de Boissange.
    referenceDocumentaire :
    Fleurigné (I. et V.) Le château de Bois Février A.D. 35. Fonds Lagrée : 6 Fi (cartes postales t. 2, p. 473, ill. CHARRY de, Odile. Les Mellet, un cabinet d'architectes rennais de 1841 à 1926 . Mém. maîtrise : Histoire de l'Art, Rennes 2, Université de Haute-Bretagne : 1980, 2 vol. p. 125 CHARRY de, Odile. Jacques MELLET architecte rennais de 1841 à 1876. In Arts de l'Ouest
1 2 3 Suivant