Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 22 - triés par pertinence
  • Manoir de Boismourault, rue de Boismourault (Vannes)
    Manoir de Boismourault, rue de Boismourault (Vannes) Vannes - rue de Boismourault - en ville - Cadastre : 1809 B2 1844 K3 1980 AO
    titreCourant :
    Manoir de Boismourault, rue de Boismourault (Vannes)
    annexe :
    Déclaration et dénombrement pour le four à ban, 1680 Le four à ban du dit lieu de Boismourault avec ses issues, emplacements advis le logis du dit manoir où l’on a accoustumé de loger et mettre de la tout contenant environ un journal, le dit logis donnant sur la rue de Boismourault par le devant et par le derrière sur le dit jardin et le dit jardin d’un bout sur la rue de Saint Symphorien d’un côté sur une venelle qui conduit de l’église Saint Patern en la dite rue de Saint Symphorien d’autre côté donnant sur une venelle qui conduit du dit Boismourault au presbytère de Saint Patern et d’autre côté sur sont à présent affermés à Hervé Ruault qui en paye de ferme chacun an 72 livres par moitié annuelle. Sources iconographiques 19975601145X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19975601215XA  : Archives municipales de Vannes, 9Fi. 19975601219X : Archives municipales de Vannes 19985600193XA : Archives municipales de Vannes 20045606173NUCB : Fonds privé, CPA086.tif. 20045606172NUCB : Fonds privé, CPA088.tif.
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    appellations :
    de Boismourault
    illustration :
    Plan cadastral 1807-1809. Section B2 : l'étang au Duc, partie sud, la Tête Noire et le départ de la route de Rennes. AM Vannes 21Fi. IVR53_19975601145X Plan d'alignement et de voirie, 1841, section J. AM Vannes. IVR53_19975601215XA Plan de la ville... de Vannes, par Bassac, éd.1869 : partie nord. AM Vannes 9Fi Vue prise de l'Etang au Duc. Carte postale Cardinal, vers 1900. Fonds privé. IVR53_20045606173NUCB
    profession :
    [propriétaire] Kermeno de René
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Deux manoirs sont connus au nord du faubourg de Saint-Patern, Boismoreau (orthographie actuelle) et Champ Gauchard. Boismoreau est attesté en 1388. Il appartient aux seigneurs de Loyon (en Ploeren) en 1483, et contient alors 4 journaux de terre. Au début du 17e siècle, la famille de Kermeno (propriétaire de Kerguéhennec) en prend possession. Elle le conserve jusqu'au rachat de ses terres par le banquier Hogger en 1713 : il est probable que ce dernier n'y habite pas. La réformation de 1680 situait le logis du manoir "advis" ou adjacent au four à ban localisé encore dans les matrices du cadastre de 1844 sur la parcelle K3 595 qui borde la rue de Boismoreau. L'édifice situé, à côté, sur les parcelles K3 597, 598, près de l'entrée du cimetière a disparu avec d'autres maisons de la rue lors de la percée du boulevard de la Paix.
    localisation :
    Vannes - rue de Boismourault - en ville - Cadastre : 1809 B2 1844 K3 1980 AO
    referenceDocumentaire :
    Aveux et dénombrements, 15e - 18e siècles A. D. Loire-Atlantique B 2337 Aveux et dénombrements de terres, de maisons, de manoirs, de rentes, de fiefs, de droits réels et honorifiques tenus noblement du Duc et du Roi, dans le ressort de la sénéchaussée de Vannes, sous les dénominations suivantes : le manoir et lieu noble de Bois-Mourault, possédé par Thomasse de Pluherlin, fille de Jeanne de « Boaismoraut », décédée le 22 juin 1453 (1454), Jean de Loyon, fils de la dite Thomasse, écuyer tranchant du Duc (1463), Arthur de Loyon, son fils (1484), Madeleine Péan, veuve d'Odet de Loyon et leur fils François (1518 et 1525), Jacques Le Porc, seigneur de Larchatz (1576), les enfants de René de Kermeno , conseiller au Parlement (1639), les héritiers de Hugues-Louis, baron de Redinq de Biberegg, adjudicataire des biens du marquis du Garo, en 1703 (1713) et de Julien Delourme, décédé le 16 mai 1756. dénombrement de messire René de Kermeno chevalier seigneur marquis du Garo, Loyon, Kerguehennec et Boismourault
  • Manoir de Keravelo ou de la Chevinière, 13 rue de Cliscouët (Vannes)
    Manoir de Keravelo ou de la Chevinière, 13 rue de Cliscouët (Vannes) Vannes - 13 rue de Cliscouët - en ville - Cadastre : 1844 F1 20, 21 1980 BW 223
    titreCourant :
    Manoir de Keravelo ou de la Chevinière, 13 rue de Cliscouët (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    rez-de-chaussée avec tour hors-oeuvre, axiale et postérieure, de distribution pour l'étage.
    annexe :
    . 20055604963NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P. 20055604945NUCB : Archives municipales de Vannes
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    appellations :
    de Keravelo ou de la Chevinière
    illustration :
    Fonds de l'Intendance. Plan du port de Vannes. 18e siècle. AD Ille-et-Vilaine C704/10 Plan cadastral de 1809, section F. AD Morbihan 3P. IVR53_20055604963NUCA Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952. AD Morbihan 1 Fi 381/4 Vue générale de la rue. IVR53_20055605111NUCA Tour hors-oeuvre de distribution. IVR53_20085605846NUCA
    profession :
    [propriétaire] Lafolye de Lamarzelle [architecte] Caubert de Cléry Joseph
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Le manoir est construit au milieu du 17e siècle. La tour de distribution en hors-oeuvre et la lucarne centrale à cavet surmontée au 19e siècle d'un pignon à crossettes ainsi que les baies de l'étage plans cadastraux de 1809 et 1844. Des plans plus récents mentionnent un agrandissement sans doute opéré en 1911 d'après ceux dressés à cet effet par Joseph Caubert de Cléry pour monsieur Lafolye. C'est à cette époque que le manoir est agrandi au nord et pourvu de deux avancées polygonales. Des plans du manoir agrandi sont conservés dans le fonds de l'entreprise Groleau déposé aux Archives municipales de Vannes. L'oculus et l'arc sur la porte d'entrée de la travée centrale ont été refaits au 19e siècle, de même que les ouvertures du rez-de-chaussée. Le manoir a été la propriété de la famille Lafolye de Lamarzelle, puis du docteur Monnier avant d'être vendu pour devenir une maison de repos et de convalescence
    localisation :
    Vannes - 13 rue de Cliscouët - en ville - Cadastre : 1844 F1 20, 21 1980 BW 223
    referenceDocumentaire :
    Déclaration, 1689 A. D. Morbihan 35G50 rue du Port maison de la Chevinière, villages de Tennenio et de Bernard : déclaration 1689. p. 118 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e
  • Manoir de Bernus, 4, 6 rue de Normandie (Vannes)
    Manoir de Bernus, 4, 6 rue de Normandie (Vannes) Vannes - Bernus - 4, 6 rue de Normandie - isolé - Cadastre : 1809 F2 533 à 535, 540 à 543 1844 G2 324 à 329 1980 CX 257, 258, 259, 260, 261
    annexe :
     : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19975601160X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    appellations :
    de Bernus
    illustration :
    Croquis de l'écart de Bernus, non daté, fin 17e siècle. AD Morbihan 48H49. IVR53_20085605661NUCB Plan cadastral 1807-1809. Section F1 : colombier de Bernus. AM Vannes 21Fi. IVR53_19975601160X Plan au sol, élévations nord et est, par Joseph Caubert de Cléry, 17 septembre 1908. AD Morbihan Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-ouest de la ville. AD Vue de situation sud. IVR53_20085605665NUCA Ancienne pierre d'assise de rampant de toiture (tête remaniée) : lévrier (?). IVR53_20085605673NUCA Colombier, vue des boulins et de l'entrée. IVR53_19955605001NUCA
    profession :
    [architecte] Caubert de Cléry Joseph [commanditaire] Lamarzelle Gustave de
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    localisation :
    Vannes - Bernus - 4, 6 rue de Normandie - isolé - Cadastre : 1809 F2 533 à 535, 540 à 543 1844 G2
    titreCourant :
    Manoir de Bernus, 4, 6 rue de Normandie (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Manoir de plan allongé simple en profondeur constitué d'un corps de logis sur lequel s'articule la tour d'escalier postérieure en hors-oeuvre couverte d'une haute toiture en pavillon. Dans l'angle de la tour avec le corps principal se greffe un petit corps à étage couvert en appentis. Le plan de Caubert en 1908 montre trois pièces principales en rez-de-chaussée, la salle-à-manger, le salon et une troisième pièce à l'ouest, alors une chambre. Dans cette troisième pièce, il était prévu de créer un couloir  : l'absence de cheminée exclue cette attribution à l'origine.
    observation :
    Malgré le remaniement de sa façade et d'une partie de l'intérieur au début du 20e siècle, le manoir de Bernus conserve des éléments importants de son état du 18e siècle : tour d'escalier, poutraison
    murs :
    pierre de taille
    historique :
    La seigneurie de Bernus est attestée dès le 14e siècle ; signalé dans la réformation de 1448, il est achetée comme bien national par le sieur Guyot. Au début du 20e siècle, la famille de Lamarzelle en devient propriétaire jusqu'en 1930 où elle échoit aux jésuites par l'entremise de Jacques de de 1809 et 1844, le manoir est intégré à l'écart de Bernus et se développe en L en mitoyenneté de la siècle : il subsiste de cette époque la tour d'escalier nord, ainsi probablement que la distribution des entièrement reprise dans le premier quart 20e siècle, d'après les baies et lucarnes actuelles, de même que la toiture en pavillon de la tour. Les plans effectués par Joseph Caubert de Cléry sur la demande du propriétaire de l'époque, monsieur de Lamarzelle, en 1908 et 1925, pourraient être à l'origine de la façade sur l'appentis latéral, la modification des ouvertures de la tour ainsi que la surélévation sous forme de tour de la partie ouest du logis n'a pas été entièrement réalisé. Un probable incendie serait la
    referenceDocumentaire :
    Seigneurie de Bernus (1527-1787) A. D. Morbihan. 34 G 2. Seigneurie de Bernus (1527-1787) : 1614 prise de possession de la terre de Bernuce par Jean Aubin sieur du Grosbo et autres. Aveu 1678 A. D. Morbihan. 48 H 49. 1678 : Aveu rendu par Ecuyer Claude Mesmin, seigneur de Bernuce , au seigneur Evesque de Vannes, du mois de may 1678, de la terre et maison noble de Bernuce. Extension du manoir A. D. Morbihan. 149 J 130. Fonds Joseph Caubert de Cléry. 1908-1925. Manoir de Bernus. Propriété de Gustave de Lamarzelle. Extension du manoir (projet) : devis corespondance. Extension du manoir, plans A. D. Morbihan. 149 J 345. Fonds Joseph Caubert de Cléry. 1908-1925 . Manoir de Bernus. Propriété de Gustave de Lamarzelle. Extension du manoir (projet) : plans. Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 835-836 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La
  • Manoir de Kercado,8 rue de L'Ile d'Arz, Kercado (Vannes)
    Manoir de Kercado,8 rue de L'Ile d'Arz, Kercado (Vannes) Vannes - Kercado - 8 rue de L'Ile d'Arz - isolé - Cadastre : 1809 F3 638 à 642, 607 bis 1844 F1164 à 167, 159 1980 CN 86 à 88, 96, 157
    titreCourant :
    Manoir de Kercado,8 rue de L'Ile d'Arz, Kercado (Vannes)
    description :
    grand jardin entièrement clos de murs. On entre au nord dans la cour par un large porche et une porte toiture à croupes. Les pavillons sont percés de meurtrières qui permettent une surveillance discrète des entrées. Le logis est construit en moellon de granite enduit à l'origine. Il offre une élévation
    annexe :
    Aveu, 1680 A. D. Morbihan 34 G 12 ; 3 mai 1680 : aveu de Jacques Couignault sieur de Kercado Dans cet aveu, descriptif de la terre de Kercado : la maison, un jardin derrière la maison, une métairie couverte de paille, un grand bois de haute futaie et des petit bois, un verger, une fontaine, des pièces de terre de labour, des prairies, des landes. Pour ce fief, le sieur Couignault doit payer à l´évêque de Vannes la somme de 10 sols par an, à la saint Gilles. Maison de Kercado : « Fond soubz la dite maison de Kercado couverte d´ardoise ... auppartenant audit sieur Couignault, contenant de longueur y compris les deux pignons de massonage deux cordes de largeur vingt trois pieds compris aussy ledict massonage ... ouvrant et donnant d´un costé à sa court et rabine quy conduit de la dite maison à la cville dudit Vennes chambres hautes et deux greniers au-dessus, l´escalier au milieu de la dite maison, ladicte court contenant Sources iconographiques 19975601164X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604387NUCB
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    murs :
    pierre de taille
    appellations :
    de Kercado
    illustration :
    Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-ouest de la ville. AD Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-ouest de la ville. AD
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    Monogrammes IHS et AM inscrits sur une pierre de fondation qui a été replacée sur le fronton triangulaire de la porte d'entrée.
    historique :
    Le manoir est situé à proximité de la rivière du Vincin. La seigneurie est attestée au 16e siècle , par le biais d'un contrat de 1535 concernant une "tenue" détachée de la seigneurie de Bernus qui s'étend sur 35 hectares. La seule habitation mentionnée est alors la métairie de Kercado qui subsiste aujourd'hui au sud-ouest de l'enclos du manoir. Au 16e siècle, la terre de Kercado est successivement la propriété de deux familles de marchands : les Le Baud (1535-vers1565) et les Colombel (à partir de 1569) qui ne résident pas sur place. Avant la création du lotissement "le parc du Vincin", et l'ouverture de nouvelles voies d'accès, on y accédait par l'ancienne route de Bernus et le chemin de Kercado donnant sur une grande avenue plantée d'arbres qui a été restaurée aujourd'hui. Le manoir est daté de la première ., retrouvée dans les fondations du mur sud, la maison noble de Kercado pourrait avoir été édifiée par Henri Colombel, alors syndic de la communauté de la ville de Vannes. D'après un aveu daté de 1680, le fief de
    localisation :
    Vannes - Kercado - 8 rue de L'Ile d'Arz - isolé - Cadastre : 1809 F3 638 à 642, 607 bis 1844 F1164
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la d'entre Jacques Baud, marchand demeurant à Vennes, et le seigneur de Kaer pour une tenue en Bernuce appellée Kercado ; pour la somme de 60 sols par an. Sur cette tenue un fermier nommé le Facher habite les édiffices de ladite tenue. Contrat de rente, 1559 A. D. Morbihan E 2255 14 février 1559 Contrat de rente fait par le seigneur de Kaer à noble homme Yves Le Baud seigneur de Kercado, sur une terre située en Bernuce. Déclaration, 1565 A. D. Morbihan 34 G 12 15 août 1565 Déclaration de noble homme Maitre François Le Baud, homme vassal du sieur de Kaër... Des terres et héritages qu'il possède avec Jeanne Ruault tutrice de Jean Le Baud son fils, non partagés : les maisons, rue, court, jardins, yssues, prés, prairies de la métairie de Kercado, avec grandes parties de vignes d'icelles metayerie, le tout contenant environ
  • Manoir de Botcouarc'h (Vannes)
    Manoir de Botcouarc'h (Vannes) Vannes - Bot-Couarc'h - isolé - Cadastre : 1809 H1 241, 242, 244;1844 I1;1980 DN 404, 405, 403, 87, 67 à 68, 89, 324, 326
    titreCourant :
    Manoir de Botcouarc'h (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    d'arbres, au sud de laquelle est édifiée la ferme. Les communs sont construits au nord de la cour. Plus au nord est un enclos qui abritait le vivier : on voit sur le plan cadastral de 1844 un double passage d'eau, dont subsiste le cours central en partie maçonné avec trace de vannes. Le logis de plan allongé est constitué de trois niveaux distribués par un escalier en vis en granite dans une tourelle postérieure. Le rez-de-chaussée et l'étage se composent de trois pièces principales dont les deux pièces médianes (une dans la salle au rez-de-chaussée, une dans une chambre à l'étage) ont conservé leur cheminée moellon de plan allongé sans étage possède une double façade, vers le sud et vers la rabine au nord.
    annexe :
    A. D. Morbihan.1 J 587. 20 avril 1684 : mesurage et prisage de la maison noble de Botcouarc'h . (Folio 1) : mesurage et prisage de la maison noble de Botcouarth en la paroisse de Sainct Patern et des escuries cour audevant jardin et bois de hault de futtaie faict a requeste de messire Julien Gibon seigneur du Grisso et descuier Claude Mesmin demandeur vers escuier Julien Aubin sieur de Botcouarct deffandeur (..) (Folio 2) : la maison principalle en deux estres, le premier estre contient de long a deux longères de massonage trente et huict pieds, laisse par le dedans à un pignon vers oriant vingt et un pieds , hauteur des dites longères quatorze pieds. Le tout réduict au devant de la dite maison une porte et deux fenêtres grillée de grilles de faire (sic) pendante, le tout de taille, et une lucarne aussi de taille, au dedans deux chambres séparées par une cloison de (verso 2) terrasse, dans celle vers occident une cheminée de taille au hault une poutre avec ses soliveaux, plasse et terrasses et celle vers orient une
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    La comparaison du logis actuel avec son aspect décrit dans le prisage de 1684 fait apparaître des différences notoires. On peut admerttre que le texte de 1684 montre le logis proche de son état d'origine. Il est alors composé de deux parties distinctes. La première au sud comporte salle et cuisine au rez-de grenier. La partie nord, sans doute postérieure, se compose de deux pièces superposées, la chambre logée largement ce logis au contraire d'aujourd'hui. Ce schéma de manoir sans étage ne manque pas d'étonner : il intervenues après la construction masquent souvent comme à Botcouarh l'aspect ancien de ces manoirs.
    appellations :
    de Botcouarc'h
    illustration :
    Plan au sol et élévation antérieure, hypothèse de restitution d'après AD 56 1J 87 (restitution et Escalier en vis, vue prise du rez-de-chaussée. IVR53_20035600073NUCA Escalier en vis, vue prise du palier de l'étage. IVR53_20035600074NUCA Rez-de-chaussée, cheminée de la salle. IVR53_20035600072NUCA Communs au nord de l'enclos. IVR53_20015600138XA Métairie de Botcouarc'h, au sud de la rabine. IVR53_20015600137XA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    contenu :
    sur la physionomie d´origine du manoir. Celui-ci était composé de deux parties de hauteurs différentes . La première se compose de deux pièces en rez-de-chaussée, sans doute la salle et la cuisine, séparées doute dans la chambre. La tour d´escalier en pierre de taille encore en place dessert cette partie : les douteux que la hauteur actuelle des deux niveaux soit le même que celle mesurée en 1684. De la seconde partie, il ne reste pas grand-chose d´identifiable, sinon la structure de deux salles superposées, alors carrelées de terre cuite : lucarne à croisée et cheminées ont disparu ou sont masquées sous le décor du début du 19e siècle. De même le pavillon de latrines avec pigeonnier et la galerie qui joignait ce du pavillon des latrines qui peut expliquer le 'débordement' vers l´est de l´appentis actuel dans lequel la salle de bains remplace les latrines. Ecuries et boulangerie (c´est-à-dire le fournil) occupent plan cadastral de 1809 Malgré les transformations intervenues au cours du 19e siècle, la structure
    historique :
    Une première mention du manoir apparaît dans la réformation de 1513, où il est déclaré dans les manoirs, métairies et tenues annoblis depuis 60 ans. Le manoir et métairie de Botcourc'h appartient alors à Jean de Kerboutier, puissante famille de l'entourage ducal. De la 2e moitié du 15e siècle, il subsiste la structure générale du logis, à deux pièces en rez-de-chaussée (ou 3) avec tour d'escalier postérieure distribuant l'étage à partir de la salle. En 1826, date portée sur la façade postérieure, le brisée pour créer un étage de comble : c'est peut-être à cette date que la surélévation d'un étage se fait, si l'on en croit le texte de 1684. L'appentis postérieur au nord de la tour, qui remploie une porte de la fin du 15e siècle, est ajouté (absent sur le plan cadastral de 1809, il apparaît sur le plan de 1844) ; d'après le prisage de 1684, il prendrait la place de la galerie qui reliait la tour au corps de latrines d'angle avec pigeonnier, déjà disparus en 1809. Le puits et une partie des communs
    referenceDocumentaire :
    A. D. Morbihan.1 J 587. 20 avril 1684 : mesurage et prisage de la maison noble de Botcouarc'h. Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 841, 843, 846 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de . La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 111-112 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust
  • Manoir de Kerbourbon (Vannes)
    Manoir de Kerbourbon (Vannes) Vannes - Kerbourbon - isolé - Cadastre : 1809 E3 1844 E3 220, 224, 216, 215
    titreCourant :
    Manoir de Kerbourbon (Vannes)
    description :
    Les bâtiments se développent autour de la cour enclose. Le logis au sud de la cour développe sa façade à un étage carré à trois travées incomplètes vers le nord : au rez-de-chaussée, l'ouverture Est de la cour est occupé par la ferme dont la façade regarde vers l'est hors de l'enclos et qui ne dépendance. Les pignons découverts suivent la pente du toit brisée par de forts coyaux. A l'ouest de la cour , une porte en plein cintre ménagée dans l'enclos conduisait au jardin lui-même enclos. Au nord de la cour, la maison du jardinier, en rez-de-chaussée avec comble à surcroît ouvert d'une lucarne et d'une gerbière à fronton semi-circulaire en pierre de taille se compose d'un logis à pièce unique à l'est et
    annexe :
    Sources iconographiques 19975601155X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604126NUCB Aveux AD Morbihan. 36 G 8. Régaire de Vannes. 8 mars 1601. Aveu pour Kerbourbon à Jacques Martin , évêque de Vannes par Jeanne Le Goff, veuve de Jean Chedanne, vivant seigneur de Kerbourbon. "Et premier  : Le lieu, manoir et métairie noble de Kerbourbon en la paroisse de Saint-Patern, consistant en maisons couvertes dardoyse avesque la cour fermée, jardin cerné de murailles, pourprin, rue et aire abattre estant petit Kerbourbon constituée d'un corps de logis dont une partie est couverte d'ardoise et l'autre de glée (paille de seigle) et de deux jardins, l'un devant et l'autre derrière. 1641. Aveu de Guillaume Chesdanne, fils de Guillaume Chesdanne sieur de Kerbourbon et Perrine Gicquel sa femme, sieur et dame de Kerbourbon demeurant à Saint Goustan à Auray. "Le lieu et manoir de Querbourbon scitué en la pairoesse de Sainct-Patern, consistant en une maison coupverte dardoize, sa cour fermée, verger, jardrins, bois de
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    appellations :
    de Kerbourbon
    illustration :
    Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-est de la ville. AD Vue de situation IVR53_20085605592NUCA Ferme à l'est de la cour, élévation est IVR53_20085605593NUCA Ferme à l'est de la cour, logis nord, élévation est IVR53_20085605594NUCA Ferme à l'est de la cour, pignon nord IVR53_20085605595NUCA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    L'existence du manoir de Kerbourbon est attestée au milieu du 16e siècle : il appartient en 1556 à à Jeanne Le Meilleur, épouse de Jean Chédanne, avocat au présidial. Les bâtiments de la ferme nord de l'alignement n'a pas été lue. Le logis du manoir remonte à la fin du 17e ou au début du 18e siècle. Il a été remanié à la fin du 20e siècle : la porte charretière de l'enclos a été incluse dans la cuisine dans l'aveu de 1679, remaniée au 19e siècle. Au nord de l'enclos, la maison du 'jardinier' a été construite au milieu du 17e siècle : elle est mentionnée dans l'aveu de 1679 comme écurie ; elle est aujourd'hui en ruines. Le plan cadastral de 1844 ne montre pas de différence avec le plan actuel, à l'exception de la saline et de son réservoir figurés au nord-ouest : ils existaient encore sur le plan de la reconstruction dressé en 1952. A la fin du 19e siècle, Le Méné mentionne la chapelle de Kerbourbon qui a disparu.
    referenceDocumentaire :
    Aveux A. D. Morbihan. 36 G 8. Régaire de Vannes. 8 mars 1601. Aveu pour Kerbourbon à Jacques Martin , évêque de Vannes par Jeanne Le Goff, veuve de Jean Chedanne, vivant seigneur de Kerbourbon. 1641. Aveu de Guillaume Chesdanne, fils de Guillaume Chesdanne sieur de Kerbourbon et Perrine Gicquel sa femme, sieur et dame de Kerbourbon demeurant à Saint Goustan à Auray. 1679. Aveu de François Chedanne sieur du Runesto , demeurant en la ville d'Auray en ahut de la Grand-Place vis-à-vis la halle ; sujet de l'évêque à cause de Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 120-121, 138 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de
  • Manoir de Larmor (Vannes)
    Manoir de Larmor (Vannes) Vannes - Larmor - isolé - Cadastre : 1980 CD 5, 6, 9, 10, 263, 268
    titreCourant :
    Manoir de Larmor (Vannes)
    annexe :
    19975601152X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604385NUCB : Archives départementales du
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    Dans son enclos de hauts murs au bord du golfe du Morbihan, le manoir révèle quel fut son premier intérêt pour son propriétaire constructeur, à savoir sa situation privilégiée au bord de l'eau. Il rejoint
    appellations :
    de Larmor
    illustration :
    Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-ouest de la ville. AD
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Le manoir est signalé dans la réformation du domaine de 1513 comme annobli depuis 60 ans (c'est-à -dire depuis la dernière réformation). En 1536, il appartient au sieur de Talhouet. L'étude du bâtiment , non faite, ne permet pas aujourd'hui de savoir si des éléments subsistent de cette période. Il en
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 841, 843 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 19 LE MINTIER, G. Présentation des manoirs de Kerino et de Larmor en Vannes. In : Bulletin des Amis de Vannes, 1989, n°14. p. 126-127 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust
  • Manoir de Kerino (Vannes)
    Manoir de Kerino (Vannes) Vannes - Kerino - isolé - Cadastre : 1844 E2 220, 224, 216, 215 1980 BX 178, 5
    titreCourant :
    Manoir de Kerino (Vannes)
    annexe :
    19975601153X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604384NUCB : Archives départementales du
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    appellations :
    de Kerino
    illustration :
    Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-ouest de la ville. AD Vue générale en 1780, dessin de Galles. IVR53_19985600414XA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    referenceDocumentaire :
    A. D. Morbihan. 18 Fi. Fonds Galles. 1780. Dessin aquarellé.du manoir de Kerino, par Galles. Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 14 LE MINTIER, G. Présentation des manoirs de Kerino et de Larmor en Vannes. In : Bulletin des Amis de Vannes, 1989, n°14.
  • Manoir de Kergrain (Vannes)
    Manoir de Kergrain (Vannes) Vannes - Kergrain - isolé - Cadastre : 1809 H2 288 à 293 1844 I2 331 à 338 1980 DH 7, 8, 9, 4, 5, 6, 76, 77
    titreCourant :
    Manoir de Kergrain (Vannes)
    description :
    d'accès du bâtiment principal, dont le rez-de-chaussée au nord est enterré. Un bois taillis s'étend au nord du potager. La distribution des espaces était identique sur le plan cadstral de 1844. Le logis d'une grande baie au rez-de-chaussée. Côté est, deux pièces superposées, salon (?) et chambre possèdent aujourd'hui orientée vers l'ouest s'ouvre de portes et fenêtres en brique. Deux puits en pierre de taille
    annexe :
    de Vannes, 21 Fi. 20015604239NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 593.
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    Résidence suburbaine de nobles ou bourgeois vannetais. Malgré le bouleversement de la distribution intérieure qui empêche une lecture complète de l'état d'origine, la structure du logis est inhabituelle avec un escalier latéral qui distribue un pavillon postérieur, doté de deux pièces superposées, celle du comble plus petite. Celles-ci donnent au nord sur le bois, donc avec absence de vue autre que vers le
    illustration :
    Vue de situation prise du sud. IVR53_20015600154XA Vue générale sud prise hors de l'enclos. IVR53_20015600153XA Elévation sud du logis et est de la dépendance ouest. IVR53_20015600151XA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Ménimur et Kermesquel). Rosenzweig signale de plus en 1863 les restes d'une croix où sont gravées des qu'il est de peu postérieur au corps principal. La façade du corps principal a été modifié par plan cadastral de 1809, les dépendances qui ferment la cour à l'ouest et au sud semblent reconstruites
    referenceDocumentaire :
    p. 434 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes LE MENE , Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Genève -Spézet, Slatkine-Coop Breizh, 1994, réédition de Vannes : imprimerie Galles, 1891-1894. Vol. 1 : 552p
  • Manoir du Ménimur ; actuellement couvent d'ursulines et lycée polyvalent Notre-Dame-de-Ménimur, rue de Metz ; anciennement chemin de Ménimur (Vannes)
    Manoir du Ménimur ; actuellement couvent d'ursulines et lycée polyvalent Notre-Dame-de-Ménimur, rue de Metz ; anciennement chemin de Ménimur (Vannes) Vannes - Ménimur - rue de Metz anciennement chemin de Ménimur - en ville - Cadastre : 1844 A 894 à 911, 878 à 882 1980 AL 23, 24, 132
    annexe :
    Sources iconographiques 19975601139X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19985600339XA  : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20085605900NUCA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 101
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Plan de la ville de Vannes et de ses environs, par Léchard, éd. 1897. Partie nord-ouest. AD Plan de la ville ...de Vannes, par Bassac, éd.1885 : partie nord-ouest. AD Morbihan, 1 Fi La ferme du pensionnat de Ménimur (détruite vers 1960). Photo ancienne vers 1925. AD Morbihan 9 Fi Pensionnat de N. D. de Ménimur. Vue sud du logis et de la chapelle. Carte postale ancienne, vers Plan de masse et des toitures d'un bâtiment d'école et internat pour le lycée de Ménimur par Joseph Caubert de Cléry, 1925. AD Morbihan 149 J 264. IVR53_20075601233NUCA Plans et élévations d'un bâtiment d'école et internat pour le lycée de Ménimur par Joseph Caubert de Cléry, 1925. AD Morbihan 149 J 264. IVR53_20075601234NUCA Lycée de Ménimur. Coupe de la chapelle par Joseph Caubert de Cléry, 1925. AD Morbihan 149 J 264 Elévation sud, détail de la partie centrale. IVR53_20075605390NUCA
    profession :
    [architecte] Caubert de Cléry Joseph [architecte] Caubert de Cléry Guy
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    , les boiseries intégrent en trumeau de porte des scènes peintes de chiens de chasse et gibier. Chute de fleurs appliquées sur les boiseries de la cage d'escalier. Décor de croisillons et fleurettes sur le trumeau et d'un fleuron sur le manteau de la cheminée de la salle-à-manger.
    localisation :
    Vannes - Ménimur - rue de Metz anciennement chemin de Ménimur - en ville - Cadastre : 1844 A 894
    titreCourant :
    Manoir du Ménimur ; actuellement couvent d'ursulines et lycée polyvalent Notre-Dame-de-Ménimur, rue de Metz ; anciennement chemin de Ménimur (Vannes)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Aujourd'hui, l'ensemble se compose de plusieurs bâtiments distincts. Les bâtiments de la communauté correspondant à l'ancien manoir sont situés au sud. Trois d'entre deux figurant sur les plans cadastraux de 1809 occupe le nord de la cour et faisait face à cet accès aujourd'hui disparu. Il est construit en moellon central, la travée centrale étant occupée par un couloir de distribution traversant avec portes sur chacune des façades ; ce corps de distribution donne accès à l'aile ouest, dévolue aux pièces de réception , tandis que l'aile est abrite les chambres à l'étage (la modification de la distribution au rez-de -chaussée empêche l'identification des pièces d'origine). Le décor de grande qualité qui orne les pièces de des hôtels urbains intra-muros, comme l'hôtel Senant. Le pavillon et le logis au sud-est de la cour sont en moellon enduit. Le pavillon à étage carré formé de deux pièces superposées, mais appartient sans doute au type logis sur dépendance, le rez-de-chaussée réservé au stockage. Il est distribué par
    observation :
    Le manoir de Ménimur offre le grand intérêt d'avoir conservé la presque totalité de son décor intérieur intact jusqu'à présent. Refait au cours du 18e siècle, ce décor se rapproche de celui des hôtels privé et public (pièces de réception). Cependant, la cour encadrée de bâtiment de service et d'un pavillon avec étage habitable rappelle une structure plus ancienne héritée de la fin du 16e siècle et du
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    avenue de jardin
    historique :
    Le territoire de cette tenue est démembré de la seigneurie de Kermesquel lorsqu'en 1587, Jacques de la Touche, époux d'Ysabeau de Kermesquel, vend le domaine à Vincent Cillart, bourgeois de Vannes . C'est donc de la fin du 16e ou du début du 17e siècle que date la première construction qui occupait sans doute la partie centrale et est du grand logis actuel. De ce bâtiment ne reste aujourd'hui que l'enveloppe. En 1699, le mariage de Jeanne-Thérèse du Fresne, une des héritières du Ménimur, avec Jean -Baptiste de Lescoët marque le départ de travaux importants : la lucarne nord qui porte le blason des Lescoët (un épervier et trois coquilles) confirme ces travaux. Outre l'agrandissement vers l'ouest de deux intérieur des chambres de l'aile est, la création d'une cage d'escalier ouverte décalée par rapport à l'axe médian et la mise au goût du jour des fenêtres de l'élévation sud. La date de construction n'est pas connue, mais on note en 1721-1725 la fourniture de bois par Olivier Delourme. Quelques travaux
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la Plans, 1922-1924 A. D. Morbihan. 149 J 57. Fonds Joseph Caubert de Cléry. 1922-1924. Ecole Notre -Dame de Ménimur. Construction d'un pensionnat : plans. Plans, 1922-1924 A. D. Morbihan. 149 J 264. Fonds Joseph Caubert de Cléry. 1922-1924. Ecole Notre -Dame de Ménimur. Construction d'un pensionnat : plans. p. 129-130 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust Ménimur HERBAUT, Claudie. Ménimur. Dans : Le tour de la ville en 24 fiches. Ville de Vannes.
  • Manoir de Trussac, ou manoir de Creisker, 60 rue Albert 1er, Trussac (Vannes)
    Manoir de Trussac, ou manoir de Creisker, 60 rue Albert 1er, Trussac (Vannes) Vannes - Trussac - 60 rue Albert 1er - isolé - Cadastre : 1809 F1 157, 158, 159 1844 G1
    titreCourant :
    Manoir de Trussac, ou manoir de Creisker, 60 rue Albert 1er, Trussac (Vannes)
    description :
    Edifice de plan massé composé de 2 logis relié entre eux par une sorte de corridor au toit pentagonal très aigu. La partie la plus ancienne de l'édifice, 16e siècle et même avant, donne sur la rue Albert 1er : mouluration en encorbellements des appuis de fenêtres. On remarque des rangs de boulins servant de pigeonnier. A l'angle de la rue du manoir, on voit la forme initiale du pignon sud. Les rampants toujours visibles accusent la forte pente de la toiture d'origine. Sur ce même pignon, le déversoir d'un évier est toujours en place. L'ensemble présente à l'arrière un haut-corps de bâtiment massif ressemble à un damier. Sa partie en pan de bois du 19e siècle a du remplacer surement un aménagement
    annexe :
    Projet de restauration MANOIR DE TRUSSAC A. M. 17W20 projet de restauration (extraits) Description sommaire des travaux Les travaux nécessaires à la réalisation de ces aménagements sont de deux natures -démolition des planchers existants, ouverture des baies. -reprise en sous-oeuvre des murs de façade côté rue -mise en oeuvre de la totalité des menuiseries extérieures, compris vitrage et peinture création d'un façades, cloisonnements -sols : chapes et revêtements de sols collés et scellés -isolation-faux plafonds  : isolation de la couverture et faux plafonds suspendus -menuiserie : blocs portes, garde-corps, escaliers etc sanitaire, évacuations, distribution et production de chauffage -peintures : peintures, papiers peints, etc...  : Archives municipales de Vannes 20055604993NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3 P 297/13 . 20015604390NUCB : Archives départementales du Morbihan, 3P 593. 20075601135NUCA : Archives municipales de Vannes , 21Fi. 20075601115NUCA : Archives municipales de Vannes, 9 Fi. 20015600274XA : Archives départementales
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    La comparaison des plans de l'édifice donnés par les deux cadastres anciens indiquent la
    murs :
    pan de bois
    appellations :
    de Trussac
    illustration :
    Extrait de la carte de Cassini, vers 1780. AD Morbihan. IVR53_20075601249NUCA Plan cadastral de 1809, section F1 : débouché de la rue sur le lais. AM Vannes 21Fi Plan cadastral de 1809, section F1. AD Morbihan 3 P 297/13. IVR53_20055604993NUCA Plan de la ville de Vannes par Léchard, 1897 : détail partie ouest de la ville. AM Vannes 9Fi Plan de la ville par Guillerminet, Ministère de la Reconstruction, 1947. AD Morbihan 1 Fi 382/4 Elévation nord du manoir de Trussac, projet de restauration 1981. AM Vannes 17W 20 Elévation est du manoir de Trussac, projet de restauration 1981. AM Vannes 17 W20 Elévation ouest du manoir de Trussac, projet de restauration 1981. AM Vannes 17W20 Elévation est du manoir de Trussac, projet de restauration 1981. AM Vannes 17W20 Ancien mur d'enclos du manoir de Trussac. IVR53_20055604688NUCA
    profession :
    [propriétaire] Ville de Vannes
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Maison noble érigée au 16e siècle sur la terre de Kaer et portant le nom ancien de Creisker ou , Olivier Salomon, sieur du Kreisquer, fait aveu ou hommage féodal à l'évêque et au seigneur de Ker. Dans la description des biens, il est question de la 'métairie noble du Kreisquer située à Trussac avec canton sous bois de futaie et la prée dite du bois'. Le manoir est vendu au 18e siècle en deux parties dont une à Bertin qui deviendra propriétaire de l'ensemble au 19e siècle. C'est par sa fille qui épouse un Galles de Vannes par une descendante des Galles, Geneviève Latourte, et restauré en 1982-1983 (le projet de restauration date de 1981) sous la direction de l'architecte de la ville Josse. Le manoir abrite depuis un certain nombre d'années les ateliers artistiques de la ville. La construction d'une annexe pour le
    referenceDocumentaire :
    Projet de restauration A. M. Vannes. Manoir de Trussac 17 W 20. des amis de Vannes, 1975, n°1, p.31-33. p. 43 Coup d'oeil sur l'année 1981-1982 et l'action des Amis de Vannes FRELAUT, Bertrand. Coup d'oeil sur l'année 1981-1982 et l'action des Amis de Vannes. In Bulletin des amis de Vannes, 1982, n°7, p p. 282-284 Châteaux, manoirs, gentilhommières du Morbihan GALZAIN, Michel de. Châteaux, manoirs , gentilhommières du Morbihan. Priziac : presses de l'E.T. Saint-Michel, 1987. 299p. ; 30cm. p. 135 La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes GUYOT -JOMARD, Alexandre. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes. In  : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889. p. 33-37 Le manoir de Trussac HERBAUT, Claudie. Le manoir de Trussac. In : Bulletin des Amis de
  • Manoir de la Santière (Vannes)
    Manoir de la Santière (Vannes) Vannes - la Santière - isolé - Cadastre : 1807 F1 99, 100, 101, 101bis 1844 K6 1216, 1218, 1219, 1220
    titreCourant :
    Manoir de la Santière (Vannes)
    description :
    Situé au nord du bras, aujourd'hui comblé, de la rivière de Vannes, dans un enclos incluant tour . Sa physionomie se compare à celle du manoir de Kerino, de l'autre côté du port.
    annexe :
    . 19985600382XA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C704/11. Fonds de l'Intendance. 19985600356XA 19985600424XB : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 88, 1. 19975601159X : Archives municipales de Vannes départementales du Morbihan, 3P 593. 19985600207X : Archives municipales de Vannes, 21Fi. 19985600412XB : Archives
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Fonds de l'Intendance. Plan du port de Vannes. Partie sud de la Santière à la Chevinière. 18e Fonds de l'Intendance. Plan du port de Vannes. 2e moitié 18e siècle. Détail. AD Ille-et-Vilaine Fonds de l'Intendance. Plan (de la Santière et d'un projet concernant l'aménagement de la butte de Kérino) envoyé par la communauté de Vannes, 4e quart 18e siècle. AD Ille-et-Vilaine C704/21 Extrait de la carte de Cassini, vers 1780. AD Morbihan. IVR53_20075601249NUCA Vannes en 1785, avec indication des alignements projetés. Copie du plan d'embellissement de Maury Plan cadastral de 1809, section F. AD Morbihan 3P. IVR53_20055604964NUCA Carte d'Etat-major, territoire de Vannes, fin 19e siècle. AM Vannes 9Fi. IVR53_19985600207X Dessin aquarellé de Galles, 1780. Vue sud-ouest. AD Morbihan 18 Fi 6. IVR53_19985600412XB Dessin aquarellé de Galles, 1780, vue sud-est. AD Morbihan 18 Fi 7. IVR53_19985600413XB
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    son nom au lieu. Encore visible sur le plan cadastral de 1809, il n'en subsiste en 1844 que les jardins et des bâtiments secondaires. A la fin du 19 siècle, il laisse place à la fonderie de Kerino . Jalon important du port, tous les plans du 18e siècle le signalent de manière détaillée, avec son enclos
    referenceDocumentaire :
    Plan, 18e siècle A. D. Ille et Vilaine. Série C. C 704/21/Fonds de l'Intendance. Plan [de la Sentière et de la butte de Kerino] envoyé par la communauté de Vannes. Dessin, 3e quart 18e siècle. Papier , plume, encre de chine, 84 Lx52 l. Plan du port de Vannes, 2e moitié 18e siècle A. D. Ille-et-Vilaine C704/11. Fonds de l'intendance . Plan du port de Vannes. 2e moitié 18e siècle. Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la
  • Manoir de Camsquel ou Kermesquel (Vannes)
    Manoir de Camsquel ou Kermesquel (Vannes) Vannes - Kermesquel - isolé - Cadastre : 1809 H2 987 1844 I3 618 1980 DM 86
    titreCourant :
    Manoir de Camsquel ou Kermesquel (Vannes)
    description :
    Le manoir de plan allongé à un étage carré se composait à l'origine de deux pièces en rez-de le blason de la famille. L'étage de la partie nord ne permet pas de restituer les espaces d'origine
    annexe :
    Sources Iconographiques 19975601173X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604396NUCB
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    L'état actuel du manoir ne permet pas de restituer les espaces d'origine, à part celui de la salle en rez-de-chaussée, intact malgré la modification des fenêtres. A l'étage, la chambre nord conserve une cheminée identique à celle du rez-de-chaussée, prouvant l'existence de la tour d'escalier dès
    appellations :
    de Camsquel
    illustration :
    Moulin de Kermesquel, plan cadastral 1844 section I3. AD Morbihan 3P593. IVR53_20015604208NUCA Plan de la ville de Vannes et de ses environs, par Léchard, éd. 1897. Partie nord-ouest. AD Elévation est, porte d'entrée et fenêtre, vers 1975. Cliché Thomas-Lacroix, extrait de : Le vieux Rez-de-chaussée, cheminée de la salle sur le pignon nord. IVR53_20015600141XA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    Archivolte de la porte d'entrée est.
    contenu :
    ). Dans chacune de ces pièces, salle et chambre, est conservée une cheminée à piédroits largement chanfreinés et consoles à double quart-de-rond moulurés et chanfreinés. Au rez-de-chaussée, elle est encadrée de deux placards rectangulaires feuillurés, initialement obturés par un volet. La fenêtre possédait linteau sur corbelets. De la partie sud est conservée la cheminée du rez-de-chaussée, peut-être la cuisine
    historique :
    Le manoir de Camsquel, ou Kermesquel, est un des plus anciens du territoire vannetais, car dans la réformation de 1513, il est déclaré "exempt [de fouage] de tous temps". En 1426, il appartient à la famille de bâtiment dont certains éléments tels la porte d'entrée et les cheminées du rez-de-chaussée remontent au milieu du 15e siècle. Le plan cadastral de 1844 montre un bâtiment allongé avec, en façade postérieure . D'importants remaniements interviennent au cours du 18e siècle sans doute lors de l'achat de la terre de Camsquel par François-Anne de la Bourdonnaye : surélévation des murs, modification des ouvertures destinés à des aménagements pour le fermier d'une exploitation agricole qu'à l'amélioration de l'habitat d'une famille noble. Le mur nord de la partie sud est entièrement repris au 19e siècle. Les fenêtres à traverse du rez-de-chaussée, du 15e siècle, sont modifiées en porte-fenêtre après 1975, faisant disparaître
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 836-843 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 112-114, 139 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de
  • Manoir de Coëssial, puis séminaire, puis couvent des Dames de la Retraite du Méné et église paroissiale du Méné, rue Victor Hugo, rue de la Coutume, rue du Mené (Vannes)
    Manoir de Coëssial, puis séminaire, puis couvent des Dames de la Retraite du Méné et église paroissiale du Méné, rue Victor Hugo, rue de la Coutume, rue du Mené (Vannes) Vannes - rue Victor Hugo rue de la Coutume rue du Mené - en ville - Cadastre : 1807 I2 206 à 213 1844 K2 272 à 278 1980 BP 333, 341, 372, 466, 518, 520, 524
    annexe :
    Sources iconographiques 20075605801NUCA : Bibliothèque de Rennes-Métropole 19975601178X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19975601232XA : Archives municipales de Vannes 19975601234X : Archives municipales de Vannes 20015604401NUCB : Archives départementales du Morbihan, 3P 593. 19985600209XA : Archives municipales de Vannes, 17 Fi. 20015600173XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 126. 20015600187XA départementales du Morbihan, 3 Fi 262/484. 19985600056XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers 19985600043XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers 20075605361NUCB : Archives départementales du du Morbihan, 3 Fi 262/1616. 19985600058XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers 19985600042XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers 19985600055XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers 19985600054XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers 19985600057XB : Fonds privé , communauté de la Retraite, Angers 19985600053XB : Fonds privé, communauté de la Retraite, Angers
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Description historique... du président de Robien : plan de Vannes, intra-muros, milieu du 18e siècle (O sur le plan). Bibliothèque de Rennes-Métropole. IVR53_20075605801NUCA Plan cadastral 1809. Section I1 : rue du Méné, séminaire et collège et au nord : moulin et étang de Plan d'alignement et de voirie, 1840, section L. AM Vannes. IVR53_19975601232XA Plan d'alignement et de voirie, 1841, section L. AM Vannes. IVR53_19975601234X Plan parcellaire de 1843, section K, 2e feuille. AD Morbihan 3P593. IVR53_20015604401NUCB Projet d'élévation : façade ouest de la chapelle du Méné (?), 18e siècle. AD Morbihan 1 Fi 126 Plan de l'établissement du prétoire criminel dans l'église du Menez, 1791. AD Morbihan 1Fi 144 Vue aérienne du centre de la ville en allant vers l'ouest vers 1950 : à droite, le couvent de la Vue prise de la rue Billault, Photo vers 1960. Cliché Thomas-Lacroix. AD Morbihan 3 Fi 262/485
    profession :
    [commanditaire] Francheville de Catherine
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    Verrière en dalle de verre dans la chapelle moderne ; ensemble de peintures monumentales dans l'église paroissiale représentant divers sujets de la vie du Christ et de la Vierge, ainsi que les quatre évangélistes ; colonnes et pilastres à chapiteau d'ordre ionique dans l'oratoire ; frise de la porte de l'oratoire sculptée de rinceaux, rubans et portant le monogramme IHS.
    localisation :
    Vannes - rue Victor Hugo rue de la Coutume rue du Mené - en ville - Cadastre : 1807 I2 206 à 213
    titreCourant :
    Manoir de Coëssial, puis séminaire, puis couvent des Dames de la Retraite du Méné et église paroissiale du Méné, rue Victor Hugo, rue de la Coutume, rue du Mené (Vannes)
    etages :
    étage de soubassement étage de comble
    description :
    Le grand séminaire occupait tout l'espace compris entre la rue Victor Hugo et la rue de la coutume corps de logis à pavillons latéraux. Le corps principal aujourd'hui en moellon avec niveaux soulignés de bandeaux de granit sur la rue Victor Hugo, de bandeaux de calcaire sur le jardin à l'est, est couvert en ardoise avec toit à croupes et noue de liaison sur les pavillons latéraux. L'ensemble est doté de deux 2 étages carrés sur un étage de soubassement avec étage d'attique pour les pavillons latéraux. Il présente chacun des pavillons latéraux côté sud-est ; utilisation de calcaire pour les lucarnes, la corniche et -de-chaussée au nord, il présente un étage carré sur la rue de la Coutume et est couvert d'un toit du grand corps de logis, la porte d'entrée axiale donne accès à un couloir longeant la façade . L'église était construite en moellon, couverte d'un toit à croupes, tour en pierre de taille, ancienne nef à bas-côtés.Le logis isolé détruit était en moellon enduit à un étage carré et étage de comble
    observation :
    L'attribution d'un projet d'élévation de façade à celle de l'église du Méné par les archivistes du siècle dernier est sujette à caution. Comme on peut le remarquer, grâce aux photos anciennes de l'édifice -porche de l'église Saint-Patern. Il faut souligner l'établissement assez jésuitique du clocher en arrière du choeur qui se compare ainsi à celui de la chapelle Saint-Yves. De même le projet d'extension succède, le dessin des baies de l'étage se rapprochant de celui de plusieurs bâtiments dûs à cet
    murs :
    pierre de taille pierre de taille
    historique :
    Première mention de l'église paroissiale Notre-Dame du Mené en 1144. En 1665, acquisition du manoir de Coëssial, appartenant à Julien Gibon du Grisso, par Louis-Eudes de Kerlivio pour y construire un séminaire. La construction débute en 1669, s'interrompt en 1672 : le grand corps de logis subsistant date de cette époque. La construction est achevée par Catherine de Francheville, fondatrice de la Retraite, en par une nouvelle église sur les plans de Delourme construite de 1729 à 1739 (bénédiction), qui remploie une partie des pierres du château de l'Hermine (autorisation de Mgr Fagon en 1735) ; elle est utilisée comme tribunal criminel à la Révolution. Les plans de Brunet-Debaines datés 1836 concernant , les dames de la Retraite emménagent au Méné après échange de leur propriété du Grador avec le séminaire : l'orientation de l'église est alors inversée, des peintures murales sont réalisées par Chevalier , auteur également des peintures du choeur de Saint-Patern. C'est peut-être à cette époque que sont
    referenceDocumentaire :
    Plan, 1791 A. D. Morbihan. 1Fi 144. Plan de l'établissement du prétoire criminel dans l'église du Photographies, 1960 Angers. Fonds privé de la communauté de la Retraite. Album photographique , photographies de Pierre Thomas-Lacroix, archiviste départemental du Morbihan, vers 1960. Photographies, 1968 A. D. Morbihan. 3 Fi 262. Album Thomas-Lacroix. 588, 589 : 1968, destruction de l'église du Méné. 156 : Choeur de l'église, stalles de l'abbaye de Prières. , seigneur du Grisso, du Couëdic, du Kerisouet, du Pargo, etc...de la maison noble du Cossial cour close devant, jardin dérrière et pré, joignant le presbytère de la paroisse du Mené, pour y bâtir un séminaire au prix de 7000 livres. et discret messire Louis Ducé prêtre de la congrégation de la Mission demeurant au séminaire des prêtres paroisse du Mené et Henriette Picard veuve de Guillaume Guyot vivant maître menuisier et
  • Manoirs et châteaux (ville de Vannes)
    Manoirs et châteaux (ville de Vannes) Vannes
    titreCourant :
    Manoirs et châteaux (ville de Vannes)
    description :
    25 manoirs et châteaux ont été repérés sur le territoire de Vannes, parmi lesquels 23 ont fait
    annexe :
    Sources iconographiques 19975601156X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19975601158X  : Archives municipales de Vannes 19985600413XB : Archives départementales du Morbihan, 18 Fi 7.
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Dessin aquarellé de Galles du manoir de la Santière (détruit), vue sud-est, 1780. AD Morbihan 18 Fi
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    contenu :
    Manoirs et châteaux de la commune de Vannes L´étude du territoire de Vannes a permis de repérer 20 fiche de repérage, tous étant considéré comme «sélectionnés pour étude» en raison de leur importance dans l'histoire et la constitution du territoire, même si nombre de ces dossiers d'étude n'ont pas encore aboutis. Les observations sur l'architecture de ces manoirs sont donc fragmentaires, d'autant qu'en raison de leur proximité de la ville, la plupart d'entre eux a subi des modifications au cours de leur existence. Ce nombre très important de manoirs pour un territoire communal d'étendue modeste des centres de décision politiques et administratifs : ainsi, il subsiste encore 57 manoirs dans les communes de la périphérie vannetaise et 60 sont attestés pour le seul canton de Vannes ouest, dont 20 à Arradon. Les actes de réformation du domaine ducal du 15e siècle, période d'apogée du pouvoir ducal (Bernus). En 1461, s'y ajoute Kerpayen (disparu). A la réformation de 1516, on assiste à une véritable
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 834-847 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 434 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes LE MENE , Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Genève -Spézet, Slatkine-Coop Breizh, 1994, réédition de Vannes : imprimerie Galles, 1891-1894. Vol. 1 : 552p et richesses artistiques de la France. Paris : Imprimerie Nationale, 1993. (Cahiers de l'Inventaire
  • Manoir de Champ Gauchard, ruelle du Champ Gauchard (Vannes)
    Manoir de Champ Gauchard, ruelle du Champ Gauchard (Vannes) Vannes - ruelle du Champ Gauchard - en ville - Cadastre : 1809 B2 400 à 402 1844 K3 721 à 727, 728, 714, 715 1980 AO 239
    titreCourant :
    Manoir de Champ Gauchard, ruelle du Champ Gauchard (Vannes)
    description :
    Le manoir est construit en bordure de l'étang au Duc sur laquelle une de ses façades et son jardin venant de la rue de l'hôpital. Le portail a perdu ses parties hautes, sans doute en plein cintre comme à Bernus. Le bâtiment développe une façade à trois travées avec lucarnes en pierre de taille de calcaire
    annexe :
    Sources iconographiques 19975601145X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19975601215XA  : Archives municipales de Vannes, 9Fi. 19975601219X : Archives municipales de Vannes 19985600193XA : Archives municipales de Vannes 20045606173NUCB : Fonds privé, CPA086.tif. 20045606172NUCB : Fonds privé, CPA088.tif.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Plan cadastral 1807-1809. Section B2 : l'étang au Duc, partie sud, la Tête Noire et le départ de la route de Rennes. AM Vannes 21Fi. IVR53_19975601145X Plan d'alignement et de voirie, 1841, section J. AM Vannes. IVR53_19975601215XA Plan d'alignement et de voirie, 1840, section J, Champ Gauchard. AM Vannes. IVR53_19975601219X Plan de la ville... de Vannes, par Bassac, éd.1869 : partie nord. AM Vannes 9Fi Vue prise de l'Etang au Duc. Carte postale Cardinal, vers 1900. Fonds privé. IVR53_20045606173NUCB Vue de la ville prise du grand séminaire : au premier plan, manoir de Boismoreau et sa ferme. Carte
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Deux manoirs sont connus au nord du faubourg de Saint-Patern, Boismoreau et Champ Gauchard . Boismoreau est attesté en 1388. Il appartient aux seigneurs de Loyon (en Ploeren) en 1483, et contient alors 4 journaux de terre. Au début du 17e siècle, la famille de Kermeno (propriétaire de Kerguéhennec) en prend possession. Elle le conserve jusqu'au rachat de ses terres par le banquier Hogger en 1713 : il est probable que ce dernier n'y habite pas. Le manoir actuel que Thomas-Lacroix nomme Boismoreau, date de la 2e -de-chaussée pourraient dater du début du 18e siècle et avoir alors rapport avec l'architecte Delourme
    referenceDocumentaire :
    p. 837 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 74 Histoire de Vannes et de sa région LEGUAY, sous la direction de Jean-Pierre. Histoire de Vannes et de sa région. Toulouse : éditions Privat. Pays et villes de France, 1988. 320p. ; 23,5 cm. p. 111 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e , Sébastien. Un passé bien dissimulé : le cercle militaire du Champ Gauchard. In : Bulletin des Amis de Vannes
  • Manoir de Tohannic, rue Benjamin Roysard, le Grand Tohannic (Vannes)
    Manoir de Tohannic, rue Benjamin Roysard, le Grand Tohannic (Vannes) Vannes - le Grand Tohannic - rue Benjamin Roysard - Cadastre : 1844 E1 99, 100, 98, 97, 96 1980 BZ 58, 204, 206, 208, 210
    titreCourant :
    Manoir de Tohannic, rue Benjamin Roysard, le Grand Tohannic (Vannes)
    description :
    -de-chaussée, en moellon de granite, couvert en ardoise avec pignon couvert et appentis. Puits circulaire en pierre de taille de granite, superstructure en fer forgé.
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud-ouest de la ville. AD Vue de la rabine nord d'accès et tour de défense à l'angle de l'enclos. IVR53_20015600312XA Tour de défense à l'angle de l'enclos, vue nord. IVR53_20015600313XA
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    Fenêtre ouest à appui godronné et archivolte ornée de feuilles de choux frisés.
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    tour de jardin
    historique :
    Manoir attesté en 1536, appartenant à la famille de Kerguisec (famille de Surzur). De cette époque l'entrée du manoir, en provenance de Limoges. Du logis reconstruit avant 1844 (il figure sur le plan cadastral) ne subsiste que des vestiges : le mur de refends médian avec la cheminée datant peut-être de la l'ouest de la fin du 16e siècle, associée à un évier mural. Le logis a été remanié au 18e siècle 20e siècle (murs gouttereaux rehaussés, création d'ouvertures de comble et élargissement de certaines baies du rez-de-chaussée.Le puits datant peut-être du 18e siècle, mentionné sur le plan de 1844, a vu sa dépendance de plan carré.
  • Manoir du Grasdor, couvent des Dames de la Retraite du Mené, Grand Séminaire, hôpital militaire, puis logis Villemin, actuellement hôpital, rue du 505ème (Vannes)
    Manoir du Grasdor, couvent des Dames de la Retraite du Mené, Grand Séminaire, hôpital militaire, puis logis Villemin, actuellement hôpital, rue du 505ème (Vannes) Vannes - rue du 505ème - en ville - Cadastre : 1844 B3 324 à 326, 336, 338 à 355 1980 AY 543, 280
    annexe :
    Sources iconographiques 19975601143X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 19985600343XB  : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604312NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 593  : Archives municipales de Vannes, 9Fi. 20015604313XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 381/3 . 20075605459NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi. 20095605108NUCB : Archives municipales de Vannes
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    appellations :
    manoir du Grasdor, couvent des Dames de la Retraite du Mené et Grand Séminaire, puis logis Villemin
    illustration :
    Plan cadastral de 1844 : feuille B3, Le Grador. AM Vannes 21Fi. IVR53_19985600343XB Plan cadastral de 1844 : feuille B3 du Grasdor. AD Morbihan. IVR53_20015604312NUCA Plan de la ville ...de Vannes, par Bassac, éd.1885 : partie nord-est. AD Morbihan, 1 Fi Plan de la ville de Vannes et de ses environs, par Léchard, 1897. Partie nord-est, détail Plan de la ville de Vannes et de ses environs, par Léchard, 1897. Partie nord-est, détail. AD Plan de la ville...de Vannes, par Bassac, éd.1898 : partie nord-est. AM Vannes 9Fi Plan de la commune par Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952 : partie sud est de la ville. AD Le Séminaire, vue de l'étang au Duc. Carte postale ancienne, coll. David, Vannes. AD Morbihan 9 Fi Vue aérienne partie nord ouest et est de la ville à partir de l'arsenal et du Grasdor,1952. AM Vue du Grasdor et de l'hôpital militaire. Photographie ancienne. Collection Alain Triste
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    titreCourant :
    Manoir du Grasdor, couvent des Dames de la Retraite du Mené, Grand Séminaire, hôpital militaire
    description :
    avec à ses extrémités des corps latéraux importants de modénature différente : au nord, corps en retour central montre une élévation à 14 travées de trois étages carrés en pierre de taille de calcaire sur un soubassement en pierre de taille de granite. Les baies des corps latéraux sont traités différemment  : alternance de frontons triangulaires et cintrés, baies jumelées sur la tour. L'aile nord montre une élévation de deux étages carrés avec de grandes ouvertures. Les photos anciennes montrent un couloir latéral sud desservant certainement de grandes salles. La chapelle à vaisseau unique épaulé par des contreforts est construite en pierre de taille de granite sur un plan en croix latine : elle comprend de chaque côté deux chapelles jumellées dont l'une à l'est est occupée par la sacristie, une nef de cinq
    statut :
    propriété de la commune
    observation :
    édifice s'impose en cet fin de siècle. Son auteur, Paul Gout (1852-1923), fut architecte en chef des monuments historiques et l'élève entre autres de Viollet-Le-Duc. Il fut aussi architecte diocésain de Vannes
    murs :
    pierre de taille
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    pavillon de jardin
    historique :
    Le manoir est attesté au 16e siècle. Sur le plan cadastral de 1809, il se présente sous la forme jardin en espalier avec des dépendances situées au nord et une chapelle à l'est. Un des deux pavillons de jardin figurant sur le plan cadastral est conservé. Il passe entre les mains de plusieurs familles avant d'être vendu en 1845 aux dames de la Retraite qui y fondent une petite école. En 1863, désirant se rapprocher du centre de la ville, elles échangent leur propriété avec le séminaire de l'avenue Victor Hugo qui s'installe au Grasdor. Avec l'aide financière de l'Etat, de nouveaux bâtiments sont construits sur les plans de l'architecte diocésain Paul Gout en 1881 et 1886 en partie derrière le manoir conservé jusque dans les années 1970. Une chapelle est édifiée en 1902 sur les plans de l'architecte diocésain Bertsch-Proust, remplaçant sans doute la chapelle du manoir détruite lors de la construction des temporaire dit hôpital sanitaire 33 de 500 lits réservés aux tuberculeux. Cet hôpital fonctionne jusqu'en
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la Le Grand Séminaire de Vannes à la veille de la Grande Guerre ARS François. Le Grand Séminaire de Vannes à la veille de la Grande Guerre. In : Bulletin des amis de Vannes, 1991, n°16. Bulletin des Amis de Vannes, 1999, n°24. p. 118 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e
  • Manoir du Boizy (Vannes)
    Manoir du Boizy (Vannes) Vannes - le Boizy - isolé - Cadastre : 1844 I2 1980 DM 170
    description :
    Manoir à trois corps de logis à élévation enduite à travées, à un étage carré. Escalier dans
    annexe :
    Sources iconographiques 20075601124NUCA : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20015604395NUCB
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    illustration :
    Elévation nord, dessin de Galles, 2e moitié 19e siècle. AD Morbihan 56 2 J8. IVR53_20015604418NUCB Elévation nord, détail de la fenêtre de la chambre. IVR53_20015604131NUCA Cheminée du rez-de-chaussée, pièce centrale. IVR53_20015600155XA Escalier, vue prise du rez-de-chaussée. IVR53_20015600156XA Moulure supérieure d'un piédroit de cheminée, provenant probablement de la cuisine disparue
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    representations :
    Blason sculpté sur le linteau de la cheminée du premier étage, armoiries non identifiées.
    contenu :
    Le manoir du Boizy ferme le côté nord d´une cour située à l'extrémité d´une rabine, plantée de sapins entre 1925 et 1930 ayant remplacé un espace boisé figurant sur le plan cadastral de 1844. Au nord , un jardin clos de murs domine un vallon. L'ouest de la cour est fermé par une longue dépendance figurant sur le plan de 1844, probablement construite au début du 19e siècle, dont les ouvertures sont reprises du milieu du 19e siècle au milieu du 20e siècle. Sans étage, elle est en moellon, en rez-de -chaussée et dotée d'un comble à surcroît ouvert de gerbières incluses. Il appartient à la famille des siècle). Les familles Houet et Sesbouëz sont par la suite les principaux occupants de cette terre. La composait de deux pièces en rez-de-chaussée, salle et cuisine, surmontées de deux chambres, distribuées par un escalier en vis dans une tourelle hors-oeuvre sur la façade postérieure. La salle, de dimensions cheminées d´origine, ornées d´un blason, buché sur le linteau de la cheminée de la salle, apparent mais non
    historique :
    La première mention du Boizy apparaît dans la réformation du domaine de 1513 parmi les manoirs et métairies exemptes depuis 60 ans (c'est-à-dire depuis la dernière réformation). C'est alors la propriété de
    referenceDocumentaire :
    Dessin, vers 1860-1870 A. D. Morbihan. 2 J 48. Fonds Galles. Manoir du Boizy, dessin à la plume de p. 841 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R. de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558-562. p. 111 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e Boizy à Vannes. In : Bulletin des Amis de Vannes, 2012, n°37.
  • Manoir du petit Conleau, impasse du Petit Conleau (Vannes)
    Manoir du petit Conleau, impasse du Petit Conleau (Vannes) Vannes - le Petit Conleau - impasse du Petit Conleau - isolé - Cadastre : 1809 F3 1187 1844 F2 634 1980 CL 373 à 380
    description :
    Le manoir est constitué d'un corps de logis et de communs qui occupent respectivement les côtés partie nord de ce jardin étant occupée par une terrasse élevée (comme dans le jardin du manoir de Botcouarc'h à Vannes). Le logis simple en profondeur est construit en moellon de granite enduit ; certains étages carrés. La distribution est régulière, avec une seule pièce de part et d'autres de la cage d'escalier. Seul le rez-de-chaussée a conservé ses cheminées : en granite, elles sont dotées de jambages devait protéger la faitière de la ferme disparue. Au niveau du comble, deux lucarnes en calcaire couvertes d'un fronton unique encadrent les souches de cheminée. Les communs sont également enduits . Couverts d'ardoise, ils sont sommés dans leur partie centrale d'un lanternon en ardoise. En rez-de-chaussée avec comble à surcroît, ils conservent une porte en anse de panier du 16e siècle.
    annexe :
    Sources iconographiques 19975601165X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi. 20065603241NUCA
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes
    observation :
    adossée au mur d'enclos du jardin et du verger ; les communs qui subsistaient en partie de l'ancien manoir ont été récemment diminués de moitié. Le logis montre des proportions inhabituelles : très élevé (la présence de deux étages est rare en milieu rural et peut-être due à la perspective créée sur le Golfe du Morbihan), il est simple en profondeur. Ses élévations ont de plus perdu les lucarnes qui les animaient, à l'exception des curieuses lucarnes jumelées des pignons : on ne peut exclure une copie de la formule utilisée à l'identique un siècle plus tôt (1643) au presbytère de Plescop (56), avec une modénature
    illustration :
    Plan de la commune par Charles Gay, Ministère de la Reconstruction, 1952. AD Morbihan 1 Fi 381/4 Vue générale du manoir, de la cour enclose et des communs ouest (1999). IVR53_19995600031X Elévation nord du logis et de la cuisine (1999). IVR53_19995600032X Elévation nord du logis et de la cuisine (1999). IVR53_19995600033X
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    Manoir mentionné dès 1426, appartenant à Jean de Loyon, sieur de Loyon en Ploeren, détruit. Par le mariage de Perrine Carré avec Régnault Le Gouvello, il passe avec de nombreuses autres possessions, dont le château de Kerlévénan en Sarzeau, à la famille Le Gouvello qui ne l'habite pas. En 1686, le manoir sis sur 28 hectares ainsi que ses dépendances nécessitent de gros travaux ; dans l'état des ", dont une partie doit subsister dans les communs à l'est du logis. Olivier Delourme est possesseur de la qu'il faut attribuer la construction du logis actuel, qui peut dater de la seconde moitié du 18e siècle encadrent les cheminées du pignon. Les seules cheminées conservées, au rez-de-chaussée, et la charpente datent du 18e siècle. Au début du 20e siècle, deux excroissances polygonales médianes en rez-de-chaussée l'ouest, un corps en rez-de-chaussée abritant la cuisine date de la seconde moitié du 18e siècle, l'étage de comble et l'escalier en vis étant créés au début du 20e siècle. Les communs datent sans doute de
    referenceDocumentaire :
    Plan cadastral 1807-1809 A. M. Vannes. 21 Fi. Plan cadastral 1807-1809. Tableau d'assemblage de la p. 835, 836, 841, 843 La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes LAIGUE, Cte R . de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles. Evêché de Vannes. Rennes, 1902. Rééd. 2001., p. 558 . Etude historique. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan. 1995. p. 115-117 Le vieux Vannes THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust