Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 94 - triés par pertinence
  • Manoir de Toulgoat, 74 chemin de  Toulgoat (Quimper)
    Manoir de Toulgoat, 74 chemin de Toulgoat (Quimper) Quimper - Toulgoat - 74 chemin de Toulgoat - isolé - Cadastre : 2013 M 172 2013 M 173 2013 M 174 2013 M 175 2013 M 694
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    illustration :
    Vue aérienne de Toulgoat, par Yves-René Caoudal IVR53_20142911149NUCA
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Penhars
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    localisation :
    Quimper - Toulgoat - 74 chemin de Toulgoat - isolé - Cadastre : 2013 M 172 2013 M 173 2013 M 174
    titreCourant :
    Manoir de Toulgoat, 74 chemin de Toulgoat (Quimper)
    siteSecteurZoneProtection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    etages :
    étage de comble
    description :
    Le manoir de Toulgoat est installé au sein d'une zone boisée. Il a conservé son logis, ses piétonne. La porte piétonne est couverte par un arc en anse de panier mouluré, tandis que la porte cochère d'une tour hexagonale. Le logis, de plan rectangulaire, est organisé en cinq travées, et s'élève sur un rez-de-chaussée, un étage et des combles. Il est maçonné en pierre de taille et couvert d'ardoises percé de cinq fenêtres et les combles sont doté de cinq lucarnes cintrées. Ses deux pignons sont munis d'une souche de cheminée. En face du logis se trouve une chapelle, qui s'élève, selon un plan en L, sur d'ardoise. A l'est de cet ensemble se trouve une parcelle carrée ceinte de murs de clôture et doté d'une orangerie. L'accès se fait devant le logis par un porche surmonté d'un fronton cintré et muni de deux pots à feu. Au sud de cette parcelle se trouve un autre espace clos, auquel on accède par des escaliers. .
    observation :
    Inclus dans la ZPPAUP, dans l'écart dit de Toulgoat. Le périmètre est gardé pour la transformation
    murs :
    granite pierre de taille
    contenu :
    Commentaire : Cet édifice n'a pas été étudié in situ, en raison de l'absence prolongée des
    historique :
    Le Goazre de Kervélégan l'acquièrent sous Louis XV. En 1826, le domaine passe aux Kernaflen de Kergos.
    referenceDocumentaire :
    Les anciens manoirs des environs de Quimper LE GUENNEC L., Les anciens manoirs des ennvirons de Quimper, extrait du Bulletin de la société Archéologique du Finistère, Jaouen, Quimper, 1922. Histoire de Quimper Corentin et son canton LE GUENNEC L., Histoire de Quimper Corentin et son canton, Le Finistère monumental, Tome III, Les amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1984 Les châteaux et manoirs de Penhars et leurs légendes HENRY R., Les châteaux et manoirs de Penhars
  • Manoir de Kercaradec, 29 chemin de  Kercaradec (Quimper)
    Manoir de Kercaradec, 29 chemin de Kercaradec (Quimper) Quimper - Kercaradec - en écart - Cadastre : 2013 N 124 2013 N 125
    titreCourant :
    Manoir de Kercaradec, 29 chemin de Kercaradec (Quimper)
    siteSecteurZoneProtection :
    zone de protection du patrimoine architectural et urbain
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    Le manoir de Kercaradec se situe au bout de la route qui mène vers le camp romain du même nom, il est accompagné de quelques habitations contemporaines, en écart. La partie la plus ancienne remonte à la fin du XVIe siècle. Il s'agit d'un logis accompagné d'une extension, maçonnés en moellons de pierre. Cet ensemble est divisé en deux parties en raison de la déclivité du terrain. En amont se trouve niveaux de sol. La partie la plus haute a la fonction de salle, qui comprend une cheminée monumentale , occupant quasiment la largeur du mur. La seconde partie, plus basse, comprend également une cheminée de semblable à la précédente, tandis que la porte la plus haute est couverte par un arc en anse de panier comprenant une série de moulure suivant la forme d'une accolade, et une inscription : "ICVE3E VR :1592 :". Entre les deux portes se trouve une fenêtre de petite dimension sans ornement. A l'ouest de la porte la basse, d'autre part, correspond à une sorte de pavillon, également doté d'un rez-de-chaussée et d'un
    cadresEtude :
    enquête thématique départementale Inventaire des manoirs de Quimper
    illustration :
    Détail des encadrements de portes IVR53_20142911244NUCA
    copyrights :
    (c) ville de Quimper
    historique :
    Il y a très peu de données sur le manoir de Kercaradec. Cependant, le site se trouve à proximité
  • Manoir de Pont-Couennec ou de Pont-Guennec (Perros-Guirec)
    Manoir de Pont-Couennec ou de Pont-Guennec (Perros-Guirec) Perros-Guirec - Pont-Couennec - rond-point de Pont-Couennec - en ville - Cadastre : 1819 B1 436-440 2004 AY 149, 159, 437
    titreCourant :
    Manoir de Pont-Couennec ou de Pont-Guennec (Perros-Guirec)
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    Le manoir de Pont-Couënnec est édifié en moellons de granite sur un plan d'ensemble en L. Il comprend un corps de logis primitif au nord-est (vers 1500), un corps de logis dans l'angle (vers 1600) et un corps de logis rapporté au sud-est (2ème moitié 19ème siècle) flanqué d'un logement plus bas (1er quart 20ème siècle). Le corps de logis primitif est composé d'un rez-de-chaussée et d'un étage carré appentis, est pourvu de rampants à crossettes figurées. Le corps de logis dans l'angle est orné d'une corniche à modillons et présente un toit en pavillon. Il est composé d'un rez-de-chaussée et de deux étages carrés. Les murs nord et est portent chacun une souche de cheminée élancée construite en moyen appareil de granite. Une tour demi-hors-oeuvre sur l'angle coiffée d'un toit polygonal abrite un escalier en vis en maçonnerie à l'ouest. Elle est ouverte au rez-de-chaussée d'une porte en plein-cintre jouxtant à gauche une autre porte en plein-cintre desservant la pièce du rez-de-chaussée (indication d'un
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    couvertures :
    extrados de voûte
    appellations :
    dit de Pont-Couennec ou de Pont-Guennec
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1819 (AD 22) IVR53_20062206698NUCB Vue générale du portail de l'ancienne chapelle Saint-Samson portant les armes de la famille Kerjégu Vue générale du portail de l'ancienne chapelle Saint-Samson portant les armes de la famille Kerjégu Vue détaillée du portail de l'ancienne chapelle Saint-Samson portant les armes de la famille Vue détaillée du portail de l'ancienne chapelle Saint-Samson (cliché pré-inventaire, 1969 Vue détaillée de l'intérieur du colombier (cliché pré-inventaire, 1969) IVR53_19692205047Z Vue générale (cliché pris depuis de sud-est) IVR53_20072205405NUCA Vue détaillée de l'intérieur du colombier IVR53_20062206541NUCA
    profession :
    [commanditaire] Riou de Kerprigent [commanditaire] Jascob de Kerjégu Amaury
    historique :
    Le manoir de Pont-Couennec est un édifice multiphasé construit probablement à la fin du 15ème siècle ou du début du 16ème siècle. Il a été agrandi vers 1600, au cours de la 2ème moitié du 19ème pour un dénommé Riou de Perros de la famille Riou de Kerprigent. Il est passé à la fin du 16ème siècle dans la famille Jascob de Kerjégu, dont les armes sont visibles sur le portail remployé de la chapelle Saint-Samson édifiée en 1599 pour Amaury Jascob de Kerjégu, alloué de la juridiction de Tréguier au siège de Lannion (chapelle démolie au cours du 19ème siècle). Il comprend un colombier, en bon état de
    localisation :
    Perros-Guirec - Pont-Couennec - rond-point de Pont-Couennec - en ville - Cadastre : 1819 B1 436
    referenceDocumentaire :
    Numplan 4, section B, 1ère feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/38, plans cadastraux parcellaires de p. 81-87 BERGER, Claude, RACINE, Françoise. Du côté de Perros. Perros-Guirec des origines à 1945
  • Manoir de Kerariou, chemin de Roz ar Vilin (Trébeurden)
    Manoir de Kerariou, chemin de Roz ar Vilin (Trébeurden) Trébeurden - Kerariou - chemin de Roz ar Vilin - en ville - Cadastre : 1819 A1 357, 367, 369 2004 AM 255, 931, 937, 940, 956, 957, 1078
    titreCourant :
    Manoir de Kerariou, chemin de Roz ar Vilin (Trébeurden)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    Manoir en mauvais état construit en moellons, moyen et grand appareil de granite. Autrefois isolé , actuellement situé en limite de secteur aggloméré, au nord du territoire communal, il présente une cour carrée au nord. Orienté plein sud, ce logis est composé d'un grand corps de bâtiment de plan rectangulaire simple en profondeur à un étage carré et, à l'arrière, d'une aile de plan massé et d'une tour circulaire lacunaire. Le rez-de-chaussée du corps principal est composé de deux pièces séparées par un mur de refend axial légèrement décalé vers la droite et montant de fond en comble. L'aile postérieure, dont le mur ouest porte souche de cheminée, abrite deux pièces superposées et présente une latrine en surplomb au nord. La tour d'escalier est placée au droit du mur de refend. La façade antérieure, qui se caractérise angle, une tourelle en surplomb percée de bouches-à-feu. Chaque pièce du rez-de-chaussée est éclairée archivolte à usage de larmier. Une dépendance en retour d'équerre à l'avant, à gauche, contemporaine du logis
    typologies :
    logis à trois pièces au rez-de-chaussée et à tour d'escalier demi-hors-oeuvre sur élévation
    observation :
    La typologie et les qualités architecturales du logis sont à signaler. Le portail du manoir de Kerariou a été remonté au cours des années 1840 sur la tour de l'église paroissiale.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1819 (AD 22) IVR53_20052206818NUCB
    historique :
    Manoir comprenant un logis datant probablement de la fin du 16ème ou du début du 17ème siècle, des dépendances datant de la même époque et du 19ème siècle.
    localisation :
    Trébeurden - Kerariou - chemin de Roz ar Vilin - en ville - Cadastre : 1819 A1 357, 367, 369 2004
    referenceDocumentaire :
    Numplan 2, section A, 1ère feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/48, plans cadastraux parcellaires de
  • Manoir de Landeboulou (Lanvallay)
    Manoir de Landeboulou (Lanvallay) Lanvallay - landeboulou - en écart
    titreCourant :
    Manoir de Landeboulou (Lanvallay)
    description :
    Logis de plan rectangulaire régulier flanqué d'une tour arrière coiffé d'un pavillon. Chaque pièce armoire murale dans la chambre de l'étage. La fenêtre arrière est protégée par une grille dont les montants sont ornés, de façon alternée, d'une fleur de lys, d'un bourdon de pèlerin et d'un fer de lance.
    annexe :
    , Landeboulou, maison de maître, cour et bâtiments A 151, la Chenais A 152, Landeboulou métairie, maison, cour
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Dinan
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1811 IVR53_20142209790NUCA Extrait du cadastre de 1844 IVR53_20142209791NUCA Dessin de la façade arrière par Abert Le Goinvec, dans châteaux et manoirs des Côtes-du-Nord Logis, vue prise de trois quart IVR53_20142201432NUCA Logis, vue arrière prise de trois quart IVR53_20142201433NUCA Cheminée de la salle IVR53_20142209796NUCA Poutre de forte section a chanfrein mouluré du 16e siècle IVR53_20142209794NUCA
    contenu :
    Situé a proximité de la Rance entre l'anse de la Courbure et le Port Josselin, le logis de Landeboulou s'apparente par sa silhouette aux manoirs du Pays de Dinan de la fin 16e siècle et du début du 17e siècle à savoir un parallélépipède régulier flanqué d'une tour d'escalier carrée au deux tiers de la , cependant ce dernier a été rajouté à un corps de logis plus ancien.
    historique :
    Étymologie Plusieurs appellations sont mentionnées pour ce manoir, le cadastre de 1811 indique « la Chouannerie », celui de 1844 « Landeboulou » et Henri Quéffélec dans les châteaux et manoirs des Côtes du Nord fait allusion « au manoir de la Salle », sans indication de sources particulières. L’appellation « Landeboulou » remonterait à la fin du 11e siècle. Dans la charte de fondation du prieuré du Pont à Dinan , plusieurs témoins apparaissent au côté de Geoffroy de Dinan dont un nommé « Picotus de Landa Boilot ». Ce nom de famille est vraisemblablement à l'origine du toponyme actuel. Une terre noble La présence du colombier indique une terre noble qualifiée de "sieurie" dès le 16e siècle comme l'attestent les titres des différentes familles qui se succèdent. Jehan Guitton en 1540 est dit « sieur » de Landeboulou puis également Guillaume Legault, économe de l’hôpital de Dinan entre 1614 et 1619 qui est nommé sieur de Vildé et de Landeboulou. Un journal de bord de René Nurat Dugras du bâtiment « Courrier de Bourbon », armé par la
    referenceDocumentaire :
    Histoire de Lanvallay FOURNIER Jean-Pierre. Lanvallay et son histoire. http
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Manoir de Keraëz (Plounérin)
    Manoir de Keraëz (Plounérin) Plounérin - le Bourg - rue de l' Eglise - en village
    titreCourant :
    Manoir de Keraëz (Plounérin)
    appellations :
    Manoir de Keraez
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plounérin, 1834 : le bourg IVR53_20112205774NUCA Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez IVR53_20122200789NUCA Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez IVR53_20122200790NUCA Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez, vue sud-est IVR53_20112205607NUCA Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez IVR53_20122200788NUCA Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez, détail de la guérite flanquant le portail Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez IVR53_20122200796NUCA Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez, détail d'une des ouvertures de tir. Il Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez, détail d'une des ouvertures de tir. Il Plounérin, le bourg, rue de l'Eglise : manoir de Keraez, détail d'une des ouvertures de tir. Il
    contenu :
    le bourg de Ploubezre non loin de la chapelle Notre-Dame de Bon Voyage. On y accède par le sud via la rue de l'église. Le toponyme "Keraez", "Keraës" ou "Kéraès" est attaché à cet édifice. Un voyageur évoque en 1846 le "vieux manoir de Quérez". Le manoir de Keraëz est cité par Henri Queffelec en 1970 sont disposés autour d'une cour fermée, de plan rectangulaire avec entrée frontale vers le sud. Le logis du manoir, initialement situé au nord de la cour – face à l'entrée, comme le montre le cadastre de en arc plein cintre surmonté d'un oculus, côté rue, un linteau de porte porte le millésime "1619" et façade est, pourrait indiquer l'emplacement d'un escalier. L'échauguette de plan circulaire du "pavillon " d'entrée est datable des années 1600 : sa mission principale est de flanquer le chemin d'accès arrivant du vient de ses trois ouvertures ovales combinées à de petites ouvertures de tir ébrasées vers l’extérieur . Son dôme hémicylindrique ou "coupolette" en dalle de granite est surmontée d'un petit lanternon. Son
    localisation :
    Plounérin - le Bourg - rue de l' Eglise - en village
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir de Keraliou (Kerbors)
    Manoir de Keraliou (Kerbors) Kerbors - Keraliou - en écart - Cadastre : 1829 F1 197 2004 B 154
    titreCourant :
    Manoir de Keraliou (Kerbors)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    Construit en moellons de granite et schiste, le manoir de Keraliou possède un logis de plan binaire l'élévation postérieure. Aspectée au sud, la façade antérieure est ouverte de deux portes, une en plein-cintre à gauche, une couverte d'un linteau droit surmonté d'une plate-bande de schiste au centre. Cette porte est située quasiment en face de l'escalier de distribution intérieur. Le rez-de-chaussée enferme donc deux pièces principales de même importance et une pièce annexe à l'arrière abritant une cheminée
    typologies :
    logis à deux pièces au rez-de-chaussée et à tour d'escalier hors-oeuvre sur l'élévation postérieure
    observation :
    Lors de l'enquête de pré-inventaire du 1977, les chercheurs ont signalé la présente à l'étage de tomettes en terre cuite à décor de fleur de lys et de figure animale.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1829 (AD 22) IVR53_20092205242A0A Plan de masse du manoir de Keraliou d'après croquis (pré-inventaire, avril 1977 Plan au sol du manoir de Keraliou et relevé du décor des tomettes en terre cuite à l'étage d'après Plan de la toiture du manoir de Keraliou d'après croquis (pré-inventaire, avril 1977 Départ de l'escalier de distribution intérieur (cliché Guy Artur, pré-inventaire, 1977 Cheminée du rez-de-chaussée (cliché Guy Artur, pré-inventaire, 1977) IVR53_19772200682X
    historique :
    Le manoir de Keraliou possède un logis datant probablement de la fin du 16ème siècle ou du début du 17ème siècle, vraisemblablement remanié et agrandi au cours du 18ème siècle (une cheminée au rez-de
  • Manoir de Keralzy (Ploubezre)
    Manoir de Keralzy (Ploubezre) Ploubezre - Keralzy - - isolé - Cadastre :
    titreCourant :
    Manoir de Keralzy (Ploubezre)
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Ploubezre, 1826 : manoir de Keralzy Ploubezre, Keralzy : manoir, vue générale de l'élévation antérieure orientée vers le sud , photographie de 1969 IVR53_20102201156Z Ploubezre, Keralzy : ferme du manoir (vraisemblable logis-étable à deux portes), vue de l'élévation antérieure orientée vers l'est, portes géminées en arc plein cintre, photographie de 1969 IVR53_20102201157Z Ploubezre, Keralzy : manoir, vue générale de l'élévation antérieure orientée vers le sud Ploubezre, Keralzy : manoir, vue de l'élévation antérieure orientée vers le nord Ploubezre, Keralzy : manoir, vue l'élévation antérieure orientée vers le sud, détail de la porte Ploubezre, Keralzy : logis et dépendances, vue générale de l'élévation antérieure orientée vers le Ploubezre, Keralzy : ancien logis-étable aujourd'hui étable, vue générale de l'élévation antérieure
    contenu :
    1500 mètres au nord-est du bourg de Ploubezre. Établi à une quarantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer, il se trouve à proximité immédiate du Léguer et d'un de ses petits affluents. Le toponyme "K[er]alzy Vras" est mentionné sur le cadastre de 1826. L'Institut Géographique National a retenu le toponyme "Keralzy". La seigneurie de Keralzy (également écrit "Kerasly" dans les archives) est figurée dans "l'armorial de Ploubezre" peint dans l'église par l'atelier L'Intanff de Lannion en 1925. Selon le "Nobiliaire et Armorial de Bretagne" de Pol Potier, baron de Courcy, la seigneurie de Keralzy a appartenu aux manoirs de Kerguéréon, Kerverzault (Kerversault) et de Kervoeder ; - Juhel, mentionnée comme "seigneur de Keralzy" ; - Larmor mentionné comme "seigneur de Keralzy" ; Jacques Dallam, le célèbre organiste de l'église de Lanvellec est dit "seigneur de Keralzy" dans la 2e moitié du 17e siècle (?). L'ensemble manorial se compose d'une courte allée filant vers le nord et d'un corps de logis principal orienté vers le
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir de Kergoat (Plounérin)
    Manoir de Kergoat (Plounérin) Plounérin - Kergoat - en écart
    titreCourant :
    Manoir de Kergoat (Plounérin)
    illustration :
    Extrait du cadastre ancien de la commune de Plounérin, 1834 : Kergoat [Kergoat Bras Plounérin, Kergoat : croquis du manoir, façade postérieure sud par Henri Frotier de la Messelière
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir de la Vieuville (Erquy)
    Manoir de la Vieuville (Erquy) Erquy - la Vieuville - en écart - Cadastre : 1811 G1 47, 48 1846 D2 496, 498 1987 D2 397
    titreCourant :
    Manoir de la Vieuville (Erquy)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    Manoir construit en grès et granite sur un plan à deux corps en équerre : il comprend un corps de bâtiment principal ouvert d'une porte à double rouleau à l'avant et un corps de bâtiment en retour d'équerre à l'arrière. Le corps de bâtiment principal présente une lucarne ornée d'un écu (lucarne rapportée en 1778). L'ancien logement situé à l'arrière du corps de logis est un bâtiment composé de deux
    observation :
    Le corps de logis présente un volume général homogène. L'étude est souhaitable.
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1811 (AD 22) IVR53_20042207758NUCB Extrait du cadastre de 1846 (AD 22) IVR53_20042207775NUCB
    escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    historique :
    Manoir comprenant un corps de logis datant probablement de la fin du 16ème siècle ou du début du
    referenceDocumentaire :
    Numplan 11, section G, 1ère feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/10, plans cadastraux parcellaires de Numplan 20, section D, 2ème feuille AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/20, plans cadastraux parcellaires de
  • Manoir de la Fontaine (Laignelet)
    Manoir de la Fontaine (Laignelet) Laignelet - La Fontaine - isolé
    titreCourant :
    Manoir de la Fontaine (Laignelet)
    description :
    De plan rectangulaire, le logis compte un étage carré surmonté d’un toit à longs pans. Ses murs sont élevés en moellons de schiste disposés en assises régulières alors que le granite taillé a été laissent penser que le logis comptait à l’origine deux salles au rez-de-chaussée et une pièce à feu à l’étage. La porte en plein cintre (décorée d’un cavet et surmontée d’un arc formé de moellons de schiste forme de la cheminée dont Emile Pautrel fournit un dessin dans ses Notions d’histoire et d’archéologie pour la région de Fougères (p.463). La partie gauche du bâtiment a été fortement modifiée au 19e
    murs :
    granite pierre de taille
    referenceDocumentaire :
    Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Le manoir de Kerhoz (Kerbors)
    Le manoir de Kerhoz (Kerbors) Kerbors - Kerhoz - isolé - Cadastre : 1829 E2 902, 903, 904 2004 A 776
    titreCourant :
    Le manoir de Kerhoz (Kerbors)
    description :
    Le manoir de Kerhoz est composé d'un ensemble de bâtiments hétérogènes répartis autour d'une cour . Le logis de plan rectangulaire simple en profondeur, dont la façade antérieure orientée à l'ouest est édifiée en pierre de taille de granite, comprend un sous-sol, un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Le rez-de-chaussée, comme l'étage carré, enferment trois pièces, les pièces du rez-de-chaussée postérieure enfermant l'escalier de distribution intérieur (escalier en granite sur mur d'échiffre, tournant à la pièce centrale qui communique avec la pièce de gauche. L'escalier est accessible au rez-de -chaussée depuis la pièce du centre. Une trace de reprise verticale au centre de la façade antérieure, à partir de laquelle se prolonge une élégante corniche à modillons vers la gauche, témoigne d'une campagne d'agrandissement, tandis que les pierres d'attente à gauche suggèrent le caractère inachevé de ce logis. La partie rapportée qui abrite les deux pièces les plus importantes est ouverte d'une porte en plein-cintre de style
    annexe :
    Le manoir de Kerhoz : (Guy Prigent) Le manoir de Kerhos comprend plusieurs bâtiments de datation différente. Deux campagnes de construction ont été constatées : la partie Sud semble constituer le logis -17ème siècle. La grange extérieure est datée du 18ème siècle. Le manoir a appartenu à la famille de Quelen au cours des 16ème et 17ème siècles. L'ensemble dit manoir de Kerhos comprend plusieurs bâtiments sa façade principale est orientée au Sud. Le logis du manoir est de plan rectangulaire, avec -sol, un étage carré et un étage de comble. Un escalier extérieur, situé à l'extrémité Nord du bâtiment , mène à rez-de-chaussée surélevé ou 1er étage, avec sous-sol. La porte principale d'entrée du manoir est en plein cintre sculptée. Au rez-de-chaussée, trois pièces en enfilade, celle du centre donnant accès à l'escalier dans la tourelle. De nombreuses ouvertures sur la façade principale et sur le pignon Ouest, y compris au niveau de l'étage de comble (baies encadreées de granite). La toiture du manoir est
    murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1829 (AD 22) IVR53_20092205101A0A Plan de masse du manoir de Kerhors d'après croquis (pré-inventaire, avril 1977 Plan du rez-de-chaussée du logis d'après croquis (pré-inventaire, avril 1977) IVR53_19772205003NUC Plan de l'étage du logis d'après croquis (pré-inventaire, avril 1977) IVR53_19772205004NUC Plan au sol et de l'étage des communs d'après croquis (pré-inventaire, avril 1977 Logis, élévation antérieure, vue détaillée de l'entrée (cliché Guy Artur, pré-inventaire, 1977 Logis, cheminée monumentale du rez-de-chaussée (cliché Guy Artur, pré-inventaire, 1977 Vue de l'entrée de la propriété au sud IVR53_20082213520NUCA Vue du pignon nord et de l'escalier extérieur du manoir IVR53_20082213522NUCA Vue de la façade sud de la dépendance IVR53_20082213524NUCA
    historique :
    Le manoir de Kerhoz comprend un logis et une grange datant du 16ème siècle, le logis ayant été manoir a appartenu à la famille de Quelen au cours du 16ème siècle et du 17ème siècle. La veuve du seigneur de Kerhoz, Mme de Quelen, fut ainsi à l'origine de la requête qui fit érigée Kerbors en paroisse succursale de Pleubian le 23 juin 1605. Les façades et les toitures du manoir ont fait l'objet d'une
  • Manoir, puis château de Kercadio (Erdeven)
    Manoir, puis château de Kercadio (Erdeven) Erdeven - Kercadio - en écart - Cadastre : 2001 YC 19, 20a, 249, 259g
    titreCourant :
    Manoir, puis château de Kercadio (Erdeven)
    description :
    Situé à l'est du bourg, sur la route de Ploëmel et Auray, le manoir et château de Kercadio est d'ensemble en U autour d'une cour (plan masse). Le corps de logis principal est orienté au sud. Les communs (sous dossier). Le mur fermant la cour au sud, s'apparente à un saut de loup avec portail à deux piliers en bossage au centre. L'ensemble de ces bâtiments fermant la cour, s'inscrit dans un grand enclos . L'ancien logis, logis-tour construit à l'angle sud-est de la cour du manoir, est aspecté à l'ouest et 17e siècle. Edifice de plan carré avec tour d'escalier hors oeuvre dans l'angle sud-ouest, échauguette en encorbellement dans la partie supérieure de l'angle sud-est et tourelle très peu saillante à en moellons équarris, mêlés de pierres de taille de moyen et grand appareil (remplois). Planchers et charpente de toit n'existent plus. L'ensemble s'apparente à une tour-logis, réminiscence des anciens donjons pièce par niveau de faible hauteur. La salle du rez-de-chaussée présente une cheminée en pignon nord
    annexe :
     : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Morbihan, Fonds R. Guillaume. 20045604137NUCB  : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Morbihan, Fonds R. Guillaume. 20045603980NUCB relève quelques indications descriptives concernant ce logis tour : - 1703 : il est qualifié de pavillon de pavillon séparé du grand corps de logis. - 1749 : il existe une boulangerie et une buanderie, au de la basse-cour, avec deux chambres au-dessus (superposées). Ces indications confirment que le , forme de toit qui explique ce qualificatif. Ces dispositions sont très probablement celles de sa changé, simple salle ou chambre en 1703, elle devient à partir de 1749 une boulangerie, une buanderie , puis une cuisine. Ceci incite à penser que la modification de l'usage du RDC pourraît correspondre à la construction d'appentis figurés sur le plan cadastral de 1811, et aux modifications des ouvertures d'étages , sur la façade ouest, à l'époque où les Gouyon de Vaudurant rénovaient le château.
    typologies :
    . Eléments de défense. Bouche à feu
    observation :
    La chapelle d'origine du 15e siècle est en mauvais état. La tour-logis n'est pas de la fin du 15e siècle mais de l'époque de la Ligue ou juste postérieure. Mauvais état. La porte cochère ouverte dans le mur extérieur des communs ouest peut également dater de la fin du 16e ou du début du 17e siècle.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Carte postale, vers 1920. Manoir de Kercadio et entrée du château, sur la route vers Ploëmel Manoir, vue générale sud-ouest, route de Ploëmel, vers 1920. Cliché René Guillaume Carte postale vers 1910. Puits de la métairie de Kercadio. IVR53_20045603979NUCB Corps de logis principal, élévation sud. Etat en 1969. IVR53_20045603991NUC Corps de logis principal, élévation nord. Etat en 1969. IVR53_20045604156NUC Corps de logis principal, élévation Sud, travée centrale. Etat en 1978. IVR53_20045603994NUC Corps de logis principal, élévation nord, état en 1978. IVR53_20045603995NUC Ancien logis, vue intérieure prise du nord-ouest, cheminée au nord de la salle du RDC. Etat en 1978 Ancien logis, vue intérieure prise du nord-est, avec départ de l'escalier dans la tour. Etat en Ancien logis, vue intérieure vers le nord-est : 1er et second étages, ouvertures vers le corps de
    precisionsProtection :
    En totalité, à savoir : le corps de logis central y compris les boiseries 18e siècle, les communs est et ouest en retour d'équerre, les ruines de la tour-logis fin 15e siècle situées à l'extrémité sud des communs est, les ruines de la chapelle, l'ensemble des murs de clôture.
    representations :
    Blason en forme de simple écu sur le linteau de la porte ouest (premier logis). Ornements profilés en doucine sur consoles de cheminée du RDC (premier logis).
    historique :
    Siège d'une seigneurie qui apparaît dans les sources de la fin du Moyen Âge, Kercadio doit son nom à la famille de Kercadiou, dont Alain est nommé lors de la réformation du domaine ducal en 1427. A compter de 1466, ce sont les de Larlan qui deviennent seigneurs de Kercadio et de Coëtquintin en Ploëmel à la fin du 16e siècle, début 17e siècle. Cette partie de l'actuel château est la plus ancienne, en élévation, probable vestige du manoir de Kercadio, cité dès 1427 dans la paroisse d´Erdeven (Laigue, 1902 ). Cependant, bien qu'elle reprenne le plan d'un logis-tour de la fin du Moyen Âge, cette construction date de ouvertures du rez-de-chaussée et les portes de la tour d'escalier, dont les meurtrières pour armes à feu légères sont sans doute des aménagements liés aux conséquences de la Ligue. A l'époque ce sont les de Larlan qui jouissent de la seigneurie de Kercadio. En 1595, le seigneur écuyer de Larlan a la garde de toute la côte de Quiberon jusqu'au bras de mer d'Etel (Danigo et Le Tallec, 1971). En 1625, Pierre de
    referenceDocumentaire :
    p. LAIGUE, René, comte de. La noblesse bretonne aux XIVe et XVe siècles, réformations et montres ., dactylographié, vers 1942-1952. Descriptions architecturales de l'église, des chapelles, des châteaux de Kercadio et Keravéon. Quelques mots sur le village de Keroret où il note la présence de fermes aux murs appareillés et couvertes en chaume, anciennes demeures des tenanciers du fief de Keravéon. p. DESPAS, Stéphanie. La façon d'habiter : Six résidences nobles du sud de la Bretagne aux 17e et 18e siècles. Mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Nassiet, Université de Nantes, UFR d'histoire et de sociologie, 2000. Etudie, entre autres demeures du Morbihan, le manoir et château de été modifié le logis de Kercadio. Seule la différence du nombre de pièce d'un inventaire à l'autre a pu nous permettre de situer cette transformation entre 1711 et 1749. Il semble aussi que, pendant p. Plan de distribution du rez-de-chaussée et de l'étage. D'après CRMH, repris dans : Despas
  • Manoir, les Touches (Saint-Georges-de-Reintembault)
    Manoir, les Touches (Saint-Georges-de-Reintembault) Saint-Georges-de-Reintembault - les Touches - en écart
    titreCourant :
    Manoir, les Touches (Saint-Georges-de-Reintembault)
    description :
    ´une extension à l´ouest. Le logis possède un rez-de-chaussée légèrement surélevé et un étage carré. La maçonnerie de granite est en pierre de taille sur sa partie basse et en moellon à l´étage. La façade est percée de deux travées de fenêtres. La fenêtre du rez-de-chaussée est décorée d´un arc en accolade et servi de logis annexe. Le rez-de-chaussée est ici de plain-pied, et le décalage des toitures relève de cette différence de niveau de rez-de-chaussée. La façade compte une travée de fenêtres, mais la percée d´une large porte au rez-de-chaussée et d´une fenêtre à appui mouluré à l´étage.
    annexe :
    20093505589NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine 20103501744Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 271_35_74_bande12. 20103501745Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 271_35_74_bande12.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Les Touches sur le cadastre de 1834. IVR53_20093505589NUCA Fenêtre du rez-de-chaussée. IVR53_20093506584NUCA Fenêtre de l'étage. IVR53_20093506572NUCA
    historique :
    ´il passa par alliance en 1513 des de la Chapelle aux de Romilley. Une extension plus récente flanque
    localisation :
    Saint-Georges-de-Reintembault - les Touches - en écart
    referenceDocumentaire :
    p. Saint-Georges-de-Reintembault. Section B dite du Grand Couvelou, en trois feuilles, 3e feuille
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Manoir de la Garette (Plouër-sur-Rance)
    Manoir de la Garette (Plouër-sur-Rance) Plouër-sur-Rance - - 12 rue de la Garette - en village
    titreCourant :
    Manoir de la Garette (Plouër-sur-Rance)
    description :
    moellon de granite et couvert en ardoises. Il se compose d'un rez-de-chaussée, d'un étage et d'un grenier . Le rez-de-chaussée comprend un vestibule et plusieurs pièces en enfilade. Trois escaliers desservent . Des armoiries martelées se trouvent sur le linteau de la cheminée de la cuisine. Faisant face au
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes Rance Frémur
    murs :
    granite pierre de taille
    illustration :
    Détail des ouvertures : fenêtre de l'étage et lucarne IVR53_20152200964NUCA Détail d'une petite baie du rez-de-chaussée, façade sud IVR53_20152200968NUCA Cheminée de la cuisine IVR53_20152200959NUCA
    contenu :
    Situé près du bourg de Plouër-sur-Rance, le manoir de la Garette était possédé par les familles Le Métaër au 15e siècle, Brignon de Léhen (19e-20e siècles), et de Combret de Marcillac (20e siècle). Du logis mentionné au 15e siècle et appartenant à la famille Le Métaër, il ne semble rester que peu de début du 17e siècle, la charpente et la toiture, quelques ouvertures, ainsi que la cheminée du rez-de -chaussée. Le cadastre napoléonien de 1844 est intéressant car il montre que le manoir était plus grand, en
    historique :
    Chef-lieu du fief de Tressaint en Plouër, la Garette relevait du comté de Plouër. En 1427, Olivier Le Métaër, Sieur de la Garette, était témoin noble lors de la Réformation. En 1513, La Garette était à noble Jean de Monterfil, seigneur du Bois-Harouart. Il fait mention de la vente de la Garette en 1585. En 1763, Herbert Sieur de Chambéry et de la Porte Barrée décède à la Garette le 28 novembre née en 1754 épouse M. Brignon Léhen, originaire de Saint-Méloir-des-Ondes. Cette famille produisit deux capitaines de vaisseaux sous Louis XVI et un conseiller secrétaire du roi en 1788. Quoique très opposé aux idées révolutionnaires le propriétaire de la Garette fut élu en 1795 président de l'administration cantonale de Plouër. Pierre Brignon (1783-1866) fut maire de Plouër sous la Restauration, et membre de la Chambre des Députés pour l'arrondissement de Dinan. Le marquis de Marcillac est propriétaire de la Garette en 1895. Le bâtiment actuel fut vraisemblablement construit vers la fin du 16e siècle
    localisation :
    Plouër-sur-Rance - - 12 rue de la Garette - en village
    airesEtudes :
    Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
  • Manoir du Petit Gué (?) (Dol-de-Bretagne)
    Manoir du Petit Gué (?) (Dol-de-Bretagne) Dol-de-Bretagne - le Petit Gué - isolé - Cadastre : 1982 AN 60
    titreCourant :
    Manoir du Petit Gué (?) (Dol-de-Bretagne)
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Dol-de-Bretagne
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1813 IVR53_19983502565NUCA
    canton :
    Dol-de-Bretagne
    historique :
    Manoir du Petit Gué(?), conservé à l'état de vestiges ; déclassement en ferme, puis en resserre lors de la construction d'un nouveau logis en limite du 19e siècle et du 20e siècle
    localisation :
    Dol-de-Bretagne - le Petit Gué - isolé - Cadastre : 1982 AN 60
    referenceDocumentaire :
    Cadastre de 1813 (A. D. Ille-et-Vilaine).
  • Manoir de Goaz Froment (Le Vieux-Marché)
    Manoir de Goaz Froment (Le Vieux-Marché) Vieux-Marché (Le) - Goaz Froment - en village
    titreCourant :
    Manoir de Goaz Froment (Le Vieux-Marché)
    description :
    De plan rectangulaire orienté vers le sud-ouest, ce logis manorial à étage est construit en pierre de taille et en moellon de granite. Plan allongé à trois pièces au rez-de-chaussée : cuisine , vestibule (accessible de l’extérieur par une porte monumentale dédiée) et salle basse (accessible de couverte en pavillon accueillant un escalier rampe sur rampe en maçonnerie. L'escalier est doté de plusieurs niches à lumière ornées de coquille. Au sommet de cette tour-pavillon, pièce haute en belvédère accessible par un petit escalier en vis secondaire. Double porte monumentale de style Renaissance en façade
    illustration :
    Extrait de la feuille B3 du cadastre ancien de la commune de Le Vieux-Marché, 1835 : Goaz Froment Le Vieux-Marché, Goaz Froment : manoir, vue de situation sud IVR53_20112205115NUCA Le Vieux-Marché, Goaz Froment : manoir, élévation sud, porte de la salle basse Le Vieux-Marché : manoir de Goaz Froment (Journées européennes du patrimoine 2013, "coup de coeur Le Vieux-Marché : manoir de Goaz Froment (Journées européennes du patrimoine 2013, "coup de coeur Le Vieux-Marché : manoir de Goaz Froment (Journées européennes du patrimoine 2013, "coup de coeur
    historique :
    000 mètres au nord-est du bourg de Le Vieux-Marché et à 115 mètres d´altitude. Le manoir dont la façade principale est orientée vers le sud-ouest se trouve à proximité immédiate d'une source et de deux bassins figurant sur le cadastre de 1835 qui alimentent un petit affluent du fleuve du Léguer. Selon le cadastre, on y accède en passant par le chemin de Kermarquer (au nord-ouest) à Le Quinquis (au sud) ou par Prat Morvan. Le toponyme est orthographié "Goas froman" sur le cadastre de 1835 (dans les archives de l’Institut géographique national. Des propriétaires de la seigneurie, on connaît Yves Le Bœuf (Le Beuff) (1569-1648), seigneur de Goaz Froment et de Kerminihy dans la paroisse de Plouaret ; il a épousé en 1600 Augustine Cariou de Goasven (1570-1633). Leur fils : François Le Bœuf (vers 1620-1696) a Bœuf, notaire, est dit "écuyer" et seigneur de Goaz Froment au 17e siècle. Ses armoiries sont "de sable à un rencontre de bœuf d'or, accompagné de huit molettes (petit meuble en forme d'étoile évidée) de
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
  • Manoir de la Chapelais, les Grands Chapelais (Chavagne)
    Manoir de la Chapelais, les Grands Chapelais (Chavagne) Chavagne - (les) Grands Chapelais - en écart - Cadastre : ?
    titreCourant :
    Manoir de la Chapelais, les Grands Chapelais (Chavagne)
    description :
    Le manoir de la Chapelais est composé de deux corps en équerre.Dans l'angle postérieur une grande tour polygonale contient l'escalier à vis en dalles de schiste pourpre. Sur la façade principale orientée à l'est, la porte en anse de panier et les deux fenêtres d'origines qui l'encadrent au rez-de -chaussée sont faites en pierre de taille de granite. Une troisième fenêtre a été rajoutée à l'époque moderne. Les fenêtres d'origine du rez de chaussée et de l'étage sont surmontées d'un arc de décharge en tufeau, leurs piédroits sont chanfreinés et moulurés. La travée centrale au-dessus de la porte présente deux ouvertures murées. La première est une gerbière percée postérieurement lors de la transformation du manoir en ferme et des chambres hautes en greniers; La seconde plus au centre de la travée dont comble. Dans l'angle des deux ailes se trouve le pan coupé de la tour polygonale. Cette dernière est percée de petits jours permettant d'éclairer l'escalier à vis. Deux autres bâtiments en bauge; de
    murs :
    tufeau pierre de taille granite pierre de taille
    illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1829 IVR53_20173505701A0A Vue générale de la façade est IVR53_19743505244Z Vue générale de la façade est IVR53_20163505787NUCA Détail de la façade est : porte en 1974 IVR53_19743505243Z Vue biaise de la façade nord et de la tour d'escalier en 1974 IVR53_19743505150Z Cheminée du rez-de-chaussée en 1974 IVR53_19743505144Z Cheminée du rez-de-chaussée IVR53_20163505951NUCA Décor végétal en haut du chambranle de la porte IVR53_20163505952NUCA Décor de visage en haut du chambranle de la porte IVR53_20163505953NUCA Revers d'une fenêtre de l'étage en 1974 IVR53_19743505254Z
    historique :
    Manoir construit autour de 1600, probablement transformé en ferme dès le milieu du 17e siècle. Le passa par alliance aux Busnel seigneurs de la Retardaye et en 1642 il fut vendu aux de la Vairie. Les Champion seigneurs de Cicé le retirèrent féodalement avant 1675 et le vendirent en 1675 à Renée Foucault dame de Crévy. Enfin il était à la famille de la Tullaye en 1789.
  • Manoir, Logonna : Kermorvan (Pont-de-Buis-lès-Quimerch)
    Manoir, Logonna : Kermorvan (Pont-de-Buis-lès-Quimerch) Pont-de-Buis-lès-Quimerch - Logonna : Kermorvan - isolé - Cadastre : 1986 YI
    titreCourant :
    Manoir, Logonna : Kermorvan (Pont-de-Buis-lès-Quimerch)
    historique :
    du 16e ou au début du 17e siècle, conserve une porte et une cheminée de cette époque. L'ensemble a
    localisation :
    Pont-de-Buis-lès-Quimerch - Logonna : Kermorvan - isolé - Cadastre : 1986 YI
  • Manoir, 9 chemin de la Métairie, le Logis (Pacé)
    Manoir, 9 chemin de la Métairie, le Logis (Pacé) Pacé - le Logis - 9 chemin de la Métairie - en village
    titreCourant :
    Manoir, 9 chemin de la Métairie, le Logis (Pacé)
    illustration :
    Le cadastre de 1851 IVR53_20043503860NUC Vue de situation en 1973 IVR53_19733500502Z Vue de situation avant la construction du lotissement IVR53_19733500596Z Vue de situation est IVR53_20043503881NUCA Vue de situation nord IVR53_20043503888NUCA
    historique :
    Remanié aux 19e siècle et 20e siècle, le Logis peut dater de la limite du 16e siècle et du 17e sud ouest et nord est de tourelles d'angle de plan carré ; elles sont toutes trois couvertes de toitures en pavillon contribuant ainsi à créer une forte animation de volumes. Les parties agricoles sont
    localisation :
    Pacé - le Logis - 9 chemin de la Métairie - en village
    referenceDocumentaire :
    14- Pacé.- Château du Bois de Pacé, carte postale, J Sorel Editeur, Rennes [s.d.] (A. D. Ille-et Pacé (I.-et-V.) -Le Logis, carte postale, [s.l.], [s.d.] (DRAC Bretagne, Centre de documentation du Plan géométrique parcellaire de la commune de Pacé, section F1 dite du Bourg, levé par le géomètre Manoir de la Métairie, dessin daté du 17 février 1896 par H. de la Messelière. In FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat, 1994.
1 2 3 4 5 Suivant