Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
Résultats 21 à 40 sur 360 900 - triés par pertinence
  • Maison dite la Frégate, 11 rue de Robien (Etables-sur-Mer fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)
    Maison dite la Frégate, 11 rue de Robien (Etables-sur-Mer fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016) Binic-Etables-sur-Mer - la Ville-ès-Rouxel - 11 rue de Robien - en ville - Cadastre : 2004 AN 464
    titreCourant :
    Maison dite la Frégate, 11 rue de Robien (Etables-sur-Mer fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    Maison de plan rectangulaire massé dont les chaînes d'angles et l'encadrement des baies sont
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Etables-sur-Mer
    localisation :
    Binic-Etables-sur-Mer - la Ville-ès-Rouxel - 11 rue de Robien - en ville - Cadastre : 2004 AN 464
  • Château de Kerambourg (Landaul)
    Château de Kerambourg (Landaul) Landaul - Kerambourg - isolé - Cadastre : 1840 D2 73, 74 2010 ZE 75
    titreCourant :
    Château de Kerambourg (Landaul)
    description :
    Cour enclose avec portail d'entrée avec tour de défense à l'est. Bâtiment au nord en moellon couvert en ardoise, dont la partie est en rez-de-chaussée est occupée par une grange tandis que la partie ouest à usage de logement possède un étage desservi par un escalier en vis en bois. Bâtiment sud en bois. Corps d'escalier en saillie et ancienne tour d'escalier greffés sur le logis au sud. L'ouest de la cour était fermé par deux corps de logis dont seul subsiste celui du sud, à usage de dépendance à
    annexe :
    départementales du Morbihan, 3 P 134. 20105601509Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne , 096_56_69_bande_02/29. 20105601510Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 096_56_69_bande_03
    vocables :
    Sainte-Marie de Kerambourg
    observation :
    Les nombreux remaniements observés au fil des changements de propriété n'ont pas altéré la qualité d'ensemble de ce manoir, dont l'histoire est intimement mêlée à celle de la commune. C'est un des éléments majeurs de l'architecture noble du territoire de la Ria d'Etel, moins par son logis dont la structure de la vaste grange et du colombier, sans oublier le remarquable puits accompagné de sa vasque.
    illustration :
    Plan cadastral 1840, tableau d'assemblage de la section D (AD Morbihan, 3P 134 Enclos, portail d'entrée et tour de défense IVR53_20095600251NUCA Enclos, pignon est de l'ancienne chapelle IVR53_20095600252NUCA Mur d'enclos est, tour de défense, vue sud-est IVR53_20105607366NUCA Logis, élévation nord, chapelle, détail de la niche blasonnée IVR53_20105607379NUCA Communs au nord de la cour, vue générale ouest IVR53_20095600258NUCA Communs au nord de la cour, détail des portes de l'élévation sud IVR53_20095600260NUCA Communs au nord de la cour, fenêtre de l'élévation nord et traces de latrines Communs au nord de la cour, partie grange, charpente IVR53_20105607368NUCA Communs au nord de la cour, partie grange, détail de la base du refends IVR53_20105607367NUCA
    profession :
    [commanditaire] Robien de
    representations :
    Au-dessus de la porte de la chapelle, deux blasons en alliance sculptés dans une pierre calcaire , aux armes buchées, surmontent une niche à saint encadrée de pilastres et à corniche incurvée. Une croix surmonte le pignon est de la chapelle.
    contenu :
    principal et semble figurer sur une gravure des propriétés de Robien. Seule la partie au sud du passage a Sur le plan cadastral de 1840, le château de Kerambourg apparaît dans un vaste espace de larges parcelles en partie encloses, entouré de douves sur trois côtés, nord, ouest et une partie du sud avant le enjambait les douves et passait sous un corps de passage dont ne subsiste aujourd'hui que la partie sud , car elle conduit à la frontière de la commune délimitée par un ruisseau. Au 19e siècle, elle de bouches à feu a peut-être été édifiée lors des troubles de la Ligue. Enfin un troisième accès était logé dans un jardin enclos dans le mur duquel le plan cadastral de 1840 montre le tracé d'une tour de surveillance disparue. Les bâtiments sont disposés autour d'une vaste cour totalement enclose à l'origine : trois corps de bâtiments occupaient les côtés nord, sud et ouest tandis que le côté est est fermé par un mur ; un remarquable puits à côtés concaves en pierre de taille et une vasque monolithe
    historique :
    est vendue en 1644 à Jean de Robien. On peut attribuer à cette famille la reprise du logis sud. La seigneurie devient propriété de Christophe-Paul de Robien en 1728 par mariage avec sa cousine : bien que ne principal ruiné durant les Guerres de la Ligue, peut-être représenté sur unegravure de Ch.-.P de Robien.. Au La seigneurie est mentionnée vers 1300 appartenant à Henry de Kerambourg, cité par Dom Morice. On ne sait comment elle provient ensuite à la famille de Laval qui en 1392, l'aurait vendue à la puissante famille de Ker ou Kaer, signalée dans la réformation de 1427. Cette seigneurie appartenait à la famille de Malestroit depuis le mariage de Marie de Ker avec Jean de Malestroit vers 1350. C'est à cette famille de Malestroit de Ker qui conserve Kerambourg jusqu'au milieu du 17e siècle qu'il faut attribuer la majorité des campagnes de travaux effectuées à Kerambourg. En 1552, Kerambourg devient une vicomté tandis que Ker est élevé au rang de baronnie. A la fin du 16e siècle, les guerres de la Ligue qui sont
    referenceDocumentaire :
    AUBERT, Gauthier. Le président de Robien, gentilhomme savant dans la Bretagne des Lumières.PUR A. D. Morbihan, série 3P, cadastres. Landaul. 3P 134. 1837. Plan général d'assemblage de la commune p. 271-274 LAIGUE, Comte René de. La noblesse bretonne au XIVe et XVe siècles. Réformations et montres. Evêché de Vannes. LAIGUE, Comte René de. La noblesse bretonne au XIVe et XVe siècles . Réformations et montres. Evêché de Vannes. Rennes : Plihon, 1902. Rééd. 2001. p. 389 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. LE MENÉ , Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes p. 429 OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne OGEE, Jean -Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, nouvelle édition augmentée par Marteville et p. 825 Le patrimoine des communes du Morbihan, collection le patrimoine des communes de France, s.l
  • Chapelle Saint-Quirin, ancienne chapelle du manoir de Kerivallan, Saint-Guérin (Brec'h)
    Chapelle Saint-Quirin, ancienne chapelle du manoir de Kerivallan, Saint-Guérin (Brec'h) Brec'h - Saint-Guérin - en écart - Cadastre : 1839 P3 87 2000 ZN 304
    titreCourant :
    Chapelle Saint-Quirin, ancienne chapelle du manoir de Kerivallan, Saint-Guérin (Brec'h)
    description :
    De plan rectangulaire simple, la chapelle est construite en pierre de taille, à l'exception du mur
    statut :
    propriété de la commune
    observation :
    Les dimensions modestes de la chapelle Saint-Guérin correspondent à celles d'une chapelle privée , ce qu'elle était peut-être lors de sa construction. Cependant, elle est essentiellement conçue comme écrin de l'oeuvre majeure, le retable lavallois du choeur. Sa toiture brisée s'accompagne à l'ouest d'un
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Plan cadastral 1839, plan d'assemblage de la section P3. Saint-Guérin. AD Morbihan 3P 63 Elévation ouest, détail de la date IVR53_20085600397NUCA Elévation ouest, détail du blason des Robien IVR53_20085600396NUCA Emmarchement de l'autel et du retable, détail de la date IVR53_20085600376NUCA Sacristie, chambre de l'étage, cheminée IVR53_20085605144NUCA Sacristie, chambre de l'étage, lavabo IVR53_20085605145NUCA
    profession :
    [commanditaire] Robien (de) Sébastien
    representations :
    Blason en alliance des Robien et du Cleuz (?).
    historique :
    Kerivalan qui appartenait à la famille de Robien au moment de la reconstruction de la chapelle : les armes de Sébastien de Robien en alliance avec celle de son épouse probablement Françoise du Cleuz un édifice précédent dont la date est inconnue. Cette chapelle privée dépendait de la seigneurie de (interprétation du blason : d'or à l'émanche de trois pièces de gueules, mouvant du flanc senestre ?) figurent au pignon ouest de la chapelle. La porte sud chanfreinée avec griffes pourrait être remployée de l'édifice antérieur. La date de 1696 portée sur l'emmarchement de l'autel pourrait correspondre à l'érection du
    couvrements :
    lambris de couvrement
    referenceDocumentaire :
    terres nobles du Morbihan. Tome 2. Seigneurie de Kerivalan en Brech. p. CARRE, Daniel. Saint-Guérin en Brech. In : Mémoires de la société d'Histoire et d'Archéologie de Bretagne, 1990. p DANIGO Joseph. Eglises et chapelles du pays de Lanvaux . 1983. p. 18 DUHEM, G., Les églises de France. Morbihan, Paris : Impr.-édit. Letouzé et Ané, 1932. diocèse de Vannes, Marseille : Laffitte, 1982.
  • Porte et bastion de Gréguennic, anciennement porte de Kaer, place de la Poissonnerie (Vannes)
    Porte et bastion de Gréguennic, anciennement porte de Kaer, place de la Poissonnerie (Vannes) Vannes - place de la Poissonnerie - en ville - Cadastre : 1807 I3 1200, 1201 1844 K8, 1861, 1863 1980 BS 243, 287, 242, 288, 174
    titreCourant :
    Porte et bastion de Gréguennic, anciennement porte de Kaer, place de la Poissonnerie (Vannes)
    description :
    La porte de Gréguennic se compose d'un passage vouté en plein cintre, construit en moellons
    annexe :
    débornement de messire René Le Sénéchal Sr de Kerguizec d´un emplacement de maison situé en la Poissonnerie à prendre du bout du pignon de la maison faite construire depuis peu à neuf par Yves Le Roux et femme continuant le long de la muraille vers le bastion neuf contenant de long 41 pieds de franc et de large sur la pavé vers la dite poissonnerie 26 pieds aussi de franc. Le bastion tant haut que bas de la porte de fait avec le dit emplacement ci-dessus dit de la communauté de cette ville au rapport de Le Thieis N.R . 20035603276NUCA : Archives départementales du Morbihan, 53 J4. 20095605159NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22. 20095605160NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/53. 20015604414NUCA
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    illustration :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. AD Morbihan 2Fi Plan cadastral 1807-1809, section I3 : place de la Poissonnerie, détail. AD Morbihan 3P297/22 Plan cadastral 1844, section K8 : détail place de la Poissonnerie. AD Morbihan 3P297/53 Bastion de Gréguennic, vue vers l'est IVR53_20005603894NUCA Bastion de Gréguennic, vue des tours IVR53_20005603895NUCA Couloir des casemates du flanc ouest du bastion de Gréguennic, 1593 IVR53_20005603896NUCA
    precisionsProtection :
    Bastion dit de Gréguennic et sa porte ; courtine reliant ces deux bastions (cad. K8 1876, 1877
    denominations :
    porte de ville
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    la collection de Robien, daté milieu 18e siècle, montre la maison. Les 3 campagnes de fouilles menées Porte de ville se situant sur la terre des seigneurs de Kaer-Malestroit, à l'ouest du port, en direction de Conleau ; ce qui explique sa dénomination, porte de Kaer, retrouvée dans les archives, avec celle de Gréguennic. Les archives retrouvées nous renseignent sur l'évolution de la porte. Elles ont pu la porte de Kaer ; le site fouillé ne présente rien d'antérieur au 13e siècle. La disposition de deux autres tours de la ville de la même époque en gros appareil régulier atteste d'une facture du 14e siècle . La date de construction de la porte peut donc s'échelonner du 13e siècle à l'extrême fin du 14e siècle. Entre 1405 et 1541, la porte est mentionnée "en la closture de Vennes" et entourée de murailles de part et d'autre. Cet accès a perduré jusqu´à la fin du 16e siècle, après avoir connu de multiples réparations. Vers 1593, date retrouvée sur le bastion, la construction de ce dernier débute sur l'emplacement
    localisation :
    Vannes - place de la Poissonnerie - en ville - Cadastre : 1807 I3 1200, 1201 1844 K8, 1861, 1863
    referenceDocumentaire :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle A. D. Morbihan 2 Fi 477. Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. Déclaration, 1405 A. D. Loire-Atlantique. B 703. 28 décembre 1405 "Une meson estante pres de la porte du Greguenic en la closture de Vennes assise joignant au mur de lad closture entre une maison feu Eonnet Detual dun bout et de la meson maistre Jehan de Malestroit". débornement de messire René Le Sénéchal Sr de Kerguizec d´un emplacement de maison situé en la Poissonnerie. Contrat de vente, 1731 A. D. Morbihan. 6 E 774. 29 septembre 1731 : contrat de vente entre messieurs de Passé et Kerguisec, et le sieur Masson, de 1800 livres. alignement de sa maison, place de la Poissonnerie à Vannes. Mesurage et prisage, 1750 A. D. Morbihan. B 682. novembre 1750 : mesurage et prisage, à la fin de
  • Usine de taille de matériaux de construction, Pontarlen (Plélauff)
    Usine de taille de matériaux de construction, Pontarlen (Plélauff) Plélauff - Pontarlen - isolé
    titreCourant :
    Usine de taille de matériaux de construction, Pontarlen (Plélauff)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Le bâtiment est en rez-de-chaussée. Il est en essentage de tôle ondulée, couvert par un toit à longs pans en tôle ondulée. Il comprend un petit local en parpaing de béton qui sert de bureau.
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Guingamp
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    Dans la première moitié du 20e siècle, l'entreprise était liée à l'exploitation d'une carrière de
    elementsRemarquables :
    ensemble de fabrication de matériaux de construction
    airesEtudes :
    Arrondissement de Guingamp
    precisionsDenomination :
    usine de monuments funéraires
  • Chapelle Saint-Julien, promenade de la Rabine (Vannes)
    Chapelle Saint-Julien, promenade de la Rabine (Vannes) Vannes - promenade de la Rabine - en ville - Cadastre : 1809
    titreCourant :
    Chapelle Saint-Julien, promenade de la Rabine (Vannes)
    annexe :
    Sources iconographiques 20075605797NUCA : Bibliothèque de Rennes-Métropole 19985600378XA : Archives Aveu, 1683 ANNEXE 1 A. D. Morbihan. 56 G 3. Aveu de Jacques le Vandeur, sieur de la Richarday , marchand, demeurant sur le port de Vannes lequel en quallitée de fabrique de la chapelle de Sainct Julien ... confesse audit nom tenir soubz la juridiction de Ker...la chapelle du dit Sainct Julien dont la principale couvert d'ardoises où loge le chapelain de la ditte chapelle avec un petit jardin donnant d'un costé vers la rivière et de l'autre vers le pignon de la ditte chapelle autour duquel il y a des arbres plantés . Mesme au devant de la ditte chapelle, il y a une grande croix de pierre de taille peinte en rouge avec un autel et des marches pieds autour de la ditte croix il y a une grande place pavée donnante jusques au portal de la cour de Mademoiselle de Montcroulle (?) de la quelle chapelle messieurs les marchands sont en possession de nommer et d'y établir un chapelin pour y dire la messe....
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    illustration :
    Description historique... du président de Robien : plan de Vannes, partie sud, milieu du 18e siècle Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. AD Morbihan 2Fi (a sur le plan). Bibliothèque de Rennes-Métropole. IVR53_20075605797NUCA Fonds de l'intendance. Plan du canal. Vannes [Plan des travaux à exécuter dans le port de Vannes
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    sur le plan de Robien de 1750. Fondation d'une chapellenie Saint Julien en 1564 par Jan Carré, sieur Chapelle existant au 14e siècle sur le port, située au sud de la promenade de la Rabine, mentionnée de Kerlévenan (Sarzeau). Un aveu de 1683 décrit la chapelle, la maison du chapelain et la croix en pierre de taille 'peinte en rouge' au devant de la chapelle. Figurée sur le plan du port par Delourme
    localisation :
    Vannes - promenade de la Rabine - en ville - Cadastre : 1809
    referenceDocumentaire :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle A. D. Morbihan 2 Fi 477. Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. Fondation, 1564 A. D. Morbihan. 56 G 3. Fondation de la chapellenie de Saint Julien sur le port par H.H. Jan Carré...doté de 60 Livres à prendre sur les revenus de la maison et terre de Kerlévénan en lisle de Rhuys. 4/02/1564. Aveu, 1683 A. D. Morbihan. 56 G 3. 03/05/1683. Aveu de Jacques le Vandeur, sieur de la Richarday , marchand, demeurant sur le port de Vannes...fabrique de la chapelle Sainct Julien. p. 435 Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes LE MENE , Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Genève -Spézet, Slatkine-Coop Breizh, 1994, réédition de Vannes : imprimerie Galles, 1891-1894. Vol. 1 : 552p
  • Usine de taille de matériaux de construction, rue Prat Braz (Saint-Nicolas-du-Pélem)
    Usine de taille de matériaux de construction, rue Prat Braz (Saint-Nicolas-du-Pélem) Saint-Nicolas-du-Pélem - rue Prat Braz
    titreCourant :
    Usine de taille de matériaux de construction, rue Prat Braz (Saint-Nicolas-du-Pélem)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Les bureaux, en rez-de-chaussée, sont enduits de béton, sont couvert par un toit à un pan en ardoise, avec un auvent sur sa façade. Les ateliers, en rez-de-chaussée, sont en essentage de tôle
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Guingamp
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    illustration :
    Vue intérieure de l'entreprise IVR53_20072207008NUCA Partie extérieure de la scie à fil IVR53_20072207007NUCA Autre vue de la polisseuse Thibaut IVR53_20072207017NUCA Débiteuse de marque Gilbert fabriquée à Fougères (35) IVR53_20072207012NUCA
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    L'usine de taille de matériaux de construction est actuellement en activité. De nombreuses machines de production sont en place (scie à fil, polisseuses Thibault, débiteuses Gilbert et Bernat, foreuse
    elementsRemarquables :
    machine de production
    airesEtudes :
    Arrondissement de Guingamp
  • Usine de blanchiment de Carho (Saint-Brandan)
    Usine de blanchiment de Carho (Saint-Brandan) Saint-Brandan - Blanchisserie de Carho - isolé - Cadastre : 1830 D2 1079 à 1084 2002 YA 83a
    annexe :
    20032207003NUCB : Mairie de Saint-Brandan, Non coté. 20032207002NUCB : Mairie de Saint-Brandan, Non Le blanchiment des toiles occupe une large place dans la longue chaîne de l'industrie textile régionale qui va de la culture du chanvre et du lin à l'exportation des toiles. Au cours du 18e siècle, cent structures ne s'éloignaient guère du Gouët ou de ses affluents, les blandieries n'y puisaient pas leurs eaux  ; elles avaient recours à des sources. Ces unités de production, dont il ne subsiste que quelques rares vestiges, étaient généralement composées de deux bâtiments, l'un à usage domestique, l'autre à usage industriel : la buanderie, ainsi que de bassins entièrement maçonnés, appelés doués. En plus de ces structures, cette activité nécessitait la présence de vastes étendues (prés, champs ou landes) destinées au séchage des toiles, à l'air libre. Le principe de fonctionnement de ces blanchisseries est simple et s'organise en cinq grandes étapes. Dans un premier temps, les toiles étaient mises à tremper dans de vastes
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Saint-Brieuc
    appellations :
    usine de blanchiment de Carho
    illustration :
    Vue générale sud-ouest : les bassins et l'atelier de la blanchisserie (au fond Petit bâtiment de gardiennage situé à l'entrée du site, vue nord. IVR53_20032206996NUCA Petit bâtiment de gardiennage, vue sud. IVR53_20032207004NUCA
    localisation :
    Saint-Brandan - Blanchisserie de Carho - isolé - Cadastre : 1830 D2 1079 à 1084 2002 YA 83a
    titreCourant :
    Usine de blanchiment de Carho (Saint-Brandan)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Situé en contrebas, l'atelier de la buanderie consiste en un petit corps de bâtiment rectangulaire , en rez-de-chaussée, édifié en moellons de schiste et de granite recouvert d'un toit à longs pans en mêmes matériaux ; en rez-de-chaussée, le bâtiment, de plan allongé, est surmonté d'un toit à longs pans en ardoises. A l'entrée de la propriété se situe un édifice de plan polygonal percé d'une petite surveillance des toiles sur les "étandoués" (aire de séchage) lors de leur séchage.
    denominations :
    usine de blanchiment
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication aire de séchage
    historique :
    dans les états de section au profit de celle de "maison". En 1838, Charles de Robien vend la propriété L'origine de l'usine de Carho semble remonter au 18e siècle, époque où le blanchiment des toiles fabriquées en très grande quantité à Quintin et dans les communes environnantes. Sous la monarchie de juillet , les bâtiments ne sont plus mentionnés sous le terme de "blancherie", cette appellation ayant été rayée . de Querhoënt. Vers 1890, le bâtiment est transformé en lavoir et en buanderie ; cette période , alimentés par une fontaine. L'eau circulait de bassin en bassin, puis était amenée dans l'atelier de la buanderie, toujours en place, où s'effectuait le lessivage des toiles dans de grandes cuves (une chaudière , entièrement recouverte de planches de bois, est encore présente). Lors du déclin de l'industrie textile dans des bâtiments est toujours en place : écuries, buanderie, doués, logement et petit édifice de surveillance (?) placé à l'entrée du site, près de l'aire de séchage.
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Saint-Brandan, matrice des propriétés bâties, 1831-1914. cadastrale par ordre alphabétique de communes. Saint-Brandan, état de section, 1831. cadastrale par ordre alphabétique de communes. Saint-Brandan, matrice des propriétés bâties, 1882-1911. MARTIN, Jean. Au XVIIIe siècle, un aspect méconnu de la manufacture des "toiles-Bretagne", le MARTIN, Jean. Un aspect méconnu de la manufacture des toiles " Bretagnes " : le blanchissage . Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1993, n° 70, p. 35-64. . 644-1341 (le Patrimoine des Communes de France).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Saint-Brieuc
  • Usine de fabrication de matériaux de construction, puis atelier d'ébéniste, rue Saint-Yves (Lanvollon)
    Usine de fabrication de matériaux de construction, puis atelier d'ébéniste, rue Saint-Yves (Lanvollon) Lanvollon - rue Saint-Yves - en ville
    titreCourant :
    Usine de fabrication de matériaux de construction, puis atelier d'ébéniste, rue Saint-Yves
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Seule l'aile centrale de l'ensemble constituait l'entreprise de bâtiment. Elle est en rez-de
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Saint-Brieuc
    murs :
    parpaing de béton
    illustration :
    Détail de la façade antérieure IVR53_20052203257NUCA
    denominations :
    usine de fabrication de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    L'entreprise Le Roy-le Boulzec fabriquait, il y a environ 60 ans, des parpaings de ciment. Elle pouvait entièrement contribuer à la construction de maisons, y compris en fournissant les charpentes. Elle
    airesEtudes :
    Arrondissement de Saint-Brieuc
  • Porte Saint-Vincent, rue Saint-Vincent - place Gambetta (Vannes)
    Porte Saint-Vincent, rue Saint-Vincent - place Gambetta (Vannes) Vannes - rue Saint-Vincent place Gambetta - en ville - Cadastre : 1980 BS non cadastré
    description :
    Porte en pierre de taille de granite architecturée à trois travées encadrées de colonnes et trois , encadrant les armes de la ville. Le troisième niveau est constitué d'une niche médiane encadrée de volutes.
    annexe :
    municipales de Vannes 19985600325XA : Archives municipales de Vannes 19985600326XA : Archives municipales de Vannes 19985600327XA : Archives municipales de Vannes 20105607075NUCB : Musée des Beaux-Arts, Vannes La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses faucxbourgs, voies, chemins et routes, 1889 GUYOT -JOMARD, Alex. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses faucxbourgs, voies, chemins et routes . Extraits du Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889. P. 72 la ville de Vannes entres les antiennes portes de Calmon et de Ker, sur le canal et rivière d'ycelle des ponts et portes qui se construisent de neuf sur le d. canal...la somme de neuf cens livres tournois que le sieur Lorans Comptable luy a payée comptant sur celle de unze mil cinq cens livres à laquelle lui aurait été judiciairement absollué, comme moins disant le bail à feur de la construction des dictz pontz et porte neufve le unziesme jour de May mil six cens vingt et en devant le Sénéchal dud
    cadresEtude :
    inventaire topographique ville de Vannes (secteur sauvegardé)
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. AD Morbihan 2Fi Porte saint-Vincent, vue vers le sud. Dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle. Musée des
    denominations :
    porte de ville
    copyrights :
    (c) Ville de Vannes
    historique :
    On sait qu'un passage est d'abord ouvert à cet endroit en 1600 pour remplacer la porte de entre 1620 et 1624 par l'architecte Jean Bugeau, d'origine rennaise. La structure présente de graves désordres dès le début du 18e siècle. Des réparations sont effectuées en 1727. Les projets de Jannesson en 1738 pour la reconstruction de la porte ne seront pas exécutés. En 1747, l'ingénieur Duchemin reprend entièrement la porte en conservant la façade de Bugeau, mais en supprimant la toiture et la chambre haute. Une première statue du saint, de pierre ou de marbre, est mise en place en 1624, d'après le marché passé avec un sculpteur nantais. Cette statue mise à bas lors de la Révolution est remplacée en 1891 ; à la même date sont apposées sur la façade les armes de la ville.
    referenceDocumentaire :
    Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle A. D. Morbihan 2 Fi 477. Vue de la ville de Vannes du costé du port, dessin de Robien, milieu 18e siècle. . Porte Saint-Vincent. Dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle. Les remparts de Vannes ANDRE, Patrick, LEGUAY, Jean-Pierre, MUSSAT, André, PILVEN, Denis. Les remparts de Vannes. In : Les amis de Vannes, 1988, 87p. p. 72, 73, 83 La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes GUYOT-JOMARD, Alexandre. La ville de Vannes, ses murs, ses abords, ses fauxbourgs, voies, chemins et routes. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1887 et 1888. Vannes, impr. Galles, 1889. p. 111, 193, ill Histoire de Vannes et de sa région LEGUAY, sous la direction de Jean-Pierre . Histoire de Vannes et de sa région. Toulouse : éditions Privat. Pays et villes de France, 1988. 320p
  • Le substrat géologique et les matériaux de construction de la communauté de communes de Crozon
    Le substrat géologique et les matériaux de construction de la communauté de communes de Crozon
    titreCourant :
    Le substrat géologique et les matériaux de construction de la communauté de communes de Crozon
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    illustration :
    Argol. Falaises de l'anse de Caméros, détail des couches de schiste et de grès Camaret-sur-Mer. Falaises des tas de pois, grès IVR53_20122900462NUCA Morgat. Vue de la pointe du Menhir. Falaise de grès armoricain IVR53_20112900096NUCA Telgruc-sur-Mer. Pen ar Vir, falaises de schistes zébrés IVR53_20122900091NUCA Telgruc-sur-Mer. Littoral de Kergariou, alternances schisto-gréseuses IVR53_20122900082NUCA Telgruc-sur-Mer. Ménez Caon, affleurement rocheux de grès IVR53_20122900062NUCA Crozon. Cap de la Chèvre. Sentier dans la lande bordé d'un muret de clôture en moellon de grès Crozon. Rostudel, ancienne ferme, détail de mise en oeuvre en moellon de grès IVR53_20102910707NUCA Crozon. Kerdroën. Alignement de trois logis en moellon de grès IVR53_20102910657NUCA de grès IVR53_20122900694NUCA
    denominations :
    ensemble de fabrication de matériaux de construction
    historique :
    La presqu´île de Crozon est reconnue comme un des plus beaux sites géologiques de Bretagne. Ses 120 kilomètres de littoraux correspondent en grande partie à des falaises rocheuses, véritables coupes verticales du sous-sol qui racontent l´histoire de la Terre sur des millions d´années. Spectaculaire et varié , ce sous-sol est formé principalement de roches d´origine sédimentaire (grès, quartzites, argilites , schistes, un peu de calcaire), notamment de grès armoricain qui forme l´ossature de la presqu´île. Son grès n´exclut cependant pas une grande diversité dans l´emploi des autres roches locales et de roches culturel de la péninsule. Géologie Le socle ancien de la presqu´île est constitué par une alternance schisto-gréseuse provenant de la sédimentation de dépôts de vases et de sables au cours du briovérien marin. Sur ce socle ancien, d´autres dépôts de vases et de sables se transforment au cours du Paléozoïque (ère primaire, vers 500 millions d´années) sous l´action combinées de la pression et de la chaleur
    referenceDocumentaire :
    p. 229, 230 BUREL, Marcel, CADIOU, Didier, KERDREUX, Jean-Jacques. La Presqu´île de Crozon CHAURIS, Louis. L'impact du granite de Trégana en presqu'île de Crozon. Dans : Avel Gornog , N° 8 CHAURIS, Louis, CADIOU, Didier. Mégalithisme et géologie. Les alignements de Landaoudec en Crozon Le chemin de fer Châteaulin-Camaret, les pierres et la guerre. CHAURIS, Louis. Le chemin de fer CHAURIS, Louis, CADIOU, Didier. La chapelle Saint-Fiacre. Provenance des matériaux de construction et de restauration. Dans : Avel Gornog, N° 10, juin 2002, pp. 53-60. CHAURIS, Louis, KERDREUX, Jean-Jacques. La dolérite, une pierre de construction singulière en presqu´île de Crozon.Dans : Avel Gornog, N° 8, juin 2000, pp. 18-23. CHAURIS, Louis. Pierres et constructions dans la ville de Crozon. Dans : Avel Gornog, N° 10 CHAURIS, Louis. Calcaires et fours à chaux des abords de la rade de Brest. Dans : Avel Gornog , N
  • Usine de taille de matériaux de construction, entreprise Gouyet, 2-4 rue Emile Deshayes (Louvigné-du-Désert)
    Usine de taille de matériaux de construction, entreprise Gouyet, 2-4 rue Emile Deshayes (Louvigné-du-Désert) Louvigné-du-Désert - 2-4 rue Emile Deshayes - en village
    titreCourant :
    Usine de taille de matériaux de construction, entreprise Gouyet, 2-4 rue Emile Deshayes (Louvigné
    description :
    L'entreprise Gouyet se compose de plusieurs bâtiments facilement identifiables par leur style particulier. Le premier bâtiment abritait au rez-de-chaussée un atelier et à l'étage des bureaux. Ce bâtiment était prolongé par un préau formant un L. Le rez-de-chaussée était à l'origine ouvert, il s'agissait de piliers en granite soutenant le premier étage, ce dernier était construit en pierre de taille de granite brun, tandis que les encadrements d'ouverture, les chaînages d'angle et les bandeaux sont en pierre de taille de granite gris en grand appareil. Un fronton formant pignon se situe au niveau du comble, celui -ci est en brique et possède en son centre une horloge en granite. Le claveau central de la porte de l'étage porte les initiales L et G (pour Louis Gouyet) et est décoré d'un compas. L'épi de faîtage en zinc se situant sur le toit porte également deux outils de carriers.
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Carte postale ancienne : chantier de granite Gouyet IVR53_20093506711NUCB Vue de l'entreprise Gouyet IVR53_20103503399NUCA Détail du haut de la façade IVR53_20103503396NUCA Vue générale de la maison située à côté IVR53_20103503400NUCA Vue de la maison IVR53_20103503394NUCA Détail de la façade IVR53_20103503395NUCA Epi de faîtage IVR53_20093505676NUCA
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    historique :
    Le travail du granite local est effectué sur de nombreux chantiers établis sur le lieu des carrières ou aux abords du bourg. Le chantier Gouyet, installé non loin de la gare ferroviaire, faisait travailler près de 80 tailleurs de pierre ou picaous en gallo, spécialisés dans la taille de pierre de construction, de monuments funéraires et de voirie - pavés, bordures, mosaïques. Une forge était nécessaire pour entretenir quotidiennement les outils de taille tels que les ciseaux. Le bâtiment, un hangar à piliers couvert de tuiles à l'origine, n'abritait qu'une partie des ouvriers. L'horloge rythmait leur travail. Le bâtiment contiguë au chantier granitier de Louis Gouyet fut construit en 1890. Le rez-de -chaussée en bois faisait office de bureau de travail tandis que l'étage en zinc et tôle, doté de très témoin de son époque. Il tirait des portraits et prenait des clichés des mariages à Louvigné-du-Désert et dans les environs. Il affectionnait les scènes de rue ou de travail, ainsi que les vues d'églises et de
    referenceDocumentaire :
     : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).
    airesEtudes :
    Pays de Fougères
  • Carrière de granite de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion, la Touche (Languédias)
    Carrière de granite de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion, la Touche (Languédias) Languédias - la Touche - isolé - Cadastre : 1983 B1 263 à 265, 268, 270, 745, 840, 841, 861
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    destinations :
    usine de taille de matériaux de construction
    appellations :
    carrière de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion
    illustration :
    Vue générale sud avec le second nouvel atelier de taille situé à gauche, tandis que l'ancien Atelier de taille, façade ouest. IVR53_20022215975NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite de la Touche, actuellement usine de taille de matériaux de construction Hillion
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    La site d'extraction de la Touche comprend, d'une part l'ancienne carrière, excavation innondée, et d'autre part les ateliers : forge et ateliers de taille. Ces derniers consistent en une suite de petits de tôle et couverture en tôle ondulée. Les ateliers, datés des années 1990, sont édifiés en parpaings de béton et en essentage de tôle, et sont couverts d'un toit à longs pans à pente très douce. Il se différents outils. L'ensemble s'organise autour des aires de stockage des matières premières et des produits
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de la Touche est probablement en activité dès la fin du 19e siècle. Au cours du siècle suivant, des ateliers de taille de matériaux de construction sont associés à la carrière . De source orale, cette dernière n'est plus exploitée depuis les années 1980. Dans les années 1990, de nouveaux ateliers sont édifiés. Autrefois spécialisé dans l'extraction et la taille de matériaux pour le bâtiment, l'établissement ne fabrique plus aujourdhui que des dallages, pavés ou bordures. De mémoire
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement Société GraniBat, Bel-Air (Languédias)
    Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société Pléven-Gicquel, actuellement Société GraniBat, Bel-Air (Languédias) Languédias - Bel-Air - isolé - Cadastre : 1983 A3 569, 911, 949 à 954
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    destinations :
    usine de taille de matériaux de construction
    appellations :
    carrière de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé, puis Société
    illustration :
    Vue générale de l'excavation en partie comblée. IVR53_20022215970NUCA Vue générale des ateliers de taille. IVR53_20022215971NUCA Vue générale est des ateliers de taille. IVR53_20022215972NUCA Vue générale est des ateliers de taille dont les plus anciens, construits en essentage de planches Détail du front de taille avec les traces des outils ayant servi au détachement du bloc de la
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite de la Burie et usine de taille de matériaux de construction Lebranchu-Poilvé
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    La site de la Burie comprend, d'une part l'ancienne carrière, excavation en partie comblée, et d'autre part les ateliers de taille. Ces derniers consistent en une série de petits hangars ouverts en façade, accolés et adossés les uns aux autres, formant de petits box. Ils sont édifiés en structure légère : essentage de tôle et couverture en tôle ondulée ; les plus anciens sont en essentage de planches . Les bureaux, situés à l'entrée du site, consistent en de petites cabanes préfabriquées. L'ensemble
    murs :
    essentage de tôle essentage de planches
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de la Burie, vraisemblablement exploitée dès la fin du 19e siècle formant une société de fait pour la remise en exploitation de la carrière et pour créer une usine de taille de matériaux de construction. Des ateliers en structure légère sont alors édifiés sur le site . Lors du partage qui suit la dissolution de la société, effective le 15 mars 1966, l'ensemble du fonds Lebranchu étant toujours actionnaire. Son activité concerne l'exploitation de carrières de granite, la transformation et le commerce des pierres à bâtir et autres. Le 5 juillet 1999, la société change de raison sociale et devient GraniBat, unité de production secondaire dépendant de Granit Ouest. Actuellement, seule l'usine de taille fonctionne toujours ; la carrière n'est plus en activité, le granite gris extrait en granite exploité provient donc de la carrière du Houx, situé sur la même commune, mais aussi de carrières débouchés commerciaux concernent essentiellement le bâtiment. En 1962, la carrière de la Burie emploie vingt
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S supplément 247. Versement de la Direction régionale de l'industrie et de Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées).
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de grès rose Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel (Fréhel)
    Carrière de grès rose Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel (Fréhel) Fréhel - Carrière du Routin - isolé - Cadastre : 1983 AD 1 à 23, 282, 292 à 339
    annexe :
     : Archives départementales des Côtes d'Armor, 11 S 5 (30) II. 20032201464NUCB : Tribunal de grande instance A l'extrême fin du 19e siècle, le littoral allant de Erquy à Pléhérel est jalloné par un cordon de Carrières de l'Ouest, dont le siège social est à Paris ; elle reprend l'ensemble de ces carrières et est par ailleurs propriétaire de quatre autres exploitations situées en Mayenne, dans la Manche, le Calvados et Carrières de l'ouest, représentée par M. Gérault, fournit la presque totalité des produits extraits dans la région. Un procès verbal daté de 1902 apporte quelques précisions concernant la localisation exacte de chantiers différents situés au cap d'Erquy. Ils sont ouverts à flanc de coteau aux lieux dits le Pendu et la Pointe du Port. Les fronts de taille sont coupés en gradins très inclinés, et atteignent jusqu'à 15 et 20 m de hauteur. L'inclinaison des bancs de grès est de 30° dirigés vers le nord, en sens inverse des fronts de taille. Les parties supérieures des fronts de taille sont parfois recouvertes d'un conglomérat
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    appellations :
    carrière Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel
    illustration :
    Plan de situation de la concession Barrier dressé par l'ingénieur M. Chicoineau, à l'occasion de la Plan de situation du port Barrier (4 avril 1891). IVR53_20022216340NUCB En-tête de papier daté de 1963. IVR53_20032201464NUCB Vue générale nord-ouest d'une partie de l'ancien site d'extraction. IVR53_20022216351NUCA Ancien site d'extraction. Les anciennes traces de taille sont parfaitement visibles Détail d'un trou de barre à mine utilisé pour dissocier les blocs. IVR53_20022216353NUCA Vue générale de la zone d'extraction. IVR53_20022216341NUCA Vue nord ouest de la première des quatre zones d'extraction située au delà de l'anse Vue générale de deux des quatre zones d'extraction. IVR53_20022216355NUCA Vue générale de la troisième zone d'extraction. IVR53_20022216356NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de grès rose
    titreCourant :
    Carrière de grès rose Barrier dite du Routin, puis carrière et usine de fabrication de matériaux de construction de la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, puis de la Société des Carrières de Fréhel (Fréhel)
    description :
    Les carrières sont situées dans la falaise et s'étendent sur 3 à 4 km au bord de la mer. Leurs sommet de la falaise. L'extraction s'organise sur la côte littorale, entre le Cap-Fréhel et la commune des Sables d'or. Entre ces deux extrémités, le site s'organise, d'est en ouest, entre la Pointe de l'Assiette, la Pointe des Châtelets, la Pointe de la Génière, la Pointe de la Guette, et l'écluse de la Ville la falaise formant de vastes alvéoles d'extraction dans l'une desquelles est implantée l'usine de fabrication de matériaux de construction. A chacune des extrémités se situent d'une part la jetée du port l'entrée du site ; ils sont bâtis en moellons de grès, comptent un étage carré pour le logement de contremaître et les bureaux, et sont couverts de toits à longs pans en ardoises. Au sommet de la falaise et à l'écart du site d'exploitation subsistent l'ancien abattoir, le logement patronal et trois grands corps de bâtiments abritant des logements d'ouvriers bâtis au cours de la dernière décennie du 19e siècle. Ils sont
    murs :
    essentage de tôle
    denominations :
    usine de fabrication de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication logement de contremaître
    historique :
    étant reliées entre elles, vers 1900, par un chemin de fer longeant la falaise. Sous la direction , Emile Barrier fonde la Société Anonyme des Carrières de l'Ouest, dont le siège est à Paris (75), et qui de la grève de Minieu, un port qui se compose d'une jetée-abri, d'une longueur de 70 m, suivie d'un quai long de 80 m qui s'enracine dans la falaise ; la jetée consiste en un mur de 3 m de largeur au sommet, construite avec du mortier de ciment, de chaux hydraulique et de sable. Ce port est le lieu d'expéditions quotidiennes de 100 t de produits tirés de la falaise. En 1893, cinq logements et un logement , ainsi que trois nouvelles maisons et une forge à la Lande. En 1896 et au cours des années suivantes, de siècle, les seuls produits fabriqués, à partir de l'extraction de grès quartzite rose à grains fins, sont des pavés et du macadam expédiés par bateau de la carrière de la Carquois où se trouve le port Barrier villes du nord et de l'ouest de la France comme Dunkerque (59), Calais (62), Boulogne (62), Le Havre (76
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Pléhérel, matrice des propriétés bâties (cases 1-980), 1882 ). Biens (classement par communes) : Pléhérel, alignements, permissions de voirie, 1881-1899. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (53). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (178). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (200). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel -préfecture de Dinan ; industrie et travail : grèves, 1893-1900.  : Ministère de la guerre - comité d'action économique de la Xe région. 1919.
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé)
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé) Hinglé (Le) - la Pyrie - isolé - Cadastre : 1998 A1 55, 57, 143, 144, 148 à 150, 168, 494, 515, 521, 549, 564, 987, 988
    titreCourant :
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie (Le Hinglé)
    description :
    Le site de la Pyrie est assez vaste. La carrière a notamment entraîné l'extension de l'urbanisation de la commune du Hinglé au nord de sa configuration originale. Les trois logis de contremaîtres et le restaurant sont édifiés en moellons de granite et sont couverts de toits à longs pans en ardoises. Autrefois desservi par embranchement ferroviaire, le site de la carrière proprement dit comprend, d'une part l'excavation encore entourée de trois chèvres, et d'autre part les ateliers et un grand bâtiment à usage de bureaux, d'habitation du chef d'exploitation, plus une remise et une écurie. Il se compose de trois corps , à quatre foyers, surmontée d'une toiture en tuiles mécaniques, puis les différents ateliers de transformation (taille et polissage) édifiés en structures plus légères : bois et essentage de tôle avec
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    appellations :
    carrière et usine de taille de matériaux de construction de la Pyrie, puis de la Société Exploitation des Granits de la Pyrie, actuellement usine de taille de matériaux de construction de la Société
    illustration :
    Carte postale ancienne : atelier de taille desservi par embranchement ferroviaire (vers 1905 Carte postale ancienne : atelier de fabrication des meules (1906). IVR53_20032201524NUCB Carte postale ancienne : vue générale de l'excavation des Granits de la Pyrie au Hinglé (vers 1912 Carte postale ancienne : excavation des Granits de la Pyrie. IVR53_20032201513NUCB Carte postale ancienne : déchargement d'un bloc de granite. IVR53_20032201514NUCB Carte postale ancienne : grue roulante servant au transport des blocs de granite, vers 1920. Elle a Carte postale ancienne : atelier de polissage. IVR53_20032201515NUCB Carte postale ancienne : les polisseurs de la Pyrie (1929). IVR53_20032201518NUCB Carte postale ancienne : les forgerons de la Pyrie (1930). IVR53_20032201519NUCB Carte publicitaire des Granits de la Pyrie (vers 1914-1920). IVR53_20032201520NUCB
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication atelier de réparation logement de contremaître
    historique :
    En 1840, le site de la Pyrie se compose de deux petites carrières qui vont ultérieurement se construction de bâtiments et d'ouvrages de génie civil dont la mise en place de la ligne de chemin de fer reliant Dinan à La Brohinière, inaugurée en 1896. La carrière de la Pyrie possède quatre forges édifiées à vers 1945. Deux autres forges subsistent à l'extérieur du site, dont une bâtie en 1878. A partir de 1900, en plus des matériaux de construction tels que des pierres de taille pour la construction d'édifices et les entreprises de travaux publics, des pavés ou encore du sable, la carrière de la Pyrie fourni les matériaux nécessaires à la construction des quais de la Tamise et du phare de Penzance en Angleterre, ainsi que ceux utilisés pour la construction des ports du Havre (76), de Granville (50), de Lorient (56) ou de Nantes (44), et des casernes de Caen (14) et de Dinan (22). Les matériaux étaient également exportés en Belgique après être chargés sur des bateaux en partance de Saint-Malo (35). En 1906
    referenceDocumentaire :
    AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 1 (7). Mine : contrôle de l'industrie minérale et métallurgique. Généralités : rapports de l'ingénieur en chef, carrières, 1870-1874. AD Côtes d'Armor. Série S ; sous-série 80 S : 80 S 2 (81). Mine : contrôle de l'industrie minérale AD Côtes d'Armor. Série S ; S supplément 252. Carrières de l'Ouest : généralités, personnel AD Côtes d'Armor. Série U ; sous-série 4 U : 4 U 12 (96). Justice de paix de Dinan, tribunal de commerce, actes de société (cantons de Dinan), 1908-1909. Tribunal de Grande Instance de Dinan à compétence commerciale. Registre du commerce : dépôts d'actes de sociétés (archives antérieures à 1954 non classées). 1939-1945. Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, 1988, n°65. de Dinan, 2000, n°20.
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
  • Garniture de dais de procession
    Garniture de dais de procession Cesson-Sévigné - place de l' Eglise
    titreCourant :
    Garniture de dais de procession
    dc_ca2066bc-4b52-4157-90bd-f81cfb66c11d_81 :
    Oeuvre de belle qualité, portant une marque.
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Eléments portant la Table des pains de proposition et l'Arche de l'alliance IVR53_20033511148NUCA Arche de l'alliance IVR53_20033511151NUCA Table des pains de proposition IVR53_20033511152NUCA
    denominations :
    garniture de dais de procession
    inscriptions :
    Au revers de chaque élément du dais, marque tamponnée : ORNEMENTS D'EGLISE / BETIN Frères / [illisible]/ Fournisseur de l´Archevêché / 3 RUE MOTTE-FABLET 3 / Rennes.
    representations :
    table des pains de proposition
    materiaux :
    soie blanche gros de Tours moiré application sur textile adjonction d'éléments
    localisation :
    Cesson-Sévigné - place de l' Eglise
  • Usine de fibre de bois (usine de cageots), actuellement discothèque, Toul Guen (Plouézec)
    Usine de fibre de bois (usine de cageots), actuellement discothèque, Toul Guen (Plouézec) Plouézec - Toul Guen - isolé
    titreCourant :
    Usine de fibre de bois (usine de cageots), actuellement discothèque, Toul Guen (Plouézec)
    description :
    Il s'agit d'un bâtiment rectangulaire à un étage carré en parpaing de béton, presque totalement enduit et en essentage de tôle, couvert d'un toit à longs pans en tôle ondulée. Un transformateur
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Saint-Brieuc
    destinations :
    établissement de danse
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    appellations :
    Usine de cageots
    denominations :
    usine de fibre de bois
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    Cette usine, qui fabrique des cageots, ferme à la fin des années 1970 et une boîte de nuit s'y
    airesEtudes :
    Arrondissement de Saint-Brieuc
  • Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Bignon (Brusvily)
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Bignon (Brusvily) Brusvily - les Grandes Landes - isolé - Cadastre : 1983 A3 514, 516 à 520, 741, 742
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Dinan
    appellations :
    carrière et usine de taille de matériaux de construction Bignon
    illustration :
    Vue générale nord de l'entrée du site. IVR53_20022216545NUCA Atelier de taille, façade nord-ouest. IVR53_20022216547NUCA Atelier de taille, façade sud-est. IVR53_20022216548NUCA Atelier de taille avec charpente en bois, façade sud-est. IVR53_20022216549NUCA Vue générale de l'excavation. IVR53_20022216550NUCA
    precisionsDenomination :
    carrière de granite
    titreCourant :
    Carrière de granite et usine de taille de matériaux de construction Bignon (Brusvily)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Le site de la carrière Bignon, assez concentré, comprend l'excavation, en partie envahie par la végétation, et trois ateliers de taille : hangars édifiés en essentage de tôle avec charpente en bois, ainsi que le petit bâtiment des bureaux en parpaings de béton.
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    denominations :
    usine de taille de matériaux de construction
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    La carrière de granite de Brusvily semble avoir été exploitée à l'extrême fin du 19e siècle par Alexis Bigon, mentionné en 1887 comme tailleur de pierres au bourg. En 1893, la matrice cadastrale carrière, qui comprend une unité de taille de matériaux de construction, est toujours exploitée par la avec la réalisation de pavés, de bordures de trottoirs, etc. La carrière de granite gris moucheté G de salariés. A sa fermeture en 2001, ses trois ouvriers sont embauchés par la Société Bretagne
    referenceDocumentaire :
    cadastrale par ordre alphabétique de communes. Brusvily, matrice des propriétés bâties (cases 1-281), 1911 AD Côtes d'Armor. Série S supplément 247. Versement de la Direction régionale de l'industrie et de
    airesEtudes :
    Arrondissement de Dinan
  • Garnitures de dais de procession (4) 1 (Maure-de-Bretagne fusionnée en Val d'Anast en 2017)
    Garnitures de dais de procession (4) 1 (Maure-de-Bretagne fusionnée en Val d'Anast en 2017) Val d'Anast - Maure-de-Bretagne
    titreCourant :
    Garnitures de dais de procession (4) 1 (Maure-de-Bretagne fusionnée en Val d'Anast en 2017)
    statut :
    propriété de la commune
    cadresEtude :
    inventaire préliminaire Maure-de-Bretagne
    illustration :
    Vue générale d'une garniture : les Tables de la Loi IVR53_19993505018NUCA
    precisionsLocalisation :
    commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Maure-de-Bretagne
    denominations :
    garniture de dais de procession
    canton :
    Maure-de-Bretagne
    representations :
    les Tables de la loi
    materiaux :
    soie blanche gros de Tours moiré application sur textile adjonction d'éléments
    localisation :
    Val d'Anast - Maure-de-Bretagne