Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
Résultats 1 à 20 sur 396 - triés par pertinence
  • Quai Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Quai Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - le Bourg - quai Gustave Toudouze - en village - Cadastre : 1831 A 2001 AD
    titreCourant :
    Quai Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    description :
    Le quai, long d'environs 350 m, large de 30 m et haut de 6 à 7 mètres est paré et remblayé avec des pierres extraites de la Pointe du Gouin et de l´Aber. Il est composé de quatre cales de lancement de 25 mètres de longueur, inclinées successivement en sens inverse, de 3 bittes d'amarrages métalliques et de 3 autres en granite, accostables qu´à marée haute. Les pierres des cales et le parement sont en pierre de taille. Le front portuaire est jalonné de commerces, d'anciens cafés, d'hôtels, dont certains ont conservé leur façade d'origine, notamment le Café de la Marine, situé au n° 27 et 28, qui à fait l'objet
    annexe :
    départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CAMARET 336. 20092905908VAB  : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CAMARET 335 . 20092905911VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CAMARET 3711. 20092905912VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CAMARET 3712. 20092905913VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du portuaire Gustave Toudouze. 2006.
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    murs :
    pierre de taille
    appellations :
    Gustave Toudouze
    illustration :
    Extrait du cadastre de 1831 (A.D. Finistère, 3 P 25) IVR53_20102911599NUCB Le sillon, la chapelle Notre-Dame de Rocamadour et la tour Vauban, vue depuis les quais. Vers 1900 Quai Gustave Toudouze. Vers 1900 (fonds Villard) IVR53_20092905911VAB Vue du Styvel vers le sud : le port et le quai Gustave Toudouze (fonds Villard Quai Gustave Toudouze vers 1940 (Gaby). IVR53_20112905856NUCA Le port de Camaret, avant la construction du quai Téphany. IVR53_20112905894NUCA Le quai Gustave Toudouze, vue depuis la rue des Quatre-Vents (vers 1960). IVR53_20112905899NUCA Vue de la partie nord du quai IVR53_20122900412NUCA Détail, la fenêtre de l'étage témoigne de la présence d'un escalier extérieur IVR53_20122900413NUCA Vue prise du sillon vers le sud (port de commerce, quai Théphany) IVR53_20102900169NUCA
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    magasin de commerce
    historique :
    son nom actuel en 1900, du vivant de l´écrivain Gustave Toudouze, en reconnaissance à son rôle A l'origine, Camaret était un port dépourvu de quai, rendant à marée haute l'accès impossible au , sollicité par la municipalité et l'autorité militaire afin de faciliter le chargement et le déchargement des marchandises et permettre aux navires en relâche, d'être réparés dans de meilleurs conditions. En 1842 , l'essentiel des travaux est achevé. Jusqu'alors Camaret présentait un front de mer irrégulier, comme l'atteste le plan cadastral de 1831 et dont la construction du quai conduit à un alignement. Afin de continuer à prendre part à un commerce toujours plus actif, de nombreux propriétaires des rues donnant espace nouvellement créé. Entre 1880 et 1890, on assiste à l'ouverture de nombreux chantiers de réparations et de constructions navals liée à la prospérité des campagnes sardinières. L'apparition du tourisme à la fin du 19e siècle, conduit à l'ouverture de nouvelles auberges et d'hôtels. Le quai reçoit
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - le Bourg - quai Gustave Toudouze - en village - Cadastre : 1831 A 2001 AD
    referenceDocumentaire :
    (Collection Le Patrimoine des Communes de France), vol. 1. , 2004, réédition de l´original édité en 1902.
  • Scierie et menuiserie Corbel, 27 rue Gustave Gilbert (Plélo)
    Scierie et menuiserie Corbel, 27 rue Gustave Gilbert (Plélo) Plélo - 27 rue Gustave Gilbert - en ville
    titreCourant :
    Scierie et menuiserie Corbel, 27 rue Gustave Gilbert (Plélo)
    etages :
    rez-de-chaussée
    description :
    La scierie Corbel est un grand atelier de fabrication en tôles et plaques de ciment couvert par un
    cadresEtude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel de l'arrondissement de Saint-Brieuc
    murs :
    essentage de tôle
    illustration :
    Vue intérieure de l'atelier IVR53_20052203364NUCA
    denominations :
    usine de menuiserie
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    fabriquait des charpentes de hangars agricoles, des portes et fenêtres pour les habitations. La scierie a été abandonnée et seule une activité de menuiserie subsiste. Présence de toute une série de machines (scies
    localisation :
    Plélo - 27 rue Gustave Gilbert - en ville
    elementsRemarquables :
    machine de production
    airesEtudes :
    Arrondissement de Saint-Brieuc
  • Maison, 12 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    Maison, 12 rue Gustave-Flaubert (Rennes) Rennes - 12 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 419
    titreCourant :
    Maison, 12 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    etages :
    étage de comble
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    cour en fond de parcelle
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    localisation :
    Rennes - 12 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 419
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Exemple de maisons à deux unités d'habitation superposées, dont on trouve surtout des exemples au
  • Quai portuaire Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Quai portuaire Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : non référencé (DPT)
    titreCourant :
    Quai portuaire Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    description :
    Le quai est long de 350 m et large de 30 m, il est haut de 6 à 7 mètres. Il est paré et remblayé avec des pierres extraites de la Pointe du Gouin et de l´Aber. Il compte 4 cales de 25 mètres de de qualité). La forme des blocs de pierre, taillés de façon à ce qu´ils s´emboîtent et se composé de gros blocs de pierre, auparavant maçonnés à la chaux, qui fut ensuite remplacée par du ciment.
    statut :
    propriété de l'Etat
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Le quai ancien et ses cales apportent une belle homogénéité au front portuaire de Camaret (une des
    appellations :
    quai Gustave Toudouze
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Dans l´attente d´une nécessaire réfection complète de ce bel appareillage (notamment celui des surfaces des cales), veiller au maintien des pierres de taille apparentes et limiter les colmatages d ´urgence à l'aide de ciment qui pourraient peu à peu créer une situation irréversible.
    illustration :
    Carte postale : Le quai Gustave Toudouze IVR53_20082908278NUC Carte postale : Retour de pêche à Camaret-sur-Mer IVR53_20082908279NUC
    historique :
    . Quatre cales sont construites. Le quai reçoit son nom actuel en 1900, du vivant de l´écrivain Gustave En 1835, un projet est à l´étude aux Ponts et Chaussées pour améliorer les conditions de chargement et de déchargement des bateaux de pêche. La construction du quai débute en 1842 et s´achève en 1845 Toudouze, auteur notamment de « Péri en mer » et du « Reboutou ». Au moment de la crise sardinière, celui -ci joua en effet un rôle important avec André Antoine dans la collecte de fonds destinés aux familles construction de ce quai va modifier profondément la physionomie du port de Camaret. En effet, l´espace compris entre le nouveau quai et les premières rangées de maison (auparavant perpendiculaires à la grève) va être remblayé et de nouvelles maisons vont être construites.
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : non référencé (DPT)
    referenceDocumentaire :
    p. 312-321 Le patrimoine des communes du Finistère (collection Le Patrimoine des Communes de France p. 8-10 LASTENNET, Yann. La mutation de la pêche à Camaret : de la sardine à la langouste (1870 -1920) . Mémoire de Maîtrise d'Histoire : Université Rennes 2, 1998. p. 22-23 GALIFOT, Agnès. Différentes époques, différents quais : le port de Camaret. Crozon : Le , 2004, réédition de l´original édité en 1902. et les usages du littoral en Bretagne au XIXe siècle. Thèse d'Histoire : Université de Bretagne Sud
  • Maison, 17 et 19 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    Maison, 17 et 19 rue Gustave-Flaubert (Rennes) Rennes - 17 et 19 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 436, 435
    titreCourant :
    Maison, 17 et 19 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    etages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    localisation :
    Rennes - 17 et 19 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 436, 435
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Exemple de maison à deux unités d'habitation juxtaposées, ici de plan en L. La cour intérieure ainsi délimitée amplifie l'effet de symétrie et les dimensions réelles de chaque habitation.
  • Magasin de commerce pour l'avitaillement des navires, actuellement restaurant, 5 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Magasin de commerce pour l'avitaillement des navires, actuellement restaurant, 5 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - 5 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 151
    titreCourant :
    Magasin de commerce pour l'avitaillement des navires, actuellement restaurant, 5 quai Gustave
    description :
    Il s´agit d´une maison de 6,5 m sur 14 m possédant trois étages, dont un sous combles. Le bâtiment toit en ardoise possède deux lucarnes en « chien couché » côté rue des Langoustiers. Le rez-de-chaussée
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt paysager et pittoresque ; intérêt de mémoire
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Cette maison évoque la vie à l´époque de la pêche à la sardine ; elle est caractéristique du front portuaire Gustave Toudouze.
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Encourager les propriétaires à conserver ou à redonner aux façades de ce bâtiment un aspect extérieur le plus proche possible de celui qu´il présentait à l´époque de sa construction, en accord avec les façades de l´ensemble de ce front urbanisé, construit quasiment à la même période, avec une grande homogénéité architecturale. La charte municipale de mise en valeur portuaire qu´il serait souhaitable d urbanisé qui inclurait aussi des recommandations concernant l´habillage des devantures de magasins et le
    illustration :
    Vue d'ensemble, de trois-quarts de l'ancien magasin de commerce pour l'avitaillement des navires Elévation côté quai de l'ancien magasin de commerce pour l'avitaillement des navires Vue de l'ancien magasin de commerce pour l'avitaillement des navires dans l'alignement des maisons
    denominations :
    magasin de commerce
    historique :
    ´angle de la rue des Langoustiers, la maison aujourd´hui occupée par la crêperie "Les Embruns" est typique des constructions de la fin du 19e siècle. Elle a certainement été construite par un armateur ou un commerçant du quartier du Notic. Un commerce pour l´avitaillement des bateaux de pêche se trouvait autrefois au rez-de-chaussée.
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - 5 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 151
    referenceDocumentaire :
    p. 22-23 GALIFOT, Agnès. Différentes époques, différents quais : le port de Camaret. Crozon : Le
    precisionsDenomination :
    magasin de commerce pour l'avitaillement des navires
  • Restaurant Côté Mer, 12 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Restaurant Côté Mer, 12 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - 12 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 138
    titreCourant :
    Restaurant Côté Mer, 12 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    description :
    Il s´agit d´une maison à toit plat de 11 m sur 12 m possédant deux étages. Le bâtiment, en pierre , est recouvert d´un enduit jaune, à l´exception du rez-de-chaussée. Il est possible que ce dernier ait
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt de mémoire ; intérêt paysager et pittoresque
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Cette maison est la seule évoquant la vie à l´époque la plus faste de la pêche à la langouste
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Encourager les propriétaires à conserver ou à redonner aux façades de ce bâtiment un aspect extérieur le plus proche possible de celui qu´il présentait à l´époque de sa construction, en accord avec les façades de l´ensemble de ce front urbanisé, construit quasiment à la même période, avec une grande homogénéité architecturale. La charte municipale de mise en valeur portuaire qu´il serait souhaitable d urbanisé qui inclurait aussi des recommandations concernant l´habillage des devantures de magasins et le
    historique :
    Le quai Toudouze a été construit entre 1842 et 1845. Située approximativement au centre de ce quai 20e siècle, à l´époque la plus faste de la pêche à la langouste. Elle a certainement été construite Pavois, mais les camarétois avait l´habitude de l´appeler « Chez Gene ». La propriétaire de l´époque , Geneviève Languil, était aussi armateur de bateaux de pêche.
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - 12 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 138
    referenceDocumentaire :
    p. 22-23 GALIFOT, Agnès. Différentes époques, différents quais : le port de Camaret. Crozon : Le
  • Hôtel de la Marine, actuellement café de la Marine, 27, 28 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Hôtel de la Marine, actuellement café de la Marine, 27, 28 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - 27, 28 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 107-108
    titreCourant :
    Hôtel de la Marine, actuellement café de la Marine, 27, 28 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    description :
    L´ancien hôtel de la Marine était composé de deux bâtiments aujourd´hui bien distincts. Les deux sont bâtis de la même façon : deux étages et des pièces sous mansardes. L´ensemble fait environ 14 m sur 7 m. Dans le cas du bâtiment qui sert encore aujourd´hui de café, le rez-de-chaussée a été peu en pierre recouvert d´un crépi rose. En ce qui concerne l´autre bâtiment servant uniquement de logement, le rez-de-chaussée a été très modifié, tandis que les étages et la toiture ont gardé leurs formes recouvert d´un crépi de ciment gris.
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Cet ancien hôtel fait partie d´un ensemble de bâtiments homogènes datant de la même époque sur le quai de Camaret ; il a également hébergé la première communauté artistique de Camaret.
    appellations :
    hôtel de la Marine
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Encourager les propriétaires à conserver ou à redonner aux façades de ce bâtiment un aspect extérieur le plus proche possible de celui qu´il présentait à l´époque de sa construction, en accord avec les façades de l´ensemble de ce front urbanisé, construit quasiment à la même période, avec une grande homogénéité architecturale. La charte municipale de mise en valeur portuaire qu´il serait souhaitable d urbanisé qui inclurait aussi des recommandations concernant l´habillage des devantures de magasins et le
    illustration :
    Vue générale de l'ancien Hôtel de la Marine IVR53_20062908419NUCA Le Café de la Marine (corps de bâtiment gauche) IVR53_20062908403NUCA
    profession :
    [personnage célèbre] Toudouze Gustave
    denominations :
    hôtel de voyageurs
    historique :
    jusqu´à la première guerre mondiale. Le nom de Gustave Toudouze est plus spécialement associé à cet A cet endroit, la Veuve Rosalie Dorso tenait déjà une simple auberge (date de construction inconnue devient Hôtel de la Marine. Rapidement, des artistes tels Eugène Boudin, Charles Cottet, la famille Sérusier ou le surréaliste Georges Ancey affluent chez elle. En 1909, à la mort de Rosalie Dorso, l´hôtel abandonnée. Un café subsistera au niveau de la rue, tandis que les étages de l´ancien hôtel et la partie du bâtiment à l´angle de la rue de Reims seront transformés en logements. Ce bâtiment est un des témoins privilégiés de l'attraction qu´a exercé Camaret sur le milieu artistique, créant autour de la personnalité de ancien hôtel. L´écrivain va en effet, grâce aux talents de conteuse de Rosalie Dorso, puiser son inspiration dans les souvenirs camarétois. À partir de 1886, l´hôtelière lui réserve une grande chambre du Camaret. La ville le remerciera de son vivant en donnant son nom au quai.
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - 27, 28 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 107-108
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_1 :
    Activité balnéaire de loisirs et de santé
    referenceDocumentaire :
    p. 161-173 SEVELLEC, Jim-Eugène. Camaret et les artistes. Brest : Les Cahiers de l´Iroise, 1971. p. 312-321 Le patrimoine des communes du Finistère (collection Le Patrimoine des Communes de France
  • Maisons en série (2), 18 et 20 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    Maisons en série (2), 18 et 20 rue Gustave-Flaubert (Rennes) Rennes - 18 et 20 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 427, 426
    titreCourant :
    Maisons en série (2), 18 et 20 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    etages :
    en rez-de-chaussée surélevé
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    clôture de jardin
    localisation :
    Rennes - 18 et 20 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 427, 426
  • Maisons en série (2), 2 et 4 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    Maisons en série (2), 2 et 4 rue Gustave-Flaubert (Rennes) Rennes - 2 et 4 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 406, 407
    titreCourant :
    Maisons en série (2), 2 et 4 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    etages :
    étage de comble
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    cour en fond de parcelle
    illustration :
    Vue de situation, maisons au deuxième et troisième plans IVR53_20013521566NUCA
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    localisation :
    Rennes - 2 et 4 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 406, 407
  • Maisons en série (2), 14 et 16 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    Maisons en série (2), 14 et 16 rue Gustave-Flaubert (Rennes) Rennes - 14 et 16 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 422, 423
    titreCourant :
    Maisons en série (2), 14 et 16 rue Gustave-Flaubert (Rennes)
    etages :
    étage de comble
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_10 :
    cour en fond de parcelle
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_36 :
    site de lotissement
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_11 :
    jardin en fond de parcelle
    localisation :
    Rennes - 14 et 16 rue Gustave-Flaubert - en ville - Cadastre : 1980 BZ 422, 423
  • Maison de villégiature balnéaire dite Villa Ker Azur, 7 rue Gustave Flaubert (Saint-Malo)
    Maison de villégiature balnéaire dite Villa Ker Azur, 7 rue Gustave Flaubert (Saint-Malo) Saint-Malo - Paramé - 7 rue Gustave Flaubert - en ville - Cadastre : 1982 G 309
    titreCourant :
    Maison de villégiature balnéaire dite Villa Ker Azur, 7 rue Gustave Flaubert (Saint-Malo)
    etages :
    étage de comble
    description :
    Maison construite sur un plan rectangulaire avec deux décrochements en façade, en moellons de granite recouvert d'enduit de chaux et toit d'ardoise. La façade sur rue présente une tourelle demi-hors -oeuvre en encorbellement avec un décor de céramique et un toit en dôme. Une galerie orne la façade sur rue au niveau du rez-de-chaussée. Le kiosque est mitoyen au mur clôturant le jardin : à l'est du
    illustration :
    Kiosque vitré donnant sur la rue Gustave Flaubert. IVR53_19963500991X Elévation sud, détail de la tourelle et de la céramique représentant une hermine
    precisionsLocalisation :
    anciennement commune de Paramé
    representations :
    Sujet : hermine, support : céramique de la tourelle en encorbellement.
    historique :
    Maison de villégiature construite avant 1880 dans le bourg de Paramé. En 1888, une aile est ajoutée à la villa. La maison est habitée par le poète Louis Tiercelin (1846-1915), fondateur de la revue L'Hermine en 1889, qui l'hérite de son père. En 1911, un kiosque dit pavillon d'agrément est construit à l'aplomb de la rue donnant sur la place de la Mairie. En 1915, Louis Tiercelin décède dans la villa Ker
    localisation :
    Saint-Malo - Paramé - 7 rue Gustave Flaubert - en ville - Cadastre : 1982 G 309
    precisionsDenomination :
    maison de villégiature
  • Grue à mâter et de levage du port, quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Grue à mâter et de levage du port, quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - quai Gustave-Toudouze - en ville
    titreCourant :
    Grue à mâter et de levage du port, quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    dc_ddc2aa58-6611-418e-821a-b2370f474f39_8 :
    La grue est un des éléments qui crée l´image du port de pêche ; de plus, elle revêt un intérêt technique avec son système de direction et de levage atypique (bigue). Enfin, par son élévation verticale
    description :
    La grue, de type « derrick », est entièrement en métal (structure de section creuse). Elle est composée d´un pivot d´orientation fixé au sol formé d´un cercle (la grue pivote à l´aide de câbles), de deux bras de maintien, du mât vertical et de la flèche de la grue. La CCI a refait une bonne partie de la grue d´origine. Le mât vertical, puis le tirant de la flèche furent changés entre 1980 et 1985. Le pivot d´orientation de la grue fut démonté, sablé et métallisé.
    dc_ddc2aa58-6611-418e-821a-b2370f474f39_9 :
    Entretenir cette grue et la conserver sur le quai, comme le souhaite une partie de la population.
    statut :
    propriété de la commune
    observation :
    Commune de Camaret-sur-Mer (référence cadastrale : AD 107 / DPT). Abords d´un monument historique.
    illustration :
    Vue générale de la grue à mâter IVR53_20062908341NUCA Vue générale de la grue à mâter IVR53_20062908342NUCA Détail de la grue à mâter IVR53_20062908404NUCA
    dc_ddc2aa58-6611-418e-821a-b2370f474f39_3 :
    projet de réaménagement global de l’espace altérant ou détruisant l’édifice ou le site
    historique :
    , marins pêcheurs auraient l´utilité d´une grue à mâter, à démâter et à décharger dans le port de Camaret . L´ingénieur des Ponts et chaussées préconise la construction d´une grue à mâter de 5 tonnes. L´achat de la grue et du treuil a eu lieu le 8 septembre 1923 auprès des industriels Kerloch et Albaret de Brest moyennant la somme de 1 600 francs (ceux-ci s´étant procurés l´outil aux surplus de l´armée américaine). C´est la Chambre de Commerce de Brest qui assurera le transport et la mise en place sur le quai sous la régie du service des Ponts et Chaussées pour la somme de 19 400 francs. L´ensemble des frais a été à la charge de la commune qui fit aménager, la même année, au pied de l´engin, un gril de carénage ´eau de bateaux de plaisance. Cette grue est le témoin de l´intense activité qui régnait dans le port portuaires. Le système d´orientation de la flèche se fait comme un gouvernail par drosses : câbles frappés sur le cercle horizontal au pied de ce qui correspond à l´antique bigue : c´est un ultime avatar des
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - quai Gustave-Toudouze - en ville
    referenceDocumentaire :
    p. 2-3 LE FUR, Sophie. La grue du port de Camaret : légitimité patrimoniale ? . Douarnenez
  • Blockhaus de la propriété Gustave Téry, 8 rue de Chaumont, le Château-Tanguy (Pléneuf-Val-André)
    Blockhaus de la propriété Gustave Téry, 8 rue de Chaumont, le Château-Tanguy (Pléneuf-Val-André) Pléneuf-Val-André - Château-Tanguy - 8 rue de Chaumont - en ville - Cadastre : 2003 R 226
    titreCourant :
    Blockhaus de la propriété Gustave Téry, 8 rue de Chaumont, le Château-Tanguy (Pléneuf-Val-André)
    description :
    L'ensemble comprend un abri compartimenté et semi enterré pour deux groupes de combat et un blockhaus poste d'observation. Le blockhaus de la pointe de Pléneuf, intégré dans la propriété dite de la Ville-Pichard et la maison Chaumont, est situé sur un site stratégique de longue date, qui inclue l'ancienne batterie (aujourd'hui disparue) et la guérite du corps de garde (toujours debout). Le blockhaus mesure 4 mètres sur 4m de large à l'extérieur et 3 mètres sur 3 m à l'intérieur. Il dispose de 4 meurtrières. L'abri semi-enterré en forme de galerie est long de 15 mètres environ et possède seulement deux
    annexe :
    La famille Gustave Téry Le Château Tanguy fut la propriété de Gustave Téry (1870-1928), né à . Une rue et un collège portent le nom de Gustave Téry à Lamballe. Lamballe. Après avoir étudié à Normale Supérieure, agrégé de philosophie, il enseigna durant sept ans et consacra ses premières économies à l´achat d´une petite parcelle, à l´extrême pointe de « Château-Tanguy », non loin de sa soeur, Madame Ferron. Attiré par le journalisme, il fonda le journal "L'oeuvre" en 1904 , journal mensuel puis hebdomadaire indépendant. Téry y dénonçait les scandales de l´époque, attaquait . Gustave Téry resta toute sa vie fidèle au Val-André où il invita des personnages illustres comme Edouard Herriot. Edmond Tranin, gendre de Téry, grand explorateur fit procéder au classement de l'îlote du Verdelet comme réserve ornithologique. La ville de Chaumont a acheté une partie du Château Tanguy en 1960
    observation :
    Ensemble de défense militaire : blocs passifs et actifs réunis sur un même site à étudier.
    illustration :
    Casemate légère en août 1944 dans la propriété de Gustave Téry (collection Grimaud Vue des maisons de Gustave Téry le 5 août 1944 et le centre permanent Chaumont aujourd'hui Portrait légendé de Gustave Téry (collection Grimaud) IVR53_20032205994NUCB Plan n° 622, abri pour 2 groupes de combat (collection Grimaud) IVR53_20032205159NUCB Vue actuelle de l'abri pour 2 groupes de combat dans la propriété Téry (collection Grimaud
    historique :
    Le blockhaus est situé sur le terrain privé de la maison des descendants de Gustave Téry (1870-1928 une partie du mobilier et de la vaisselle (témoignage oral de Mme Rampini, petite fille de Gustave ) et présente un abri pour 2 groupes de combat. Le champ de vision panoramique sur la baie de Saint -Brieuc couvre l'ensemble du Val-André de Piégu, le Verdelet et la plage Saint-Symphorien. Le blockhaus est actuellement désaffecté mais la galerie extérieure, restaurée sert de lieu de rangement pour les propriétaires. La maison Téry date de 1908 et avait été réquisitionnée par l'armée allemande, qui avait saccagé Téry). La ville de Chaumont achèta une partie du Château-Tanguy en 1960, sans la partie occupée par les
    localisation :
    Pléneuf-Val-André - Château-Tanguy - 8 rue de Chaumont - en ville - Cadastre : 2003 R 226
  • Maison, café dit Pub Tavern The Donegan, 39 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Maison, café dit Pub Tavern The Donegan, 39 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - 39 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 93
    titreCourant :
    Maison, café dit Pub Tavern The Donegan, 39 quai Gustave-Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    description :
    -de-chaussée et les ouvertures ont certainement été peu modifiés et un escalier menant aux logements
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_7 :
    intérêt paysager et pittoresque ; intérêt de mémoire
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_8 :
    Cette maison évoque la vie à l´époque de la pêche à la sardine ; elle est caractéristique du front portuaire Gustave Toudouze.
    dc_c40c529a-cfee-442f-b30d-ff468bb97f1b_9 :
    Encourager les propriétaires à conserver ou à redonner aux façades de ce bâtiment un aspect extérieur le plus proche possible de celui qu´il présentait à l´époque de sa construction, en accord avec les façades de l´ensemble de ce front urbanisé, construit quasiment à la même période, avec une grande homogénéité architecturale. La charte municipale de mise en valeur portuaire qu´il serait souhaitable d urbanisé qui inclurait aussi des recommandations concernant l´habillage des devantures de magasins et le
    illustration :
    Vue du café dans l'alignement de maison du quai IVR53_20062908401NUCA
    historique :
    proximité de la falaise de Beg-ar-Gac, la maison aujourd´hui occupée par le pub The Donegan est typique des constructions de la fin du 19e siècle. Elle a certainement été construite par un commerçant du quartier du Notic . La taille des volets de la fenêtre centrale du premier étage indique qu´il s´agissait certainement à logement à l´étage, tandis que le rez-de-chaussée était un magasin.
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - 39 quai Gustave-Toudouze - en ville - Cadastre : AD 93
    referenceDocumentaire :
    p. 22-23 GALIFOT, Agnès. Différentes époques, différents quais : le port de Camaret. Crozon : Le
  • Ancien hôtel de voyageurs dit "hôtel de la Marine" actuellement café, 27, 28 quai Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer)
    Ancien hôtel de voyageurs dit "hôtel de la Marine" actuellement café, 27, 28 quai Gustave Toudouze (Camaret-sur-Mer) Camaret-sur-Mer - le Bourg - 27, 28 quai Gustave Toudouze - en ville
    titreCourant :
    Ancien hôtel de voyageurs dit "hôtel de la Marine" actuellement café, 27, 28 quai Gustave Toudouze
    etages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    description :
    L´ancien hôtel de la Marine se composait de deux bâtiments aujourd´hui bien distincts. Au rez-de lucarnes ont disparu. Les ouvertures du rez-de-chaussée du second bâtiments ont été modifiées, tandis que
    annexe :
    Voir aussi thématique régionale (recensement du patrimoine maritime) - Galifot Agnès. Hôtel de la Marine, actuellement café de la Marine. 2006.
    typologies :
    hôtel de type auberge. Type ternaire, variante à cinq travées
    cadresEtude :
    inventaire topographique Communauté de communes de Crozon
    observation :
    l'aube du 20e siècle et dont le nom de Gustave Toudouze lui est associé. Il est par ailleurs Ce bâtiment est l'un des témoignages de l'attraction qu´a exercé Camaret sur le milieu artistique à représentatif d'une période de mutation dans la population, débutée dès le 3e quart du 19e siècle, où les femmes de patrons pêcheurs les plus fortunées ouvraient des auberges destinées à accueillir les marins de
    murs :
    pierre de taille
    illustration :
    Le Café de la Marine, vers le début du 20e siècle. IVR53_20112905819NUCB Vue de situation IVR53_20122900415NUCA
    historique :
    Ancien hôtel ayant appartenu à la camarétoise Rosalie Dorso, veuve de Corneille Dorso, patron d'un chantier de réparation de navire sur le Styvel. Déjà propriétaire d'une auberge, dont la date de parcelle voisine, d'un hôtel baptisé : l'Hôtel de la marine. Le nouvel édifice devient le rendez-vous incontournable des artistes. A la mort de Rosalie Dorso en 1909, l´hôtel est repris par M. Thérat. Plusieurs propriétaires se succèdent, puis la fonction d´hôtel est abandonnée mais un café subsiste au niveau de la rue
    localisation :
    Camaret-sur-Mer - le Bourg - 27, 28 quai Gustave Toudouze - en ville
    referenceDocumentaire :
    (Collection Le Patrimoine des Communes de France), vol. 1.
  • Usine de chaussures Coneau et Hardy, puis Louvet et Cie, puis usine d'emballage et conditionnement l'Aude, 4 rue Gustave Flaubert (Fougères)
    Usine de chaussures Coneau et Hardy, puis Louvet et Cie, puis usine d'emballage et conditionnement l'Aude, 4 rue Gustave Flaubert (Fougères) Fougères - 4 rue Gustave Flaubert - en ville - Cadastre : 1986 AK 359
    titreCourant :
    Usine de chaussures Coneau et Hardy, puis Louvet et Cie, puis usine d'emballage et conditionnement l'Aude, 4 rue Gustave Flaubert (Fougères)
    etages :
    en rez-de-chaussée
    description :
    Atelier de fabrication, de plan régulier en L, en rez-de-chaussée, couvert d'un toit à longs pans en tôle ondulée. Construit en parpaings de béton, l'atelier a son pignon en façade, enduit, avec une bordure de rive en tuiles. Il est percé d'une porte flanquée d'une large baie rectangulaire. En 1971 , l'ensemble couvre une superficie de 800 m2.
    murs :
    parpaing de béton
    appellations :
    usine de chaussures Coneau et Hardy, puis Louvet et Cie, puis usine d'emballage et conditionnement
    illustration :
    Atelier de fabrication, façade nord. Avant que l'entreprise Coneau et Hardy n'utilise ce bâtiment pour ses besoins industriels, il s'agissait de l'entrepôt de l'usine de talons Le Bris et Nicoul située
    denominations :
    usine de chaussures
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    Usine de chaussures Coneau et Hardy mentionnée en 1932. L'atelier est alors installé dans l'ancien dépôt de marchandises des établissements Nicoul, fabricants de talons dans la même rue. Société anonyme au capital de 200 000 f, Coneau et Hardy développe la marque Irène. A une date inconnue, la société à ont une production de chaussures axée sur des créations médicales pour enfants, de marque Mammie. En 1971, l'usine est davantage spécialisée dans la fabrication de chaussures de ville pour femmes et enfants. La production atteint quotidiennement trois cents paires de chaussures avec une capacité de 20 extérieur (Belgique et Outre-Mer). En 1983, mention de l'usine d'emballage et conditionnement l'Aude qui fabrique des boîtes en carton pour chaussures. Sa date de cessation d'activité est inconnue. En 1971, le matériel de production se compose de machines à couper, à piquer et à monter. En 1971, l'usine de
    localisation :
    Fougères - 4 rue Gustave Flaubert - en ville - Cadastre : 1986 AK 359
    referenceDocumentaire :
    AM Fougères 126W 15. Industrie. Activité de l'industrie de la chaussure, enquête (1983). Les industries fougeraises de la chaussure. L'Indépendant Franc-Parleur, 15 juin 1956, 8.
  • Usine de chaussures (usine de talons) Humbert, Machet et Bouqueau, puis Humbert, Le Bris et Nicoul, puis Le Bris et Nicoul, actuellement Nicoul, 8, 10 rue Gustave Flaubert ; 4, 6 rue du Père Maunoir (Fougères)
    Usine de chaussures (usine de talons) Humbert, Machet et Bouqueau, puis Humbert, Le Bris et Nicoul, puis Le Bris et Nicoul, actuellement Nicoul, 8, 10 rue Gustave Flaubert ; 4, 6 rue du Père Maunoir (Fougères) Fougères - 8, 10 rue Gustave Flaubert 4, 6 rue du Père Maunoir - en ville - Cadastre : 1986 AK 347
    titreCourant :
    Usine de chaussures (usine de talons) Humbert, Machet et Bouqueau, puis Humbert, Le Bris et Nicoul , puis Le Bris et Nicoul, actuellement Nicoul, 8, 10 rue Gustave Flaubert ; 4, 6 rue du Père Maunoir
    description :
    Etablissement composé de plusieurs corps de bâtiment qui forment un plan sensiblement rectangulaire fermé par un enclos et qui s'organisent autour d'une cour fermée. Les différents ateliers de fabrication et bureaux consistent en une succession de six corps de bâtiment adossés, implantés perpendiculairement à la rue, avec pignon en façade et couverts de toits à longs pans en ardoises et ciment amiante . Percés de quelques verrières, ils s'enchaînent les uns aux autres. En rez-de-chaussée et construits en schiste, ces ateliers sont régulièrement percés de baies rectangulaires encadrées de briques ; certaines industriels, sont construites en briques, en parpaings de béton et couvertes de sheds, de toits à longs pans cheminée en métal, s'élève au-dessus des ateliers de fabrication.
    annexe :
    20013523853NUCB : Archives municipales de Fougères, 8Fi. 20013523854NUCB : Archives municipales de
    murs :
    essentage de tôle parpaing de béton
    appellations :
    usine de chaussures (usine de talons) Humbert, Machet et Bouqueau, puis Humbert, Le Bris et Nicoul
    illustration :
    En-tête de papier caractérisé par des arabesques de style Art Nouveau (1906). IVR53_20013523853NUCB En-tête de papier (1913). L'usine de Fougères est représentée au centre. IVR53_20013523854NUCB
    denominations :
    usine de chaussures
    partiesConstituantesNonEtudiees :
    atelier de fabrication
    historique :
    Usine de chaussures fondée en 1884. Dès 1906, l'usine, dirigée par Humbert, Machet et Bouqueau, est spécialisée dans la fabrication de talons fraisés et estampés et de contreforts pour chaussures. En 1913 , l'usine de talons Humbert, Le Bris et Nicoul est une des plus importantes de la ville et alimente une grande partie des fabriques de chaussures de Fougères. Le dépôt de marchandises est alors situé 4 rue dépôt de celluloïd et un atelier de façonnage du celluloïd. En 1956, les établissements Nicoul produisent tous les articles de cuir ou de liège pour chaussures hommes et femmes sport, et tous les talons de bois Louis XV, ainsi que les semelles de caoutchouc, notamment microporeux, établis à la forme du client, et les intercalaires préfabriqués. L'usine de talons Nicoul est toujours en activité. L'usine social entre ouvriers et patrons, qui résulte de la différence du temps de travail entre les talonniers travaillent le bois. En 1949, l'usine Nicoul père et fils emploie pour la fabrication de talons cuir : trois
    localisation :
    Fougères - 8, 10 rue Gustave Flaubert 4, 6 rue du Père Maunoir - en ville - Cadastre : 1986 AK 347
    referenceDocumentaire :
    AM Fougères 8Fi 330-640. Fonds des en-têtes de factures, manufacture de talons Humbert, Lebris et sociaux, manufacture de talons Humbert, Lebris et Nicoul (1906-1932). AM Fougères 2F 2-9. Commerce et industrie. Chambre de commerce et d'industrie, situation économique de la chaussure (1936-1958). AM Fougères 5F 6-1. Grèves et conflits du travail. Conflits sociaux de la chaussure (1906-1932). AM Fougères 5F 6-2. Grèves et conflits du travail. Conflits sociaux de la chaussure (1889-1978). AM Fougères 5H 3-1. Mesures d'exception en temps de guerre, de trouble et de crise. Guerre 1914 AM Fougères 5J 2-9. Hygiène et santé. Conseil d'hygiène et de salubrité, bureau municipal d'hygiène . Registre de déclaration des constructions nouvelles : fosses d'aisance, maisons d'habitation . Extension de l'atelier de fabrication (1898-1992).
    precisionsDenomination :
    usine de talons
  • Lotissement Gardarein-Freytet, dit de la Caliorne, 36 à 44 et 21 à 27 rue de Riaval ;  rue de la Caliorne ;  rue Gustave-Flaubert ;  rue Albert-de-Mun (Rennes)
    Lotissement Gardarein-Freytet, dit de la Caliorne, 36 à 44 et 21 à 27 rue de Riaval ; rue de la Caliorne ; rue Gustave-Flaubert ; rue Albert-de-Mun (Rennes) Rennes - 36 à 44 et 21 à 27 rue de Riaval rue de la Caliorne rue Gustave-Flaubert rue Albert-de-Mun - en ville
    titreCourant :
    Caliorne ; rue Gustave-Flaubert ; rue Albert-de-Mun (Rennes) Lotissement Gardarein-Freytet, dit de la Caliorne, 36 à 44 et 21 à 27 rue de Riaval ; rue de la
    description :
    Plan masse : lotissement actuellement formé de deux blocs de 4 et de 5 lots desservis par une voie secondaire existante et de 46 lots desservis par deux rues internes. Implantation du bâti : en rangée discontinue, à l'aplomb de la voie et en retrait. Position des jardins : en fond de parcelle. Typologie du
    illustration :
    Vue du lotissement autorisé en 1934, 21 à 27 rue de Riaval IVR53_20013521608NUCA Maisons, 21 et 23 rue de Riaval IVR53_20013521507NUCA Maisons, 25 et 27 rue de Riaval IVR53_20013521506NUCA Maisons, 36 et 38 rue de Riaval IVR53_20013521539NUCA Maison, 40 rue de Riaval IVR53_20013521540NUCA Rue de la Caliorne, vue depuis la rue de Riaval. IVR53_20013521605NUCA Maison, 1bis rue Gustave-Flaubert IVR53_20013521560NUCA Maisons, 3 à 13 rue Gustave-Flaubert IVR53_20013521559NUCA Maisons, 3 et 1 rue de la Caliorne IVR53_20013521562NUCA Maisons, 21 et 23 rue Gustave-Flaubert IVR53_20013521561NUCA
    historique :
    Un premier lotissement autorisé en 1934, est formé de 6 lots desservis par la rue de Riaval. Un second lotissement est autorisé la même année, formé de 4 lots également desservis par la rue de Riaval sur les plans de l'architecte Armand Frigault en 1946. En 1936, le propriétaire des terrains crée un
    localisation :
    Rennes - 36 à 44 et 21 à 27 rue de Riaval rue de la Caliorne rue Gustave-Flaubert rue Albert-de
    referenceDocumentaire :
    A. C. Rennes. Série O ; 1 O 221. Voirie urbaine. Canton sud-est. Rue de la Calirone et rue Gustave A. C. Rennes. Urbanisme : 717 W 13. Demande d'autorisation de lotissement. A. C. Rennes, Permis de construire ; 799 W 65. Rue de Riaval (1937-1959) . A. C. Rennes, Permis de construire ; 799 W 64. Rue de Riaval (1912-1936) . A. C. Rennes. Urbanisme : 717 W 15. Demande d'autorisation de lotissement.
    dc_16e1c058-3ed5-41d5-aab2-1df8b24365c3_37 :
    Réalisé en plusieurs tranches, le lotissement de la Caliorne est cependant exemplaire de
  • Salle des séances dite "salle du conseil" de l'hôtel de ville, boulevard Anatole Le Braz (Tréguier)
    Salle des séances dite "salle du conseil" de l'hôtel de ville, boulevard Anatole Le Braz (Tréguier) Tréguier - 1 boulevard Anatole le Braz - en ville
    titreCourant :
    Salle des séances dite "salle du conseil" de l'hôtel de ville, boulevard Anatole Le Braz (Tréguier)
    description :
    Située dans le corps principal de l'ancien palais épiscopal au premier étage, l’actuelle salle du conseil de la mairie est portée par un plancher en béton armé (sous lequel se trouve un double passage secrétariat et le bureau du maire, vers l’est depuis les anciens appartements de l’évêque. Dans le vestibule et l’escalier d’honneur, où les huisseries et boiseries sont actuellement peintes de couleur turquoise, l’imposte de la porte de la salle du conseil porte l’inscription en bronzine : "SALLE DES SEANCES " tandis que celle d’en face porte la mention : "BVREAVX DU SECRETARIAT". Cette vaste galerie (8 m de largeur par 15 m de longueur environ) est dotée d’un éclairage traversant - cinq fenêtres au nord donnant sur la rivière de Tréguier et l’ancien jardin du palais épiscopal, cinq fenêtres au sud donnant sur la placette recevant le monument aux morts et la cathédrale Saint-Tugdual. De part et d’autre de la pièce se de la "salle des séances" sont peintes en grisaille (clair-obscur) et dotées d’un décor peint dédié à
    annexe :
    "Note à Tréguier", non daté (1922 ?) par le maire Gustave de Kerguezec (Archives communales de ] la question d’installation de mairie de l’évêché et la vente de la mairie actuelle le produit de cette vente servant à l’aménagement de la nouvelle mairie. L’économie du projet serait de nous débarrasser d’un immeuble au profit d’un immeuble infiniment supérieur. On saurait faire une grande salle de délibération tout à fait belle et vraiment digne de la ville en gagnant l’ancienne grande salle de l’ouvroir justice de paix dans la très grande salle qui se trouve dans l’ancienne salle d’asile à droite de la voûte lorsqu’on descend au bas de l’endroit que j’ai indiqué sur le plan par une petite croix bleue. Quoiqu’il en l’affaire d’accord avec les adjoints et M[onsieur] Allanic". Transcription de Guillaume Lécuillier, 2018. Le décor de la "salle des séances" de l'hôtel de ville réalisé en 1923 ( (Joël Marie, restaurateur de peintures murales, 2008 / remise en forme et détails ajoutés par Guillaume Lécuillier, 2017) Le
    statut :
    propriété de la commune
    illustration :
    Tréguier : plan du 1er étage des parties à réparer de l'ancien évêché, plan validé le 22 décembre 1922 par le préfet des Côtes-d'Armor (Archives communales de Tréguier : 1M2) IVR53_20172205531NUCA Tréguier, boulevard Anatole Le Braz : palais épiscopal aujourd'hui mairie et bibliothèque, plan de l'étage (au niveau de la salle du conseil), état actuel, 1/200ème (extrait de l'étude préalable à la restauration générale de l'ancien évêché de Tréguier sous la direction de Christophe Batard, architecte en chef sur la salle du conseil, état actuel et projeté, 1/100ème (extrait de l'étude préalable à la restauration générale de l'ancien évêché de Tréguier sous la direction de Christophe Batard, architecte en chef plan sur la salle du conseil, état existant et projeté, 1/50ème (extrait de l'étude préalable à la restauration générale de l'ancien évêché de Tréguier sous la direction de Christophe Batard, architecte en chef du lambris de la salle du conseil, état existant et projeté, 1/20ème (extrait de l'étude préalable à
    denominations :
    hôtel de ville
    contenu :
    boiseries. Voulu par le maire de Tréguier Gustave de Kerguezec, l’hôtel de ville est inauguré en grande hôtel de ville fait partie d’un programme lancé par Gustave de Kerguezec, comprenant notamment le "salle des séances [comprendre, du conseil municipal]" (inscription de 1923), les appellations sont nombreuses pour cette galerie de l'ancien palais épiscopal de Tréguier dont les boiseries sont datables du début du 18e siècle (1700-1715 ?). Créé en 1923 dans le cadre du centenaire de la naissance d’Ernest Renan (né le 28 février 1823 à Tréguier), le décor peint de la "salle des séances" marque la transformation du palais épiscopal de Tréguier en hôtel de ville. L’intérêt de ce décor en grisaille demeure dans les valeurs et la fierté de l'après-guerre : la reconnaissance de Tréguier aux enfants de Bretagne - devenus de prestigieux personnages historiques - est ici louée en les immortalisant nommément sur les pompe par Raymond Poincaré, président du conseil. Cette réhabilitation de l’ancien palais épiscopal en
    historique :
    un but d’utilité générale et d’embellissement de la ville". Gustave de Kerguezec, maire, député des ville" (voir l'annexe intitulée "Note à Tréguier", non daté (1922 ?) par le maire Gustave de Kerguezec épiscopal datable du début du 18e siècle (vers 1700 et 1715, sous l'épiscopat de Olivier Jégou de Kervilio , évêque de 1694 à 1731 ?). Elle donnait à la fois sur l’espace privé de l’évêque dit le jardin ou bois de d’honneur. A la suite de cette salle vers l’est se trouvait l’antichambre et la chambre de l’évêque. Sous fonction originelle de cette salle n’est pas bien connue : elle servait de "salle synodale" au 18e siècle . Le procès-verbal d’estimation de l’ancien palais épiscopal de Tréguier daté du 24 février 1791 précise : "...pour entrer dans la chambre nommée salle synodale, ouverture carrée ornée de vantaux, à chaque pignon d’icelle une cheminée à jambages et manteau de tailles boisées en toute leur hauteur, en menuiserie. Le contour de la salle aussi boisée, lambrissée, lattée, le tout en bois sapin, éclairée par dix
    referenceDocumentaire :
    Gustave de Kerguézec. Un missionnaire de la République THOMAS, Loïc. Gustave de Kerguézec. Un Plan du 1er étage des parties à réparer de l'ancien évêché de Tréguier, plan validé le 22 décembre 1922 par le préfet des Côtes-d'Armor Ancien évêché de Tréguier : plan du 1er étage des parties à Plan de l’ancienne cathédrale de Tréguier et de l’ancien évêché d’après le plan de cadastre dressé Plan de localisation des bâtiments de l'ancien évêché de Tréguier et du tracé de nouvelle route départementale à partir du cadastre par l’architecte départemental, à Saint-Brieuc, 10 juin 1917 Plan de localisation des bâtiments de l'ancien évêché de Tréguier et du tracé de nouvelle route départementale à partir Plan du rez-de-chaussée et coupe sur la cour d’honneur de l'ancien évêché de Tréguier, état avant travaux, dressé par l’architecte départemental, 10 juin 1917 Plan du rez-de-chaussée et coupe sur la cour d’honneur de l'ancien évêché de Tréguier, état avant travaux, dressé par l’architecte départemental, 10 juin
    airesEtudes :
    Schéma de cohérence territoriale du Trégor
1 2 3 4 20 Suivant